La double occupation de Harper

Si certains citoyens se demandent ce que fait le premier ministre canadien dans ses temps libres, ils ont maintenant une partie de la réponse. Il écrit un livre sur la naissance du hockey professionnel au Canada (tout à fait vrai) et… il rencontre des gagnants de téléréalité!

La photo envoyée hier après-midi sur les réseaux sociaux par l’équipe de communication du premier ministre a fait grand bruit.

La voici:

Stephen Harper et les gagnants de la téléréalité Occupation Double. Le premier ministre a accompagné cette photo, partagée sur les réseaux sociaux, du message twitter suivant: «J’ai eu le plaisir de rencontrer Hubert et Andréanne, gagnants d’Occupation double, dans mon bureau aujourd’hui.»

Une commotion provoquée, peut-être, parce que le premier ministre du pays n’a justement pas beaucoup de temps libre en raison de l’importance de sa fonction…

Était-ce nécessaire?

Un premier ministre a plusieurs obligations protocolaires et parfois symboliques. Normal. Mais des gagnants de téléréalité? Vraiment?

C’était pourtant l’idée de l’entourage du premier ministre, qui a sollicité cette rencontre avec les gagnants d’Occupation Double.

Il faut dire que le vainqueur, Hubert, vote conservateur. Dans une entrevue à l’émission de radio Dutrizac, au 98,5 FM hier, il affirme qu’il se présenterait volontiers sous la bannière du Parti conservateur aux prochaines élections si les organisateurs lui demandent. Il s’agirait d’un «atout» pour Harper, peu populaire au Québec, a dit Hubert.

Il ajoute qu’il serait «épouvantable» que Stephen Harper ait vraiment suivi Occupation Double cet automne, notamment parce que son horaire de premier ministre ne lui permettrait certainement pas ce temps libre. Ah.

Hubert a donc été surpris (mais heureux) de l’intérêt du premier ministre à son endroit. Il ne doit pas être le seul.

Imaginez…

– … la joie de Dominic Jacques, le gagnant de l’émission culinaire Les Chefs 2012, qui pense maintenant lui aussi pouvoir rencontrer le premier ministre pour une petite jasette en privée à Ottawa. Si c’est bon pour une téléréalité…

– … la déception de Brad Smith, le «Bachelor» canadien de la téléréalité de la chaine CityTv. L’ancien célibataire convoité de ces dames n’a même pas eu droit à une séance de photos dans le bureau du premier ministre, alors qu’il est pourtant le fils de Larry Smith, le sénateur conservateur et ancien joueur des Alouettes de Montréal. La vie est parfois injuste.

– … l’incompréhension du président français, François Hollande — avec qui Stephen Harper s’est entretenu au téléphone au sujet du Mali quelques minutes après sa rencontre avec les gagnants d’OD — lorsque le premier ministre canadien a tenté de lui expliquer ce qu’il faisait tout juste avant leur entretien.

– … le sourire du ministre Maxime Bernier, qui vient de trouver comment revenir dans les bonnes grâces de Stephen Harper.

– … la surprise de Theresa Spence, la chef d’Attawapiskat, qui mène une grève de la faim à quelques mètres de la colline parlementaire afin de rencontrer le premier ministre. Elle vient de s’apercevoir que le bureau de Harper est suffisamment grand pour contenir deux invités, ce qui permettrait une rencontre à trois, avec le gouverneur général David Johnston, ce qu’elle réclame.

– … l’étonnement des premiers ministres des provinces, qui ont invité Stephen Harper à leur sommet sur l’économie, à Halifax, l’automne dernier. Sans succès.

– … l’euphorie de Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations Unies, qui constate que le premier ministre canadien a enfin davantage de temps libre, ce qui lui permettra peut-être de s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU en 2013. (Harper ne l’a fait qu’une fois depuis qu’il est au pouvoir)

On s’amuse. Mais on rit jaune.

