La monarchie décorative

Je ne vous laisserai pas me dire que mon propos est politiquement incorrect. D’abord, j’ai des chiffres. De plus, j’ai des photos. J’ose affirmer qu’il y a un lien de causalité entre les photos et les chiffres.

Voici les photos:

Du côté des vainqueurs...
... et du côté des vaincus!

Voici les chiffres:

47 % des Canadiens veulent le couple de gauche.

Seulement 18% veulent celui de droite.

 

Même les Québécois, qui à 58% affirment vouloir couper tous les liens avec la monarchie britannique (et qui à 70% aboliraient les reliquats monarchistes au Canada) se font tirer l’oreille, lorsqu’un choix est disponible.

Leur dédain pour la monarchie chute de 15 points lorsqu’on leur offre de choisir entre William et Kate (31%) ou Charles et Camilla (11%). Imaginez si Angelina Jolie et Brad Pitt avaient été de la course !

Ma conclusion: la survie de la monarchie repose essentiellement sur la beauté de la descendance, en particulier de la descendante.

Institutionnellement, la monarchie ne fait que représenter, en chair et en os, la permanence de l’État. Si ce n’est que cela, n’importe quel Charles ferait l’affaire. Mais il ne s’agit plus d’instituti0n, de monarchie constitutionnelle. Il s’agit de monarchie télévisuelle, de monarchie décorative.

Dans cette nouvelle ère, laiderons et bègues sont priés de s’abstenir. Et si les Québécois n’avaient d’autre choix que Charles et Camilla, leur volonté de se départir de la monarchie serait assurément plus forte encore.

Comment sauver le Canada

Aucun argument supplémentaire n'est nécessaire.

Je propose, à l’inverse, un test. Les fédéralistes pensaient avoir frappé un véritable coup de circuit en choisissant Michaëlle Jean comme Gouverneure générale. « J’ai été choisie — a-t-elle admis lors d’un discours célèbre — parce que je suis ‘hot’. »

Ce qui ne l’a pas empêché, ensuite, de faire un excellent travail — et de faire suffisamment d’ombre au Premier ministre pour qu’il ne souhaite pas renouveler son mandat et trouve à sa place un homme encore plus ennuyeux que lui.

Mais si les fédéralistes souhaitaient réellement moderniser leur pays et faire faire un pas au Canada dans le cœur des Québécois, ils annonceraient leur intention de modifier la constitution canadienne pour nommer reine du Canada… Michaëlle Jean.

Ils s’assureraient ensuite que chaque Reine suivante ait d’égales qualités esthétiques. Plus tard, peut-être, on pourrait changer le mot « Reine » pour le mot « Présidente », un poste honorifique comme il en existe en plusieurs pays.

Des rénovateurs sensés étendraient cette formule aux lieutenant-gouverneurs des provinces.

Que Stephen Harper ait l’intelligence de nommer Marina Orsini prochaine lieutenant-gouverneur du Québec (vous avez remarqué que je n’ai pas dit Caroline Néron — il faut un peu de profondeur quand même) et les ministres et députés, les maires et les gens d’affaires seront beaucoup plus enclins à aller la rencontrer. Même les souverainistes ne seront pas si pressés d’abolir le poste.

Les commentaires sont fermés.

Ah, je m’attendais à un texte sur les manifestations de samedi et dimanche contre le moyen-âge et faveur de la république. Avez-vous vu l’avion du RRQ?

Bonjour,

Ah la monarchie : tellement d’argent dépensé pour absolument rien.

Oh non, en fait, on se fait rappeler que nous sommes une colonie.

Note : si ça ne va pas à l’encontre du nétiquette, voici ce que j’en pense de la visite royale sur mon blog : http://marilenepilon.wordpress.com/2011/07/02/nous-navons-pas-assez-faim/

Merci et au plaisir de vous lire!

ADMIN : Si un commentaire pertinent d’au moins deux phrases (gros minimum) accompagne le lien, nous n’avons rien contre.

Le Canada n’a pas besoin d’être sauvé. Ça va très bien merci. On n’est pas la Grèce, ni la Belgique, malgré vos efforts soutenus.

Donc le Canada repose sur une image puisque si la monarchie le veut, elle aura préséance même sur le premier ministre. N’oublions pas que le Canada reste encore une colonie anglaise!

Bon article qui démontre a quel point les gens sont désabusés.

