La grande évasion

Ils se sont évadés. Les électeurs québécois ont massivement tourné le dos au Bloc — puisqu’ils y étaient en plus grand nombre — tourné le dos aussi au Parti libéral et au Parti conservateur pour suivre la piste orange.

Pourquoi les électeurs ont quitté...
Pourquoi les électeurs ont quitté...

Évadés, oui, mais de quoi ? De la prison, justement. De la prison du statu quo.

Je m’explique. Pour l’électeur québécois moyen du début de 2011, l’avenir semblait bloqué. À Québec, un gouvernement libéral détesté. À Ottawa, un gouvernement conservateur tout aussi détesté. À Montréal, un maire dont on souhaite le départ.

Mais rien n’y fait. Charest est installé encore pour deux ans. Tremblay aussi. Et l’élection fédérale n’avait qu’un but: savoir si Harper serait minoritaire ou majoritaire. Ce que d’autres, en Ontario, allaient décider.

Une prison, vous dis-je. Un sentiment de grande frustration. Immobiles, les Québécois ? Pas par choix.

La campagne a commencé avec son ron-ron habituel. La même rengaine que la dernière fois. Gilles Duceppe a-t-il fait un début de campagne avec moins de tonus que d’habitude ? Oui, c’est indubitable. Mais aurait-il été meilleur que cela n’aurait rien changé. L’important est qu’il a dit la même chose qu’en 2008 et la même chose qu’en 2006. Ces choses n’étaient pas moins vraies qu’avant. Mais elles renforçaient le sentiment d’enfermement. Rien n’allait changer.

Puis, quelqu’un, quelque part, un francophone souverainiste sans doute, a dit à son voisin, son copain, son cousin: pourquoi on voterait pas Jack? La rumeur a couru. D’abord, presque une blague. Puis, un défi. Pourquoi pas, finalement ? À Pâques, autour du coco, on ne parlait que de ça. Toi aussi tu y penses ? Même mon oncle, Rouge, et le beau-frère, Bleu, de Québec, semblaient partants. Ben s’ils osent, eux, pourquoi pas nous ?

Layton a-t-il été meilleur, dans cette campagne, que dans les précédentes ? C’est indubitable. Mais aurait-il été moins bon, que cela n’aurait rien changé. La rumeur a grandi que, cette fois, on allait faire quelque chose de différent. Que cette fois, on allait s’évader.

Et plus les électeurs québécois ont vu que d’autres électeurs québécois prenaient la poudre d’escampette, plus ils ont voulu les suivre, dans un mouvement collectif d’affranchissement. Il y a de l’espièglerie dans la décision de l’électorat. Un sentiment d’école buissonnière. D’enfreindre des règles. De bousculer les usages. Une prise de liberté. Un écart, qu’on croit bénin, qu’on peut se permettre.

Au début, on croit cet écart sans conséquence. Gilles Duceppe — que les électeurs ont applaudi lors du débat en lui donnant la palme du vainqueur — les avait bien dédouanés: Jack ne pouvait pas devenir premier ministre. Alors, voter Jack, ça ne coûte rien. On change d’opposition. On change de couleur. Mais on ne pose pas de geste grave.

Ceux qui suivent les choses de plus près, comme vous, chers internautes, ont compris dans un second temps seulement que ce geste pouvait être grave, mais… dans le bon sens du terme. D’abord ce Jack était en train de donner une leçon aux libéraux, en les reléguant en troisième place. Chez les évadés, personne ne pleure dans les chaumières, au contraire. Cela contribue au mouvement. On ne savait pas qu’on pouvait « se payer » la marque de commerce libérale en plus ! Même si Ignatieff, comme l’a fameusement dit Dodo à TLMEP, n’était pas si mauvais. Mais il arrivait après Trudeau, Chrétien, Dion. C’était trop. On en veut plus des Rouges. Ils nous en ont trop fait. Ouste… Du balai…

Puis on a compris qu’ailleurs au Canada, si suffisamment de gens s’évadaient, comme nous, Harper pourrait même être renversé et Jack pourrait diriger une coalition.  Un geste grave, oui, mais qui n’allait pas ralentir l’évasion vers le parti orange. Renverser Harper, sans le remplacer par des Libéraux qu’on exècre pour 100 bonnes raisons, on n’osait pas y croire. Pour un instant, cela semblait possible, alors, se sont dit les Québécois, allons-y gaiement !

Où cette évasion va-t-elle nous mener ? Les Québécois ne le savent pas. Ils trouvent Jack bien sympathique. Il a l’air de comprendre le Québec, même s’il ne dit rien de bien concret. Il partage nos sensibilités de sociaux-démocrates modérés. On aurait été content de le voir nous représenter au G8, ça c’est sûr. (Moi aussi.)

Les Québécois sont-ils moins nationalistes, moins souverainistes qu’avant ? Mais non, qu’allez-vous chercher-là ? Vous ne voyez pas tous les souverainistes qui ont voté NPD en expliquant que c’était le bon moment, pour une bonne raison et que — ben, ça nous tentait, c’est tout ! Puis des séparatistes, il y en a même dans le caucus NPD ce soir. (Je reviendrai dans les jours qui viennent sur les impacts du vote sur la question nationale).

Ils sont heureux d’avoir donné une leçon aux Libéraux, oui. D’avoir donné une chance à Jack, oui. D’avoir donné une leçon à Duceppe ?  Non, personne n’en est fier. Il est une victime collatérale de l’évasion. On a rien à lui reprocher. Dès demain, vous verrez, on regrettera de lui avoir fait de la peine.

Mais le fait reste. Même si 83% des Québécois ont voté contre les conservateurs, ce lundi, Harper sera encore au gouvernement. Majoritaire. Qui l’a élu  ? Le Québec ? Non. C’est le Canada.

L’electeur Québécois a pris l’air.  Beaucoup d’air. Il s’est évadé de la routine, de l’habitude. Mais il est toujours prisonnier du Canada.

Laisser un commentaire

Les électeurs québécois ont tout simplement dit «Non, c’est assez» à l’immobilisme. Et dit «Oui» à un programme social-démocrate qui va venir aider les personnes âgées promis par un bon Jack qui a fait une superbe campagne tout en venant de se faire opérer et de combattre un cancer… Tant qu’à aller voter, valait mieux que ça change quelque chose, il fallait faire une différence entre avant et après…

Certains vous diront sans doute que vos sympathies souverainistes vous aveuglent et que les québécois ont tourné le dos à leur aspirations nationales. Mais, comme souvent, vous voyez juste. Les souverainistes ont tendu la main au reste du Canada et, même sous une bannière fédéraliste, ils se voient isolés. Quelque chose me dit que la cause souverainiste n’est pas morte.

Beaucoup ont pensé avoir une idée de génie pour contrer Harper : voter NPD. Ces génies de la stratégie se sont tirés dans le pied comme je l’avais prévu d’ailleurs. Feront-ils amende honorable ou tenteront-ils de se convaincre encore d’une quelconque fabulation ? J’ai bien hâte de les lire et de les entendre. Pousseront-ils hypocrisie jusqu’à renier leur adhésion à cette stratégie géniale évoquée plus haut ?

Le PCC occupera tout l’espacer politique canadien et rien ne pourra l’arrêter pour les 4 ou 5 prochaines années. Harper poussera-t-il les québécois dans leurs derniers retranchement dans l’espoir que nous quittions la confédération ?

Nous verrons bien jusqu’où le pousserons sa suffisance et son arrogance.

Allez ! Bonne nuit.

«Il y a certains chefs qu’on suit d’autant plus aveuglément qu’il faut être aveugle pour les suivre.»
[Gérard de Rohan Chabot]

Votre analyse est pertinente M. Lisée.

Deux constats:

1) Le Parti Conservateur obtient sa majorité sans avoir eu besoin du Québec.

Non seulement la représentation ministérielle québécoise sera minime, les candidats seront probablement choisis « par défaut ».

Toujours selon ce constat, la grande majorité des élus choisis par les Québécois seront à l’opposé sur l’axe droite-gauche de ce qui constituera le gouvernement du pays. Encore une fois, la preuve d’une fracture entre l’orientation sociale-démocrate des Québécois vient en conflit avec la position beaucoup plus à droite du reste du pays.

Compte-tenu du fait que Stephen Harper souhaite augmenter le nombre de députés à la chambre des communes, d’environ une trentaine de sièges tous hors du Québec, la représentation des valeurs québécoises, de cette sociale-démocratie, se retrouvera encore plus marginalisée dans les années à venir.

2) Plus des deux tiers des députés qui formeront le caucus du NPD proviendront du Québec.

Ce sera là une bonne façon de voir si Jack Layton souhaite réellement donner aux Québécois le Canada qu’ils souhaitent, avec une décentralisation des pouvoirs et une réouverture de la constitution pour reformer le Canada.

Est-ce que le « bon Jack » sera en mesure de porter les rêves de plusieurs, ou sera-t-il un autre fédéraliste pour lequel le « fruit n’est pas mûr »?

De grands tests en perspective pour le Canada tel qu’on le connait…

On a joué le tout pour le tout.
On voulait éviter un gouvernement Conservateur majoritaire qui ne nous ressemble pas du tout:
Qui se fout de l’environnement, qui écrase tout ce qui est sur son chemin, qui ressemble au parti Républicain, qui pense n’avoir de compte à rendre à personne, même lorsqu’il est minoritaire, alors imaginez maintenant.

On a fait tout ce qu’on pouvait. On a tout misé, pour une fois plus unis que jamais, souvernainistes et fédéralistes du même bord. Mais on a quand même perdu.

En tant que fédéraliste, je ne pensais jamais avoir à dire ça : il me semble qu’il faut remonter au années 50 pour trouver une fracture avec la Canada anglais qui soit aussi brutale.

La population de l’Ontario, qui a déjà porté au pouvoir des gouvernements provinciaux très-Néodémocrates, puis très-Conservateurs, pour enfin se rendre compte que ni l’un ni l’autre ne lui convenait, a encore une fois le goût d’aller au bout de ses envies pour, je l’espère, s’écoeurer bien comme il faut de Stephen Harper, le Tartuffe canadien des temps modernes. On verra bien que ce que cela donnera à la prochaine élection.

Je prend note de ce texte écrit à 23.heures.

Les Québécois souverainistes oui et non pour être honnête. Pour un Québec dans un Canada uni plutôt.

Il reste que le scrutin uninominal efface les 24% du BQ en suffrages, il reste que l’addition des voix BQ et NPD procurent deux tiers de voix pour un changement de statut du Québec dans le Canada.

Le système uninominal est barbare non démocrate.

En attendant, on dira que les Québécois sont devenus Canadiens à Toronto. Que les principaux députés du BQ sont tombés dont Duceppe.

Je ne suis pas fier de ce peuple de suiveux envers et contre tout même si tout n’est pas désespéré.

On a joué le tout pour le tout.
On voulait éviter un gouvernement Conservateur majoritaire qui ne nous ressemble pas du tout:
qui se fout de l’environnement, qui écrase tout ce qui est sur son chemin, qui ressemble au parti Républicain, qui pense n’avoir de compte à rendre à personne, même lorsqu’il est minoritaire, alors imaginez maintenant…

On a fait tout ce qu’on pouvait. On a tout misé, pour une fois plus unis que jamais, souvernainistes et fédéralistes du même bord. Mais on a quand même perdu.

En tant que fédéraliste, je ne pensais jamais avoir à dire ça : il me semble qu’il faut remonter aux années 50 pour trouver une fracture avec la Canada anglais qui soit aussi brutale.

La population de l’Ontario, qui a déjà porté au pouvoir des gouvernements provinciaux très-Néodémocrate, puis très-Conservateur, pour enfin se rendre compte que ni l’un ni l’autre ne lui convenait, a encore une fois le goût d’aller au bout de ses envies pour, je l’espère, s’écoeurer bien comme il faut de Stephen Harper, le Tartuffe canadien des temps modernes. On verra bien que ce que cela donnera à la prochaine élection.

M. Lisée,
Votre passion dépasse votre inspiration ce soir.

« La Grande Évasion », c’est le discours que vous cherchiez à donner à Radio-Canada ce soir et que vos co-panelistes ont eu la gentillesse de tenter d’intérrompre.

De grâce, n’allez pas l’imprimer.
La nuit aurait porté conseil.

Malheureusement… toute cette pseudo-stratégie dont la majorité des électeurs est incapable se retrouve a l’eau. Les Conservateurs seront majoritaires, le NPD se retrouve avec une députation d’amateurs qui devront répondre, du moins au Québec, aux attentes de leurs concitoyens malgré les grandes lignes centralisatrice du NPD…

Si c’était avec un gouvernement minoritaire, il y aurait moindre mal, un « one night stand » pour ainsi dire…

Mais la…

J’ai voter NPD pour permettre au Liberaux-NPD de former une coalition contre Harper, mais Harper est majoritaire (a cause de l’ontario). Donc on se retrouve avec des poteaux sans pouvoirs au parlement. De plus, mon vote aurais pu faire une différence pour le bloc (Ahuntsic). Quoi que maintenant, le bloc est un peu inutile…… mais je regrette.

À tous les indépendantistes convaincus comme moi qui sont ce soir un peu déçu, constatez que le Canada ce soir est beaucoup plus divisé qu’il ne l’était avant cette élection. Puisque le Québec a donné 59 sièges au NPD, le ROC n’aurait donné tout au plus que 7 sièges de plus au NPD. Colision à prévoir entre les nouveaux élus NPDistes du québec et ceux de ROC, et colision assuré entre le Canada et son mouvement vers la droite et le Québec. La marchandise que les québécois attendent ne sera pas livrée….

Je vous trouve bien indulgent Jean-François, malheureusement je crois que c’est Olivar Asselin qui avait raison.

Prendre l’air vous dites?

-Avec 43 % d’appuis à la souveraineté ( et ce, en temps de « basse saison »).

-93% d’appuis à Pauline Marois de la part des militants.

-Avec la mise-à-mort du bloc québécois

-Avec un sentiment d’identité québécoise en hausse constante…

C’est la fameuse ambiguité québécoise qui se dissipe.

Pour le mieux.

Constat des élections: les Québécois ne croient pas plus en l’indépendance qu’au fédéralisme, mais ils détestent Harper. L’opinion des Québecois est donc facilement manipulable sur la Question d’indépendance et varie énormément en fonction de l’actualité. Prions pour que Harper soit assez méchant !

D’accord avec votre analyse. Un sentiment «d’école buissonnière», dites-vous. Ça fait un peu ado. Ça fait un peu déboussolé, politiquement. Mais, le peuple est souverain. Capable de s’évader ? Une sorte d’évasion, était-ce la «grande évasion» ou la «grande illusion» ? Les québécois seront majoritaires dans le parti qui formera l’opposition officielle à Ottawa ! faut le faire, quand on est minoritaires dans ce grand pays ! Et ce même électorat québécois n’oserait pas se donner la véritable liberté, qui consisterait à se doter d’un pays à lui, sans coup de feu, sans mort d’homme, simplement en posant une croix sur un bulletin de vote ? Pourtant, le vote d’aujourd’hui indique clairement un consensus québécois très fort. Y aura-t-il un moyen quelconque, par l’éducation, par la bonne qualité de l’information, de faire prendre conscience un jour à ce peuple qu’il est vraiment souverain, et qu’il suffirait d’une croix sur un bulletin de vote pour que le Québec devienne souverain ? …

Et ils comprendront vite (sic) que pas plus que les conservateurs ou les libéraux, les néodémocrates ne peuvent satisfaire les aspirations des forces vivent du Québec. Parce que les néo sont, eux aussi… prisonniers. Prisonniers minoritaires de l’électorat canadian et ils souhaitent plus que tout au monde obtenir le statut de majoritaires. Pour cela, il leur faudra emberlificoter le Québec à leur tour. C’est déjà bien commencé. « Travaillons ensembles » ! Entre fédéralistes, va sans dire et en anglais de préférence.

Comme le disait Wilfrid Laurier : « Messieurs les députés, les Canadiens français n’ont pas d’opinion, ils ont des émotions. »

Un excellent billet.

À vous lire, on comprend mieux pourquoi vous avez présidé à la dernière défaite référendaire: votre sens inné pour le déni et surtout, pour l’arrogance!

Les Québécois, lassés des chicanes constitutionnelles qui sont le lot des sépartistes dans vore genre ont montré la porte au Bloc séparatiste qui se sabordera probablement dans les prochains mois, eux qui devaient être « le premier pas vers la souveraineté »… Quand on s’enfarge dès le premier pas, la suite n’est pas difficile à deviner.

J’ai depuis longtemps, sur ce blogue et sur d’autres, encouragé les gauchistes à cesser de perdre leur temps et leur vote à supporter un parti politique voué à l’opposition éternelle et is m’ont enfin écouté. Ils ont voté fédéraliste et que vous le vouliez ou non, c’est ça, LA réalité!

Je vais vous faire une autre prédiction Monsieur Lisée: suite à la création d’une force politique par François Legault, le prochain parti politique qui disparaîtra sera le Parti québécois.

Les gens en ont plein les baskets de la hargne, de l’agressivité et de la condescendance insolente des Larose, Parizeau, Duceppe, Marois, Curzi, Drainville, etc. qui ont tous « aidé » Duceppe et dont la balloune leur a pété en pleine face hier soir.

Les Québécois, épris de liberté, ne veulent PAS entrer dans votre cage à homards Monsieur Lisée et vous subirez le même genre de déculottée que celle-ci aux prochaines élections provinciales.

Le cheval de la souveraineté est un cheval mort!

Trop simple à mon avis. Je crois que les québécois comme bien des gens dans d’autres pays sont écoeurés de voir les politiciens ne pas les représentés suffisamment et surtout le manque de renouvellement de la classe politique comme certains que je nommerais de brûler et rien ne peut y faire. De plus, le plus gros de la tendance a débuter avec un sondage bidon (manipulation de masse)qui a ce moment n’était pas le reflet des intentions de vote aussi prononcer mais répondait au fond à des positions comme vous dites de liberté. Je m’interroge sur l’émotivité qui oriente les choix et si un jour le désir d’indépendance revient sur le tapis je m’interroge sur le sérieux ou le coup de tête temporaire. Si vous remarquez que des gens comme Madame Boucher c’est fait élire sans aucun budget, Legault attire 30% des électeurs sans parti politique, Obama c’est à cause d’internet en partie alors il faut changer les faces de temps en temps et de mode de discourt et de représentation.
Seule chose de bonne c’est que Harper veut enlever les subventions aux partis politique. Désolée mais ces subventions c’est une entrave à la démocratie. On est loin du temps ou il fallait récolter nos fonds rencontrer les électeurs autrement qu’en élection. De plus il permet à des petits partis de bien vivre même si ils sont des coquilles vident. Je penses à Madame May qui récoltait presque le même montant que le bloc et qui ne devait partager avec très peu de bureau de compté. Un parti d’une personne comme elle l’a dit sur les ondes de 98,5. Ce genre de parti qui n’avance pas et divise encore davantage le vote ce qui donne comme résultat que plus de 50% des électeurs sont déçu. Des comportement des gens qui prennent le rêve de proportionnel pour des réalités quand dans les faits notre système ne peut-être de multis partis sans décevoir l’ensemble de l’électorat. Triste journée le Québec rêve d’un Jack qu’il n’est pas et qui fait bande à part avec le Canada on s’en sort pas. nous demeurerons toujours minoritaire dans ce Canada qui ne nous ressemble pas.

Le Ron-Ron dont vous parlez est le même que celui de 2008. Sauf qu’on ne donnait pas cher de la peau du Bloc. Ce qui a sauvé le Bloc québécois en 2008 ce fut la mobilisation des artistes contre la ART-Peur. On a dit que ça ne tiendrait pas la route. Que la campagne électorale allait les faire disparaître des écrans radar… Sauf que les Conservateurs ont fait l’erreur de voir trop grand, isoler les artistes du peuple… Ce qui a sauvé le Bloc…

Ce qui est incompréhensible c’est que ses stratèges aient cru qu’en jouant profil bas, ils pourraient faire face sans plus de mobilisation… Ils ont été sourd à tous les avertissements… bon débarras ! Place à une nouvelle génération ! Du moins à une nouvelle génération de pensée. Place à la créativité ! Place à l’audace, l’innovation, la mobilisation.

OUI nous sommes toujours prisonnier d’un État qui NIE la primauté EFFECTIVE de la souveraineté du peuple ! Le PQ ferait bien d’en prendre la graine… Le peuple ne tolère pas que soit TOLÉRÉE la négation de son pouvoir souverain. Ce vote est un vote de protestation contre le silence figure imposée. Il aurait fallu s’ENGAGER à donner la parole à ce peuple qui refuse l’État ILLÉGITIME du Canada.

Il commence à faire clair dehors et je vois Jack qui installe des tuteurs après sa cinquantaine de poteaux au Québec.

Je pensais être le seul à vouloir respirer un air différent, un peu plus frais. Je le préconisais sur ce bloque, il y a quelques semaines.

Ce matin, je me réveille en constatant que Mme Blancheville et M. Net ont fait le grand lavage et tout notre linge est maintenant orange, du moins au Québec. La couleur est différente mais le linge est le même et il habille encore l’opposition.

Si le parti Conservateur était demeuré minoritaire, je serais ravi du résultat à tous les niveaux. Comme la majorité leur vient de l’Ontario, le Québec ne pouvait pas changer cette réalité qu’il soit bleu ou orange. Donc pas la faute du Québec.

Nous voulions du changement, nous allons le vivre. Pas à cause de Jack mais parce que Harper a la majorité et pourra faire ce qu’il veut pendant les prochains quatre ans. J’espère avoir tort mais je pense que le Canada et le Québec sera très différent après le passage du tordeur Harper.

Harpeur a été un mini Bush et maintenant il continue d’être un mini Obama. Comme Obama est la suite presque parfaite de Bush, le Canada demeure encore sous la grande influence des politiques de Bush. On s’en reparle durant la prochaine année. Comme disent les Anglais : you ain’t seen nothing yet.(Vous n’avez encore rien vu)

Le fait que le Bloc soit fini me semble une bonne chose. J’aurai préféré que Gilles puisse prendre sa retraite plus honorablement. Il méritait mieux que de se faire expulser par une illustre inconnue qui, de toute évidence, n’est pas du même calibre.

Il était grand temps que les forces vives indépendantistes se retrouvent exclusivement au Québec. L’Indépendance du Québec est une affaire qui doit se régler au Québec, pas au Canada.

Le clivage entre le Québec et le ROC est trop clair. La disparition du Bloc est à mon sens un nouveau départ pour l’Indépendance du Québec et je soupçonne que Harper va mettre le feu aux poudres assez rapidement.

Que la Force soit avec nous. :-))

À mon humble avis, ce qu’il faut retenir de cette élection, c’est que désormais, même si le Québec vote massivement pour un seul parti FÉDÉRALISTE, il ne décide plus du parti gagnant. On aurait tous voté parti Rhinocéros que le résultat final aurait été le même: Conservateur majoritaire.

Voilà l’énorme changement qu’aura apporté cette dernière élection. Et si le gouvernement procède à l’attribution de nouveaux sièges dans l’Ouest, l’importance du Québec à la Chambre des Communes ne sera que plus diluée encore.

Cela mérite réflexion.

Se peut-il que la présence d’un gouvernement conservateur majoritaire à Ottawa soit la meilleure chose qui puisse survenir pour aider la cause des indépendantiste du Québec?

Se peut-il que Harper, cette fois, puisse réaliser de bonnes choses pour le Québec et pour le Canada?

Avec la majorité et son style de contrôle dictatorial, nul autre que Stephen Harper ne sera blâmé ou félicité, et ce, peu importe les résultats.

– Vive les profits corporatifs, le libre-échange et le chômage!
– À bas la famille, les services sociaux et la classe moyenne!

Un nouveau film vient de commencer à se dérouler sous nos yeux: Le monde selon Harper. Et si le monde ne l’est pas encore, Harper fera en sorte qu’il le soit.

Ce sera la multiplication des « j’aurais donc dû »!

P.S.: Attention à l’américanisation!

Si les Québécois et les américains et les autres peuples du monde s’apercoivent qu’on a érigé des barreaux invisible autour d’eux, peut-être pourraient-ils s’apercevoir que c’est eux qui maintiennent les barreaux du discours sur la réalité !

Ce dont on ne parle pas n’existe pas !

Les Québécois auraient donc préféré être « prisonniers » du Canada que « prisonniers » des indépendantistes.

HaHaHa… Vive le Canada, qui corrige les soubresauts émotifs de Québécois qui, après s’être mis le doigt dans le nez pendant 20 ans, ont opté pour un changement du même ordre: se mettre le doigt dans l’oeil en élisant des candidats poteaux qui passent la campagne électorale en vacances à Las Vegas, dans les Antillles ou en Europe, ou n’ont guère d’expérience de vie autre que de de ne pas dépasser n’importe quel quidam rencontré au coin de la rue.

Félicitations à M. Harper. Quant à Ignatieff et Duceppe, employons les mots de M. Lisée dans un billet précédent: dégage…

Et voilà ce que l’entourage de Pauline Marois doit comprendre et commenter sereinement.

La souveraineté n’a pas reculé d’un centimètre le 2 mai. Tout est encore possible.

Merci au Bloc.

LG

Les Québécois auraient-ils tous voté pour le Bloc, ou tous pour les Libéraux que celà n’aurait rien changé à la victoire de Stephen Harper.

Si on voulait bien concéder un peu d’intelligence aux Québécois on verrait très clairement qu’ils ont voulu participer à la dynamique politique canadienne, en s’inscrivant au NPD plutôt qu’au parti Conservateur, ce dernier ne correspondant en rien à leurs désir d’un plus grand respect et d’un peu plus de mesures sociales. Et le Libéraux n’ont pas réussi à se présentger comme l’alternative incontournable aux Conservateurs. Et les Québécois auraient-ils tous voté pour les Libéraux, ils se sraient retrouvés représentés par un troisième parti, sans autant d’influence qu’en aura le NPD.
CQFD. Les Québécois ne sont pas plus bêtes que les analystes qui les observent…

Là ou je diffère d’opinion avec vous, monsieur Lisée, c’est sur l’impact du vote québécois sur l’élection d’un Gouvernement conservateur majoritaire. Le tsunami orange à débuté et s’est concentré pour l’essentiel ici, au Québec. Remplacant du même coup des députés bloquistes par des députés *oranges*. Mais ce tsunami débuté ici a été suffisamment fort pour se rendre en Ontario, diviser le vote du PLC chez les voisins Ontariens et favorisant ainsi l’élection de candidats conservateurs qui autrement auraient perdu. Harper peut donc remercier les Québécois. Particulièrement les souverainistes qui ne voulaient pas de lui mais dont l’incohérence vient pourtant de le faire élire.

