Laïcité : infâme au Canada, légale en Europe

Le débat autour de la laïcité n’est pas terminé au Québec pour la simple raison qu’une majorité de Québécois rejette le multiculturalisme, les accommodements religieux et l’idée absurde qu’un immigrant puisse vivre ici comme s’il n’avait jamais quitté son pays d’origine.

PolitiqueLe 1er juillet dernier, la Cour européenne des droits de l’homme reconnaissait à la France le droit d’interdire la burka en public. Quelques semaines auparavant, un tribunal français d’appel statuait qu’une garderie privée avait le droit de mettre à pied une employée qui refusait d’enlever son voile au travail.

Ces événements ont été peu commentés ici. Ce n’est pas très surprenant. Les journalistes, chroniqueurs, professeurs de droit — bref, la classe médiatique —, de même que les juristes, s’opposent très majoritairement à la laïcité.

On l’a clairement vu durant le débat sur la Charte des valeurs proposée par l’ancien gouvernement péquiste. L’argument constamment asséné pour dénoncer ce projet était simple : le PQ viole les droits individuels.

Fort de cet impitoyable constat, le philosophe Charles Taylor avait même comparé le Québec à la Russie de Poutine alors que Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal, le comparait à l’Espagne de Franco.

Mais voilà que l’Europe, contrée démocratique s’il en est une, en vient à une conclusion diamétralement opposée. L’interdiction des signes religieux est compatible avec le respect des libertés fondamentales. Incroyable ! Se pourrait-il que la classe juridique canadienne et ses alliés dans les médias ne détiennent pas le monopole de la vérité sur ce sujet ? Comme on dit, poser la question, c’est y répondre.

Ce débat n’est pas terminé au Québec pour la simple et bonne raison qu’une majorité de Québécois rejettent le multiculturalisme, les accommodements religieux et l’idée absurde suivant laquelle, au nom de la tolérance, un immigrant puisse vivre ici comme s’il n’avait jamais quitté son pays d’origine.

Malgré cela, comme pour s’assurer que ce débat ne revienne jamais, commentateurs et politiciens opposés à la Charte ont vu dans la dernière élection la preuve que le peuple rejette cette approche. L’historien Gérard Bouchard a même demandé à Bernard Drainville de démissionner, alors même que ce dernier venait tout juste d’être réélu. Cette lecture de la réalité ne résiste pas à l’analyse.

Le PQ a été élu en septembre 2012 et, à la suite de la victoire de Philippe Couillard à la chefferie libérale, quelques mois plus tard, il a traîné de la patte dans les sondages. Les aiguilles des intentions de vote ne se sont mises à bouger qu’à l’automne de 2013, lors de la présentation de la charte de la laïcité.

Malgré un flot de commentaires négatifs dans les médias, la Charte a recueilli un appui majoritaire dans presque tous les sondages et a permis au Parti québécois de rehausser sa cote de popularité auprès de l’électorat. À la veille du déclenchement des élections, le PQ obtenait 40 % d’appuis, se dirigeait vers un gouvernement majoritaire et était premier même à Québec.

Pour des raisons incompréhensibles, Mme Marois n’a pas parlé de laïcité au cours des deux premières semaines de campagne, au lieu de saisir l’occasion d’en faire l’enjeu central du scrutin et de le marteler à chaque jour.

Il n’y a rien comme une question idéologique importante pour animer une élection. La laïcité s’oppose de front au multiculturalisme et à la Charte canadienne des droits et libertés. Le PQ avait tout à gagner en faisant porter toute sa campagne là-dessus.

Déstabilisée par l’arrivée de PKP dans son équipe, lequel a crédibilisé l’idée (fausse) qu’elle fonçait pleins gaz vers un référendum, Pauline Marois a été mise sur la défensive, forcée d’improviser et multipliant les erreurs, ce qui explique sa piètre performance.

On aurait tort, toutefois, d’y voir un refus de la laïcité par les Québécois.

La montée du fondamentalisme religieux au sein de plusieurs confessions, notamment l’islam, est une donnée fondamentale de notre siècle. Déjà, avant les attentats du 11 septembre, et encore plus depuis, il y a une bataille au sein de l’islam entre divers courants, modernistes et laïques contre les partisans de l’islam rigoriste.

Comme le disait l’ancien premier ministre britannique Tony Blair à propos de la lutte au terrorisme, «cela signifie que cette bataille, j’en ai peur, n’est pas celle d’un petit groupe d’extrémistes non représentatifs et le reste du monde. À tout le moins, ce n’est pas que cela. C’est aussi un combat fondamental pour gagner le cœur, l’esprit et l’âme des musulmans. Ceux qui veulent amener l’islam à changer ont besoin de notre appui».

Le débat sur la laïcité québécoise s’insère donc aussi dans ce contexte global des relations entre les pays occidentaux et l’Islam. Cette dynamique ne disparaîtra pas, et le Canada y est confronté. Il est clair, à mon sens, que les événements à venir prouveront bientôt que la Charte de la laïcité n’a rien perdu de sa pertinence.

* * *

À propos de Frédéric Bastien

Frédéric Bastien est professeur d’histoire au Collège Dawson et l’auteur de La Bataille de Londres : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel. Il détient un doctorat en histoire et politique internationale de l’Institut des hautes études internationales de Genève.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

67 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je crois que vous avez un regard éclairé et juste sur la situation et sur ce qui nous attend.
J’ai toujours cru que le débat avait été mal conduit. Il a manqué de direction. Les dérapages ont été nombreux. Les opposants ont eu le champ libre pour en faire ce qu’il voulait, y compris faire croire à toutes les faussetés inimaginables.
J’espérais que ce n’était que la première prise.
Vous semblez le penser aussi. Sauf que ce que vous êtes y met immensément plus de crédibilité.
Les Québécois qui appuyaient la charte, comme autrefois des canadiens français, on pourrait dire qu’ils se sont laissés manger la laine sur le dos.
Imaginons qu’il y aura d’autres manches!

Dans mes mots:
-gardons loin de la place publique les religions et les croyances, une croyance ne sera jamais un fait parce qu’elle est partagée par des milliers de croyants même depuis 2 milles ans;
-le Québec au Québécois: a) en français b) ses Québécois peu importe d’où ils viennent, mais en acceptant de vivre comme des Québécois en se mêlant les uns aux autres, en façonnant ainsi le Québec qui sera en une éternelle transformation, mais pas en gardant pour toujours tout ce qu’ils étaient et en en voulant recréer ici et la des ilots comme s’ils étaient dans leur pays d’origine;
-les accommodements raisonnables ou pas, si c’est pour exclure un groupe ou un membre de ce groupe aux coutumes du Québec, ce sera toujours inadmissible: ex.: au travail, les mêmes vêtements pour tous sans exception lorsque c’est justifié: un turban ne sera jamais sécuritaire même si une religion exige de le porter en tout temps…; là où on porte tel costume et que les règles sont claires, aucune exception ne devrait être tolérée: ex. au soccer; et tout le reste imaginable et bien réel.

Encore le déni! M. Bastien et ses amis conservateurs Bock Côté et Bédard refusent toujours le verdict du 7 avril dernier.

Après l’élection du PQ par la gauche, la puissante courroie de transmission que furent les médias de Québécor, les 2,500 chroniques de Richard Martineau consacrées à l’islamophobie. les Janette, les artistes, oui tout cette artillerie lourde avaient fait bloc dans une campagne de peur exploitant sans scrupule la frilosité des régions.

Et oui cela avait presque marché! On assistait à une montée de racisme et de xénophobie, relents d’une époque peu glorieuse du Québec..

La preuve que cette charte « biaisée partisane » n’avait finalement touché les Québécois que superficiellement, c’est qu’il n’aura fallu qu’une profession de foi indépendantiste de PKP, le poing en l’air, pour que les inquiétudes soulevées envers la menace islamiste cèdent le pas à une inquiétude référendaire.

Et vous croyez qu’il aurait été plus avisé pour Pauline Marois de poursuivre la campagne de peur islamique?

Je trouve peu édifiante la façon dont les conservateurs indépendantistes rejettent la faute sur Pauline Marois. Ces mêmes penseurs qui avaient boudé la CAQ de Legault pour monter dans le navire péquiste en faisant le pari sur Pauline Marois.

