La guerre contre les femmes. La vraie.

J’avoue avoir piqué une colère en 1991 quand la féministe Susan Faludi a publié son Backlash : La guerre froide contre les femmes. Elle y affirmait que la société masculine américaine agissait de mille manières pour faire reculer les droits des femmes chèrement acquis en 30 ans.  Arrivant de quatre ans de correspondance aux États-Unis j’avais constaté qu’au contraire, les gains féminins se multipliaient et je trouvais contre-productif de tenter de culpabiliser les hommes qui, tant bien que mal, s’ajustaient à cette nouvelle réalité.

Vingt ans plus tard, j’avoue être sur le point de piquer une colère car les États-Unis de 2012 sont le lieu d’une guerre, véritable cette fois, contre les femmes, leur liberté de choix, le contrôle de leur corps.

Le Texas a ouvert le bal, l’an dernier. Là, une femme voulant obtenir un avortement a l’obligation de se soumettre à une échographie, doit regarder à l’écran l’image du fœtus ou se faire décrire par le médecin la santé et le stade d’évolution de sa présumée victime. Elle doit réfléchir ensuite pendant 24 heures avant de confirmer sa volonté d’avoir un avortement. En tout début de grossesse, lorsque le fœtus est invisible à l’échographie, le médecin doit procéder à une « échographie transvaginale » requérant l’insertion d’un instrument dans le vagin pour obtenir le son du cœur battant.

Il s’agit évidemment d’une volonté de traumatiser la candidate à l’avortement, autrement vue comme une écervelée. La Virginie et huit autres États ont  adopté une mesure similaire ces derniers mois et plusieurs – l’Idaho, la Pennsylvanie, l’Alabama , le Mississipi – en débattent.  Au total, une vingtaine (sur 50) ont adopté une version de ce principe, faisant intervenir l’État dans la relation entre une femme et un médecin, imposant une procédure médicale et… laissant la facture à la patiente !

Ces lois font partie des 1 500 projets anti-avortement introduits par les Républicains portés par la vague du Tea Party lors de l’élection de mi-mandat, en novembre 2010. Mais plusieurs mesures vont au-delà et ciblent la contraception elle-même.

Les élus, massivement masculins, du Texas et de huit autres États ont éliminé le financement public des cliniques Planned Parenthood parce que certaines des cliniques du réseau offrent l’avortement parmi leurs services. Mieux : même les cliniques acceptant l’argent contre la promesse de ne pas offrir d’avortements sont coupées. L’effet combiné de toutes les restrictions budgétaires retire à 400 000 texanes l’accès à des services de contraception.

On a fait grand cas de ce que l’animateur de radio républicain Rush Limbaugh ait déclaré que les femmes réclamant le remboursement de leurs contraceptifs voulaient « être payées pour avoir des relations sexuelles ».

Mais Rick Santorum, un des deux candidats sérieux pour l’investiture républicaine à la présidence, estime que les 50 États devraient avoir le droit d’interdire la contraception. Il annonce qu’en tant que président, il n’agirait pas en ce sens, mais avertirait la nation contre « les dangers de la contraception ». Car, après tout, dit-il, la contraception est « une permission pour faire dans le domaine sexuel des choses que vous n’êtes pas censés faire… Si ce n’est pas pour la procréation, alors vous dégradez le lien très spécial entre les hommes et les femmes. »

Santorum ne sera probablement pas président. Mais sa grande popularité chez les électeurs républicains témoigne du Backlash anti-féminin qui prend forme chez nos voisins du Sud.

« Je ne peux pas croire que je doive encore manifester contre cette m…. » lisait-on sur la pancarte d’une des femmes dispersées par l’escouade anti-émeute de Virginie lors du débat sur leur loi pro-échographies. En effet, il semble que les mères, les grand-mères et leurs filles et petites-filles devront ressortir leurs slogans et pancartes des années 1960 et 1970.

Espérons que, cette fois, leurs hommes piqueront une juste colère à leurs côtés.

Et encore : En Virginie, une députée a proposé que les candidats à la vasectomie doivent se soumettre à une échographie leur montrant les millions de spermatozoïdes qu’ils vont éliminer. L’amendement, ironique, a été défait. Il n’y avait pas assez de femmes à l’assemblée.

Laisser un commentaire

Je crois que parler de « guerre contre les femmes » en parlant de « guerre contre l’avortement » est un mélange de pommes et de bananes. Les femmes contre l’avortement sont nombreuses. Les gens qui sont contre l’avortement défendent une vision du monde et de la vie qui va au-delà du rapport homme-femme. De réduire ce combat au combat féministe ne fait qu’embrouiller le dossier.

Ça fait un bout que c’est commencé et ça doit faire saliver Harpeur et ses amis qui rêvent le rêve américain à la manière des républicains. La chaine Current avec ‘The War Room’ et ‘The Young Turks’ nous permet de garder un oeil sur les délires de nos voisins du Sud dont s’inspirent nos propres ‘élus’.

On taira évidemment la guerre des démocrates et des « liberals » contre les femmes conservatrices. Combien d’entre eux ont eu une passe gratuite qu’AUCUN républicain n’aurait eu s’ils avaient passé les mêmes commentaires.

2 poids, 2 mesures

LE RETOUR DES BARBARES.

Les USA sont un pays qui est capable de telles absurdités. Mais ils possèdent également la bombe atomique et des sous-marins nucléaires capables d’aller porter aux portes de nos grandes cités l’enfer nucléaire.

Nous commençons à avoir Harper sur les bras qui est de cette même sauce infecte. Et à Montréal voilà que se présente le boss des catho : Mgr Lépine.

Sommes-nous en train de revenir au barbarisme de l’inquisition ? Peut-être assisterons-nous à l’union des forces religieuses de Mahomet et du Christ ? Plusieurs œuvres de fictions ont évoquées ce retour en arrière mais appuyé par l’utilisation des nouvelles technologies, la science se mettant au service d’une « morale » plus que douteuse. De la fiction ? pas si certain que ça !

Mais il nous reste encore un espoir : que le vrai déclin moral et intellectuel de l’empire américain deviennent également une réalité économique. Sans aucun doute possible, l’humanité et la planète ne s’en porterait que mieux.

Il faudrait relire tous les Camus de la littérature et de la philosophie. Qu’est-il advenu de leurs pensées civilisatrices ?

«Les idéologies sont aussi massacreuses que les religions.»
[Claude Imbert]

La vrai guerre contre les femmes est celle menée par la racaille du partie démocrate et de la gauche américaine:

http://www.youtube.com/watch?v=5ISKQD7ytSk

Une guerre vicieuse, argneuse, haineuse… une guerre de gauchiste quoi…

P.S. À la place de Lisée, qui a multiplié les allusions sexistes sur Nathalie Elgrably et Sarah Palin, je me garderais une grosse gène…

@David

Publicité et propagande républicaine. Voila tout. Seriez-vous à ce point perméable et manipulable ?

«La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence.
L’intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n’en a pas.»

[Claude CHABROL]

Je pense néanmoins que Susan Faludi avait raison. Il y avait déjà une guerre contre les femmes quand elle a écrit son livre. Elle a très bien démontré son propos, avec maints exemples. Ce qui ne signifie pas que les femmes n,avaient pas fait de progrès dans certains domaines. Ce sont deux choses distinctes. Cette guerre, parfois souterraine, continue aujourd’hui, surtout dans le domaine du droit à l’avortement, mais aussi dans celui de l’emploi: l’équité salariale n’existe pas aux États-Unis, et comme à peu près partout dans le monde, pour des emplois équivalents, les femmes gagnent moins que les hommes.

@François Lavallée : au contraire, la guerre contre l’avortement est totalement reliée à la guerre contre les femmes. Et ça n’a rien à voir avec les femmes qui s’opposent à l’avortement. C’est vous qui mélangez les pommes et les oranges.

Peu importe que l’on soit contre ou pour l’avortement, en voulant empêcher les femmes d’avoir l’accès au libre-choix on contrôle leur corps et leur sexualité. On leur impose des barrières, on limite leur liberté. C’est une manière de retourner en arrière et de contrôler les femmes, par leur corps.

En ajoutant des limites et des contraintes à l’avortement, on réduit le droit des femmes.Tout simplement.

Par ailleurs, des hommes comme Limbaugh et cie sont-ils blancs comme neige ? Si je comprends bien leur théorie, ils n’ont eu des relations sexuelles qu’avec leur femme après le mariage et seulement pour faire des enfants ?
C’est bizarre, car ces hommes veulent imposer des restrictions à la liberté des femmes, mais semblent tenir à la leur, surtout quand il s’agit de leur liberté sexuelle.