Il y en aurait qui pensent que c’est contre les Charte d’avoir des gens désignés par lien du sang. Que ce soit le gang de gauche ou le gang de droite ça ne change rien au problème. C’est blanc bonnet et bonnet blanc réuni en une seule famille.

Je ne vois pas en quoi un jeune Roi changera quoique ce soit à la Monarchie, à part changer un peu le décorum. La Monarchie ça reste la Monarchie.

Et au fait, c’est qui Caroline Néron?

Avec votre sens de l’humour vous pourriez écrire le prochain Bye-Bye.

«L’humour est la forme la plus saine de lucidité.»
[Jacques Brel]

Je ne compte plus sur le ROC pour abolir la monarchie.
Mais nous pourrions abolir le poste de lieutenant-gouverneur au Québec sinon pour des raisons politiques, au-moins pour des raisons économiques !
Vivement la République du Québec avec un Président élu au suffrage universel.
Oui alors on pourrait élire Marina Orsini, qui sait ?

Pour avoir une majorité et réunir les conditions gagnantes pour réaliser l’indépendance du Québec, il semble donc opportun, voire évident, qu’il faille proposer comme projet de souveraineté … un « Royaume du Québec » avec toute une aristocratie, des courtisans et des aréopages à l’avenant.
Cela unirait aussi bien les anglos, les loyalistes, les vassaux du Royaume de Saguenay, le Petit Roy…, les Rois de la patate, les Québécois serviles qui se cherchent un maître digne…, les habitants et les bourgeois de nos palais de glace et les souverainistes à condition qu’ils veuillent d’une souverain-e québécois-e…
Bon, on perdrait quelques patriotes fidèles à l’esprit républicain de 1837, mais la voie royale vers la souveraineté peut se passer de quelques écuyers et même d’un ou deux chevaliers …

La monarchie inutile? Décorative? Pas si sûr:

http://blogues.cyberpresse.ca/edito/2011/07/04/les-vertus-secretes-de-la-monarchie/?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_bloguesaccueilcp_BO3_accueil_ECRAN1POS1

Extrait: « La monarchie est moins démocratique que la république. Cependant, de nos jours, les monarques ne jouent généralement qu’un rôle symbolique. Ils assurent aussi une certaine stabilité aux institutions en période de crise (voir le rôle du roi Albert II en Belgique depuis un an). Par ailleurs, les monarchies constitutionnelles se trouvent parmi les pays les plus démocratiques, les moins corrompus et les plus prospères du monde. Pensons, outre bien sûr le Canada, aux monarchies constitutionnelles suivantes: Royaume-Uni, Danemark, Norvège, Suède, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande… Par ailleurs, je remarque que les pays les plus pauvres de la planète sont presque tous des républiques. Autrement dit, bien que fondée sur des principes archaïques et anti-démocratiques, la monarchie constitutionnelle sourit à plusieurs pays. La république, par ailleurs, ne garantit pas qu’un pays soit démocratique ou prospère.

Les Américains ont une formule qui s’applique bien, à mon avis, à la monarchie au Canada: «If it ain’t broke, don’t fix it. »

Vous prenez vos hallucinations pour des réalités : le fait est que notre monarque est une dame de 85 ans, qui paraît bien pour son âge, enfin je trouve, mais elle n’est certainement pas hot.

La monarchie ne peut jamais avoir préséance sur notre parlement. Si le premier ministre agit avec l’appui du parlement, ses lois recevront la sanction royale. Le jour où il perd cet appui, le monarque lui retire sa légitimité : il (le monarque) n’approuvera aucune nomination et aucun budget.

Hier, au journal télévisé, on pésentait quelques Acadiens heureux de la visite du couple , La colonie se porte bien merci, Vive le roi de la patate!

Michel Plante: En effet, tant que le Canada pourra compter sur une majorité de colonisés comme vous, tout ira bien pour lui. Pour le Québec, ce sera sans doute autre chose par contre.

On vient de vivre la plus grande opération de propagande Canadian depuis le dernier référendum.

La preuve que le Canada ne tient que par des symboles désuets et des commentateurs payés pour faire la job.

De plus on dirait que ces commentateurs sont frustrés que ça n,a pas levé au Québec.

Et aussi comme écoeuré que la manif de Québec ait eu un grand impact médiatique dans le monde.

