La pétition qui fait « péter les plombs »

Le leader parlementaire libéral, Pierre Moreau, avoue avoir « pété les plombs » lorsqu’il a constaté que les services de l’Assemblée nationale avaient eu l’outrecuidance de permettre à un citoyen de loger une pétition réclamant la démission du premier ministre Jean Charest.

Charles 1 d'Angleterre. Comme le PLQ, il n'aimait pas les pétitions.
Charles 1 d'Angleterre. en 1628. Comme le PLQ, il n'aimait pas les pétitions.

Qu’un quart de million de Québécois aient signé la pétition ne doit pas être étranger aux dommages causés aux plombs du député. « Vous ne reverrez plus de pétition comme celle-là » a-t-il annoncé d’un ton régalien.

On suppose que le roi britannique Charles I, un jour de juin 1628,  a également « pété les plombs » (quoique c’était avant l’introduction des boîtes à fusibles) , lorsque le parlement a osé lui faire parvenir une pétition, établissant ainsi un précédent qui aura bravé les siècles… jusqu’à la colère du leader Moreau.

Le pourfendeur de pétition soutient que seules doivent être acceptées les pétitions qui demandent « le redressement d’un grief qui relève de la compétence de l’État québécois ». Ce qui, selon sa lecture restrictive, ne peut inclure la demande de démission d’un membre du gouvernement.

Je ne vois pas pourquoi. L’État est dirigé par un gouvernement. Le gouvernement est dirigé par le Premier ministre. Le Premier ministre a le droit de démissionner. Donc on peut le lui demander. D’autant que la pétition indiquait que cette démission était la seule façon d’obtenir deux redressements de griefs, soit l’imposition d’un moratoire sur les gaz de schistes et la tenue d’une commission d’enquête sur ce que l’inconscient du premier ministre le pousse à appeler « l’industrie de la corruption ».

Pierre Moreau aura surtout réussi à remettre cette pétition dans l’actualité, remettant en lumière l’impopularité de son chef et de son parti et y ajoutant une tentative de contrôler une expression relativement bénigne du sentiment populaire. Pour l’instant, on ne reprochait pas au gouvernement Charest de museler l’opinion, comme c’est le cas pour le gouvernement Harper. Pierre Moreau semble souhaiter s’engager sur cette voie.

Les commentaires sont fermés.

Mais…mais..ce Moreau n’a donc ni Morale, ni Respect, ni Décence…et que dire de celui qui le nomma leader parlementaire, serais-ce celui au devant de toute enquêtes ? Le Charest devant les Beus comme on dit de par che nous? Oh barbare sans barbe qui rêvait d’un volant, tasse toi mon oncle.

AVERTISSEMENT: Toute ressemblance avec un frisé est purement fortuit, seul le NON n’a pas changé.

Nous gouvernants se rendent-ils bien compte des risques qu’ils prennent en bâillonnant l’opinion publique ?

Il faudrait peut-être rappeler au député Moreau le petit mot de voltaire : « »Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » »

Quand on a peur à ce point de l’opinion d’autrui qu’est-ce qu’on fait ? On censure si on a la capacité de le faire.

en passant, comme ça se pratique, même ici, n’est-ce pas.

Bonjour M. Lysée,

Veuillez noter que M. Moreau (et non pas « Noreau » tel qu’écrit à deux reprises dans votre dernier paragraphe) n’est pas leader parlementaire, mais ministre responsable des affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne et ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques et de l’Accès à l’information. (C’est beaucoup trop long ces titres-là!)

Continuez votre excellent travail sur votre blogue, je le lis fréquemment!

Bonne journée!

Cela ne se reproduira pas a nouveau, parce que c’est la fin du règne de John James et je ne peux pas imaginer les Québécois en élire un deuxième!!!! MDR

La dictature libérale dans sa plus grande splendeur!!!

Le mot libéral ne veut plus rien dire.