Laisser un commentaire

Après avoir travaillé 25 avec le ROC, je crois sincèrement que Harpee essaie de mieux comprendre les québécois, oD, c est tellement nous, Quelques un peut lui envoyer une cassette des Bougons

Bonjour,

Bien évident que cette double occupation de Monsieur Stephen Harper n’est que de la politique, quoique cousue de gros fils blancs. Les stratèges politiques des Torys ont sûrement conseillé Monsieur Stephen Harper sur les 36 cordes sensibles du nationalisme québécois qui sont friands du Pain et des Jeux et aussi des télé réalités ainsi que des téléromans tout comme nos amigos du Mexique aiment les « novellas », les mexicains ainsi que le Pure Laine de par un côté latin aiment tout ce qui est Fleur Bleue sûrement.

En outre, en misant sur les gagnants de cette Occupation Double qui ne vient surtout pas de la Société d’État qu’est Radio Canada, Monsieur Stephen Harper pense au long terme en « cruisant » les nationalistes québécois de par une de leurs cordes la plus sensible, ces grands consommateurs de la convergence du conglomérat de Quebecor World cependant, mais c’est pas grave pourvu que les Jeux du Journal de Montréal sont là ainsi que la TIVI pour vous rappeler que le Journal de Montréal existe ainsi que celui de Québec.

Par ailleurs, en courtisant ainsi les âmes sensibles du nationalisme au Québec, Monsieur Stephen Harper est conscient que son aile Conservatrice au Québec était incarnée par les béni oui oui du défunt Bloc Québécois qui appuyèrent sans vergogne toutes les mesures Conservatrices de 1990 jusqu’en 2006. Alors que le Bloc Québécois vit une grave menace sur le flanc gauche qui s’avéra une évidence avec le NPD. Les Conservateurs d’Ottawa n’avaient même pas à faire élire des députés au Québec car l’aile conservatrice que fut le défunt Bloc Québécois de 1990 jusqu’en 2006 appuyaient toutes les mesures Conservatrices.

Finalement, alors qu’il ne reste qu’un petit Morceau de Bloc sur la Colline, avec quatre pauvres « dépités » du Québec qui font la Vigile continue « jours et nuittes pour watcher l’ennemi» dans la langue de la Nation, l’appui des nationalistes n’a pas fait des « enfants forts ». Voilà pourquoi Monsieur Stephen Harper est en mode séduction avec le nationalisme québécois car les élections, ça vient vite surtout avec la Trudeaumanie qui risque de frapper là où ça fait mal en séduisant la grande majorité des québécoises, ne laissant que la partie congrue à l’homo quebecus nationalus toujours fidèle au Je Me Souviens avec les yeux dans le rétroviseur. Bien à vous tous, John Bull.

Les journalistes québécois ont trouvé un « dossier » à leur mesure.

Concernant madame bouillon, c’est pas elle qui a changé d’idée concernant sa rencontre avec Harper? Vous faites semblant de ne pas le savoir??

Attendez que je me souvienne… c’était pas un certain Monsieur Lévesque qui disait: « Je me méfie des gens qui affirment aimer le peuple, mais qui détestent tout ce que le peuple aime »?

C’est le genre de texte que j’aurais mis sur mon facebook pour me moquer de Pauline Marois si elle avait rencontrer une vedette de la télé-réalité.

Mais moi je suis partisan et je n’aime pas du tout Pauline Marois.

Et vous M. Alec Castonguay, est-ce que vous êtes partisan et est-ce que vous n’aimez pas Stephen Harper?

RÉPONSE
Bonjour M. Robert,

Merci pour votre commentaire. Puisque la question est posée poliment, je vais vous répondre sans problème. Je ne pense pas que mon billet soit partisan. J’écris ce blogue pour informer, débattre, susciter des réflexions, et parfois, lorsque le contexte s’y prête, le faire avec un brin d’humour. Je crois que recevoir les gagnants d’Occupation double était l’une de ces occasions, le sujet étant léger.

Mon billet soulève la question de l’utilisation qu’un premier ministre fait de son temps. Vous avez le droit à votre opinion quant à la réponse, mais soulever la question ne me semble pas partisan.