Alors même que celle-ci était abandonnée par les Beaudoin, Lapointe, Curzi, la machine Québécor s’est rangée derrière Pauline Marois. Ces idéologues conservateurs étaient alors partis en croisade contre les Libéraux et ont fait en sorte de donner une couverture médiatique d’une ampleur indécente aux carrés rouges.. Pauline Marois se mêlant à ce tintamarre urbain.

Et oui! cette stratégie de nos conservateurs indépendantistes avait fonctionné… mais à moitié.. Le PQ avait remporté l’élection mais minoritaire.. les Libéraux à un cheveu de reprendre le pouvoir..

Et malgré un mandat minoritaire, nos bons stratèges derrière Pauline Marois lui ont fait entreprendre une gouvernance « ethnique identitaire » doublée d’un virage à droite, trahissant par le fait même la base électoraliste qui l’avait menée au pouvoir.

Alors svp on se garde une p’tite gêne! Infâme? c’est le détournement démagogique que vous continuez de faire de la laïcité.

Ce que vous ne dites pas c’est qu’en France au lendemain du vote « qui n’était pas unanime » nombre d’intellectuels ont exprimé leur honte de cette France qui ternissait l’image de ce qui faisait la force de ce grand pays « Liberté, Égalité, fraternité ».

« Nous autres, les Autres ». voilà en quoi a été travestie votre charte.. La laïcité c’est la neutralité de l’État.. Ce que vous prêchez ce sont des dogmes qui font de la laïcité une religion. Une loi encadrera en septembre prochain les règles de la laïcité.. et cette loi ne sera pas exclusive mais ne tolérera pas l’intolérable dans la gouvernance de l’État. Voilà qui conviendra au contexte Québécois.

Le contexte canadien et Québécois ne sont d’aucune mesure comparable à celui de la France.. Xavier Landès, chercheur danois et spécialiste du multiculturalisme, invite l’Union européenne à s’inspirer du multiculturalisme Canadien, imparfait certes mais qui selon lui est un exemple de bien vivre ensemble.

Alors M. Bastien, je vais vous la question de Jacques Godbout à Mathieu Bock Côté? Pourquoi vous ne vous exilez pas. Le plafond du Québec semble trop bas pour vous.. Jacques Godbout a donné à Mathieu l’exemple de Paul de Marjerie lequel lui aussi disait suffoquer au Québec et qui a fini par s’enlever la vie!!!!..

Madame Hélène Beaulieu, la reine du multiculturalisme de la planète soit l’Angleterre regrette ses choix passés et commence à le remettre en question pour l’avenir. Des études sur le sujet démontre que le multiculturalisme est une erreur pour les pays qui l’ont mis en pratique.

Cette erreur m’a amusé à chaque fois que je suis allez au défilé de la fête du Canada à Montréal. Dans les faits plusieurs choses m’ont fait me bidonner.
1- Alors que l’on devait fêter un pays: le Canada, encore mon pays légalement parlant même si je voudrais que mon pays soit le Québec et dans mon coeur et mes tripes il y a longtemps qu’il l’est, j’avais l’impression que l’on était à New York pour célébrer l’ONU. Les participants ne fêtant pas leur pays qu’ils habitaient maintenant pour certains et pour d’autres dans lequel ils étaient nés, mais ils célébraient leurs racines qui étaient d’ailleurs et celles de leurs ancêtres.
Ça doit-être un véritable dilemme lorsque les parents ne viennent pas du même pays. Si on y ajoute les grand-parents des deux côtés, il y a de quoi à bien rire. Tiens donc, cette année au défilé de la fête du Canada, je serai Russe car l’an passé j’étais Hongrois. Ça prendra combien de dizaines d’années avant que vous soyez Canadiens à la fête du Canada?
Et quand arrive la journée de l’année qui doit célébrer la Russie ou la Hongrie, vous déguisez-vous en Canadien?
Et puis le grand-père de votre père venant de la Russie, n’était-il pas Danois? Ça vous donnera un autre pays à fêter l’an prochain à la célébration du…Canada!
Si vous cherchez un peu, il doit bien y avoir de vos ancêtres qui viennent d’ailleurs!!!!
Dites-moi donc, si vous arrivez à remonter à Adam et Ève, quel pays fêterez-vous donc?
Ah la fierté d’être Canadien!
Pour qui?
Pas pour moi autant ça!
Et pas pour eux qui assistent à la fête du Canada à chaque année. En tout cas, pas assez pour qu’une fois l’an, au défilé célébrant le Canada, pas assez pour se déguiser en Canadien!
2- J’ai jasé un peu, ici et la, avec plusieurs qui étaient déguisés en quelqu’un d’autres qu’un Canadien en utilisant le costume traditionnel pour me guider sur les origines de ceux-ci. Je m’adressais surtout à des plus jeunes. Aucun ne parlait la langue du pays qu’il fêtait. Tous parlaient l’anglais. Très peu parlaient le français (- de 2%). Je vous rappelle que je suis à Montréal.
3- Et voila qui me fait encore m’amuser. Au défilé fêtant le Canada, la présence francophone est à toute fin pratique inexistante…même si près de 25% de la population est francophone. Et en plus, le comble, il y a de tout, sauf de reconnaissable visuellement parlant: des canadiens!

Longtemps après être arrivé au Canada, des Russes, des Indiens, des Pakistanais pour ne nommer que ceux-là, même lorsqu’ils se disent Canadiens, se disent avant tout Americans!
Il y a quelques années alors que javais des examens ophtalmologiques à l’hôpital Victoria, les examens préliminaires ont été fait par un stagiaire arrivé de la Russie, arrivé au Québec depuis plusieurs années. L’examen c’est déroulé sur plus de trente minutes: près du double du temps habituel. Pourquoi? Parce que depuis les débuts de l’examen il me parlait des normes Russes par ici et par là, se plaignait qu’il était à son xième stage, qu’il devait recommencer encore…, des normes québécoises discriminatoires, trop exigeantes pour le français, alors qu’en Russie il était un médecin ophtalmologiste reconnu….etc…tout cela en anglais évidemment, ai-je besoin de le préciser.
Je lui ai demandé s’il parlait français. Il m’a dit oui parfaitement.
Pourquoi ne me parlez-vous pas en français?
Voici sa réponse, que je site, je l’avais notée en plus, et j’aurais aimé lui conseiller de retourner en Russie: « Parce qu’en Amérique tous les hommes doivent parler l’anglais ».
Ce docteur après plusieurs années au Canada, plus précisément au Québec, lui, était en Amérique, c’est-à-dire: aux États-Unis d’Amérique!
Je regrette juste une chose, c’est de ne pas avoir fait autant de plaintes que possible à son endroit. J’espère qu’il été définitivement refusé.
D’autant plus que je n’ai jamais constaté s’il parlait parfaitement le français, car jamais il ne m’a parlé en français. Après cette phrase célèbre, j’ai parlé français, mais constatant que ce que je lui disais en français n’était vraisemblablement pas compris, j’ai parlé « bilingue ».
Pourquoi quelqu’un parlant aussi parfaitement français, a plusieurs fois été refusé à l’examen du collège des médecins…à cause entre autres de la langue française, en trente minutes ne m’a jamais adressé la parole en français?

Le multiculturalisme emmène et perpétue la confusion. C’est celui de pouvoir continuer à être ailleurs et partout sur la planète comme on est dans son pays d’origine.

Mais lorsque l’on déménage aux États-Unis d’Amérique, il n’y a plus de confusion. On est American.
Ah oui, il reste tout de même aussi une confusion, mais pas du même ordre. Une confusion que même trop d’États-Uniens « d’origines » ont aussi.
C’est qu’ils sont l e s a m é r i c a i n s, et donc les seuls a habiter l’Amérique!
C’est oublier qu’il y a plusieurs Amériques.
Que leur pays occupe qu’une partie d’une seule Amérique qu’il partage avec d’autres pays dont le Canada et le Mexique.