Charest envoie toujours ses messagers pour faire des job de bras!

Lors de la commission Bastarache, Moreau était tout les soirs a LCN pour débattre avec Véronique Hivon. Ce député a la bouille parfaite du Libéral.

J’ai un peu de misère de concevoir qu’une pétition du genre pour la démission d’un élu puisse être bonne pour la démocratie bien qu’elle est été signée par une partie du peuple. L’élection de l’élu est le processus démocratique direct. Le vote d’un projet de loi, d’un amendement ou d’un choix arbitraire quelconque des élus peut être contester par le moyen d’une pétition. Le partie libéral comme n’importe quel partie n’est jamais élu à l’unanimité, surtout avec le faible taux de participation aux élections. Au dernière élection, les parties de l’opposition ont reçu plus de 250000 votes qui sont à mon sens le moyen d’exprimer son mécontentement.
La morale de cette histoire, votez.

Quand un appareil électrique majeur est en circuit, il n’est que normal qu’un fusible saute pour sauver l’appareil.

Il es est ainsi pour l’appareil d’État. Mais rien n’indique que l’appareil est réparé. Au contraire, un fusible principal qui saute indique plutôt qu’il y a une défectuosité majeure dans l’appareil. Enquêteur-électricien demandé pour faire la lumière.

M. Moreau semble un clone de celui de qui la population réclame la démission, c’est pour ca que il ne le prend pas . Il serait temps que le ciel politique se DÉGAGE.

Suite à Inukshuk…

C’est Cromwell qui fit décapiter Charles 1er. Cromwell lui est mort de causes naturelles. Mais deux ans plus tard, le fils de Charles 1er, Charles II, fit exhumer le corps de Cromwell pour lui faire subir un procès posthume. Le corps de Cromwell fut condamné à l’exécution. Sa dépouille fut pendue, puis décapitée. Sa tête fut mise sur un piquet de bois et accrochée à Westminster Hall jusqu’à ce que la foudre la frappe. La tête de Cromwell aurait passé entre les mains d’individus et de musées jusqu’à ce qu’on l’enterre convenablement en 1960.

http://en.wikipedia.org/wiki/Oliver_Cromwell's_head

Je dirais que la colère de Charles I fut moindre que celle de son fils. Charles I avait après tout accepté les conditions de la pétition des droits en 1628, convaincu que celà n’affecterait pas son pouvoir absolu de roi.

Monsieur Charest devrait comprendre qu’il faut choisir le moindre mal !

Il est vrai qu’une pétition telle que celle menée contre le Premier Ministre n’a pas grande portée légale.

Cela dit, il faut tenir compte de la portée symbolique d’une pétition. Cette pétition apporte un poids (de plus) dans la balance des enjeux qu’elle énonce (légitimité du PM, gaz de schiste, industrie de la corruption). De plus, qu’elle soit sur le site de l’Assemblée lui ajoute encore plus de légitimité. Cependant, la valeur d’une pétition symbolique est plutôt difficile à évaluer.

Mr. Moreau semble vouloir attaquer cette légitimité. Cela m’amène à penser que cette pétition a un certain poids et un effet sur le gouvernement.

Touché Mr. Moreau?

Les propos de monsieur Moreau devraient être précédés d’un avertissement: peut causer l’échec chez les étudiants en sciences poliques.

Le Bureau de l’Assemblée nationale n’a rien à voir avec la procédure parlementaire. Il s’occupe de l’administration. Le Règlement relève NORMALEMENT de la Commission de l’Assemblée.

Mais le meilleur est que l’Assemblée nationale n’a pas de juridiction pour destituer un ministre. On est pourtant en régime de responsabilité ministérielle… C’est l’Assemblée nationale qui « fait » et défait les gouvernements. Malheureusement, des décennies de discipline partisane excessive et les pouvoirs croissants du premier ministre en amènent plusieurs à penser le contraire.

