L’argent, c’est relatif

Le ministre de l’Éducation, François Blais, est ravi d’annoncer qu’il allait faire pleuvoir de l’argent sur les écoles du Québec. Vous pouvez donc arrêter les chaînes humaines, puisque le ministre ajoute 80 millions au budget de son ministère!

PolitiqueL’argent, c’est relatif. Bill Gates ne se donnera pas la peine de ramasser une pièce de deux dollars par terre. Faites traîner une pièce de 110 000 dollars, par contre, et Bill va peut-être payer quelqu’un pour se pencher et la ramasser pour lui.

Évidemment, trouver 110 000 dollars par terre, c’est une situation tout à fait irréaliste. À moins que vous ne soyez un ami de Denis Coderre, auquel cas il pourrait bien vous dégoter un joli poste à 110 000 dollars pour trois mois de travail.

Ce sera, par exemple, le salaire du «responsable de la coordination de l’arrivée des réfugiés syriens à Montréal», Michel Dorais: 1 800 dollars par jour. Même en travaillant 12 heures chaque jour comme s’il était le Grégory Charles de l’accueil de réfugiés, il sera quand même payé 150 dollars l’heure. À un tel tarif, j’imagine que monsieur Dorais va aller peinturer lui-même les appartements de ces nouveaux Montréalais et border leurs enfants chaque soir. Et peut-être leur faire des crêpes pour le déjeuner.

Personnellement, je n’arrive pas à m’imaginer un emploi qui mérite d’être rémunéré 1 800 dollars par jour. C’est pour ça que je ne suis pas riche, me direz-vous. Mais l’argent, c’est relatif. On pourrait sûrement se consoler en le comparant avec le salaire du même responsable à Toronto ou à Calgary. On pourrait… si ces villes avaient engagé quelqu’un de l’extérieur pour le payer un prix de fou. Malheureusement, elles se débrouillent avec des gens à l’interne. Prochaine crise humanitaire, peut-être…

* * *

En début de semaine, c’est le ministre de l’Éducation, François Blais, qui était ravi d’annoncer qu’il allait faire pleuvoir de l’argent sur les écoles du Québec. Vous pouvez donc arrêter les chaînes humaines, puisque le ministre ajoute 80 millions au budget de son ministère! Sortons le mousseux pas trop cher et les coupes en cristal cheap: l’austérité est terminée et l’abondance est de retour!

80 millions par année, «c’est majeur», explique François Blais. Fort bien. Majeur.

En ce cas, comment devait-on qualifier les compressions de plus de 200 millions de dollars au primaire et au secondaire qui ont précédé cet investissement «majeur»? Des compressions «très majeures»? Une réduction «considérable»?

Et pour ce qui est du milliard de dollars de compressions en éducation depuis 2005, préférez-vous le terme «gargantuesque» ou le plus sobre «démesuré»?

Vraiment, tout est relatif quand on parle d’argent. Au point que je n’essaierai même pas de trouver un adjectif pour les 417 millions de dollars qu’on a versés aux médecins, mais que le gouvernement n’avait pas prévus. «Oups!» comme on dit.

J’ai vraiment hâte au jour où on va dépenser un demi-milliard en éducation par erreur et sans même s’en rendre compte, mais je ne retiendrai pas mon souffle.

L’État versera cette année plus de sept milliards de dollars à ses médecins. C’est 47 % de plus qu’il y a cinq ans, et ce n’est pas seulement parce qu’Yves Bolduc est retourné à la pratique. Plus on en apprend sur la rémunération des médecins, en lisant Patrick Lagacé, par exemple, plus on a l’impression que les négociations entre l’État et les fédérations de médecins se déroulent à peu près comme ceci:

tina-fey-make-it-rain

Et en lisant la chronique de Francis Vaille sur les primes incitatives, on s’inquiète même pour nos médecins. Sans prime, oublient-ils de respirer? Font-ils la vaisselle chez eux où leur conjoint doit prévoir une prime de suivi post-repas?

Il ne faut pas virer fou non plus, remarquez. Le demi-milliard versé aux médecins va être remboursé en un éclair grâce aux généreuses redevances minières.

Pouahahaha! Ben non. Je vous niaise.

Québec a touché des droits miniers d’environ 120 millions de dollars en 2014, pour une valeur brute de minerai qui totaliserait plus de 7,4 milliards. Ça peut sembler très peu, mais en adoptant le point de vue optimiste de François Blais, on peut se dire que c’est «majeur».

Voyez? Tout est relatif quand on parle d’argent.

[brightcove id=’4143087656001′ width=’640′ height=’360′]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

«Plus on en apprend sur la rémunération des médecins, en lisant Patrick Lagacé, par exemple, plus on s’imagine que les négociations entre l’État et les fédérations de médecins se déroulent à peu près comme ceci:»

ha ha ha!

Je le redis: de l’argent on en a pas (sauf pour le gratin). Oligarchie quand tu nous tiens.

P. s. t’a oublié Bombardier, les députés, etc. mais je comprends pourquoi: la liste est trop longue.

Oublié aussi le registre «distinct», comme dans société «distincte», censé «contrôler» les armes de chasse. 17 millions pour la création et 5 millions par an pour l’administration. Et la «gratuité» de l’enregistrement pour les propriétaires. La «gratuité» ça va durer combien de temps à votre avis? Sans parler de l’inévitable dépassement des coûts à cause, bien entendu, de l’informatique dont on sait qu’au Québec, surtout en informatisation de la santé, ça ne marche pas fort, fort sauf, bien entendu, pour les firmes de consultants idoines.

M. Charlebois, vous aimez torde les chiffres et les affirmations; mais écoutez les deux côtés de la médaille et informez-vous à d ‘ autres sources qu’ aux sensationistes et aux gens qui chialent constamment! J’ ai lu et regarder beaucoup sur ces sujets et je n’ ai pas du tout la même lecture que vous faites dans votre supposément humoriste! Je ne vous trouve pas drôle du tout!!!