Madame, je suis d’accord avec vous. L’exemple français n’est pas le bon pour le Québec. Les lois françaises datent du début du XXe siècle, aujourd’hui les droits humains sont inscrits dans les chartes et la DUDH, nous devons donc combattre les idéologies néfastes sans abdiquer nos principes. Que vaudrait en effet des valeurs qui pour être défendues nécessiteraient d’être trahies?En Europe la CEDH a validé la règlementation française (et belge) en signalant qu’elle se trouvait déjà à la limite de ce qui est possible dans une démocratie. La loi sur le visage couvert (et non seulement voile intégral) invoque une raison de sécurité publique et n’attaque pas le coté religieux, c’est le bon angle d’attaque. Pour moi, lorsqu’une partie d’une idéologie est attentatoire aux droits humains, il faut dénoncer cet élément sans porter de jugement sur l’ensemble (de l’idéologie) et c’est en cela qu’une loi sur la laïcité n’est plus d’actualité: Les religions et l’état sont déjà séparés. La laïcité à la française visait principalement à limiter le pouvoir des Eglises, non celle des croyants or c’est bien le comportement de certains croyants , indépendament de leurs institutions (inexistantes chez les sunnites) qui pose problème aujourd’hui. Le jugement de la CDEH contient cependant un élément intéressant (quelle transposition en droit canadien?) sur le vivre ensemble « l’interdiction contestée peut par conséquent passer pour proportionnée au but poursuivi, à savoir la préservation du vivre ensemble ». C’est donc par rapport à ce dernier point qu’il faut se positionner en respectant les chartes au mieux.

C’est quand même remarquable de voir des intellectuels faire une lecture aussi simpliste de la situation.

Si on en croit M. Bastien, le PQ aurait eu en sa possession la potion magique de la laïcité mais il n’a pas pu s’en servir à cause de PKP??
D’abord, il n’y a pas de potion magique en politique. Si ça existait, ça se saurait…

Ensuite, une majorité de Québécois était en désaccord avec des éléments fondamentaux de la Charte des valeurs, dont le fait qu’on puisse congédier des fonctionnaires portant un signe religieux. Une opinion partagée par Jacques Parizeau, Gilles Duceppe, Lucien Bouchard, etc…

Finalement, si les Québécois s’opposaient si fort à la Charte canadienne des droits et libertés, ne demanderaient-ils pas l’abrogation de la Charte québécoise des droits et libertés qui garantit les mêmes droits?

Quand on se trompe autant sur les faits, peut-on se surprendre qu’on se trompe aussi sur l’analyse?

OncleMitch vous faites plusieurs conclusions qui n’ont pas de fondement.
Mais surtout vous oubliez qu’il n’y a pas de conclusion de rejet par la population Québécoise, ni du PQ, ni de la charte. D’autant plus que a charte, dans les faits, durant la campagne, on en a peu parlé, et ceux qui auraient dû le faire, lorsqu’ils l’ont fait, l’ont mal fait.
Mais surtout, on ne peut conclure que « la » population Québécoise à fait ceci ou cela, pensée ceci ou cela, décidé ou cela, parce que le PQ a été battu et que les libéraux ont été victorieux à la dernière élection.
Un peu de sérieux.
La majorité de la population qui c’est prononcé en faveur d’une idéologie majoritaire représente moins de 30% de celle-ci!

Je vous cite :

» une majorité de Québécois était en désaccord avec des éléments fondamentaux de la Charte des valeurs »

C’est faux. la majorité était en accord avec la Charte y compris les éléments les plus rébarbatifs. Retournez voir les sondages.

La Charte dit qu’on ne peut pas discriminé quelqu’un à cause de sa religion et que tout le monde à droit à la liberté de religion. Par contre, tu as le droit de congédier quelqu’un qui ne fait pas son travail correctement ou qui ne suit pas les règlement de l’endroit où il travail mais si c’est à cause de sa religion. Empêcher quelqu’un de porter un signe religieux, c’est imposer un uniforme. Ça ne brime pas la liberté de pratiquer sa religion. Naturellement, la Charte canadienne des droits et libertés est écrit de façon assez générale, c’est pour ça qu’il y a discussion, mais de dire que quelqu’un qui croit qu’on peut ne pas exhiber sa religion et avoir la liberté de la pratiqué est en désaccord avec la Charte est faux. Il y a une différence entre croire en la liberté de religion et croire que tout est permis parce qu’on as la liberté de religion.

Complètement d’accord. L’immigrant qui vient au CANADA et bien QU’IL IMMIGRE. Cela ca veut dire en simple: qu’il laisse son turban chez eux et qu’il se mette à notre rythme. Si cela ne fait pas son affaire et bien qu’il prenne la porte. C’est pur et simple. La fameuse Charte on n’a qu’à la changer et c’est tout. Des vestiges de PET, ca peut se modifier.

La laïcité de l’état est une garantie de traitement équitable pour tout être humain.

C’est le non respect de la laïcité qui viole les droits individuels parce que ici, au Québec nous sommes tous libres et égaux hommes et femmes , nous avons des devoirs et des droits égaux.
Mais il faut protéger cette laïcité par des textes de loi.

C’est parce qu’on respecte l’humain homme et femme que les immigrants arrivent ici et il faut que cela continu.

Depuis le début des temps la religion est une source de conflits, laissons dans nos vies privées les éléments qui risquent de provoquer ces guerres.
En vivant ici, c’est faire le choix de vivre avec nous et de respecter ce que nous sommes.

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres «

Oui, Madame Desjardins! Dans cette Amérique qui as toujours peur de se faire brimer sa liberté, on oublie souvent que « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres «

Vraiment désolant de lire les propos de M. Bastien, l’un des ces «intellectuels» de droite néo-conservateurs qui conduisent le nationalisme québécois dans l’impassse depuis quelques années. Exemple parfait de déni face à la déconfiture péquiste du 7 avril, alors qu’il en est, avec les gens de son espèce, l’un des tristes artisans. Passons sur ces raccourcis malhonnêtes à l’égard de la situation française et du jugement nuancé de la Cour européenne… Mais le plus dégoûtant réside dans cet allusion au fait qu’«un immigrant puisse vivre ici comme s’il n’avait jamais quitté son pays d’origine». Il faut vraiment n’avoir jamais rencontré d’immigrant, n’avoir aucune connaissance de la réalité de l’immigration, n’avoir aucune conscience du parcours d’embûches et souvent de discriminations que ces derniers doivent subir, pour lancer pareille sottise! Cela montre bien le fondement xénophobe et réactionnaire de la pseudo-pensée de M. Bastien et consorts. Heureusement, c’est ce délire identitaire et ce nationalisme réactionnaire qui a été mis aux poubelles de l’histoire, avec la charte péquiste, le 7 avril dernier.

Monsieur Marco Veilleux, je parle couramment 4 langues, j’ai un doctorat en relations internationales, j’ai vécu 5 ans à l’étranger, j’ai visité 3 fois le Moyen-Orient, j’enseigne dans un collège anglophone, je visite régulièrement le musée de l’Holocuaste avec mes étudiants, j’ai déjà travaillé pour l’ONU. Il n’y a donc aucun doute, je suis un méchant xénophobe, un fermé d’esprit qui refuse de s’ouvrir au monde!

Frédéric Bastien.

Qu’est-ce qui est odieux dans les propos de M. Bastien? Car au-delà de vos élucubrations accusatrices « inclusives », je ne vois pas.

Vous confondez laïcité avec uniformité de l’habillement. Peu importe le nombre de pays visités ou de langues maîtrisées votre papier est malhonnête. Enlever les restrictions sur les vêtements et la charte aurait facilement fait consensus. L’exercise fut un gros jeu électoraliste visant la réélection du PQ et non la laïcité du Québec. Prétendre le contraire est de la pure partisannerie.

L’uniformité a une importance dans le cas de la charte, elle démontre une volonté. C’est une façon d’afficher que sa croyance n’as aucune importance dans son travail. C’est superficiel, oui, mais c’est aussi superficiel que des employés qui doivent suivre un code vestimentaire pour rassurer les clients.

Sans vouloir vous offenser, si vous tenez un tel raisonnement et affirmez de telles âneries après avoir fait de telles études et fait un tel parcours, c’est très grave. À ce niveau, ça ne se soigne pas. Mais, consultez quand même, on ne sait jamais.

Il y a tellement de maladies qui ne sont jamais soignées Daniel Bouguer.
Connaissez-vous les vôtres?
La connaissance étant le pas primordial en tout, aussi vers la guérison, vous auriez intérêt à chercher!

Comme si ce « pedigree » montrait patte blanche… Incroyable tous ces faux raisonnements!!! Vous représentez pour moi cette droite nationaliste ethnique prête à toutes les manipulations pour gagner des adeptes. On peut se poser de sérieuses questions sur votre capacité d’enseigner. J’aimerais mieux entendre Marine Le Pen que vous. Au moins on aurait matière à rigoler.

