La lente remontée du Bloc québécois

Si les objectifs d’Yves-François Blanchet semblent à la fois optimistes et réalistes, une chose est certaine : le Bloc ne peut pas seulement compter que sur la faible performance de ses rivaux. Il doit aussi se trouver de nouveaux électeurs.

Yves-Francois Blanchet
Photo originale : La Presse Canadienne

Il y a à peine douze mois, le Bloc québécois traversait la plus grande crise de son existence. Pas moins de 70% de son caucus avait démissionné pour contester la chefferie de Martine Ouellet, alors politicienne «transparlementaire» qui occupait à la fois son poste de députée de Vachon à l’Assemblée nationale et cheffe du Bloc québécois. Un référendum et un vote de confiance se préparaient auprès des membres – vote qui allait conduire à l’inéluctable démission de Mme Ouellet. Au plus bas dans les sondages, les chicanes internes du Bloc faisaient beaucoup de bruit dans l’espace médiatique québécois.

Jean-François Lisée l’avait d’ailleurs mentionné dans son post-mortem électoral publié dans L’actualité:

Comment expliquer notre surplace ? Les variables sont nombreuses. Nos experts en sondages en cernent une : la crise du Bloc québécois. À quelques grincements près, le PQ de 2016-2018 a été uni et a suscité des ralliements. Mais du début 2018 jusqu’en juin, la bisbille au sein de notre parti cousin a renforcé l’idée que les souverainistes étaient en conflit permanent. – Jean-François Lisée

Voici les sondages fédéraux au Québec depuis le début de 2018:

[Les sondages fédéraux se trouvent sur cette page. La ligne pâle est la moyenne pondérée calculée par le modèle Qc125.]

Nous remarquons que le Bloc québécois chute abruptement peu après la démission des 7 députés qui formeront le (défunt) groupe parlementaire Québec Debout. Puis, pour le reste de l’année 2018, le Bloc est demeuré entre 10% et 20% des intentions de vote. Le 1er octobre 2018, le Parti québécois obtient 17% du vote populaire à l’élection générale québécoise et ne fit élire que 10 députés, un résultat qui avait été correctement prédit par les sondages (le modèle Qc125 projetait 11 sièges pour le PQ).

Le Bloc aura-t-il réellement nui au Parti québécois? Il n’y a pas de façon définitive de le prouver, mais selon les données disponibles, cette hypothèse n’est pas sans mérite.

L’annonce de la candidature d’Yves-François Blanchet à la chefferie du Bloc à la fin novembre 2018 ne fit pas immédiatement de vagues dans les intentions de vote. Toutefois, peu après l’acclamation de M. Blanchet comme chef du Bloc le 15 janvier dernier, le Globe and Mail publia le texte du journaliste Robert Fife qui marqua le début de la saga entourant les pressions alléguées du gouvernement Trudeau sur l’ancienne Ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould. Depuis, les intentions de vote ont complètement chaviré au Canada.

Pour ne rien manquer de l’actualité politique, écoutez Esprit politique, un balado présenté par Marie-France Bazzo, avec Alec Castonguay, Philippe J. Fournier et Mathieu Charlebois… et un invité différent à chacun des épisodes !
Yves-François Blanchet était l’invité de notre 4e épisode :

En effet, alors que le PLC semblait se diriger vers une réélection facile en fin de 2018 (la projection fédérale Qc125 du 9 décembre 2018 accordait en moyenne plus de 200 sièges pour le PLC), les données actuelles nous indiquent que le PCC est le favori pour l’emporter à l’automne prochain.

Au Québec, les Libéraux de Justin Trudeau demeurent en tête, mais pas de façon dominante comme les chiffres l’indiquaient depuis son élection en 2015:

Néanmoins, la question demeure: le Bloc pourra-t-il cesser l’hémorragie? Lors de l’élection fédérale de 2004, transporté par un gouvernement libéral usé et les révélations concernant le scandale des commandites, le Bloc avait récolté 1,68 million de votes, ainsi que 54 des 75 circonscriptions fédérales au Québec.

Depuis? Considérez le graphique suivant. Il s’agit du nombre de votes recueillis par le Bloc lors des élections générales fédérales de 2004 à 2015:

En 2015, même avec le retour de Gilles Duceppe à la barre du Bloc, seulement 821 000 électeurs ont voté pour la formation souverainiste, moins de la moitié du total de 1,68M votes onze ans plus tôt en 2004.

«Quels sont, en chiffres, vos objectifs pour la prochaine élection?» peut être une question particulièrement embêtante pour un politicien. Si la réponse semble trop optimiste, le politicien parait déconnecté; si elle est trop modeste, alors on dira qu’il n’a que trop peu d’ambition – et il se le fera certainement reprocher par ses troupes.

Cela ne m’a toutefois pas empêché de poser la question au chef du Bloc.

«Vingt sièges» a répondu Yves-François Blanchet, un total qui doublerait la députation du Bloc par rapport celle de 2015. «L’espoir est la pluralité des sièges si les Québécois jugent qu’on le mérite. Si nous sommes premiers chez les francophones, le message est clair et le Québec est dignement représenté.» rajoute-t-il.

Voici la progression de la projection de sièges du Bloc québécois depuis l’automne dernier selon le modèle Qc125:
La plus récente projection fédérale Qc125 pour le Bloc québécois accorde à ce parti une moyenne autour de 19% des voix au Québec, ainsi qu’une récolte située entre 8 et 19 sièges. Les objectifs de M.Blanchet semblent donc, selon les données actuelles, à la fois optimistes et réalistes.

Évidemment, afin d’atteindre cette cible, le Bloc devra trouver un moyen de surpasser le résultat de 688 000 votes récoltés par le Parti québécois en octobre dernier. Là-dessus, les chiffres ne mentent pas: le Bloc ne peut pas seulement compter que sur la faible performance de ses rivaux. Il doit aussi se trouver de nouveaux électeurs.

Dans la même catégorie
Commentaires
Laisser un commentaire