En ce qui concerne les souverainistes du nouveau caucus du NPD, vje ne gagerai pas beaucoup d’argent sur le niveau de conviction; vous pouvez compter sur le fait qu’il sauront rapidement cacher et oublier cette allégeance comme tant d’autres avant eux à Ottawa.

Tres bonne analyse Mr Lisée . Nous verrons bien si Jack est l’ ami (avec qui on prendrait bien une bière ) rendra la marchandise . Avec Harper majoritaire ( my god ) la gueule de bois va être tres longues .Je ne vois plus qu’ une solution , apres une bonne claque sur la gueule ,les Québecois (comme un banc de poisson) se réfugie chez le parti Québecois dans deux ans et prenne finalemant la porte de sortie pour sa survie .

Surprises surprises
Les québécois sont encore capable de se serrer les coudes, ça c’est une belle et grande nouvelle. Après des années de divisions et de chicanes moi ça me fait du bien de voir ça.
Pas au pouvoir? Mais un poid plus grand à l’Opposition qu’avant car s’il y a une chose que tout le monde c’est que le NPD est redevable aux québécois.
Prévisible mais tellement désolant de voir Ignasieff absoluement incapable d’y voir une responsabilité quelconque. Imbu frisant le narcissisme on a subit son long discours prévoyant sa démission mais NON il estime avoir bien fait.
Un bloc qui a perdu sa raison d’être des gens qui se retire d’une manière très respectable, comprenant qu’ils ne sont pas individuellement responsables mais sont balayé par la solidarité des québécois qui ont choisi le changement.
Jusque là surprenant, plus éclatant qu’on l’avait imaginé, mais tout avait été prévu dans les sondages.
Le plus surprenant le séisme bleue, qui est allé frapper la nouvelle écosse chose qui n,avait pas été prédit par les sondages et dans Toronto.
Ça me laisse très perplexe. Quelle a été la proportion de vote par accréditation dans les comptés de Toronto ou ils sont rentré fort? Y a-t-il une corrélation statistique? En a Ottawa ou le vote par anticipation a été fort, y avait-il beaucoup de vote par accréditation?
Car effectivement ils sont rentré fort dans ces 3 régions ou les sondages donnaient une montée des NPD.
Surprise surprise.
Je suis contente pour Mme May elle le mérite bien.
Même si M. Harper a obtenu une forte majorité il sait qu’il devra tenir compte du Québec dans les 4 prochaines années car s’il veut avoir la possibilité d’être réélu c’est clair qu’il devra améliorer c’est relations avec le Québec, car si historiquement on a pas vu souvent une telle majorité dans le ROC, au Québec ça n’est pas une première.
Les probabilités qu’il en perde dans le ROC aux prochaines élections avec une NPD qui monte, porté par les jeunes… qui seront encore plus nombreux a aller voter aux prochaines élections, sont beaucoup plus grandes que les probabilités que les québécois se divisent à nouveau.
Donc pour le Québec un plus grand poid politique puis que le NPD avec plus de 100 député lui est redevable mais aussi parce que les conservateurs ont vraiment intérêt à y faire des gains pour avoir des chances d’être réélus.
Plus facile donc de demander des changements a Ottawa pour le Québec, parce qu’on a plus de députer qui nous appuient et le parti conservateur doit tenir compte du déterminisme des québécois sachant maintenant qu’il peut représenter une menace clair a ça réélection ayant des appuyent ailleurs au Canada.

M.Lisée
Vous n’avez rien compris…Quelle tristesse.
Mettez votre chapeau de ….journaliste…Vous comprendrez…mieux.

Même si j’ai voté Bloc et Parti Québécois depuis leurs débuts dans l’arène politique, j’avoue faire partie des « évadés du statut quo ». La décision ne fut pas facile et j’avais l’impression de trahir mon sentiment nationaliste profond.
Contrairement à plusieurs, je ne crois pas que le raz-de-marée orange au Québec devrait être interprété comme « un beau risque » en faveur du fédéralisme. Il est plus une affirmation criante que les valeurs du Québec sont très différentes de celles du ROC.
Les québécois ont réalisé, après 20 ans, que ce n’est pas en envoyant une forte députation bloquiste à Ottawa qu’ils réaliseront leur souveraineté. Elle se gagnera à l’intérieur des frontières du Québec ou elle ne sera pas.
Le ROC pense avoir vaincu encore une fois les méchants séparatistes. La désillusion pourrait être grande. La prochaine élection provinciale pourrait entraîner un autre raz-de-marrée, celui du Parti Québécois.
Les conditions gagnantes se mettent graduellement en place: un gouvernement de droite à Ottawa qui exclut le Québec, un parti libéral national en voie d’extinction, un parti libéral provincial usé par le pouvoir et miné par la corruption, le rapatriement des troupes bloquistes qui viendront renforcer le Parti Québécois.
Il ne manque qu’un projet rassembleur achetable par l’ensemble des québécois.

Le vote NPD me semble assez complexe (bizarre? instable?). Bref, dans mon entourage autant des syndicalistes, des libertariens, des souverainistes et des fédéralistes ont voté NPD. Ouch! D’après moi, ça va chauffer dans pas long…

Je ne suis pas certain que j’aurais gardé mon calme, si hier soir à la télé, j’avais été assis à la gauche de la dame qui était assise à votre droite…

Comment se manifestera le choc culturel au sein du caucus Néodémocrate dont 60% est maintenant Québécois, quand devront être arrêtées des positions mettant en opposition le Québec et le Canada ?

Le registre des armes à feu par exemple, le chantier maritime de la Davies, l’aide du fédéral à terre-Neuve etc… ?

J’ai bien aimé entendre Mulcair répéter récemment que le NPD allait défendre entre autres la langue française au Québec.

Et Layton promettre des médecins de famille pour tout le monde.

Si j’étais cynique……

Je croyais que le pire scénario possible était l’élection d’un gouvernement Harper majoritaire. Mais là ça dépasse l’entendement car en plus nous aurons une opposition officielle « broche à foin ». C’était étrange de voir Jack Layton, le plus canadien des québécois parlant un français approximatif, faire son discours devant une foule en délire agitant un immense jardin de drapeaux canadiens alors que le « NDP » est maintenant un parti majoritairement québécois. Pourtant je n’ai vu aucun drapeau québécois planté dans la foule de néo-démocrates en liesse devant le chef. Qu’elle place aura dorénavant le Québec dans le NPD avec une majorité de députés d’ici? L’aile traditionnelle du NPD va-t-elle céder sa volonté devant la majorité québécoise? Jolies querelles en perspective. Les souverainistes ayant cédé au sourire diabolique de Jack et aux appels des sirènes néo-démocrates doivent déjà s’en mordre les doigts. Ils ont assassiné le Bloc Québécois pour suivre aveuglément Jack The Smile. Je suis convaincu que les déserteurs s’en mordent déjà les doigts, les pouces, les coudes et les orteils. C’est surréaliste. Ça nous donnera le plus étrange gouvernement canadien de tous les temps. Le Bloc disparaît même si au Québec il est arrivé deuxième dans les suffrages exprimés, loin devant les Libéraux et les Conservateurs qui ont pourtant fait élire plus de députés. Étrange! Ça me rappelle quand le PQ avec 30% des suffrages ne faisait élire que 6 députés. 23% des suffrages ce n’est pas rien. Si on les additionne aux votes souverainistes qui sont allés s’égarer chez le NPD, je suis sûr que l’écart entre le vote accordé au Bloc Québécois et celui accordé au NPD est nul ou joue même en faveur du Bloc. Pourquoi avoir tué le Bloc pour se retrouver dans l’opposition, dans un parti qui défend à-peu-près les mêmes valeurs idéologiques que le Bloc, les intérêts québécois en moins? C’est comme si on venait d’échanger 8 trente sous pour une piasse. C’est comme si pour un sourire et un brin de pitié on venait de laisser tomber la moitié de nos revendications et de nos attentes pour suivre un parti qui n’aura pas plus de pouvoir que le Bloc en avait. Qui en aura moins en fait parce que le NPD devra constamment jongler avec des intérêts divergents et même irréconciliables.

Mais qu’est-ce qu’on a fait? Si au moins on l’avait fait pour obtenir le pouvoir ou une coalition formant le pouvoir je comprendrais mais actuellement le tout a l’air d’un suicide politique collectif inutile.

Je suis cependant beaucoup moins déçu que perplexe. Les 4 prochaines années vont nous prouver, une fois de plus, que le Canada n’est pas un pays pour les québécois. C’est devenu une entité trop étrange. Plus de 80% d’une province qui rejette farouchement le gouvernement central qui nous gouvernera pour quatre longues années. Ce sera long en titi tout cela. À moins qu’on répare la gaffe lors des prochaines élections québécoises.

On n’a rien à reprocher à monsieur Duceppe ? moi, oui. Je suis peut-être le seul ? Je lui reproche son négativisme absolu. Il est toujours de mauvaise humeur. Les efforts de Harper envers le Québec, il les méprise automatiquement. Il a toujours été le seul à parler pour le Bloc. Ses députés, des poteaux. Harper est doctrinaire, c’est vrai. Gilles Duceppe aussi.

Merci M. Lisé,
Votre grande capacité d’analyse et votre compréhension de l’incompréhensible nous donne des réponses et, de l’espoir!

Mais quelle bonne vision M Lisée.
Cependant, et je souhaite avoir tort, le Québec ( sans méchanceté ) est loin de voir plus loin que son nez

« Maudit que ça va mal! Est-ce que je dois commencer à rembourser mes prêts étudiants, avant d’avoir fini mon secondaire? Je dois prendre des cours de français pour comprendre 98% de mes électeurs! Tout n’est pas si mal, je demeure déjà à Ottawa… je n’ai pas à me trouver un appartement, donc je peux rester à Las Vegas pour un peu! Hey Jack, quelqu’un vient de me dire que le Québec n’a pas signé la constitution et… que le vrai changement s’en vient????????»
Une députée NDP.

Chaleureuses félicitations aux gens de Thetford-Mines, St-Georges, Beauceville, Lac Mégantic, Lévis, Montmagny, Kamouraska et Rivière-du-Loup, qui ont voté avec leur vaillance et leur maturité habituelle.

Plusieurs souverainistes souhaitaient une majorité à Harper mais avec un bloc fort à Ottawa. Le bloc a cependant fait naufrage mais le Québec demeure très à gauche par apport au R.O.C.

La suite des choses sera intéressante car si Harper veut nous imposer ses mesures sociales qui sont très à droite , ça risque de barder au Québec.

Je ne m’inquiète pas pour le mouvement souverainiste car au NPD il doit se trouver plein de nouveaux députés qui sont nationalistes et souverainistes.

Et l’indépendance se fera à Québec et non pas à Ottawa .De plus l’élection aura lieu dans deux ans au Québec.Et comme disent souvent les chroniqueurs fédéralistes :deux ans en politique et même moins peuvent être une éternité. Si la formule est bonne pour eux elle doit être aussi convenable pour les souverainistes…

Layton et le npd sont le dernier rempart fédéraliste au Québec, si ils échouent on reparlera un jour de souveraineté à temps plein…

Merci Mr Lisée de nous éclairer pour pouvoir, par devoir, aller de l’avant.

Vive le Québec libre !!!

Je suis d’accord avec votre analyse et il est peut-être temps qu’on s’occupe de notre pays chez nous au Québec et que les canadiens continuent d’élire Harper!

Le Québec a encore une fois affirmé sa différence. Le Québec n’est pas seulement français, il est de gauche.

Si le ROC s’accomode de Harper, le Québec en est écoeuré.

Je ne vois pas comment le Québec aurait pu faire d’avantage entendre sa voix.

Et non, ce ne fut pas un vote contre Duceppe. La cible était Harper. Radicalement.

Et que se passera-t-il à la prochaine élection au Québec? Le même vent de changement nous ramènera l’ADQ avec Legault en tête? Quel cauchemar!

Merci pour ce billet très rafraichissant. Permettez que je m’évade aussi : Si Mulcair, arrière-petit-fils d’Honoré Mercier prenait la tête du NPD Québec, il pourrait être élu premier ministre du Québec en remplacement de Charest et Marois…

Ça prend un aveuglement volontaire pour tenir des propos comme, les québecois détestent Charest, Tremblay, Harper et un peu plus tu aurais ajouter Berthold le maire de ta ville natale. Ton pays mon ti-gars est le Canada et il le restera pour un bon bout de temps, surtout avec un gars comme toi qui a l’insulte facile juste un peu plus propre que Larose.
Il se peut que des gens qui ne partagent pas ton opinion soit aussi intelligents. Le Bloc a mérité ce qui lui arrive.
Hier soir à RDI, tu m’as fait honte, en coupant la parole aux deux posées madames, mais comment peut-on accepter d’écouter d’autres ponts de vue quand on possède LA VÉRITÉ.

Et voilà le Canada doté à nouveau de son vieux système binaire : la droite et la gauche. Et le piment vient du Québec lassé de la molle présence du bloc vieillot. Et avec la tête dans le sable comme les autruches les québécois ont contribué au renforcement de la droite avec Harper et son délégué Charest à la tête d’un pseudo gouvernement libéral. On va voir ce qu’on va voir avec le champ de bataille NPD ouvert au Québec.Bilan dans 4 ans.

Mégantic-l’érable: 10 000 voix de majorité au candidat conservateur Christian Paradis. Les gens de Thetford-Mines, St-Georges, Lac Mégantic, Beauceville sont des gens qui savent se retrousser les manches et qui ne prennent pas le Québec pour le nombril de la nation.

En gens pragmatiques, ils regardent le nombril, se disent « quelle est son utilité? » et répondent: « pas pour moi ce nombrilisme ». Laissons cela à M. Lisée, qui se croit mon « blogueur favori » et le répète inlassablement…

Voilà le gouvernement Harper (c’est comme ça qu’il s’appelle) est majoritaire. Et en plus, devant lui, beaucoup de néophytes NPD. Il va faire la pluie et le beau temps. Surtout la pluie. Cinq ans. Ça ne sera pas drôle. Qui sait si les conditions gagnantes à un référendum sur l’atteinte d’un Québec indépendant ne viennent pas de s’amorcer.

D’ici là, j’aurai honte de montrer mon passeport canadien, j’en suis certain: contrôle des armes à feu, avortement, militaires à outrance, droit des femmes, droit des canadiens à l’étranger, prisons, etc…. Ouf! Non, ça ne va pas être drôle.

Enfin! il était temps….les Québécois ont pris les moyens pour faire avancer le projet de la souveraineté. Un parti indépendantiste a Ottawa …c’était pensions-nous, nous offrir un certaine sécurité. On pouvait se permettre un gouvernemnt Libéral au Québec en contrpartie nous avions fait élire un partie indépendantiste au Fédéral. Le meilleur des 2 mondes …un position sécuritaire. Le Bloc possédait une attitude défensive et non offensive, il défendait les intérêts des Québécois au sein du Canada ce qui n’a pas fait, à mon avis, avancer notre projet de société mais au contraire lui a nuis en offrant une certaine sécurité aux indépendantistes moins convaincus. Les Québécois n’ont pas voté pour le NPD et ses valeurs et ses membres, ils ont mis Le Bloc dehors pour permettre la concentration des forces souverainistes chez nous et pour ralier les forces offensives nécessaires dans l’atteinte de notre objectif commun.

On peut perdre certaines illusions en autant qu’on ne perde pas de vue notre idéal. On peut même transformer une défaite en victoire. Chose certaine, la preuve reste faite que le Québec ne veut pas ressembler au ROC.

Ne vendez pas la peau de l’ours libéral trop vite. Je suis convaincu que Justin Trudeau relèvera ce parti au Québec dans la prochaine décennie. Il séduira comme seuls les libéraux peuvent le faire et arrivera à faire croire à un Trudeau renouvelé. Les indépendantistes devront faire flèche de tout bois dans les temps à venir, grâce à un PCC majoritaire et à un NPD géolier, car quand Justin reviendra faire le chant des sirènes aux québécois, le Québec français, encore une fois impressionné par quelques effets lasers éphémères, déboulera encore de plusieurs autres marches.

Bonjour,
Tout comme l’expression consacrée au Québec soit : Une heure plus tard dans les Maritimes, maintenant en tant que Canadiens, nous pouvons nous gargariser de 20 ans plus tard au Québec ! Et oui, 20 longues années que les nationalistes québécois ont prises avant de comprendre leur propre turpitude et de cesser de se lamenter, d’être pleurnichards au sein du Canada.
Le Bloc Québécois, cette excroissance nationaliste dans la Maison de l’Autre était un cor au pied pour la Fédération Canadienne qui comprenait que les nationalistes québécois avaient besoin de temps pour se purger comme il faut de l’amère et cinglante défaite du référendum de 1995. Les raisins de la colère sont maintenant évacués et la chasse d’eau activée.
En effet, Monsieur Lucien Bouchard eut cet opportunisme de créer le Bloc Québécois suite à l’échec de Meech. Les succès du Bloc Québécois se devaient d’être mesurés à l’aulne de la brièveté de son séjour disait Monsieur Lucien Bouchard. Celui ci avait parfaitement raison mais un opportuniste hors pair veillait au grain en la personne de Monsieur Gilles Duceppe qui prit la pôle en se contentant de lancer de la bouette partout, salissant tout sur son passage en démonisant comme personne le reste du Canada. Tout en étant conscient que des nationalistes atrabilaires et revanchards lui baisaient les pieds les yeux fermés comme un prix de consolation.
En outre, cette cinglante défaite est méritée pour Monsieur Gilles Duceppe qui a poussé sa chance beaucoup trop loin jusqu’à littéralement écoeurer la populace. Avec l’argent d’Ottawa reçue à la pelle, ce pauvre bougre faisait son jars en se promenant au Québec en faisant son petit coq gaulois. Monsieur Gilles Duceppe a anéanti l’héritage de Monsieur Lucien Bouchard en poussant les jérémiades et les lamentations sur la Colline beaucoup trop loin. Comme un ingrat, il part le soir même avec sa riche pension d’Ottawa en laissant le Bloc Québécois le cul sur la paille en étant cassé comme un péquiste.
Finalement, Monsieur Gilles Duceppe fut le fossoyeur du Bloc Québécois et en plus, le fossoyeur de la Cause Nationale à tout jamais ! Comment Madame Pauline Marois pourra t’elle parler de souveraineté maintenant avec ses purs et ses durs qui veulent au plus vite en bons masochistes un autre référendum ? Le Québec est une Terre Brûlée présentement et Monsieur Gilles Duceppe par lâcheté a lancée la serviette le même soir au lieu d’attendre quelques jours afin de d’évaluer les dégâts. Le 25 % de pourcentage reçu par le Bloc Québécois représente la vraie proportion de séparatistes au Québec, la réponse est limpide. Monsieur François Legault attend patiemment avant le déclenchement des élections provinciales au Québec avec sa Coalition pour l’Avenir du Québec qui viendra clouer les derniers clous du cercueil de la Cause Nationale qui n’a fait que passer et rien de plus. Madame Pauline Marois et le Parti Québécois deviendront l’Union Nationale par défaut et par la force des choses… Bienvenue dans la Terre Brûlée pour une maudite secousse ! Bien à vous, John Bull.

La grande évasion oui, mais pour tous se retrouver toujours et encore au Québec. Quelle belle démonstration de notre caractère distinct! Quel clivage d’avec le reste du Canada. J’ai le sentiment que les planètes vont s’aligner pour un référendum d’ici 3-4 ans. Le Québec de gauche sera tout aussi contrastant d’avec le ROC, maintenant essentiellement conservateur. À la prochaine élection le PQ prendra le pouvoir haut la main et les conditions serons peut-être optimale pour un ultime référendum. Nous saurons alors si le Québec représente une nation ou simplement une société distincte au sein du Canada.

Monsieur Lisée,j’admire votre analyse critique de ce lendemain d’élections.Évidemment,je suis très déçue des résultats mais le peuple québécois a parlé…donc comme nous sommes en démocratie,on doit respecter ce choix.Comme vous l’exprimez si bien,nous sommes toujours prisonniers du Canada et personne pour défendre nos droits,notre langue,notre culture sous ce gouvernement MAJORITAIRE.

Très beau lyrisme que votre chronique!

Je croyais depuis quelques années que les québécois étaient plutôt conservateurs. Différentes raisons pour cela: le Bloc créé en partie par des conservateurs; la montée de l’ADQ; la reprise de certains arguments identitaires de l’ADQ par le Parti Québécois. Cela m’attristait, me faisait penser que notre révolution tranquille n’était qu’un accident de parcours.
Aujourd’hui, je suis très heureux de voir mes concitoyens pencher vers la gauche. J’y vois une prise de position claire envers la sociale-démocratie. Personnellement, c’est le type de Québec dans lequel je veux vivre.
Comme vous dites, la question constitutionnelle n’est pas mise de côté avec la chute du Bloc. On a voulu se protéger et penser nos plaies pendant quelques années avec un statu-quo, maintenant, c’est le temps d’aller de l’avant et de construire l’avenir.

J’ai contribué à la mort du Bloc…et je me sens plus souverainiste que jamais. Le paradoxe laisse un sentiment étrange

Le Québec a voté CALL-BRASSE et a espéré maintenir la minorité de Harper.
Mais le ROC nous a fait faux-bond.

Tout est précis dans cette analyse et j’ajouterais que Céline Galipeau a pris son temps avant d’annoncer la majorité à Harper.
Dans mon comté le candidat a 19 ans .
On a voté, comme vous le disiez si bien, contre la noirceur du maire Tremblay , contre la corruption du gouvernement Charest, on a voté comme se disant : essayons ça .
Mais voir Harper majoritaire c’est autre chose.
Harper a-t-il gagné ? C’est pas le Canada qu’il gouverne mais l’Ontario et l’Alberta…
Que fera-t-il du Québec ? Nommer de nouveau Maxime Bernier ministre ? Il est piègé et Jack sublime.
J’aurais préféré la coalation , Harper la craignait.
Gilles Duceppe a fait son travail.Il suivra comme nous l’avenir.Jean Charest et Pauline Marois ne peuvent se réjouir de ce résultat.Les électeurs veulent du changement et ça ne fait que commencer.

Bonjour M. Lisée

D’abord, merci de votre présence hier soir, sans elle la soirée aurait été encore plus pénible. Je suis un électeur de la Haute Gaspésie, Matane, Matapédia (le nom est moins long que le comté). Ce matin je pense à Jean-François Fortin nouveau député élu. J’aimerais voir dans sa tête. Faut dire qu’il a fait une campagne de « grunder » relever Jean-Yves Roy qui fut une disgrâce absolue est un grand coup. Ce matin, je me sens isolé et je ne sais quoi penser des Québécois qui ont embarqué dans cette vague sans trop de logique. Mais je suis encore plus `convaincu que nous n’avons pas grand chose en commun avec le Canada de Toronto. Mes inquiétudes portent maintenant sur la capacité du PQ à porter mes aspirations.

Bonjour monsieur Lisée
Je ne suis pas une habituée des blogues mais là je crois que je vais faire un petit pas de côté.
Merci pour votre billet de ce matin … il me fait comme un baume. C’est comme si malgré tout il y a un petit peu d’espoir dans tout ce gâchis. Un gouvernement majoritaire aux antipodes de nos valeurs et une opposition officielle dans laquelle les Québécois auront investi massivement mais qui sera impuissante à contenir ce gouvernement de droite et à réellement aider la société qu’elle a séduite… Un quatre années de tous les dangers on dirait!

Je suis assez d’accord avec votre lecture de cette élection. En votant massivement pour le NPD, les Québécois voulaient essayer autre chose tout en barrant la route aux conservateurs. Mais le reste du Canada (et surtout l’Ontario) n’a pas suivi le mouvement. Nous nous retrouvons donc avec le pire des scénarios : un gouvernement conservateur majoritaire et une députation québécoise peu expérimentée pour nous défendre à Ottawa.

Le Québec s’est-il peinturé dans un coin, encore une fois? Avons-nous un quelconque pouvoir dans cette fédération? Je prédis que sur la scène provinciale, cette situation donnera des ailes au parti québécois.

Bonjour! Bloguistes de JFL. Mes collègues et moi rentront de 06 semaines de travail continu: peine perdue. L’orange NPD a lavé le bleu du BQ. Incapable de laver au bleu au Québec: c’est rare en titti. Pourtant, partout ailleurs on lave au bleu pour blanchir nos impuretés quotidiennes: cols et manches de chemise ou bien la chasse d’eau et l’intérieur de la toilette. Cependant, une petite victoire: dans l’Est de l’île de Montréal: la base du BQ a pu élire sa candidature à son congrès d’investiture, selon les règlements votés au BQ – il y a longtemps – pour remplacer celle qui y oeuvrait depuis 16 ans. Mais au corps défendant de la Direction du BQ et de celle qui nous quittait qui voulaient nous imposer leur candidature, jadis orange lors des deux campagnes fédérales précédentes à celle du 02 mai 2011. Mes collègues et moi prendront un peu de recul. Tout en me permettant de mettre la main sur un commmuniqué de presse que j’ai rédigé fin février ou début de mars 2011. Qui prévoyait le fameux mot politique tunisien « Dégage » en parlant de la faiblesse du BQ au pied d’argile malgré ses 20 ans d’existence. Enfin, un mot encore: tôt le 02 mai’ 11, chez mon libraire Raffin Place Versailles, j’achète encore le livre de Jacques Attali: « Survivre aux crises »/oct.2009,éd. Fayard que j’avais remis (avant les résultats électoraux)à notre battante candidature: mes collègues et moi oeuvraient à « faire sortir le vote » en vain. Raffin Place Versailles – 02 mai’11 – me remettait ausi un Jean-François Lisée déjà réservé: »Troisième Millénaire, bilan final: Chroniques impertinentes »/éd. Stanké; Montréal, mars 2011. Il me maque une dédicace, de JFL !
Lors de la « célébration » des 20 ans de Pierre A, Paquette au BQ à Saint-Jérome de février 2011, un échange de livres: lui « Pour la prospérité et la justice sociale: La Souveraineté du Québec » /éd.Richard Vézina, oct. 2010 – ISBM: 978-2-923788-O5-0; moi « Survivre aux crises », de Jacques Attali, cité ci-haut. À la prochaine.

Je suis entièrement d’accord avec vous. En gros, la situation n’a pas changé, mais l’illusion est là: le Québec a changé de couleur, de bleu il est devenu orange, mais il est toujours seul et différent face au Canada.

M. Lisée est habitué de tordre les statistiques pour dire que le Québec est la province la plus riche, la plus productive, la moins taxée, la moins endettée… Alors vous pouvez bien nier la réalité encore une fois.

Voici la réalité: le PQ, les gens sont tannés aussi, s’il prend le pouvoir, ça ne va être que PAR DÉFAUT. Il n’aura aucun mandat de brasser de la m… à la Larose et s’il persiste dans cette voie de confrontation et de victimisation, je prévois un gros FAIL aussi.

