L’ami libyen de SNC-Lavalin

Pierre Duhaime, le PDG de SNC-Lavalin, a donné une entrevue révélatrice à notre collègue Martin Patriquin, de Maclean’s.

Khadafi ne respectait pas les droits de l'homme ? Avez vous des preuves ?
Quoi ? Khadafi ne respectait pas les droits de l'homme ? Avez-vous des preuves ?

Révélatrice de sa proximité politique avec le régime Khadafi, qui a accordé d’importants contrats à SNC depuis 25 ans.

Sur les rebelles:

Duhaime: Il y a beaucoup de jeux politiques derrière tout ça. Qui a lancé [la rébeillon]? Qui arme les rebelles ? Pourquoi cela arrive-t-il maintenant ?

Patriquin: Je pensais que c’était parce que les gens en avaient assez de 40 ans de dictature.

Duhaime: Vous êtes un peu naïf. Il y a toujours des forces externes derrière la scène pour aider la rébellion. Ce n’est pas arrivé par hasard. Je ne dis pas que tout le monde était heureux, mais il y a beaucoup de gens qui appuient toujours Khadafi.

Parmi de très nombreux projets, SNC a aussi accepté de construire une prison. Le journaliste veut savoir si SNC s’est interrogé sur l’utilisation politique possible de cette prison.

Patriquin: Dans quelle mesure vous êtes vous interrogés sur le respect des droits de l’homme par la Libye avant d’accepter le projet ?

Duhaime: La Libye était membre de la commission des droits de l’homme des Nations Unies. Mr. Khadafi était l’invité de plusieurs Premiers ministres et Présidents partout dans le monde. [Le fils de Khadafi] Saif a été très clairs au sujet des droits de l’homme en Libye. Et, évidemment, vous avez besoins de prisons. Ce n’est pas pour des prisonniers politiques, c’est pour des prisonniers.

Patriquin: Mais vous n’avez aucune façon de savoir s’il s’agissait de prisonniers politiques ou non.

Duhaime: La façon dont ça nous a été présenté est que ça n’avait rien à voir avec des prisonniers politiques.

Patriquin: […] J’ai de la difficulté à croire que construire une prison ou un aéroport est la même chose.

Duhaime:  Pour moi, c’est la même chose. Ici au Québec on fait des soumissions pour des prisons, pour des hôpitaux.

Patriquin: Mais notre traitement des droits humains est bon. En Libye, il n’est pas bon.

Duhaime: Pourquoi dites-vous cela? Avez-vous des preuves?

Patriquin: Bien sûr. Vous avez parlé de Saif. Il a qualifié les membres de la rébeillon de « rats » et a distribué des armes aux forces pro-Khadafi.

Duhaime: Oui, il a dit ça après le début de la rébellion. Mais regardez ce que Saif disait au cours des cinq dernières années. Ce qu’il a dit au London School of Economics.

Duhaime se déclare ensuite complètement en désaccord avec la réaction de Khadafi face aux rebelles et il se solidarise avec l’action internationale contre le régime. Cependant il donne le bénéfice du doute à Khadafi, surtout à son fils Saif.

On ne s’attend pas à ce qu’une entreprise comme SNC-Lavalin soit caritative ou qu’elle fasse le travail d’Amnistie Internationale. L’important est qu’elle respecte les traités internationaux des droits du travail dans ses chantiers dans des pays totalitaires, qu’elle s’assure que ces droits sont respectés par ses sous-traitants et qu’elle se soumette aux décisions internationales quant au boycott de tel ou tel régime.

Cependant on s’attend à ce qu’un CEO sache de quoi il parle lorsqu’il s’adresse à un journaliste qui va lui parler de droits humains. Un bref passage sur la page de Human’s Right Watch, à la section Libye, lui aurait permis d’avoir l’air moins bonasse.

Ce que Saif Khadafi a dit à la London School of Economics est effectivement fort intéressant. Il y a rédigé une thèse de doctorat sur le rôle de la société civile : « The Role of Civil Society in the Democratisation of Global Governance Institutions: From Soft Power to Collective Decision Making? » Il s’agit d’une critique de gauche de l’action du FMI. Le problème ? La direction du LSE affirme maintenant que la thèse était probablement écrite par quelqu’un d’autre, ce quelqu’un ayant eu fort penchant pour le plagiat. Un site y est consacré.

