La guerre qui nous pend au bout du nez

D’ici 24 mois, peut-être même à l’été, voici ce qui risque de se passer. Une centaine d’avions militaires israéliens vont décoller pour aller bombarder l’Iran.

Ill : Steve Adams
Ill : Steve Adams

Les cibles seront militaires: les installations produisant les composantes d’une bombe nucléaire dont la fabrication, jugeront les agences de renseignement, est imminente. D’autres cibles militaires seront visées. Dans les heures qui suivront, l’Iran ripostera. Des super-pétroliers seront coulés dans le détroit d’Ormuz, en mer Rouge. Cela bloquera la route du pétrole indispensable aux économies d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Le prix du baril franchira en quelques minutes la barre du 200 dollars, les bourses chuteront d’au moins 30%, entrainant le monde dans une nouvelle crise économique et jetant des millions de salariés à la rue.

Au Moyen-Orient, les missiles du Hezbollah accumulés sur la frontière sud du Liban depuis deux ans pleuvront sur Israël, comme ceux placés à Gaza et passés en contrebande dans les tunnels qui se moquent du blocus israélien. Ces missiles étant plus puissants que ceux utilisés lors des affrontements précédents, ils toucheront les grandes villes, dont Tel Aviv. En Europe et en Amérique, les réseaux terroristes, galvanisés par ces événements, multiplieront les attentats. L’antisémitisme et l’islamophobie auront, à nouveau, la cote.

La marine américaine intervient

Le blocus du détroit d’Ormuz étant, pour l’Occident, intolérable, une intervention militaire américaine, appuyée par des alliés européens dont la France, tentera de rouvrir le passage. Mais le lieu étant à portée des missiles iraniens, il faudra en détruire les bases. À la guerre Israélo-Iranienne s’ajouteront donc une guerre Américano-Iranienne, peut-être Franco-Iranienne. Nouveaux affrontements, et nouveaux soulèvements dans une partie du monde musulman contre cette nouvelle agression. Nouveaux attentats terroristes en Occident.

Cette situation, pourrie, durera au moins une décennie. Quel est le degré de probabilité de ce scénario ? Il est malheureusement très élevé. Israël a déjà bombardé des installations nucléaires chez ses voisins: en Irak en 1981, en Syrie en 2007.  Il est réaliste à 80%

La volonté israélienne d’interdire absolument l’Iran de se doter d’une arme nucléaire est partagée par une immense majorité de citoyens de l’État juif.  En haut, en bas, à droite, à gauche, dans les partis, au gouvernement et dans l’État major. Ce refus d’un Iran nucléarisé est d’abord fondé sur le fantôme de la Shoah. Les juifs ont survécu à une tentative de génocide. L’Iran nucléaire, dont le président répète sa volonté de détruire Israël, aurait la capacité de réussir là où Hitler a échoué. Les Israéliens refusent de donner à quiconque ce pouvoir sur leur existence.

En Israël, la fin de l’optimisme

Ensuite, cette crainte est nourrie par la disparition presque totale, en Israël, de vision optimiste des choses. La vague d’attentats (140) qui a traumatisé les habitants de Jérusalem pendant la seconde Intifada, et qui a servi de justification pour la construction — très consensuelle en Israël — du mur et de la barrière de sécurité bouclant la Cisjordanie, les bombardements venus de Gaza et du Sud Liban, les réprobations occidentales aux abus de pouvoir commis par l’État juif dans sa riposte à ces attaques, tous ces éléments sont perçus comme autant de signes de la fermeture du monde autour du lopin de terre israélien.

L’idée même d’une paix avec une partie de la Palestine — la Cisjordanie, car Gaza est vue comme une terre perdue aux islamistes radicaux pour des générations — est intégrée comme un pis-aller. Les Israéliens les plus ouverts à la paix envisagent l’existence, à proximité, d’un État palestinien probablement hostile et qu’il faudra tenir sous contrôle. Évidemment, après l’attaque sur l’Iran, il n’y aura plus de paix qui tienne. Et on peut penser que la timidité des efforts de paix du gouvernement Israélien est liée à sa conviction que cette négociation est futile, car elle ne survivra pas à l’attaque sur l’Iran.

J’ai eu l’occasion, cet été, à l’invitation du Comité Québec-Israël, de discuter avec bon nombre d’Israéliens et d’observateurs critiques. J’en suis ressorti extrêmement pessimiste. La conversation avec les interlocuteurs israéliens va invariablement comme suit:

Nous : les dirigeants iraniens ne seront pas assez fous pour utiliser la bombe contre Israël, elle-même nucléarisée. Téhéran serait vitrifiée en 20 minutes!

Eux : C’est un risque qu’on ne veut pas courir.

Nous: Une attaque sur l’Iran signifie la certitude du blocage d’Ormuz, des attaques de missiles sur Tel Aviv, des attentats terroristes, donc le déferlement d’une misère humaine gigantesque en Israël, en Iran bien sûr, dans la région, et pour les économies du monde.  Une non-attaque sur l’Iran signifie le risque, et non la certitude, d’une attaque nucléaire.

Eux: Peut-être, mais vous n’êtes pas à notre place.

Il y a quelques mois, l’ancien conseiller du Président Carter, le brillant Zbigniew Brzezinski, était au CORIM à Montréal et déplorait l’abcès de fixation que fait Israël et l’Occident face à la nucléarisation iranienne. Puisque, dans son environnement immédiat, l’Inde, Israël, la Russie et le Pakistan ont la bombe nucléaire, et puisque l’Iran est une grande puissance régionale, la tentation nucléaire est irrésistible. Autant l’admettre, dit Zbig, mais appliquer la bonne vieille doctrine de la dissuasion. Que les États-Unis annoncent que toute utilisation de l’arme nucléaire iranienne sur Israël sera considérée comme une attaque sur le territoire américain et appellera une riposte nucléaire massive. C’est ce genre de menace qui, pendant l’équilibre de la terreur, a évité pendant un demi-siècle toute utilisation de l’arme nucléaire.

La peur de la prolifération

Peut-être, nous rétorque-t-on, mais en ce cas, d’autres États de la région voudront l’arme nucléaire. L’Arabie Saoudite, l’Égypte, la Turquie. Ce ne serait pas une bonne nouvelle. Certes. Et dans les documents publiés fin novembre par Wikileaks, le roi Saoudien affirme aux Américains que si l’Iran acquérait la bombe, « tout le monde, dans la région, ferait de même ».

Toute prolifération augmente le risque d’utilisation de la bombe. Mais ce risque de prolifération, donc d’équilibre régional de la terreur, est-il plus grave que la certitude d’une guerre avec l’Iran et de ses conséquences pour la planète entière ?

C’est ce que croient les Israéliens et plusieurs pays arabes de la région. Toujours selon les échanges diplomatiques rendus publics par Wikileaks, le chef de l’État du Bahrein a déclaré en privé en 2009 que « le danger de le laisser se poursuivre [le programme nucléaire iranien] est supérieur à celui de le stopper ». Son voisin des Émirats Arabes Unis dit aux militaires américains que des frappes aériennes ne suffiront pas et qu’il « faudrait alors des troupes au sol ». Les autorités jordaniennes comparent l’Iran à « une pieuvre« ‘, alors que le président Égyptien Hosni Moubarak, « éprouve une haine viscérale pour la République islamique », rapporte un diplomate américain.

Obama, qui tente d’engager la planète sur un parcours de dénucléarisation complète, avance aussi la proposition transitoire d’un Proche-Orient dénucléarisé. Selon son raisonnement, pourquoi avoir une nouvelle bombe en Iran si le Pakistan, l’Inde et Israël promettent de détruire les leurs dans un échéancier à déterminer ? Un beau vœu n’habitant pour l’instant que dans quelques esprits américains.

Quelle date l’attaque ?

Reste à déterminer la date de l’attaque israélienne. La plus rapprochée est mars 2011, le moment où, selon Israël, l’Iran pourrait commencer à construire sa bombe. La suivante est après mai 2011, car Jérusalem recevra à ce moment de nouvelles bombes américaines propres à détruire les bunkers dans lesquels se camoufle, en sous-sol, le programme nucléaire iranien.

Cela pourrait changer. Tout dépend de la lecture que fait Jérusalem de l’état et de la qualité des renseignements obtenus par l’espionnage occidental, et russe. (Et la qualité des renseignements obtenus par les espions israéliens infiltrés chez les russes !). Tout dépend aussi des succès de la stratégie de sabotage actif du programme nucléaire iranien effectué par les troupes spéciales américaines et, dit-on, britanniques. (Voir le texte qui fait le tour de la question, The Point of No Return, de Jeffrey Goldberg dans The Atlantic de septembre 2010. Alain Minc a aussi un intéressant chapitre dans son ouvrage de prospective Les dix jours qui ébranleront le monde.)