Les femmes qui veulent se faire avorter ou utilisent des contraceptifs ont eu et ont des relations sexuelles avec des hommes n’est-ce pas ? Et ces hommes alors, vont-ils élever l’enfant ? Vont-ils mettre un condom ? Pourquoi c’est toujours la femme qui paye le prix final du plaisir de la relation sexuelle qu’en retire l’homme (et la femme j’espère).

Et j’aime bien le projet de loi de la députée en Virginie. Évidemment, comme d’habitude, les hommes sont prêts à adopter bien des lois pour restreindre les libertés des femmes, mais rien pour restreindre la leur.

David

Pathétique ton commentaire. En tant que libertarien, tu approuves qu’un État oblige une femme à passer une échographie? Et tu approuves qu’elle soit obligée de payer pour ce «service» dont elle ne veut pas?

Et ça se dit pour la liberté… Hey le grand, au lieu de contester Lisée sur tout et sur rien en bon réac que tu es, essaie donc d’être conséquent et de promouvoir la liberté pour vrai. Libertarien mon oeil.

J’ose être optimiste – il y a une vague de twit aux USA, mais les sondages montrent que les femmes désertent le parti républicain. Et j’ose croire (du moins, je l’espère vivement) l’opinion de Christopher Hitchens qui a caractérisé la monté récente de la droite religieuse comme étant un dernier soubresaut avant sa mort devant le sécularisme, un mouvement grandissant.

Je ne suis pas surprise de ces préoccupations républicaines. Pas surprise, mais tout de même inquiète de la montée de la droite, indignée de ces reculs barbares. Les républicains, après tout, courtisent les États de la Bible Belt. Une clientèle soit très pauvre ou très riche. Endoctrinée ou égoïste.

La vraie question est de savoir à qui appartient mon corps, à moi ou à l’Etat. Les conservateurs et les républicains répondent à l’État. Ils vous diront Dieu, ce qui revient au même. Puisque votre corps appartient à l’État, ou à Dieu, dans leur logique, ils sont contre l’avortement, par extension contre la contraception, contre le suicide, quoiqu’il soit difficile de punir le fautif après le fait, contre l’euthanasie, mais pour la peine de mort, surtout si vous avez posé des gestes qui ont entrainé la mort d’une autre personne sans leur permission surtout si un noir tue un blanc. Ils sont contre les mesures sociales qui permettraient au plus démunis d’espérer, un jour, une certaines ascension sociale ou une qualité de vie décente. Ils sont aussi plus guerrier. En cas de guerre, il est donc permis de tuer. On a la permission de l’État pour tuer l’ennemi désigné. Les enfants indésirés devenus indésirables font de l’excellente chair à canon ou du gibier de potence. Il y a toute une logique dans le « conservatisme »

Les conservateurs, dans le sens « philosoqhique » du terme ont toujours été plus préoccupés que les « libéraux » par les questions morales, particulièrement par la « morale » des femmes. Toutes les grandes religions sont misogynes. Il n’est donc pas étonnant que la montée de la droite concorde avec la montée de la religion. L’un est le pendant de l’autre et ils poursuivent le même but: vous contrôler, vous rendre conformes. Ils sont très préoccupés par votre « pureté ». Les femmes étant plus faibles physiquement, c’est facile de les dominer, encore plus si elles ont un enfant dans les bras et quoi de mieux pour les condamner que de leur enlever le moyen de choisir ou non d’avoir un enfant via la contraception ou de les punir pour des comportements « immoraux ». Une femme pécheresse ne pourra se sauver tandis que l’homme, gigolo, violeur ou autre, pourra continuer son chemin sans que rien n’y paraisse. Combien de Républicains ont été mêlés à des scandales sexuels pendant qu’ils faisaient la morale? Combien sont « addicts » des sites pornos qu’ils condamnent? Combien sont de vrais hypocrites?

Avancez en arrière disait le chauffeur d’autobus.

Les dretteux me font rire …ils voient comme du sexisme le fait qu’on dise de Palin que c’est une cruche…Quand on disais que W étais un moron c’étais tu du sexisme aussi?

Des femmes intelligente Républicaine y’en a…Lisa Murkowski…Olympia Snowe

Palin et Bachmann font parti des cruches

Combien de fois faudra-t-il répéter que personne n’est pour l’avortement, ce qui est réclamé est la liberté de choix, c’est très différent. Oui, il y a probablement quelques écervelées qui utilisent l’avortement comme moyen de contraception mais c’est une exception plutôt que la règle.
Pour la majorité de celles qui y ont recours, c’est une décision difficile et douloureuse mais elles estiment impossible d’accueillir un enfant dans leur vie au moment précis où elles tombent enceinte, pour toutes sortes de raison. Me semble que ce n’est pas vraiment compliqué à comprendre.
Lorsque vous parlez de forcer une femme à mener à terme une grossesse non désirée, vous menez une guerre contre les femmes, c’est tout bonnement ça.
Comme M. Lisée le mentionne, le courant anti-femmes très fort dans le GOP désire éliminer l’accès à l’avortement, mais aussi la contraception, ce qui est selon moi une très grave faute de logique, car un accès à de la contraception efficace et une bonne éducation sexuelle (et non seulement l’éducation à l’abstinence, qui est une belle utopie si on parle de succès de masse et non seulement de quelques rares jeunes qui arrive à s’y tenir) est la façon de réduire le nombre d’avortements.
« L’éducation sexuelle » par la promotion de l’abstinence est aussi quelque chose de très valorisé par les éléments religieux du Parti Républicain, en passant, M. Lisée.
Bref, ce n’est pas du tout exagéré de parler de guerre contre les femmes car la combinaison de ces trois points démontre clairement que ce que les têtes dirigeantes de ce courant de pensée, très influent au sein du Parti républicain, veut, c’est que les femmes redeviennent mères à la maison de nombreux enfants et quittent le marché du travail; qu’ils récupèrent le contrôle sur les femmes par le biais du contrôle de leur sexualité et de leur maternité, qu’ils ont perdu.
Ce courant de pensée est animé fortement par la droite religieuse évangéliste, très forte dans les groupes les plus conservateurs du Parti républicain et du Tea Party… et chez les Conservateurs du Canada, aussi.

David : quand on veut donné son opinion au moins il faut évité de sortir des vidéo de propagande républicaine qui met en cause que 1 humoriste démocrate a rie des femme républicaine qui son pour les mesure contre la contraception et après dire que c’est les démocrate les méchant. je regarde l’actualité américain tout les jours et quand on entent un républicain traiter Obama de raciste ou de Nazi on réalise que les républicain démonise tout ce qui n’est pas républicain. alors la prochaine fois que tu voudra aborder la politique américaine renseigne toi avant de parler et surtout pas a FOXnews et pour en revenir a ton affirmation explique moi comment on peut traiter un président noir et une V.P femme progressiste(hillary clinton)d’anti-féministe et contre la liberté de choix. Bonne journer et VIVE LA FEMME LIBRE ET LES HOMME QUI VEULENT LES AIDER.

Une version canadienne du Tea Party s’invite désormais dans ce débat concernant l’avortement
en Alberta avec le Wild Rose Alliance de Danielle Smith, notre propre « Sarah Palin / Michelle Bachmann » feuille d’érablisée !!!

http://www.radio-canada.ca/regions/ElectionsAlb2012/2012/04/06/001-avortement-explications-wildrose.shtml

Une bonne partie des supporteurs du WRA sont des anti-avortement absolutistes bibliques, ce qui a obligé Danielle Smith a rectifier le tir la semaine passée.

Chose certaine,

Le Wild Rose Alliance va très probablement prendre le pouvoir en Alberta.

Voir les prévisions en députés du WRA ( en vert ) ici :

http://www.threehundredeight.blogspot.ca/2012/04/ray-of-hope-for-pcs-in-edmonton.html

Une partie de la campagne du WRA est basée sur le « Québec Bashing Albertain » ce qui va littéralement mettre de l’huile sur le feu du « Royal Canadian Anglo Nation Building » du gouvernement Harper.

On en verra bien l’impact sur l’appui à la souveraineté du Québec dans quelques mois.

Bizzarement, le WRA veut abolir sa part de paiement de la péréquation « Contre le Québec » alors qu’il s’agit dans les faits d’un programme fédéral qui profite surtout aux provinces suivantes dans l’ordre en $ de péréquation par habitant :

Ile du prince Édouard : 2,344 $
Nouveau Brunswick : 1,985 $
Nouvelle Écosse : 1,345 $
Manitoba : 1,340 $
Québec : 928 $
Ontario : 245 $ .