Et que dire du titre et de la photo coiffant la chronique?? Pure démagogie…

Je récupère ici une illustration de la « présumée » folklorisation du fait francophone dans le ROC propagée par les séparatistes, illustration qui se prête avec beaucoup plus de justesse à la « présumée » menace islamique au Québec… « il ne sont que trois tondus et un pelé à porter la burka au Québec. ».

Et nos néo-réactionnaires qui s’inspirent des Finkielkraut, Bruckner vivent la France par procuration et tentent désespérément de transposer au Québec les problèmes de cette France malade de n’avoir pas su gérer adéquatement ses colonies.

Ne cherchez pas ailleurs pourquoi les Québécois préfèrent se tenir éloignés de ces propagandistes d’un nationalisme ethnique inspiré de la droite française.

Si un jour il devenait indiscutable que l’intérêt du Québec soit en dehors de la fédération canadienne, la mise en application d’un projet d’une telle ampleur reposerait sur une décision mûrement réfléchie et non pas sur une exaltation fanatique. Les idéologues identitaires actuels se sont accaparés le projet souverainiste et l’ont travesti en religion..

Les Québécois échaudés par l’époque du Clergé savent flairer le dogmatisme dans les discours et s’en tenir éloignés..

Vous accusez l’auteur de démagogie, un mot que vous utilisez à toutes les sauces sans en connaître le sens véritable, ce qui ne vous empêche pas de farcir vos commentaires de faussetés. Ainsi, dans ce commentaire, est-ce de la « démagogie » si c’est l’Actualité qui a choisi cette image sur sa page principale et que F. Bastien y est pour rien ?

Le problème des Français, ce n’est pas la laïcité, bien au contraire, comme le démontrent les deux exemples mis en évidence par l’auteur, ce qui aurait plutôt pour conséquence de nous convaincre de l’utilité d’une charte sur la laïcité. La menace islamiste est plus insidieuse que le port de la burqa, faut-il vous rappelez le cas où on a voulu introduire la charia dans un tribunal d’arbitrage familial en Ontario ?

Votre dernière phrase s’applique à l’islamisme présent à Montréal. Ne vous en déplaise.

Alors que moins de 30% de la population c’est prononcée pour ce soit-disant rejet Marco Veilleux?
Ah bon!
Peut-on appliquer les même règles pour devenir le pays du Québec.
On lance une élection référendaire, et avec la majorité de députés élus qui porteront le parti au pouvoir, si c’est celui qui proposera l’option, on fera le pays?
Je suis partant!

Vous êtes partant car vous n’avez rien à perdre, déjà que vous avez perdu deux référendums et qu’un troisième apparait lointai, très lointain. Mais ne comptez pas sur le PQ qui ne le fera jamais car cela serait son arrêt de mort.

Il y-a-t-il donc que le PQ pour faire la souveraineté?
Je ne suis pas péquiste mais indépendantiste.

Et puis même si j’ai écrit que j’étais partant, ce n’était pour démontrer le ridicule des commentaires auxquels j’ai répliqué…

Aucun pays appuierait un résultat comme celui la pour conclure à son indépendance et c,est très bien ainsi.

Mais il faut juste arrêter de faire dire n’importe quoi au peuple et d’arriver après une élection à n’importe quelles conclusions absurdes.

Harper est au pouvoir avec 20% du vote des canadiens.
Couillard est au pouvoir avec un peu plus de 30% du vote des Québécois.
Il n’y a aucun message de quelque peuple que ce soit la-dedans.
Le seul message, c’est que notre système électorale est ainsi fait, que l’on dit après chaque élection que la démocratie a parlée.
Mais pas moi!
Car il y a rien de plus mensonger!
Tout comme la politique et les politiciens, les affaires et les hommes d’affaires, la publicité que les deux groupes font, les population en majorité, et que tout ses systèmes pour qu’ils soient démocratiques et honnêtes ont tout à changer!

Les illusions je laisse cela à la majorité!
Next

Alors vous attendez qui au juste pour promouvoir vos idées? L’ON portée au pouvoir ferait automatiquement l’indépendance, ou aimez-vous mieux QS ?
Vous cherchez le pouvoir, le système vous permet de l’obtenir avec peu d’appui, qu’attendez-vous?

Être ou ne pas être voilà la question.. Pourquoi faire simple quand ça peut être compliqué?

Nous sommes le produit d’identités multiples. L’homogénéité québécoise relève du fantasme. Les « de souche » dont les ancêtres remontent au début de la colonie se font de plus en plus rares..

Le monde évolue, le Québec aussi.. Le Québec est une société vieillissante.. Les secousses émanent des boomers… le monde depuis les années 1990 vit une mutation de façon exponentielle.

On est dedans.. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.. Il en avait été de même au moment de la révolution industrielle.. La peur du changement frappe davantage les vieilles générations.

L’homme est fait pour s’adapter. Le cerveau des jeunes (la génération « y » en descendant) se retrouve transformé par les stimulis « extraordinaires » générés par la révolution technoloqique et numérique.dans laquelle ils ont vu le jour. Ils pensent en trois dimensions.

Les jeunes sont en symbiose avec leur époque. Nous les vieilles générations n’avons d’autres choix que d’apprivoiser autant ce faire se peut tous ces chambardements.. Nos points de repères sont à redéfinir. C’est irréfutable!

Je ne suis pas nationaliste.. Le nationalisme a toujours dégénéré en orgueil collectif. Le nationalisme est belliqueux. Je pense que la préservation d’une culture singulière en évolution comme la nôtre est plus à même de se pérenniser dans le cadre de la fédération canadienne. Je n’ai que faire des étiquettes, nationalistes, fédéralistes, canadiennes, québécoises, trifluviennes, alouette!

Pour moi l’identité et les valeurs se forgent dans le milieu familial. Le hasard m’a fait naître dans un des rares endroits pacifiques sur la Planète. L’espérance de vie y est élevé.. La diversité est à la base de l’écosystème.. C’est ce qui fait la singularité de chacun.

L’adhésion à une idéologie par rapport à une autre idéologie se fonde sur le bagage et le vécu personnel de chaque individu. Le mystère de la vie n’a encore en 2014 jamais été percé.

Ainsi donc les cerveaux les plus évolués partagent une vertu commune, l’humilité.. l’humilité de ceux qui ne peuvent que reconnaître la limite de leurs connaissances..

Alors ceux qui se prétendent porteurs de la Vérité n’en représentent pas pour autant « La Vérité »..

J’aime ce que je suis. « Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas qu’on te fasse à toi-même ».. Voilà ce qui, à mon sens est le meilleur rempart contre un retour à la barbarie…

La bête humaine étant ce qu’elle est des lois existent pour punir ceux qui bafouent la dignité humaine. Et jusqu’à maintenant, le moins imparfait des systèmes qui a réussi à instaurer un semblant d’ordre dans la complexité des rapports entre humains c’est la démocratie.

Alors quand on a la chance de vivre en démocratie, on l’apprécie. On ne dépense pas ses énergies sur des questions « anecdotiques ». Car le débat souverainiste/fédéraliste canadien c’est un luxe qu’on se permet dans le confort canadien..

Ce luxe, eh! bien que ce soit au Moyen Orient, en Ukraine, en Israeël/Palestine, etc… les humains de ces pays en guerre perpétuelle ne peuvent se le permettre.

Nous sommes des enfants rois et ce débat relève aujourd’hui en 2014 du caprice.. Changez de perspective! Les immigrants qui viennent s’établir au Canada savent apprécier la sécurité de leur nouveau pays d’adoption. Ils savent ce qu’est la souffrance..

Les « de souche » ne font plus assez d’enfants. On est voué à l’extinction. On a besoin d’immigrants pour se regénérer. Mais comment peut-on prétendre désincarner de sa culture un immigrant? Il la porte en lui. Les emprunts à sa terre d’adoption se feront graduellement…

L’humain est en perpétuelle évolution.. Les Québécois n’y échappent pas..

Peut-être sommes nous arrivés à la fin d’une civilisation.. L’humain est impuissant face à son sort d’humains.

En attendant, ce qui compte c’est la Vie! Profitez-en pendant qu’elle passe. Une deuxième chance? Quand c’est fini, c’est fini!

Et ce débat n’en est que des plus exaspérants.. Qu’est ce qu’ils veulent de plus ces Canadiens??

es « de souche » dont les ancêtres remontent au début de la colonie se font de plus en plus rares..