Les Israéliens ne sont pas les seuls à croire que l’attaque est nécessaire. À l’automne, l’ex-premier ministre Tony Blair, ci-devant envoyé de l’Union européenne et de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, se disait favorable à l’attaque préventive. Nicolas Sarkozy s’y est déjà montré favorable — son ex-ministre Bernard Kouchner ayant déclaré que « la guerre » serait nécessaire pour empêcher la nucléarisation de l’iran.  Au Canada, Stephen Harper a réitéré en novembre sa volonté d’appuyer Israël « coûte que coûte ». Il sait précisément ce que ces mots signifient.

Aux États-Unis, les Républicains, galvanisés par leur succès aux élections de mi-mandat, en rajoutent. Ainsi le Sénateur Lindsey Graham a réclamé début novembre une attaque américaine en Iran: «non seulement pour neutraliser leur programme nucléaire mais aussi pour couler leur marine de guerre, détruire leur armée de l’air et porter un coup décisif aux Gardiens de la révolution, en d’autres termes, pour neutraliser ce régime».

L’administration Obama n’est pas chaude, bien qu’elle affirme que « toutes les options sont sur la table ». Et Israël presse Washington de monter une attaque conjointe avec elle sur l’Iran, plutôt que de laisser l’État juif faire la tâche seule. Mais voici qu’un journaliste respecté, David Broder du Washington Post, l’incarnation même de la modération, écrit qu’une attaque sur l’Iran serait exactement ce dont Obama et les démocrates auraient besoin pour unir le pays derrière le président, à temps pour sa réélection en 2012. Misère ! Quand je vous dis que ça nous pend au bout du nez…

Ajout: Il vous faut maintenant lire le billet suivant: La guerre reportée de cinq ans ! (ouf!)

Les commentaires sont fermés.

C’est un scénario qu’on lisait déja sur les sites internet anglais en 2002, avant même que l’Irak soit attaqué. Suivre cette histoire pessimiste, c’est faire preuve d’une myopie des récents changements.

Car le monde a changé depuis 2002. Il faut prendre en compte l’héritage de Bush qui a tout changé. Leur intervention ridiculisé en Irak les rends beaucoup moins aptes à prendre des risques.

Une intervention Américaine ne se produirait pas si ses alliés ne participeraient pas a la guerre, et présentment en Europe et au Canada, le sentiment anti-guerre est encore très puissant, ne suffirait plus que de lui mettre de l’huile dessus pour qu’il renverse les gouvernements. Immaginer les réactions en Grande-Bretagne et en France si leurs gouvernements s’engageaient dans une autre guerre alors qu’ils sont sur le bord de la faillite.

Malgré leur belle parole et leur menace aux ennemis de l’Occident, les alliés de l’OTAN n’ont pas démontrés depuis 2008 qu’ils étaient près a s’engager dans une action militaire au côté des Américains. Excepté pour les Britanniques et les Canadiens, la participation des autres pays en Afghanistan relève plus d’une parade diplomatique qu’un réellement engagement militaire. Ce manque de volonté de l’Otan explique aussi que la Russie a mangé aussi facilement la Géorgie en 2008, finalement, les Nord-Coréens s’excitent en espérant se faire acheter une nouvelle paix temporaire, sachant que les États-Unis sont en mauvaise posture de faire une guerre.

Wikileaks a révélé les tensions entre les États-Unis et Israël. Les Israéliens ne sont plus sûre que s’ils attaquent un pays, le reste du monde va automatiquement sauter les pieds dans le feu. Les États-Unis peut-être, mais seule sans l’Europe ca serait la défaite assuré et ils le savent, et ils craignent surtout la Chine qui est la nouvelle super-puissance de cette décennie. C’est là la seule certitude que nous pouvons avoir.

Ce qu’il faut faire c’est continuer a véhiculer le message anti-guerre afin que nos gouvernements ne s’engagent pas dans cette folle aventure. Il n’y a aucune crainte a avoir d’une Iran avec une arme nucléaire. L’équilibre nucléaire suit son cours et la diplomatie seule peut trouver les solutions.

Quand Stephen Harper affirme sa sa volonté d’appuyer Israël “coûte que coûte”, je suis certain qu’il n’inclue évidemment pas l’option de prendre personnellement une arme et de se mettre un casque de fonte sur la tête pour aller se battre dans des tranchées. C’est tellement facile de s’engager quand ça nous « coûte que coûte » rien personnellement…

Quand un pays menace d’en rayer un autre de la carte, comme le fait l’Iran d’Ahmadinejad, la France, le Royaume-Uni et les USA devraient avoir le coeur et la rectitude de mener une attaque conjointe sur les installations nucléaires de l’Iran au lieu de laisser le sale boulot à un petit Israel encerclé de pays musulmans 1 000 fois plus vastes, 200 fois plus peuplés, et largement plus haineux (pour cause d’analphabétisme répandu, d’éducation déficiente…), sauf rares exceptions comme peut-être Bahrein, Dubai et peu d’autres.

Le temps de jouer les Chamberlain s’achève bientôt.

Il y a encore une petite probabilité qu’Ahmadinejad perde le pouvoir assez rapidement. A part cette éventualité de changement de régime, il me semble qu’une action préventive s’imposera. Heureusement plusieurs installations nucléaires iraniennes se trouvent en zones peu peuplées.

Bien sûr, ceux qui sont insensibles aux persécutions sans précédents que les Juifs ont subi depuis 1 500 ans, demeureront tout aussi insensibles; après tout, ce ne sont pas eux qui sont menacés. De nos jours, ces insensibles se nomment « pacifistes ». Ils auraient laissé l’Europe entière à Hitler il y a 70 ans: question de sauver des vies au risque de perdre sa conscience et son âme. Car le pacifiste est avant tout un comptable terre-à-terre: il compte les vies sans tenir compte de la qualité de vie et de l’âme qui l’anime.

Nul ne devrait accorder l’arme nucléaire à quelque pays que ce soit qui souhaite ouvertement la disparition d’un autre. Au risque d’une attaque préventive.

Plus jamais la guerre qu’il avaient tous dit à l’ONU.

Puis bush a dit que Saddam avait des armes de destruction massives. Ce n’était pas vrai. Maintenant ils fantasment sur le soi-disant arsenal nucléaire Iranien.

Et si c’était faux, il faudrait chercher le vrai motif ailleurs. Mais c’est bien trop difficile n’est-ce pas? Ça pourrait être dérangeant de savoir la vérité.

Et comme disait le petit Kadhr : Vous n’aimez pas la vérité.

Soyons un peu cyniques :

C’est le temps d’acheter de l’or et des actions de compagnies productrices canadiennes !

Bonsoir,
Trop c’est trop ! Malgré que la folie guerrière américaine peut servir à un président américain qui tire de la patte dans l’opinion publique ! D’ailleurs, six mois avant la présidentielle en 2006, Monsieur Barack Obama n’avait-il pas affirmé que la politique extérieure américaine ne changerait pas d’un iota. Et le tout était bien évident avec la garde rapprochée dont le futur président s’était entourée ! Du pareil au même, aurait dit un autre !
Finalement, afin d’éviter les effusions de sang, un moyen efficace serait de sortir du placard ce comédien jouant Oussama Ben Laden dans une vidéo sombre en murmurant de profil : F… you, Yankees! Et vous verrez en bons automates les nationalistes américains redevenir des PATRIOTES tous ensemble sous la bannière étoilée ! Efficace, car le patriotisme se contente souvent de peu, seulement un drapeau agité par son président….. Anyway, avec des amis, des alliés qui lui lèchent les bottes comme le font les Yankees, de quoi Israël aurait-elle le droit d’avoir peur ? Au plaisir, John Bull.

Vous avez oublié une chose,la Chine,la Russie,l`Inde vont se battre du coté des USA,de l`Europe,et d`Israël et ça prendra pas trop de temps qu`on va régler le compte du M-O au complet.C`est fini le temps de se faire ridiculer par une gang d`islamistes arriérés.Vive le monde des affaires et le monde développés.

@honorable

« 1 000 fois plus vastes, 200 fois plus peuplés » Vous oubliez le plus important: 100 fois moins armés. Aveuglement volontaire?

Oui, qu’est-ce qu’il y avait dans la bûche du réveillon chez les Lisée?

@Honorable:

Changez de disque, celui-ci est usé. On a eu notre dose de Churchill la dernière décennie, faudrait remonter votre horloge à coucou qui semble s’être arrêtée en 1938. Saddam Hussein, le dernier « prochain Hitler » que seuls les alliés résolus pouvaient arrêter avant qu’il ne menace la planète entière, était un tigre de papier, chef d’un état exsangue après des années de sanctions et militairement inoffensif. La menace de ses armes de destruction massive, relayée jusqu’à l’hystérie par les mêmes canaux qui nous vendent aujourd’hui leur prochaine glorieuse grande guerre contre la terrifiante menace nucléaire iranienne, était purement imaginaire. On pourrait espérer une certaine contrition de leur part après cette petite expérience de réingénierie sociale qui a fait au bas mot 100000 morts et 4 millions de réfugiés, je ne sais pas, peut-être une procession d’auto-flagellation publique à l’ancienne. Mais non ils en remettent plutôt une couche.