J’espère mon cher JF-Lisée que vous suivrai de près sur votre blogue l’arrivée de Danielle Smith à la tête de l’Alberta !

Cela risque d’être assez distrayant !

Les états unis sont tellement comme le moyen orient… C’est pour ça qu’il ne s’entendent pas.

Joyeuses pâques
http://www.youtube.com/watch?v=_M0RiXP5Dyc
Je crois qu’au lieu de détruire les foetus on pourrait les transplanter pour répondre aux besoins de ceux qui désirent en avoir.
On fait d’avantage pour préserver la vie d’animaux.
Je ne parle pas de contrôler le corps des femmes mais de leur donner le choix. Il doit être plus facile de donner un foetus dont on veut se défaire que de le détruire.
p.s. Je suis adoptée et je crois que je méritais de vivre autant qu’un enfant qui a été conçu dans l’amour. Et j’ai donné de l’amour de mis au monde des enfants à mon tour. La vie engendre la vie. La destruction engendre la destruction.

On dit que la religion est l’opium du peuple. Est-ce que la montée de la ferveur religieuse serait en relation de la montée de la pauvreté?

Comme rien n’arrive comme une surprise, j’imagine que Suzan Faludi a vu des choses que d’autres n’avaient pas vu encore émerger. Les reculs commencent par de petites apparitions, dans le langage, le discours, dans des orientations pour du financement et puis un jour, par des projets de loi…
Ici, c’est vraiment une guerre contre les femmes,certains veulent s’approprier leur corps, aller contre leur liberté et leur enlever leurs droits de choisir. En s’attaquant aux droits des femmes, c’est à l’ensemble des femmes que l’on s’attaque.

David,
si les femmes prennent comme modèles Nathalie Elgrably et la Sarah Palin. faites attention, mon cher, je revire Gai…dret là

L’envers de la médaille des réferendum d’initiative populaire, ces supposés summum de la démocratie alors que l’on villifie les droits individuels. Si la démocratie ne servait qu’à imposer la volonté de la majorité sur l’ensemble de la société, les John Crow Laws sur la ségrégation seraient encore appliquées au Mississipi.

Ah, les maudites chartes des libertés individuelles !

@yves graton

Je suis aux prises quant à moi avec un véritable dilemme moral dans la mesure où, bien que je reconnaisse sans peine le droit des femmes à disposer de leur corps, je crains néanmoins une sorte de banalisation de l’avortement. La procédure abortive est traumatisante, peu importe le niveau de sécurité médicale dans lequel elle se déroule, et elle constitue évidemment un choix de dernier recours pour la plupart des femmes qui la choisissent, soit, mais elle n’en est pas moins, à mon sens trop facilement accessible sur un coup de tête.

Face à la disponibilité généralisée des moyens de contraception « soft », qui, en 2012, a encore besoin d’avortement sur demande, sans question ni investigation? On peut certes arguer que, hors tout acte criminel dont la conséquence serait la grossesse en question, toute grossesse non désirée relève d’un certain niveau d’irresponsabilité.

Sans prôner la prise en charge de la femme par le corps social, je me questionne néanmoins sur la dérive morale que dénote une trop grande accessibilité à l’avortement à cet égard. Je n’ai pas la solution et ne prétends pas l’avoir, cela dit.

Au-delà de tout ça, votre « menace » de virer homosexuel en fonction de circonstances changeantes est non moins détestable, dans la mesure où elle suggère la possibilité même d’une décision librement consentie de « convertir » son orientation sexuelle à volonté, position qui rejoint indirectement celle de nombreux conservateurs que vous souhaitiez sans doute dénoncer, mais que dont ralliez les positions dans les faits, conservateurs pour qui on peut cesser d’être homosexuel pour peu qu’on le veuille vraiment.

Cette réelle guerre contre les femmes cache d’autres facettes pas très glorieuses de la réalité humaine.

Quel rôle y joue l’idée même de Dieu ? L’existence hypothétique de cet être supérieur devient-elle un dédouanement de l’esclavage qu’on veut faire subir aux femmes ? Remarquons qu’à ce niveau les hommes sont ceux qui, de tous temps, ont octroyé à Dieu des attributs qui leur étaient bien commodes et qui les ont très bien servis pendant des millénaires. L’ensemble des religions ont joyeusement enfourché le cheval qui leur permettait d’avoir la mainmise sur la moitié de l’humanité.

Autre question : les hommes craignent-ils les femmes au point d’exiger qu’elles soient entravées dans presque tous les domaines de leurs vies ? C’est évident que de très nombreux hommes, par crainte des femmes, n’ont jamais accepté l’idée-même de l’égalité des femmes. Des bibliothèques complètes pourraient être aux psychologues et aux psychanalystes qui ont traités de ce sujet en long et en large.

Il serait faux de prétendre que l’humanité, depuis l’antiquité n’a pas avancé en ce domaine. Mais il est évident que la guerre est loin d’être terminée. Aujourd’hui il devient de plus en plus choquant de constater les tentatives qui sont faites pour revenir en arrière en détruisant les quelques acquis obtenus par de hauts faits d’armes.

«Quel dommage que les imbéciles soient des gens si pleins d’assurance et les gens intelligents, si pleins de doutes.»
[Jean-Michel Wyl]

Les démocrates qui négocient avec les frères musulmans en Égypte et les taliban en Afghanistan, voilà la vrai guerre contre les femmes.

@François Lavallée

La guerre contre l’avortement quoi que vous puissiez en dire, est une manœuvre des groupes religieux et de la droite populiste visant à priver les femmes de leur libre choix d’enfanter ou pas, à les priver de la libre gestion de leur corps et à leur faire porter l’entière responsabilité des conséquences d’une relation sexuelle.

C’est une attaque directe contre les femmes et ceux qui prétendent le contraire en invoquant des conneries comme cette fumeuse vision de la vie qui irait supposément au-delà du rapport homme-femme, mais qui se traduit toujours par le fait de faire écoper les femmes, ne sont rien d’autres que de foutus hypocrites.

Il y a tout simplement encore en 2012 des hommes frustrés qui veulent le rétablissement de leur pouvoir et qui sont incapables de le partager avec les femmes, ils sont évidemment contre l’avortement, pas du tout en relation avec le fœtus, mais simplement parce que le droit à l’avortement élimine une partie de leur domination sur les femmes, il fait d’elles des êtres humains à part entière, en leur permettant d’exercer leur sexualité, sans avoir à en subir les conséquences, si elles ne le désirent pas.

Il y a donc, chez ceux qui s’opposent à l’avortement, un mélange de désir inavoué de punir les femmes en les obligeant à une grossesse dont elles ne veulent pas, un désir inavoué de rétablir une forme d’inégalité entre les femmes et les hommes, relativement à la sexualité, les hommes pouvant toujours l’exercer sans conséquences et à la limite, une forme de puritanisme qui consiste à envisager les relations sexuelles comme ne devant servir qu’à la procréation.

Ceux qui sont contre l’avortement considèrent les femmes comme des êtres inférieurs qui, en raison de leur capacité de génitrices, ne peuvent être autorisées à disposer librement de leur corps, celui-ci étant soumis à la domination du mâle semeur, la semence sacrée du mâle ne pouvant en aucun cas être détruite. Bien sûr, ils ne le disent pas, mais ils n’en pensent pas moins.

Et ce qui est encore plus répugnant, c’est toute cette rhétorique sirupeuse et hypocrite autour du fœtus. Quand on voit exploser les cas de mauvais traitements d’enfants bien vivants, qu’il y ait encore des décérébrés pour venir nous seriner des histoires de respect de la vie, dans une société qui se fiche éperdument du sort de ses enfants maltraités, mal nourris et mal aimés me donne la nausée.

Alors si vous voulez militer pour quelque chose d’utile, faites du bénévolat auprès des enfants démunis, eux sont bien vivants et ils souffrent au quotidien. Ce serait une excellente façon de démontrer votre respect pour la vie, celle qui s’est incarnée, celle qui a mal.

Le droit des femmes à l’avortement est le droit de tuer. Faut-il l’abolir ? je ne crois pas, l’abolition serait pire compte tenu de la mentalité actuelle.Mais nommons ce droit pour ce qu’il est, une autorisation à tuer un être humain aussi longtemps qu’il n’est pas sorti de la femme.

J’ajouterai, histoire d’être clair, et au risque de personnaliser indûment l’affaire, que ma mère m’a mené à terme en grande partie à cause de pressions qu’elle subissait indirectement en 1968.

Eût-elle eu aisément et sans stigmates accès à des services permettant de disposer de moi, je ne serais tout simplement pas ici pour en parler.