J’ai fait cinq entrevues avec Stephen Harper dans les dernières années. Il en est sortie des choses très intéressantes. L’actualité vient de consacrer un grand portrait au ministre Jason Kenney. J’ai beaucoup écrit dans le passé sur le Parti conservateur, notamment lorsque j’étais au Devoir. Je ne déteste pas les conservateurs, je ne les aime pas non plus. C’est la même chose pour tous les partis. Je fais mon travail, voilà tout. Du mieux que je le peux. Ce n’est pas toujours parfait, mais il n’y a jamais d’intentions cachées, jamais de partisannerie. J’aborde les actions et les agissements de Stephen Harper comme je le fais avec les autres partis politiques. Étant au gouvernement, il est davantage sous la loupe, c’est évident.

Ce blogue et le magazine abordent des sujets qui touchent le PC, le PLC, le NPD, le Bloc, le PQ, le PLQ, la CAQ, QS, ON, et ainsi de suite. Plusieurs lecteurs ont la mauvaise habitude de prendre individuellement un billet, un article ou une intervention à la radio ou à la télé d’un journaliste, sans regarder l’ensemble. Les textes écrits avant, sur d’autres partis, soudain ne comptent plus. Ou encore les interventions à la radio sur une plus longue période qu’une journée ou deux. Je ne dis pas que c’est nécessairement votre cas, je ne vous connais pas.

Mais il est clair qu’un lecteur n’aimera pas tous mes billets, parce qu’ils ne vont pas tous dans le même sens. Parfois ils vont égratigner votre opinion ou votre parti. Parfois ils vont vous faire plaisir en appuyant l’idée que vous vous faisiez d’un sujet. Parfois ils vous feront simplement réfléchir. Il me semble que c’est tout à fait normal.

Au plaisir,

Alec Castonguay

C’est étonnant à quel point certaines personnes sont incapables de donner une opinion sur nos politiciens sans toujours revenir d’une façon très méprisante sur la nationalisme québécois. Je pense particulièrement à M. Rioux, pardon je voulais dire M. Bull, qui est le champion en la matière. mais ils doivent tous les deux mettre le cadran pour se réveiller en pleine nuit pour haïr les souverainistes québécois. C’en est rendu comique.

Mais je crois que M. Castonguay a bien raison d’ironiser sur le sujet. Le populisme de bas étage de M. Harper crève ici les yeux.

Bon, on ne peut toujours pas en vouloir à ces deux invités. Mais comme grossière tentative de flagornerie électoraliste, c’est réussi.

«La différence essentielle entre un jeune con et un vieux con réside dans le temps qu’il leur reste à être cons.»
[Jean Dion]

Si notre P.M. s’intéresse tant à Occupation Double, je lui suggère d’inviter la production à tourner O.C. au 24, Sussex Drive et d’en faire l’animation. 😉

Vous dites vous-même que vous venez du Devoir. Or le Devoir est tellement anti-Harper que ça confine à la haine pure. Il suffit de lire (ou d’entendre) M. Corneilller, H. Buzetti ou J. Boileau. Même Josée Blanchette a écrit ses pamphlets anti-Harper, c’est dire. Les lecteurs sur le site sont encore plus haineux.

Autrefois, dans le journal Dimanche Matin, le chroniqueur Jacques Francoeur titrait sa chronique : « fourré partout même si ça vous choque … et si ça vous choque, ne lisez pas ceci » . Faudra-t-il que le Devoir fasse la même chose au sujet de Stephen Harper ? À chaque fois qu’un journaliste du Devoir écrira au sujet de Stephen Harper, devra-t-on écrire ceci en notice : Fourré par Stephen Harper même si ça vous choque … et si ça vous choque, ne lisez pas ceci. 😉

?!?! Mieux/pis encore ? En Italie Berlusconi recrutait des « pin-ups girls » comme candidates aux élections générales ?!?! PATHÉTIQUE !!!

C,est une façon de renforcer sa reconnaissance de la nation Québécoise. Pour M.Harper le Canada est une représentation, d’une occupation double.

M. Harper connaît ça le patin, il patine sur la bottine au sujet de l’environnement. Son départ de la gouverne de l’État canadien nous fera un plaisir semblable à celui du départ de la gouverne du Québec, de M. Charest, un Conservateur déguisé en Libéral, qui patinait sur la bottine de l’éthique.

