La semaine en 5 nouvelles : «au niveau» d’Yves Bolduc, des écoles illégales, du pont et du café

Selon des rumeurs, le gouvernement songerait à quitter le monde du hockey pour aller piger dans celui du hockey fictif, en proposant les noms de pont Pierre-Lambert, pont Sacrament-Suzie ou pont Petit-Jimmy.

PolitiqueEn cette époque où tout va trop vite, il arrive qu’on soit si pressé qu’on a recours à des clichés du genre «en cette époque où tout va trop vite». Mais aussi, on n’a pas le temps de suivre toutes les nouvelles.

En voici donc cinq, pour résumer un peu la semaine.

1— Élections scolaires : Yves Bolduc bat un record

Pour tenter de faire oublier les résultats désastreux des élections scolaires, le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a tenté, lundi, de battre le record du ministre utilisant le plus souvent l’expression «au niveau de» en une seule entrevue.

Il y est arrivé haut la main à l’émission Pas de midi sans info, où il a enfilé pas moins de 13 «au niveau de» en cinq minutes et 30 secondes, soit un à toutes les 25 secondes.

«Ce que nous voulons, c’est une meilleure réussite au niveau de l’élève». Je pense sérieusement en faire un chandail.

2— Le ministère de l’Éducation s’entend avec une école juive illégale

Le ministère de l’Éducation s’est entendu avec l’école religieuse montréalaise Yeshiva Toras Moshe, considérée comme illégale depuis 2006.

Comme il était trop compliqué de faire entrer le programme du Ministère à l’école (est-ce vraiment la place pour ça, de toute façon ?), celui-ci sera enseigné à la maison. Un peu comme si le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) avait réussi à forcer les employés d’un restaurant à se laver les mains, mais chez eux, après le travail.

Après 40 heures par semaine d’école (dont 35 à n’étudier que la Torah), les 163 jeunes apprendront donc le français, la théorie de l’évolution et les mathématiques, grâce à des parents principalement anglophones, créationnistes et ayant passé leur enfance à étudier la Torah.

Questionné à savoir pourquoi ce ne serait pas le contraire, c’est-à-dire la Torah à la maison et l’école à l’école, le ministre Bolduc a baragouiné une phrase que nos linguistes essaient encore de remettre dans le bon ordre. On vous tient au courant.

3— Le pont Pas-Maurice-Richard-Finalement

«Il a été convenu que le nom de Maurice Richard soit retiré de la réflexion concernant le nom du nouveau pont», a annoncé, jeudi, le ministre Lebel.

Pas de pont Maurice-Richard, donc, mais pas d’assurance que le nom de Champlain va rester pour autant. La «réflexion», un mot qu’on n’associe pas normalement à Denis Lebel, se poursuit.

Selon des rumeurs, le gouvernement songerait à quitter le monde du hockey pour aller plutôt piger dans celui du hockey fictif, en proposant les noms de pont Pierre-Lambert, pont Sacrament-Suzie ou pont Petit-Jimmy.

4— #AgressionNonDénoncée

Le mouvement #AgressionNonDénoncée (c’est devenu bien plus qu’un mot-clic) a transformé nos médias sociaux en un déluge de témoignages qui font parfois se demander s’il nous reste encore une amie qui n’ait pas vécu d’agression, peu importe la forme.

Les femmes le savaient déjà, j’imagine. Les hommes, pour certains, soupçonnaient peut-être un monde caché, mais jamais de cette envergure.

Au Téléjournal, une invitée a lancé cette phrase : «Il est temps que la honte change de camp». On ne pourrait pas mieux résumer ce mouvement, aussi magnifique que laid comme le monde. La honte ne doit pas appartenir aux victimes. Leur honte est un non-sens. La honte doit être celle des agresseurs, celle des coupables.

C’est ça. Je n’avais pas de blague à faire, je trouvais ça important, c’est tout. Maintenant, de retour aux farfeluteries.

5— Consternation au Canada : Tim Hortons songe à augmenter le prix de son café

La hausse du prix des grains de café pourrait bien se répercuter dans celui du verre en carton brun contenant le liquide chaud qui a pour principale qualité de ne pas être celui de McDonald’s.

Par pur réflexe, François Legault a tout de suite accusé Philippe Couillard d’étouffer la classe moyenne, alors que le PQ parlait déjà d’une inacceptable «taxe déroule le rebord».

Au moment d’écrire ces lignes, il n’était pas possible de savoir si Tim Hortons pensait moduler ses prix en fonction des revenus du client.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web et ex-chroniqueur musique à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique depuis 2014. Il a aussi participé à de nombreux projets radio, dont Bande à part (à Radio-Canada) et Dans le champ lexical (à CIBL). On peut l’entendre régulièrement à La soirée est encore jeune, et le suivre sur Twitter : @OursMathieu

Laisser un commentaire

Le « au niveau » fait aussi la joie d’Antoine Robitaille du Devoir qu’il qualifie maintenant de Bolducrie dans Mots et maux de la politique.

D’accord, vous riez, vous riez, mais pensez aux gens comme moi qui n’ont aucun humour: un ministre de l’Éducation qui s’exprime comme ça, c’est vraiment inquiétant. Une sorte de signe des temps, quoi. L’instruction, c’est élitisse.