La vidéo de 15 h 15: Niqab – le test du spaghetti

La très dynamique journaliste Michelle Ouimet, de La Presse, a vécu 48 heures en niqab à Montréal et a raconté son expérience samedi dernier dans son texte La vie en noir. Elle a fait face à un des nombreux défis que comporte la vie en Niqab : manger.

«Comment fait-on pour manger avec un niqab?

– C’est tout un art, répond [une habituée, Afifa Naz] en riant. Il faut soulever légèrement le voile pour laisser passer la fourchette. Mais ça prend une certaine expérience, sinon on répand de la nourriture partout.»

Boire représente un autre défi. «Prenez une paille», me conseille Afifa.

Un internaute me signale ce vidéo qui circule sur la toile depuis un certain temps. Je n’ai pas réussi à décider s’il s’agissait d’une expérience réelle ou d’une reconstitution. Merci de m’éclairer.

Laisser un commentaire

L’expérience de madame Ouimet est d’une innocence à faire peur, des femmes laïques d’origine musulmane ne trouvent pas son expérience amusante comme Djemila Benhabib qui avance: (…) Tester la tolérance des Québécois face à la niqab? – Depuis quand les journaux se font les relais d’une propagande chargée de barbarie à l’égard des femmes? Et, depuis quand devons-nous être tolérants face au fascisme, au nazisme, à l’apartheid sexuel et face à tous les bourreaux de ce monde qui saignent les femmes? (…)

La citation est un peu longue mais traduit l’exaspération de ces femmes devant une réduction de la séparation entre la religion et l’État dans (le beau Canada) au nom d’une conception du pluralisme ouverte à des religions qui elles par leurs principes ignorent la pluralité des conditions individuelles.

D’autre part, l’expérience de madame Ouimet qui en tant que journaliste militante de La Presse tente de culpabililiser les dits (blancs francophones de l’est de Montréal) en comparaison de ces gens très ouverts de Concordia provenant de tous les horizons ne peut que semer également la colère de ces mêmes mécréants blancs. Bref, l’article de la journaliste au mieux en établissant le pour et le contre envers la niqab n’aboutit qu’à une conception erronée de ce qu’est l’ouverture.

Que ce soit une expérience réelle ou une reconstitution, un seul mot me vient à l’esprit: RÉVOLTANT!

Une autre preuve que le ridicule ne tue pas.On en rit mais est-ce vraiment drôle d’accepter un tel degré d’asservissement?
C’est soi du masochisme ,soit de l’exhibitionnisme. On va mettre Rapaille la-dessus!!!

Je pensais justement que la femme qui teste les cours de français était justement une journaliste car son offensive est trop ferme malgré l’immense médiatisation . Qui sait ?
De toutes façons les femmes ou les hommes masqués c’est inacceptable au Québec et dans le monde entier même en Afghanistan .

“avoir l’esprit ouvert ne signifie pas de l’avoir béant à toutes les sottises”

L’expérience de Madame Ouimet reste tout à fait superficielle. Se déguiser pendant 2 jours n’a rien à voir avec la vie de ces femmes voilées. Ces femmes ne font pas semblant; elles portent avec elles un lourd héritage. Le costume n’est que la représentation de cet héritage. Les hommes et les femmes du Québec ont lutté afin de sortir du carcan de la religion et la société québécoise doit se doter de lois qui le clament haut et fort!!

En passant, écoutez ou enregistrez INFOMAN
ce soir à 19:30 hrs.

Jean-René à décidé de porter le Niqab pour ne
plus se montrer à la vue des femmes !!!!

Guy LeVasseur
Rimouski