Bonsoir.

Tout en considérant la prémisse de ce billet qui clame haut et fort que Monsieur Stephen Harper n’a pas beaucoup de temps libre, ce qui est tout à fait le cas, sa démarche ne vise qu’à faire de la récupération avec les Pure Laine nationalistes du Québec. Et qui sont tout à fait conservateurs depuis toujours. Car n’oublions jamais qu’il était Minuit moins cinq car la nouvelle religion nationale qu’est le hockey prend place. Car depuis la défaite référendaire de 1995, beaucoup de nationalistes québécois, soit en grande partie ont perdu la Foi du Charbonnier qui les animait ainsi que l’Espérance. Enfin cette foi du charbonnier qui soi disant déplaçait des montagnes. Nos amis les nationalistes se sont enfin aperçus que même en poussant toute la gang ensemble pour une seule et « dernière fois », avec la plus grande rage et volonté, ceux ci ne pourront jamais déplacer les Montagnes Rocheuses dans le coeur de la très grande majorité des québécois qui se considèrent Canadiens.

En terminant, quoi de plus facile pour manipuler quelqu’un et Monsieur Stephen Harper le fit allègrement par l’entremise de Monsieur Gilles Duceppe en lui disant : Quin toué le nationaliste québécois. Bienvenue au Québec dans le Concert de plus de 5,000 nâaaaaations dans le monde avec seulement 200 pays. Toutefois, nommez moi une seule des 4,999 Autres. Et Monsieur Gilles Duceppe accepta le tout les oreilles rouge vif et molles faute de résistance intérieure. Bien à vous, John Bull.

Rencontre avec les gagnants d’Occupation Double: OUI. Rencontre avec Theresa Spence: NON Une autre preuve que ça paie d’être honnête et transparent !

Pour la gogauche, quoique Harper fasse, il sera toujours blâmer. Au moins les 2 d`OD réclâme rien des travailleurs payeurs de taxes contrairement à l`autre et sa grève de la faim. Plûtot sa diète de la faim.

Avec les gauchistes viens le chialage. Tout ce que Harper fait rest reprochable. J’adore Harper. Il dit quelque chose et le fait. He’s my man!

Intéressants les commentaires… on voit qu’à mi-mandat, les conservateurs et la droite canadienne se préparent à un combat épique! Cette affaire d’OD fait évidemment partie de l’arsenal de propagande conservatrice qui puise dans le bas sans fond de l’argent des contribuables – Harper veut séduire assez de Québécois pour profiter de la division des gauchiste et de la gogauche, comme l’appellent les ténors conservateurs.

J’ai bien ri en lisant Jackwood et son commentaire sur les « payeurs de taxe » (contribuables, en français et j’espère qu’il en est un) – surtout dans le contexte où la richesse du Canada s’est faite à partir de ses richesses naturelles, prises sur les territoires qui étaient autrefois les territoires traditionnels autochtones. Vous pouvez bien rire de Mme Spence mais elle au moins, elle a le courage de ses convictions – rira bien qui rira le dernier et je doute que ce soient ceux de la clique de droite qui soient les derniers à rire… les autochtones sont partout dans ce pays où il y a des richesses et c’est bien connu, le rire amérindien est très contagieux.

Hubert trouera-t-il épouvantable d’apprendre que Monsieur Harper est aussi figurant à ses heuresÉ

On peut voir ici notre premier ministre dans un épisode de la série Murdoch Mysteries, jouant le rôle d’un policier qui semble tout connaître sur le hockey mais qui ne reconnaît pas Sir Wilfrid Laurier qui se présente au poste de police. Harper ne jette qu’un regard dédaigneux sur Laurier.

https://www.youtube.com/watch?v=82UOW9yfA0A

On reconnaît bien ici le Stephen Harper des années 1990, alors qu’il se plaignait qu’autant de francophones puissent occuper des postes de pouvoir au Canada !

Le p’tit gars a grandi à Québec avec les radios-poubelles (radio auxquelles le Blogueur collabore à l’occasion)
Ca donne ce que ca donne.

