La tentation québécoise de l’extrême-droite ?

Les péquistes nostalgiques devraient se rappeler que les pires dérapages du XXe siècle ont été le résultat du collectivisme économique et/ou identitaire.

PolitiqueJe suis d’accord avec Pauline Marois : le Québec, comme bien des sociétés occidentales, n’est pas à l’abri des dérives de l’extrême-droite.

Malgré ce que Mme Marois a semblé suggérer, par contre, ces dérapages n’arrivent pas «quand on remet en question les mesures collectives», ni quand on redresse les finances publiques pour assurer la pérennité des missions essentielles d’un État à bout de souffle.

L’examen critique de son modèle, et la gestion responsable de ses finances, semblent au contraire plus garants d’une société en santé que la crispation dans le passé et le spectre de la faillite.

S’il faut en identifier certaines causes en quelques mots, il semblerait plutôt que les dérives d’extrême-droite apparaissent quand les inquiétudes socioéconomiques ou «identitaires» (qui existent partout, sous diverses formes et à divers degrés) versent dans le plus bas commun dénominateur de l’humanité — soit la peur de l’autre et la construction d’un ennemi «national», étranger au «Nous» —, et que des politiciens opportunistes choisissent de les récupérer pour avancer leurs ambitions.

Au moment de procéder à leur examen de conscience et d’attaquer leurs adversaires, les péquistes nostalgiques (et il n’en manque pas) devraient se rappeler que les pires dérapages du XXe siècle ont été le résultat du collectivisme économique et/ou identitaire — c’est-à-dire la volonté d’éliminer l’Autre au profit d’une norme unique, économique ou culturelle, imposée à tous.

Si la tentation de l’extrême-droite existe au Québec, c’est l’agenda identitaire, uniformisant et conservateur qui l’alimente — avec ses antagonismes et sa rhétorique du «Nous contre Eux» —, bien davantage que le libéralisme, qui considère tous les êtres humains comme libres et égaux, et qui favorise ainsi le respect, la tolérance et la diversité.

Quelques années de jachère politique permettront peut-être au Parti québécois de réfléchir au «côté de l’Histoire» qu’il souhaite défendre.

* * *

À propos de Jérôme Lussier

Jérôme Lussier est juriste et journaliste. Au cours des dernières années, il a notamment travaillé à Radio-Canada et tenu un blogue au journal Voir, en plus d’avoir été conseiller politique à la Coalition Avenir Québec. Il blogue sur les enjeux sociaux et politiques contemporains à L’actualité depuis 2013. On peut le suivre sur Twitter : @jeromelussier.

Laisser un commentaire

L’extrême-gauche politique existe au Québec depuis une décennie sous le lebel: Québec Solidaire. Le parti est rendu à 8% et à 3 députés. Son apport au débat politique est important. Qu’on pense à son combat contre l’invasion fiscale ou les gaz de schiste.
Mais l’extrême-droite demeure toujours orpheline. Tout le dossier de l’immigration, de la criminalité, de l’identité est orphelin. Aucun écho politique. Pour combien de temps encore?
Connaissant la passivité des Québécois, leur capacité illimitée à se faire manger la laine sur le dos, je prédis que lorsque l’extrême-droite politique va apparaître au Québec, on va être vraiment dans le trouble parce qu’avant que les Québécois réagissent à l’oppression, ca en prend É-NOR-MÉ-MENT. ÉNORMÉMENT.

Et vous m. Jack faites vous parti de ces québécois passifs qui se laissent manger la laine sur le dos? Vous êtes vous déjà demandé ce que ça donnait d’être dénigrant comme ça ?

Si l’analogie de Madame Marois était quelque peu tirée par les cheveux, les incessantes allusions aux supposées dérives identitaires du PQ par les anti-charte (car c’est bien de cela dont il s’agit), sont encore plus démagogiques.

Il s’agissait d’un débat sur la place de la religion dans la société. Point. Il y avait des immigrants pro et anti-charte. De même pour les « de souche ». Rien à voir avec du « Eux contre Nous ».

C’est plutôt lorsque les partis de masse ferment les yeux devant certains phénomènes que les gens se réfugient dans les marges. Les partis extrémistes se nourrissent à même le vide créé.

Au moins le PQ a eu le courage de s’attaquer à ce qui est un vrai problème – la place de la religion dans la société – alors que plusieurs préfèrent continuer de nier ou attendre que la marmite déborde avant de réagir.

Tout à fait d’accord avec vous m. Lemieux. L’actualité m’a téléphoné pour que je renouvelle mon abonnement. Face à mon refus la personne m’a demandé pourquoi. Et bien voilà un exemple de que je lui disais. La dérive des chroniqueurs comme Jérôme Lussier me hérisse. J’endosse totalement les mots du commentaire du réflecteur ci-bas.

Pauvre Jérôme, tellement obnubilé à pourfendre le PQ., qu’il en perd ses repères…. ( Qu’il aille approfondir ses visions du libéralisme: qui n’est pas une béatification du parti politique libéral et de désir d’égalité, soit dit en passant!!! )

Qu’il n’ait pas jugé bon de faire un hyperlien du mot « libéralisme » vers wikipedia est notamment questionnable… De plus, à notre époque, l’extrême droite économique est beaucoup plus préoccupante que de SOIT-DISANTS complots pour éliminer l’Autre….