Quelle énormité qui traduit une profonde, méconnaissance de notre peuple.
Les de souche comme vous les appelez (expression ridicule pour parler des Québecois, alias les Canadiens Français, alias les Canadiens) c’est-à-dire ceux qui ont au moins 7 arrières-grands-parents nés en Amérique du Nord et dont la majorité des ancêtres nord-américains remontent au 17e siècle, constituent toujours les trois-quarts de la population du Québec.

Avec un nom comme Beaulieu, vos ancêtres doivent être ici depuis 3 siècles et demi. Bon Dieu, d’ou vous vient le mépris de vos ancêtres et de votre peuple?

Amen!
Les de souches dont je suis et d’un certain âge, lorsqu’on étaient jeune, apprenait à respecter le territoire que l’on habitait et avant la classe de l’après-midi, le vendredi nous chantions le: OH CANADA.
Mes ancêtres sont de l’ile Jersey, de l’Irlande, de l’Écosse, de l’Angleterre du côté paternel et de la France du côté maternel.
Personne n’a jamais revendiquer de parler de la terre de ses ancêtres. L’hymne à apprendre était celle du Canada, nouveaux arrivants comme de souche. L’histoire à apprendre était celle du Canada, notre pays à tous, nouveaux arrivants ou de souche.

PET a changé la donne pour que les canadiens français, à cause de la peur des méchants Québécois séparatistes, des minorités comme les autres.

Vous pouvez bien nous raconter votre chemin de croix de la vie, de votre vie, du Québec et du Canada, de l’évolution et faire ainsi diversion, mais la réalité, le melting pot et le free for all, le feu aux poudres a été engendré par PET.

Le Québec en français peut persister, mais pas dans le Canada et pas avec la supposée et fausse évolution du multiculturalisme et des religions à toutes les sauces! Le Québec c’est débarrassé un jour du joug de la religion catholique , ce n’est pas pour s’en laisser imposer d’autres par des nouveaux arrivants souvent minoritaires même dans leur ethnie, et pour laisser la place à l’individualisme à tout crin!

La game n’est pas fini. Ni celle de l’indépendance, ni celle de la laïcité, j’en suis convaincu!

Non seulement, il fallait chanté le Ô Canada, il y avait aussi le salut au drapeau qui précédait, avec un élève portant le drapeau du Québec et un autre récitant : « Drapeau de ma province, salut. À toi, mon respect, ma fidélité, mon amour. Vive ma province, vive son drapeau! … » Que de souvenirs !

Je reprends vos propos: » les humains de ces pays en guerre perpétuelle ne peuvent se le permettre. » Ainsi que : » Mais comment peut-on prétendre déinscarner de sa culture un immigrant »
Matière à réflexion.

Et, voici lorsque vous vous y mettrez: comment peut-on forcer un pays d’adoption à accepter sans même y réfléchir tout le racisme que ces cultures comportent.Comment peut accepter que l’égalité homme et femme soit bafouée sans rien dire?
La peur du changement frappe davantage les vieilles générations, comme vous dites et j’ajouterais les vieilles cultures.Il est difficile pour un immigrant de laisser ses bagages derrière lui…

L’évolution , c’est aussi à l’immigrant de faire sa part et beaucoup le font.

Pensez-y …avant de cracher votre venin.

Wow!!! Bravo, vos propos sont clairs et éclairés. Reste qu’on est géré par des lois et des gouvernements qui ont oublié ces préceptes de base.

Si vous pensez que le projet de Charte est mort, détrompez-vous. Le débat n’a fait que débuter. Plus il y aura d’immigrants vivant en accord avec leur tradition et leurs coutumes autour du Québécois moyen de souche, plus le projet de Charte deviendra une absolue nécessité pour une majorité de la population. C’est bien parce qu’une bonne partie de la population à savoir les régions éloignées de Montréal ne se sent pas encore menacée que le projet n’a pas abouti, mais cela viendra petit à petit. De plus en plus de Québécois « de souche » ne se sentent plus chez eux ici. Il ne s’agit pas de xénophobie, mais d’une simple peur normale que le Québec qu’ils ont connu devienne trop différent. les valeurs de certains immigrants sont trop différentes des nôtres et ils ne s’intègrent pas suffisamment. Il s’agit seulement de parler avec les gens autour de nous pour s’apercevoir qu’il y a un fort courant d' »écoeurantisme » envers la différence. Il ne faut pas perdre de vue non plus que les libertés collectives se doivent d’avoir préséance sur les libertés individuelles. Où s’en ira le monde s’il n’y a pas de règles collectives régissant la société ?

Ce que vous décrivez n’est pas nouveau. Lors des vagues d’immigration avant disons 1970, le clergé québécois contrôlait l’accès aux écoles françaises ( catholiques) et écartait systématiquement les immigrants. Les Grecs ( orthodoxes) étaient classifiés comme protestants pour fins scolaire, les Juifs aussi. les Italiens qui eux étaient catholiques furent envoyer chez le clergé irlandais.

L’héritage de ces actions fut que la vaste majorité des immigrants d’avant 1970 se sont intégrés à la communauté anglophone. Tout cela a changé avec la loi 101 mais ce n’est encore pas assez pour les nationalistes peureux. Faudrait en plus de parler français, que nos immigrants s’habllent exactement comme ceux qui sont ici depuis des générations.

Aucune charte ne changera cette réalité de la nature humaine. C’est le temps et les générations qui feront leur oeuvre. Vouloir forcer provoque l’effet contraire.

Êtes-vous nord-Coréen Ladak?
Une majorité d’immigrants viennent ici pour nos valeurs de liberté et fuir les intégristes religieux.
Les intégristes sont extrêmement minoritaires dans leurs pays (ici aussi d’ailleurs) mais en mènent très large et voudraient s’imposer de la même façon ici.
Est-ce ça la liberté?
Et cela de la liberté de religion?
Ou de l’imposition de n’importe quoi que quelques individus au nom de leur interprétation de la religion, souvent assez loin des textes, voudraient faire ici aussi?
Comment se fait-il que ses intégristes viennent ici et se rendent ainsi aussi malheureux en rencontrant aussi peu de liberté de religion et d’actions…qu’ils avaient déjà là d’où ils viennent?
Quel est leurs buts?
Que veulent-ils donc?
Ne pas confondre liberté de religion ou liberté de coutumes ou encore n’importe quel genre de liberté et vouloir s’imposer selon nos propres règles à la majorité, en tout lieu et en tout temps en terre d’accueil!

Pourquoi devrait-on accepter un turban à la place du casque de sécurité requis?
Pourquoi au tribunal, à l’aéroport, dans les avions le kirpan est un couteau comme un autres et pourrait-être une arme dangereuse mais pas dans les cours d’école?
Pourquoi une croyance religieuse d’un groupe restreint imposerait des règles différentes à celles déjà existantes au sein d’un groupe?
Pourquoi une croyance religieuse d’un groupe restreint imposerait un changement de pièces vestimentaire règlementaires depuis toujours au sein d’un groupe ou d’une organisation?
Pourquoi que ses revendicateurs n’accepteraient-ils pas les règles existantes ou encore d’observer en tout temps, en tout lieu leurs préceptes et c r o y a n c e s et leurs c o n s é q u e n c e s ?

Vous avez tout à fait raison!

n’oublions pas, voilà pas si longtemps en Ontario une loi permettait les tribunaux religieux lors de litiges familiaux( divorce, garde d’enfant,etc) et que le gouvernement les ont interdit lorsqu’il fut question d’instaurer la charia.
La pression populaire, la menace de rébellion des députés de son parti a fait reculer le premier ministre de l’Ontario.

Les imans continuent d’utiliser la charia mais leurs décisions n’a plus valeur de loi…

Vous avez bien lu, ils continuent d’utiliser la charia…mais qui va s’en plaindre devant les tribunaux?

Comment ça se passe ici?

Je me souviens d’une époque où l’on accusait les français d’être à la source de l’éveil d’une nouvelle génération qui revendiquait le respect des individus, dénonçait le traitement de citoyens de deuxième classe, réservé au canadiens-français. Drôle comment l’histoire se répète.

Et maintenant on cite Tony Blair, celui qui a conduit son pays aveuglement dans la guerre d’Irak et qui fut surnommé le chien de poche de George W. Bush ! Ce que M. Bastien ne cite pas ce sont les nombreux dérapages des soi-disant laïcistes québécois, en commençant par Bernard Drainville lui-même. Celui qui a dit que ceux qui étaient contre sa charte étaient forcément pour l’islamisation du Québec . Et Mme Janette qui voyait des islamistes partout. Et que dire du témoignge des Pineault-Caron avec Drainville à leurs côté pour les encourager !