Que je sache, l’Iran est signataire du Traité de non-prolifération nucléaire et s’acquitte de toutes ses obligations envers l’Agence internationale de l’énergie atomique – contrairement à Israël. Son programme nucléaire est l’objet de toutes les attentions des inspecteurs de l’Agence, qui n’ont rapporté aucune incongruité, rien ne permet d’indiquer que le programme soit autre chose que ce qu’il déclare être, un programme nucléaire civil auquel tout pays a droit. Sous Bush, on sentait encore la nécessité de prouver l’existence d’armes de destruction massive pour se lancer en guerre. Mais tout ça est apparemment si… 2003. Sous Obama-Netanyahu, même si l’AIÉA déclare que l’Iran n’a ni la technologie ni l’infrastructure pour faire des bombes, le soupçon qu’un jour, peut-être, un gouvernement iranien pourrait développer les connaissances et l’équipement pour le faire suffit pour violer les règles les plus fondamentales de l’ONU et attaquer son voisin. Pour rappel, la charte des Nations Unies (http://www.un.org/fr/documents/charter/index.shtml):

Résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances

Article 1
Les buts des Nations Unies sont les suivants :

1.Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d’agression ou autre rupture de la paix

[…]
Article 2
L’Organisation des Nations Unies et ses Membres, dans la poursuite des buts énoncés à l’Article 1, doivent agir conformément aux principes suivants
[…]
3.Les Membres de l’Organisation règlent leurs différends internationaux par des moyens pacifiques, de telle manière que la paix et la sécurité internationales ainsi que la justice ne soient pas mises en danger.
4.Les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État

Wow! On s’était ennuyé de vos textes M. Lisée. Mais là, on peut dire que vous en avez tout un pour nous souhaiter la bonne année! Eh bien bonne et heureuse année à vous aussi! 🙂

Mon commentaire est tout simple : Et la Chine dans tout ça?? Elle ne peut pas laisser faire une telle attaque israélienne qui va de créer de tels effets sur le prix du pétrole et l’économie mondiale il me semble.

Les risques, ne serais-ce qu’intérieurs quant-à la réaction de la population à une telle hausse et crise économique, ne sont-ils pas trop grand pour qu’elle ne fasse pas tout en son pouvoir pour arrêter Israël (et l’Iran)?

Espérons-le à tout le moins, et aussi que ce sera concluant…

« Anyway, avec des amis, des alliés qui lui lèchent les bottes comme le font les Yankees, de quoi Israël aurait-elle le droit d’avoir peur ? Au plaisir, John Bull. »

Sacrebleu… Voilà que je dois me ranger derrière la sagesse de John Bull. Yhaweh est grand…

@jackwood , et ceux qui croient que les « autres » sont des « arriérés »

J’ai une amie, (de 22 ans comme moi, avez les cheveux châtain pâles et yeux bleu) qui revient tout juste d’un voyage en Iran où elle est allée, SEULE, passer 1 mois et demi environ. Oui, une fille, jeune, une québécoise « Saint-Tremblay-Gagnon-de-Souche », qui choisit d’aller en Iran pendant sa sabbatique d’études universitaires…

Et savez vous quoi? Le récit de son périple me donne juste le goût de partir pour ce pays équipé de mon sac-à-dos 40 litres et d’un Lonely Planet.

L’accueil qu’elle y a reçu dans chaque endroit où elle est passée était fantastique. Pas juste le « fantastique » qu’on dit de tout les pays du monde là. Mais vraiment fantastique. Et pourquoi? Parce que les iraniens veulent être certains que les rares étrangers qui osent venir dans leur pays repartent de là avec une autre image d’eux. Trop rares sont les occidentaux qui, n’écoutant pas trop le portrait – partiellement vrai, mais non généralisé – que font sur l’Iran les médias incapables de nuances. C’est pourquoi une part très importante de la population combat cette image triste qu’on porte sur eux de l’extérieur.

Biens sur elle y a vu des femmes voilées, mais elle y a vu pleins de femmes qui sont dans la société, qui y participent, qui ne sont pas cachées la majeure partie de la journée comme dans d’autres pays du monde arabo-musulman. D’ailleurs, le voile, si elle-même le portait de façon orthodoxe par précaution, la norme chez plusieurs jeunes femmes serait plutôt au voile qui couvre l’arrière de la tête. Et même chose pour le reste du corps. Tout est couvert, mais mes yeux de jeunes hommes auraient été « dérangés » tellement l’adjectif cintré prend tout son sens dans leurs vêtements.

Mon amie avait pris des cours de Farsi avant de partir, mais elle est finalement revenue en rêvant dans la langue de Shakespeare tellement tous les gens qu’elle a croisé, étaient ravis de rencontrer une étrangère pour utiliser leur anglais en dehors d’internet.

La lecture en diagonale de quelque blogues d’occidentaux travaillant ou voyageant en Iran (afin d’avoir plus d’une source) n’ont fait que confirmés ces récits qu’elle m’a fait.

L’Iran vaut la peine d’être visité pour y voir les ruines de Persépolis, Bam, les mosquées et mausolées construit avant la découverte de l’Amérique. Il y a 9 sites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en Iran, mais il pourrait en avoir 10 fois plus semble-t-il.

Je ne sais pas si j’aurai la chance d’aller en Iran prochainement. Suite à cet article, il semble possible que ce soit un peu plus difficile encore d’y entrer dans les mois à venir. N’empêche, ce pays reste dans mon « top 5 » des pays à voir un jour, plus proche que lointain je vous l’assure…

Nicolas de Villeray

@Honorable #4
« Quand un pays menace d’en rayer un autre de la carte, comme le fait l’Iran d’Ahmadinejad, la France, le Royaume-Uni et les USA devraient avoir le coeur et la rectitude de mener une attaque conjointe sur les installations nucléaires de l’Iran au lieu de laisser le sale boulot à un petit Israel encerclé de pays musulmans 1 000 fois plus vastes, 200 fois plus peuplés, et largement plus haineux (pour cause d’analphabétisme répandu, d’éducation déficiente…) »

Il existe certainement une corrélation entre l’analphabétisme, l’ignorance, la méconnaissance de l’autre, la crainte de l’autre, le mépris de l’autre et finalement la haine de l’autre.

Là dessus, nous sommes en parfaite harmonie.

La haine existe quand même dans le coeur de certains individus particulièrement savants, par ailleurs. Tout comme il peut apparemment arriver que que des juifs et des palestiniens, qu’ils soient analphabètes ou qu’ils détiennent un PhD, se sentent en confiance les unes avec les autres.

Se pourrait-il donc que la haine puisse avoir d’autres causes? Comme, par exemple, un sentiment d’insécurité?

Mais alors, quelle peut bien être la cause de ce sentiment d’insécurité? Pour les israéliens, ce pourrait être le surnombre des arabo-musulmans? La nucléarisation de l’Iran? Et… peut-être , en parallèle, pour ces derniers ou une partie d’iceux (les Chiites), la perception (fausse?) qu’Israël dest-elle-même prête à faire feu? Ou la perception (fausse?) que quoi que fasse l’Iran, Israël frappera, avec le soutien des USA?

Qui que vous soyez, et quoi que vous fassiez, vous serez toujours le bad guy de quelqu’un d’autre.

Mais bien sûr, moi qui ai toujours préconisé la politique de la main tendue et du soutien économique, plutôt que la politique du poing fermé sur la crosse d’une arme à feu, je ferai, comme d’habitude, office d’idiot utile, selon la définition généralement acceptée dans l’un des deux camps.

Entre l’idiot utile et le bad guy, finalement, pourquoi distinguer?

@ Ram Mohammed Singh Tremblay-Bouchard :

« 100 fois moins armés! »

…et démocratiques avec ça…

N’importe quoi!

Israël est la SEULE vraie démocratie de cette partie du monde et certaines têtes brûlées occidentales (Khadir en est un pétant exemple!) ne cessent de vouloir éteindre cette phosphorescente lumière qui éclaire ce sombre tunnel moyen-âgeux qu’est le Proche-Orient.

Me font penser aux inquisiteurs pour qui toute forme de résistance à leur catéchiste devait être annihilée par le feu.

Avant une intervention nucléaire en Iran, je pense que la Russie et la Chine vont réagir. Personne ne veut d’explosions nucléaires dans leur coin du monde (juste les vents portant des nuages irradiés casseraient le party de tout le monde).

Reste l’option de la CIA,FSB ou autre services secret qui s’engagerait à faire tomber le gouvernement Iranien avant que tout ça arrive. C’est pas exactement un secret que de menacer Israël peut entraîner sa mort , pas certain que les citoyens Iraniens soient intéressé à cette guerre.

@ Jason Keays

D’accord. Sauf que les USA seront amenés à participer à cette guerre par la porte arrière à cause du pétrole. Genre Pearl Harbour. Israel n’a qu’à partir le bal et les dominos tomberont selon une logique inéluctable.