Bonjour,

Sans « être du travail au noir », cette double occupation de Monsieur Stephen Harper démontre le fin stratège qu’est cet homme de droite ainsi que son parti. Les élections Fédérales vont venir à grands pas et voilà que mine de rien, les Conservateurs sont sur le mode séduction envers les nationalistes québécois.

En effet, la victoire du 2 de Mai 2011 du Parti Conservateur était « écrite dans le Ciel » car depuis l’année 2006, afin de mieux leurrer la population Canadienne en voulant amenuiser leur dangerosité de droite, les Torys gouvernaient avec un programme tout à fait du Parti Libéral par l’interventionnisme de gauche de l’État. Et voilà la mystification qui se produisit et sur les cinq années de gouvernance des Torys de 2006 jusqu’au 2 de Mai 2011.

Toutefois, c’était la BÉRÉZINA pour le défunt Bloc Québécois, la totale dans son insignifiance crasse, ce cataclysme se transformant en une déroute complète de cet « appendice nationaliste du Québec » qui ne laissa qu’un petit Morceau de Bloc sur la Colline d’Ottawa en guise d’épitaphe pour les pauvres « dépités nationalistes » qui s’en revenaient de Rigaud le Soir du 2 Mai 2011 sans même une pinte de whisky …..

En outre, avec ce flamboyant balayage par le NPD au Québec n’avait d’égal que les grands coups de balais du Parti Libéral du Canada avec le flamboyant et unique Pierre Elliot Trudeau, cet homme plus à gauche qu’était le NPD de 2011.

Par ailleurs, voilà pourquoi Monsieur Stephen Harper s’y prend de bonne heure avec le Québec en courtisant les nationalistes québécois de droite. Car n’oublions jamais que l’aile Conservatrice des Torys était au Québec le Bloc Québécois de 1990 jusqu’en 2006 alors que les nationalistes virent poindre une menace à l’horizon, soit le NPD qui se pointait à gauche. N’oubliez jamais vous Autres chez les nationalistes du Québec que ces Messieurs Lucien Bouchard, Louis Plamondon, Vic Leblanc, Ghislain Lebel, le Curé Gravel, Pierrette Venne etc….. n’était pas du tout de la graine de gauchistes.

En terminant, Monsieur Stephen Harper devra faire une double occupation de son temps et surtout prendre les bouchées doubles car peu importe qui l’emportera entre le NPD et le Parti Libéral du Canada, si la tendance se maintient, Monsieur Justin Trudeau risque de venir faire des ravages dans l’électorat du Canada et aussi charmer les québécoises qui n’en demanderont pas « autant ». Bien à vous, John Bull.

S.Harper est un amateur de Don Cherry, populiste à CBC de Hockey night in Canada, de la politique républicaine américaine, de la mondialisation à sens unique, de la monarchie britannique, d’un monde régi par les anglo-saxons qui auraient gagnés définitivement la guerre de la mondialisation.

À quoi s’attendre d’autre d’un politicien qui appartient à la moyenne des politiciens qui gèrent l’État comme une boutique? Et qui se détermine comme électoraliste en considérant les Québécois comme des êtres grégaires qu’il suffit d’amadouer par la réception des gagnants d’O.D.

Les réalités tout court ou politiques précisément sont bêtes et c’est pas d’hier. Évidemment, il y aura toujours pire comme chefs d’États. Les Caligula, Néron et Hitler sont là pour nous le rappeler ce qui ne signifie pas que les démocraties de représentation sont fantastiques lorsqu’elle permettent l’élection en série de chefs de partis si peu éclairés et surtout peu compatissants et peu pourvus d’éthique.

Si le Québec était un pays, nous aurions un chef d’État québécois assez souvent décevant aussi mais au moins nous n’aurions plus à supporter un chef d’État canadien qui n’a plus besoin du Québec pour gouverner deux fois sur trois.

Une autre belle preuve que le ridicule ne tue pas ! Et le plus Triste et le plus cynique est que ce PM a toujours beau coup de supporteurs !….