J’apprécie votre franchise et en particulier celle sur C. Néron. En effet mais par les temps qui courent une potiche ne changerait rien.

Si Michaelle Jean faisait de l’ombre à Harper, il l’a largué et c’est là le sens du mot « débarrassé ».

L’excellent article de l’actualité sur les coûts de la monarchie au Canada versus la Grande Bretagne sont révélateurs. Qu’en pensent les chefs indépendantistes, pourrait-on au moins focusser sur un aspect soit les coûts….et ce serait un début.

Votre commentaire me fait me rappeler le prince de Galles tant adulé des foules, celui qui devint Edward VIII et qui abdiqua pour épouser Wallis Simpson. Oui, les jolis prétendants font les nouvelles, sont adulés des foules, mais quand arrive les choses sérieuses, la popularité, la beauté ne comptent plus. Un bègue peut même tirer son épingle du jeu.

En passant, Michaëlle Jean en plus d’être hot parle cinq langues, détient un baccalauréat en langues et littératures hispaniques et italiennes, et une maîtrise en littérature comparée. Elle fut enseignante et travailla pour un groupe qui aide les femmes victimes de violences conjugales avant de devenir animatrice et réalisatrice à la télévision, obtenant plusieurs prix pour son travail de journaliste. Coudonc, le paternalisme légendaire des nationalistes québécois évaluera-t-il un jour ?

Harper a nommé un gouverneur-général « low profile » ce qui est une excellente chose, et ça doit coûter pas mal moins cher aux contribuables.

Je couperais tout lien financier avec la monarchie anglaise, elle est anglaise, pas canadienne.

Mais je ne l’abolirais pas, ce sont de forts bons attraits touristiques, donc des moteurs de l’économie et de bons diplomates, même sans dire un mot.

Ils sont utiles pour les membres du Commonwealth, alors autant en tirer profit, non?

Aussi, n’oubliez pas que la monarchie anglaise est la tête de l’Église anglicane, ça doit entrer en ligne de compte dans l’équation de l’abolition pure et simple pour une bonne partie de leurs sujets, on n’élimine pas une croyance en claquant des doigts et ce n’est pas souhaitable non plus.

Ô Canada, la monarchie n’est pas aussi décorative que vous le prétendez. Elle a engendrée des effets pervers.

Bien que la Loi constitutionnelle de 1867 en ses articles 9 et 15 attribue à la Reine du chef du Canada le gouvernement, les pouvoirs exécutifs, le commandement en chef des milices de terre et de mer et de toutes les forces militaires et navales en Canada. Tous ces pouvoirs sont tombés en désuétude au fil du temps et ont été exercés, jusqu’à tout récemment, par le Gouverneur en conseil (lire conseil des ministres).

J’écris jusqu’à tout récemment, car depuis l’avènement du gouvernement Harper, la plupart de ces pouvoirs ont été rapatriés au Bureau du Premier ministre. Ce qui fait du Canada, un des pays où les pouvoirs sont les plus concentrés sur la planète. Désormais, le bureau du Premier ministre du Canada tire plus de ficelles sur l’État canadien que le Bureau ovale sur l’État américain.

Le Bureau du Premier ministre du Canada, en plus de contrôler le menu législatif du pays, exerce tous les pouvoirs exécutifs et militaires. Il ne lui manque que le pouvoir judiciaire. Bonjour la théorie de Montesquieu!

«It is more power than a good man should want and a bad man should have». (Un élu dont je ne trouve plus la reference)

Si vous savez compter, ne compter pas sur le gouvernement Harper pour ouvrir la constitution et abolir la monarchie, la situation actuelle fait trop bien leur affaire.

Dans votre billet du 1er juillet, vous démontrez avec éloquence la fourberie qui a entouré la naissance de cette fausse «confédération» canadienne. Les fédéralistes ont beau dénoncer les astuces des souverainistes, leur côté de la médaille n’est pas plus reluisant pour autant.

Les fédéralistes n’ont jamais été en mesure de livrer la marchandise.