@ JFL

Bonne année à vous aussi.

@ autres

Cela fait 62 ans qu’Israel est sur un pied de guerre avec l’ensemble de ses voisins et que le Moyen Orient rêve d’une guerre à finir. Israel pour éliminer les autres et les autres pour éliminer Israel.

La position d’Israel n’a rien à voir avec le bon sens. C’est évident que l’Iran aussi fou qu’on puisse les croire n’ont aucun intérêt (même le contraire) d’attaquer Israel avec du nucléaire.

Cela a tout à voir avec l’affaiblissement systématique de tous les pays qui n’ont pas Israel en odeur de sainteté. Israel est un pays guerrier et conquérant qui bénéficie de la culpabilté sans fin des pays occidentaux.

Posons-nous la question: qu’a fait Israel pour se faire des amis dans leur coin de la planête? Ils ont agit comme les toxons (bullies) dans la cour d’école et continuerons de le faire jusqu’à ce que mort s’en suivent.

Le raisonnement d’Israel fait abstraction de trop d’élément pour qu’on lui accorde quelque crédibilité que ce soit.

Ceci dit la guerre est plus que probable et vider vos REER pour acheter de l’or n’est peut-être pas une mauvaise idée.

Bonne année à tous.

PS Pour ceux qui pensent que la fin du monde est pour Décembre 2012, on commence à vous trouver optimiste. :-)))

honorable a été très marqué par le génie militaire de GW Bush qui a déclaré la guerre « préventive » à l’Irak.

Le hasard faisant bien les choses il se trouve que ce sujet fasse la page couverture de la dernière livraison de la revue The Economist. L’hebdomadaire anglais est aussi d’avis que le scénario d’un sérieux conflit armé n’est pas à écarter pour 2011. En référence à l’arsenal nucléaire iranien, The Economist soutient que la dissuasion maintient la paix pour le moment mais qu’une paix fondée exclusivement sur la dissuasion reste bien fragile. En conséquence et pour éviter d’en arriver à un conflit ouvert, l’hebdomadaire recommande de régler le conflit Israélo-Palestinien, notamment la délicate question des territoires occupés qui selon eux donne aux « réjectionnistes » (ceux qui ne veulent pas d’un Etat israélien au Moyen-Orient, notamment l’Iran) beaucoup de grains à moudre.

Régler ce conflit comme solution au problème n’a rien de bien original me direz vous mais là où The Economist « innove » c’est dans la façon d’y arriver. En effet, on recommande à Obama et l’Amérique de s’impliquer directement mais aussi multilatéralement dans le but d’imposer (« The pressure part of the equation is crucial. ») en quelque sorte une paix de compromis aux parties. Voici le lien vers l’article.

Please, not again
Without boldness from Barack Obama there is a real risk of war in the Middle East
http://www.economist.com/node/17800151

Paul Gagnon

Il faudrait abolir la pratique religieuse de masse. En bref, rendre la pratique religieuse privée et tabou. Instaurer dans le monde « un revenu de base inconditionnel » pour que chacun est une qualité descente ce qui éliminerait une grande partie de la haine et de la criminalité. Respecter les frontières cultureles et linguistiques géographique et limiter la richesse individuelle.

Pourquoi l’expérience de la vie ne pourrait pas être un évenement tout simplement agréable.
Ais-je le droit de rêver à un monde meilleur?

Cher Honorable, vous devriez rafraichir vos connaissances et votre évaluation des positions adoptées par Neville Chamberlain.

Avec le recul et la divulgation de documents on peut comprendre maintenant que Chamberlain cherchait surtout à gagner du temps. Il estimait, avec raison, que son pays n’avait pas les appuis d’alliés et n’était prêt à affronter seul les troupes d’Hitler à qui il ne faisait nullement confiance. Pendant ce temps, il s’est occupé du réarmement de l’Angleterre. Il est raisonnable de penser que si Chamberlain avait mordu à l’hameçon dès la première occasion l’Angleterre aurait été vaincue et, sait-on, aurait passé du côté des nazis, avec Edouard VIII comme souverain !

A moins que votre commentaire tend à démontrer que le Canada devrait entrer en guerre contre les ennemis d’Israel quel qu’en soit le prix pour le Canada. Personnellement, j’appuierais une telle démarche mais j’espère que les décisions seront prises en fonction des intérêts du Canada et des capacités de nos forces armées. Le coeur et la rectitude ne suffisent pas.

Seule la Chine qui arme l’Iran et le Pakistan- taliban peut gagner cette guerre contre l’occident et les sionistes.
Déjà le pipeline entre la Russie et la Chine fonctionne depuis un mois . Et Israel explosera sur ses propres bombes car tout Israel est devenu une véritable base militaire US avec des ennemis qui l’entoure et qui prépare cette attaque finale .
L’empire US -Canadian est en déclin et ce ne sont pas les armes qui peuvent changer cela même s’ils massacrent des centaine de millions de civils musulmans , les islamistes sont plus d’un milliard

Yehuda Shaul, 28 ans, ex-officier de l’armée israélienne, est l’auteur de «Breaking the Silence», un livre événement à paraître en janvier où les combattants de Tsahal racontent leur intolérable comportement dans les territoires occupés à Gaza. Un entretien exclusif pour Paris Match.

Interview Catherine Schwaab – Paris Match
Paris Match. Votre livre est une bombe par ses révélations

Il y a un paramètre qui est dans le décor en permanence: celui de »fou de Dieu qu’est Amadin…quelque chose » qui est prêt à tout pour la « Cause ». Quand c’est la seule pensée qui l’anime, il ne faut pas s’étonner qu’un moment donné, quand il se sentira assez fort, il va donner l’assaut pour enfin se débarasser d’Israël, pays honni par tous les Musulmans ultra et fondamentalistes!
Et je crois que le président iranien fait partie de ces fous de dieu! Aucune logique ne peut l’aider à agir. Seule la pensée de détruire Israël le motive à agir.
Alors, M. Lisée, votre scénario catastrophe n’est pas si loin de ça de la vérité qui peut nous tomber sur la tête; et ce n’est pas de la futurologie « flyée ». Sinon, il faut s’attendre à ce que l’Iran, si on ne l’arrête pas, fasse son attaque dans les délai les plus brefs…avec toutes les conséquences qu’on peut imaginer.

Bonheur et déception, Bonheur pour votre retour parmi nous. C’est bête mais on s’habitue. Déception, serait-ce ces quelques jours d’absence qui ont troublé votre mémoire? Vous nous dressez un portait apocalyptique de notre avenir immédiat, puisque le Canada est de plus en plus solidaire des Etats-Unis. Vous me reprenez si je me trompe, mais Barak Obama est président au minimum (sauf accident JFKien) jusqu’en 2012 et, si on est plutôt gauche/centre-gauche comme les démocrates étatsuniens, on peut souhaiter que ce soit jusqu’en 2018.
Donc, reprenons, jusqu’à ces dates, il n’y a pas de possibilité de guerre d’où qu’elle vienne pour les États-Unis puisque Mr Obama a reçu de l’Académie norvégienne, très sage et clairvoyante à ce sujet, le Prix Nobel de la Paix au début de son mandat, justement pour qu’il n’y ait pas de guerre. Mais peut-être en écrivant votre texte, l’aviez-vous oublié?

Guerre de religion – Deux peuples qui se battent pour savoir qui a le meilleur copain imaginaire.

Sur Intrade la probabilité de guerre entre l’Iran et Israël/États-Unis a actuellement une côte de 12 (sur 100).

Bref, les gens qui croient à ce scénario sont peu nombreux.

D’ailleurs le scénario présenté par JF Lisée lors de la conférence HEC/SECOR : SPECTRE 2011 n’avait pas vraiment impressionné Sami Aoun.

@ Léon Blanc-Sec

Tes infos sont complètement fausse.

L’Iran est signataire du traité de non prolifération et l’ONU considère qu’elle ne rempli pas les conditions du traité.

Israël, contrairement à c que tu affirmes, n’est pas un signataire du traité de nom prolifération (avec l’Inde et le Pakistan).

Les faits svp…

Chère Mme King, sauf erreur, pendant que la Grande-Bretagne se réarmait, l’Allemagne se réarmait encore plus rapidement qu’elle. Je crois que c’était la critique principale de Churchill envers Chamberlain: ne pas réarmer la Grande-Bretagne suffisamment vite.

De plus, relativement à ses adversaires, l’Iran est beaucoup moins puissante que l’Allemagne nazie ne l’était par rapport à ses adversaires.

Finalement, et encore une fois sauf erreur, le souhait de Churchill n’était pas une attaque de la Grande-Bretagne seule contre l’Allemagne, mais une attaque conjointe France-Grande-Bretagne pour faire reculer les troupes allemandes à l’Est du Rhin et bloquer l’annexion de la Tchécoslovaquie.

En somme, nous sommes d’accord sur ce point: le vrai Chamberlain avait PLUS de raisons de tergiverser que les Chamberlain des temps modernes. Les Chamberlain des temps modernes ne peuvent invoquer la vétusté ou l’impuissance de leur appareil militaire comparativement à celui de l’Iran.