Ça veut rien et tout dire en même temps, mais je ne peux sérieusement trouver normal l’avortement de routine dans la mesure où il m’aurait coûté la vie, et que j’aime assez ma vie, en fait, la plupart du temps.

« Les dretteux me font rire …ils voient comme du sexisme le fait qu’on dise de Palin que c’est une cruche »

dire la même chose d’une démocrate – et elles sont nombreuses – faut une crucifixion sur la place publique. Regarde ici-même : Charest a traité une député de chienne et elle est devenue bienheureuse; Duceppe a traité Verner de niaiseuse et PAS UN MOT des associations de femmes

« L’envers de la médaille des réferendum d’initiative populaire, ces supposés summum de la démocratie alors que l’on villifie les droits individuels »

la démocratie, c’est la tyrannie de la majorité, et les référendums populaires retirant des droits en sont le parfait exemple.

Pour le reste : pourquoi l’État devrait réglementer les avortements?

Je serai contre l’avortement lorsque, grâce à un test d’ADN, le géniteur sera responsable financièrement et moralement de l’enfant qu’il aura engendré ! On verra bien, après une loi de ce genre, si autant d’hommes seraient contre l’avortement.

Au Danemark, en Espagne, Belgique, France, Finlande et dans beaucoup de pays d’Europe, on limite l’avortement aux 12 premières semaines.

Dans beaucoup de pays on oblige une semaine de réflexion entre l’avortement et la demande.

En passant la religion a rien a voir dans ce débat. Même les athées se questionnent sur le sens de la vie.

Comme le fait si bien remarquer George Carlin, Les Conservateurs de tout acabit sont prêt à tout pour défendre l’enfant à naître … mais aussitôt né on en a plus rien à foutre de toi.

@sco100

Si ton père ou ta mère utilise un moyen contraceptif. Imagine toutes ces vies potentielles non réalisées. La masturbation autres vies potentielles non réalisées. Je ne veux pas trop vous culpabiliser avec ces moyens qui sont des instruments d’avortement…

@lemoutongris

Si je me rappelle bien, Charest avait prononcé ou mimé des lèvres cette odieuse « grossièreté » parce que la députée avait fait une malheureuse allusion à sa Michou. On avait simplement assisté alors à la réaction du mâle de qui on avait « attaqué » la femelle ou quelque chose du genre … et cela peut se défendre.

Dans l’autre cas, ça rien à voir. Duceppe ne faisait qu’énoncer un fait. Il aurait pu dire la même chose d’Arthur (mentor de Verner) et ça aurait toujours été du domaine des faits. Aucun sexisme là-dedans, à moins que vous vous sentiez visé à chaque fois qu’on parle d’insignifiance.

La démocratie libérale que l’on connait depuis des siècles ce n’est pas la tyrannie de la majorité, Mouton Gris. Les pouvoirs de la majorité sont pondérés depuis des siècles par les magna carta, chartes, déclarations des droits de l’hommes, constitutions, divisions des pouvoirs de l’état, etc.

C’est étrange de voir un groupe d’hommes débattre de limiter par des lois la disponibilité des contraceptifs pour les femmes. Je n’oublierai jamais notre voisine, mariée et mère de cinq enfants, en larmes parce qu’un médecin refusait de lui prescrire des contraceptifs oraux. C’était avant 1968, avant le bill omnibus de Trudeau légalisant les contraceptifs oraux.

Tant qu’à reculer, et au rythme ou vont les choses, on pourrait tenter d’enlever le droit de vote aux femmes. Insulter Palin c’est exercer la liberté d’expression, comme insulter Obama. Ce n’est pas une entrave légale à se présenter en politique. Ces hommes débattent de mettre en place des entraves légales à l’exerce des droits des citoyennes et citoyens. Les politiciens de droite veulent imposer leur morale aux femmes par des lois.

Merci, Jacques B., de prouver ma thèse : les « gauchistes » peuvent dire ce qu’ils veulent sans craindre d’être dénigré. J’imagine que la situation aurait été la même si les sexes avaient été inversés…

Depuis le début du nouveau millénaire, j’ai comme la vague impression que l’humanité avance par en arrière…

@Lise no 30

Entièrement d’accord avec vous.

«L’intégrisme est une nostalgie du passé qui se prend pour une référence à l’éternel.»
[Etienne Borne]

@ sco100

Je comprends bien votre argument mais en même temps, si nous voulons être cohérent nous pourrions affirmer que si toutes les femmes s’étaient faites avortées personne ne serait ici et il n’y aurait pas eu de Néron de Caligula, de Hitler, de Pol Pot, etc., etc. Ni de Mozart, ni d’Einstein, ni de bombe atomique…

«Lorsqu’une question soulève des opinions violemment contradictoires, on peut assurer qu’elle appartient au domaine de la croyance et non à celui de la connaissance.»
[Voltaire]

@ MaximeZ

Voila bien le type d,argument qui ne peut faire avancer la réflexion.

Réfléchissez un peu à tout ce que vous consommez. Prenez un produit quelconque. Votre beurre de «peanut», par exemple. Ou encore à l’essence que mettez dans votre auto ou au plastic et tous les matériaux de synthèses de votre vélo. Êtes-vous capable d’affirmer que les processus de fabrication de tous ces produits sont complètement propre ? Si vous voulez être honnêtes la seule réponse est NON. PRENEZ LES FAMEUX IPhones fabriqués dans des usines orientales où la pression sur les travailleurs est tellement importante que les travailleurs de ces usines se suicident comme nul part ailleurs.

Avez-vous un Iphone ? Avez-vous participé au suicide d’un de ses travailleurs quasi esclaves ?

Alors votre type d’argument est complètement malsain et ne fait que traduire votre propre orientation moralisatrice.

«Les masques à la longue collent à la peau. L’hypocrisie finit par être de bonne foi.»
[Edmond et Jules de Goncourt]

@lemoutongris

La petite Elsie posait une question qui impliquait cette chère Michou, plutôt que d’y répondre, le patapouf a choisi de la traiter de crisse de chienne. Il ne s’agit pas de sexisme, il s’agit d’un PM qui n’a aucune espèce de dignité, un grossier personnage qui insulte les gens quand il n’a rien à répondre et il aurait fait la même chose, si un homme avait osé s’en prendre à sa Michou.

Plus récemment, nous avons vu le sexisme à l’œuvre à l’Assemblée Nationale, par le ministre MacMillan qui a traité Sylvie Roy de grosse crisse et celle-ci nous a fait savoir que ce n’était pas la première fois et que MacMillan passait son temps à la traiter de grosse crisse de vache et autres noms d’animaux.

Il y a donc une distinction à faire entre les propos de patapouf, qui se portait à la défense de sa femme, comme un malappris qu’il est et ceux de MacMillan, un gros macho dont les insultes ciblaient de manière répétitive une députée en particulier.

Pour ce qui concerne Duceppe, il a traité Verner de niaiseuse dans un contexte particulier et il l’aurait fait que Verner soit un homme ou une femme. Il a d’ailleurs attaqué des hommes durant sa carrière et personne ne s’en formalisait.

Si vous jetez un coup d’œil aux publicités du reform, au chapitre des insultes et des calomnies, il est certes champion. Quand cela s’adresse à d’autres, à ceux que vous détestez, il semble que vous n’y voyez rien à redire.

Ce qui est lassant avec la droite, c’est qu’elle voit du sexisme dans sa soupe, dès qu’il s’agit de femmes de droite. Il paraîtrait par exemple que M. Lisée aurait tenu des propos sexistes envers la Elgrably, alors que ce n’est aucunement le cas et que ceux qui l’affirment se dépêchent tout simplement de monter aux barricades, dès que quelqu’un ose critiquer les positions des chroniqueurs de droite et qu’ils utilisent l’argument du sexisme, dès qu’il s’agit d’une femme, ce qui équivaut à prohiber toute critique des travaux d’une femme de droite. Admettons que l’argument est infantile, surtout lorsqu’on sait que Elgrably a traité M. Lisée d’idiot. Alors si la droite populo n’a rien à répondre aux critiques de M. Lisée, qu’elle se taise, plutôt que de recourir à des arguments fallacieux.

Il y a donc une distinction à opérer entre le sexisme et les opinions négatives que l’on peut avoir de certains individus et cela doit être analysé cas par cas. Autrement dit, considérer que Palin est une potiche n’a rien à voir avec du sexisme, cela s’adresse à ce qu’elle n’a pas entre les deux oreilles et qu’elle soit une femme ne change rien à l’opinion que bien des gens ont d’elle. Il s’agit d’une personnalité publique et c’est à ce titre qu’elle est jugée. De la même manière, personne ne songerait à accuser de sexisme ceux qui affirment que GWB est un dodobird ou que Santorum est un épais fini.