Et pour Jack, l’idéologie LIBERTARIENNE ( non ce n’est pas encore tout à fait celle du PLQ, quoique avec 3 anciens banquiers au pouvoir…) EST, déjà, à nos portes avec HARPER….

Et la machine à fabriquer du consentement est déjà à l’oeuvre…. ( Voir: Les PARADIS FISCAUX: La filière canadienne. De Alain Renault (2013) De toute beauté…. 🙂

Nous sommes loin de la dérive vers l’extrême-droite telle qu’elle existait dans le passé. Dans les faits l’extrême-droite a appris à se mettre en valeur et à se présenter sous de plus beaux atours. L’extrême-droite n’est plus à proprement parler une extrême, elle serait vue et perçue comme le portrait d’une nouvelle droite plus à l’écoute de ses concitoyens et de ses besoins que ne le sont les droites conventionnelles qui écoutent quand elles ne sont pas au pouvoir et qui deviennent sourdes d’oreilles quand elles tiennent le gouvernail ou le volant. Ce qui inclut aussi le PQ chez nous !

Cette droite-extrême est de moins en moins complexée, s’assume dans ses choix, sait se montrer avenante et même séduisante. À ce titre il est normal qu’elle marque des points. Elle représente éventuellement un alternative crédible aux partis conventionnels qui depuis les lendemains de la deuxième guerre mondiale se sont partagés le pouvoir en n’offrant souvent rien ou presque rien — sauf à crédit et à coups de déficit public — à des citoyens qui pourtant sont dans le besoin.

Alors, il est normal que beaucoup de partis qui croyaient leurs positions acquises pour encore longtemps, commencent à frémir devant ces partis populistes et populaires qui n’ont rien perdre puisqu’ils ne peuvent que gagner plus de points.

En sorte que la montée des partis d’extrême-droite en Europe n’est pas un mouvement de « ras-le-bol » spontané qui étonne les observateurs de la politique européenne comme moi. C’est le fruit d’un positionnement politique bien rôdé depuis presque deux décennies. C’est en la matière une composante avec laquelle il va falloir compter, laquelle forcera les partis politiques traditionnels à devoir travailler fort pour livrer la marchandise promise à tous les administrés si ces derniers entendent encore subsister.

Confrontées d’ailleurs à l’exercice parlementaire ces extrêmes — qui en étaient naguère écartées — ont tendance à s’adoucir et à exercer respectueusement les mandats qui leurs sont confiés par le truchement du soutien populaire.

— Votre vision de l’extrême-droite retarde de quelques 25 ou 30 ans. Je vous recommande de mettre à jour votre système d’exploitation neuropsychologique immédiatement 🙂

Ce n’est pas l’extrême droite qui guette le Québec, mais l’extrême gauche!

L’extrême droite se caractérise par l’opposition à l’immigration et leur xénophobie. Au Québec, la seule démonstration de cette xénophobie s’est fait par la fameuse charte à Drainville et les propos de Janettes Bertrand sur les arabes, avec Mme Marois à ses côtés, sont ce qui ce rapproche le plus du front national, démontrant une ignorance crasse et un racisme islamophobe!

Mais Frederic tu derailles complètement. Tu oublie de dire que le fort du voile est un débat dans les pays musulmans. Sont ils islamophobes? Je suis convaincue que tu ne peux pas énumérer les 5 orientations de la charte dont 4 faisaient consensus ça fait pas mal de personnes islamophobes.
Jos

Foutaise, M. Fridéric.

L’extrême droite est à peu près inexistante au Québec. Même la gauche ne représente même pas 10%.

Ridicule!

Et si cet «autre», qu’on chercherait à «éliminer au profit d’une norme unique, économique ou culturelle, c’était nous? Le rapport Durham n’est tout de même pas un roman de science fiction!

Le rapport Durham démontre bien qu’on peut pondre des rapports et des lois qui ne méritent pas de survivre.

Rapport Durham publié à Londres en…1839!!!

Mille-huit-cent-trente-neuf!!! On est en 2014 sacram…

Allez-vous enfin en sortir de votre XIXe siècle et nous rejoindre au XXI e???

« Connaissant la passivité des Québécois, leur capacité illimitée à se faire manger la laine sur le dos, je prédis que lorsque l’extrême-droite politique va apparaître au Québec, on va être vraiment dans le trouble parce qu’avant que les Québécois réagissent à l’oppression, ca en prend É-NOR-MÉ-MENT. ÉNORMÉMENT. »

On se fait déjà manger la laine sur le dos par le Fédéral et on ne fait rien.