Une guerre contre l’Iran?

Un pays l’Iran qui compte 68 millions d’habitants. Conditions optimales pour une guérilla iranienne puissante et plus féroce qu’en Irak contre des troupes d’occupations U.S et israéliennes dont les armées sont supérieures à celle d’Iran que par la technologie pas par la motivation au combat.
89% de la population iranienne est chiite certainement pas divisée sur le plan religieux comme en Irak facilitant la tâche des agresseurs américains qui ont dressés en Irak les chiites irakiens majoritaires contre les sunnites irakiens minoritaires mais contrôlant généralement l’État en Irak jusqu’à l’invasion yankee.

L’article est crédible tel que rédigé par M.Lisée. Toutefois l’Iran n’est pas l’Irak, un pays de 70 millions est plus difficile à attaquer et à envahir puis occuper possiblement qu’un autre comme l’Irak qui compte 28 millions d’habitants.

La capacité militaire de l’Iran actuel inférieure certes à celle des É.U et d’Israel n’en n’est plus moins plus redoutable que celle de l’Irak de Saddam Hussein. Une guerre de bombardements avant l’option même d’une invasion de l’Iran sera donc d’ouvrir une boîte de pandore aux conséquences graves. Dont l’une des conséquences en Occident et ailleurs sera d’augmenter encore les contrôles de sécurité dans tous les transports publics y compris trains et autocars pas seulement les aéroports et avions! Tout comme d’accroître encore la militarisation des États dont la Chine qui n’acceptera pas de continuer à ne pas pouvoir dire son mot dans la gestion de la paix et de la guerre sur la planète.

Quant au carnage renouvelé de populations musulmanes cela ne pourra pas ne pas avoir de suites sur la création d’un 11 septembre no2, la preuve, cet attentat tout récent contre des chrétiens coptes en Égypte qui rappelle la haine presque banale contre les occidentaux et les chrétiens dans le monde musulman.

La forte démographie des musulmans leur garantit un ressentiment fort capable de trouver des candidats nombreux au martyr direct ou indirect par action suicide ou opérationnelle plus traditionnelle.
Israel c’est l’État idéologique no1 parce que sioniste capable d’appuyer sur la gâchette afin d’allumer le baril de poudre d’une sorte de super guerre régionale aux conséquences mondiales se servant toujours et toujours d’une imagerie de victimes professionnelles pour cautionner toutes les bassesses impériales ou colonisatrices. Quant aux É.U, il ne faut pas croire candidement au gouvernement démocrate Obama aspiré par la furie républicaine et par l’opportunité démocrate de faire plus faucon que les républicains pour motif de réélection d’Obama.

Cette guerre est possible en sachant que nous Occidentaux en verront les conséquences au minimum sur le plan du contrôle social et sur le plan économique.

En réaction à Mr Laurent Desbois,
Cher Monsieur, le débat n’est pas sur Gaza dans cet article, il s’agit là d’un conflit à une échelle internationale, l’Iran menace toute la région sinon tout l’Occident.Israel est en guerre et protège ses citoyens contre des terroristes sanguinaires et ce soldat a le droit et ne craint pas d’écire un livre s’il est pacifiste et anti-militariste. Enfin cette situation est très compliquée lorsque l’on ne connait pas toujours les enjeux du conflit. Ce que je souhaite, c’est qu’israel ne soit pas encore pointé du doigt comme toujours car c’est tout le monde libre qui est menacé. Prions pour un miracle!!

Correction.

-La capacité militaire de l’Iran actuel inférieure certes à celle des É.U et d’Israël n’en n’est pas moins plus redoutable que celle de l’Irak de Saddam Hussein.-

Je ne pense pas qu’Obama, le Commandant en Chef des armées américaines, accepte de considérer même un instant l’idée complètement débile (une folie) de déclarer la guerre à l’Iran pour se gagner la prochaine élection présidentielle. De plus, ce serait une vraie trahison de la confiance mutuellement générée depuis 2 ans, ayant promis à plusieurs occasions dans ses discours face à des foules composées uniquement de soldat(e)s, de ne JAMAIS mettre leurs vies en danger, à moins que ce ne soit absolument nécessaire.

Obama est foncièrement intègre, pragmatique et anti-guerre alors, on peut oublier l’attaque préventive par les américains. Il me semble que c’est aux pays arabes de jouer un rôle actif et puisqu’il ne le font pas, cela me démontre leurs faiblesses de caractère d’une part et d’autre part, l’évident double-jeu de l’Arabie-Saoudite faisant »semblant » de s’en remettre totalement aux américains tout en finançant des groupes Palestiniens opposés à la paix.

Il y a plusieurs autres pays concernés en Asie dont on ne parle pas, soit la Russie, la Chine, l’Inde sans oublier le Pakistan musulman, des régions qui serait directement affectées par un conflit nucléaire.

Enfin, si on doit envisager une attaque préventive, il faudrait qu’elle ait le support de la Communauté internationale et même plus, qu’il s’agisse d’une opération conjointe de toutes les grandes puissances pour lui donner la plus sérieuse légitimité possible. Puisque l’avantage d’une attaque-surprise ne peut vraiment pas exister dans cette inévitable tragédie-en-direct, il n’y aurait pas de mal à s’y préparer au grand jour, en laissant le temps à la pression populaire interne en Iran de jouer le plus grand rôle possible, qui sait ce qui peut se passer alors ?!?

P.S. Je rappelle que l’Iran est dirigé par des gens d’une secte islamiste ayant l’idée de forcer le retour du prophète sur terre en générant une ‘‘fin du monde’’. Wow ! « De vrais ti-génies, là !! »

Voilà un sujet plus que délicat.

Le rapport Balfour, acte de naissance de l’État d’Israël, consiste à ce que l’Angleterre donne au peuple Hébreux, le pays des Palestiniens.
Bref, une nation (l’Angleterre) donne à une autre nation (Israël) le pays d’une autre nation (La Palestine).
Avec la diaspora, les Juifs quittèrent pendant plusieurs siècles Israël afin d’annoncer la bonne nouvelle…et faire des affaires. Pendant ces siècles, le monde musulman prit place et s’installa progressivement sur le territoire qui deviendra la Palestine.

L’Angleterre et les USA ayant besoin d’un pion au Moyen-Orien ont fait en sorte que le peuple Hébeux, les Juifs puissent retrouver le pays que la majorité avait quitté depuis des siècles.

Quoi de mieux pour l’Angleterre et les USA que de se servir de la Shoa (que nous réprouvons évidemment) afin de faire en sorte que les Juifs qui ont tant souffer retrouvent la terre promise. De surcroît, la Bible deviendra un cadastre…

Les Palestiniens seront expulsés de leurs terres, de leur pays qu’ils occupent depuis près de 2000 ans.

Nous pouvons comprendre la haïne qu’éprouvent les Palestiniens face à cette injustice. Depuis 1949 l’État Palestinien à toujours régressé…
Israël avec l’appuie des impérialistes US et GB n’a fait qu’empiéter et agrandir « son » territoire au détriment d’un peuple installé depuis des siècles.

Bref, même si la comparaison est boiteuse, c’est comme si les Apaches et les Iroquois, appuyés par une puissance étrangère, nous disaient, comme Israël, étant donné que nous étions là avant vous, retournez d’où vous venez.
Les USA et le Canada, comme les Palestiniens, crieraient à l’injustice.

Voila une explication, quoique incomplète, qui nous permet de comprendre la haine du monde musulman vis à vis le peuple Juif.

Je crois que tous les peuples ont droit d’exister et d’avoir leur pays…

Ils nous restent à espérer que le dialogue gagnera sur les bombes nucléaires…

Advenant une guerre nucléaire, même sectorielle, ce serait la catastrophe…nous serions tous perdant!!!

ESPÉRONS LA PAIX!

« Vous avez oublié une chose,la Chine,la Russie,l`Inde vont se battre du coté des USA… »

Pauvre jackwood.

Justement cette guerre et celle de l’Irak et tout les événements du MoyenOrient sont une guerre entre les États Unis et la Chine. Les EU veulent le gaz du coin, mais la Chine leur a coupé l’herbe sous le pied.

La Russie et la Chine font des ententes pour un gazoduc qui va complètement à l’encontre des désir des ÉU et de l’Europe.

Le scénario décrit dans ce billet m’apparait possible mais non probable.

Après avoir dépensé en 2010, $105 milliards en Afghanistan et $65 milliards en Irak (dépenses qui se superposent aux $665 milliard du Pentagone), je ne crois pas que les USA sont prêts pour une autre guerre sous de faux prétextes. Et la bombe iranienne est un faux prétexte.