Et si Harper est le démon, tel que décrit pas les médias, notamment l’Actualité et Radio-Canada, dites-vous qu’il n’est pas perçu comme tel partout ailleurs au Canada. Je ne pense pas que les Québécois soient plus intelligents que tout le monde dans le ROC.

Le NPD c’est le Bloc, mais avec de l’ambition, et sans le discours de victime.

Prisonnier du Canada encore une fois et plus que jamais… Ce qu’il nous attends au Québec? On laisse entrer Harper ou si on conserve notre Québec? Au prochain référendum j’ose espèrer que le Québec se tiendra debout!! C’est soit Harper… ou notre Québec! Moi j’attends ce référendum et je suis prêt, j’ai ma réponse!

les québécois ont décidé de voter pour changer! non à l’immobilisme comme dirait l’autre! mais quel changement?
les québécois votent pour du changement tant que le changement ne change pas trop les choses…
certains ont dit qu’ils ne voulaient plus d’un parti dans l’opposition; alors ils ont voté pour le npd!!! et en plus ils éliminent quelques conservateurs du gouvernement en passant!!!
tannés des chicanes constitutionnelles? avec le npd c’est sûr que c’est fini parce que le npd a annoncé depuis longtemps que toutes les décisions doivent se prendre à ottawa; non seulement les députés du québec sont dans l’opposition mais ils n’ont aucune intention de défendre les intérêts du québec!
certains pensent que la souveraineté s’éteint avec le bloc! pas du tout: les souverainistes restent souverainistes; peut-être ont-ils enfin compris que le vrai débat ne se fera pas à ottawa mais à québec alors aussi bien envoyé la gauche du québec contre la droite conservatrice.
Quand même deux ou trois bonnes choses: la distinction usuelle du québec face au roc; la quasi disparition du parti libéral, l’entrée des verts au parlement et un gouvernement majoritaire harper qui pourra faire toute la démonstration de ce qu’est le roc.

Pas d’accord avec « Honorable ».

Ici, en Beauce, on ne vote pas pour un parti, mais pour un homme. Gilles, père de Maxime Bernier, a été élu à titre de Libéral, puis (deux fois) indépendant. Maxime est pratiquement l’un des seuls candidats ayant été élu avec la majorité absolue, c’est à dire plus de 50 % des voix.

De plus, il est bien connu que Maxime est un des seuls députés capable de tenir tête à Harper. Alors, on n’est pas des mitaines qui votons pour un parti.

Les Québécois ont pris l’air, certes, et se sont donné la chance de faire connaissance avec le NPD, un parti historiquement ignoré ici. Nous voici donc représentés à Ottawa avec une députation jeune, assez féminine, très diversifiée, portée sur les questions sociales et… totalement inexpérimentée. Il y a du bon et du mauvais à l’intérieur de cette députation, des gens brillants émergeront, se feront découvrir et aimer. Il y en aura d’autres qui montreront leur incompétence et qui confirmeront qu’ils n’étaient que des « poteaux ».

Mais ce qui est beau dans tout ça, c’est de voir enfin francophones, anglophones et allophones réunis dans un mouvement progressiste. Tous ceux qui sont animés par une vision sociale plus égalitaire pourront enfin travailler ensemble at apprendre à s’apprécier, sans égard à leur langue et leur culture d’origine.

Échec pour les nationalistes cette élection ? Ceux qui le pensent font erreur. Les Québécois ne sont pas dupes et sont plus fiers qu’on peut le croire. Ils auront Jack à l’oeil. L’exercice du pouvoir du gouvernement conservateur leur révélera la distance grandissante qui les sépare du Canada. Ils se reconnaîtront de moins en moins dans ce Canada de droite et anti-Québec. Par ailleurs, su sein même du NPD, la question Québec-Canda refera surface et il y aura des déchirements internes, des prises de gueule et des déclarations publiques fracassantes. Jack en aura plein les bottines…

Les prochaines élections provinciales seront le vrai test pour le nationalisme québécois. Il est fort à parier que les Québécois appuieront avec force le Parti Québécois et Québec solidaire pour créer une voix puissante et singulière qui résonnera dans tout le pays. Les Québécois se tiendront debout.

La plus grande crainte serait de voir Marois, Khadir et l’hypothétique Legault diviser les votes nationalistes au Québec et permettre aux libéraux de se faufiler encore une fois. Pour la survie du Québec dans la forêt canadienne, la réunion de ses trois partis devra avoir lieu.

les québécois et québécoise ont oublié(e)s….qu il y avait une province à défendre et à protéger, voilà les erreurs…le canada on le connaît…il n y aura pas vraiment de nouveau pour le québec…si non de vouloir nous anglisicer davantage…si les gens pouvaient s en rendre compte et avoir l humilité de reconnaître qu on à une province qui voudrait et pourrait devenir pays bien en nous d abord et avant tout en souvenir et honneur de tous et toutes qui l ont découvert, commencer à bâtir et qui ont, malheureusement fini par se le faire voler…à nous de savoir le reprendre ce plus grand bien qu est notre province FRANCAISE!!!!

Harpeur avait peur d’une coalition broche-à-foin et ce matin nous avons un pays broche-à-foin.

Il y a de ces mouvements d’esprits qui se concentrent et qui ont des résultats bizarres.
Après les résultats c’est le questionnement…mais trop tard.

On va subir sur ce quoi les québécois n’ont pas voté. Les québécois ont démontré qu’ils sont distincts et que cette nation québécoise va se faire contrôler pendant au moins 4 ans.

Remarquez que c’est probablement son destin: se faire contrôler. Mario Dumont est l’exemple parfait……peur d’accéder au pouvoir il a failli gagner puis à la moindre occasion il a fait dans ses culottes et il a préféré partir et c’est un exemple récent.

Le pays du canada est divisé. À l’ouest à droite et le Québec à gauche. On continuera à vivre sous la tutelle de l’ouest. On le mérite collectivement.

Parlons Qc
Tel que demandé par le Bloc, les Québécoises et les Québécois ont parlé…(haut et fort).

Bonjour M. Lisée,
J’aime beaucoup votre analyse de la situation et je la partage entièrement. Je suis dans un des rares comtés qui a gardé sa députée bloquiste et j’en suis très fière. Pour ma part, lire et entendre que le Bloc était rendu inutile à Ottawa me mets hors de moi. Préparer le terrain et bien connaître l’ennemi en prévision de l’indépendance, c’est inutile ça? Que non! Il faudra (encore) prendre notre mal en patience. Des gaffes, des crocheries, du magouillage des Conservateurs, il y en aura bien d’autres. Malheureusement pour le NPD, défendre les intérêts du Québec sera (extrêmement) difficile puisque le NPD n’est pas un parti régional mais qu’il a été élu majoritairement par une région (le Québec). C’est donc à suivre. Il faut penser à long terme; c’est ce que je fais!

J’entends dans les médias que le vote des Québécois était irrationnel.

Quand le Québec vote Bloc on cri au vote illégitime.

On se pose des question sur l’image d’ignatief trop intellectuelle. Bla bla.

Y a ti quéqu’un qui soumet le le vote conservateur à l’analyse?

Si on est pris avec Harper majoritaire pour 4 ans, c’est parce que près de 40 % des canadiens ont voté conservateur. C’est tout.

Moi c’est leur raisons à eux que je questionne.

Le bruit court que Harper aurait dit à un adjoint qu’il aimait voir la peur dans les yeux de ceux avec qui il travaille (lu da La Presse.

Connaissez-vous une personne saine d’esprit dans votre entourage qui montre un tel goût pour la peur chez ses semblables?

Si le vote d’hier était fou, c’est au Québec qu’il l’était.

Pour moi, rien ne peut surpasser la tristesse que je ressens à la vue de ce gouvernement conservateur majoritaire. Quatre longues années nous séparent de la prochaine élection. Rien ne surpasse ma tristesse, même pas la montée orange qui me redonne tout de même espoir dans ce Québec où l’electorat est de plus en plus désabusée. J’ai appris et j’ai pleuré comme vous la démission de Gilles Duceppe. Quel homme! Le Québec n’avait pas le choix de faire cette concession si il désirait du changement. Lorsque Lucien Bouchard a créé le parti, il avait peur que ce parti devienne la « sécurité » des québécois à Ottawa et que grâce au bloc la souveraineté du Québec n’était plus nécessaire. Je crois qu’on pourrait bien être surpris par une vague séparatiste au québec dans les prochaines années….et duceppe ne sera jamais bien loin.

Le vote du Québec n’a pas grand-chose d’idéologique, pour moi la vague orange c’est avant tout un vote populiste, une sorte de refuge qui sert surtout à exclure les autres, chacun pour des raisons différentes.

Ça indique aussi que les Québécois sont complètement désorientés politiquement et ne savent plus du tout où aller. Ils sont aussi fâchés et n’aiment pas le status-quo, ils comprennent que ça va mal, que la province n’est pas sur une bonne voie, mais ne savent pas quoi faire avec cette information: Il constatent que le Bloc est un cul de sac, ne font plus confiance aux libéraux, quand aux conservateurs qui ont tant essayé de plaire aux Québécois ils sont depuis des années la tête de turc des médias, de l’intelligentsia, sans oublier les écolos et les « artisses ». Reste le NPD qui sont pour ainsi dire « vierges », ne sont pas la cible des médias gauchistes et ont le sympathique Jack.

Les Québécois ont été éduqués par leurs écoles et par leur médias à croire que le gouvernement possède la solution à tout problème, de toute évidence c’est faux mais quand on est pris avec cette croyance ça donne des résultats comme ceux d’hier, c’est-à-dire n’importe quoi!

« 69Louis Brosseau :
mai 3, 2011 à 9:43
Je suis assez d’accord avec votre lecture de cette élection. En votant massivement pour le NPD, les Québécois voulaient essayer autre chose tout en barrant la route aux conservateurs. Mais le reste du Canada (et surtout l’Ontario) n’a pas suivi le mouvement. Nous nous retrouvons donc avec le pire des scénarios : un gouvernement conservateur majoritaire et une députation québécoise peu expérimentée pour nous défendre à Ottawa.

Le Québec s’est-il peinturé dans un coin, encore une fois? Avons-nous un quelconque pouvoir dans cette fédération? Je prédis que sur la scène provinciale, cette situation donnera des ailes au parti québécois. »

Commentaire juste et affiche selon moi la bonne lecture de la situation….

Bonjour! Il est naif de croire que le Québec aura une députation sans expérience à Ottawa, remplacer un « back bencher du Bloc » pas un « back bencher » du NPD changera rien à votre comté. De plus, le NPD fera son cabinet fantôme avec les plus expériementé de son équipe donc pas de crainte à avoir de ce côté. Ne blâmez pas le NPD pour la député unilingue dans la mauricie, blâmez les électeurs qui ont votez pour un poteau qui ne devait pas gagner.

En tout cas, on voit que, Bloc ou pas Bloc, les Québécois forment un groupe très uni, différent du ROC, et qu’ils sont capables de prendre une décision unanime. Ça donne espoir pour le prochain référendum. Car les Québécois n’ont pas choisi le fédéralisme, ils ont seulement voulu voter (tant qu’à être pris dans le Canada) pour un parti qui pouvait former le gouvernement.
Ce qui est ironique, c’est qu’au moment où le Québec « tend la main » au ROC, les Conservateurs obtiennent finalement leur majorité sans avoir d’appui au Québec.
Malheureusement, on va tous s’ennuyer des très bons politiciens du Bloc qui sont les innocentes victimes dans tout ça.

Très bonne analyse! et oui, c’est le Canada qui a voté pour Harper! preuves à l’appuis!

http://wp.me/p1xk60-h
Sans avoir ouvert les journaux, je sais déjà que les analystes fédéralistes se gargariseront de la presque disparition du Bloc québécois. On sera prêt à enterrer l’option souverainiste.

Je l’entends déjà à Radio-Canada alors que l’animatrice questionne à savoir s’il s’agit de l’expression d’une opinion fédéraliste-souverainiste au Québec.

Pauline Marois doit en avoir mal aux dents.

Bien sûr, je pense à ceux qui, fédéralistes et à la recherche d’un parti social-démocrate, ne trouvait jamais chaussure à leurs pieds. Ils sont maintenant servis. C’est en quelque sorte leur petite revanche sur ces années pendant lesquelles ils ne savaient pas où tracer leur croix.

Avec un gouvernement conservateur majoritaire et la quasi absence des députés bloquistes à la Chambre des communes, j’ai bien hâte de voir comment seront défendus les intérêts de la province. Les Québécois ont envoyé un message clair à Ottawa, mais qui l’entendra ?

Je suis si très déçue du résultat. Ma seule consolation serait qu’en effet, avec le temps, ça nous fasse regagner des plumes ici au Québec mais comme les Québécois semblent avoir soif de changement, ma plus grande frayeur serait qu’au prochaines élections provinciales, une énorme vague D’Adéquistes déferlent sur le Québec. Vous me direz que ça ne se peut pas vu qu’on vient de voter « gauche » avec le NPD mais nous ne sommes pas à une contradiction près.

Wow, je suis complètement sonné, je m’explique. Comment comprendre la ré-élection de Maxime Bernier en Beauce, ce type est l’incarnation même de l’extrême droite, fait continuellement allusion à la Liberté qu’il incarne, c’est n’importe quoi, l’histoire démontre que tout éloignement du centre déstabilise les sociétés, gauche ou droite, la recherche de l’équilibre est le motus vivendi de tous les humains et ce, depuis le très jeune âge, je m’inquiète toujours de ces gens qui n’ont qu’une seule doctrine et la pousse jusqu’au bout,comme si tout devait être blanc ou noir. Comment se fait-il que les Beaucerons n’ont pas plus de jugement que cela? C’est totalement déroutant,vivent-ils en vase clôt, écoutent-ils les même médias que nous? Les gens connaissent-ils les agendas de ces personnages quasi-grotesques et je me retiens? Dans cette élection , il y a quelques raisons de se réjouir, tout d’abord, les défaites d’André Arthur et Josée Verner, ce qui donne espoir au gens qui croient qu’un minimum de compétence est requis pour représenter le peuple, il reste maintenant aux néo-démocrates à prouver qu’ils sont de ce moule.Pour le reste, je crois qu’il fallait faire le ménage dans la députation puisque rien ne bougeait depuis fort longtemps, et bien les cinq prochaines années, puisqu’il s’agit bien d’un mandat de cinq ans, seront très intéressantes à observer, je prévois une polarisation des positions voire une division entre les éléments en place et le développement d’une nouvelle conjoncture qui laisse sous-entendre que le ROC devra faire face à ses démons et que sous le règne de la droite le Québec sera confronté comme jamais à des choix qui deviendront de plus en plus clairs, un peu comme aux États-Unis ou l’élection de Barack Obama a ébranlé la forteresse, un traitement choc semblable nous attend au terme de ce mandat, ce qui à mon sens est très positif.

Pour la première fois de ma vie je n’ai pas voté PQ ou BQ, ou pour Brian Mulroney avant le BQ, mais NPD pour défaire mon député libéral. C’est fait. Maintenant, voyons comment un NPD majoritairement québécois va s’en tirer. Le fun commence !

Je ne crois pas que l’Ontario ait voté plus conservateur qu’aux dernières élections. Je crois plutôt que c’et le vote des libéraux qui a été coupé en deux par la vague NPD… Les chiffres finaux nous diront tout!

Monsieur Lisée,
Je suis atterrée depuis l’annonce de l’élection de ce gouvernement conservateur majoritaire. Et bien triste pour le Bloc, tout particulièrement Gilles Ducepte. Le Bloc a fait du bon travail tout au long de ces dernières années. Si les Québécois ont voté pour le NPD, ce n’est pas pour tourner le dos au Bloc. Ce qui me console, c’est le choix des Québécois pour un parti aux valeurs sociales-démocrates. Regarder la carte électorale du Canada montre encore une fois la personnalité distincte du Québec.

Les Québécois ont surtout tourné le dos aux Conservateurs! Je crois que les Ontariens (certainement pas les Albertains) vont regretter cette absurdité et ce non-sens, mais nous devrons tous payer le prix de leur gaffe! Pour les Québécois je ne crois pas que c’était un vote contre Duceppe, mais surtout contre Harper et la montée des ultra-conservateurs et des ultra-capitalistes du Canada et des USA. J’ai comme l’impression que les jeunes ne ce sont pas encore assez impliqués dans cette élection et que les « vieux » ontariens, etc, ont préféré le bleu à l’orange… Combien et comment les jeunes du Québec et des autres provinces ont voté? Aussi, je trouve que JFL aurait pu mentionner que seulement 35 % des votes étaient pour Harper…ce qui n’est pas représentatif d’une majorité n’est-ce pas et que notre système électoral a besoin d’une sérieuse refonte pour mieux représenter les citoyens voteurs! Car beaucoup d’énergie, d’intiatives et d’idées nouvelles sont ignorées en partie par la structure de ce processus en place actuellement. Merci JFL pour votre blogue!

Moi, je suis un séparatiste qui pense que le Québec et le Canada seraient mieux s’ils se côtoyaient comme de bons voisins.

Au sujet de l’élection du 2 mai 2011, mon analyse se résume à ceci:

Le bon peuple du Québec préfère la péréquation à la séparation.
péréquation = confort et indifférence
séparation = effort et solidarité

Au sujet de la souveraineté: l’appui « réel » est d’environ 20% à 25%, pas plus.
Ne croyez plus les sondages qui parlent de 40% et plus avec quelques sautes d’humeur frôlant le 50%. C’est une fumisterie. Le bon peuple n’en veut pas.

Le Canada peut poursuivre son chemin sans trop s’inquiéter de perdre son droit de passage sur le fleuve Saint-Laurent, pour une autre génération.

Le message permanent du Canada à la « province » de Québec est:
Stay quiet, be a good minority group and we will treat you right.

Bonjour chez-vous! Have a nice day!

Monsieur Lisée, je réside pour le moment en Haïti, je suis coopérant. Il est étrange de constater que partout dans le monde les pays de débarassent de leurs Dictateurs. Nous au Canada on en élie un. Décidément, on ne fait rien comme les autres. D’un autre coté les québécois vote impulsivement et non avec leur tête.
Espérons que l’avenir nous sera bienveillante. (J’en doute)

Plusieurs ont cru bien faire en pensant faire élire un gouvernement Lawton, vous constatez aujourd’hui le résultat de cela: seule l’élection majoritaire du BQ aurait pu bloquer l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire tout en respectant l’élection de députés québécois capables de représenter leurs électeurs sans tout juste sortir des études ou ne pas savoir parler français.

Monsieur Lisée,… si on s’est évadé de l’estrade du Bloc tout en retirant le tapis du PC sous ses pieds, une autre évasion est possible. Sauf que ça prend un courant fort! Il faut avoir un bon plan de match, calculer nos arrières et un lien affectif fort avec notre projet. Avec l’actuelle mobilisation énergétique et l’effet de tam-tam des réseaux sociaux, on est peut-être à la veille d’un nouveau courant porteur. Il y a eu glissement de terrain, le Bloc traverse un portage difficile, l’autre rive est plus abrupte, mais un immense territoire nous revient…

Et si… Monsieur Duceppe, Mme Barbot, M. Paquette et les autres se joingnaient au P.Q. Peut être aurions-nous une formation plus forte et des conditions plus gagnantes. Finalement, c’est d’ici que doit partir l’indépendance !

Oui, c’est vrai que les gens étaient fatigués et on pensés faire autre chose mais la polarisation d’hier (je ne m’attendais vraiment pas à ça!), conservateurs contre néo-démocrates va amener des guerres de tranchés à travers ce pays et provoquer une radicalisation des opinions… Nous ne sommes plus dans la zone de confort et d’indifférence mais de guerre idéologique et les partis, libéral et bloquiste, qui servaient de soupape de sécurité ont disparus. Pour une démocratie c’est toujours dangereux le manque de pluralité idéologique et je crains pour les quatre années à venir le rétrécissement des droits humains au profit du droit du plus fort à prendre toute la place. Mais comme vous le dites si bien quand les québécois s’en rendront compte ils décideront cette fois là d’avoir un pays qui leur ressemble!

Et dire que John Bull pavoise avec la perte de son chef Ignatieff et avec l’obtention de ce qui lui ressemble : un bon programme conservateur rétrograde !

Pourtant, le vote en bloc pour le changement au Québec augure d’une volonté claire qui ne fait que confirmer le projet souverainiste.

Au plaisir… et « à la prochaine fois ».

En attendant, regardons aller les conservateurs et les merveilles appliquées de nos électeurs de droite.

La position du Bloc devenait de plus en plus intenable. C’était une fantaisie de croire, comme Duceppe, qu’un jour les Québécois voteraient Bloc à Ottawa, PQ à Québec et Oui au référendum. La totale quoi !…

(Comme un beau grand front syndical, solidaire contre les méchants…)

Ben voyons…

les Québécois mettent pas tous leurs oeufs dans le même panier, c’est connu…

Ceci étant dit, le Bloc étant KO, c’est une plutôt bonne nouvelle pour le PQ. Parce que le débat sur le pays c’est à Québec que ça se passe, pas à Ottawa…

Moi, aujourd’hui, je me sens vietnamienne en 1980: Je me suis évadée, oui, mais pour me retrouver dans un boat poeple qui va traverser l’océan bleu…une traversée qui durera 4 ans.

2-3 remarques

1) Dorénavant, on se passera du Québec français pour gouverner à Ottawa. N’oubliez pas que Harper rajoutera 30 comtés sur la carte dont aucun au Québec. On assiste en direct à la «maritimisation» du Québec.
2) L’Ontario a choisi l’ouest. Le pouvoir et la démographie glissent à l’ouest. L’Ontario suit. Le Canada central, industriel, urbain perd du pouvoir. Montréal est en mauvaise posture. Futur hypothéqué – surtout avec Tremblay!
3) Ce que les Québécois sont irrationnels! Voter pour des poteaux du NPD! Une gérante de bar d’Ottawa en vacances!!! À la CBC hier, on riait beaucoup! On riait de nous-autres. Mais on était content de voir le Bloc irradiquer de la carte! Le Canada anglais a dorénavant et pour toujours les deux mains sur le volant. Que feront les Québécois?

5 années de politique fédérale copnservatrice, j’ai hâte d’en voir les résultats! Pôvre Québec!

Triste lendemain
J’ai gagné mon élection dans mon comté NPD Jeanne Le-Ber.
L’erreur du Bloc aura été de prendre notre vote pour acquis.Même Duceppe s’est fait prendre dans son fief.
Maintenat Jack le compte à rebours est parti. Tu dois livrer la marchandise.Le pire des scénarios s’est produit, Harper majoritaire.
Faudra maintenant agir en plus de sourire.
Mes attentes sont immenses, pour ma part c’est le dernier beau risque, le dernier. Quel le ROC se le mette bien dans la tête.
L’indépendance passera par Québec et non Ottawa

Vous me donnez un peu d’espoir Monsieur Lisée, Merci!
Même si j’ai voté Bloc, je comprends que plusieurs Québécois se soient laissé tenter.

En effet, lorsque tu fais le plein à 1,42$ et que quelqu’un te promet que les pauvres pétrolières perdront leurs cadeaux gouvernementaux, que les banques seront mises au pas, que nos soldats seront rapatriés, que le développement durable prendra de l’ampleur et que notre coin de la planète sera écologiquement protégé, que notre langue et notre notre culture seront respectées…etc…et bien, tu prends un chance, un autre beau risque…
Le peuple Québécois, dans les circonstances présentes, s’est mis à rêver…à espérer…malgré une situation désespérante au sein du Canada.

Je ne peux que souhaiter que ça fonctionne, j’espère sincèrement que smily Jack réussira à livrer la marchandise???
Toutefois, si le passé du NPD est garant de l’avenir…je ne me fais pas trop d’illusion…

En passant, Messieurs François the first et John Bull, pourquoi, seul, votre nationalisme serait irréprochable…et que celui des autres serait exécrable…selon vos analyses transendantales?
Vos oeillères m’inquiètent!

»…toujours prisonnier du Canada. »

C’est exactement ma lecture… En écoutant le discours des chefs, je ne pouvais m’empêcher cette réflexion: Malgré le changement de couleur des rideaux, y a toujours des barreaux dans la fenêtre.

Bonjour Monsieur Lisée,
Sauf votre respect je trouve que vous lisez mal le vote québécois, tout comme vous aviez mal prévu l’arrivée de cette onde de choc sur le bloc. Je ne crois pas être seul à penser, que le vote orange était un vote anti bloc québécois. En fait, je pense que c’est la dynamique du bloc avec le gouvernement conservateur qui a été évincé, et non un parti politique … ou l’autre.
La population québécoise en a assez de l’infertilité, de l’isolation, et de la démagogie. C’est simple non? Il faut bien un jour cesser de vouloir et se mettre à pouvoir.

À bon entendeur…

Les Quebecois, et pouquoi,
Rien et absolument rien n’arrive jamais pour rien. Un désir de changement, surement. Chose certaine la démocratie à parler. Sur cette élection il y avait au Québec un sentiment général, any body but not Ignatief and not Harper. La très grande majorité des gens du Québec ont respecté ce mot d’ordre collectif. Bravo aux québécois.
En fin de compte, une seule Commission d’Enquête sur le programme des commandites et les activités publicitaires ou commission Gomery c’était suffisant, sans parler de tout le reste. Beaucoup ne veulent plus rien savoir des libéraux. Le Bloc a très bien travaillé sur ce sujet. Bravo à l’équipe, Bravo M.Duceppe.
M. Harper, soit monsieur, celui qui se veut un grand guerrier (vive la guerre), celui qui veut abolir le contrôle des armes à feu malgré la volonté des chefs de police du pays, celui qui veut revoir le droit au mariage des gais et lesbiennes, celui qui veut emprisonner les jeunes contrevenant, celui qui veut rien savoir de l’environnement. Non merci M. Harper. Les québécois ont compris que cet homme et son parti politique sont à éviter. Beaucoup ne veulent plus rien savoir des conservateurs. Le Bloc a très bien travaillé sur ce sujet. Bravo à l’équipe, Bravo M.Duceppe.
Une chose est certaine le Bloc n’a rien à se reprocher. Monsieur Duceppe vous avez très bien travaillé. Bravo Monsieur. Personnellement je n’ai rien à reprocher à qui que se soit.
L’avenir…Peut-être faudrait-il dans un premier temps panser nos plaies et dans un second temps réfléchir? Tenter de dire quoique se soit maintenant, cela ne donnerait rien de positif. Est-ce que l’idée de l’indépendance est morte? Oh non, la machine est en marche, peut-être faudrait-il …….je n’ose pas encore…. À venir.
Pierre St Vincent

J’ai lu vos commentaires et je dois dire qi’il y a beaucoup de vrais dans ce que vous dite mais ces commentaires auraient pu être utilisés quand le bloc a eu sa vague les québecois voulaient du changement et ils votaient pour Gilles Duceppe il y avait bien des petits candidats qui ont été la a cause de la vague du bloc . Je ne comprend pas les gens comme vous qui ne sont pas capable d,accepter la démocratie et de nous faire passé pour des nuls on est capable de faire un choix ils n’y a pas seulement les gesn du bloc ou PQ qui sont intelligents. je ne vous vois pas au pouvoir – seulement vous qui avez la vérité ça peut faire peur….