Pierre Moreau, ce député libéral qui aurait pété les plombs n’est sûrement pas le seul à l’avoir fait quand on regarde à quel point le courant ne passe pas entre son gouvernement et une grande majorité des citoyens.

Il faut se rappeler que Jean Charest gouverne à la faveur d’un système démocratique qui échappe totalement au pouvoir des électeurs.

Qui, dans ce gouvernement, à part J.C., bien sûr, pourrait mettre un nom sur la personne qui a décidé que ce membre du Parti conservateur fédéral devait devenir un premier ministre libéral du Québec?

Curieusement, notre premier ministre aime procéder de la même façon quand il s’agit de nommer les juges ou autres personnes de pouvoir.

Salutations cordiales

@Inukshuk, très drôle vous essayer d’éteindre leur enthousiasme.
Moi je constate que non seulement il en a une gang qui prennent leur rêve pour la réalité mais en plus y construisent dessus.
Quécé quecécé que vous pensez que ça va changer? A……..lllo! La terre appel la lune! 😉

Ce qui nous rappelle l’essentiel, tel que souligné par les Monty Pythons:

« The most interesting thing about King Charles the First
Is that he was five feet six inches tall at the start of his reign,
but only four foot eight inches tall at the end of it… »

En d’autres mots, il s’est fait défrisé!

http://www.youtube.com/watch?v=DJ1yPz14LrU

(..)Vous ne reverrez plus de pétition comme celle-là” a-t-il annoncé d’un ton régalien. (…)

Le propos de ce Moreau, libéral génétiquement programmé en dit long sur une fin de régime qui se fiche du français à Montréal, qui vend nos ressources pour quelques dollars et etc…

Je ne doute pas que les libéraux tenteront par les règlements parlementaires et leurs aspects généralement indéfinis de mettre fin à ce type de pétition. Cette déclaration doit être prise au sérieux d’autant que le PQ qui s’est institutionnalisé depuis l’époque Lévesque pourrait y ajouter sa collaboration.

Les politiciens dans les démocraties représentatives ont tendance presque tous à infantiliser le peuple.

Plutôt significatif de l’attitude libérale générale, à mon avis. Si quelque chose dérange, il ne faut surtout pas en parler!
Désolé pour al généralisation, mais après les 500 ronins prêts à mourir pour ne pas dire le mot « enquête publique », je note comme une tendance.

Bonsoir,
Découragement, révolte, soupir. C’est tout ce qui me vient à l’esprit.

Charest n’a qu’à démissionner, soit, mais pour ça il faudrait arrêter de l’élire… !?!?!?

Ca me fais suer de dire cà cependant, mais les pétitions en ligne ne veulent rien dire sur un plan méthodologique et tout;

1. Échantilon petit – internautes – et possiblement biaisés.

2. Plus grave, les bases de donnés peuvent être hackés, il peut y avoir des bots voteurs, des trolls, etc…

La tête c’est Paul Desmarais.

Le parti libéral, son véhicule.

Son chauffeur borgne, cheveux frisés, bouclés, notre poupoune nationale, les deux mains cramponnées au volant, suit ses directives, aveuglément…

Quand il nous dit qu’il est ailleurs, c’est son inconscient qui s’exprime. Comprenez-le!

Mononc Paul se préparerait-il à changer sa minoune et son chauffeur? À suivre…

Qu’on le veuille ou non, NOUS (la majorité des Québécois!) avons élu Jean Charest pour un terme de 4 à 5 ans, et 3 fois par dessus le marché!!!. POINT à la ligne!

S’il fallait que les groupes de pression et adversaires politiques puissent renverser le gouvernement via une pétition à chaque fois qu’un élu au pouvoir prend une décision défavorable à LEURS intérêts, ce serait le bordel.

De plus, dans certaines circonstances, les gouvernements au pouvoir doivent prendre des décisions fort impopulaires (voire ce qui se passe actuellement en Grèce « progressiste ») mais celles-ci sont dictées par des objectifs à long terme qui échappent souvent au commun des mortels qui n’a pas les connaissances financières pour les apprécier.