Laisser un commentaire

L’attitude de M. Duhaime est une honte. Il est indigne des fonctions qu’il occupe. Il est clair que, pour lui, le profit passe avant le respect des droits les plus fondamentaux.

Soit que l`ami Duhaime est comme vous dites bonace (j`aurais utilisé une autre mot plus dur!) soit qu`il se met la tête dans le sable….. et en Libye il y en a!!!!!!!!!!!!

Martin Houle
Québec

Pierre Duhaime a fait ce que tant de journalistes font: attacher de l’importance ou de la crédibilité aux votes de l’assemblée générale de l’ONU et de ses créations comme le Conseil des droits de l’homme.

Que le journaliste qui n’a jamais accordé de crédibilité aux décisions de l’assemblée générale de l’ONU depuis 1965, jette la première pierre à Pierre Duhaime. JF Lisée ne peut donc absolument pas lui jeter aucune pierre…

il y avait 57 pays membres de l’ONU en 1947. Il y en a 192 aujourd’hui. Là est le problème: trop de pays bidons et non respectueux des droits de l’homme sont maintenant membres de l’ONU, par rapport à ce qu’il en était en 1947. Cela donne des choix complètement ridicules au Conseil des droits de l’homme, et des votes la plupart du temps risibles à l’assemblée générale.

L’ONU n’est plus que l’ombre d’elle-même, comme en fait foi la présence de la Libye parmi les membres de son conseil des droits de l’homme.

Voyez cet hyperlien fort éclairant: à partir de 1955, une immense majorité de pays bidons deviennent membres de l’ONU et en réduisent la crédibilité. Il y avait 60 membres de l’ONU en 1954; puis 123 en 1967. La perte de crédibilité et la descente dans la bouffonnerie commencent d’ailleurs vers 1967.

http://en.wikipedia.org/wiki/Growth_in_United_Nations_membership

L’argument qu’on apporte toujours, avec raison, c’est que si SNC ne prend pas le contrat un autre va le faire. Donc refuser pour des questions de morale ne tient pas la route sauf ds des cas des armes àmha.

Par ailleurs en étant sur place, on obtient au moins deux atouts importants:

1- de l’info utile de ttes sortes.
2- des possibilités d’interventions ‘amicales et neutres’ en faveur des bafoué(e)s du régime.

J’ai même réussi cela comme simple prof. en Afrique de l’Ouest. Imaginez alors la capacité des dirigeants de SNC.

Attention au faux angélisme! Le principal fournisseur de pétrole du Québec est l’Algérie, qui nous fournit quelque chose comme 28 % du pétrole que nous consommons. Nous participons à la dictature libyenne beaucoup plus que SNC-Lavalin.

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/294754/petrole-le-quebec-depend-d-abord-de-l-algerie

SNC-Lavalin profite de la Libye pour faire aspirer l’argent libyen vers le Québec. Au contraire, la plupart des autres Québécois alimentent la dictature libyenne en DONNANT leur argent à la Libye chaque fois qu’ils font le plein ou prennent le transport en commun.

Avec SNC-Lavalin, de l’argent entre au Québec, au moins, et ne se dirige pas vers une autre dictature.

Ceux qui ont une voiture ou qui utilisent le transport en commun sont TRÈS mal placés pour dénigrer Pierre Duhaime. En groupe, ils soutiennent la dictature de la Libye bien plus vigoureusement que SNC-Lavalin.

Patriquin: Que ferez-vous à l’avenir en présence d’une situation moralement discutable lors de l’octroi d’un contrat?

Duhaime: Ne vous en faites pas, je n’en verrai pas.

Vous pouvez dire pour ou contre, vous tous, avec ce qui se passe dans les pays arabes, SNC est une entreprise qui, comme toutes entreprises qui porte un nom doit faire des profits.
M.Duhaime représente très bien l’idée que se font accroire ces gens, puis se se fermer les yeux, ne serais-ce que quelques instants et voir apparaître les millions de billets verts rutilents devant ses yeux, puis oublier les milliers de gens qui souffriront de leurs choix.
SNC essaie de véhiculer une image de propreté. Je vous disais récemment que le faux se montrait à la lumière; vous n’avez rien vu encore.