Je suis daccord avec vous, M Lisée, avec quelques nuances d’importance.
Comme tout un chacun ici, je reflète ma propre vision des choses, les raisons qui m’ont poussé moi à voter NPD hier et, contrairement à plusieurs, je n’aurai pas la prétention d’affirmer que je parle pour le québec entier et tous les québécois.
Par contre, je considère que mon vote, et probablement celui d’une bonne part d’autres électeurs avec moi, allait au delà d’un vote de protestation.
C’était clairement et avant toute chose contre Harper que j’ai voté, mais c’était aussi avec l’espoir, en faisant le pari, que Harper serait minoritaire et rapidement renversé. Je n’ai pas voté seulement contre quelque chose, j’ai aussi voté POUR une coalition dirigée par le NPD, qui aurait pu prendre le pouvoir suite au rejet du parlement d’un Harper en perte de ce qui lui restait de crédibilité.
J’ai fait le pari que j’allais pouvoir participer au Canada, puisque j’y suis encore, parce que je considère que le NPD est la meilleure chose qui pourrais arriver à ce pays.
Ca ne changeais rien à la conviction que j’avais que le Québec serait mieux servi, à terme, en étant indépendant. Mais j’ai essayé de faire du Canada un endroit dont je pourrais au minimum me sentir un tout petit brin fière d’ici à ce que j’ai une autre option.
J’ai perdu.
Le ROC m’a envoyé la plus monumentale claque à la figure que je pouvais recevoir dans les circonstances. Ce n’est pas au Québec que Harper a été élu. Mais il l’a été, massivement. Je n’ai plus qu’un désir désormais, c’est de n’avoir plus rien avoir avec le Canada qui peut donner une majorité à cet homme le plus rapidement possible.
Mon vote pour le NPD, c’était l’espoir d’une cohabitation possible pendant un temps, malgré des désacords fondamentaux. C’était donner au Canada une once de bon sens et de respectabilité. Comme vous avez déjà dit dans une chronique, je ne lui veux que du bien au Canada, même si c’est en tant que voisin que je le préfèrerais.
J’ai toujours été du genre souverainiste « molle ». Je ne votais pas Bloc parce que j’ai toujours trouvé sa position trop intenable, et que la souveraineté ne serait jamais l’affaire d’Ottawa. Le ROC vient par le résultat d’hier de me transformer plus surement que n’importe quelle campagne référendaire en pure et dure. Je n’ai plus rien à faire au Canada. Le Canada a rejeté massivement ce qu’on pourrais considérer comme ma dernière offre.
Pour être honnête, j’avais annulé mon vote aux trois dernières élections fédérales. J’ai pris cette fois-ci un pari. Je ne le regrette pas. J’ai contribué à faire débarrasser le plancher à mon ancienne députée conservatrice. Mais au final, j’ai perdu. L’Ontario m’a mise à genoux en tant que Canadienne. Il ne me reste qu’à espérer me relever bientôt en tant que Québécoise.

Moi, j’ai toujours été une souverainiste et pourtant c’est la deuxième fois que je vote pour le NPD. Les temps changent, cette vague orange en est la preuve et ni vous ni moi ne pouvons vraiment savoir où cela nous mènera mais je ne me suis pas reconnue du tout dans votre analyse. Ce sera les prochaines élections provinciales qui nous dirons davantage vers quoi nous nous dirigeons. Mais hier soir, je me suis vraiment sentie à l’aise avec mes concitoyens québécois. Il y avait longtemps que j’avais ressenti cela. La dernière fois c’était en 1976…

Personnellement,moi qui n’a peur de rien, me suis endormi inquiet et mal à l’aise. Il me fait peur ce Harpeur et tous ceux qui lui ont donné carte blanche-chèque en blanc me font tout aussi frissonner. C’est une réalité que je n’osait pas imaginé mais nous sortons de cette élection encore plus isolés nous québécois. Peut-être que les quatre prochaines années nous feront nous rendre compte que la souveraineté est encore la meilleure solution. Inchallah…

Plutôt que d’une «évasion«, je parlerais plutôt d’une fuite en avant des Québécois qui ont voté NPD.

Une fuite qui ne les mènera nulle part, jusqu’à ce qu’ils se fassent rattraper par la … réalité.

M. Lisée,

J’ai toujours l’impression, lorsque vous commentez, que vous avez l’impression que tous les québécois sont souverainistes. J’aimerais vous rappelez que selon les résultats des référendums, vous êtes dans la minorités et encore d’avantages à la lumière des sondages des dernières années. Ca devient même sectaire votre discours. Essayer donc de voir les résultats d’hier comme un appel au réveil. Votre rêve souverainiste fait partie du passé. Place à l’avenir maintenant.

Pour vous donner une autre perspective, j’ai voté pour le NPD alors que je suis normalement conservateur. Sauf que cette fois, je souhaitais que mon vote serve à nous débarrasser du cancer bloquiste. Un bien moindre mal que d’avoir un député néo-démocrate qu’un bloquiste. Au moins peut-être pourrons-nous aller de l’avant maintenant…

Les québécois se sont éveillés en ce mardi matin en ayant été mis échec et mat par le cavalier Stephen Harper sur son flanc ouest et avec un terrible mal de « Bloc ».

Les bloquistes se sont fait jouer le jeu du PQ en 1970 en récoltant près du quart des suffrages exprimés, mais en ne réussissant à ne faire élire que 4 députés (dilution du vote sur l’ensemble du territoire québécois).

Les conservateurs et les Libéraux avec respectivement environ 17% et 13% du vote ont conservé 6 députés chacun (concentration du vote dans certaines régions).

Nos nouveaux amis du NPD ont tout un défi à relever. Le parti qui a toujours eu ses assises dans l’ouest du pays devra de « francophiliser » et démontrer par des actions concrètes que leurs « bottines » peuvent suivre leurs « babines ».

Les conservateurs ont également démontré qu’il est possible de former un gouvernement majoritaire sans l’appui de la « belle province ». Ils ont acquis leur majorité en Ontario et l’on bien assise en Colombie-Britannique.

Toutefois, j’espère tout de même que Mme Brosseau sera apte à bien servir les citoyens de sa circonscription qui parlent une langue qui lui est « étrangère »?

Vox populi, vox dei! Les québécois se sont exprimés et ils ont décidé de passer de « l’opposition perpétuelle » à « l’opposition officielle ».

Grand bien nous en fasse, mais je me demande toutefois si le Québec ne sera pas plus isolé que jamais?

Si Stephen Harper respecte sa Loi, notre prochain rendez-vous ira au lundi 19 octobre 2015.

Si vous trouviez les conservateurs envahissant dans les sphères de vos libertés individuelles et dans la mission sociale de l’État. C’est qu’ils se gardaient une petite gène, attendez de voir maintenant… (dossier à suivre…)

@ François 1 : Et bien cher amis, vous êtes un devin, le déblocage du Québec que vous prédisiez avec aplomb c’est réalisé à une hauteur qu’il ne m’avait jamais été permis d’imaginer. Les tuyaux du fédéralisme au Québec ont été débouchés avec une concentration de « drano » à faire dissoudre n’importe quel idéologie qui semble avoir fait son temps. (Y’a plus de m—e dans l’tuyau!)

Je vois la démission de Duceppe comme une occasion en or pour lui de rentrer à la maison, gouverner efficacement le Québec, et par le fait même, astiquer l’idée de souveraineté.

Apres la Re-election du King de la Corruption et du menssonge a Quebec, et une election où une formation minoritaire avec 39% d’appui obtien une dictature pour 4 ans, Y a til quelqu’un qui ne comprends pas encore pourquoi ca nous prends un systeme electoral avec; a)une portion de proportionelle et b)une portion a 2 tours, et c) un mechanisme de rappel?

PLAN:

1- Elaborer un systeme electoral qui inclus les 3 elements ci-haut

2- a) Elaborer une liste simple de politiques et lois qui font concensus au Canada
b) Elaborer une liste simple de politiques et lois qui font concenus au Quebec (dont une commission d’enquete publique transparente et independante!)

3- FEDERAL: Former UN Parti Progressiste federal pour UNE Election, platforme; Systeme electoral et Politiques de Concensus et nouvelle election selon le nouveau systeme ou chaque parti propose sa propre vision.

4- QUEBEC: Former UN Parti Progressiste provincial pour UNE election, platforme; Systeme electoral et Politique de concensus(faire le menage), suivit d’une nouvelle election selon le nouveau system ou chaque parti propose sa propre vision (ou conjointe)

5- Projet de Societe
Elaboration d’un projet de societe pour le Quebec, basé sur les meilleurs innovations qui existent dans d’autres pays, sur la science le development technologique et une approche systemique qui agit sur les causes(et non reagit sur les symptomes), sur les nouvelles methodes de developpement Open Source et de Participation de masse, sur le dévelopement durable et l’autonomie alimentaire energetique et industrielle, sur la transformation des institutions pour qu’elle deviennent ouverte transparente democratique et participative, sur une approche holistique ou chaque groupe et secteur beneficie et appui les autres groupes et secteurs (au lieu d’une approche par silo), un projet de societe et une 2e revolution tranquille digne du 21e sciecle

C’est triste pour Duceppe et l’espoir de plus en plus mince d’un pays possible. Mais les Oranges socio-démocrates sont un moindre mal, si effectivement ils représentent vraiment les préoccupations du peuple. À nous de les »briefer » comme ils faut!
Les citoyens ne sont pas assez proactifs en politique et sous-estiment leur pouvoir, même s’ils ont parlé fort hier soir.

Néanmoins je m’inquiète de cette info que vous avez relayé sur votre blogue il y a peu, M. Lisée: « Amir Khadir prête foi aux déclarations de Layton selon lesquelles il respecterait un choix référendaire du Québec. Même si Layton a laissé son chef de campagne du NPD, Brad Lavigne, affirmer cette semaine que le parti appliquerait la loi Dion sur la clarté. » Aïe, aïe aïe! Pas fini de polémiser ! Veillons et prions…

@ John Bull,

Que voulez-vous, Mr Bull! On voit que vous êtes conservateur. L’évidence crève les yeux.

Votre raisonnement est tellement simple. Quand on ne peut plus discuter d’idées et d’enjeux, on attaque le messager. Autrefois, on le décapitait,et on renvoyait la tête à qui de droit, maintenant, puisque vous semblez bilingue, vous faites dans le « character assassination » comme le dit l’adage anglais. Tout comme votre parti est passé maître en cet art!

« What a pity! ». Quelle bassesse! Quelle faiblesse d’esprit! Votre propre texte résonne de tant d’agressivité. Merci.

Cher monsieur Duceppe.

Comme vous, je suis en deuil de mon pays, de ma langue, de ma culture, de mes idéaux que vous avez portés à bout de bras pendant plus de 20 ans.

Sans vous, jamais notre rêve n’aurait pu vivre aussi longtemps. Nous n’aurions jamais réussi à réaliser toutes ces victoires qui ont fait du Québec un pays debout.

Monsieur Duceppe, vous avez droit à la colère contre tout ce que vous voudrez, mais je vous défends d’être en colère contre vous. Jamais vous ne mériterez des reproches de qui que ce soit après tout ce que vous avez obtenu pour les québécois. Laissez « les grands penseurs, petits faiseurs» déblatérer contre vous, ils ne vous arrivent pas à la cheville.

Les CanadiennEs du Québec, (c’est comme ça que le peuple a choisi de s’appeler dorénavant), a perdu un homme irremplaçable et une équipe extraordinaire. Nous devrons vivre avec. Moi je suis heureuse d’avoir travaillé un demi-siècle pour que le Québec soit un pays, je suis plus près de la fin de ma vie et je ne connaîtrai pas la suite. C’est le seul soulagement que je vis ce matin.

J’arrête, je deviendrais méchante. Je vais faire mon ménage, mon condo en a besoin, j’ai travaillé aux élections… Je vais écouter de la musique classique, mes chansonniers québécois me feraient pleurer.

Bien à vous, cher Gilles, je vous souhaite un défi à votre taille dans un secteur plus gratifiant et plus payant que la politique…

Je vous aime tant.
Édith Simard
Laurie Sainte-Marie.
Ça ne veut plus rien dire pour moi.

M. Lisée,

En colère, je vous dis, le peuple a « voté en colère ». Moi-même, qui suis souverainiste depuis toujours, dans l’isoloir, j’ai voté contre la classe politique, j’ai voté en colère! J’ai viré tout ce beau monde de « menteurs »! Maintenant le grand ménage va se faire. Ce sera le Québec contre le Canada! En 1980, René Lévesque a dit ceci » Je suis contre un parti indépendantiste à Ottawa parce que ça va créer une division des forces » Je suis entièrement d’accord avec ça! Maintenant les vrais et bons indépendantistes qui étaient à Ottawa vont rentrer à Québec ou sont leurs places! Travaillons tous ensemble pour se faire un pays!!

«Moi, aujourd’hui, je me sens vietnamienne en 1980: Je me suis évadée, oui, mais pour me retrouver dans un boat poeple qui va traverser l’océan bleu…une traversée qui durera 4 ans.»

C’est d’un mauvais goût, mais d’un mauvais goût!

M. Duceppe était un grand homme politique, même s’il s’était volontairement confiné dans l’opposition. Son principe premier était la démocratie, et c’est sur cette base qu’il a pris dignement acte du choix des électeurs québécois hier soir.

Malgré tout, durant la campagne, j’ai parfois eu l’impression que Duceppe a poussé volontairement les électeurs québécois dans les bras des néo-démocrates. C’est lui le premier à avoir parlé de la vague orange, de la personnalité “sympathique” de Jack Layton, de la similitude des valeurs défendues par les deux partis progressistes. N’oublions pas qu’à une certaine époque il fut militant gauchiste. De plus, on a senti qu’il manquait de conviction cette fois-ci. Peut-être croyait-il lui-même qu’il fallait essayé autre chose, créer une vague qui pouvait déferler non seulement au Québec mais également dans le ROC. Qui sait?

Les résultats d’hier, alors qu’ils auraient pu nous galvaniser pour une rare fois, laissent aujourd’hui un goût très amer. À deux doigts de prendre part à un éventuel gouvernement de coalition mené par un NPD gonflé d’une forte députation québécoise, nous nous retrouvons isolés dans une opposition qui n’aura aucune prise sur les politiques anti-démocratiques du gouvernement majoritaire de Harper. Finalement, le désir de changement exprimé massivement par les Québecois n’a fait que mettre en évidence le clivage très marqué qui sépare le Québec du reste du Canada. À ceux qui y voient surtout la fin du Bloc et donc un rejet de la souveraineté, j’y voient plutôt une situation propice à un élargissement du consensus sur l’idée d’indépendance du Québec. Seul l’avenir nous de dira.

Merci pour ce texte éclairant et nuancé! Tellement heureux que mes amis Canadiens aient enfin LEUR gouvernement. Ma prédiction à 21.09h hier soir était PC 168, NPD 70, PLC 40 et Bloc 30. Devant les résultats, je me suis souvenu de la belle chanson: « À partir d’aujourd’hui, demain nous appartient, à partir d’aujourd’hui si vraiment on y tient! » Un 3e parti fédéraliste que nous essayons au Québec MAIS ensuite … il n’y en a plus !!! Ma joie est immense comme tout le bleu du ciel !

Triste lendemain,
je pleure pour les valeurs auquels nous tennons et qui seront mises de côtés par ce gouvernement conservateur majoritaire.

Malgré tout je crois que les québécois ne se retrouveront tellement pas dans leurs politiques, qu’on ce dotera plus facilement d’un pays.

c’est mon espoir aujourd’hui et je m’y racrocherai pour continuer à avancer dans ce canada qui ne me ressemble pas.

«L’indépendance une fois décidée disparaît du paysage; on n’y pense plus, on la fait. Qu’on y parvienne ou pas, une lutte a ceci de bon qu’on y est jamais perdant. Mieux vaut charrier qu’être échoué. Le Québec, prétexte à ce que tu ne sais pas encore très bien, c’est ta liberté tout simplement.» (Jacques Ferron, «Du fond de mon arrière-cuisine»)

A tous ceux qui pense que c’est un rejet des francophones.

Avez vous remarqué pour qui l’ouest de l’ile de Montréal a voté? Avez-vous remarqué que Pontiac a aussi voté NPD? Avez vous remarqué que la très conservatrice ville de Québec a voté NPD?

Quand tout le Québec, Francophones, Anglophones, Nouveaux-arrivants, parlent d’une seule voix. C’est qu’il faut avoir une sérieuse banane dans l’oreille pour pas comprendre.

Malheureusement la fragmentation du vote aura couté cher dans le GTA.

Mais la réalité c’est que le Canada compte encore 60.5% d’appuis centre-gauche et 39.5% d’appuis centre-droit.

Je crois que c’est le plus beau billet que vous avez écrit sur ce blogue M. Jean François Lisée.

Je n’ai pas pu vous entendre hier. J’étais plutôt occupé à remonter le moral des troupes hier au local du Bloc. Cette soirée m’a plutôt remonté le ressort.

À mon avis, ce n’est pas le temps de s’endormir ou de déprimer comme de 1980 à 85. Les Québécois se sont évadés, ils ont fui le statu quo. Maintenant reste aux leaders de ce peuple et à ses élites à les guider dans cette fuite vers leur terre promise, celle de leur pays, le Québec.

Face à un tel résultat électoral, l’émotion doit être contrôlée afin d’éviter de dire des conneries. Après 2007 à Québec, cela fait deux fois que les partis souverainistes installés subissent des durs revers. Cette fois c’est pire avec 23%, le scrutin uninominal ne procure à un vote bloquiste réduit et éparpillé partout qu’un 3 ou 4 sièges.
Sans établir de ma part d’approches nouvelles pour le BQ et le PQ, il faut voir maintenant que le chemin est ouvert pour une normalisation complète du Québec dans le Canada dont les sourires arrogants de tous les politiciens fédéralistes seront de la partie. Le chemin est ouvert pour que QS et qu’un parti adéquiste-Legault prenne l’autre partie de la place disponible à Québec faisant du PQ et du PLQ deux partis voués au balayage dont la victoire du NPD dans une partie du West Island et dans le Québec francophone donne un avant goût.

Que veulent les Québécois ? Débloquer une situation bloqué par un Parti Québécois qui ne voulant pas d’un troisième référendum perdant peine à trouver d’autres avenues. Se débarrasser d’un parti libéral provincial miné par la corruption dont on fait payer la note aux bloquistes principalement et secondairement aux libéraux fédéraux et aux conservateurs.
Le vote populaire cherche sa voie sans nécessairement trouver les bonnes solutions. Le NPD et ses députés au Québec seront dans l’opposition tout comme le BQ hier en grand nombre sans défendre particulièrement les dossiers du Québec. Tenter de faire des changements à l’intérieur des structures du statu quo n’aboutit à rien ou à si peu. La candidate Las Vegas et anglophone à été élue à Berthier-Maskinongée, sujet de méditation sur le jugement populaire.

Monsieur Duceppe, ce qu’on est en train de vous dire c’est… À la prochaine fois!

Un sympatique chef moustachu au détriment de députés ardus, concernés, patriotiques et surtout, francophones. M.Duceppe et le bloc, nous allons vous manquer en ce gouvernement majoritaire conservateur ….

« Ils sont heureux d’avoir donné une leçon aux Libéraux, oui. D’avoir donné une chance à Jack, oui. D’avoir donné une leçon à Duceppe ? D’en avoir donné une à Duceppe ? Non, personne n’en est fier. Il est une victime collatérale de l’évasion. On a rien à lui reprocher. Dès demain, vous verrez, on regrettera de lui avoir fait de la peine. »

Qui est Jean-François Lisée pour prétendre qu’il sait ce dont les Québécois sont heureux? Pour avoir lu les forums et blogues, de dire que personne n’est fier d’avoir sorti le Bloc est une facétie. Qu’on soit déçu de la déconfiture du Bloc, certes. Mais il y a des limites à dire des énormités. Et de dire qu’on à rien à reprocher à Duceppe? Dans quel monde vit monsieur Lisée, je me le demande. Parce que dans le mien, des gens qui ont des choses à reprocher à Duceppe, j’en croise constamment.

Ce qu’une portion de Québécois affirme dans cet élection, c’est aussi l’essouflement de la cause souverainiste. Le nier me semble relever de la pensée magique. Il est désolant voire même un peu affligeant de constater qu’encore une fois, au lieu de l’examen de conscience, les partisans du Bloc préfèrent mettre la faute de leur déconfiture sur une conjoncture qui, assurément, j’en conviens, leur était défavorable. Mais au-delà des libéraux provinciaux, au-delà de la honte qu’est la politique municipale montréalaise, ayons, comme souverainiste, l’humilité de reconnaître là le message envoyé par le peuple par voie démocratique et comprenons qu’il est peut-être temps de songer à d’autres projets collectifs. Que le marasme, et bien le peuple québécois en a assez.

La politique du pire s’installe. Gilles Duceppe avait l’habitude de dire que c’était la pire des politiques. Les tenants de cette politique du pire ne votent pas aux élections fédérales. Pour eux, le Bloc constitue une assurance illusoire et empêche de voir le vrai visage du Canada. Ils pensent que plus le Canada sera canadien plus les québécois voudront faire leur pays. Ils attendent l’élection québécoise pour donner leur vote à un parti indépendantiste. Quelle proportion des 40% d’abstentionnistes font-ils?

Bien que j’étais contre la souveraineté, en pensant à l’Europe, aujourd’hui je me rends compte que c’est la seule solution de faire les choses comme on le veut nous, le québécois. Probablement avec un lider charismatique aujourd’hui les québécois seront plus proche de leur rêve que dans le temps de Duceppe… Curieusement tout le monde autour de moi pense à ce paradoxe :Layton nous a fait penser à l’unisson: souveraineté! Mais dans une autre ordre d’idées, pourquoi on ne réfléchit pas à d’autre formes de gouvernement,car ça c’est une démocratie défectueuse (Churchill disait: La démocratie est la pire forme de gouvernance …. »Democracy is the worst form of government, except for all those other forms that have been tried from time to time. » (from a House of Commons speech on Nov. 11, 1947)Tant qu’on parle de parti au pouvoir on se place dans des positions de dominance et dominant… et alors, de quelle démocratie on parle? J’espère que les jeunes vont inventer une autre forme de gouvernance, où tout le monde pourra faire entendre sa voix et surtout rêver…

Pour ma part, le constat est assez limpide : Le Québec sort perdant : 1- Les conservateurs de Harper sont majoritaires ; 2- Le Québec n’es pas bien représenté au sein du parti au pourvoir (que 6 députés du PCC) et 3- Le seul parti entièrement consacrer à défendre les objectifs politiques du Québec, est, pour toute fin pratique, décimé.

Je crois que la majorité de Harpeur va aider la cause soi érémiste, car après 4 ans de son gouvernement nous ne voudrons qu’une chose Nous séparer de la radicalisation de l’ouest.

Bonjour,
Avec cette évidence que pour le Bloc québécois, son chien est mort ! Et ce même en n’ayant jamais eu de chien dans le corps, étant propulsé à la Chambre des Communes par une vague aveugle qui faisait simplement se purger de l’amère défaite au référendum de 1995. Même avec l’intervention et l’appui tacite de Monsieur Jacques Parizeau et de Madame Pauline Marois, le pourcentage recueilli par le Bloc Québécois représente le vrai pourcentage des appuis pour le Oui avec une question claire. Le Bloc Québécois sans le sou et grimpé dans le poulailler de la Chambre des Communes avec 3 ou 4 députés dépités qui sont restants ne sera qu’une source de risée, l’exemple patent d’une faillite monumentale. Afin de sauver des gémonies les restants de nationalistes au Québec, ce qui fut un Bloc n’est maintenant plus qu’un bluff. Sortez de là la bande des quatre avant de tourner encore plus le nationalisme québécois au ridicule. Vous avez perdu la face dans la Maison de l’Autre, ce triste manège a assez duré. Faites des hommes de vous autres et démissionnez en BLOC. Car si vous croyez tant à votre projet, le tout se fera au Québec. Sans budget, une question au deux semaines, vous vous roulerez constamment dans la farine avec la vieille cassette usée. Bien à vous, John Bull.

@Michel 602:
« Il était grand temps que les forces vives indépendantistes se retrouvent exclusivement au Québec. L’Indépendance du Québec est une affaire qui doit se régler au Québec, pas au Canada. »

D’autres on écrit: « … c’est au Québec que cela se fera, ou cela ne se fera pas du tout ».

Le problème est que celui qui défini les règles du jeu se trouve à Ottawa. Tout comme les $$$ d’ailleurs. Pensez au référendum de 1995, ou à la loi sur la clarté, et tirez-en vos conclusions. Le gouvernement du Québec, qu’il soit PQ ou PLQ, est totalement dépendant d’Ottawa.

Alors, penser que l’on puisse réaliser la souveraineté simplement en organisant un petit référendum entre nous, relève de la pensée magique.

Pour que la souveraineté devienne un jour possible, il faudrait que les règles du jeu changent radicalement.

Oublions les quatre prochaines années, et commençons a préparer les élections fédérales de 2015. Parce que, comme le dit M. Lisée, nous serons prisonniers du Canada pour encore très très longtemps.

Une main tendue des québécois au fédéralisme. J’ai bien l’impression qu’elle va se faire broyer par le régime Harper.

Une bonne chose pour le mouvement séparatiste?

5 ans de conservateurs au Canada. Avec un peu de chance on aurait un pays avant! 🙂

À travers le Canada, l’opposition à Harper est basée sur des sentiments, surtout de peur. Il incarne pourtant la vigueur économique de l’Alberta, qui tire le Canada vers le haut depuis quelques années. La prospérité, c’est porteur d’espoir, et c’est très difficile à attaquer.

Dans les années ’90, c’était l’Ontario le moteur économique, et ça se traduisait par des majorités libérales.

Dans la perspective peu probable que l’économie québecoise dépasse celle de l’Alberta, la souveraineté va devenir une formalité.

***

N’importe qui est capable de pomper du pétrole des tar sands. Au Québec, on est capables de faire mieux!

Ces résultats sont fort déprimants. Un gouvernement extrême-droite majoritaire au Canada, une opposition qui a souvent « blasté » le Québec (on dirait que les Québécois n’ont pas de mémoire), et enfin un parti à la défense des Québécois qui disparaîtra peut-être. Que c’est désolant! Malheureusement, la triste réalité des partis des Anglos rattrapera les Québécois un bon matin… et peut-être se souviendront-ils qu’ils auront une autre option lors des prochaines élections au Québec. Petite vie!