Un député Conservateur d’arrière-banc, Stephen Woodworth, dépose cette semaine aux Communes un projet d’initiative privée, la Motion 312, qui créerait un comité – partisan comme tous ceux que le Parti Conservateur met sur pied – pour décider du stade où un embryon acquiert le statut juridique de « personne » au Canada!…
Les conséquences pour le droit à l’avortement seraient catastrophiques, comme celles pour les femmes susceptibles d’être accusées de meurtre si elles font une fausse-couche, entre autres dérives. Plus de détails à http://www.arcc-cdac.ca/fr/action/M-312-contre-arguments.html

C’est dire que cette guerre menée contre les femmes est bel et bien vivace au Canada, avec le soutien explicite de l’Église catholique romaine, encore autorisée à faire du lobbying anti-choix avec l’argent qu’elle économise en impôts…

Il est primordial qu’hommes et femmes écrivent sans délai à leur député fédéral-e pour réclamer le rejet de cette motion M-312 cette semaine. Il n’y a pas une journée à perdre.

@ François Lavallée :
avril 7, 2012 à 14:03

Vous écrivez : «Les femmes contre l’avortement sont nombreuses.»

Il y eut également des esclaves noirs qui étaient contre l’abolition de l’esclavage.

Il y a aussi eu des femmes qui s’opposaient aux suffragettes qui se battaient pour que les femmes aient le droit de voter.

La plupart des communautés religieuses féminines ne réclament pas le droit à l’ordination des femmes.

Votre argument n’est pas très fort.

Je suis tout aussi autorisé à déclarer que de mettre de côté le phénomène universel du rapport homme-femme ne fait qu’embrouiller le dossier.

«La tragédie de l’homme, c’est que quand il peut faire quelque chose, il finit toujours par le faire.»
[Jacques Attali]

Au Canada aussi, une guerre contre les femmes est en train de prendre forme. Avec l’Île du Prince-Edouard qui refuse de fournir l’avortement à ses habitantes et maintenant avec la terrifiante Motion M312 du député conservateur Stephen Woodworth, le droit FONDAMENTAL des femmes de décider de leur avenir est sérieusement menacé. La Motion M312 (qui reconnaîtrait le fétus comme une personne, ce qui est scientifiquement faux) est à ce point vicieuse que si elle est acceptée, les conservateurs auraient en main les outils légaux pour criminaliser à nouveau l’avortement. Pour citer Joyce Arthur de la Coalition pour le Droit à l’avortement du Canada:
« When Canadian law treats a pregnant woman and her fetus as one person, it protects not just women’s rights, but the welfare of fetuses. When a pregnant woman is safe and healthy, so is her fetus. It’s that simple. Fetuses do not need their own legal protection because helping pregnant women helps fetuses. We need to ensure women have access to adequate nutrition, quality healthcare, family planning to help space pregnancies, assistance to escape poverty or domestic abuse (conditions that contribute to high-risk pregnancies), and basic human rights and equality. UNICEF notes that « educating and empowering women has direct benefits for the survival, health and development of their children. »
Pour plus d’information
http://www.arcc-cdac.ca/action/M-312.html

@David

Il y a une maudite différence entre se questionner sur le sens de la vie et militer contre l’avortement.

Les athées sont quasiment inexistants au sein des pro-vie qui sont financés par des organisations religieuses et des lobbies de droite style moral majority dont les militants se réclament pour la plupart d’une quelconque croyance religieuse.

Cette mouvance de droite religieuse se prononce aussi contre les droits des homosexuels, contre la contraception et elle est généralement favorable à la peine de mort.

@guy levasseur

Tu crois qu’on va être mieux lotis avec notre restante des années 1970?

Go go Danielle Smith!

Avant que l’avortement existe plusieurs sociétés dites civilisées cautionnaient l’infanticide.

Qu’on continue d’attaquer l’avortement prouve tout simplement qu’on est trop caves pour apprendre de notre histoire, ou tout simplement c’est le symptôme d’une société encore machiste qui a de la misère a vivre avec le fait que les femmes aient légalement le droit a l’autonomie complète sur leur corps, y compris le droit de décider d’enfanter ou non.

Revenez en les dretteux, la biologie n’est pas juste, et il faut choisir. Forcer la gestation d’un enfant c’est faire une esclave de celle qui le porte. Mais je vous soupçonne de surtout vouloir punir celle qui a osé avoir du méchant sexe et aimer ca en plus. Surtout que vous serez les premiers a chialer contre les maudits pauvres qui volent vos taxes quand le foetus que vous vénérez deviendra un enfant qui a besoin d’être nourri, logé, habillé et éduqué. Il me semble que la DPJ est déja assez débordée comme ca, vous voulez rajouter plus d’enfants non voulus et potentiellement abusés dans le système?

Vous dites aimer les enfants après ca?

Bravo la logique.

Des hommes sont en état de panique devant le succès des femmes. En effet, elles réussissent si bien à l’école comme à l’université qu’on tente maintenant d’affirmer que l’école n’est pas faite pour les garçons, qu’il y a trop de femmes enseignantes, ce serait le problème principal pour expliquer les échecs masculins. Je pense que les jeunes filles d’aujourd’hui vont devoir se battre encore plus fort que celles qui les ont précédées à cause des preuves flagrantes de leurs capacités ; si les hommes laissaient les femmes poursuivre leur ascension, ils seraient en mauvaise posture.

Il faut quand même remarquer le nombre infime de femmes à la tête d’entreprises malgré leurs compétences. Presque des hommes seulement au pouvoir. Les femmes devront s’unir au plus vite parce que ce qui sera voté dans l’avenir ne les servira pas ; on cherchera à les diminuer, je n’en doute même pas. Je ne suis pas certaine que bien des hommes ne s’en réjouiront pas malgré leur semblant désaccord.

@ Linda Hart

Se demander si le foutus est un être humain c’est une question philosophique qui est en lien avec notre rapport à la vie.

Nul besoin d’être religieux pour se poser ses questions.

@David – vous avez parfaitement raison que se poser des questions sur l’humanité d’un foetus est une question philosophique tout à fait normale. Mais quand des législateurs veulent débattre de telles questions dans l’enceinte du parlement ce n’est pas dans le but de philosopher, c’est dans le but de légiférer. Voilà la différence.

Monsieur Santorum est tout à fait libre de penser que la contraception dégrade « le lien très spécial entre les hommes et les femmes » et d’avoir des relations sexuelles strictement dans le but de concevoir des enfants. Mais quand des politiciens débattent en pleine campagne électorale de laisser les états interdire la distribution de contraceptifs oraux à des femmes, ils débattent de se servir de la force judiciaire de l’état pour dicter leur moralité à l’ensemble des citoyens.

On jurerai que les valeurs, droits et idéaux régressent avec le temps. Pourquoi vouloir retourner vers ces idées qui on été si durement changer suite à des évènements dont les femmes on grandement aider leur pays? De nos jours, il y a tant de problèmes auxquels il faut prendre en considération que se soit pour notre bien ou celui de notre « futur enfant » pas seulement de principe d’humanisation d’un fœtus. Enfin. En plus une femme qui demande à avoir des contraceptif oraux n’est pas nécessairement pour le sexe, cela peut être pour d’autre problèmes de santé lié au hormones, ou bien ça peut être une demande du conjoint. Mais enfin où va-t-on…?

Comment une femme pourrait-elle faire un choix « éclairé » de se faire avorter, si elle ne SAIT même pas que ce qu’elle porte en elle n’est un amas de cellules ni un singe, mais bien un bébé humain vivant? L’échographie ne fait que montrer la RÉALITÉ.

Imaginons !

Une loi a été édictée décrétant qu’un fœtus devient un humain à X jours de son existence. Pour madame Y ça tombe, disons, le 3 février. Donc le 2 février le fœtus n’était pas, légalement, un être humain. Alors, madame mettant fin volontairement à cette grossesse, commettrait un crime le 3 février, mais pas le 2 février. La veille de la date identifiée, pas de crime. Le lendemain elle deviendrait une criminelle. Complètement absurde !

Si le fœtus acquiert le statut d’être humain, devra-t-on le comptabiliser lors des recensements? J’imagine les données issues d’une telle situation : population du Canada : 35,788,385 personnes nées et 123,443 personnes à naître.

Une émigrante demandant le statut de réfugiée devra-t-elle demander le même statut pour le fœtus? Sur quelle base elle en aurait le droit ?