Si (conformément au scénario évoqué par J-F Lisée) les USA sont entrainés contre leur gré dans une guerre au Moyen-Orient à cause des actions unilatérales israéliennes en Iran, je ne crois pas que l’état israélien s’en sortira indemne (et je parle pas ici des dommages « collatéraux » aux populations civiles). Même en cas de succès (ce qui n’est pas si évident considérant les enlisements irakiens et afghans), les USA feront chèrement payer leurs morts (et leurs dépenses). Ne serait-ce que pour calmer la rue arabe (et éviter la chute de Moubarak (ou de ce qu’il en restera), du fils de Hussein, des Saoud, des gouvernements fantoches d’Irak, du Pakistan et d’Afghanistan, les USA feront ce que préconise Patreus: régler le problème israélo-palestinien afin d’assurer un minimum de sécurité aux troupes: soit (puisque c’est le minimum acceptable par les Palestiniens) une paix imposé en Palestine sur la base de la résolution 242 avec droit de retour et partage de Jérusalem.

À la place de du des « honorable » qui souhaite la réalisation du scénario évoqué par J-F Lisée, je réfléchirais à la chose. Le bombardement de l’Iran par Israel serait le début de la fin pour les sionistes.

» We’ll say it again: the objective is regime change. Creating synthetic fear of Iranian nuclear weapons is simply the best way to “justify” bringing about regime change. Worked well for Iraq, no? »

« … Netanyahu would be taking a fateful gamble by attacking Iran, with high risk to everyone involved. The worst, but conceivable case, has Netanyahu playing — unintentionally — Dr. Kevorkian to the state of Israel.

Even if the U.S. were to be sucked into a war provoked by Israel, there is absolutely no guarantee that the war would come out well.

Were the U.S. to suffer significant casualties, and were Americans to become aware that such losses came about because of exaggerated Israeli claims of a nuclear threat from Iran, Israel could lose much of its high standing in the United States.

There could even be an upsurge in anti-Semitism, as Americans conclude that officials with dual loyalties in Congress and the executive branch threw our troops into a war provoked, on false pretenses, by Likudniks for their own narrow purposes.

We do not have a sense that major players in Tel Aviv or in Washington are sufficiently sensitive to these critical factors. »

SIGNÉ:

Steering Group, Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)

Ray Close, Directorate of Operations, Near East Division, CIA (26 years)

Phil Giraldi, Directorate of Operations, CIA (20 years)

Larry Johnson, Directorate of Intelligence, CIA; Department of State, Department of Defense consultant (24 years)

W. Patrick Lang, Col., USA, Special Forces (ret.); Senior Executive Service: Defense Intelligence Officer for Middle East/South Asia, Director of HUMINT Collection, Defense Intelligence Agency (30 years)

Ray McGovern, US Army Intelligence Officer, Directorate of Intelligence, CIA (30 years)

Coleen Rowley, Special Agent and Minneapolis Division Counsel, FBI (24 years)

Ann Wright, Col., US Army Reserve (ret.), (29 years); Foreign Service Officer, Department of State (16 years)

http://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2010-1-page-111.htm

http://mideast.foreignpolicy.com/posts/2010/03/14/the_petraeus_briefing_biden_s_embarrassment_is_not_the_whole_story

Où sont les fabricants d’armes les plus puissants? Sans doute aux USA, du moins ils en tirent les ficelles, se gardant bien que la guerre n’éclate chez eux? « Surtout pas dans ma cour, s.v.p » Pour continuer leur sale commerce, ils attisent et provoquent des conflits… Voilà où nous en sommes en janvier 2011

Je vais ouvrir & lire: « El pensamiento militar latino americano del nuevo siglo » coord. par Heinz Dieterich, Jorale Editores 2008, 196 pp.
Le couvert 4 commence ainsi: (traduction)
« Le premier navire de guerre nucléaire d’Amérique Latine entrera en service en 2013. Le même président brésilien « Lula » da Silva informait le 10 juillet 2007, qu’il avait autorisé « les fonds pour terminer » le premier sous-marin à propulsion nucléaire de la Marine de Guerre du Brésil. Son ministre de la défense déclara que la souveraineté de l’Amazonie « n’est pas négociable » et le Commando militaire de l’Amazonie(CMA)avertit qu’il se défendra par une « guerre de guérillas ». […]
Vous lirez la suite sur Facebook: André Lacombe-Gosselin… quand la nuit m’aura porté conseil :-0

Puissent ces prédictions, M. Lisée, toutes logiques qu’elles nous soient présentées par vous et d’autres commentateurs, ne JAMAIS se RÉALISER… Bonne nuit de PAIX/Noche de paz… noche de AMOR para todos los hombres y mujeres de buena voluntad en el mundo entero :-))
« Si vis pacem, para bellum » (Végése) / Si tu veux la paix, sois prêt à te défendre.
Source: pages roses du Petit Larousse illustré 1992

J’ai peine à croire, M. Lisée, que cet article a été écrit sous votre plume. Vous nous avez habitué à plus de positivisme. À vous lire, tous vont perdre leur emploi, ce sera l’hécatombe et la désolation partout. Ou (accent) pour l’amour avez vous passé les vacances des Fêtes pour en ressortir aussi tordu?

Loraine King, c’est vous qui devriez rafraichir vos connaissances et votre évaluation des positions adoptées par Neville Chamberlain. Voici ce qu’il écrivait en 1938 au retour de sa 1ere entrevue avec Hitler :

« J’ai eu l’impression d’être en présence d’un homme à qui l’on pouvait se fier dès lors qu’il avait donné sa parole. »

Oui, vous avez bien lu : il croyait en la parole d’Hitler…

Une solution indispensable et réaliste !

Face à cette guerre supposée imminente, une solution, courageuse, mais … indispensable et réaliste, consiste à démanteler l’armement nucléaire d’Israël, et à mobiliser des forces internationales pour ensuite démilitariser la Palestine et constituer un État démocratique, laïc et pluriethnique sur ce territoire.
Ce projet politique commence à émerger à la fois dans les milieux juifs, chrétiens, musulmans … et athées de la Palestine.
Toute autre solution risque de faire de la Palestine un autre Vietnam.

Yves Claudé

Monsieur Lisée,

Premièrement, je vous remercie pour le débat très intéressant que vous provoquez. Aussi, je remercie particulièrement M. Léon Blanc-Sec (#11) pour son éclairage qui dévoile justement une perspective plus réaliste d’un conflit aux ramifications très complexes.

Cependant, avec inquiétude, je lis qu’un(e) sioniste qui se nomme “honorable” (#4) défend avec véhémence l’idéologie dogmatique d’un peuple qui se dit élu par Dieu pour occuper la Terre Sainte pour l’éternité, même au prix de guerres sanglantes et du génocide Palestinien. Cette personne prône une guerre préventive contre un Iran sensible à la cause et à la souffrance des victimes d’Israël. Évidemment, c’est en diabolisant l’Iran que le régime sioniste justifie sa menace d’une attaque préventive. Pourtant, l’Iran n’a jamais fait de menace militaire contre Israël. Au contraire, à plusieurs reprises, c’est Israël qui a menacé l’Iran d’une attaque militaire. À ces menaces répétées, l’Iran a toujours répondu qu’elle se défendra avec toute sa puissance contre une éventuelle agression de l’État sioniste, au point de l’anéantir. Le dire autrement n’est que propagande.

La menace d’une guerre préventive contre l’Iran est aussi régulièrement formulée par les États-Unis et souvent répétée par la France et l’Angleterre, et maintenant par le Canada. Pourtant, l’arme nucléaire n’a été utilisée que par un seul pays, le pays le plus militarisé et le plus meurtrier de la planète. Donc, ma première question est la suivante: Du haut de quelle autorité morale les États-Unis enclencheraient-ils une guerre préventive contre l’Iran?

À propos, monsieur Lisée, pouvez-vous me dire combien de japonais ont souffert, et souffrent encore de cette innommable atrocité nucléaire, autrefois applaudi par le peuple américain et ses alliés? Plusieurs disent qu’il s’agit du plus grand crime connu contre l’humanité. Mais je préfère ne pas quantifier la souffrance des uns et des autres comme certains se complaisent souvent à le faire, même la grande souffrance infligée aux Palestiniens par le régime sioniste depuis plusieurs décennies. J’en arrive ici à une autre question: Selon ses menaces d’agression souvent répétées, du haut de quelle autorité morale le régime sioniste, qui possède l’arme nucléaire, enclencherait-il une guerre préventive contre l’Iran ?

Soyons clairs, l’Iran n’a jamais menacé Israël autrement que par une éventuelle riposte à une attaque militaire. Monsieur Lisée, je le répète, le dire autrement n’est que propagande visant à diaboliser l’Iran pour tenter de justifier ainsi une agression militaire.

Heureusement, d’importantes contraintes aux ambitions guerrières du régime sioniste sont passablement dissuasives. Il s’agit principalement de la puissance militaire de l’Iran, mais aussi du soutien accordé à l’Iran par plusieurs pays qui questionnent et condamnent de plus en plus l’ignoble comportement criminel d’Israël. Certains affirment même qu’il s’agit aujourd’hui des pires crimes contre l’humanité. Mais je ne quantifierai pas la souffrance qui en résulte pour la mesurer à d’autres souffrances. En effet, je refuse la hiérarchisation de la souffrance que certains nous proposent encore trop souvent.

