L’après-Rizzuto

La mort inattendue du présumé parrain de la mafia, Vito Rizzuto, va relancer de plus belle la guerre sourde qui fait rage depuis quelques années, croit le blogueur Brian Myles.

L’année 2014 pourrait fort bien ressembler à la précédente dans le monde interlope. Des luttes de pouvoir sanglantes sont à prévoir entre factions rivales se disputant le contrôle de la métropole.

La mort inattendue du présumé parrain de la mafia, Vito Rizzuto, va relancer de plus belle la guerre sourde qui fait rage depuis quelques années.

Les hostilités avaient commencé après l’extradition de Rizzuto aux États-Unis, en 2006. Les principaux hommes de confiance du clan sicilien ont été soit abattus, soit emprisonnés, soit enlevés sans laisser de trace.

Après l’assassinat coup sur coup du fils et du père de Rizzuto, plusieurs experts avaient conclu à la chute irrémédiable du clan qui régnait sur le monde interlope depuis la fin des années 70.

Sauf que les aspirants à la chaise du parrain ne sont jamais parvenus à s’entendre entre eux, si bien qu’à sa sortie de prison, en 2012, Vito Rizzuto a retrouvé un monde tout aussi instable que lors de son extradition six ans auparavant. Curieusement, le retour de Rizzuto au Canada a marqué le début d’un nouveau cycle de violence. Les hommes de l’ombre qui avaient comploté contre le clan ou qui lui avaient manqué de loyauté sont tombés sous les balles.

Avant d’être emporté par le cancer du poumon, Vito Rizzuto avait réussi une improbable reprise du contrôle des opérations, selon les observateurs du monde policier. Au moins un millier de personnes sont venues lui rendre un dernier hommage dimanche dernier. C’est dire à quel point il en menait large. Cette fois, c’est vraiment la fin du clan Rizzuto.

La mort subite de Vito Rizzuto, doublée de la purge des derniers mois, laisse un vide plus grand que jamais. Personne, semble-t-il, n’a le charisme ou l’ascendant pour s’imposer dans le monde interlope. Et les prétendants sont moins nombreux qu’ils ne l’étaient il y a un an.

C’est probablement à la lumière des prochains règlements de compte, hélas, qu’on pourra prendre la pleine mesure de l’après-Rizzuto.

Laisser un commentaire

Je trouve remarquable cette façon dont évoque la succession à Vito Rizzuto. On parlerais d’une entreprise conforme aux lois et règlement qu’on ne tiendrait pas un discours si différent.

On mentionne que plus d’un millier de personnes se sont présentées au salon funéraire où le cadavre du mafieux était. Qui sont ces personnes ? Les journalistes devraient se faire un devoir de nous présenter les plus significatives. N’oublions pas que les mafieux n’aiment pas beaucoup être sous les projecteurs. Il me semble que si la notoriété mafieuse de toutes ces personnes étaient présentée au grand jour, leurs activités criminelles seraient rendues plus ardues.