Une femme enceinte mais fumeuse sera-t-elle assujettie à une loi pour la protection de la santé publique défendant l’usage de la cigarette même si elle est chez-elle, seule ? Idem pour la consommation d’alcool ?

À partir de quelle date les parents pourront-ils prendre une assurance vie pour le fœtus que porterait la future mère?

À quel moment une femme enceinte devient-elle mère et le géniteur un père ? À la naissance ou au moment où le fœtus aurait acquis sa personnalité d’être humain ?

Ceux et celles qui veulent réduire l’utilisation de l’avortement ont une voie royale pour le faire : l’éducation et la mise en place d’un environnement accueillant pour la future mère et pour le nouveau-né. Le reste ne leur appartient pas.

Toute coercition pour empêcher l’avortement est fondamentalement un abus. Pour quelle raison, en tant qu’individu, devrions-nous obliger une femme à enfanter si elle ne le désire pas ? Sur ce point je suis intraitable:je n’ai aucune autorité pour exiger d’une femme qu’elle enfante. Par extension, j’estime que la société civile n’en a pas plus.

«L’idéologie, c’est ce qui pense à votre place.»
[Jean-François Revel]

La guerre contre les femmes reflète l’agenda politique du mouvement masculiniste. Il n’y a pas, hélas, que le contôle de sutérus. On veut aussi faire tomber les pensions alimentaires pour enfants par le biais de la garde conjointe automatique et même faire reculer les recours contre les violeurs, batteurs de femmes et harceleur. Voyez ce projet de loi déposé par un candidat Républicain en Georgie: http://www.huffingtonpost.com/2011/02/04/georgia-lawmaker-redefine-rape-victims-accusers_n_818718.html

Vous êtes un homme.

Pour vous, que l’avortement soit légal ou non, c’est peut important car cela affectera probablement jamais votre vie car vous êtes un homme. Qu’est-ce que sa change pour vous ? Rien !

Nous sommes des femmes, c’est nous qui tombons enceinte pas vous. Etre enceinte fait mal, accoucher fait encore plus mal. C’est notre corps, pas le votre. Sans banaliser le geste d’avorter qui semble inhumain et cruelle, je pense tout de même qu’il est important que l’état ne contrôle pas nos corps et que nous ayons le libre choix. C’est un choix difficile de se faire d’avorter ou non, pas besoin de culpabiliser encore plus les femmes qui décident de le faire.

Légaliser l’avortement c’est aussi quelque chose d’humain: autrefois, les femmes se faisait avorter de toutes sortes de manière mettant souvent en danger leur propres vies.

Légaliser l’avortement s’est autorisé la femme a être égale a l’homme, c’est autorisé la femme a avoir le statut d’humain. C’est autorisé la femme a avoir le controle de sa propre vie. C’est faire preuve de solidarité, c’est aussi un pas contre le sexisme, contre la soumission des femmes au hommes.

Si l’avortement devient illégale, la vasectomie devrait l’être elle aussi tout comme l’éjaculation chez les hommes, car elle tuent des millions et des millions de spermatoizoide chaque jours qui aurait pu devenir des enfants. Juste histoire d’être cohérents dans les absurdité qu’on lance.

Il y a un dangereux ressac aujourd’hui des réactionnaire de l’extrême droite. Il nous faut rester très vigilants et agir afin de ne pas perdre des droits acquis de chaudes luttes!!!
Je nous souhaite un bel avenir tout de même…

c est scandaleux !!!! et tellement dommage de perdre des acquis qui ont pris tant de temps a etre accepter ….on retourne en 1940 , avec une mentalités bourrés de préjugés et completement arrierer !

On pleure parce qu’un homme tue un chien à coup de pistolet à clou, la femme laisse même pas la chance à un être humain de s’expliquer avant…

C’est la qu’on est rendu.

La nature à faite que c’est la femme qui porte l’enfant, au lieu de trouver toute les moyens inimaginable pour vous déculpabiliser et déresponsabiliser, trouver dont un moyen de transférer la grossesse à l’homme et arrêter de faire chier la planète avec des droits bidons. Le seul droit important ici c’est le droit à la vie et ça n’a rien de religieux ou de droite, mais bien D’HUMAIN. Vous savez cette être de chaire et de sang qui mange pas encore les bébés trop faible pour survivre…

Je suis une femme de 50 ans, eduquee et sensee. Je suis pour la démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes. Cependant, c’est avec un regard inquiet que j’observe le courant de droite gagner du terrain, ici au Canada et chez nos voisins du sud. Le chemin parcouru par les féministes pendant plusieurs décennies pour etre reconnu comme etant l’egal de l’homme est en voie de se retrouver sur une très mauvaise pente. J’aimerais savoir pour quelle raison et de quel droit peut-on juger un femme moins importante que l’homme au point de lui ôter son droit le plus fondamental : le droit de disposer de son corps. J’aimerais juste pour une journée que l’homme se retrouvent dans le corps d’une femme, quel que soit le pays, et voit comment ça se passe de notre côté!

La femme et l’homme sont des êtres humains, avec des forces et des faiblesses propres à leur sexe. Ni l’un n’est supérieur à l’autre. Ils sonts différents. POINT.

monsieur Lisée avec votre article d’aujourd’hui vous êtes loin de vos commentaires sur la vidéo du couple sortant du cours de yoga… qui selon moi allait dans le sens de toutes les actions d' »en guerre contre les droits des femmes » proné par les républicains et contre lesquelless vous êtes en colère aujourd’hui…. je vous invite à relire le backlash de faludi… peut-être y trouverez-vous une autre signification… et qui sait peut-être serez-vous en colère contre toutes les injustices et les pertes d’acquis des femmes ?
peut-être irez-vous jusqu’à reconnaitre l’antiféminisme ordinaire ?(celui pratiqué quotidiennement et qui veut maintenir les femmes à titre d’objet au service des hommes mais qui s’articule tout « bonnement » comme une vidéo d’un couple sortant d’un cours de yoga… )

@ loraine King

Parce que tu penses que nos lois ne sont pas articuler autours de concept philosophique, éthique ou moraux ?

Pourquoi en Europe ont interdit l’avortement tardif, parce qu’ils sont plus religieux qu’ici?

J’en doute. Ils ont simplement eu le courage d’en débattre.

Pour David que se demande « Pourquoi en Europe ont interdit l’avortement tardif, parce qu’ils sont plus religieux qu’ici?`

Les Canadiens et Canadiennes qui refusent l’ingérence de l’état dans le choix d’une femme de mettre un terme à une grossesse sont très clairs sur ce sujet.

Ce sont ceux qui veulent limiter l’avortement qui manquent de courage, qui refusent de déposer un projet de loi visant clairement à criminaliser l’avortement dans certaines ou toutes circonstances. Ils agissent par moyens détournés parcequ’ils savent qu’ils peuvent compter sur l’appui d’un grand nombre d’électeurs qui eux non plus n’ont pas le courage de leurs convictions.

@ david ,maximez et tout les zautres,ok les gars ,ont en reparle dès que vous êtes enceinte,have you ever walk a mile in her shoes???ça vous tente de sauver le monde ,une ou deux suggestions ,la palestine ,la syrie l’afrique etc…. mais svp calissez la paix a ma fille et a vos soeurs et mères essayez juste de gerer vos bobettes déja ont aura fait une grand pas en avant..

@david ,concept philosophique ??tu veux probablement parler de ceux d’heidegger et de carl schmitt et de tes petits zamis du réseau libertéquébec ,mais même si ceux-cis connaissent actuellement une recrudessence en europe et en amérique particulierement dans la région de québec,ils n’en demeure pas moins des idéaux dépassés et rétrogrades.le gout du jour a une drole d’odeur quand ont le sort d’un vieux frigo de 40 ans.

« Les Canadiens et Canadiennes qui refusent l’ingérence de l’état dans le choix d’une femme de mettre un terme à une grossesse sont très clairs sur ce sujet. »

Par contre, « ils » veulent que l’État paie pour interrompre la grossesse au besoins (que le vie de la mère soit en danger ou non). Paradoxal, non?

Aujourd’hui, sous prétexte de liberté, d’ailleurs
très mal comprise, au nom de notre égoïste bien
souvent nous voulons satisfaire le moment présent.
Et refusé le droit humain à la naissance d’un petit être sans défense. C’est très regrettable.
Donner la chance à un petit de naître, n’est-ce
pas un très beau cadeau. En choisissant de l’ai-
mer,il nous aura bien vite conquis. Dans le cas
contraire c’est souvent un lourd poids à supporter
et des fois de ces mamans sont inconsolables et
font payer à d’autres leur mécontantement.