Vous amenez un point très interessant, le québec comme le canada peuvent bien se draper de l’auréole de défenseur des droits humains et acourir à la défense du peuple libyen mais quand le fric est au rendez-vous, on se tait jusqu’à ce qu’à ça éclate. Est-ce que SNC est au bord de la faillite, a t-elle vraiment besoin de frayer avec des dictatures pour accumuler encore plus de d’argent. Est-ce que M. Duhaime se questionne jamais sur ce qu’on fait avec ce qu’il fait… Cela démontre encore une fois que business et souci des autres ne vont pas de pair. Est-ce que le caisse de dépôt a des avoirs dans SNC Lavalin, est-ce que quelqu’un peut instaurer un minimum d’éthique dans nos entreprises ? SNC Lavalin est un des plus beaux fleurons du savoir-faire québécois maintenant elle est relégué au rang d’une vulgaire multinationale sans âme.

Mais je sens que M. Duhaime n’en a rien à cirer.

Erreur: j’ai confondu Algérie et Libye. Mais cela ne change presque rien à l’argument. L’Algérie est un régime autoritaire qui se classe 125ème au monde selon le Democracy Index de The Economist, et la Libye se classe 158ème au monde.

Votre morale ne fonctionne pas. On vend des prisons à la Lybie on ne les importent pas. On encaisse. On pompe son argent du pétrole. Ne voyez vous donc pas qu’on sort gagnant? Ce n’est pas une question d’être libertarien. C’est une simple question de sens commun. Si on refuse de vendre un autre le fera croyez moi. Tant qu’à se faire fou!!er par quelqu’un aussi bien que se soit par LAVALIN une firme de chez nous? NON?

Tant qu’on a pas la preuve que Lavalin ne construit pas des salles de tortures high teck pourquoi refuser de vendre?

Au diable les principes pour obtenir des contrats payants ….. Ainsi va la vie chez les multinationales de ce monde ….

En faisant construire une prison par SNC-Lavalin, la Libye s’assure qu’elle soit construite selon des standards de démocratie avancée, ou elle s’assure tout au moins d’être informée de ces hauts standards. L’intention est très louable de part et d’autres. Vous auriez préféré que les prisons soient construites par la Corée-du-Nord ou la Birmanie?

Si je comprends bien, l’argument de SNC-Lavalin, c’est que le gouvernement Libyen affirmait respecter les droits humains, et que SNC-Lavalin l’a cru sans autre forme de vérification.

Voyons donc! Est-ce qu’il existe un gouvernement qui dira le contraire? Pierre Duhaime n’est pas assez imbécile pour tomber dans un tel piège. Soit qu’il s’en fout au point de ne jamais s’être posé la question, soit qu’il ment.

Oh, et si SNC-Lavalin ne prennait pas le contrat, une autre firme aurait bâti les prisons. L’argument aurait pu être utilisé par les constructeurs des chambres à gaz nazies…

La question est : où met-on la limite? On connaît maintenant les valeurs de cette entreprise.

Celui qui a choisi de se faire hypnotisé s’est assoupi tranquilement et la suggestion a fait le reste. Celui qui ne veut pas se faire hypnotiser choisi de ne pas accepter le mensonge et garde ses points de repères et met le reste des informations dans la file d’attente s’il n’est pas capable de les placer dans la bonne catégorie. Les informations dans la file d’attente sont souvent tres tordues !

« Ceux qui ont une voiture ou qui utilisent le transport en commun sont TRÈS mal placés pour dénigrer Pierre Duhaime. En groupe, ils soutiennent la dictature de la Libye bien plus vigoureusement que SNC-Lavalin. »

En désaccord: Avons-nous le choix d’où provient notre pétrole ? On l’achète à la pompe et on n’a rien à dire sur sa provenance. Laquelle d’ailleurs n’est pas affichée.
Si nous avions des stations-services avec des pompes indiquant clairement: pétrole algérien, pétrole vénézuelien, pétrole des sables bitumineux, etc., nous donnant le choix, là nous pourrions dire que nous sommes complices.
Ou encore plus si les pétrolières étaient des coopératives et que nous siègerions sur le CA.

Je suis un peu tanné de cette déculpabilisation des grands décideurs sous prétexte que NOUS serions encore plus coupables parce que NOUS devons vivre avec LEURS décisions.