Finalement, si les gens ne veulent pas avoir à signer de pétition à tout bout de champ pour dénoncer certaines décisions étatiques, qu’ils votent pour un parti politique qui préconise la RÉDUCTION du rôle de l’État. Ainsi, certaines charges étatiques dirigées de main de fer par des fonctionnaires syndiqués seront privatisées et sujettes à la compétition. Les citoyens auront alors le CHOIX et la LIBERTÉ d’aller où bon LEUR semble pour recevoir ces services.

Pourquoi pas ? une nouvelle pétition sur le site de l’Assemblée nationale demandant la démission de M. Moreau qui veut brimer la liberté des québécois!

Une pétition de nature virtuelle n’a sans doute pas de valeur méthodologique solide, mais, ce qui importe, c’est que cette pétition – et le nombre approximatif élevé de participants – donne une idée de l’état d’âme de la population. Si, d’un point de vue technique, ce n’est pas « recevable », ce gouvernement devrait comprendre le ras-le-bal général à son égard.

Personnellement, je ne comprends pas l’attitude indifférente de M. Charest et surtout sa profonde incapacité à offrir une vision en phase avec les besoins du Québec. Depuis son arrivée au pouvoir, combien de projets mis de l’avant par ce gouvernement n’ont pas été ensuite abolis ou profondément modifiés à la suite de la réaction du public?

Une courte liste des reculs:
– les fameuses défusions municipales (ahurissant d’amateurisme et de clientélisme);
– le Suroît;
– la tentative ratée de la privatisation du Mont Orford;
– l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste (probablement);

Ce que ce gouvernement aurait pu faire:
– une réelle politique profitable pour l’État et les citoyens en matière de ressources naturelles (mines, énergies fossiles, gaz de schiste);
– une révision de la loi anti-scab (et l’utilisation du Net pour la contourner);
– une commission d’enquête sur la construction.

Ce qu’il a fait et dont on aurait pu se passer:
– la commission Bastarache;
– les projets en PPP;
– l’implantation (et son retard) de la super hôpital francophone par la rénovation de St-Luc (au lieu d’en rester avec la proposition du PQ – l’emplacement du garage de la STM sur St-Denis et Bellechasse – ou encore la cour de triage d’Outremont);
– le prolongement de l’autoroute 30 sur des terres agricoles (contrairement à celui du PQ).

Dans le cadre d’un mini-bilan de parcours, ce serait intéressant de recenser plus avant les « réalisations » de ce gouvernement et ainsi montrer son portrait global duquel on devinerait ses tendances majeures…

Qu’on le veuille ou non, NOUS (la majorité des Québécois!) avons élu Jean Charest(François 1)

Faux mon cher François.En 1998 42% des Québecois ont voté pour Charest. On est loin de la majorité

Le ministre responsable de l’accès à l’information d’un gouvernement qui manifeste clairement son intention de baillonner l’expression populaire, ce n’est pas très rassurant pour la démocratie, mais cela décrit bien ce gouvernement: L’arbre et pourri et ses branches sont sèches! Très bientôt, la nature fera son oeuvre : Il s’écroulera!

Jean Charest le souffre douleur des Québécois… Pensez-vous que ça va être mieux avec ce qu’il y a en face comme alternatif? Ce que ça prend au Québec c’est une seconde Révolution Tranquille avec des acteurs compétents provenant de tout les milieux car c’est là que nous en sommes dans cette Tour de Babel inproductive et ingouvernable qui ne cesse de tourner en rond. Une pétition ça fait République de Bananes, pas à peu près. Ben oui! Nos petits gérants d’estrades partent une pétition et invitent tout les amis à cliquer à l’unisson. Très scientifique…

« Qu’on le veuille ou non, NOUS (la majorité des Québécois!) avons élu Jean Charest »

Avec une majorité de 42% des voix.