M. Bastien néglige aussi de nous dire que la charte aurait obtenu un large consensus en enlevant les restrictions sur les signes religieux. le reste passait comme un couteau dans le beurre, mais le PQ le gardait pour des fins électorales évidentes. C’était rendu trop évident et cela a miné la crédibilité du PQ.

M. Bastien aurait voulu qu’un gouvernement minoritaire aille en élection après 18 mois au pouvoir pour une seule raison: faire avaler la charte qui créait plus de problèmes qu’elle n’en règait. Analyse trop simpliste et partisane, et le monsieur est prof en plus !

Drainville et Bastien, deux pleurnichards indépendantistes incapables de faire le deuil de leur xénophobie. Il faut avoir un rare culot pour nous claironner la politique française comme modèle concernant l’immigration. Un échec lamentable sur toute la ligne. Allez voir ce que vivent les immigrants même de troisième génération dans ce pays. Les indépendantistes veulent conserver la soi-disant culture québécoise et exiger que tout nouvel arrivant laisse sa culture à l’aéroport et devienne une copie conforme à leur image de Québécois de souche. C’est aller à l’encontre de la nature humaine.

Nous avons une culture propre au Québec. Et avant de sauter dans les élucubrations « inclusives » intolérantes, sachez que tout nouvel arrivant se doit d’épouser la culture de sa société d’accueil, non pas de vivre comme s’il n’avait quitté sa terre natale.

J’ai rarement lu un texte contenant autant de mensonges et de demi-vérités. Et vous enseignez au cegep??? Misère.

Au départ, presque tout le monde au Québec est POUR la laïcité sauf que tout le monde n’a pas la même définition de celle-ci. La mienne, je la tiens de la Ligue des Droits et Libertés. L’état est laïque, les individus ne le sont pas nécessairement.

Je suis agnostique, de gauche, féministe, syndicaliste et progressiste. Les mensonges, les bassesses et la manipulation de Drainville ne m’intéressent pas. Elles n’ont fait que diviser les gens au lieu de les réunir dans ce qu’ils ont de plus grand.

«Au départ, presque tout le monde au Québec est POUR la laïcité sauf que tout le monde n’a pas la même définition de celle-ci. La mienne, je la tiens de la Ligue des Droits et Libertés. L’état est laïque, les individus ne le sont pas nécessairement.»

Vous omettez de dire (sciemment?) que l’espace public devrait être laïque. Les religions devraient se pratiquer dans la sphère privée, car les droits des uns s’arrêtent là où ceux des autres commencent. Alors, la liberté de religion ne devrait pas empiéter sur la sphère publique commune, là où tous sont égaux.

Et pour votre information, je suis aussi un progressiste centriste. Je ne gobe pas l’intégralité des discours inclusif (je rejette le multiculturalisme à tout crin) et pro-charte (on a vu ce que donne un débat aussi fondamental lorsque utilisé à des fins électoralistes).

C’est beau d’affirmer que la religion doit se vivre privément. On oublie, cependant, que l’islam est une religion qui se pratique sur la place publique !!!! Comment peut-on concilier la laïcité de l’État et la pratique de cette religion ? Les signes distinctifs sont là justement pour que l’on reconnaisse les adeptes de l’islam.

Plusieurs musulmans immigrent pour s’adonner au prosélytisme. Comme le proclame Tarik Ramadan, en Amérique, il suffit de faire de petits pas, de petits gains, d e s’implanter len-te-ment mais sûrement ! En fait, le succès de l’islamisation en Amérique tient à la loi du nombre. Attendez encore un peu, à peine une dizaine d’années. Ce que nous pouvons être aveugles … Nos gouvernements sont – ils conscients de ce qui se passe en Europe ? Le multiculturalisme est UN ÉCHEC mondialement reconnu ! Il n’y a que nous qui n’avons rien compris.

Monsieur Sirois, d’après plusieurs intervenants, sera-t-il considéré comme un xénophobe ? Les musulmanes démocrates qui nous conseillent la prudence parlent à travers leur chapeau, je suppose ? Ici, des petites filles de 10 ans portent le voile. Cela ne se fait même pas dans le Maghreb… Nous avons eu la chance de vivre en paix, seuls sur notre territoire. Maintenant, nous vivons notre religion privément et collectivement, nous sommes des borgnes : incapables, à partir d e l’expérience des autres peuples, d e nous prémunir contre l’envahissement.
Et monsieur Sirois, quelle crédibilité a- t -il ?

À ceux et celles qui aiment lire … je vous propose le titre suivant Le Québec, la Charte, les autres, et après ? Le livre est sorti pendant la dernière campagne électorale et il n’a pas fait grand bruit et pour cause ! Si vous voyez là le moindre désir des musulman(e)s de s’intégrer un peu à notre culture, ben vous rêvez les yeux ouverts.

http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=193867

http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=193867

« Je suis agnostique, de gauche, féministe, syndicaliste et progressiste »

Bizarre que vs n’ajoutez pas souverainiste puisque tout ça vient dans le même sac.

Ce qu’il y a de chiant à constater, c’est que nos gouvernants, dits modernes, acceptent de faire prédominer les droits individuels d’une minorité de religieux à l’encontre de la majorité qui elle est pour le moins non croyante et non religieuse. La plupart des croyants, particulièrement ceux venus d’ailleurs et dont la plupart n’ont aucune liberté de démocratie dans leur pays d’origine, utilisent la Charte des Droits et Libertés pour perpétuer leur croyances naìves et autant absurdes que toutes les religions peuvent prêcher. Avons-nous besoin de croire au petit Jésus ou Mahomet ou autre pour être bon? Pour posséder des principes et avoir de la morale? Accepter les religions c’est aussi dommageable et autant néfaste que de faire accepter le racisme.

On pourrait dire exactement la même chose sur les non-croyants radicaux. Ceux, comme vous, qui voudraient éradiquer toute forme de croyance ( naïves et absudes dites vous) sont une menace à la vraie laîcité. Car la vraie laïcité veut que l’état soit aveugle face aux différentes croyances et que tous soient respectées. Laissez-nous tranquilles avec votre non-croyance doctrinaire , ce que vous proposez ce n’est qu’une autre forme de l’Inquisition.

Je vous recommande de lire Le Grand Remplacement de Renaud Camus. Vous découvrirez ce que la laïcité à la française recouvre véritablement. Pas dojo du tout.
M. Hétu

« Renaud Camus, écrivain proche de l’extrême droite, a été condamné, jeudi 10 avril, à 4 000 euros d’amende pour provocation à la haine ou à la violence pour des propos tenus le 18 décembre 2010 lors des Assises internationales sur l’islamisation, à Paris. Théoricien du « grand remplacement » qui menacerait selon lui la civilisation française, Renaud Camus a en outre été condamné à verser 500 euros de dommages et intérêts au Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). » Le Monde

En effet, ce n’est pas jojo.

Sujet qui soulève les passions! La discussion qui suit l’article en est une preuve éloquente. Mais en fait tout le monde peut avoir raison dans les circonstances actuelles puisque la laïcité est une notion parfaitement acceptable en droit. La question relève de l’opportunité politique car la charte de M. Drainville aurait certainement été jugée conforme aux droits humains si ce n’est pas par la Cour suprême du Canada, certainement devant les tribunaux européens et internationaux.

La question mérite d’y penser sérieusement car le pays dans lequel on vit sera défini par ce que nous faisons et ferons dans les prochaines années. Veut-on d’une société multiculturelle où des ghettos se forment dans les grandes villes et où on ne parle aucune des langues officielles du pays, comme à Richmond en CB où la majorité des citoyens est d’origine chinoise? Est-il normal qu’on puisse vivre dans un pays sans en parler une des langues officielles pendant des décennies? D’autre part, est-ce que l’interdiction de porter des signes religieux quand on travaille pour l’état est si importante qu’il vaille la peine d’en faire un débat? En quoi le port d’un hijab rend la personne qui le porte moins professionnelle et moins apte à faire son travail?

