La triste histoire vécue des Romanichels

Nicolas Sarkozy n’est pas le premier à chercher noise aux Romanichels, tziganes, gens du voyages, gitans et autres appellations. Même les Dupont et Dupond, dans Les bijoux de la Castafiore, exsudaient leur mépris pour cette engeance. (C’était la pie voleuse qui avait pris le bijou, pas les Roms.)

Si, comme moi, votre connaissance de la problématique Rom se limite à ce que vous en a dit Hergé, quelques reportages et films (et Esméralda et la chanson Gitan de Garou) alors vous devez prendre le même cours accéléré que moi. Le juriste François Crépeau et la politologue Magdalena Dembinska m’expliquent tout-ce-qu’il-faut-savoir-des-Roms en 15 petites minutes, dans la dernière édition de Planète Terre:

Oh Oh ! Ne partez pas tout de suite. Vous aller rater l’explication du Désenchantement démocratique en Chine, par les sinologues Stéphanie Balme et David Ownby et la — mauvaise — critique que fait l’économiste Martin Coiteux du film Wall Street(2), d’Oliver Stone. (Je suis d’accord avec lui, en plus !)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

En complément, pour les intéressés au sujet, voici Enquête Exclusive, Émission d’affaire publique Française, Qui traite des Roms

Dans le passé avant la fondation des pays et leurs frontières les êtres humains pour se protéger des envahisseurs devaient construire des chateaux- forts et des forts. Durant 200 ans le Québec à construis des forts contre les anglais et leurs mercenaires Mohawks

L’Europe à fait l’erreur d’abolir les frontières sans abolir les nationalités et les européens en paient le prix comme dans l’histoire de ROM et des Sans Papiers qui se multiplient à vue d,oeil .

Mais les USA ne sont pas mieux à cause de la convoitise capitaliste et de la nécessité de l’esclavage déguisée en sous prolétariat d’immigrants illégaux .

Pendant que tout le monde s’entend pour traiter Sarko de « vichiste » dans cette affaire, les habitants des quartiers où les roms s’installent — littéralement dans leurs cours — sont victimes des conséquences : insalubrité, vols et apparition dans les rues de la mendicité d’enfants. Et c’est sans compter les allocations que l’état paye à ces nouveaux habitants.

Les ministres français, eux, se demandent pourquoi, si la France est si raciste, les roms expulsés reviennent sans cesse ?…
Surtout, pourquoi serait-ce à la France de s’occuper d’eux ? Pendant qu’on traite la France de fasciste, personne ne parle de la Roumanie, d’où les roms sont originaires, d’où ils sont citoyens, mais qu’ils fuient.

Les traités européens stipulent que la libre circulation entre les états est conditionnelle. On peut changer de pays et y rester plus de 3 mois à condition d’y travailler ou de pouvoir subvenir à ses besoins.
Mais bon, il doit s’agir d’une autre loi qui ne s’applique pas également à toutes les populations.

À Québec, les Québécois z’ont descendu dans la rue pour les Nordiques… Pourquoi ne feraient-ils pas pareil pour les Romanichels?

En passe d’altruisme?