Probablement un faux fait.

Difficile à comprendre.

M. Moreau confirme ce que je crois, la pétition est un outil indispensable de l’arsenal démocratique. Que cela le dérange, et bien tant mieux puisque c’est l’une des utilités de la pétition. Pour le reste, je partage le beau verbe qu’utilise Mme Payette dans sa chronique du Devoir à l’adresse de Charest, DÉGAGE.

@the Ubbergeek

Peu importe, elle a été déposée à Lassembblée nationale.

Elle fait donc partie des documents officiels.

Ce sera une belle tache de graisse dans le Cv et l’histoire de John James Charest !

Juste pour ça, ça valait la peine.

Héhéhéhé ! 🙂

J’appuie l’idée de Nicole J. proposant une pétition demandant la démission du nouveau ministre Moreau (pas parent avec moi) et qui veut baillonner l’expression populaire.

@Raymond Campagna

Oui, c,est un signe, mais il reste que dans un gradiant de veracité, ce n’est pas haut.

Je dit pas qu’une IPÉtition est mauvaise en soit, mais il faudrait un système blindé en sécurité, et qui permet une bonne identification des gens.

Ca reste oui, un signe.

@Frank

Y’a Québec Solidaire, si on a l’ouverture de voir leur programme et suggestions comme lors du budget. Tant qu’à voir le consensus tourné à droite, pourquoi pas oser la gauche?

Je suis de centre, en passant. Et de Québec. Just saying.

Peu ou pas de Premiers-ministres « Premiers » du Québec ont été aussi haïs et insultés que notre John James avec son précieux passeport canadien qu’il nous a bandit au dernier référendum de 1995 et ses mensonges à répétition. Mentons, mentons, il en restera toujours quelque chose pour aider à ma prochaine réélection, semble être sa devise.

Élu 3 fois, principalement par la peur de la souveraineté et la complicité de nos Anglophones, il devrait être, dans l’histoire du Québec, une vilaine tache bleue oy mauve ou violette, maintenant que ce bleu s’est trempé dans le rouge du PLQ, pour sauver le Canada.

Normalement une pétition qui récolte un résultat semblable un quart de million de citoyens en plus sur le site de l’assemblée nationale proposé par un député (1 sur 125)doit selon les règlements de cette assemblée faire l’objet d’un débat et éventuellement d’un vote.

C’était l’objectif de celui qui a proposé cette pétition : un débat public sur le budget 2010, sur une enquête de l’industrie de la construction et sur l’exploitation des gaz de schistes.

La réponse légaliste du gouvernement en place du baillon elle est légale mais est-elle légitime…

Espérons que nous québécois sauront dépasser le confort et l’indifférence et c’est désormais dans la rue que nous allons réclamer pacifiquement, une nouvelle légitimité qui est légale c’est-à-dire réclamer des élections dès que possible.

On est pas aux USA où les élections sont à date fixe…

On est au Québec et en démocratie le peuple est souverain!!!

Citation : “Qu’on le veuille ou non, NOUS (la majorité des Québécois!) avons élu Jean Charest”

J’en profite pour dire que des élections ne sont pas synonyme de Vraie Démocratie, « La Voix du Peuple », le Parlementarisme d’inspiration britannique donnant tous les pouvoirs à une seule personne, le PM, tant à l’exécutif, au législatif et, excusez-moi de l’affront, parfois même au judiciaire, ce qui correspond alors à la définition du « totalitarisme despotique » donc, des élections dans notre ‘‘emmanchure’’ ne donnent pas une garantie de vivre en démocratie, bien au contraire.

Ici au cadnada, nous n’avons que des régimes de démocratHypocrisie ! (quelle perte de temps et d’énergie dans un attrape-nigaud)

Nos Institutions dites démocratiques sont décadentes, risibles au cube. C’est totalement inacceptable ! Comment ne pas rêver de la Souveraineté du Québec dans une vraie République ?