Et dire qu’en 1991, tu pensais les États-Unis au-dessus de tout soupçon. Pauvre jean-François…

On peut constater que la petite droite du Québec et les libertariens sont contre l’avortement.

Comme leurs écrits le disent depuis des années, ils veulent reculer de cent ans en pensant qu’ils pourront se sauver des désavantages de cette époque et garder leur confort d’aujourd’hui.

Ils veulent le beurre et l’argent du beurre et c’est avec ça qu’ils nous font la morale.

J’en ai connu un paquet de républicains conservateurs du sud qui étaient contre l’avortement et faisaient voter des lois en conséquence. Mais quand leur fille devenait enceinte, c’était souvent à New York que sa se passait en secret.

Fais ce que je te dis et ne fais pas et ne regarde pas ce que je fais.

Hypocrisie totale!

Monsieur Lisée semble de toute évidence outré que chez nos voisins du Sud, on tente de remettre en question le droit, pourtant fort récent dans l’Histoire, de supprimer la vie nouvelle.
Un bien triste retour en arrière semble-t-il.
Fort bien, monsieur Lisée.
Sans doute serez-vous agréablement surpris d’apprendre qu’au Québec on ne semble pas, mais là pas du tout, aller dans cette direction.
Car les Québecois sont évolués, eux.
Depuis les quarante dernières années, près de 750,000 embryons ou foetus ont transité dans les bassinettes de nos cliniques québécoises.
Près de 10% de notre population actuelle. Et tout cela à même les deniers de l’État.
Vous devriez être fier, monsieur Lisée, de notre comportement collectif. Les Pro-choix d’ici auront de la relève.
Peut-être est-ce cela que René Lévesque voulait dire quand il disait que nous étions quelque chose comme un grand peuple…

Juste une question, pour tous ces hommes qui jugent les femmes désirant interrompre une grossesse, vous n’avez donc JAMAIS couché avec une femme avec qui vous ne désiriez pas nécessairement passer le reste de votre vie? Ou est-ce que vous pensez tout simplement que les femmes sont ENTIÈREMENT responsables de la procréation? Le hasard biologique fait en sorte que cette moitié de l’espèce doit porter l’enfant, alors ce sont à elles aussi de l’élever, peu en importent les circonstances? Chaque geste sexuel que vous ayez jamais posé envers une femme vous responsabilise de la même façon qu’elle, même si vous êtes assez stupides pour penser que vous n’êtes pas responsables des conséquences. Avez-vous déjà vu une femme accoucher? Avez-vous une idée, la moindre conception de l’énormité de cet acte en tant que tel, sans mentionner le fait que nous devenons responsables à jamais de la qualité de vie d’un être humain? Je vais personnellement donner naissance dans à peine quelques semaines; croyez-moi, je ne peux pas imaginer les circonstances qui me porteraient à faire le moindre mal à mon bébé, mais je n’ai ni l’égo ni la prétention de la plupart d’entre vous d’imaginer que je suis dans une position d’infliger non seulement à la mère, mais à l’enfant aussi, ma décision, qui pourrait, dans certaines circonstances, mettre leur vie en danger, ou les forcer à mourir de faim parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour manger, ou n’importe quelle des centaines de raisons pour lesquelles une femme mettrait fin à la vie qui est en elle, un acte qu’elle n’oubliera jamais, peu importe ce que vous semblez en penser.

Woow, on dirait un article tiré des années soixante. Je ne peux pas croire que nous sommes encore là… On voit bien que les hommes gouvernent ce pays pour avoir de telles loies. J’aime bien le dernier paragraphe de cet article
qui dit qu’une députée a proposé une loie pour les hommes qui aimerait se faire vasectomiser. Si les gens veulent des loies qui a trait à leurs contraceptions aussi bien de le faire pour les deux sexes, non ?

Si les hommes avaient à vivre la grossesse, l’accouchement, la responsabilité de l’éducation, etc., si les hommes étaient souvent, comme on considèrent les femmes, responsables du malheur des autres, les choses n’en seraient pas là. Facile d’être moraliste quand on est même pas concerné. On recule et on recule très vite.

Dans tout ce débat, il ne faut pas oublier que les édits religieux et autres textes bibliques ont été écrits par et pour les hommes. On n’en sort pas!

David,

Le choix d’une femme qui doit se faire avorter est déja assez difficile et déchirant à faire sans que le dogmatisme entre dans une décision aussi personelle.

Quelle sotise que de penser que ces dernières ne portent pas déja un assez lourd fardeau personnel et qu’une ingérence morale soit nécessaire.

Assurez-vous donc que les enfants nés grandissent dans des conditions réjouisantes au lieu de brouiller les cartes pour garder à l’agenda une question qui a été réglée.

M. Bourassa,

Je pense qu’il y a une juste mesure entre tout ce qui est in vitro et l’avortement. Je ne pense simplement pas qu’on devrait empêcher les femmes d’avoir accès à l’avortement. Les jeunes, au Québec, sont de plus en plus sensibilisé à la contraception, et je trouve beaucoup plus choquant qu’on puisse penser qu’en empêchant l’avortement et en refusant aux jeunes le droit d’utiliser la contraception, ils cesseront d’avoir des rapports sexuels. C’est se mettre la tête dans le sable, en plus d’être arriéré comme mentalité.

Merci M Lisée pour cet article et vos observations lucides…
Je voulais simplement faire un commentaire sur cette phrase de votre texte qui a fait résonner mon esprit, parce que la chose m’a assez souvent été dite par des hommes.

« …et je trouvais contre-productif de tenter de culpabiliser les hommes qui, tant bien que mal, s’ajustaient à cette nouvelle réalité ».

Je comprends le dilemme auquel certains hommes font face en égard à la volonté des femmes de vouloir s’affirmer….
J’aimerais juste dire aux hommes que notre combat féministe n’est pas dirigé contre vous, et que nous cherchons pas à vous culpabiliser! Nous voulons prendre notre place au sein de l’humanité, dans l’égalité et le respect… Vous êtes nos partenaires, nous voulons simplement établir un dialogue qui permette ultimement de rendre cette planète vivable pour nous tous, avec plus d’harmonie.
C’est ensemble que nous pourrons aller vers l’avant…
Est-ce tant demander que de chercher à donner une expansion à cet idéal et de rendre cet espace possible, en écoutant vos partenaires au lieu de chercher à les contrôler?

Cette dernière pensée s’adresse bien évidemment
aux 2 sexes!

Petite_jeune,

Une précision : il n’y a rien d’in vitro dans les chiffres que j’ai apportés.
J’invite tous les intéressés à consulter le site de l’Institut de la Statistique du Québec sur le nombre d’avortements réalisés chez nous depuis 1971. C’est ahurissant. Pas moins de 777,594 vies ont été supprimées.
Ce constat ne me conduit pas à réclamer que l’on criminalise l’avortement : trop de drames personnels interviennent pour que l’on se pose en juges des décisions individuelles parfois déchirantes.
Mais cela ne m’empêche pas de penser que la grande majorité des interruptions de grossesse ne sont que des interventions reliées à l’irresponsabilité, à l’égoïsme et à l’indifférence face à la vie elle-même. Les avortements pour la plupart ont valeur de pilules contraceptives.
Quand un peuple aussi fragile que le Québec se permet de sacrifier l’équivalent de 9,84% de sa population, il pose lui-même les germes de sa propre destruction.
Bref, si j’étais Ontarien, la question ne m’intéresserait problablement pas autant. Mais comme Québécois, il en va de notre survie.

http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/naisn_deces/naissance/415.htm

Lisée n’est pas lucide du tout. Associé la cause de l’avortement uniquement à la « guerre contre les femmes » est un sophisme ridicule.

L’avortement est une cause plutôt relié à la religion et à la croyance profonde que « le foetus » est un être vivant. Vous devriez en lire davantage sur les droits du foetus.

L’avortement n’a rien à voir avec la misogynie. Et de généralisé à « tout les États-Unis » à partir que quelques histoires d’avortement montre votre anti-américanisme avoué. Les plus grands mouvement féministes partent des États-Unis, c’est là où le plus de femmes peuvent accéder à des postes de PDG. Pensez à Oprah, Madonna, etc.

Vous dites n’importe quoi.