Pierre-Elliot Trudeau dans son allocution au Centre Paul-Sauvé le 14 mai 1980 affirmait : «Alors, voyons ça. Le gouvernement du Canada, le gouvernement de toutes les provinces se sont déjà exprimés clairement. Si la réponse à la question référendaire est NON, nous avons tous dit que ce NON sera interprété comme un mandat pour changer la Constitution, pour renouveler le fédéralisme.
(Applaudissements)
Ce n’est pas moi qui le dis tout seul. Ce n’est pas monsieur Clarke. Ce n’est pas monsieur Broadbent. Ce n’est pas seulement les neuf premiers ministres des autres provinces. Ce sont les soixante-quinze députés élus par cette province pour aller les représenter à Ottawa…
(Applaudissements)
…qui disent : un NON, ça veut dire du changement. Et je sais parce que je leur en ai parlé ce matin à ces députés, je sais que je peux prendre l’engagement le plus solennel qu’à la suite d’un NON, nous allons mettre en marche immédiatement le mécanisme de renouvellement de la Constitution et nous n’arrêterons pas avant que ça soit fait.
(Applaudissements)
Si je m’adresse solennellement à tous les Canadiens des autres provinces, nous mettons notre tête en jeu, nous, députés québécois, parce que nous le disons aux Québécois de voter NON, et nous vous disons à vous des autres provinces que nous n’accepterons pas ensuite que ce NON soit interprété par vous comme une indication que tout va bien puis que tout peut rester comme c’était auparavant. Nous voulons du changement, nous mettons nos sièges en jeu pour avoir du changement.
(Applaudissements)
Voilà donc notre attitude dans le cas du NON.»

Qu’est-il advenu de cette belle promesse que 60% des québécois ont cru? La Loi constitutionnelle de 1982 à laquelle aucun gouvernement de la province de Québec n’a adhéré. Une charte des droits et libertés individuelles ne comportant aucun devoir de citoyen, aucun droit collectif ni aucune obligation (que des droits individuels que toute personne peut imposer à son prochain) ainsi qu’un mode d’amendement constitutionnel que la province de Québec a toujours rejeté, et ce, peu importe le parti au pouvoir. Mais au juste, à qui cette belle promesse de renouvellement de la constitution canadienne avait-elle été faite? Quels sont les citoyens à qui elle dessert depuis? Qui sont les citoyens qui en ont bénéficié?

Vient ensuite Brian Mulroney avec son beau risque dont la province de Québec subit encore le résultat…

Alors, depuis les 20 dernières années, personne ne veut ouvrir cette boîte de Pandore qu’est la constitution canadienne. Donc, force est de constater que les fédéralistes demeureront impuissant à livrer la marchandise. Mis à part le statu quo et les Rocheuses, les fédéralistes sont incapable de réaliser quelque évolution que ce soit du système politique et constitutionnel canadien.

Et les québécois semblent se satisfaire de cet immobilisme chronique et jouir du renouvellement de l’image de la monarchie…

Grand bien nous en fasse.

P.S. : Désolé pour la longueur de mon commentaire, mais j’en ai gros sur le cœur. Je rêve d’un pays dans lequel je me sentirai moi-même chez moi. Que ce soit un Québec souverain ou un Canada qui accepte et reconnaît ce que je suis et mon apport.

«la monarchie représente la permanence de l’État…» selon Lisée.

Bof! Il faudrait expliciter. Ce serait parce que les gouvernements, présidents et premiers ministres sont contestés (ex. Sarkozy et Charest) et que leur règne est relativement court: de 4 à 12 ans environ –max 8 ans aux USA. Mais alors qu’est ce qui représente « la permance de l’État» aux USA ou en France?

La permanence de l’État n’est-elle pas plutôt assurée par la Constitution?

Il serait donc temps que le Québec signe la Constitution canadienne… ou se donne sa propre constitution. N’est-ce pas beaucoup plus important que de se donner des guignols qui font les cute devant les caméras?

Le couple Orsini-Postigo est magnifique. Le couple Waridel-Latulippe tout autant. Le couple Perrot-Lisée, très bien, surtout dans sa dimension féminine. Puis il y a partout au Québec des milliers de gens qui méritent le titre de roi ou de reine autant ou plus que William et Kate.

