La relève néodémocrate

Le désaveu de Thomas Mulcair comme chef du NPD, le 10 avril dernier, a officieusement lancé la course à la direction du parti. De nombreux candidats pourraient être sur les rangs. En voici quatre.

Thomas Mulcair au congrès du NPD, le 10 avril 2016, à Edmonton. (Photo: Jason Franson/La Presse Canadienne)
Thomas Mulcair au congrès du NPD, le 10 avril 2016, à Edmonton. (Photo: Jason Franson/La Presse Canadienne)
npd_avilewis

Avi Lewis | 48 ans | Ontario

Ce documentariste est coauteur — avec sa femme, Naomi Klein, notamment — du manifeste Un bond en avant, qui fait rêver bien des militants du NPD. Le document prône un virage rapide vers les énergies renouvelables, un moratoire sur la construction de pipelines et s’oppose aux ententes de libre-échange. Avi Lewis ne parle toutefois pas le français.

npd_alexandreboulerice

Alexandre Boulerice | 42 ans | Québec

Lieutenant politique de Mulcair au Québec, il avait appuyé Brian Topp dans la course à la direction en 2012. Bon communicateur, il a d’excellentes relations avec les syndicats. Le fait qu’il ait été membre du parti souverainiste Québec solidaire dans le passé pourrait toutefois lui nuire auprès des militants au Canada anglais.

npd_nikiashtonNiki Ashton | 33 ans | Manitoba

Députée du nord de la province depuis 2008, bilingue, elle avait participé à la course à la direction du parti en 2012, terminant toutefois loin des meneurs. 

npd_nathancullenNathan Cullen | 43 ans | Colombie-Britannique

Il a terminé troisième dans la course au leadership en 2012. Bilingue, pragmatique dans ses positions politiques, il est l’un des parlementaires les plus efficaces à Ottawa.

(Photos: A. Boulerice : D.R. / Les autres candidats : La Presse Canadienne)

Les commentaires sont fermés.

« Niki Ashton, 33 ans, Députée du nord de la province depuis 2008 », bref, elle a été élue à l’âge de 25 ans et toute sa carrière professionnelle se résume à être député. IL s’agit d’une profession honorable, mais qui peut vous isoler d’une réalité concrète.

Je trouve sympathique Avi Lewis, il forme un joli couple avec Naomi Klein.

Même si elle est peut-être encore un peu jeune et doit gagner en expérience. Je pense que Ruth Ellen Brosseau pourrait être un bon prospect dans un avenir plus ou moins prochain.

Je trouve que de la candidate « poteau » la plus risible à l’élection de 2011… elle a démontré depuis des qualités remarquables et exceptionnelles pour apprendre son métier de député. Sa confortable réélection en 2015, malgré la vague libérale, démontre qu’elle a su gagner l’estime et la confiance de ses électeurs.

De plus, elle a une belle apparence physique, s’exprime bien dans les deux langues officielles, connait — pour les avoir vécues -, les difficultés des gens ordinaires, sait aussi ce que c’est que d’élever un enfant comme mère célibataire.

J’ignore si c’est une future cheffe. Disons qu’elle pourrait jouer un rôle intéressant, considérant qu’elle est très représentative des préoccupations bien réelles qu’endure dans le plus stricte anonymat une part non négligeable de la population du Canada.

À vue de nez, Nathan Cullen de Colombie-Britannique me semble le candidat idéal. Avi Lewis, ce serait le retour vers la gauche idéologique et le rêve éveillé.

À mon avis ce ne sera pas Avi Lewis ! Il est trop à gauche et ne parle pas français. Ce ne sera pas Ce ne sera Alexandre Boulerice car il vient du Québec et l’ establishement du parti sont allergique au Québec mëme si c’ est le Québec qui a amené ce triste parti à quelques heures de gloire !!

Ce ne sera pas non plus Niki Ashton car trop jeune, n’ ayant aucune expérience pratique sur le marché du travail pour représenter des gauchistes syndicalistes ! Il reste Nathan Cullen de Colombie Britannique 43 ans et bilingue qui représente le charisme du jeune chef pour l’ avenir plus ou moins nébuleux de ce parti !!

Je m’étonne de voir si peu le nom de Peter Julian avancé comme candidat potentiel. Député de Colombie-Britannique, leader du NPD à la Chambre des communes, il a 54 ans, c’est aussi un homme charismatique et apprécié, un parlementaire très actif, parfaitement bilingue (il a fait ses études universitaires à Montréal).