L’affaire Dumont

Martin Dumont a perdu toute sa crédibilité lundi à la reprise des travaux de la commission Charbonneau. Sa chute mine au passage la crédibilité des travaux.

L’ex organisateur politique d’Union Montréal, en partie responsable de la démission du maire de Montréal, Gérald Tremblay, a maintenant donné quatre versions différentes de son témoignage sur l’existence d’une valise renfermant 850 000 $ que Bernard Trépanier aurait ramené dans les locaux d’Union Montréal, au cœur de la campagne électorale 2005.

Cette histoire est fausse. C’est une pure invention, a avoué M. Dumont aux enquêteurs de la commission, lors d’un entretien le 11 décembre dernier.

Lors de la reprise des audiences publiques, lundi, le témoin égaré a de nouveau maintenu qu’une opération de comptage de 850 000 $ avait bel et bien eu lieu, «au meilleur de son souvenir», a-t-il dit. Il s’est seulement trompé sur l’identité des personnes présentes…

Un collègue de La Presse résume bien ce matin le récit évolutif de Martin Dumont. L’homme qui voulait revêtir la cape du héros pour dénoncer les magouilles dont il aurait été témoin et complice mérite un zéro de conduite. Son «aide» ne sera d’aucun secours pour les commissaires qui devront oublier ce terrible cauchemar et passer à des nouveaux témoins que l’on espère plus crédibles.

M. Dumont est un menteur qui ne semble même pas se rendre compte qu’il se ridiculise en temps réel. Il court maintenant le risque d’être accusé de parjure, à l’instar de François Thériault. L’ex surveillant de chantier à la Ville de Montréal aurait menti sur l’importance des pots-de-vin reçus des entrepreneurs lors de son témoignage. Selon une enquête de la Sûreté du Québec (SQ) M. Thériault aurait obtenu un rabais de 30 000 $ sur l’achat de sa maison. Il ne l’a pas dit, ce pourquoi il a été accusé de parjure.

Martin Dumont risque de subir le même sort. Son avocate a plaidé lundi qu’il avait été piégé par les enquêteurs de la commission. Il aurait été détenu contre son gré, et privé de son droit à un avocat, en violation de ses droits constitutionnels. L’accusation est grave mais pour l’heure, il est impossible de déterminer avec certitude si elle est fondée. Si c’est le cas, les hypothétiques accusations de parjure qui pourraient être portées contre lui ne tiendront pas, et la crédibilité de la commission en souffrira à nouveau. Déjà qu’elle s’est laissée mener en bateau par Martin Dumont…

Les fidèles de M. Tremblay diront maintenant que l’ex maire été crucifié sur la basse de faux témoignages. M. Dumont a contribué à sa chute; il ne l’a cependant pas provoquée. Les allégations de Lino Zambito sur le financement illégal d’Union Montréal ont fait beaucoup plus mal à l’administration Tremblay, minée depuis trop longtemps par les scandales à répétition. M. Tremblay a dit lui-même qu’il a choisi de démissionner lorsqu’il a réalisé qu’il n’avait plus la confiance du nouveau gouvernement péquiste.

Après une pause exceptionnelle de presque deux mois, on attendait plus de la commission Charbonneau. Bien sûr, elle n’est pas à l’abri des témoins qui pourraient lui mentir. Elle dispose cependant d’une équipe de procureurs et enquêteurs chevronnés dont c’est le rôle de cerner les témoins à l’imagination délirante avant de leur offrir une tribune pour régler leurs comptes.

Laisser un commentaire

Dumont le témoin-vedette pour lancer les opérations de la Commission Charbonneau, vient de miner la stratégie de départ. Revision de l’importance du témoin: anéantir sa crédibilité.
Conséquence: job de bras des enquêteurs. Résultât:
gaffes en série. Le témoin-vedette lâche son avocate « bien griffée » contre la Commission et
ses « enquêteurs à gros bras ».
Prochaine épisode: Achat d’une clôture pour le prochain combat extrême avec, au centre, Me Gagné et, dans les coins ronds, les enquêteurs aux épaules carrées! Je prédis que quelques-uns vont se faire « coller » les épaules!! La suite plus tard.

Martin Dumont a menti, c’est sûr! Mais à quelle occasion? Il a pu être contraint par la menace de revenir nier les faits évoqués en premier lieu… ses déclarations premières lui ont fait beaucoup d’ennemis, et pas des plus tendres… de toute façon, il est maintenant connu que des organisateurs se promenaient avec des valises bourrées d’argent, donc, tout n’est pas faux, loin de là!

Avant d’écrire, citez l ingénieur qui dit la même chose que Dumont dans les grandes lignes… Qui vous dit que la version de la compteuse d’argent est plus juste?…