@Eric – Pourquoi David Johnston coûterait-il moins cher que son prédécesseur ? Qu’il soit low-key ou non, ce GG a les mêmes rôles et responsabilités que son prédécesseur. Il est commandant en chef des forces armées, il administre un bureau qui octroi des distinctions honorifiques et, comme son prédécesseur, il effectue des voyages strictement à la demande du gouvernement. Depuis qu’il est GG Johnston a voyagé au Koweït et au Quatar, et c’est Johnston justement qui a représenté le Canada au mariage du duc et de la duchesse de Cambridge. Si Johnston dépensait moins que son prédécesseur ce serait parce que le gouvernement en décidait ainsi. Si vous trouvez que Madame Jean coûtait trop cher, blâmez Harper. Le GG n’agit strictement que sur la demande du gouvernement. Mais avec Harper au pouvoir, c’est un fait qu’on augmente les dépenses et qu’on s’enlise dans l’endettement public.

Il y a quelque chose qui cloche dans votre raisonnement,cela dit avec égards.

Va pour la Reine du Canada, et pour les lieutenants-gouverneurs, mais que ferez vous des sénateurs? Ça va être difficile d’en trouver autant qui remplissent vos critères.

Il va falloir aussi songer à abaisser l’âge de la retraite et à limiter la durée de leurs mandats.

La monarchie ?

Une autre forme de péréquation politique imposée.

En attendant l’indépendance, aboulez le fric de la péréquation fédéraciste, mais laissez les petits personnages « royaux » aux drettistes à tendances libertariennes.

@François Beaulé – Le couple Orsini-Postigo est séparé (à moins que ce soit ce fait que vous trouviez magnifique). Le couple Waridel-Latulippe s’est impliqué en politique par le passé, Madame Waridel ayant ouvertement appuyé Québec Solidaire – et l’implication de Monsieur Lisée au sein du Parti Québécois est bien connue. Aucun de ces couples ne pourrait donc être le chef de l’état canadien.

La Reine par convention ne vote pas (bien qu’elle ait le droit de vote). Depuis sa naissance, et jusqu’à sa mort, elle n’a exprimé et n’exprimera jamais publiquement une opinion politique. C’est la même chose pour William qui en tant qu’héritier pressenti a le devoir de rester neutre et apolitique. La politique ne sera jamais de leur demande puisqu’ils s’engagent à représenter le peuple dans son ensemble et pas seulement les membres du parti ou les électeurs d’une circonscription. Même le premier ministre du Canada parle toujours, et seulement, au nom de son gouvernement, pas au nom du peuple canadien.

Moi, en tout cas, je préfère, et de loin, le système monarchique actuel que le système de républik que nous promet les Claude Larose et Patrick Bourgeois de ce monde, dans un Québec séparé, complètement à la merci de ces hurluberlus écervelés…

@François 1

Claude Larose, dites-vous.

L’aspirant candidat défait à la mairie de Québec ou l’ancien joueur du Canadien ?

F.Brosseau nous mentionne :

Justin Trudeau et Sophie Grégoire ferait un beau couple royal.

J’approuve !

Surtout qu’ils se considèrent déjà tous les deux
comme tel :

Le couple princier des « manants » du Québec.

De plus comme pour gouverneur général du Québec
j’aimerais bien Mitsou et son prince consort
Yohann.

Kampaï !

Non, M. Lisée, je ne vous dirai pas que votre propos est politiquement incorrect! Je trouve même que vous avez fait preuve de beaucoup de diplomatie.

Dans une province où d’aucuns ne se gênent pas de traiter de très haut les gens qui ont le malheur de ne pouvoir garder un emploi qui assurera leur autonomie, et partant, devront compter sur l’État pour pourvoir à leurs besoins les plus essentiels.

Il est aberrant de gaspiller autant d’argent inutilement et applaudir au même recours à l’État, par des monarques, et à un coût qui dépasse l’entendement.

Salutations cordiales

PRIVATISER LA MONARCHIE

La famille royale attire les foules comme les rockstar, les vedettes et les champions sportifs.

Des tas de fans font la file pour les voir.

Toutefois, il faut habituellement payer des billets d’entrée pour les voir. Souvent très chers.

M Harper qui souhaite réduire la taille de l’État a ici une belle occasion. En privatisant la monarchie il pourrait donner à cette nouvelle entreprise une occasion de faire beaucoup d’argent.

Imaginez si le prince et la princesse réussissaient à vendre plus de billet que Lady Gaga? Et la maison du Gouverneur général à Ottawa pourrait s’auto-financer en vendant des billets à gros prix.

Ce serait formidable pour M Harper. Créer une nouvelle entreprise et réduire la taille de l’état.

Bravo M Harper

=