Pour l’instant avec le duo ‘harper-charrette’, avancez en arrière !

Qu’on ait élu M. Jean Charest et la majorité des députés formant l’Assemblée nationale n’assure pas la pérennité du gouvernement qui a été formé ni celle du premier ministre.
Serait-ce possible que le peuple n’ait pas connu tous les faits au moment où l’élection a été tenue?
Par exemple que le Premier ministre recevait double rémunération. Qu’une enquête sur la corruption embâtait tant le Parti libéral.

Le scrutin secret, base de toute démocratie
Le scrutin secret est à la base même de la démocratie.
Pourtant ce principe fondamental n’est pas respecté en l’enceinte la plus importante de notre système de gouvernement: l’Assemblée nationale.
Nos élus votent par cul levé au vu et su de tous, surtout de leur chef de parti qui leur impose le respect intégral de la ligne de ce parti.
C’est ainsi que l’on fait de notre premier ministre un véritable dictateur pour la durée de son mandat. Il a un pouvoir de vie ou de mort sur chacun de ses députés et ministres.
Démocratisons notre Assemblée nationale. Permettons à nos élus de voter librement selon leur conscience et selon les attentes de leurs commettants et non selon une ligne de parti qui rappelle le fonctionnement de la mafia.
Le scrutin secret permettrait au député, dans l’immédiat, de bien représenter ses électeurs. Il n’en demeure pas moins que le député doit aussi rendre des comptes aux électeurs qui ont le droit strict de connaître les actions prises par leur représentant. Il s’agirait alors de tenir une comptabilité des votes pris à l’Assemblée nationale et le lendemain d’une annonce d’un prochain scrutin national, le Directeur général des élections rendrait public ce rapport des votes de l’Assemblée nationale. Le travail du député serait alors jugé et par son parti et par tous les électeurs.
Je suis fort conscient que pareille approche diminue l’importance d’un parti politique et réduit considérablement l’empoigne que peut exercer un premier ministre qui est un véritable dictateur dans l’état actuel des choses.
C’est le prix de la démocratie.

Il n’est pas facile d’expliquer à un profane les ramifications extrêmement complexes du fonctionnement du parlementarisme d’inspiration britannique…Le Premier Ministre lance quelques opinions et regarde autour de lui, dans l’expectative. C’est le signal envoyé au béni-oui-oui , le ministre concerné, pour qu’il dise oui. Il est suivi, dans l’ordre de préséance, par le béni-oui-oui senior- ou Vice-Premier Ministre, comme on le nomme parfois- et du béni-oui-oui junior-le ministre délégué. Suivent les autres béni-oui-oui qui donnent leur accord en se levant à demi de leur banquette parlementaire. La démocratie en action….
Notre système démocratique n’a pas subi d »amélioration majeure depuis des siècles. Il est maintenant temps d’y voir.

Bonjour,
Une pétition qui ne veut rien dire parce celle ci tirait dans toutes les directions, sur tout ce qui bougeait en étant sûr de cette façon démagogique de ratisser le plus large possible…… Au plaisir, John Bull.

Une pétition qui dit beaucoup. Au point tel, que ceux qu’elle concerne se sentent atteints. Dommage que l’on ait pas le système de votation Suisse…on aurait pu faire voter les gens sur cette pétition!!!!

Comment ne pas rêver de la Souveraineté du Québec dans une vraie République ?

M. François 1, une république, vous devez savoir, avec un Président élu, etc., ma préférence va au le modèle Suisse, donnant beaucoup de pouvoir aux régions (cantons) et, ayant les structures nécessaires pour empêcher le vol de l’État. De plus, les décisions importantes sont toujours délibérées et votées pour toute la population, ne laissant pas à un frisé le droit de faire ce qu’il veut pendant 4 ans, à deux mains sur le volant.