Michael Moore: «Meanwhile up in Canada today, they had a big election & decided it sucked being Canadian & they wanted 2 b more like us. The bad part of us.»

Le député Amir Khadir s’est réjoui de la «montée des progressistes» au Québec.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/elections-federales/201105/01/01-4395118-marche-du-1er-mai-des-candidats-repondent-a-lappel.php

Le NDP et Trudeau, c’est du pareil au même et le NDP est un parti ultra centralisateur !!!

Je voudrais dire un petit mot pour M. Ignatieff. C’est vrai qu’on n’a plus confiance en les Libéraux à cause des commandites mais je pense qu’il est un grand homme et un gentleman. J’espère qu’il n’en sortira pas trop meurtri.

Bon courage Messieurs Duceppe et Ignatieff! C’est un vent de changement qui a soufflé un peu trop fort mais vous méritiez mieux. Vous avez au moins notre respect.

Les Québécois en votant contre le BQ se sont faits hara kiri ce n’est pas vulgaire c’est la réalité. Le Québec sur le plan fédéral a voté comme en 1980 ou 1984, procurer deux tiers des sièges aux libéraux de Trudeau ou aux conservateurs de Mulroney maintenant ils ont accordés 57 sièges au NPD qui ne connaît pas le Québec.

Merci Jean-François pour cette analyse si juste. Effectivement le Québec vient de plus que de s’évader, il vient de s’affranchir…

Il vient de s’affranchir de quoi d’un paradigme intenable. Le Québec en votant NPD n’a pas changé au contraire il s’est confirmé dans sa différence et il a prouvé sa capacité de bouger ensemble collectivement. En votant en bloque NPD, il n’a pas voté contre le Bloque, il a fait bloque dans sa différence et ses valeurs…

John Bull et François 1 sont à la vie ce qu’un échafaud est au bonheur : un balancement entre la mort et la vérité.

Ce n’est qu’un début.

Comme toujours très bonne analyse Monsieur Lisée.Les Québecois ‘Tira le noir tua le blanc’.Mais ils sont constant dans leurs réflexions. Voulu mettre minoritaire Harper et donner un nouveau langage à ses représentants à Ottawa. La résultante de cette élection fédérale fera en sorte de chrystaliser l’idée de la souveraineté du Québec au Québec. Le mouvement en sera plus fort et un tunami nationaliste frappera le Québec lors des prochaine élections au Québec.Le gouvernement Harper sera celui qui favorisera l’indépendance du Québec par les politiques qu’il mettra en place dans les prochaines quatre années et demi de pouvoir ou il exersera sa majorité.

M. Lisée
Vous n’avez pas vu venir le NPD; vous prédisiez environ 30 élus pour le Bloc et pendant la soirée des élections à la télé vous avez prédis que Duceppe ne démissionerait pas le soir même.
Ne pensez-vous pas qu’un cours de recyclage vous ferait le plus grand bien.

Je vieillis, définitivement, je vieillis, car ce matin j’ai eu une pensée pour Réal Caouette et pour le sort du Crédit Social – un parti anglophone fondé dans l’ouest canadien qui, après une percée au Québec, vit ses appuis au Canada anglais disparaître. Jamais l’Alberta n’accepterait qu’un catholique francophone dirige le Crédit Social, avait déclaré le premier ministre albertain créditiste, Ernest Manning.
C’était en 1961.

Autres mœurs, autre époque ? Peut-être, mais un PC majoritaire va diriger pour la droite, laissant de la place au centre. Il incombe au NPD, au PLC et aux Verts de s’organiser, voire de s’unir, le plus tôt possible.

En passant, en tant que Torontoise, je suis touchée de voir que finalement les Québécois appuient massivement un parti qui exerce un contrôle serré à partir d’un siège social torontois. Le NPD est plus torontois que l’est le PLC qui a toujours eu des sections provinciales, jusqu’à maintenant.

Je suis entièrement d’accord avec M. Lisée, que j’ai d’ailleurs suivi de près hier à Radio-Canada.

Et s’il-vous-plaît n’allez pas dire que la souveraineté est perdue au Québec en ayant rayé le Bloc. Moi-même, votant NPD depuis plusieurs années déjà et ayant toujours été fédéraliste, me retrouve devant l’inévitable conclusion que la mentalité du Québec est bien différente du reste du Canada, et jamais je n’ai été aussi peu fier d’être « Canadien. » Aujourd’hui, j’affirme fortement ma fièreté d’être Québécois avant tout, et j’admire l’unité remarquable de cette province qui s’est affichée dans ces résultats. C’était bien plus qu’une vague orange: c’était la preuve que le Québec peux rester très soudé quand il veut…

Et maintenant, il ne nous reste qu’à nous serrer les coudes face au nouveau gouvernement majoritaire terrifiant pour la plupart d’entre nous.

Je viens de me taper la lecture des 150 commentaires précédents en plus de l’analyse de monsieur Lisée, et sincèrement, j’y ai trouvé ici et là quelques belles vérités, quelques conclusions très justes, mais surtout beaucoup de contradictions et tout autant d’inconscience de la réalité. J’étais de la première ligne de la souveraineté en ’70, j’ai eu mes rêves et surtout vécu de grands projets. Mais aujourd’hui, je suis tellement désillusionné. Je suis encore souverainiste, mais ne me reconnais plus dans les partis politiques Bloc et PQ pour porter ce message; un message qui a déjà été porté avec l’intention de bâtir quelque chose, et non de détruire ce qui existe. Hier, j’ai quand même voté Bloc pour tenter d’éviter le pire, non pas par croyance. De 2e force économique au Canada il y a environ 25 ans, le Québec est devenu la 2e plus pauvre. La gau-gauche et tous les petits mouvements de revendication ont immobilisé le développement économique de notre province. Nous les baby-boomers avons été accusés d’endetter les générations futures et de se servir comme des goinfres à même les fonds publics, voilà que l’électorat québécois vient de donner son appui à un parti qui propose un endettement deux fois plus grand aux générations futures. Ce n’est pas de la droite que de penser que l’économie à un rôle prépondérant, ce n’est pas de la gauche de penser que l’instruction d’un peuple est sa plus grande valeur, ce n’est pas d’être de droite que de penser que chaque individu doit porter la responsabilité de ses actes, ce n’est pas d’être de la gauche que de croire en l’égalité des sexes et des races. Tout cela, c’est d’être réaliste. A vouloir toujours classifier de droite ou de gauche, on obtient le résultat du vote d’hier et l’immobilisme du Québec que l’on connait depuis deux décénies. En bout de ligne, c’est peut-être le meilleur résultat qui pouvait arriver pour nous réveiller; mais avec un peuple qui gaspille son droit de vote pour élire une représentante qui ne parle pas sa langue, ne vit pas dans son milieu et passe la campagne électorale en vacances à l’extérieur, je perds de plus en plus confiance, et le dicton qui dit qu’on a les politiciens qu’on mérite a pris tout sons sens le 2 mai 2011.

L’échiquier politique va beaucoup bouger au cours de 4 prochaines années, mais je ne suis pas certain dutout que ce sera pour les bonnes raisons.

La grande Évasion monsieur Lisée, peut-être, mais s’est-on évadé encore une fois de nos obligations ???

D’une part, il ne faut pas sous-estimer le facteur Mulcair, prépondérant à mon avis. D’autre part, le fait qu’Igniatieff est toujours et encore perçu comme un être parachuté à la tête du Parti Libéral mais dont les racines ont été effacées par un trop long séjour à l’étranger, un être qui ne passe tout simplement pas au Québec.

Mais surtout, il y a le fait que bien des québécois, même s’ils ont un jour caressé le rêve d’un Québec souverain, considère qu’il est temps de passer à autre chose et ont eu des hauts-le-coeur quand ils ont entendu Duceppe rouvrir la porte à un enième référendum lors du congrès du PQ. Une personne en région m’a dit, textuellement, « Cette fois-ci, ils [le Bloc] sont allés trop loin. » Même si Duceppe n’avait fait que réitérer ce qu’il avait déjà dit en d’autres temps. Le fait est que, si M. Duceppe est resté le même, les temps, eux, ont changé. La vague orange, à mon avis, était une lame de fond fédéraliste, poussée par un vent d’espoir en un renouveau canadien, et renforçit par l’idée qu’un Layton pourrait peut-être, enfin, être celui qui ramènerait le Québec dans le giron d’une unité nationale qui respecterait ses différences. Par son vote, le Québec a dit, « le beau rêve souverainiste, on a déjà donné ». Passons maintenant à autre chose.

J’ai remarqué que la dégringolade du Bloc a débuté après qu’on aie vu dans les médias Monsieur Duceppe recevoir l’appui des dirigeants de la FTQ. Les québécois n’aime pas le crime organisé, ce qui est très encourageant pour l’avenir. De plus, nous sommes concernés par l’avenir de la planète, ce qui a mon avis explique pourquoi nous voulons être représentés par un parti au pouvoir à Ottawa. L’erreur des libéraux et des bloquiste est de ne pas s’être prononcé sur la question de l’environnement qui, actuellement, est primordiale. Nous voulons faire partie de la transformation des consciences qui se passe au niveau planétaire. La souveraineté du Québec pourrait être un moyen d’y parvenir mais ne doit jamais être considérée comme une fin en soi.

« L’electeur Québécois a pris l’air. (…)Mais il est toujours prisonnier du Canada. » (JF Lisée)

Quelle idéologie veule et victimaire! Le Québec est prisonnier , selon Jacques Parizeau, « à cause du vote ethnique et de l’argent ». Et l’électeur québécois est prisonnier du Canada, selon JF Lisée, pour quelles raisons au juste? A cause du vote anglophone, à qui M. Lisée semble implicitement reprocher qu’il vaille autant qu’un vote francophone?

Il y a quelque chose qui me semble totalitaire dans un tel mode de pensée. Les électeurs de Thetford-Mines à Rivière-du-Loup, en passant par Lac Mégantic, St-Georges de Beauce, Ste-Marie et Lévis sont-ils des prisonniers du Québec? Non, bien sûr. Pourtant ils ont voté conservateur; ils n’ont pas suivi la meute NPD.

Si M. Lisée considère que les électeurs de Thetford-Mines, St-Georges, Lévis et Rivière-du-Loup ne sont pas des prisonniers du Québec, alors il n’a aucune raison d’insinuer que l’électeur québécois typique est un prisonnier du Canada sous prétexte qu’il n’a pas suivi la meute conservatrice.

N’y a-t-il pas une limite à dire n’importe quoi pour épater une galerie toute acquise?

M. Lisée me fait penser à un jeune enfant bougonneux qui se plaint dès qu’il n’obtient pas ce qu’il veut, prétextant que le club dont il a pourtant choisi de faire partie (il a choisi le Canada en 1980 et en 1995) fait de lui un « prisonnier »!

Les Québécois ont voulu un gouvernement NPD. Ils ne l’ont pas obtenu. Il n’y a pas de quoi se sentir prisonnier, sauf si on est un nombriliste incorrigible, si on a des tendances un peu racistes (si chaque comté québécois valait, en poids électoral, deux comtés du reste du Canada, le NPD serait au pouvoir et les Québécois seraient « libérés » aux yeux de JF Lisée), ou n’ a vraiment pas réfléchi avantt d’écrire.

« Prisonnier du Canada »: c’est du langage démagogique qui n’apporte rien d’utile.

J’ai bien hâte de voir les Mulclair et cie défendent la position canadian sur le projet hydro-électrique de Newfoundland.Également sur l’ouverture du NDP quant à la question constitutionnelle.

Assez étrange de voir les gens de QS travailler pour un parti fédéraliste!

JACKiesce à votre idée d’illusion de changement provoqué par le tsunami orange ayant frappé seulement au Québec.

Cette volonté de changement que pour le changement de 40% de québécois n’a créé qu’un nouveau bloc à la House of commons soit 57 npédistes à l’intérieur d’un parti d’opposition rocanadian de 100 députés. Ce sous-bloc de représentants provenant du Québec provoque incontestablement l’affaiblissement du rapport de force politique qu’exerçaient 47 députés bloquistes dans la défense des intérêts supérieurs du peuple québécois dans le gouvernement du Rocanada.

Le mouvement souverainiste québécois a toujours eu à composer avec cette disposition naturelle masochiste de trop de Québécois à se tirer dans les pieds politiquement. Cette fois n’est qu’une fois de plus…

Donc rien de nouveau sous le soleil quoique puissent en penser les npédistes illusionnistes, alchimistes, concocteurs d’un monde complexe qu’ils n’arrivent même pas eux-mêmes à comprendre.

On verra bien comment les npédistes en viendront à solutionner la quadrature du cercle (« Déclaration de Sherbrooke ») lorsque des intérêts divergents, Qc vs Roc, seront confrontés à l’intérieur même de leur parti dans le cours de ce mandat de quatre ans comme opposition officielle à un gouvernement conservateur MAJORITAIRE surgi, rappelons le, par la division du vote npd/lib en Ontario.

Aux bloquistes utopiques:

« Gilles Duceppe a fait tomber un gouvernement conservateur minoritaire pour ensuite faire campagne en disant qu’il ne fallait pas élire un gouvernement conservateur majoritaire. Résultat: on a un gouvernement conservateur majoritaire et le Bloc Québécois a été rayé de la carte. Par contre, bonne nouvelle pour les députés écologistes du Bloc Québécois: ils vont pouvoir aller à Ottawa dans la même voiture. »

Et VLAN!!!

Source:

http://www.antagoniste.net/2011/05/03/vic-tory/

Ben Laden lundi, Gilles Duceppe hier…

Vraiment c’est une belle semaine que l’on vit.

Vous avez bien raison, le but était de faire du tort à Harper, on croyait qu’une partie du Canada nous suivrait et qu’il serait encore plus faible. Avec le Bloc, on restait seuls, les autres canadiens ne pouvaient voter pour le Bloc. La seule issue, voter Jack en croyant bien qu’on ne seraient pas les seuls. Mais les autres canadiens n’ont pas suivi et l’Ontario lui a donné ce qu’il voulait. Ça n’a jamais été contre le Bloc ou Duceppe, on a tenté quelque chose et on est les grands perdants. Dites à Duceppe que ce n’était pas ce que l’on souhaitait, c’était par stratégie uniquement. Je suis tellement triste de sa démission. Merci!

Quelqu’un blâme notre système électoral… … le Bloc a eu 2 tiers des députés pendant presque 20 ans avec environ 40% du vote. On aime le système électoral quand on gagne et on veut le changer quand on perd. Deux poids 2 mesures.

La politique corrompt avant même de devenir absolue ; dernier exemple : en seulement cinq ans, même minoritaires les Conservateurs ont été arrogants, suffisants, agissant en rois et maîtres. Si déjà l’État c’était eux, quant sera-t-il maintenant ? Je tenterai de déceler des pointes d’optimisme dans un tableau très sombre après le tremblement politique d’hier.

Tout les Québécois se sont levés, francophones surtout mais aussi de d’autres origines, pour bloquer la route à un gouvernement majoritaire conservateur. Le NPD déteint, à 58, le plus grand nombre de députés québécois jamais élus à Ottawa, et qui se retrouvent dans l’opposition. C’est mieux ce que le Bloc avait réussi avec 55 sous Lucien Bouchard. Le PLC a déjà élu 74 des 75 représentants de la députation québécoise, mais elle siégeait au pouvoir.

Que fera ce nouveau bloc NPD ? Jack Layton va-t-il encore appuyer la proposition du vote proportionnel maintenant que l’élection à un tour l’a favorisé au Québec ? Le NPD, malgré les gains au Québec, doit prendre acte qu’il a fait du sur place au Canada et a grandement favorisé l’élection d’un gouvernement qui a bafoué la démocratie et s’en trouve récompensé. Le cynisme de la joute politique telle qu’elle existe ne pourrait mieux être illustré.

À chaque fois qu’on émet le commentaire que « la démocratie a parlé », c’est à se demander qui se moque de qui ? La joute politique est un exercice d’orientation des mouvements de masse, de foule où une démagogie sans nuance, à la sauce conservatrice (Tasha Kheiriddin à votre droite sur le plateau d’hier est une fière représentante ; c’est elle qui a fait les révélations concernant le National Post et Jack Layton dont je vous parlais) qui trouve empreinte plus aisément due à une paresse intellectuelle toute naturelle. Rare sont les personnes d’État qui prennent le chemin plus long de relever la conscience collective plutôt que de viser un nivellement vers le bas. Dans l’ère moderne, un René Lévesque vient en premier rang et même un Pierre Trudeau, en étant généreux, peut être du nombre.

Peut-être un Jack Layton rejoindra-t-il leur rang ! Un obstacle se pointe cependant : des accusations de gauche caviar l’affublent déjà, lui et sa femme. À leur deux, ils auraient réclamés plus de 1 million $ en frais de dépenses d’hébergement et autres pour la seule année dernière. Les émoluments que s’attribuent les élus sont une source de bien des maux, d’achat du silence. Des gens à peine sortis de l’école ou aux origines modestes se retrouvent, au bénéfice d’un mouvement de masse, avec un salaire de départ de 157 000 $ par année, excluant tous les autres nombreux avantages. Comment voulez-vous qu’un bipède moyen ne se laisse pas emporter dans la facilité ? Cela est une raison importante de la débandade du BLOC, des Libéraux avec les commandites, des conservateurs de Mulroney et d’Harper, des Tremblay et Dauphin sur la scène municipale montréalaise, etc, etc…

Jack Layton peut décider d’attaquer les dépenses publiques des élus en proposant justement de ramener leur traitement à des niveaux moyens des Canadiens. Le service public ne doit plus être une source privilégiée d’enrichissement personnel, une des causes des luttes dans la boue pour toucher le « jackpot ». Un point de départ serait de ramener le traitement d’un député au niveau ou chacun se trouvait avant de se faire élire : 50 000 ou 60 000 $ pour la grande majorité qui provienne de la classe moyenne ou de même de 200 000 ou 300 000 $ ou davantage pour une rare élite professionnelle qui pourrait faire ainsi le saut au service public sans perte de revenus déclarés. Est-ce trop être utopique de croire que M Layton a la stature pour attaquer cet aspect négligeable dans la mare des dépenses publiques mais ô combien symbolique dans l’électorat ?

Nous avons que trop peu de raisons de se réjouir de l’élection d’hier si ce n’est pour les espoirs portés sur M. Layton. Tout est chorégraphié dans la scène politique, de la capture et mort d’Oussama Bin Laden aux soubresauts internationaux que j’évoquais dans mon dernier billet. Chacun de nous reprendrons notre petit train-train et délaisserons la chose publique parce que trop souvent source de dégoût. J’ai aimé vous lire M. Lisée mais ne vous envie aucunement d’avoir à commenter une scène où, peu importe où le regard se tourne, on voit poindre la corruption générée par une pluie des dollars et récompenses telles celles promises à Dimitri Soudas.

Merci de m’avoir entendu et bonne chance à vous. Vous-même pourriez rejoindre le rang des leaders tel celui pour qui vous avez été le conseiller : Jacques Parizeau. Vous êtes déjà un maître à pensée.

En effet, il s’agit là, relativement, d’une bonne analyse des choses. Et à ceux qui, bien malhabillement, vous reproches vos prédictions éronnées d’hier, je leur rétorquerai que qui connais bien la politique sais qu’elle est souvent imprévisible. Reste néanmoins que, si votre article vulgarise un brin ce qui sera appellé encore dans 100 ans »la vague orange » il exprimme aussi un fait bien réel et particulièrement inquiétant. Je parle bien entendu de la divergence d’opinion, voire idéologique et social, qui semble opposer le Québec au reste du Canada.

Alors le Québec en évasion? Évader d’un parti qui défendait ses interêts coûte que coûte, peut-être? Mais certainement pas libérer d’un gouvernement de plus en plus à droite, désormais majoritaire. Et ce, contre les aspirations du Québec. Alors,tant qu’à moi, le Québec ne s’est pas vraiment évader, il a été transférer dans une prison à sécurité maximale et ne sera qu’un peu plus étouffé.

Trois petites question :

En regardant cette carte des votes de 2008 http://sciencenotes.files.wordpress.com/2008/10/cbc-map-20081014_canadaresults.jpg on se demande pourquoi tous ces comtés oranges du ROC ont disparu en 2011. L’ont-ils fait exprès ? Ont-ils voulu voter contre le Québec ?

Que serait-il arrivé s’ils avaient continué à voter NPD ? Un gouvernement majoritaire NPD ?

Dernière question : que pense le ROC de ce divorce évident, maintenant qu’ils ne peuvent plus nous traiter de chialeux bloquistes ?
Je ne trouve pas d’analyse du phénomène dans les journaux anglais…

J’ai déserté le bloc, j’ai appuyé le NPD, mais ce n’est pas un changement d’orientation. Fatiguée de voir remis en question la légitimité de mes représentants par les députés fédéraliste (en tant que citoyenne, je n’ai pas les mêmes droits que les fédéralistes ?) C’est plutôt un test. A vous fédéralistes, maintenant, de faire la promotion de l’unité canadienne. Il faut maintenant lutter pour rapprocher les deux solitudes. Vous avez en main les outils qu’il faut savoir utiliser. Le gouvernement fédéral a la responsabilité de gérer et réglementer les communications dont les outils importants sont la Société Radio-Canada et CBC. Ces deux entités ont des missions définies par le gouvernement fédéral et depuis des décennies, le sentiment des « deux solitudes » n’a cessé de s’amplifier. Il faudrait peut-être redéfinir les mandats de ces sociétés pour créer des ouvertures entre les deux peuples. Ce que l’on constate maintenant, c’est que les citoyens de langue française doivent payer un abonnement à RDS pour avoir accès aux parties de hockey alors que les citoyens anglophones ont accès gratuitement via CBC. Egalité entre citoyens ??? pas nécessaire de remettre la constitution à l’ordre du jour pour régler cet irritant. D’autres irritants de manifestent de temps à autre. La rafle absolument insensée de centaines de francophones lors des manifestations du G-20. Sans raisons sérieuses apparentes. Entassés dans des cages comme du bétail. Sommes-nous des citoyens de seconde zone ??? Et on ne comprend toujours pas pourquoi de nombreux québécois veulent un pays.

S’il y a au sein de ce gouvernement un minimum de bonne volonté pour amorcer une réconciliation, la balle est dans votre camp, monsieur Harper.

Une évasion est une forme de fuite. L’usage veut qu’on fuisse devant un danger.

Y avait-il danger de voir un gouvernement Conservateur majoritaire avec une base de droite, l’hégémonie confirmée de l’Ouest et de la capitale financière du pays Toronto ? Y avait-il danger de voir que la stratégie du PC était géniale et bien rodée ? Y a-t-il désormais un risque de voir certaines valeurs idéologiques dont ne veulent pas tous les canadiens prendre le dessus sur le dialogue démocratique ? Le plus simple n’aurait-il été pas de renvoyer aux calendes la motion d’outrage au Parlement de Michael Ignatieff ?

Était-il utile de fuir en avant ou opportuniste ? Cela montre-t-il que le système électoral a aussi ses limites, un système qui force le vote tactique et qui amplifie toutes les tendance populaires jusqu’à les rendre caricaturales.

Si j’avais la chance d’avoir mon bureau sur « Bay street » je me dirais sans doute : « Ô God what a beautiful day today, this country is really the better all over the word » ; mais aujourd’hui je colle à la grisaille du temps et je me dis : « C’est vraiment moins beau que c’que j’pensais la démocratie ».

Jacques Mesrine disait : « Je suis dans une prison dont on ne s’échappe pas ». On ne s’échappe pas du Québec, mais on peut encore prendre son parti : construire le pays de son choix ou bien établir notre place dans le Canada ou encore faire les deux à la fois.

François 1

Vous qui étiez scandalisié des expressions de Monsieur Larose…
Vous ne lui allez pas à la cheville avec votre lien entre Ben Laden et Monsieur Duceppe.
Vous êtes bien petit, Monsieur François 1 alias Rivest!

Pensez-vous que nous souhaiterions l’indépendance si le Canada avait de l’allure ?

Pauvre gang de pas d’allure avec vos avions de guerre et vos prisons.

À la lumière du CV de très nombreux candidats élus du NPD je me permet de résumer les résultats du vote d’hier au Québec avec quelques expressions de mon cru qui résume assez bien la situation :

Élections Académie !
Vote Story !
Poteaux Follies !

Un chausson avec ca avec en bonus un grateux pour la poule aux oeufs d’or ?

Nous avons encore une fois la preuve que la société québecoise est non seulement immature et non politisée mais je dirait même qu’elle est totalement analphabète sur le plan politique.

@Honorable (« ils n’ont pas suivi la meute NPD) et et à Jean-François Lisée (plus ils ont voulu les suivre, dans un mouvement collectif d’affranchissement):

Contrairement à vous, je ne prends pas les Québécois pour des simples d’esprits. S’ils ont voté NPD c’est leur choix, et je le respecte.

Allez donc traiter de meute ou d’affranchis les Albertains qui votent, dans certains comtés, à 75% pour le PC depuis des décennies. Mais vous n’ôserez pas : d’une part vous êtes anti-Québecois, d’autre part une élite nationaliste qui veut contrôler et s’approprier son « p’tit peuple ».

En fait j’ai hâte (presque) de voir certains de ces nouveaux députés aux communes. Rafraichissant de savoir qu’une jeune de 19 ans se faire élire aux communes.

J’admire l’énergie et l’enthousiasme des Québécois pour le changement implicite à la démocratie.

http://www.thestar.com/news/canada/politics/article/984949–dusseault-becomes-canada-s-youngest-ever-mp-at-19?bn=1

@ Loraine King 153

« Je vieillis, définitivement, je vieillis, car ce matin j’ai eu une pensée pour Réal Caouette et pour le sort du Crédit Social – un parti anglophone … »

Surveillez vos rides Loraine King, parce que le parti libéral comme tous les autres n’aura plus de financement du gouvernement comme ce sera pour le NPD. La raison est simple il ne recevra probablement plus d’argent de l’establishment canadian et québécois et plus d’argent du fédéral.

Seul le « réform party » en recevra des entreprises, et à la tonne.

J’ai fait un rêve cette nuit, j’étais incarcéré dans une petite cellule, sans avoir commis aucun crime, on m’avait dépouillé de mes objets personnels et de mes moyens, mes geôliers étaient courtois. Je me disais 4 ans ça va être long. Puis je me suis réveillé, les Conservateurs majoritaires………

Un mot sur la couverture médiatique:
Je note que la couverture de Québécor comptait 3 analystes de droite. C’est quand même un drôle de modèle d’affaires: 16% des Québécois ont voté Conservateur, ce qui implique que 84% des électeurs n’ont PAS voté à droite. 84% de leurs clients donc. Et ils n’avaient que des analystes de droite à nous présenter. 84% des électeurs n’avaient AUCUNE voix.
Traiter 84% de tes clients de « suiveux de vague » (Richard Martineau), ce doit être une nouvelle forme de marketing. Je pensais que le principe, c’était de donner aux clients ce qu’ils veulent?