Cette ¨ guerre qui nous pend au bout du nez ¨ est une vision réaliste de ce qui nous attend si l’Occident et ses alliés veulent persister à gérer la menace iranienne comme si elle était désincarnée d’un contexte, déconnectée d’une histoire et d’une géopolitique régionale. Ce serait faire preuve d’un certain aveuglement. Le même genre d’aveuglement qui a conduit à l’invasion de l’Irak ou de l’Afghanistan.
La décision iranienne de se doter d’un programme nucléaire que Téhéran qualifie de ¨civil ¨, n’est pas une décision du régime des ayatollahs mais plutôt du Shah qui avec l’aide des USA voulait se doter de la technologie nucléaire. En 1959, au début du programme nucléaire, ni les USA, ni Israël refusent à l’Iran le nucléaire civil. Aujourd’hui même l’application civile est refusée à l’Iran sous prétexte qu’il est assez riche pour subvenir à ses besoins en électricité à partir de ses hydrocarbures.
Ce programme nucléaire a été toutefois abandonné en 1979, à l’arrivée de Khomeiny au pouvoir. Un programme nucléaire a été remis en route vers 1984 alors que l’Iran, en guerre contre l’Irak (1980 à 1988), faisait l’objet d’un embargo international sur les ventes d’armes. L’emploi d’armes chimiques par les Irakiens contre sa population au cours de cette période aurait également incité Téhéran à réactiver ses programmes de développement d’armes nucléaires dès 1984, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique.
Après cette guerre, l’Iran se voit encerclé militairement par les USA qui mettent les pieds dans les états du Golfe persique à l’occasion de l’Opération Tempête du désert, qui occupent les frontières de l’est et du nord de l’Iran suite à l’invasion de l’Afghanistan, et finalement qui stationnent des troupes à la frontière occidentale suite à l’invasion de l’Irak. Les Iraniens se savent encerclés et craignent à juste titre d’être les prochaines victimes de l’avancée militaire américaine dans la région. Ne sont-ils pas les détenteurs de la deuxième réserve mondiale de gaz naturel ?
L’Iran cherche par le nucléaire à se donner des moyens de défense. Les ayatollahs espèrent que l’équilibre de la terreur permettra de sauver le régime.

Je pense peu probable une guerre contre l’Iran. Celui-ci est plus puissant que l’Iraq. Il n’a pas besoin de Gaza et du Hezbollah pour bombarder israël. Ayant lui-même les missiles pour atteindre Israël et l’Europe. Les Américains, contrairement à ce qu’on pense ne contrôle pas tout l’Iraq et encore moins l’Afghanistan.La Chine n’acceptera pas que le pétrole qu’elle achète de l’Iran ne lui parvienne plus. C’est elle la première puissance mondiale aujourd’hui. Malheureusement, il y a encore des gens qui pensent que la guerre règlera tout. À entendre certains, Israël a le drot d’être armée jusqu’aux dents, y compris la bombe atomique. Ces voisins, eux n’ont pas le droit. Quand on fait une loi, ce doit être la même loi pour tout le monde. Si on ne veut pas que l’Iran aie l’arme nucléaire, pourquoi on ne dit rien quand Israël l’a. Pourtant lors de sa dernière guerre contre le Hezbollah, Israël a fait de toute évidence une « overeaction » et elle a perdue cette guerre. Un pays qui a l’arme nucléaire et qui fait des « overreactions », ça ne me dit rien de bon.C’est un pays très dangereux.

Je ne crois pas qu’il soit dans l’intérêt d’Obama d’endosser,sous quelque forme que ce soit, une intervention israélienne en Iran, justement en raison des risques de dérapages et de conséquences que vous décrivez et qui auraient des répercussions sur les économies mondiale et américaine, sans parler desconséquences surles finances publiques, déjà affectées par le coût de l’«autre» guerre en cours (Afganistan).
Je crois même que la tolérance d’Obama à l’égard d’Israel et de ses constructions en teritoire palestinien s’explique par lefaitqu’elle lui sert d’argument et de bonbon pour retenir Netanyaou de poser d’autres gestes qui seraient encore plus impopulaires à travers le monde.

Si le scénario émis par M.Lisée s’avère malheureusement vrai, est-ce que cela donne des justifications supplémentaires à John James Charest de ne pas ouvrir d’enquête publique sur la construction? 😉

Je ne tente que d’alléger la conversation…

Mr Harper se tient aux côtés de démocraties et non à celui du terrorisme et de régimes dictatoriaux.Il s’est dit inquiet de la montée de l’antisémitisme et de la haine sur internet,et du fait que l’existence d’Israel est remise en question. A une époque où il est de bon ton de remettre constamment en question la légitimité juive en Israël, la découverte d’un ouvrage historique capital sur cette question, écrit au XVII ème siècle, apporte un nouvel éclairage de la plus haute importance.
“Voyage en Palestine “(Palestina) est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en Latin, s’intitule : “Monumentis Veteribus Illustrata”, édité en 1714 aux Editions Brodelet.
Je vous conseille de lire ce document exceptionnel L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un “peuple palestinien”, la Palestine n’étant qu’une colonie romaine.
Tant que le peuple palestinien, puisqu’on le nomme ainsi, et les pays arabes ne reconnaitront pas l’existence d’Israel en tant que nation juive, et que leur but est de l’éradiquer, la paix n’est que chimère.
Et puis comme c’est à la mode de virer antisémite, pourquoi pas? Du coup on a plein de copains, pauvres palestiniens des victimes de ces bourreaux d’israéliens, il y a 2000 ans on accusait les juifs d’avoir tué Jésus , aujourd’hui on l’accuse d’avoir tué le petit Mohamed, un succès planétaire. Mort aux israéliens, mort aux sionistes, et pouquoi pas mort aux juifs, ha nostalgie!! l’histoire se répète hélas mais non non!! Israel se défend, et tant pis si ça ne plaît pas à tout le monde. on se comprend!

Monsieur de Lisée,
AH! quelle histoire!! Les histoires de guerre ne profitent qu’à l’industrie militaire et à l’ÉGO corrompu des hommes qui n’ont que la guerre imbibée dans leur sang et dans leur tête.
Des enfants soldats en pantalons qui ne cherchent qu’à se frotter les mains et se réjouir de tuer.
C’est terrible ce que vous prophétisezMonsieur de Lisée. Espérons que vous vous trompez.

Marguerite Bilodeau
Vice-présidente des Artistes pour la Paix,

Diplomatiquement, cette guerre inégale peut être évitée.
Parce que l’Iran « bluff » avec ses menaces d’exterminer tout ce qui bouge sur la terre d’Israël; l’Iran n’a pas les moyens de ses supposées ambitions et elle le sait.
Les USA et ses voisins arabes doivent aider Téhéran (et son président un peu taré) à ne pas perdre la face et négocier une entente…pour la forme.
Politiquement(impérialisme) et surtout intérêts économiques obligent, cette guerre inégale a malheureusement une forte probabilité de se produire.
Et ce sont les USA qui mèneront la « game ».
Très intéressant tableau présenté par Jeffrey Goldberg (The Atlantic).J’ajouterais à cet article un autre de Noam Chomsky (ZNET magazine)datée de juillet 2010 et spécialement son paragraphe sur la vraie « menace iranienne ». Voici le lien:

http://www.zcommunications.org/the-iranian-threat-by-noam-chomsky-1

Merci à Jean-François Lisée (directeur du CÉRIUM!) d’enfin réagir SEPT MOIS après les Artistes pour la Paix!
… qui ont publié cette lettre le 3 juin!
Qui l’a commentée? Rien vu ici!
Voici le texte intégral de cette lettre:

Montréal, 3 juin 2010

Le Très Honorable Stephen Harper
[email protected]

Monsieur le premier ministre du Canada,

Nous portons d’abord les faits suivants qui nous préoccupent à votre attention

1- L’attaque le 31 mai dernier par Israël d’humanitaires rassemblés dans une flottille de paix désarmée, voguant en eaux internationales, porteuse de vivres, fournitures scolaires et médicales et de matériaux de construction, nous révolte.

2- Coupés du monde par le Tsahal et la volonté politique du premier ministre Benjamin Netanyahu, les civils de Gaza meurent par dizaines par manque de ressources médicales et de vivres et par conséquences des destructions de conduites d’eau potable et d’égouts lors de l’invasion de Gaza par Tsahal en janvier 2009. Le rapport Goldstone, auquel les Artistes pour la Paix ont apporté leur entier appui, y compris sa condamnation des tirs de roquettes palestiniennes aveugles contre la population civile israélienne, a détaillé d’autre part les crimes de guerre et contre l’humanité dont se serait alors rendu coupable Israël. Le sculpteur et vice-président des Artistes pour la Paix Daniel-Jean Primeau avait voulu en mai 2009 constater de ses yeux l’étendue des dommages et apporter son aide aux écoliers de Gaza, mais Tsahal l’en a empêché. Outre son témoignage, d’autres visiteurs d’Israël et de la Palestine nous ont informés du climat de répression régnant : l’écrivaine Margaret Atwood (cf son article The shadow publié cette semaine dans Ha’aretz) et le cinéaste Martin Duckworth, de retour d’Israël ce 3 juin.