Je ne voudrais pas d’un Sénat à la manière américaine parce que n’étant pas composé d’une représentation démocratique, 2 Sénateurs par État, peu importe la population et, ce Sénat a des règles de procédure donnant le pouvoir par défaut à la minorité, c.-à-d., trop souvent à la Droite entêtée, rétrograde, anti Justice Sociale.

Enfin, la séparation des pouvoirs doit être à toute épreuve, incluant celle des frisés. Encore là, les Institutions suisses sont des plus sûres.

@John Bull

La pétition .tait bonne, mais elle aurait du être offline ou sous un système plus solide et blindé.

T’a surement trollé dessus, mon Jean Taureau.

Les pétitions, référendum et cie font AUSSI partie de la démocracie – ‘Demos Krates’, voix du peuple. Regarder la politique locale américaine.

Cette pétition électronique vaut n’importe quelle autre pétition signée à manuscritement et a tous ceux qui mettent en doute ce moyen ultra moderne et contemporain utilisé,à tous ceux-la il faut dire que le mode de transmission employé le sera de plus en plus dans l’avenir à moins que des antidémocrates du genre de celui du PLQ viennent y mettre leur véto. Signe que la pétition a fait mal à Charest et à son parti,cet avertissement qu’il mettra un frein à cet exercice des plus démocratiques.Ce qui manque dans notre constitution c’est une procédure d’empeachment comme aux USA pour mettre dehors les mécréants de tout acabit.

@ Trebor (# 49):

Vous savez j’imagine que la Ville de Montréal souffre actuellement d’un ÉNORME déficit démocratique ici même, au Québec, et ce, au profit des régions.

Dans certains comté régionnaux du Québec, UN SEUL vote vaut 3 ou même 4 votes de Montréal et notre Directeur Général des élections, payé justement pour mettre à jour régulièrement la carte électorale, a été rabroué par le gouvernement actuel car, ô horreur, il voulait faire cesser cette scandaleuse injustice.

Même le Parti québécois, prétenduement féru de « justice sociale » (lorsque ça fait SON affaire!!!), s’est grandement offusqué des propositions pourtant équitables du Directeur en question.

Comme quoi il n’y a pas de système idéal. Le nôtre (nominal à un tour, héritage britannique…), si appliqué selon les règles et non selon désir changeant de nos politiciens opportunistes, favorise la stabilité des gouvernements au détriment de la représentation des petits partis politiques.

C’est, je crois, l’un des bons systèmes SI nos politiciens enlèvent leurs sales pattes de dedans.

ces démocrates libéraux seulement en apparence mais dans les officines democratie =foutaise
il n y a pas dans le monde de vraie démocratie on sais tous depuis des lunes que la démocratie est un écran de fumée.que dans les faits le réel pouvoir est celui de l argent .qui dit argent dit corruption et la corruption est la depuis toujours et ce a tous le niveaux . en fait nous sommes des citoyens sous contrôle une forme d esclavage pour le biens des ultras riches a la power corp et autres qui ont fait de nos gouvernements corruptible ( quelqu’ ils soient) des patins a leurs soldes des exemples il y en a par milliers
mais nous dormons pendant qu on fouille dans nos poches et qu on nous vide de nos biens
IL Y A DES PAYS QUI SE RÉVEILLENT A QUAND NOTRE TOUR

Il était pourtant acquis que cette pétition avait un caractère strictement consultatif. Alors pourquoi «péter les plombs» avec ça, sinon parce que c’est moins la supposée entorse aux règlements qui dérange que le résultat de ladite pétition?…

Je ne serais pas nécessairement en faveur d’un mécanisme de style «recall» tel qu’il existe à certains endroits au Canada anglais et aux États-Unis étant donné que cela pourrait ouvrir la porte à des manipulations populistes et démagogiques. Mais on ne parlait ici que d’une pétition pour DEMANDER le départ de Charest. Il y aurait donc des actions gouvernementales qu’on aurait le droit de demander et d’autres pas?…

Les plus populaires