La journée des élections, minute par minute

Quand les Canadiens veulent du changement, ils élisent le parti qui était là avant le parti qu’ils viennent de déloger.

Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne
Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne

Politique

11 h 45 — C’est bel et bien aujourd’hui le jour du vote. Impossible de passer à côté. Sur les médias sociaux, tout le monde incite tout le monde à aller voter. Le temps d’une journée, le vote est la nouvelle vidéo de chat.

Le taux de participation n’aura finalement été que de 68,5 %, mais on dirait que tout ce monde était mon ami Facebook.

13 h 15 — Quelque part au Québec, une femme dans un vrai niqab se fait faire des thumbs up enthousiastes par une femme dans un faux niqab qui la pense dans la même gang. Qui a dit que cette élection nous divisait?

17 h — Dans les épiceries, les passionnés de politique jouent du coude devant les comptoirs d’ailes de poulet congelées. À chacun son Super Bowl.

19 h 30 — Enfin, la soirée commence à la télé! Comment interpréter l’avance de ce candidat, alors que seulement 15 votes ont été comptés? On vous en parle pendant la prochaine demi-heure!

tele

Radio-Canada prévoit être en ondes jusqu’à 2 h du matin. C’est la soirée électorale qu’on devrait intituler «On n’est pas couché».

20 h 15 — Jamais dans l’histoire n’aura-t-on autant parlé des résultats électoraux des Maritimes. Quand TVA tient «absolument» à nous parler de la lutte dans Fundy Royal, au Nouveau-Brunswick, on devine qu’on essaie un peu de meubler le temps.

21 h 40 — Radio-Canada prévoit un gouvernement libéral. Les titreurs de journaux sortent leurs dictionnaires de synonymes. Marée rouge? Tsunami pourpre? Lame carmin? «Vague orange» va être difficile à battre.

21 h 55 — La tendance se dessine: quand les Canadiens veulent du changement, ils élisent le parti qui était là avant le parti qu’ils viennent de déloger. C’est un peu comme manger du macaroni au beurre pour se changer du spaghetti au beurre.

22 h — Malgré les mauvaises nouvelles qui s’accumulent, Thomas Mulcair décide qu’il ne démissionnera pas. Pas tout de suite. Il a besoin d’encore un peu de temps pour trouver le prénom qu’il utilisera dans sa prochaine carrière.

22 h 05 — Partout au pays, des gens de gauche cherchent en eux un peu de compassion pour Stephen Harper, qui vit quand même un mauvais moment. Ils cherchent et cherchent en eux, et découvrent que leur empathie a bel et bien une limite.

22 h 38 — Alors qu’on nous annonçait une lutte à trois imprévisible, un gouvernement minoritaire, une incertitude digne d’une entrevue avec Jean Leloup, voilà qu’on prédit un gouvernement libéral majoritaire. À Radio-Canada, on se demande de quoi on va parler jusqu’à 2 h du matin.

Idée pour la prochaine élection: un site qui prédit à quel point les sites de prédictions vont être dans le champ. Je vais faire fortune.

22 h 45 — On informe la reine Élisabeth II des derniers développements dans les colonies. «Son père était premier ministre et maintenant c’est lui qui va être premier ministre? That’s my kind of democracy!» déclare-t-elle.

22 h 50 — Constat: je n’ai jamais compris l’électeur moyen. Ce n’est pas en 2015 que ça va changer.

23 h — Le conservateur Jacques Gourde est réélu, ce qui fait mentir le dicton voulant que les meilleurs partent toujours en premier.

23 h 05 — Sur le party depuis qu’il a découvert avec Vincent Marissal ce phénomène physique étrange appelé «rire», Stéphane Dion quitte son local de campagne en trombe pour aller fêter sa victoire avec des tournées de shooters. Il ne vérifie pas derrière lui et y embarre quelques journalistes. Pour vrai.

23 h 07 — La question technopolitique du jour: Stephen Harper va-t-il changer de nom sur Twitter, ou va-t-il céder le @PremierMinistre à Trudeau? Et s’il change de nom, lequel prendra-t-il? (On met un 10 $ sur @HarperBeatlesFan4ever).

D’ici là, on peut toujours savourer le dernier tweet de @PremierMinistre, une sortie élégante par la grande porte de la dignité.

premierministre

23 h 10 — Justin Trudeau premier ministre… est-ce que ça veut dire un calendrier pour tout le monde, coast to coast to coast? Un espoir euphorique nous envahit. (Les citoyens de Papineau comprennent.)

20130118-172940-g

23 h 20 — Maxime Bernier est réélu. Thomas Mulcair s’en veut énormément de ne pas avoir commandé une ritournelle accrocheuse pour le NPD. Il en veut également à son père de ne pas lui avoir légué un nom connu.

23 h 30 — Alors que le Canada tasse Harper et son parti hors du pouvoir, on double le nombre de députés conservateurs au Québec. Le Québec, ce trendsetter.

23 h 40 — Mélanie Joly est élue.

Mi-nistre! Mi-nistre! Mi-nistre!
Mi-nistre! Mi-nistre! Mi-nistre!

23 h 45 — Gilles Duceppe est un phœnix, mais à l’envers.

Sa défaite dans Laurier-Sainte-Marie est crève-cœur, vraiment. Le retour et la défaite de Duceppe, c’est comme ton groupe préféré de tous les temps qui se reforme et enregistre un album «juste correct».

Parallèlement, Dany Turcotte aimerait savoir s’il a encore besoin de s’excuser de sa petite carte ou si on peut passer à autre chose.

23 h 50 — Contemplant le résultat de l’élection, un comité propose de changer la maxime du Canada, «D’un océan à l’autre», pour «D’une vague à l’autre».

0 h — Pendant son discours de défaite, Stephen Harper a l’air heureux, relax, agréable. Bref, quelque chose cloche. Le discours se termine alors que Harper n’a pas glissé mot de sa démission du poste de chef du parti conservateur. Gardait-il ça pour un rappel qui n’est jamais venu? Entend-il livrer la nouvelle en exclusivité à Éric Salvail?

Il démissionnera finalement par l’intermédiaire d’un communiqué publié un lundi à minuit. Oh, Harper. Tu auras été toi-même jusqu’à la toute fin.

0 h 15 — Justin Trudeau entame un discours à l’image de la campagne: beaucoup trop long. Alors qu’il le termine, il ne reste qu’un an à son mandat de premier ministre.

Sophie Grégoire, maintenant reine du Canada, quand Justin a finalement décidé d’arrêter de parler.
Sophie Grégoire, maintenant reine du Canada, quand Justin a finalement décidé d’arrêter de parler.

Le premier ministre Justin Trudeau. Va falloir s’habituer.

 

Dans la même catégorie