Donc, ce n’est pas réellement une question de droits humains (on n’en est certes pas rendu là, du moins jusqu’à présent) mais bien d’une question politique où les convictions de chacun valent bien celles des autres et où le respect dans la discussion est essentiel si on ne veut pas déraper dans une querelle de personnalités. M. Bastien soulève une discussion qui mérite d’être faite car les résultats de la dernière élection québécoise ne règlent pas le problème et ne visent que le Québec alors que la question se pose à travers le Canada en entier.

Ah que vous parler bien, vous avez tous raison. Mais moi je ne me sens pas vraiment concerner par vos echanges. Je n’ai pas de hautes études et ma grammaire laisse tres a désirée. Je suis le produit de parent d’origine francaise (remontant a 1685) et d’une mere mohawk. Si je me fis a mes origines autochtones, ce que vous décriez si bien c’est ce que les « chrétiens » ont fait avec nous depuis le début de la « colonisation » avec une tres grande fermeté. Je vous comprend d’avoir peur des intégristes des deux cotés. Mais c’a bien sur c’est un autres débat qu’on a pas le temps de faire, l’a t’on jamais eu….

Intéressant Michel et ça soulève tellement de points.

Sans excuser tout ce qui c’est fait au nom des religions, il reste qu’on ne peut refaire l’histoire et surtout toutes ses conséquences.

Mais on peut tout de même admettre qu’il n’y a pas aussi longtemps encore on se servait de l’ignorance et de la naïveté de la population pour tout lui imposer par la force sous toutes sortes de formes selon les époques au nom de toutes sortes de faux principes, d’histoires de ma grand-mère, de chimères, de coutumes dont les préceptes et les résultats véritables n’avaient aucun fondement vérifiables et preuves scientifiques.

Parce que de nombreux pays sont encore assez prêt des pratiques de ses temps que l’on croirait dépassés, terminés, que dans les manuels d’histoires ou dans les films, il peut être facile de comprendre que cette réalité existe encore.

Mais ici au Québec, au Canada, je ne comprend pas qu’autant de gens, une très grande majorité fort instruite en tout cas en comparaison aux temps dont je fais allusion, une majorité souvent se disant non-croyants, puissent accordés autant d’importance et d’appui à des gens en minorité qui veulent encore imposer autant de croyances et de coutumes d’un autre temps!

Tout ce qui a existé n’est pas qu’à rejeter…mais des croyances restent des croyances.
Tout ce qui a existé n’est pas qu’a rejeter…mais lorsque des études et des recherches, souvent à répétition prouvent que telles coutumes n’ont plus aucune utilité et en ont jamais véritablement eus à part pour quelques dictateurs, dirigeants ou profiteurs, il faudrait peut-être cessez de leurs accorder de l’importance.

Que chacun croit ce qu’il veut ou fasse ce qu’il veut sous son toit, dans sa bulle personnelle, je veux bien, si ça ne dérange pas personne et que ça ne va pas à l’encontre des lois des hommes, mais dans l’espace publique, il faudrait cesser de défendre n’importe quoi, et surtout cesser d’appuyer ceux qui au nom d’une liberté quelconque mal interprétée, exige n’importe quoi!

Liberté de religion je veux bien, mais à sa place! Dans son espace personnelle!

M. Pierre, il est certain que le port d’un hijab, d’un kirpan, d’une croix, d’un turban ne rend en rien la personne moins professionnelle mais par soucis d’un traitement équitable, il est impératif que lorsque ces personnes travaillent pour l’état n’affichent pas ces signes.

Si j’étais juive et que j’étais face à un policier ou un pompier ou un professeur, ou un juge, etc. qui porte une croix gammée ( parce c’est son droit de croire en ce qu’il veut) , j’aurais certainement un traitement équitable mais je ne me sentirais pas bien…

_ Simpliste, direz-vous…
_ Pas tant que cela!

Je ne suis ni xénophobe ni raciste et pourtant, je suis furieusement pro-charte des valeurs, telle quelle. Et je le resterai toujours. Cependant, je déplore que madame Marois et monsieur Drainville n’aient pas dénoncé vigoureusement les écarts de conduite et de langage envers les porteuses de voiles. Je déplore également que certains accommodements envisagés, tels le retrait du crucifix du mur de l’assemblée nationale ainsi qu’une clause grand-mère pour les employées voilées et autres porteurs de signes ostentatoires (kippa, turban ou autre), n’aient pas été mentionnés dans le débat public. Mon radicalisme en la matière s’étend même dans la sphère publique, i.e. au-delà des personnes employées de l’État québécois. Je ne comprendrai et n’accepterai jamais de voir sur la rue un couple composé d’une femme en niqab, en tchador ou en hijab et d’un homme en bermuda, sandales, t-shirt. C’est tout simplement insultant et agressant pour tout féministe (incluant les hommes qui le sont aussi). Enfin, je peux comprendre certaines règles religieuses à la condition qu’elles ne soient pas obligatoires en tout temps, i.e. que la femme et l’homme (les deux absolument) puissent porter leurs vêtements symboliques (voiles, coiffures, barbes non taillées, etc.) dans des périodes religieuses (ramadan, ou autres fêtes religieuses, ou une fois par semaine). Ce sont les aspects obligation en tout temps et discrimination homme-femme qui sont détestables.

Madame Ghislaine Meilleur, la barbe non taillée…une fois par semaine: vous êtes bien bonne de laisser cette liberté, mais c’est difficilement réalisable…
J’ai voulu surtout m’amuser un peu.
Je partage assez votre point de vue à part sur la rue.
Chacun doit apprendre à prendre sa place.
Chacun doit prendre sa place.
Au travail, pour l’état ou au privé, je partage votre point de vue, mais dans les moments « privés » aux gens, j’ai beaucoup plus de difficultés.
On ne peut pas libérer les gens à leur place. On doit laisser chacun, plus souvent chacune, à son rythme se convaincre des changements nécessaires, l’expérimenter et s’y habituer. Les pressions surtout des hommes dès l’enfance est très forte sur elles.
Et puis, il y a toutes celles qui l’ont choisi ainsi…en toute liberté…comme les Québécoises « de souches et pure laine » qui décident d’adopter les coutumes de leur mari ou encore sans même aucune union décident également d’adopter d’autres religions et de s’y conformer.
Et c’est ainsi que si la discussion sur la charte est hasardeuse, et le consensus probablement impossible, son application apportera son lot de pièges…tout en gardant en tête qu’il n’y en a aucune d’adoptée et que la veille d’une adoption n’est pas pour demain.

Une certaine élite québécoise a au fil des ans travaillé fort pour bloquer le progrès. Au début du XXème siècle un million et plus de francophones avaient dû quitter pour le Vermont faute de travail.. Les membres du Clergé du haut de leur superbe condamnait haut et fort ces hérétiques.

Pourtant si le Clergé avait été le moindrement visionnaire il se serait rendu compte que la revanche des berceaux avait créé une pénurie de terres cultivables. Les jeunes issus de familles trop nombreuses s’exilaient. Là où ils trouvaient du travail c’était dans les usines tant honnies du Clergé réfractaire à la révolution industrielle.

La révolution française a rencontré au Québec l’opprobre des élites.. pendant que la France s’émancipait du Clergé, au Québec nos missionnaires partaient en mission pour évangéliser l’Afrique. L’académie française avait pris forme et l’enseignement d’un français rigoureux devint obligatoire pour tous les français.

Ici nos élites avaient fait le choix de conserver le vieux français.. Les femmes anglophones canadiennes obtinrent le droit de vote dans les années 1915 alors que les femmes francophones canadiennes ne l’obtinrent qu’en 1944. Le Clergé était contre l’instruction pour tous. Ce n’est qu’au début des années 1950 que l’école devint obligatoire pour tous les canadiens français.

Nos élites étaient contre la conscription. Cette guerre était celle des Anglais contre les Français propageaient-elles. A un point tel que ces nationalistes en pinçaient pour Mussolini et Pétain.

Un certain Jean-Charles Harvey, qui à cette époque utilisait son journal « Le Jour » pour éclairer les Québécois sur la réalité de cette guerre qui se dessinait et qui appuyait les résistants de De gaulle, a été ostracisé et par la suite complètement évacué de l’Histoire..

Ses idées libérales ont été reprises par la suite par les signataires du Refus global. Il fut en quelque sorte le précurseur de la révolution tranquille. Une page se tournait sur les années de grande noirceur de l’ère Duplessis

Dans les années 1960 Jean Lesage et son « Maître chez nous » a posé les premiers jalons de notre émancipation.. Par la suite les Levesque, Parizeau ont quitté le PLQ pour fonder le PQ dans la foulée du RIN de Bourgault.