Merci de me publier

Voyez mesdames, le resultat de vos enfants de 13-17 ans. Ila n’ont plus de point de reperes. Des l’enfance vous les foutez a la garderie ou ils ont des meres inconnues qui changent regulierement et les voila a l’adolescence ou ils ont besoin le plus besoin pour repondre a leurs questions dans tous les domaines de leur vie .mais vous avez decidez d’aller sur le marche du travail pour vous payer une deuxieme voiture et le soir vous etes epuifsees par la journee de travail. Alors vous leur donner de l’argent pour P.C. , Ipad, potable, Iphone etc…..Lors que vos enfants ont besoin de vous, de votre amour ,de votre eccoute mai vous etes epuisees alors mesdames restez a la maison et preparrez vos enfants a les acceuillir et les ecouter. Lesjeunes n’ont plus de point de reperes alors ne venez pas pleurer sur vos ados qui sont alcooliques, prennent des barbituriques, drogues, ils ou elles sont perdues et non responsable mais c’est vous FEMMES qui avez delaisse vos responsabilites. Quelle tristesse. Le Gouvernement n’est pas une vachr a lait mesdammes.. Je suis triste pour vous et vous etes coupables car l’argent paae avant vos enfants.

Cher Jacques 85,

Si c’est ce que vous transmettrai comme valeur à votre fille, votre place être bel et bien sur le marché du travail. En espérant que votre femme est assez brillante pour ne pas y adhérer.

Aussi, vos stupides rôles d’hommes et de femmes sont très dépassé .

@ Jacques (Quebec )

Oui vous êtes de Québec.

Mais M. Jacques à vous lire Monsieur les enfants ce n’est pas votre affaire. C’est la femme qui les a eu, qu’elle fasse avec.

La mère de certains enfants ont du en rocher tout un coup.
+++++++++

@ David

« Obama paye son staff féminin 18% de moins que son staff masculin. »

La preuve qu’Obama est à droite.

@ maurice bourassa

« Mais comme Québécois, il en va de notre survie. »

Vous êtes prêt à payer combien comme salaire aux femmes pour qu’elle ne se fassent pas avorter. Pas la vôtre, celles qui se font avorter.

Après tout Msieur, en tant qu’homme faut bien que vous fassiez votre part aussi, pas seulement les femmes.

Ce serait bien pour la survie votre peuple.

@ Maurice Bourassa,

Le lien que vous nous offrez est instructif. J’y avais découvert que la natalité y est en revalorisation depuis quelques années. Pas suffisamment cependant pour passer de la sous-natalité à une surnatalité souhaitable étant donné nos ambitions encore majoritaires de croissance politique, sociale, culturelle et économique. Si ces ambitions étaient minoritaires, ce serait autre chose.

Je trouve la question de Youlle #88 audacieuse. Le problème que je vois avec l’avortement c’est que le législateur en a fait une question de santé, une question médicale, une question de liberté individuelle s’exerçant dans un contexte singulier et non une question d’enrichissement collectif comprenant un prix à partager. Il a écarté que ce pouvait être une question de vie.

Pour répondre à la question de Youlle, je pense qu’une femme compétente qui ferait de la maternité de 3 ou 4 enfants une carrière comme le faisait les femmes des années 60 dans le contexte d’alors mériterait un salaire de soldat, sans savoir combien gagne un soldat dans un contexte de demain, simplement par reconnaissance et rémunération à sa valeur d’une production essentielle à la réalisation d’un rêve patriotique comprenant la voix des moins de 18 ans.

Qu’en dites-vous, Petite_jeune ?

Et l’homme qui engrosse une femme contre son gré, pourquoi n’est-il jamais inquiété?

SI l’avortement est un crime, l’imprégnation importune devrait en être un aussi. Une aspirine entre les deux genoux, avec ça?

Les femmes savent très bien ce qu’est un embryon. Vous ne faites que prouver le fait qu’on nous prend pour des imbéciles. Et les hommes sont trop nombreux à s’en balancer comme de l’an 40. À ce que je sache, les enfants ça se fait à deux et ça s’élève à deux aussi!

Et puis on va bientôt être trop nombreux sur cette planète, surtout si vous continuez à vous promener en VUS et à manger des steaks de 12 oz, messieurs les phallocrates! Bonne manière d’avoir besoin de Viagra à 40 ans soit dit en passant.

Le Viagra est utilisé parfois par les pédophiles et les violeurs. On devrait le rendre illégal :)pour suivre votre raisonnement messieurs les moralisateurs de drette. On devrait aussi les forcer à regarder des photos d’enfants DÉJÀ NÉS qui crèvent de faim… Limbaugh s’est fait prendre aux douanes avec du Viagra non déclaré il y a qq années alors qu’il s’en allait en «vacances» (lire cHasse aux p***s) dans le Sud. Les p***s, ça il connaît.

Heureusement, beaucoup de Québécois hommes sont évolués sur cette question.

Ça va peut être relaxer certaines avorteuses en série qui utilisent ce procédé comme moyen de contraception.

1 ou 2 avortement dans un vie c’est possible et compréhensible, mais que dites-vous des femmes qui se font avorter 5-6-7 fois?

@ BobOScope

Les enfants sa coûte de l’argent et surtout sa coûte beaucoup d’énergie dans la vie des parents. Toute la société bénéficie des enfants et chaque personne de cette dernière à une responsabilité envers tous les enfants.

Que les familles soient de un ou de cinq, chacun de ces enfants mérite le même support.

@Jacques(Québec)

Bien sûr que la décision de travailler ou non est d’origine économique!
Cependant ne croyez pas que les ados soient forcément ravis de trouver leur mère à la maison : trop ‘black & white’ cette approche. Cdlt.

En réponse à Youlle #91,

En espérant que mieux vaut tard que jamais.

C’est sûr c’est sûr !

C’est un point en faveur du partage des frais de scolarité par les membres productifs de cette société qui n’ont pas d’enfant ou un seul à deux.

Ça ne fait pas le compte de notre régénération, que dire de notre croissance économique sur quoi nos politiciens mettent toutes leurs complaisances sans tenir compte de s’assurer comme pré-requis du renouvellement préalable nécessaire de notre force de travail qui se trouve au même âge à être notre force de régénération.

Felicitation,
………..mais surtout MERCI monsieur Lisee. Il y a encore des gens,des adultes avec suffisamment de comprehension des choses pourvoir l’horreur,le tragique recul d’une societe qui s’emploie a dominer les femmes de sa population. Vous me permettez de garder espoir, surtout apres avoir lu certains commentaires, comme celui de JFC (Jeune Fervent Catho?)

Quand il s’agit des droits des femmes, rien n’est jamais acquis. Le Bible Belt est la pour y voir. Merci de ne pas vous desinterresser. Il est malheureux bien que fort probable que pour une multitude d’hommes, ce que vous ecrirez a ce sujet, sera considere pour son contenu, sur la seule base, au depart, que c’aura ete ecrit par un homme. Et on aura besoin de ca.

@JFC

Non mais vraiment….faites-vous une fleur et allez vous instruire un peu. Vous vous embarrassez vous-meme. Ou alors renoncez a votre privilege de voter ? Allez, quoi…un beau geste…?
On va interdire les dentistes et rendre la dentisterie illegale: parce qu’ily en a, des gros vilains, qui mangent du sucre et qui vont se coucher sans se brosser les dents. Oui monsieur!
Je ne vous parle meme pas de ceux qui recommencent…
On va criminaliser les mechants dermatos qui soignent les cancers de peau !! Oui Oui ! Parce que Pfff!
Les gens n’ont qu’a pas aller au soleil, right ??!

Mais non…ou avais-je la tete: faut seulement s’occuper de SUPERVISER les decisions et les comportements des femmes. Parce qu’elle ne peuvent pas vraiment decider…et bien sur,il va sans dire que pour les 1-2-5-6-7 hommes qui ont ejacule sans se soucier une seconde de LEUR propre contraception, l’affaire est Ketchup!? Ils retournent a leurs affaires, et vont voter de nouvelles lois qui decideront des droits des femmes peut-etre ?

Ignorance crasse, quand tu nous tiens.

Aucun médecin au Canada ne pratique d’avortement tardif d’un fœtus VIABLE pour la bonne raison que leur code d’éthique le leur interdit. Même pas besoin que ce soit dans une loi.

Le pourcentage d’avortements après la 20e semaine était de 0,7% (2003). Ils s’expliquent par le fait que l’enfant a une malformation incompatible avec la vie (anencéphalie, par exemple) ou que la santé ou vie de la mère est en danger.

Ici http://www.canadiansforchoice.ca/francais/Myth_brochure_Francais.pdf on démantibule les mythes les plus courants.

Dans beaucoup de familles, quand la femme travaille, c’est qu’elle n’a pas le choix, le revenu de l’autre parent ne suffit pas.

On peut blâmer la consommation effrénée, mais c’est loin d’être le cas dans toutes les familles où la femme travaille.