Déçue. Moi qui croyais que la vague NPD allait permettre de changer les choses à notre façon, tout en travaillant avec le reste du Canada dans un mouvement qui nous ressemble beaucoup plus qu’actuellement à Ottawa. J’ai toujours crû que nous étions plus fort entant que pays, et que cette vague allait justement être un pont entre nous et le reste du Canada. Je croyais que ça nous aiderait à tirer un trait sur le passé, mais je dois avouer que l’inquiétude et le découragement me prend aujourd’hui. Le Québec est-il trop différent pour rester une province? Je suis fière de cette « tentative d’évasion », ce n’est pas grâce à nous si les conservateurs se sont fait élire, mais il y aura un gouvernement majoritaire conservateur pour encore 4 ans. Aujourd’hui, c’est la première fois que j’envisage une séparation afin de faire respecter nos valeurs et notre vision de l’avenir.

Il m’apparaissais tellement évident depuis 3,4 ans que le Bloc, nuisait au mouvement souverainiste. Comment réussir à convaincre de la nécessite de la souveraineté quand vous avez un parti souverainiste à Ottawa qui s’occupe à ce qu’aucun des autres partis ne cassent du sucre sur le dos des Québécois. La présence du Bloc revenait, en quelque sorte, à brouiller, voir même, masquer la réalité telle qu’elle est au Canada. C’est à dire, deux grandes nations complètement distinctes. Voilà pourquoi, une souverainiste comme moi, est arrivée à l’idée de faire élire le bon Jack! Je n’ai aucune garantie que les affaires seront comme je le présume et qu’elles déboucheront sur la souveraineté mais je prends le pari que je viens d’augmenter les chances qu’elle se réalise puisque le NPD ne pourra pas courir deux lièvres à la fois! Il en viendra, obligatoirement, à déplaire soit à l’un, soit à l’autre. Oui, ça me fait de la peine pour M. Duceppe. Mais je crois que le bloc aurait eu avantage à se retirer de lui-même, il y a de cela bien longtemps. Si une simple citoyenne comme moi avait vu cela sous cet angle, je crois sincèrement qu’il y a très longtemps que les stratèges du Bloc le savaient également. Une question se pose alors: pourquoi ne prenait-ils pas la décision de quitter???

Le Canada peut maintenant élire un gouvernement majoritaire sans le Québec. Scénario qui, nous sommes en droit de l’espérer, augmentera les appuis a la souveraineté du Québec de façon substantielle.
Préparez-vous, patriotes.

Un suis un souverainiste très heureux!
Enfin place nette!
Pendant des années j’ai voté Bloc tout en pensant dans mon for intérieur que, malheureusement, ce groupe de délégués semblait prouver de plus en plus que le Québec pouvait demeurer dans le système actuel en autant que l’on envoie à Ottawa des députés qui veillent sur ‘’nos intérêts’’.
Les années passent et le besoin de Souveraineté diminue d’autant.

J’ai voté NPD pour que l’arbre qui cachait la forêt disparaisse.
Pour que le vrai rapport de force revienne.
Pour que l’on retrouve enfin le vrai visage du Canada face au Québec.

Maintenant le Référendum est redevenu possible. Que Gilles Duceppe prenne quelques semaines de repos et qu’il nous revienne ici frais et dispos.
Le Québec a besoin de tous ces hommes et femmes pour ce prochain rendez-vous.

Je suis d’accord avec l’ensemble de vos propos par contre je crois pas nécessairement à la pensé magique sur le vague orange! oui ça peu expliquer en part un électorat volatile, mais le NPD montait dans les sondages de façon régulière depuis 5 ans. ET oui effet on se sent coupable pour M. Duceppe mais on ne peut se permettre de Perdre l’homme politique le plus droit honète et crédible nous en avons trop Besoin. Et puis de façon historique le pouvoir de l’indépendance se promeène au fédéral OU au provincial mais rarement aux deux endroits en même temps. Notre Frisé Nationale est fatigué et usé et est à la veille de DÉFRISÉ et prendre un jolie débarque et le retour du PQ pour pallier à un gouvernement FFÉDRALISTE uniquement à Ottawa, le juste retour du PQ c est notre garantie en poche. Ensuite le québec à voter a 83 % contre le gouvernement , est-ce que la question suivante est pertinante: le québec vote pour une parti de gauche comme jamais avant, résolument contre uun parti de droite, très très droite. serait-il possible que le Québec sois encore plus SÉPARÉ du pouvoir fédéral qu’avant, gauche gaucge contre droite droite!?

La suite vous vous en doutez, harper fait une ou deux ou trois gaffes, et le Québec se choque, bonjour les conditions gagnates pour ls souveraineté!

Par contre, donnons la chance au coureur , le npd a des preuves à faire, oui iil sont jeunes mais pas con ou pas tous lol. Bravo à la Jeunesse ca a donné de bon résultat dans le passé. Ensuite il est hitoriquement difficle de gouverner un le Canada sans le Québec, d’autre ont essayé avant, et puis la mojrité oui mais pas si confortable quand même, nous sommes loins des 200 sièges et plus à l’époque Mulroné et Trudeau!!

Pour le parti Libéral vous me ferez pas brailler avec ¨ca Denis Coderre se pose des question hé bien j’ai une piste pour lui:- La loi sur la clarté référendaire ça te dis quelque chose!?
ET justin Trudeau qui première réactions sur sa victoire, répond ceci: Je n’ai pas suivi la campagne national je me suis concentré sur mon compter et la base, vote par vote, et le compble on lui demande pourquoi les libéraux ont pris une débarque, il l’ignore il dit que si lui a pu se faire réélire d’autre pouvait le faire!!!! Quel être sufisant !! M. Ignatief est une pauvre vitime d’une partie blasé, divisé et de deux ans de campagne pubicitaire négative sur ça personne!!

1 000 000 de fois merci Monsieur Duceppe et compagnie vous étiez EFFICACE!!!!!!!

Dominic

Chère Mme King: contrairement à ce que vous insinuez sans doute sous le coup de l’émotion, je n’ai pas manqué de courage, car j’ai parlé, aussi, de « meute conservatrice » (voir le 4ème paragraphe du commentaire #159).

De plus, « qui aime bien châtie bien »: j’aime tellement les Québécois que je les critique avec l’énergie de l’amour pour un peuple que je voudrais le meilleur au monde dans les domaines de la pensée, de l’avancement de l’humanité et de la richesse, entre autres.

Finalement, définition de « meute »: « foule; bande de gens acharnés contre quelqu’un ». Vous n’allez tout de même pas me dire que le vote NPD n’était pas largement un effet de foule motivé par de l’acharnement contre les conservateurs?

« Meute » (associé à loups: des animaux fort sociaux, disciplinés, respectueux et intelligents) est bien préférable à « troupeau » (associé à moutons) ou « banc » (associé à poissons), non? Si vous connaissez un mot à la fois préférable et coloré (les mots ennuyants… m’ennuient), faites-le moi savoir et je me ferez un plaisir de le substituer au « meute » qui semble vous avoir blessée.

Je dirais plutôt « la grande noirceur… ». J’avais prié pour que Harper trébuche sur une pelure de banane ! C’est plutôt d’une « orange » qu’il s’agit… Mais tout le monde sait que parfois les oranges peuvent être amères !

Je suis fâchée, très fâchée, comme la plupart des Québécois qui se respectent. D’autant plus fâchée que Harper est tombé pour « outrage au Parlement » ! Cherchez l’erreur ? D’aucuns ont déjà parlé de sanctions, voire de prison pour une telle accusation. Les politiciens sont-ils au-dessus de tout soupçon ? La justice ne s’applique-t-elle pas à ceux-là qui enfreignent les règles de la démocratie ? J’aimerais bien avoir une réponse à cette question.

S’il-vous-plaît, répondez-moi quelqu’un…

Merci,

Une citoyenne en deuil de la démocratie !

@ En accord avec le commentaire (174) de Guy LeVasseur.
Je vote pour le NPD depuis plusieurs années. Ce parti n’est pas un modèle en terne de recrutement, ni en terme de présence de terrain, ni rien ! Hormis quelques gains très mérités. On ne peut pas être spécialement fier des résultats d’hier.

C’est Tout le monde en parle qui a donné une tribune unique à Jack Layton et un humoriste, Mike Ward, qui l’a endossé et a souligné son honnêteté fondamentale. Pour moi cela a été la première pierre dans la marre qui a engendré la vague…un politicien honnête…pourquoi pas…Nous sommes sit si habitués aux menteurs qui nous entourent….comme vous le soulignez si bien. Pour M. Duceppe, il est clair que lui et sa troupe avait perdu le contact avec les électeurs…dans ce temps la on perd.

Fait intéressant: le Québec représente 48% de l’opposition pan-canadienne.
Autrement dit, 69 députés de l’opposition (NPD, PLC, BQ et Verts) sur 141 furent élus au Québec.

Impossible, donc, de nier la sidérante divergence de pensée entre le Québec et le ROC lors de ces élections: nous sommes pratiquement l’unique opposition à ce gouvernement Harper.

Je vais vous dire M. Lisée pourquoi j’ai voté NPD.
En fait j’hésitais, le crayon en l’air au dessus du bulletin de vote. Libéral ou NPD? Ma hantise c’était un gouvernement majoritaire conservateur. Les derniers sondages indiquaient que seul le NPD était en mesure de bloquer un gouvernement majoritaire conservateur. Franchement je n’ai jamais voté NPD, dans mes sensibilités je suis plutôt libéral. Mais voilà c’était évident que de ce côté il n’y avait aucun espoir. Mais du côté du NPD, peut-être qu’il y avait espoir de bloquer une majorité conservatrice. J’ai donc fait un vote stratégique et j’ai perdu mes élections même si le candidat du NPD pour qui j’ai voté a gagné.
Une journée sombre pour le Canada et la démocratie.
Comme vous le voyez M. Lisée il n’est pas question d’évasion.

Je rêve d’une renaissance du NPD Québec et qu’une 2e vague orange balaye le PLQ et éradique Charest et ses sbires aux prochaines élections…

J’aime bien la fin de votre article Monsieur Lisée. Les Québécois ont fait une crise de nerfs mais qu’ont-ils réellement accomplis? Il faut en effet être désespéré pour penser qu’un parti fédéral quel qu’il soit puisse pourvoir aux aspirations profondes du peuple Québécois. Ce n’est pas en jouant une partie de poker que nous y arriverons

M. Jean Francois Lisée, Apres avoir lu votre commentaire je suis moins triste des résultats d hier soir. Si j écoute tout mon entourage a l exception de quelques proches je commencais a coire qu a 70 ans j étais a coté de la TRACK avec mes vieilles ammbitions. Apres vous avoir lu je suis en paix avec moi meme. Je souhaite vivre assez vieille pour voir les changement dont je reve depuis 40 ans.

Merci, vous décrivez exactement ce qui s’est produit.

J’aurai mal au cœur longtemps. La fin du Bloc marque un tournant dans l’histoire du Québec et même si l’électorat Québécois voulait rejeter « les vieux partis », il a rejeté le plus jeune et sans scrupule.

Le député de mon comté était Yves Lessard du Bloc évidemment et on est rendu avec quelqu’un qu’on n’a jamais vu, qu’on ne connaît pas, qui ne connaît rien des dossiers du Québec et qui n’est pas là.

Vraiment, j’ai le goût de demander aux électeurs du train : Avez-vous voté NPD? Nommez-moi le député.

*SOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUPIIIIIIIIIIIIR*

Excellent diagnostic! Par contre, Gilles Duceppe aurait mérité de resté à la Chb des communes, mais je me permets de vous corriger un peu: le BLOC méritais aussi une leçon et les Québécois étaient en droit d’attendre davantage de lui aussi. Je m’explique: 1) le slogan Parlons Qc était mauvais, ça sonnais le renfermé et la facilité. Ça prêtais le flanc sur le principal défi du BLOC qui était de démontrer sa capacité non pas de parler et de rêver, mais d’agir, d’avoir un impact, de construire, d’influencer les décesisions. 2e erreur: ne pas avoir sorti tout l’arsenal sur cette question alors que tant de gens posaient ouvertement la question en fin de campagne… 3e erreur: S’accrocher à la machine péquiste, par son discours devant le PQ, par l’appel à M. Parizeau et M. Larose. Malgré leur qualité,cela allait en direction contraire de la grande coalition que le BLOC a par moments tenté de représenter, pour focusser sur la machine et sur des questions qui se régleront à Qc, par les Québécois. Comme un sentiment d’être dans la mauvaise arène… En tout respect des grands accomplissements et de l’importante contribution réalisée par ce parti au cours des dernières années.

Ce qui est moins rigolo dans cette saga est que des gens intelligents ont voté en coeur pour des fantomes. Que penser des gens de Maskinongé et de Champlain qui ont élu deux candidates qui n’ont même pas daigné faire campagne durant le dernier mois? Que penser de cette Ruth Elen Brosso qui a été élue quand elle ne parle même pas la langue de ses commettants. C’est une honte.

M. Lisée

Votre texte est l’explication la plus près de la réalité que j’ai pu lire depuis que les sondages ont commencés à donner à Jack une avance au Québec. Votre texte m’a ému parce que c’est exactement comme ça que je me sens. Merci d’avoir mis des mots sur mes émotions…

Je ne me sens pas du tout prisonnier au Canada.
Dans mon vote, j’ai dit au Bloc: allez prendre l’air. Cela va nous faire du bien à nous tous… Ainsi, on pourra s’occuper des choses qui nous préoccupent, notamment l’endettement des familles, l’énorme poids fiscal pour chaque foyer, la pauvreté chez les jeunes et les ainés, le chômage, la mise en valeur de nos richesses naturelles, etc.
Non, je ne suis pas un prisonnier, pas du tout.

Duceppe sera éventuellement à la tête du PQ… et au lieu de se disperser sur 2 niveaux de gouvernement, toutes les énergies se rassembleront au Québec, pour le Québec

Il faut maintenant se concentrer sur la réalisation de la souveraineté au Québec, car ce n’est pas à Ottawa que ça se fera, on le sait bien. Je suis déçu pour Gilles Duceppe, mais on doit maintenant travailler à se débarrasser de Charest aux prochaines élections provinciales, avec un gouvernement souverainiste. Ensuite, tout est possible comme le clamaient Gilles et Pauline au dernier congrès du Parti Québécois… et probablement davantage avec toutes les horreurs que le gouvernement Harper va maintenant imposer aux Québécois.

Le gros problème c’est que Harper soit majoritaire, ce n’est pas nous au Québec qui avons élu les Conservateurs, alors même sans le Québec il aurait été majoritaire, donc le bloc n’aurait pas eu plus le pouvoir d’influencer la politique canadienne de toute façon. On a quand même une opposition social démocrate qui va se faire la main sur une période e 4 ans. Tant qu’à nous au Québec nous sommes sortie de cette zone de confort moral que le bloc nous donnait, et nous devons maintenant prendre conscience de notre situation et prendre notre destin en main. Si nous ne pouvons mettre l’énergie à la hauteur de nos désirs alors on a le gouvernement qu’on mérite et nous devrions préparer comme alternative un parti fédéral qui s’occuperait uniquement des intérêts du Québec sans option séparatiste, après 20 ans de bloc on a pas avancer la cause d’un iota, même qu’on a élu John James Charest, alors il faudra bien réfléchir à la prochaine élection provinciale. Prions pour que la lumière soit avec nous, plus que la force.

À Québec, un gouvernement libéral détesté, certes, c’est quand même les Québécois qui l’ont élu et plus d’une fois. à Montréal, un maire dont on souhaite le départ. C’est quand même les Montréalais qui l’ont élu et même après les scandales. Les Québécois ont aussi voté en partie ADQ. Aujourd’hui ils votent NPD. Moi, je jette la serviette, je plie dans une boîte tout l’intérêt que j’avais pour la politique et la souveraineté. Je ferme la boîte, y met un cadenas et jette la clé. J’enterre la boîte très creux dans la terre et je rejoint le 40% de gens qui ne votent pas.

Bonsoir
Un petit mot pour vous dire que j’ai toujours annulé mon vote au fédéral depuis que j’ai le droit de vote c’est à dire depuis 38 ans. On m’avait dit que si on était souverainiste et qu’on ne croyait pas au fédéralisme fallait annuler son vote. J’y crois encore car pourquoi donner un vote a quelqu’un qui n’en saurait pas quoi faire… Avec le temps on a pas trop perdu a-t-on gagné quelque chose j’en doute. Pour vous dire que à 56 ans c’était la première fois de ma vie que j’apposais ma croix sur un candidat au fédéral. Ume fois dans ma vie j’ai donné à quelqu’un le pouvoir de nous donner un pays. Majoritairement les conservateurs vont nous donner la raisoon de nous dissocier de ce pays qui n,a jamais été le mien

Drôle de voir les fédéralistes fédéraliste jubiler alors que la disparition du Bloc est la pire chose qui pouvait leur arriver… 🙂

Je suis en parfait encore avec ce texte ,il rejoins mon opinion.

Je pense que les Quebecois se donnent un deuxième
(beau risque )

vous avez raisons,ns voulions se débarrasser des harper et libéraux!!!! et non pas de mr duceppe.

la meillieur chose que mr duceppe pourais faire es de s’installer au partis quebecois et de nous emmener la ou mr levesque le voulais !!!

AVOIR NOTRE PAYS ,NOTRE INDÉPENDANCE!!!!!

svp demandons a mr duceppe de sympliquer avec nous! faite passer le mot.

La défaite d’hier du bloc québecois m’attriste en tant que souverainiste.Nous perdons des représentants d’une grande qualité.Avec 24 heures de recul je me mets à penser que cette défaite sera probablement un catalyseur pour les forces souverainistes.Le Québec va se retrouver isolé comme il ne l’a jamais été auparavant.Enfin ceux qui voulaient un moment d’évasion réaliseront que la politique ce n’est pas une partie de poker.

J’ai entendu plusieurs personnes aujourd’hui, affirmer qu’ils ont gagné en votant NPD et que dorénavant les conservateurs auront une forte opposition….

Quelques pensées:…

1- Une opposition demeure une opposition; elle n’a pas le pouvoir!!! et en ce sens, nous avons perdu!
2- Les québécois ont choisi de demeurer dans l’opposition!!!
3- Cette opposition est dirigée par des Canadiens anglais, qui auront une forte tendance à être influncé par les canadiens du ROC et à négliger les demandes des Québécois de leur propre parti! La tendance perpétuelle des Québécois à être écœuré d’eux-mêmes…
4- Le Parti du pouvoir est aussi dirigé par des canadiens anglais de l’ouest qui voudront en casser du Québécois…
5- On entend dire que les Québécois voulaient du changement…or on remarque qu’il s’est fait d’un parti de gauche à un autre…d’une opposition à une autre…déplacement latéral…
6- Quand on regarde la carte électorale post-élection du 2 mai, le Québec passe du bleu clair au orange…en contraste avec le Bleu foncé du reste du Canada
7- Certains contés du West Island ont suivis la tendance des contés francophones…58 députés NPD, mieux que ce que le Bloc a fait…ce pourrait-il qu’enfin le peuple Québécois ait parlé d’une seule voix?
8- Les Québécois affirment une différence d’avec le reste du Canada…
9- Une différence qu’ils ne veulent pas assumer!!!
10- On entend plusieurs remettre en question la pertinence du Bloc…depuis toujours….or 1 million de Québécois ont voté Bloc!
11- ceux qui remettent en cause sa pertinence ne sont pas plus pertinents.
12- André Arthur n’est plus…wow!!!
13- Elisabeth May a été élue, wow!!!
14- Maxime Bernier reviendra sûrement au cabinet ministériel….avec tous les risques nationaux que cela comporte!!!Yarque!!!
15- À Québec ont est passé du Bleu conservateur au Orange NPD…de la droite à la gauche…..chercher la logique! Belle guerre en vue avec notre maire homme d’affaire de droite!!!!

Une affirmation:
Belle gang de moutons les Québécois!!!

Encore une fois le culte de la victime…..pôvre petit peuple québécois prisonnier….de…. lui même !!!!!

Allons tous prendre l’air en Tunésie, en Égypte, au Yémen, en Syrie, en Palestine…et au retour on réalisera la petitesse du message séparatiste du genre de celui je J.F.L.

Je dois vous avouer que j’étais très déprimé après cette défaite cuisante du Bloc Québécois. Je suis jeune, j’ai le droit de vote depuis deux ans seulement et suite à cette défaite j’étais extrêmement perdu dans mes idées, malgré le fait que mon but reste clair pour moi, la souveraineté du Québec. Je me suis promené de site en site pour voir les réactions, j’ai lu les commentaires que les internautes laissaient (mauvaise idée, c’est un peu comme se chercher un diagnostic médical sur internet, très souvent injuste, facile a généraliser et plus angoissant qu’autre chose), mais rien de vraiment convainquant. Je suis finalement tombé sur votre blogue et j’ai lu votre article. Quel article! Wow! Vos propos sont plus que justes et sont criants de vérité. Je vous avoue qu’après avoir lu votre article j’ai les idées beaucoup plus claires et le moral plus fort. Au Cegep aujourd’hui tout le monde ne parlait que des élections, c’était rassurant, et j’ai ressenti aujourd’hui une ferveur nationaliste chez une grande partie des autres étudiants. Oui, il est vrai que la plaie est fraichement ouverte, mais c’est la première fois que ma génération en droit de voter (années 90) est confrontée et réalise véritablement que nous sommes en minorité au Canada, ainsi que nous avons une mentalité, une vision et une culture fort différente de nos voisins canadiens.

Un gouvernement se fait élire majoritairement sans le Québec et après on essaie de me faire croire que le fédéralisme canadien fonctionne et qu’il est bon pour le Québec.

Aussi paradoxale que cela puisse être, en votant pour un parti fédéraliste, le Québec a créer un plus grand clivage avec le ROC qu’il ne l’avait jamais fait avec le Bloc.

Hier, nous avons démontré encore plus notre caractère distinct. Hier, le pouvoir que le Canada exerce sur nous est devenu encore plus illégitime.

Le NPD a promis des choses envers le Québec. Le NPD n’a pas été choisi par les Québécois pour ses valeurs de gauche, mais tout d’abord pour ses promesses.

Le NPD est devenu le nouveau Bloc québécois. Nous n’avons que refait la peinture (de moins bonne qualité, pis en plus, les pots de peinture n’avaient pas tous des instructions en français).

C’est un nouveau beau risque. C’est le dernier beau risque. Après, c’est fini, plus aucun politicien fédéraliste n’aura la crédibilité pour recommencer.

De toutes façons, juste à l’écoute du discours de Layton, on peut déjà présumer que ce sera un autre échec.

Dans son discours de hier, jamais, mais jamais, il n’a parlé de la distinction du Québec.

Layton hier: «Les Canadiens ont votés pour que l’on protège les familles. […]Les Québécois se joint à nous parce qu’ils veulent, comme tous les Canadiens, à ce que l’on protège les familles.» (Citation fait de mémoire, peut-être pas les termes exacts)

C’est à peu près tout ce qu’a dit Layton sur le Québec hier. Le sympathique Jack n’a pas compris ce qu’attendent les Québécois de lui. Ils ont reçu l’appui du Québec, car on souhaite du changement dans le fédéralisme, parce que l’on souhaite que l’on reconnaisse notre distinction.

Layton, dans sa déclaration, considère que les aspirations du RoC et du Québec sont les mêmes. Sa déclaration de hier transpirait le fédéralisme non-asymétrique coast to coast.

Ce n’est qu’un discours, mais ça l’augure mal.

Mon intime conviction: Les Québécois, encore une fois, se sont trompés, mais cette fois-ci, le réveil sera brutal et qu’on en finira une fois pour tous avec le Canada.

On sait fort peu de chose sur l’inconscient collectif des peuples et sur la forme d’intelligence instinctive qui peut en résulter.

Nous avons toutefois assisté hier à une belle démonstration politique de cette forme d’intelligence.

Le peuple québécois a joué hier un « poker politique » collectif de haut vol.

Un vote du Québec comme celui de 2008 aurait certes permis au Bloc Québécois de maintenir une cinquantaine de députés au Parlement fédéral mais il n’aurait pas pu empêcher l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire car c’est le Canada anglais et en particulier l’Ontario qui a décidé de donner une majorité au PC.

Le Québec a donc tenté un « long shot » pour empêcher l’élection d’un gouvernement conservateur. Le Parti libéral n’était pas une alternative acceptable car ce parti est honni à jamais au Québec français pour sa suite innombrable de trahisons. Le Québec a donc créé une vague en faveur du NPD avec l’espoir que celle-ci prendrait suffisamment d’ampleur au Canada anglais pour empêcher le Parti conservateur d’obtenir un gouvernement majoritaire et même peut-être, espoir ultime, le remplacer par un gouvernement minoritaire ou de coalition ayant à sa tête le chef du NPD.

C’était bien essayé mais cela n’a pas marché. Les chances étaient au départ très faibles mais pas inexistantes. Le gain potentiel pour le Québec était important. En se débarrassant d’un gouvernement conservateur ou en empêchant l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire les Québécois auraient potentiellement gagné gros au niveau de la protection de leurs intérêts collectifs.

Le Bloc Québécois a fait un travail défensif admirable depuis 20 ans et il a fait une bonne campagne électorale mais il a démontré ses limites. Les Québécois savaient que le Bloc ne pourrait pas faire grand chose contre un gouvernement fédéral majoritaire

Le NPD maintenant opposition officielle à Ottawa ne pourra rien faire de plus…

La crédibilité du NPD au cours des cinq prochaines années ne peut que s’affaiblir auprès du Québécois moyen car il sera incapable de « livrer la marchandise » et les frasques de sa bande de « ti-counes » au Québec feront régulièrement la manchette des médias au cours des quatre ou cinq prochaines années. Les Conservateurs, entre autres, se feront d’ailleurs un malin plaisir d’alimenter les médias en anectodes plus savoureuses les unes que les autres.

Quant à Jack, il est loin d’être certain qu’il soit toujours à la tête du NPD dans 4 ans. Son était de santé est vraisemblablement plus précaire qu’on ne dit publiquement. Thomas Mulclair n’a pas le charme de Jack…

Maintenant majoritaire pour 5 ans, les Conservateurs montreront leur vrai visage et cela se fera rapidement au cours des deux prochaines années notamment afin de donner du temps pour faire oublier les coups de boutoir qui en résulteront pour la prochaine élection fédérale qui se tiendra dans 4 ans ou un peu plus. On peut donc s’attendre à une élimination du ficher des armes de chasse et peut-être du ficher des armes tout court… Suivra l’élimination ou une réduction importante des subventions de l’état aux partis politiques, un encadrement plus serré du droit à l’avortement et des relations du gouvernement avec les média, un achat massif de matériel militaire américain, une commission fédérale des valeurs mobilières, un alignement du Canada sur la politique internationale et climatique des USAs, une implication grandissante du Canada dans des missions militaires à l’étranger, une intégration croissante de la politique énergétique canadienne à celles des USA, un déplacement général du centre de gravité économique du Canada de l’est vers l’ouest, etc…

Les Québécois pourront donc apprécier pleinement au cours des prochaines années la vraie nature d’un gouvernement fédéral conservateur, l’impuissance du chef du NPD et les bouffonneries de plusieurs de ses représentants élus au Québec.