3- Des documents signés en 1975 par Shimon Peres où Israël offrait des bombes nucléaires au régime criminel d’apartheid d’Afrique du Sud, prêt à s’en servir contre ses voisins, ont été déterrés. Le Sunday Times de Londres (30 mai) nous apprend que trois sous-marins israéliens équipés de missiles porteurs de charges nucléaires, appartenant à la flotte 7 et identifiés par les noms Dolphin, Tekuma et Leviathan, patrouillent au large de l’Iran et que chacun des colonels à la tête de leurs équipes d’une trentaine d’hommes pourrait y déclencher ces bombes. On vient de constater de la part de la marine israélienne un mépris total de la vie d’humanitaires pourtant animés par une compassion légitime non hostile à Israël. Mesure-t-on le danger de catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’humanité auquel nous exposent ces militaires armés de bombes nucléaires, face à un pays gouverné par Ahmadinejab qui a déjà clamé sa volonté d’éradiquer Israël ?

Solution internationale en vue

Nous appuyons sans restriction l’appel lancé de façon unanime par les 189 nations signataires de la résolution finale adoptée le 28 mai lors de la conclusion de la révision du Traité de non-prolifération nucléaire à New York (ONU). Le Canada s’est félicité de ce succès, sans dire un mot (cf communiqué de Lawrence Cannon, ministre des Affaires étrangères) sur la convocation en 2012 d’une conférence sur un Moyen-Orient libre d’armes nucléaires pourtant un élément clé de cette résolution. Le Canada doit jouer un rôle positif et favoriser cette conférence, en trouvant une façon d’assurer la sécurité d’Israël, sans besoin d’armes nucléaires qui aux mains de militaires à la mèche courte pourraient mener l’humanité entière à sa perte.

Nous prions donc votre gouvernement de
1- demander à l’ONU une enquête impartiale sur l’arraisonnement meurtrier de la flottille de paix par la marine israélienne
2- exiger d’Israël la levée du blocus de la Bande de Gaza
3- de travailler dès maintenant aux côtés de l’ONU au succès de la conférence 2012 voulant assurer un Moyen-Orient sans armes nucléaires

Ont signé :

Pierre Jasmin, pianiste et président des Artistes pour la Paix
Margaret Atwood, écrivain et vice-présidente de PEN international

Robin Collins, écrivain
Martin Duckworth, cinéaste et Artiste pour la Paix 2002
Andrée Ferretti, écrivain
Graeme Gibson, écrivain
Georges Leroux, philosophe et vice-président de l’Académie des Lettres du Québec
Pascale Montpetit, comédienne
Alice Munro, écrivaine
Daniel-Jean Primeau, sculpteur et vice-président des Artistes pour la Paix
Yvon Rivard, écrivain
Louise Warren, poète
Claudio Zanchettin, philosophe

CorrigéCorrigeons immédiatement les abominables erreurs de faits contenues dans la lettre des “artistes pour la paix” (#51; ces artistes ne se sont JAMAIS plaints de l’absence de cinéma à — tous détruits, incendiés ou fermés par le Hamas! Leur indignation est à géométrie très variable):

“1- L’attaque (1) le 31 mai dernier par Israël d’humanitaires rassemblés dans une flottille de paix désarmée (2) , voguant en eaux internationales (3), porteuse de vivres, fournitures scolaires et médicales et de matériaux de construction (4), nous révolte ”

(1) NDLR: il y a eu arraisonnement et non attaque. Arraisonnement par la voie des eaux pour 6 des 7 navires, et sans AUCUN heurt. Arraisonnement par la voie des airs pour le Mavi Marmara parce que les “pacifistes” étaient trop violents pour permettre un arraisonnement par la voie des eaux).

(2) NDLR: les couteaux et les barres de métal utilisés par les “pacifistes” du Mavi Marmara sont bien visibles sur les vidéos.

(3) NDLR: vrai mais sans aucune pertinence. Quand un missile ou une torpille se dirige vers un pays, il n’est nullement nécessaire d’attendre qu’il soit en eau ou espace national pour l’intercepter.

(4) NDLR: le Mavi Marmara, dont les “pacifistes” ont sauvagement attaqué sauvagement les soldats en acte d’arraisonnement (les vidéos sont là pour le prouver), ne contenait AUCUN vivre, AUCUNE fournitures scolaires et médicale et AUCUN matériaux de construction; à moins que nos “artistes pour la paix” soient assez cyniques pour appeler “fournitures scolaires, médicales, ou humanitaires” des couteaux de boucherie, des masques à gaz et des lunettes de vision nocturnes!)

Les NDLR représentent mes commentaires sur les débuts de l’abominable lettre. Le reste de la lettre n’est guère mieux que le début.

Conclusion: le mépris des artistes pour la paix envers les faits me révolte.

Erratum: dans le #52, « l’absence de cinéma à — tous détruits, incendiés ou fermés par le Hamas » aurait du se lire ainsi:

« l’absence de cinéma à Gaza depuis 1995 — tous détruits, incendiés ou fermés par le Hamas ».

@Daniel-Jean Primeau, vice-président des Artistes pour la paix: puisse la vidéo suivante, faite par des artistes, vous faire réfléchir et vous rendre plus circonspect à l’avenir. Elle contredit largement la teneur de votre déplorable désinformation qu’est votre lettre:

http://www.youtube.com/watch?v=MS2iyEwbDaw

« Déplorable, abominable mépris des Artistes pour la Paix » écrit celui ou celle qui se cache derrière le pseudonyme « honorable ».
L’arraisonnement s’est soldé par neuf morts du côté des « violents pacifistes! »
et un bras cassé du côté des « valeureux défenseurs d’Israël » (en eaux internationales).
Ce bilan est officiellement reconnu, je crois, par Israël…
Est-ce utile de rajouter quoi que ce soit?
Pierre Jasmin, président des Artistes pour la Paix

@Pierre Jasmin, président des Artistes pour la Paix : voilà que vous vous faites maintenant comptable, mais sans aucune envergure.

En effet, vous comptabilisez les morts de part et d’autres, et décidez unilatéralement que le côté « sain » est celui qui a eu le plus de morts! A ce compte, il faudrait canoniser Adolf Hitler et démoniser Churchill et Roosevelt. Il faudrait, dans les interventions policières où il y a mortalités (la plupart de ces mortalités ne sont pas policières), canoniser les criminels tués par la police en état de légitime défense et démoniser la police qui se défend!

J’attends toujours que vous manifestiez contre l’absence de cinémas à Gaza depuis 1995: ce serait plus dans vos cordes que votre indécente défense d’ un navire qui ne contenait AUCUNE aide alimentaire, et dont plusieurs passagers ont accueillis à coup de matraques et de couteaux les forces de l’ordre.

@honorable

Je cite:
(4) NDLR: le Mavi Marmara, dont les “pacifistes” ont sauvagement attaqué sauvagement les soldats en acte d’arraisonnement (les vidéos sont là pour le prouver), ne contenait AUCUN vivre, AUCUNE fournitures scolaires et médicale et AUCUN matériaux de construction; à moins que nos “artistes pour la paix” soient assez cyniques pour appeler “fournitures scolaires, médicales, ou humanitaires” des couteaux de boucherie, des masques à gaz et des lunettes de vision nocturnes!)

Selon la BBC, il y avait vraiment des fournitures scolaires et des matériaux de constructions:

http://www.bbc.co.uk/news/10203726

En amoureux de la vérité que vous êtes: je vous laisse le bon soin de leur envoyer une lettre pour les corriger.

@Elie: il y avait des « fournitures scolaires et des matériaux de construction » sur 2 ou 3 des SIX navires de la flottille, mais PAS sur le Mavi Marmara.

Votre hyperlien ne contredit donc en rien mon affirmation.

La flottille était formée de 6 navires, dont le Mavi Marmara, sur lequel se trouvait 600 passagers. Sur ces 6 navires, TROIS ne contenait AUCUNE aide humanitaire, aucune fourniture scolaire, aucun matériaux de construction, aucun médicament, aucune nourriture,etc.: RIEN pour les gens de Gaza.

Un des 3 navires n’apportant RIEN à Gaza, sauf des passagers belliqueux et armés de couteaux et barres de métal, était le Mavi Marmara.

Sur les 3 autres navires, il y avait des médicaments périmés (qui ont été vraisemblablement interdits à Gaza par la Croix-Rouge), certaines choses utiles, et beaucoup de choses qui ressemblent plus à des restants de vente de garage que de l’aide vraiment humanitaire.

http://en.wikipedia.org/wiki/Gaza_flotilla_raid