Si le fait de recevoir du très généreux et charitable Fédéral presque 20 Milliards de beaux dollars de PLUS que l’on n’y envoie PAR ANNÉE est « se faire manger la laine sur le dos »…

Le PQ n’a rien à voir avec la droite et encore moins l’extrême droite. La comparaison implicite du plan national au fascisme est digne du National Post. La droite de Qc est morte avec Dumont (une chance) et la CAQ est maintenant le parti le plus à droite (petite taille de l’etat, coupures taxes aux particuliers et d’impôts aux entreprises etc) politiquement mais son impopularité l’empêche de montrer toutes ses cartes. Le jour où ils le ferront ce sera une 2e déconfiture à la Dumont.

M.Lussier ne fait montre d’aucune objectivité quand il est question de l’indépendance du Québec, du Parti Québécois ou de tout ce qui peut suggérer la pertinence de ces idées. M.Lussier a l’air d’être continuellement en mission anti-PQ, anti-indépendance. Pendant la dernière campagne électorale provinciale, ses commentaires désobligeants ne cessaient de foisonner via L’Actualité. Il est pourtant prouvé et admis depuis longtemps, par plusieurs personnes beaucoup plus importantes et compétentes que lui, que le Québec s’en tirerait financièrement beaucoup mieux en dehors de la fédération. L’identité d’un peuple, son sentiment d’appartenance et sa culture, sont aussi importants que son bilan financier, M.Lussier. Bref, la seule voie pour le Québec pour s’épanouir pleinement en tant que peuple authentique et en tant que forces économique majeure sur la planète, c’est de quitter cette fédération qui contribue à nous appauvrir davantage d’une année à l’autre.

monsieur Lussier

je suis d’accord avec votre mise en garde qui vaut autant pour certains nationalistes que fédéralistes exacerbés.
È lire certains médias canadiens, on pourrait tout autant reprendre votre texte de la façon suivante:

Au moment de procéder à leur examen de conscience et d’attaquer leurs adversaires, les fédéralistes nostalgiques (et il n’en manque pas) devraient se rappeler que les pires dérapages du XXe siècle ont été le résultat du collectivisme économique et/ou identitaire — c’est-à-dire la volonté d’éliminer l’Autre au profit d’une norme unique, économique ou culturelle, imposée à tous.

Si la tentation de l’extrême-droite existe au Canada, c’est l’agenda identitaire, uniformisant et conservateur qui l’alimente — avec ses antagonismes et sa rhétorique du «Nous contre Eux» —, bien davantage que le libéralisme, qui considère tous les êtres humains comme libres et égaux, et qui favorise ainsi le respect, la tolérance et la diversité.

Qu’en dites-v0ous?

Pierre Brodeur

Il me semble que l’extrême-droite, avant d’accéder au pouvoir, a toujours été précédée par une extrême-gauche au pouvoir. La république Weimar et les quartiers »soviets » de Berlin avant la montée des Nazis, les percées du parti communiste en Italie avant l’élection de Mussolini etc.

Pour que l’extrême-droite puisse monter au Québec, il faudrait qu’un parti d’extrême -gauche, comme QS, prenne le pouvoir pour provoquer une réaction droitiste. Ici la gauche marshmallow succède à la droite marshmallow et ainsi de suite. Le PQ ne sait plus s’il est à gauche ou à droite ( Lisée vs. PKP), le PLQ est une copie conforme du PQ sans la souveraineté. Ces deux marshmallows se succèdent mais ne changent rien.

Il va falloir une bonne décote de la dette pour forcer les politiciens à agir et ils feront comme en Grèce, ils blâmeront les banquiers étrangers.pour les misères imposées au peuple.

Les Grecs évitaient par tous les moyens de payer de l’impôt et des taxes et leur économie s’équilibrait plus ou moins grâce au jeu de fluctuation de leur monnaie. Les FINANCIERS de GOLDMAN & SACHS leur ont concoctés des états financiers trafiqués afin de pouvoir accéder à l’EURO…

Suite à la Crise de 2008 et n’ayant plus de contrôle sur leur nouvelle monnaie… Leur économie se trouva en très mauvaise posture…Les BANQUIERS européens ont exigés de l’austérité… ( Air connu…) Les financiers de Goldman & Sachs ont pu se faire rembourser leurs prêts par les contibuables comme aux USA et prendre le controle de leurs banques….

Vous avez parfaitement raison.

Éviter par tous les moyens de payer son impôt est de la droite.

Donc, acheter du REER, un REEE, un Celi, contribuer au Fonds de la FTQ ou de la CSN, acheter des alcools ou des cigarettes hors du Québec, acheter un produit en ligne, etc… c’est être de droite? C’est bien ça?

C’est qu’il y en a des « drettistes » au Québec selon votre définition non? Assisterait-on à une invasion de l’extrême droite comme l’a stupidement évoqué votre ex-cheftaine?

N’importe quoi!

C’est la venue de l’euro qui a permis aux Grecs d’emprunter à des taux très bas et ils s’en sont bien trop prévalu.

Afin d’harmoniser les échanges entre nous tous, Blogueur éclairé !!!, il serait souhaitable de mettre à jour nos diverses conceptions des notions de DROITE et de GAUCHE (extrême ou pas), de LIBÉRALISME (néo ou pas) et de Social-Démocratie…( :- ) Je m’en vais de ce pas sur WIKIPÉDIA….