Le mouvement nationaliste n’est jamais arrivé depuis à rejoindre une majorité de Québécois. Si en 1995 le résultat a été aussi serré c’est en raison de méthodes peu orthodoxes utilisées (le piège à homards) et de Lucien Bouchard dont le mauvais sort avait malencontreusement choisi ce moment pour le terrasser. L’émotion était à son comble.

Un contexte où tous les astres se rejoignaient comme en 1995 serait difficile à reproduire.. Alors les nationalistes utilisent depuis toutes sortes de subterfuges (la Charte, le dernier en date) dans l’espoir de créer la condition gagnante.

Les nationalistes conservateurs identitaire ont fait prendre un virage à droite au mouvement nationaliste qui n’a pas l’heur de plaire à la gauche nationaliste. Ils tentent de reproduire ici le contexte politique qui se vit en France, là-bas où la gauche et la droite font front commun dans une campagne islamophobe. Un retour du refoulé en quelque sorte.

La stratégie depuis le défaite du 7 avril sera de faire élire le Magnat de la presse québécoise à la chefferie du PQ lequel pourra utiliser sa machine médiatique à la faveur du PQ. Déjà sur les blogues un tri se fait parmi les chroniqueurs et les commentaires.

Comme l’explique si bien MBC le politicien doué sait reconnaître son adversaire. Il le diabolise tout en faisant en sorte que ses arguments reçoivent le moins de couverture possible. Louanger pendant ce temps l’adversaire le plus inoffensif..

Les membres de la Fondation Lionel Groulx s’activent encore et toujours pour arriver à la Terre promise.. C’est leur droit. Il faudrait par contre qu’il cesse de sous-estimer l’intelligence des Québécois.

Mon opinion c’est que l’avenir appartient aux jeunes. Et tout indique que les jeunes de notre époque moderne ont des défis à relever qui diffèrent de ceux des soixante-huitards nostalgiques.

Comme j’en ai fait le récit plus haut, les disciples de Groulx, ces néo-réactionnaires, ne pourront arrêter le progrès pas plus que les élites nationalistes de naguère.

Voilà un résumé succinct de la perception qui est la mienne de la politique québécoise.

Je vous invite tous sur ce blogue à rechercher la vidéo de l’émission « Culture et dépendances » 25 juin 2013: « Y a-t-il un racisme anti-blanc? »

Sur le plateau on retrouve entre autres les Alain Finkielkraut, Tariq Ramadan, Elizabeth Levy, Didier Pierat, tous des littéraires aux visions divergentes.. Le genre de débat qu’on ne retrouverait jamais au Québec.

Grâce au Web l’ère des Québécois infantilisés par les Élites tirent à sa fin. Ce débat sur l’islamisme et le racisme pourrait nuancer la vision de certains calquée sur le seul côté de la médaille qui leur est donné ici par nos intellectuels..

Je salue monsieur Frédéric Bastien pour sa clairvoyance et pour ses excellents propos! Je salue aussi tous ceux qui appuient ses propos et qui se sont exprimés ici de manière fort remarquable.

En voyant la réaction de certains commentateurs je constate, comme plusieurs autres d’ailleurs, que plus que jamais le débat sur ces questions est essentiel et nécessaire parce que plusieurs malentendus et idées reçues, fausses ou erronées, circulent encore et doivent changer.

Moi aussi je parle 4 langues, je suis anthropologue, prof de français langue seconde, j’ai vécu près de 10 ans à l’étranger etc, etc, etc, et plus que jamais je continue de penser qu’il faut définir ce que nous sommes et ce que nous voulons avec précision. Le Canada est en train de devenir le pays du FREE FOR ALL!!!! au nom du multiculturalisme, que l’on pensait, à l’époque où on l’a imaginé, à propos pour définir notre ouverture envers les autres, envers le monde. Or, il n’est pas nécessaire de renier ce que nous sommes pour se faire accepter des autres ou pour plaire aux autres.

L’exemple est simple, je débarque chez-vous, dans votre domicile, sans enlever mes chaussures, sans dire bonjour, sans faire quelques compromis, quelques politesses, en imposant ma façon de faire les choses et bien je pense que vous n’aurez pas envie de me revoir comme visiteur et encore moins comme colocataire….

Quand on immigre quelque part pour décider d’y vivre c’est parce qu’on accepte et respecte les valeurs et le mode de vie des gens de cet endroit, non pas pour imposer ses idéologies. La vie en société est possible dans la mesure où des règles sont établies pour le respect et l’équité de tous. La laicité est garante de ce principe fondamental…

Bonne réflexion à tous et à toutes!

Plus de matières à réflexion.. Lu dans la chronique de François Bourque de ce jour intitulé « La Peur »:

« Micheline Patenaude, une lectrice, déplore la culture anti-toute et le « fanatisme » dont font preuve les gens qui se sont « emparés » du conseil de quartier de Sillery ». « Un monde à part » teinté de « snobisme » et répugnant à l’idée que le monde de Sillery allait devoir se mélanger à d’autres. Un « esprit de clocher petit ». »

« Suzanne Faguy, une autre lectrice, y plaide pour une densification respectueuse de Sillery ». FB a perçu dans sa lettre un plaidoyer contre les promoteurs et les « nouveaux arrivants » qui « bousculent les habitudes et « imposent leur choix aux voisins immédiats. »

Voilà là deux points de vue diamétralement opposé..

François Bourque amène pour conclure cette réflexion: « Cela m’a frappé tout à coup. Ce débat sur la protection des arbres et des espaces verts, sur la proximité des voisins et la forme de leurs maisons, ce n’est pas un débat sur l’urbanisme et la densification. »

« C’est un débat sur l’immigration. Sur la peur des autres et de leurs différences. Sur la peur de perdre son homogénéité sécurisante. »

Je n’aurais su dire mieux!

A lire: l’opinion parue ce matin sur Cyberpresse de Philippe Prévost, candidat à la maîtrise science politique Ottawa, « L’improbable indépendance de l’Écosse »…

Si le Non l’emporte, la défaite des indépendantistes s’inscrira dans une tendance lourde en ce qui a trait à la création de nouveaux États, soit « que les pays « riches » ne se fractionnent pas »..

Dit simplement, l’Écosse comme le Québec est une région trop riche pour devenir indépendante. Les risques économiques trop élevés.

Les trois pays qui ont accédé depuis 19999 à l’indépendance avaient un PIB/habitant tout au plus de $2,002 en comparaison au PIB/Habitant de l’Écosse et du Québec qui s’élève à $47,000 et $44,000.

Ces pays avaient été créés suite à de longues guerres et conflits armés.. Quant à la Tchécoslovaquie, si elle a pu réaliser son indépendance pacifiquement c’est en raison que l’union tchécoslovaque était aussi artificielle que celles dans l’ensemble du monde soviétique. (comparer la situation de l’Écosse et du Québec avec celle de la Tchécoslovaquie relève de l’ignorance)

Une victoire du « OUI » en Écosse représenterait à la fois un précédent historique et une expérience politique inconnue et risquée ce qui pourrait expliquer que le « NON » pourrait l’emporter le 18 septembre prochain. Les sondages vont dans ce sens..

Si cela s’avérait ce vote serait un autre pavé dans la mare des indépendantistes québécois.

Il est impossible pour le PLQ de comprendre que la laïcité est une nécessité absolue si on ne veut pas se retrouver comme à Bruxelles avec 3 commune sur 10 qui ont un maire qui suit la «religion-politique» du Coran et le reste de la ville y parviendra bientôt. Leur clientèle principale est cette population qui continue de pratiquer des religions qui sont contraignante, comme la religion catholique qui a été rejetée par la majorité du Québec.
La liberté de religion ne comprend pas la «religion-politique» du Coran mal interprété, et si tant de nos jeunes sont attiré par le fait de devenir « martyr s religieux», c’est notre laissez aller généralisé qui permet à des Imams de toutes tendances de dire n’importe quoi et de laissez les femmes devenirs leurs étendard politique.
La liberté de religion ne donne pas un laissez passer automatique pour dire n’importe quoi et le peuple de la base ne veut pas se faire endoctriner par des extrémistes «politico-religieux»

Merci, monsieur Bastien, de bien vouloir exposer les moults non-sens de l’élite progressiste qui détruit l’Occident à petit feu.