Cela contribuera sans doute à mûrir le prochain choix électoral majeur des Québécois qui devrait venir dans environs deux ans…

@pierre r. lapointe :
mai 3, 2011 à 1:54

Dites-moi, comment êtes-vous si convaincu que le Québec pourrait se séparer du Canada sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré quand il n’existe qu’un seul exemple dans l’histoire d’un tel exploit (la Tchécoslovaquie)? Ne soyez pas si naïf svp. J’ai des amis irlandais qui ont vécu les « troubles » des dernières décennies et ils me racontent comment un pays occidental civilisé peut très facilement tomber dans la violence quand des forces diamétralement opposées se rencontrent. Le Québec, un pays viable? À terme, oui je le crois, mais au prix d’une génération sacrifiée et surtout, probablement au prix de vies humaines.

Je suis d’accord avec votre analyse. C’est une question de ne pas vouloir du PC, de vouloir donner une leçon au PLC et de se demander si le Bloc Q est vraiment requis, si nous avons un parti fédéraliste qui peut nous représenter ??? Avec le vote d’hier, le NPD a changé, les couleurs du Québec devront s’y ajouter. Celles-ci n’ont jamais été vraiment présentes. Même du temps de Chartrand et cie, le parti centriste a simplement fleureté avec les Québécois. Je suis déçu des Québécois qui devaient voter pour le meilleur candidat de leur circonscription. N’est-ce pas vrai? Nous avions plus que 4 Bloquistes qui méritaient d’être élus. Cher Gilles, j’ai voté pour toi. Tu étais le meilleur candidat. J’ai voté Amir, même si je n’étais pas certaine qu’il était le meilleur candidat. J’étais quand même certaine qu’il ne supportait pas les fameux PPP. Pourquoi pense-t-on que l’argent du public pourrait être mieux géré par le privé? Alors que le but du privé, c’est de faire des profits! Pour finir, Charest, moi, professionnelle du secteur public, je travaille fort et je ne gaspille pas l’argent de tous. J’ai des solutions. Elles ne sont pas entendues. Les plus fortes corporatives ont plus de pouvoir, md et pharmacien… La justice pour tous … La santé, ce n’est pas pour tous.

On peut se tanner parfois d’avoir toujours les mêmes mets au menu. Il y avait un spécial 2 partis qui partent pour 1 NPD qui arrive, ils ont donc opté de l’essayer. Faut pas chercher de midi à quatorze heures.

Je pense que la claque que le bloc s’est pris peu apporter beaucoup au souverainistes. Dans l’optique ou M. Duceppe reste en politique et se range du coté provincial, il a la capacité de mener a bien un referundum. Quand aux liberaux qu’ils soit provincial ou fédéral, ils ont maintenant tout a prouver pour leur survie.

Merci pour cette excellente analyse cela fait du bien d’avoir une clé pour comprendre ce qui est arrivé… Je suis d’autant en accord qu’au début de la campagne, j’avais pensé voter NPD, puis, j’ai réfléchi quel était le parti le mieux placé pour nous défendre et je suis restée fidèle au Bloc. et j’ai voté Bloc…

Quel plaisir de suivre à chaque occasion vos commentaire sur la politique Québécoise,entre autres. »La question qui tue maintenant »….
Est-ce que le Québec est en meilleur position aujourd’hui ou hier ???
Une p’tite facile,avant de commencer à regretter
collectivement le choix que nous venons de faire.
Tout comme l’élection des 41 députés de l’ADQ en 2007,c’est à se demander sérieusement si les Québécois sont politisés,ou encore pire,seulement un peuple qui ne soit pas capable de définir vraiment ce que le futur pourrait lui offrir s’il n’en tenait qu’a lui…!!!
Combien coûtera cette autre désinvolture ???
Nous en aurons une bonne aperçu lors de la prochaine élection provinciale…!!!

Le PCC a plus de députés que le BQ au Québec et en plus Harper est majoritaire.

Je flotte sur un nuage.

En plus, j’ai adoré voir les moments de panique lors de la soirée électorale diffusée sur RDI.

Priceless !

Votre analyse, comme celle de plusieurs journalistes, cherche les raisons d’un vote en négligeant l’influence principale de l’opinion publique: la couverture médiatique.

La source d’information pour l’électeur provient de deux sources seulement: des médias ou des partis politique directement. Dans le cas présent, il est clair que la communication direct du BQ (du PCC et du PLC également d’ailleur)avec les électeur a été supérieure quantitativement et qualitativement a celle du NPD, puisque l’organisation du NPD au Québec est très modeste. L’on peut en déduire que c’est l’information de source médiatique qui a jouer le plus grand rôle dans cette élection au Québec.

Hors, en terme de couverture, le thème qui a de loin dominé les autres a été les sondages et les réactions aux sondages. Donc, un sondage suspect par La Presse a été le déclencheur de nouvelle qui a influencer les sondages suivants qui ont été le sujet de d’autres nouvelles et ainsi de suite. Ajouter a ceci, le biais anti-souverainiste (aussi subtil soit-il) des de deux principales sources d’information au Québec Radio-Canada/Gesca et Québecor et vous avez une explication beaucoup plus plausible du résultat électoral.

J’irais plus loin encore, en disant que la concentration des médias au Québec expliquerait également les autres votes en bloque au Québec dans les derniers années (Trudeau et Mulroney).

Votre article est d’une grande justesse, monsieur Lisée. Le NPD est la porte de sortie, un gout pour le danger, pour le changement. Si le Canada nous a doubé hier, il a prouver qu’il pouvait se débrouiller sans nous. Et nous, les Québécois? Il n’y a plus que deux solutions: Ou bien Harper se centralise et modifie la constitution canadienne pour faire du Canada un pays uni, incluant le Québec, ou bien le Québec se sépare. L’un ou l’autre… mais pour le moment c’est mieux parti pour être la seconde solution qui soit la plus envisageable, vu que Harper à clairement dit que la constitution n’était pas dans ses priorités.

Lors du discours de Jack Layton, je voyais ce tapon de partisans agitant leurs petits drapeaux canadiens avec un délirant enthousiasme.

Ces petits drapeaux m’ont donné quelque chose comme un petit haut le coeur.

Patrice

Moi qui était plutôt morose, votre captation de la psyché québécoise m’a tout simplement réjoui.
Et pour Gilles, on le voulait, pas tout à fait inconsciemment, de retour là où il pourra être le plus utile. A suivre…

Ben voyons. J’avoue une bonne partie de ce texte fait du sens, explique plutôt bien la réaction de la masse. Par contre ou je débarque et pas à peu près c’est lorsque on insinue qu’un vote pour Jack était un vote contre le PC, contre le PLC mais jamais au grand jamais un vote contre le Bloc… Oh non monsieur! Est-ce que la bonne vieille rengaine souverainiste, les vieux discours désuets de séparation finis, l’entêtement à vouloir pousser de travers ce concept peut-être possible pour certains, peut-être enivrant pour d’autres aurait pu avoir contribuer à cet échec monumental? Un chose me semble pourtant bien clair…une bien grande partie des 75% des gens qui ont voté contre le Bloc ne partage certainement pas tous votre opinion M.Lisée.

C’est pas seulement les québecois qui ont le sens d’étre en prison. Je suis résident d’un communauté urbain dans l’ouest. C’est les fermiers qui ont le pouvoir içi, et c’est bien certain qu’ils ne parlent pas pour nous autres, et c’est eux, pas nous autres, qui électent les conservateurs, élection apres élection. On essaye, toujours, a effecter un change politique, mais apparèment ça vaut rien de tout. Leurs vote collectif vaut plus que le notre. C’est…frustrant.

On a bénéficié du travail extrêmement productif et efficace à Ottawa du Bloc pendant 21 ans ! Voila tout un acquis. Et le beau risque orangiste… demeure une option.

Nous sortons gagnants de cet épisode puisque Duceppe est maintenant un homme libre et un leader fort de son expérience de « debater ».

Il aura fait plus pour le Canada que ses opposants ne le disent et ne le croient. Les pays avancent davantage dans la confrontation des idées que dans le contentement béat qui ouvre la porte à la corruption.

Une page est tournée. Voila tout !

Bonjour,
Une nouvelle vague orange est en train de s’ajouter au tsunami du Nouveau Parti Démocratique avec le recomptage judiciaire dans Kamouraska Montmagny avec Monsieur François Généreux qui s’était sournoisement fait dérober plus de cent voix en les attribuant à un autre parti. Bravo ! Bien à vous, John Bull.

Et nous faisons partie du Canada…

Les souverainistes refusent de comprendrent qu’on veut plus en entendre parler. Le message a été clair lundi soir et ils ne comprennent toujours pas…

Tsé un moment donné, ça suffit le niaisage! Si on mettait autant de temps à régler les vrais enjeux qu’on en met à parler de souveraineté, on aurait moins de problèmes. Réveillez-vous chers québécois!

Et pour ce qui est de Harper, M. Mongrain l’a bien dit hier. « Les québécois ont peur de Harper parce qu’on leur a dit d’avoir peur ».

Madame a été élu a sont congrès mais n’a pas fait le poid devant la vague. Un sondage de popularité s,impose avant de cristaliser sa position car ça pourrait bien être le prochain parti a disparaitre. Attention il faut comprendre le message sans itrer sur le messager. La population en a assez des guéguerres et veut des solutions rassembleuses qui tien compte de la satisfaction minimale de chacun. La méthode de rentrer au travers de la gorges des positions qui ne plaisent pas a une grande fraction de la population ça ne passe plus. On ne veut plus se déchirer on veut construire et n’ont pas en mettant le buldozer, le feu ou une bombe dans la maison mais plutôt en gardant les fondations, préservant autentique les antiquités qui ont pris de la valeurs avec le temps et en modernisant pour rendre plus confortable plus efficace, plus solide pour faire face aux intempéries. Changement climatiques imposent.

Que diraient les patriotes ? du résultat des élections . Moi je suis décu . Le québec n’a plus personne au gouvernement . c’est décevant .Le meilleur homme pour nous , les gens d’ici .Est partit. c’est trop tard maintenant .

Je suis encore dubitatif qu’en à la portée de ce qui est arrivé lors de ces élections.
Mais ma seule certitude (et ça l’a toujours été) est que je vais aller du côté qui s’affirme vraiment le premier.
1. Si le Québec remet ses culottes et se reprend la route de la souveraineté, je le suivrai.
2. Si le Canada met ses culottes et envoie paître la couronne pour devenir une vraie république avec ses « états unis » et un président à sa tête, je le suivrai.
Maintenant il reste à voir lequel saura être le plus rassembleur.

Dernière chance…

au coureur que donnent les québécois au fédéralisme. Voyiez-vous le petit sourire gêné de Jack lors de sa conférence de presse du lendemain électoral, et le sourire radieux et les réponses enfin aux journalistes du visage pâle à Harpeur ? Le premier ressent bien toute la pression qu’il aura à regarder aller le premier-ministre avec ses grosses bottines, tandis que le second s’apprête à donner des volées aux séparatistes québécois. Çà commence déjà à trembler à Radio-Cadnas on ponctionnera, vous saurez me le dire, dans tout ce qui est communautaire et ce qui le soutient. On en profitera pour saupoudrer des pions de droite dans tous les ministères afin d’asseoir son pouvoir et relayer la bonne parole des jaysuifiés. Mais au bout de ces années avec ce qui reste d’éthique de nos politiciens québécois et de leurs mandats on en aura assez vu pour faire le ménage et se créer un pays. Québec Solidaire pourrait être la prochaine vague, n’a-t-on pas assisté à une très improbable accélération de l’histoire ?

Facebook…

Voila la nouvelle façon de faire du porte à porte.
Chacun reçoit le même message, bien au chaud chez lui, à n’importe quelle heure…envoie ce même message à ses contacts…et ainsi de suite.

En un temps éclair, le Québec presque en entier est envahir par la même idée.
Individuellement, nombreux sont ceux et celles qui en prennent notes et décident de se conformer à cette idée…voter NPD afin de déloger Harper.

Ce mouvement d’opinion embrase tout le Québec, mais les coupes feus linguistiques s’arrêtent aux portes du ROC. Le Canada anglais n’a pas suivit le Québec.

Plusieurs personnes du Bloc ont voté NPD en ne pensant pas que autant de Québécois feraient la même chose.

Voila toute la force virtuelle de ses nouveaux moyens de communication…facebook etc…peuvent avoir et nous réserver de grandes surprises.

Personne n’a vu venir la force exceptionnelle de cette vague…
Souvenons-nous que cette force qui nous a déservi cette fois-ci, pourrait nous aider à obtenir enfin notre pays un jour.

À titre d’exemple, Obama est en partie redevable à ce nouveau moyen de communication.
D’autre part, ces moyens de communication ont eut raison de Ben Ali, Moubarak et bien d’autres.

Bref, ça peut servir à faire et à défaire…allons-nous nous en souvenir?

Je suis encore dubitatif quant à la portée de ce qui est arrivé lors de ces élections.
Mais ma seule certitude (et ça l’a toujours été) est que je vais aller du côté qui s’affirme vraiment le premier.
1. Si le Québec remet ses culottes et se reprend la route de la souveraineté, je le suivrai.
2. Si le Canada met ses culottes et envoie paître la couronne pour devenir une vraie république avec ses “états unis” et un président à sa tête, je le suivrai.
Maintenant il reste à voir lequel saura être le plus rassembleur.

les élections sont passer le Québec a prise ca décision. à mon avis dans 4 ans ca va chauffer si le bon Jak ou Harper ne livre pas la marchandise car pour nous les séparatistes qui ont voter Jak car il était la seule formation qui n’avait pas eu sa chance devenait le message au politicien c’est votre dernière chance de nous prouver que vous tenez a nous pour devenir équitable pour toute les provinces en donnant plus de liberté de décision au au Québec et le retour d’argent équitable au Québec plus d’harmonie sans décision nuisible a aucune des provinces.
Duceppe a dit des paroles mal réfléchie de ca par qui a fait réfléchir ( vous ne serai jamais au pouvoir et moi non plu ) quelque chose dans ce sens et et il sait dit aussi que c’est le Québec qui ferai la séparation pas le Canada . Alors que fait le PQ en aussi grand nombre au canada 2 ou 3 pour avoir les tendance ca peu aller et Harpper et Jak sont mieux de faire le ménage qu’il ce doit car c’est eux qui feront que le Québec se séparera ou pas

Le 2 mai, les Québécois ont décidé démocratiquement qu’ils voulaient que « ça débloque »; ils se sont dit : «Nous sommes devant un chemin fermé…». Mais voilà qu’au lendemain de cette élection, pour paraphraser l’inénarrable Réal Caouette dans ses meilleures années, «Nous sommes au bord du préchhipichhe (lire « précipice »)… et pour 4 ans! » Et la prochaine étape consistera-t-elle à « Faire un pas en avant »? Plus sérieusement, je crois qu’hier, le Québec a tenté pour la n-ième fois d’exprimer sa différence dans le carcan étouffant du système fédéral. Et pour la n-ième fois dans l’histoire de ce «Canada bouillie pour les chats», le Rest of Canada a reçu le message 10 sur 10 en s’empressant de porter au pouvoir avec majorité un parti qui est exactement à l’opposé des valeurs québécoises, un gouvernement qui pendant 4 ans continuera de subventionner les compagnies pétrolières, les banques et autres compagnies millionnaires, à se foutre totalement des problèmes environnementaux pour le profit ($) à court terme, à dépenser des milliards en guerre et en armement sans appels d’offres, mais aussi à centraliser la commission des valeurs mobilières à Toronto, malgré l’opposition unanime de l’Assemblée nationale du Québec… et n’en déplaise à ceux qui ont voté NPD, sur cette question comme sur bien d’autres, le député de Calgary (Harper) et le député de Toronto (Jack Layton) voteront très certainement ensemble… On a « débloqué » sur une impasse… au moins, la situation a le mérite d’être claire, mais encore faudra-t-il avoir le courage de la regarder en face et de comprendre une fois pour toutes qu’il faut se faire un pays, plus que jamais!

Il y a une chose qui a échappé à plusieurs, au Québec les Anglos on voté du même bord que les Franco, Québec avec Montréal et la campagne avec la ville, méchante vague, du jamais vu. Nos Anglos sont rentrés officiellement dans la société distincte.
Vive le Québec libre

Je suis d’accord avec Claude Lanthier

Les Québécois partout au McDonald, dans tous les restaurants au Subway prennent leur information politique dans les journaux de Québécor et de la Presse, même chose à la télévision avec radio can et monsieur Lapierre et Larcocque, très fédéralistes qui s’en donnent à coeur joie sur les souverainistes.

C’est là que les Canadiens français, un peu mouton, se « pompent » entre eux avec aussi TLMEP.

Ne cherchez pas loin, ils écoutent les arguments des beaux parleurs de ces stations qui à chaque jour, à chaque semaine, tappent sur le clou anti Duceppe et anti Bloc et pro Canada.

Avec un petit dégoût des politiciens qu’ils ont déjà essayés.

Ils ont oublié pourquoi le BLoc était à Ottawa car personne ne leur rafraîchit la mémoire.

Les souverainistes devraient commencer à comprendre que pour aller en guerre ça prend des moyens efficaces de propagande comme les fédéralistes possèdent. Ce n’est pas en limitant un peu les argent lors des référendum ou des élections qu’ils vont empêcher les journaux privés de faire la job de bras aux souverainistes à longueur d’année.

Tant que les souverainistes ne contrôleront pas l’information soit par une station de télé, radio ou des journaux, oubliez cela.

@Claude Lanthier
« Hors, en terme de couverture, le thème qui a de loin dominé les autres a été les sondages et les réactions aux sondages. Donc, un sondage suspect par La Presse a été le déclencheur de nouvelle qui a influencer les sondages suivants qui ont été le sujet de d’autres nouvelles et ainsi de suite. Ajouter a ceci, le biais anti-souverainiste (aussi subtil soit-il) des de deux principales sources d’information au Québec Radio-Canada/Gesca et Québecor et vous avez une explication beaucoup plus plausible du résultat électoral. »

Interessant comme commentaire. Dans un cas ou l’autre c’est evident que la concentration des medias est nefaste pour la democratie et la liberte d’expression, et que l’on doit trouver un moyen de contrer cette concentration et contrer la convergence

Le Bloc n’a pas été rejeté. Simplement, il a accomplit ce pour quoi nous l’avions élu: Jeter à terre une fois pour toute la conception du Canada de Pierre-Élliot Trudeau: Un pays bilingue et uni (comme l’unicité d’une couleur ou l’unicité d’une culture) d’un bout à l’autre du territoire. En réalité le Canada est fait de régions (5 ou 6) et cet état de fait s’exprime de plus en plus sur le plan politique. Les choses avancent. Lentement mais sûrement.

Le citoyen moyen au Québec à perdu beaucoup de son enthousiasme pour la politique depuis les nombreux scandales découverts par le médias.Le comportement bon enfant de Layton, son programme centré sur la famille, l’emploi, la santé a plu. On s’est dit pourquoi pas misé sur lui, il a l’air sincère, et on a rien à perdre, Les autres ne nous inspirent pas confiance. le Bloc quant à lui ne pourra jamais gouverner et il poursuit des objectifs un peu compliqués. Défendre les intérêts du Québec? C’est quoi exactement? Est-ce que ça nous donne quelque chose de concret actuellement? Et l’indépendance? Dans quoi s’embarquer? Est-ce si vrai qu’on s’est fait avoir par les anglais? J’ai une bonne job, mon char, ma maison, mes vacances, pourquoi se compliquer la vie. Donnons une chance à Layton pour qu’il combattre Harper, et nous aide à obtenir de meilleures conditions de vie. Tout le reste c’est de la littérature!

Si mon nom etait Pauline Marois ou le futur chef du parti liberal ou le chef de l’ADQ je me mefierais de Monsieur Legault a la prochaine election quebecoise. La lecon premiere de la grande evasion, c’est qu’au Quebec l’electorat est tres volatil. Je suis au fond un liberal dans l’ame et dans mes idees mais j’ai deja vote pour le Bloc, pour le parti Conservateur et a la derniere election, j’ai vote pour Jack.
Qui sait ce que je ferai a la prochaine election au Quebec? Peut-etre que je voterai pour le futur parti de Monsirur Legault si jamais il decide de fonder son parti et qui nous presente un programme interessant.

Même après une quarantaine d’heures du dévoilement du résultat ( le volet québécois), j’ai encore grand peine à faire du sens de celui-ci et votre texte ( avec les 250 commentaires) ne m’a pas vraiment permis de trancher ; s’agissait-il d’un poker politique, d’une évasion, d’une fuite en avant, d’une prise (renouvelée) d’un beau risque ou simplement, la manifestation collective d’une très faible culture politique. Tout ce que je veux croire pour mon peuple, c’est que ce n’est pas la dernière alternative qui est la bonne, mais je laisse à d’autres le soin de trancher et d’en faire l’analyse fine.

Il m’apparaît manifeste cependant que le Québec sort très amoché de cet exercice; pour s’en convaincre, nul besoin d’attendre la prochaine composition du conseil des ministres ou les premières manifestations du rôle ingrat de chef de l’opposition qui a été dévolu à Jack Layton, qui ne pourra évidemment rien livrer ( n’en déplaise aux plus optimistes …).

Je me permet d’en tirer 3 conclusions rapides :
1) pour les tenants d’ un vote dit « stratégique », il faudra repasser et surtout oublier celà pour l’avenir. Le pétard leur a éclaté en plein visage;

2) l’avenir du Bloc. Si on pose la prémisse de 40 % de souverainistes québécois (il y a beaucoup de mauvaise foi chez ceux – surtout dans le ROC – qui font l’adéquation simpliste ( bloc = 23 %, donc souveraineté est à 23 % aujourd’hui au Québec ), il y en a 17 % qui se sont égarés ou évadés ailleurs qu’au Bloc pour toutes sortes de raisons. Des 2 partis qui ont été torpillés & décapités lundi par les Québécois, le parti libéral ( PLC ) est curieusement à mon avis celui qui ne s’en remettra pas si le prochain scrutin du 19 octobre 2015 devait encore avoir une finalité quelconque pour le peuple du Québec;

3) dans ce verdict sans appel, il y a des leçons importantes à tirer pour la mouvance souverainiste. Une des + importantes : à l’image de Jack Layton, qui a bien pris acte du haut niveau de cynisme et de désabusement des électeurs, il faut PRIMORDIALEMENT présenter les aspects positifs d’un projet politique en en soulignant les répercussions CONCRÈTES dans le quotidien du monde. Exit la hargne, l’aspect revanchard, etc…

Je suis conscient d’ être dans une minorité en ces lendemains d’ élection, mais je pense humblement qu’ avec la nouvelle donne politique canadienne et sans le « brouillard » que pouvait contribuer à créer la voix dérangeante du Bloc à Ottawa, l’illustration de notre différence deviendra de plus en plus marquée pour tous et chacun ici au Québec. N’en restera plus qu’ à nous de décider en temps opportun…

Depuis que le Bloc Québécois existe au Fédéral, il a été le « chien de garde » contre ce fédéraliste impénitent où la confiance est nulle par leurs actions obtuses et malveillantes. Ce parti a livré la marchandise au nom des québécois.
Le NPD va-t-il en faire autant? On verra!

J’ose espérer que cette décision n’aura pas
des conséquences fâcheuses pour le Québec, un rempart que l’on vient de perdre. Il se peut que nos larmes coulent comme un long fleuve inexplicable ou plutôt déplorable.

Si tous les députés du Bloc qui ont perdu et leurs organisations locales se mettent à travailler au Québec pour faire avancer la souveraineté… nous avons peut-être gagné beaucoup plus qu’on le croit.Il n’est pas loin le temps où le NPD impuissant à faire passer les idées du Québec sera la dernière porte à se refermer dans le coeur des Québécois. Nous en aurons assez… et on n’aura plus peur d’essayer autre chose. Merci au Bloc pour ce qu’il a fait !
Merci à ceux et celles qui osent! C’est cela faire un pays! Alors les médias se rendront à l’évidence, on sera maître chez-nous!

cest comme un gros party ben arrosé et on se reveille avec une femme quon ne connait pas et quon la voyait ben plus belle avec un verre de trop on essaie de rappeler notre ex mais elle nous a largué le meme soir pour un beau mec qui prend sa retraite avec le gros cheque ca fait que on se demande qui a eté le poisson

Bonjour,
Que ce soit à droite ou à gauche, il y a un fort vent de changement dans l’air qui risque de bouleverser les certitudes ! Bien à vous, John Bull.

Les québécois avaient déjà quitté le bateau libéral et n’étaient pas embarqué dans le bateau PC, il est donc clair qu’ils ont quitté le bateau Bloc et rien d’autres.
Il semblerait avec cette élection, précédemment avec l’ADQ que les Québecois votent contre et non pour.
Personne a voté NPD d’ailleurs ce matin les gens se réveillent en se rendant compte qu’ils ont voté pour n’importe qui. On a voté contre c’est tout et c’était contre le bloc. Et là est la question, était-ce contre le bloc, la séparation ou contre Duceppe ? C’est à cette question que les souverainistes devront répondre.

M. Lisee,
Vous ne pensez pas plutot que les gens en avaient assez du Bloc au federal. Pour moi, 20 ans, c’est assez!!!!!!
Quand vous dites que 83 pour cent avait vote contre Harper.
Mais force est de constater que 77 pour cent ont vote contre le Bloc et qu’en plus M. Duceppe a ete defait dans son comte. Nous le regretterons pas tant que ca. Il avait son temps en plus d’avoir amene beaucoup de gens a avoir peur de M. harper. Les liberaux ont fait bien pire que ca avec MEECH et Charlottetown .
On s’en souviendra longtemps.
Cessez de demoniser M. Harper. Nous le jugerons dans 4 ans. m. Duceppe n’a fait que ca depuis 2004.

Je trouve, que vous tous les commentateurs, vous n’avez pas compris le geste des Québécois.

Après avoir essayé une formule pendant 20 ans, malgré toute la bonne volonté et la compétence de Gilles Duceppe, c’est au Québec qu’il faut que les choses se passent. Si on veut un pays, c’est au Québec qu’il faut l’affirmer. Laissons Stephen Harper aller aussi loin qu’il le désire, plus il ira loin dans son option, plus nous nous affirmerons dans nos valeurs et plus nous nous rapprocherons de l’indépendance

Je pense que l’effet Jack est bien plus fort que ça, Monsieur Lisée. Vous semblez très largement sous-estimer la propagande et les manipulations d’Ottawa pour contrer le sentiment nationaliste québécois.

