Le chandail de Peter Mackay, le bâton de hockey de Laureen Harper

À Iqaluit, les statistiques indiquent qu’un enfant sur trois va manquer de nourriture à un moment ou un autre de l’année. «Ce que j’essaie de faire, c’est de les aider grâce à de l’équipement sportif», nous assure Mme Harper.

Le ministre canadien de la Justice, Peter Mackay, s’est récemment fait prendre en photo portant le chandail d’une association pro-armes à feu, l’Association canadienne pour les armes à feu (ACAF).
Politique

On pourrait dire que l’ACAF est un peu la version canadienne de la NRA américaine. Eux diront plutôt, sans rire, qu’ils sont comme Gandhi.

Bref, une telle marque d’appui venant d’un ministre de la Justice, c’est inhabituel.

no-compromise

Que s’est-il passé? Mackay explique :

«Un ancien combattant canadien blessé en Afghanistan m’a approché lors d’une activité à Edmonton, il m’a remis un de ses t-shirts et m’a demandé de poser pour une photo. (…) Je n’ai jamais cherché à éviter une occasion de manifester mon appui à leur égard et à leur famille.»

Est-ce à dire que si vous êtes un ancien combattant, le ministre de la Justice est prêt à laisser son jugement de côté ? Avec l’aide d’un vétéran des Forces armées, nous avons testé cette théorie. Les images que nous avons rapportées sont éloquentes.

Jar-Jar-Mackay Biere-Mackay

mackay-lebel

Laureen Harper, la faim et l’équipement sportif

Pendant ce temps, le premier ministre Stephen Harper effectuait sa visite annuelle dans le Grand Nord. Il n’y était pas pour réaliser le plus gros Ice Bucket Challenge à ce jour, malheureusement, mais plutôt pour lancer une expédition devant démontrer que le pôle Nord est situé en territoire canadien.

Le plan original d’y ouvrir un Tim Hortons afin de le prouver hors de tout doute a dû être révisé à la suite de la fusion annoncée avec l’américaine Burger King. (Incidemment, maintenant que Tim Hortons n’est plus 100 % canadien, Stephen Harper va devoir se trouver autre chose de pas important à faire pendant les assemblées de l’ONU.)

Lundi, la caravane nordique du premier ministre faisait un arrêt à Iqaluit, pour un événement faisant la promotion de l’activité physique. Le compte rendu qu’en fait le journaliste de la chaîne APTN est tout simplement ahurissant.

Tout d’abord, le premier ministre ne prenait aucune question des journalistes. En tant que porte-parole de l’initiative, c’est plutôt son épouse, Laureen Harper, qui est allée parler aux journalistes.

À Iqaluit, les statistiques indiquent qu’un enfant sur trois va manquer de nourriture à un moment ou un autre de l’année. Que peut faire Mme Harper à ce sujet ? lui demande le journaliste. La réponse :

« Moi, personnellement, il n’y a pas grand-chose que je puisse faire pour les aider. Ce que je peux faire, et ce que j’essaie de faire, c’est de les aider grâce à de l’équipement sportif. […] Grâce au support de la LNH, et maintenant de Canadian Tire, nous espérons pouvoir aider certains parents. Ils n’auront pas à dépenser tant d’argent en équipement sportif, et pourront donc mettre cet argent sur de la nourriture. »

Un autre problème de réglé.

Yves Bolduc, suite et fin

Mardi, quatre jours après le début de la controverse provoqué par ses propos (il faut croire que le ministre avait pris du retard dans sa lecture de journaux), Yves Bolduc s’est finalement rétracté.

«Des enfants VONT mourir, même s’il faut que je m’en occupe moi-même», aurait-il déclaré.

Je blague, bien sûr. En réalité, il a expliqué, en utilisant plusieurs fois l’expression «au niveau», qu’il était en fait «quelqu’un qui croit dans la lecture» et qu’il avait lui-même «été très très jeune soumis à pouvoir faire de la lecture».

Bref, Yves Bolduc est un grand lecteur, ce qui l’a certainement aidé avec au niveau de son aisance dans s’exprimer.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique depuis 2014. Il est aussi chroniqueur musique pour le magazine L’actualité depuis 2011 et co-rédacteur en chef du webmagazine culturel Ma mère était hipster, en plus d’avoir participé à de nombreux projets radio, dont Bande à part (à Radio-Canada) et Dans le champ lexical (à CIBL). On peut le suivre sur Twitter : @OursMathieu

Laisser un commentaire

« soumis à pouvoir faire de la lecture »
Quelle déclaration étrange!! VIsiblement, le ministre Bolduc ne retient pas grand chose de ses lectures…