« Imaginez alors la capacité des dirigeants de SNC. »

Je doute qu’ils aient vraiment été intéressés à utiliser des « des possibilités d’interventions ‘amicales et neutres’ en faveur des bafoué(e)s du régime. ». Ni même qu’ils l’aient fait.
Le but d’une grosses entreprise est de faire de l’argent. Point final. A l’occasion, il se trouve un administrateur qui, localement, décide de sortir de sa bulle et d’agir, mais c’est l’exception. La structure d’une grosse entreprise et son mode de fonctionnement ne permettent guère ce genre de « fantaisie ».
D’ailleurs, quand Duhaime se rendait en Libye, pensez-vous qu’il rencontrait le « petit peuple » ? Sérieusement ? Il ne rencontrait que les officiels. Et il pouvait se convaincre que le blabla qui lui était servi était vrai (relire ses propos sur les droits de l’homme de l’entrevue).

Ces gens vivent sur une planète parallèle: ils ont leurs propres restaurants, leurs propres centres de villégiatures, les propres cliniques, etc. et ne se mêlent pas à la plèbe. Leur « réseau de contact » ne s’étend qu’;a des gens « importants ».

Quand est-ce que vous avez rencontré la dernière fois un dignitaire étranger ? Ou le PDG d’une grande entreprise comme Lavalin ?
Même ici, les politiciens ont de la difficulté à nous voir, alors imaginez à l’étranger (Ignatieff a même parler du débat des chefs comme L’Occasion de « rencontrer » le peuple, c’est tout dire).

Par contre, c’est vrai qu’il a sûrement profité de l’occasion d’abtenir:
« 1- de l’info utile de toutes sortes. »

Le problème est que le mot « utile » signifie probablement « pour occasions d’affaires ». Ou « étendre son réseau de contacts ».

« L’attitude de M. Duhaime est une honte. Il est indigne des fonctions qu’il occupe. Il est clair que, pour lui, le profit passe avant le respect des droits les plus fondamentaux. »

Il n’est ni meilleur, ni pire que l’immense majorité des « gens d’affaires » de son calibre (et plus gros).
Il fonctionne dans un système capitaliste où le profit est LA seule valeur morale (« If it’s good for GM, it’s good for USA » disait à l’époque le PDG de GM).
Et comme je l’ai dit juste avant: ces gens vivent sur une planète parallèle, entre eux et ignorent fondamentalement ce que vit le reste du monde (les « consommateurs » et la « main d’oeuvre »). Qui n’est en fait, pour le système, qu’un réservoir de « ressources humaines » et de « consommateurs ».

L’argent n’a pas d’odeur dit-on. Ce qui est vrai pour SNC l’est tout autant pour les investisseurs qui sont bien heureux quand l’action de SNC prend de la valeur.

C’est justement là le problème. Quand des dollars sont en jeu, la moralité et l’éthique prennent le bord.

Le jour où une société sera sanctionnée pour avoir fait des affaires avec un régime dictatorial, les choses pourront changer.

«Il est fréquent qu’un homme évite de se poser les questions qui comptent vraiment, pour ne retenir que les réponses qui lui plaisent.»
[François Barcelo]

Le fils Kadaffi lave plus blanc. Le capitalisme est la serpillère des dégâts collatéraux du développement à tout prix. SNC contribue au développement du totalitarisme et passe l’éponge dans un même geste. (sur ses contradictions).

Et il y aurait quelqu’un pour sourciller face au « buiseness as usual » ? …

Certains disent que l’on devient cyniques. C’est qu’on ne peut même plus exprimer de sens critique à l’égard des abus de toutes sortes sans se faire traiter de pisses-vinaigre ou pire : de nationalistes…

@honorable

Pouvez-vous éclairer ma lanterne? À ma connaissance, l’Algérie n’est pas la Libye, et son pétrole n’est pas celui de la Libye. En quoi acheté du pétrole Algérien contribue à la dictature Libyenne?

Il est vrai, cependant, que l’utilisation d’un véhicule fonctionnant à l’essence (le métro de Montréal fonctionnant à l’électricité fournit par Hydro-Québec, il doit être exclu de votre appellation « transport en commun ») peut favoriser une dictature si le pétrole provient d’un pays producteur où il y a effectivement une dictature.

@Honorable:

L’Algérie et la Libye sont deux pays différent.

Le Québec ne reçoit pas de pétrole de la Libye. De l’Algérie, oui. Remarque que je ne suis pas sûr que le régime est beaucoup mieux.

Le client principal pour le pétrole de la Libye est l’Italie. L’Italie a envahie la Libye vers 1930, et y a maintenue une colonisation sanglante jusqu’après la 2ième guerre.

Il est remarquable que les relations commerciales font des ennemis jurés d’un jour, de bons amis le lendemain.

Les plus populaires