Il y a des investissent massifs et du travail acharné de nos amis canadiens pour garder les québécois francophones dans une mentalité de looser, une mentalité de porteur d’eau, une mentalité naïve et vertueuse.

Pendant que les individus anglophones au Canada et au Québec s’enrichissent, deviennent de plus en plus les propriétaires, les employeurs, les patrons, et deviennent de plus en plus fier d’être canadiens; les individus francophones deviennent de plus en plus des gauchistes, des écologistes, des vertueux, et deviennent de plus en plus perdus dans leurs nationalisme québécois francophone.

Un hasard tout ça ? Très certainement que non.

Notre gentil Jack a crié qu’il allait augmenter les impôts des entreprises, et prendre cet argent pour aider les petits gens. Le gentil Jack a crié qu’il était écologique et qu’il voulait distribuer la richesse. Qu’il soit fédéraliste et d’accord pour enrichir l’Ontario au dépend du Québec; ça, il a oublié de le dire. Mais, ce n’est pas grave. Le québécois francophone est endoctriné dans la religion de gauche. Le gouvernement va m’aider. A bat les riches.

Un hasard tout ça ? Très certainement que non.

Harper a même eu le culot de le dire, noir sur blanc, avec son petit sourire en coin après les élections. ‘’ Nous (les conservateurs) devons prendre le crédit des succès du NDP au Québec ‘’. Et, il a rajouté : ‘’ Mais, le Bloc est parti, et c’est ça qui est important ‘’.

Il ne faut pas sous-estimer, Monsieur Lisée, les gigantesques efforts et investissements d’Ottawa quand il s’agit de l’ethnocide de la nation québécoise francophone.

[email protected]

Une analyse qui réconforte pour qui croit qu’il nous faut la souveraineté.
Merci.

quelle analyse intelligente!
Félicitations et un jour nous aurons la vraie victoire. Je pleure pour Gilles Duceppe mais il est la victime innocente de ce système politique. Il a fait un bon bouleau, lui et son équipe. L’important c’est le pays…

Les Québécois ont fait preuve d’innocence politique, ils ont voté comme des adolescents, sans s’informer des enjeux et sans stratégie. Harper sera face à une centaine de novices et il aura beau jeu pour mettre en oeuvre tous ses rêves d’un pays de droite, anti-femmes, anti-environnement, anti-Québec, anti-démocratie, militariste, dédié aux riches. Quatre années de malheur nous guette. En contrepartie, le peuple québécois se lassera vite de ce Canada pas à son image et le mouvement indépendantiste orendra de l,ampleur. Vivement un Québec libre…

Excellente analyse,cher Monsieur Lisée, très perspicace et convaicante. Elle apporte aussi un certain vent d’espoir et me donne une idée.
Pourquoi naîtrait-il pas au Québec des cendres du Bloc, ou autrement un parti politique fédéral qui prônerait non pas la souveraineté du Québec mais qui aurait comme objectif premier une révision fondamentale de la structure fédérale vers des régions beaucoup plus autonomes voir une mosaïque de régions largement souveraines ? Sur cette base, sur la scène politique fédérale ce parti dérangerait sans doute, sans être rejetable par le Canada anglais. Peut-être qu’en l’Alberta, déjà certains y feraient écho. Ce parti, contrairement au Bloc aurait la légitimité éventuelle pour former l’opposition officielle s’il recevait les sièges nécessaires et aussi de participer à une coalition gouvernementalesi la situation se présentait. Ce parti offrirait de plus une plate-forme pour propager cette idée à d’autres régions du Canada et aux canadiens en en général. N’est-ce pas ce dont rêvent en silence bons nombres de Québécois et certains souverainistes fragiles et volatiles.

Ce nouveau parti injecterait sournoisement un virus de changement constitutionneldans le système lymphatique et léthargique politique du Canada actuel.

Imaginons ainsi un parti souverainiste au Québec et un autre au fédéral hyper-décentraliste voir confédéraliste et social démocrate de centre-gauche.

Richard Tremblay

On connaît la chanson, quand les québécois échappent au souverainisme, c’est parce qu’ils sont piégés, agissant comme malgré eux, ou par ignorance.
Et si c’était pour échapper aux idées reçues des baby boomers et de leurs héritiers moraux, toujours repliés sur les vieilles rengaines de la décolonisation?Et c’était le monde qui avait changé, alors que les souverainistes s’accrochaient à leurs vieilles lunes?

D’accord pr l’évasion mais pas très fort en stratégie. on continue de croire que notre pays va ns arriver comme par accident ou par miracle. aucune analyse politique à long terme; et là dessus, il ne faut pas compter sur les médias pr améliorer les choses.

Vous avez parfaitement cerné mes sentiments face à cette dernière élection. J’ai hâte d’en connaître les conséquences et espère que Monsieur Duceppe continuera à travailler à l’éclosion et l’épanouïssement du Québec.

Bravo, excellent!

À vraiment très peu de choses près j’aurais cru lire textuellement mes pensés écrites par vous.

Je suis totalement d’accord avec vous.cela va probablement aides les partis souveréniste dans un avenir raprocher , 2ans peux-être!!

Bonsoir,
Je suis pas mal d’accord avec votre point de vue.
Peut-être qu’après les 4 prochaines années de gouvernance Harper, les Québecois verront les choses d’une autre façon. Mais pour le moment, il y avait un ras le bol de l’immobilisme. 20 ans à se faire radotter la même chose par le BQ ou le PQ,les Québecois en avaient leur voyage. Après 2 référendums et la promesse d’un prochain, les gens étaient désabusés…
J’observe la politique des pays scandinaves qui avec une population semblable ou moindre que celle du Québec et avec des richesses plus ou moins équivalentes, se tirent très bien d’affaire et même mieux que le Québec.
Mais je retiens une chose, pour faire un pays, ça prend des gens qui y croient et pas seulement le 24 juin avec une bière à la main, mais pendant les 364 autres journées.
Quand tu vois des gens qui en sont à la troisième générations sur le Bien-être Social, oubliez ça faire une pays.

Ce que je ressens confusebravo.ment, M. Lisee l’exprime clairement.Merci et

La grande évasion ?C’est plutôt un dîner de con. Et le con ce n’est pas le parti conservateur, bien au contraire c’est lui qui met la table. Je trouve que l’électorat québécois a une la vue bien courte voir même qu’il n’a pas eu de vision. C’est con comme choix. C’est un choix contradictoire. La couleur jaune va bien au Québec désormais. Foutre à la porte ceux qui ont défendu le Québec sous prétexte de vouloir du changement. Le Québec a été représenté à Ottawa depuis 20 ans comme jamais il le fut. Avant de conduire une voiture il faut passer un test. Avant de voter il le faudrait peut-être. On me dira: « tiens le mauvais perdant », Non pour perdre il faut qu’un combat se fasse. Là c’est trop bas. C’est pas fort de penser que puisqu’on ne peut changer le parti conservateur à la tête du Canada alors on va rigoler et voter Jack. Il n’y a pas d’analyse intelligente à faire sur ce choix. Il n’y a que des Liza Fruller pour être capable d’émettre une analyse sur ce sujet et c’est la preuve qu’il n’y a pas de contenu politique à analyser. Ne vous risquez donc pas à analyser cette situation monsieur Lisée, je vous estime plus que cela. On se réveille le lendemain, le 3 mai 2011 avec aucune reconnaissance envers ceux et celles qui ont représenté et défendu le Québec depuis les 20 dernières années. Moi je dis Merci à Gilles Duceppe et à son équipe. Cependant j’ai honte. L’ouest ( et l’ouest c’est ce qui est à l’ ouest du Québec incluant l’Ontario) doit rigoler et se dire « ils se sont foutus dehors eux-même »… »the Canada without Quebec…thanks Quebec »

Je crois que les québécois, comme une grande majorité d’humains, ont besoin actuellement de penser aux enjeux sociaux communs à tous les humains c’est-à-dire les besoins de base : survie, santé, éducation, sécurité. Actuellement, rien ne va plus, tant au municipal, provincial que fédéral. La rogne est partout chez l’électorat ! Pour moi, les québécois sont toujours et autant intéressés par leur avenir distinctif mais à l’heure actuelle, les besoins primaires sont totalement sans dessus dessous et il faut absolument y voir. Je pense que les québécois ne manquent absolument pas de vision et je ne crois pas qu’ils sont des girouettes comme certains semblent l’insinuer. Je pense qu’ils sont instinctifs et comme M. Landry l’a si bien dit à RDI dans la soirée du 3 mai à Mme Dusseault, il y a même de très bonnes chances que tout ce vent de changement fasse aboutir à beaucoup plus que même anticipé. Nous avons des gouvernements qui ne travaillent pas pour le peuple actuellement et M. Layton, car il s’agit bien de lui pour qui les québécois ont voté, a fait rêvé toute une nation le soir du 2 mai dernier. Je suis donc bien d’accord avec vous M. Lisée et j’espère que cela portera fruit au-delà de nos espoirs ! P.S. Bravo aussi pour votre prestation à RDI le 3 mai.

Félicitations pour votre article ! Je partage totalement votre opinion.

Je ne crois pas que les Québécois soient assez intelligents pour avoir fait le choix volontaire d’élire le NPD en masse. Ils ont uniquement suivi le mouvement en bêlant comme un troupeau de chèvres.

En ce qui concerne le commentaire de M. Saint-Cyr je crois que les « baby boomers » dont vous parlez sont justement ceux qui appuyaient le bloc en 2008 et ont subitement décidé de tourner à gauche pour suivre le troupeau de chèvres…

Cette élection n’est qu’une autre démonstration de la stupidité croissante de notre nation. Le monde a changé, mais je crois que le rêve souverainiste est plus essentiel qu’il ne l’a jamais été, dans un monde où rien ne fait plus de sens et l’argent devient la seule valeur.

Monsieur Lisée,

Votre analyse me conforte dans ma réaction au tsunami orange.

Les électeurs québécois ont exprimé très fortement leur ras-le-bol des politiciens qui nous gouvernent : un gouvernement «provincial» esclave des faiseurs d’images, qui refuse de constituer une commission d’enquête même si une très grande majorité de citoyens la réclament; des élus municipaux à la remorque des entrepreneurs; un maire de Montréal dont l’inaction exaspère ses citoyens; un maire populiste à Québec. Les Québécois étouffent, ils n’attendent plus rien de leurs élus. Alors, pourquoi ne pas élire de jeunes adultes qui n’ont pas encore eu la chance de fréquenter l’université, qui votent pour la première fois, qui prennent des vacances à Las Vegas pendant la période électorale, … Les Québécois ont affiché clairement leur différence, ils se sont une fois de plus distingués des Canadiens.

De nombreux souverainistes ont voté Orange pour se débarrasser du PCC, du ron-ron de protection que nous assurait le Bloc pour plonger dans l’inconnu sans réfléchir davantage. Comment se fera le réveil dans quelques mois? Difficile de le prédire. Souhaitons que le Québec ne se jette à corps perdu dans un autre mirage que pourrait incarner le mouvement de droite de François Legault et cie.

Bonjour M. Lisée,

Je suis tout à fait d’accord avec votre idée d’évasion, de frustration et d’aversion contre le Parti Conservateur. Nous ne sommes pas immobiles; nous détestons nous sentir coincés.
Je retransmets le texte envoyé hier sur le blogue de Mme Hébert :
Comme beaucoup de Québécois, j’ai *toujours* voté pour le Bloc.
Comme beaucoup de bloquistes, j’ai voté pour le NPD lundi. Je n’ai pas voté contre le Bloc lundi, ni pour sa disparition définitive.
Comme tant d’autres, j’ai su qu’il était temps pour le Bloc de reprendre son souffle, de trouver un nouveau souffle.
Comme tant d’autres, j’ai pensé qu’en sautant dans la vague, nous élirions à nouveau un gouvernement minoritaire, à défaut d’enlever le pouvoir au gouvernement de M. Harper, et, comme beaucoup j’en suis sûre, je suis déçue de cet échec.
Ceux qui voudront voir dans le balayage du Bloc le seul désaveu d’une volonté souverainiste se trompent et n’ont pas encore compris ce changement aussi radical du vote des bloquistes.
Je suis déçue, mais comme tant de personnes déçues, je sais que nous saurons faire face à la musique. Nous sommes ainsi faits. Et l’avenir est devant nous…

N’ayez pas plus peur du parti conservateur aujourd’hui qu’avant les élections. Le premier ministre Harper a fait à peu près ce qu’il voulait depuis fort longtemps malgré son ancienne minorité puisque les autres partis n’étaient pas prêt à le renverser. Chaque parti avait ses raisons de japper fort sans jamais mordre : Le Bloc était très, et probablement trop, confortable, le NPD pensait qu’il ne gagnerait rien de plus que ce qu’il avait et les libéraux savaient très bien qu’ils étaient tirés vers le bas encore à cause des commandites. Il n’y avait à peu près que Michael qui disait pouvoir renverser la vapeur! Y croyait-il vraiment? Les stratèges libéraux savaient très bien que leur chef ne faisait pas le poids. Le seul parti qui avait toutes les chances de gagner quelque chose dans cette élection, c’était les conservateurs. M. Harper a gagné ses élections, c’est vrai. Mais les conservateurs ont perdu beaucoup dans cette élection, au Québec surtout, mais dans leur Canada désuni aussi et dans quatre ans, je ne donne pas très cher de leur peau. Quatre années pour continuer à faire ce qu’ils faisaient avant, c’est-à-dire, ce qu’ils veulent ou presque. Quatre années, c’est vite passé et en même temps ce sera très long, mais le Québec a besoin de vivre c’est enfer! Il n’a pas terminé sa révolution lente et tranquille… Il y a un auteur spirituel, Marcel Légault, qui parle de détours presque inévitables dans la vie. Je crois personnellement que le peuple québécois doit passer par ces événements pour comprendre, accepter et surtout assumer qu’il est différent. Le peuple québécois formera un jour une nation. Et ce jour-là, ce ne sera plus la peur qui guidera nos choix, mais la fierté de ce que nous sommes.

J’ajouterai ceci à mon précédent commentaire :

Je n’ai jamais été autant déçue de l’impopularité du Parti Libéral, laquelle a contribué à faire échouer l’élection d’un gouvernement minoritaire.

s.v.p. apporter le correction suivante à mon dernier message :

… laquelle a contribué à faire échouer l’élection d’un gouvernement *conservateur* minoritaire.
Merci.

Bien que jai voté pour le bloc vous résumé parfaitement mon état d’ame merci

Oui j’ai voté NPD sans en vouloir au Bloc, bien au contraire. Oui les Québécois se sont évadés de ce carcan le « Statut quo ». La majorité des Québécois n’ont pas voté contre le Bloc mais pour du changement. Faute de choix, les Québécois ont répété ce qu’ils ont fait au élections provinciale lorsqu’ils ont élus l’ADQ. Et deux années plus tard les chatons de l’ADQ se sont fait montrer la porte.

Mais! Parce qu’il y a un Mais! Ils ont montré au reste du Canada qu’il est possible de foutre dehors tout le statut quo, tout ce grenouillage derrière des portes fermées, tout cet immobiliste politique qui est malsaine pour un pays.
Un pays ou il n’y a aucune vision d’avenir, seulement des stratagèmes pour se maintenir en place.

Alors dans 4 ans, soit le matou orange accompagné de ses chatons se fait montrer la porte, soit le reste du Canada vote autrement. Et pourquoi pas un peu des deux?

Le statut quo n’est plus une option.

@Denis Jobin Qui risque rien de nouveau, n’a rien de nouveau.

Le NPD aurait pu avoir la chance de gouverner en coalition. Les Québécois n’ont pas mal agi. Ils ont risqué qqch pour faire bouger les choses à Ottawa.

Le Québec s’est mouillé au lieu de rester dans son coin. Je crois qu’il a été généreux.

Si le NPD dans l’opposition officielle n’offre rien de nouveau et que les libéraux n’offrent rien de nouveau, le mouvement souverainiste aura une bonne raison de renaître.

Il faut croire au mouvement politique.

Je vous trouve bien indulgent Jean-François, malheureusement je crois que c’est Olivar Asselin qui avait raison. Serge William #12

En quoi Serge William #12 Olivar Asselin, dont l’ancêtre était voisin du mien à Ste-Famille Île d’Orléans en 1659 et nombreuses suivantes, en quoi écris-je Olivar Asselin avait-il raison ?

.

«Harper au pouvoir et les conservateurs majoritaires : La fenêtre politique pour l’indépendance n’aura jamais été si grande ouverte.» – C M

Les électeurs et électrices, dans un esprit républicain, devront s’atteler à la tâche et faire l’indépendance eux-même par la base citoyenne, et non sur une base partisane et partidaire, qui ne fera que diviser les appuis à la question nationale.

Christian Montmarquette
Montréal

.

Les québécois sont tannés de l’immobilisme et du tournage en rond? Pas sur! Pas sur!
Je vois plutôt le geste des québécois comme celui d’un désespéré qui ne trouve pas de solution et qui retourne son arme contre lui. Un vrai drame? ou le scénario d’une mauvaise tragédie? Qui sait?
On va tourner en rond encore pendant 4 ans sans pouvoir réel.
Le point positif: Plusieurs candidats jeunes et moins jeunes à découvrir;certains semblent bien formés et semblent avoir d’importantes préoccupations sociales. C’est à voir!

D’autre part, le Bloc a servi le Québec pendant 20 ans avec beaucoup de professionnalisme et de conviction,surtout quand le P.Q. jouait le rôle de troisième opposition à Québec. On les a fout dehors sans beaucoup d’attention,de façon très cavalière.Un geste juvénile,voir infantile .Un coup de pied au cul gratuit. Donnez-moi autre jouet svp! Quand j’en serai lassé je vais le foutre à la poubelle…
C’est Lise Payette qui disait: « C’est pas plus fatigant vivre debout
que de vivre à genoux ».
La question des vieilles rengaines de la décolonisation et des vieilles lunes n’ont rien à voir. Ça aussi c’est des vieilles rengaines.La question est simple: Veut-on voler de nos propres ailes?
Un oiseau qui ne sait pas voler est un oiseau mort!
Un autre l’a déjà dit autrement: « C’est pour toi que je veux posséder mes hivers »
Comme disait la Bolduc: » Ça va venir ça va venir ne vous découragez pas ».
Ça fera bientôt 50 ans que je suis souverainiste et je demeure
très optimiste. Dans ma tête et dans mes gestes quotidiens,je suis déjà souverain et ce depuis longtemps!
Ça me fatigue beaucoup d’être un « provinciial ». On mérite mieux que ça! On a plus de capacités et d’ambitions que ça!

Il faut toujours bien peser les conséquences des décisions prises et voir devant. La défaite du Bloc est difficile à comprendre et à avaler, j’en conviens. Toutefois, comme le dit l’adage, »il faut parfois faire un pas vers l’arrière pour mieux avancer par la suite. »
Il y a de l’immobilisme au Québec concernant la cause souverainiste et possiblement que cette élection fera en sorte de démontrer qu’il est temps plus que jamais de se séparer. Car, avec les pions en place actuellement sur l’éhiquier, ce sera le ROC qui ne voudra plus du Québec et qui voudra avoir la paix.
Patience!

Nota bene…

LE NPD REPRÉSENTE LE STATU QUO.
Durant les 50 dernières années ils ont TOUJOURS voté contre tout avantage au Québec et à son peuple…à l’instar d’ailleurs des conservateurs et des libéraux.
Tout un « changement » n’est-ce pas?

Vous avez fait une analyse bien approfondie de la situation et il va de soi que vous l`avez fait selon vos convictions.Je crois qu`il était temps que le BQ disparaisse de la scene Fédérale ou il n`avait rien à y faire sinon mettre les batons dans les roues de ceux qui souhaite que le Canada fonctionne comme pays.Si on veut faire un pays du Québec travaillons y ici, mais je doute fort qu`il y ait suffisamment de Québecois pret à TRAVAILLER tres fort afin que cela se réalise. On préfère de loin se faire défendre par des syndicats plutot que de prendre ses propres sous et faire démarrer une petite entreprise, et fournir du travail a certains de nos concitoyens.Trop d`entre nous ne paie pas d`impot et en sont fiers,trop d`entre nous prefère travailler au noir pour ne pas payer d`impot au méchant gouvernement.Comment peut-on meme penser à se faire un pays sur des fondations si peu solides????

Les écrits de Christian Montmarquette à mon avis mérite que l’on s’y attarde. D’ailleurs cet après-midi, je lui ai dit de me laisser du temps pour y réfléchir car je n’avais jamais envisagé une telle possibilité qui à première vue me semble comporter des éléments importants. Nous avons toujours envisagé du moins moi je l’ai toujours vu de cette façon soit de passer par un parti pour entreprendre l’indépendance de notre territoire. Avec l’argumentation qu’apporte Christian, il semblerait qu’il y aune autre voie qui, je dois avouer, me plait assez… il reste à voir… mais le Peuple s’exprimerait démocratiquement et l’ensemble du Québec pourrait le faire… ce n’est pas si bête. J’ignore s’il y a un autre pays qui a procédé de la sorte. C’est à ce niveau que j’ai demandé à réfléchir pour pouvoir me documenter. Comme je ne suis pas un yoyo mon implication depuis 1976 en ai garant, advenant que je m’engage dans cette voie, je le ferai en toute connaissance de cause. Et j’aimerais souligner à nouveau que ce n’était pas une évasion monsieur Lisé mais bien une exécution politique que le Peuple a signé le 2 mai et je suis fier d’eux.

Josef Carlos Simard
Montréal

Très bien résumé… Anyway, la souveraineté n’aura pas le choix d’aboutir un jour ou l’autre, le Canada est trop un grand pays et est trop différent ! On ne pourra jamais avoir un premier ministre qui représente vraiment les intérêts québécois, c’est jamais arrivé…
VIVE LE QUÉBEC LIBRE
🙂

Pour ma part c’est l’inertie de l’option souverainiste au Québec qui m’a fait voté NPD. Il vient un temps dans la vie où on doit faire des choix et passer à autre chose.Comme pour le grand ménage du printemps. On fait le bilan de ce que l’on a et on détermine ce qui ne sert plus depuis un bout de temps. Alors soit on le refile à quelqu’un d’autre, soit on l’envoi au recyclage.Se sont des décisions qui sont parfois difficiles à prendre. Et comme le reste du Canada ne veut pas du Bloc et bien il doit se recycler.

Pour ceux qui disent que nous avons mis le Bloc à la porte de façon cavalière, je tiens à spécifier que je suis d’une région où le député siège depuis au-delà de 24 années, si ce n’est pas plus… Il n’est plus question d’un vote politique en ce qui le concerne mais bien d’un vote sympathique! Résultat, le débat politique a complètement disparu et notre député a contracté les deux pires maladies du discours politique soit la diarrhée des mots accompagnée de la constipation d’idée…

Le NPD de Jack Layton et les représentants (?) majoritaires NPD au Québec avec Thomas Mulcair réussiront-ils mieux que le Bloc dans leur nouvelle stratégie à Ottawa pour… notamment « francophoniser » les organismes fédéraux sur notre territoire national québécois, resusciter une nouvelle coalition unie des oppositions « contre » la ligne de parti et « pour » la représentation effective de ses électeurs suite à une modification drastique du parlement/sénat(proportionnelle-mixte & sénat élu),juges polyglottes, etc.?
Remplaceront-ils/elles adéquatement (en appuyant les 4 bloquistes restants à Ottawa) dans la défense des intérêts québécois?
Continueront-ils de se comporter comme des étrangers dans le pays canadian ou comme le « cheval de Troie » victorieux dans la « cage à homards » contrôlée par Harper enfin MAJORITAIRE et sa clique de droite ???
Quand les Québécois, présentement encore endormis « dans le confort et l’indifférence politique sur les 3 paliers/oreillers de gouvernement » vont-ils enfin se réveiller – le 3 mai n’étant selon moi qu’un petit éclair passager – pour constater qu’ils ne comptent plus au Fédéral et reprennent ENFIN en mains leur destinée en s’assumant pour le vrai cette fois « MAÎTRES CHEZ EUX » ???
Couper les vivres ($$$) à Ottawa – dans les mêmes proportions que sera vraisemblablement coupé le financement public des partis d’opposition, les R.-C. / CBC (la désinformation contrôlée est maintenant au pouvoir!), – ne serait-il pas la solution ???… ou du moins un petit pas dans la bonne direction ??… car on ne doit SURTOUT PAS compter sur Charest et ses maffieux pour réclamer efficacement les millions qui nous sont dus… certains depuis longtemps…
Les bandits à cravate et en jupons ne sont pas tous au Québec, n’est-ce pas ?
Le joyeux retraité de « la Perla del Pacífico »

Le titre

J’ai du mal avec le titre qui m’a rappelé un film des années 60 dont j’ai été me souvenir du contenu dans Google et n’y ai pas trouvé réellement de lien avec votre texte. C’est sans doute une question d’accrochage au passé.

Nous aurions traversé une révolution furtive, médiatique et initiée à Pâques, autour du coco par un beau-frère vraisemblablement. J’aurais titré la révolution du Beau-frère ou la révolution des cocos de Pâques ou la révolution du bouche à oreille ou la révolution des agneaux ou la révolution des radios populaires. Il y avait un choix terrible, terrible.

Définition d’involution du CRISCO : complication, embarras, régression, sénescence. L’involution des « belles-mères » aurait été un titre approprié si le retrait de confiance n’avait été que du côté du Bloc; il y a eu aussi Jean-Chrétien du côté des libéraux. Du côté des conservateurs, il y avait les espoirs déçus des fans de hockey, pas de belles-mères n’étant disponibles; un peu moins négativement efficace.

En 2008, la faveur était ainsi: Bloc 38 %, Libéraux 24, Conservateurs 22 et NPD 12. Le 2 mai, la faveur chutait sauf pour le NPD ainsi : Bloc de 38 à 24; libéraux de 24 à 14; Conservateurs de 22 à 16. Le NPD a bénéficié du triple mouvement au point de passer de 12 à 43 %. En chiffres absolus, le Bloc a perdu 14 points de pourcentage, les libéraux 10 et les conservateurs 6. En pourcentage, le bloc a perdu 39, les libéraux 40 et les conservateurs 24.

On doit à l’auteur du Bossu de Notre-Dame la règle qui veut que « plus l’on tombe de haut, plus la chute est profonde ». Entre libéraux et conservateurs, les libéraux sont plus perdant parce que partis d’une même hauteurs ils chutent de 10, les conservateurs de 6. De leur côté les bloquistes partis du plus haut, 38, ne chutent vraiment pas plus que les libéraux.