L’art de la guerre selon PKP

Depuis sa rencontre secrète avec Parizeau, en 2011, jusqu’à sa métamorphose en politicien, voici comment Pierre Karl Péladeau est devenu chef du Parti québécois.

Photo : Jacques Nadeau
Photo : Jacques Nadeau

Les péquistes sont « tannés » de perdre. Pour redevenir des conquérants, ils jouent leur va-tout sur Pierre Karl Péladeau. Ils ont hissé à leur tête le général le moins expérimenté de leur histoire, mais l’un des plus déterminé. Ils ont ignoré leurs racines sociales-démocrates, optant pour un bagarreur, la plus grosse pointure du monde des affaires jamais recrutée par le mouvement souverainiste.

Un patron de presse solitaire qui doit se faire violence pour répondre aux questions des journalistes.

Un souverainiste qui a fréquenté les grandes familles industrielles du Canada anglais dans un camp de pêche et soupé au 24, Sussex avec Stephen Harper.

Un ex-chef d’entreprise réfractaire aux syndicats, mais qui n’a pas hésité, par un froid de canard en décembre, à grimper dans la boîte d’une camionnette pour encourager les travailleurs syndiqués de l’usine Mueller, à Saint-Jérôme.

PKP aime dérouter ses alliés et ses adversaires. «Il est souvent là où on ne l’attend pas», dit Luc Lavoie, son fidèle conseiller depuis 20 ans.

Mais le général PKP a-t-il la bonne stratégie pour rebâtir le PQ et remporter la prochaine bataille électorale?

L’actualité a passé les huit derniers mois dans les coulisses de la course à la direction du PQ — réunions d’équipe, préparation des débats, rencontre avec des militants… Une plongée qui révèle à la fois les stratégies, les doutes, les espoirs des candidats et les défis du parti à un moment crucial de son histoire.

*   *   *

Chapitre 1 – Mission de reconnaissance

«Le véritable chef de guerre n’engage pas la bataille sur un mouvement d’humeur.»*

Pierre Karl Péladeau n’a pas décidé de se lancer en politique sur un coup de tête.

Dès 2009, Julie Snyder perçoit un changement d’attitude chez son conjoint: il détache les yeux de la ligne des profits de Québecor — la seule chose qui semblait compter jusque-là; peste contre le gaspillage de l’État, la corruption et la collusion; s’enflamme contre sa cible favorite, la famille Desmarais, propriétaire de Power Corporation, qui tirerait les ficelles du pouvoir. Un jour, il lui lance: «Si je fais de la politique, je vais le faire à visière levée.»

Péladeau invite des élus, des artistes, des hommes d’affaires dans sa maison d’Outremont — la seule de la rue à arborer un drapeau du Québec accroché à une hampe sur la façade de brique — pour parler de politique. «Des gens de toutes les tendances, pas juste des souverainistes», précise Julie Snyder.

Il reçoit des chroniqueurs de Québecor à son chalet, en Estrie: Richard Martineau, Sophie Durocher, Mathieu Bock-Côté, Jean Lapierre, Mario Dumont, Joseph Facal… À ceux qui ont tâté de la politique, il pose des questions sur les raisons de leur engagement, les difficultés du métier…

L’animatrice et productrice ne croit pas alors que ce soudain intérêt mènera à un changement de carrière. «J’aurais été moins surprise que Pierre Karl devienne danseur nu au 281! Quand je l’ai rencontré, en 1999, il fuyait la lumière. Il a beau être plus extraverti qu’avant, il y avait une limite!» rigole-t-elle.

Un soir de 2009, le cinéaste Pierre Falardeau, découvrant que PKP est souverainiste, fait un vibrant plaidoyer pour que celui-ci mette ses journaux, télévisions et magazines au service de la cause. Julie Snyder affirme qu’il a poliment refusé. «Mon père n’a jamais voulu ça», aurait-il dit.

Au siège social de Québecor, Péladeau évite de discuter politique avec ses collaborateurs. Mais à la maison, il multiplie les «je ne vais pas mourir au bureau à 72 ans comme mon père» ou «j’ai amené Québecor aussi loin que possible».

Fin 2009, le projet de ramener une équipe de hockey professionnel à Québec prend forme avec le projet d’amphithéâtre du maire Régis Labeaume. La «Nordiques Nation» s’emballe. «Pierre Karl a vu à quel point il pouvait être populaire», raconte Jean-Marc Léger, président de Léger Marketing, qui siège au C.A. du Groupe TVA.

En juin 2011, Léger cherche un président pour le C.A. de la Fondation de l’entrepreneurship. Péladeau accepte. Dans les mois qui suivent, il prononce des discours devant des entrepreneurs dans une vingtaine de villes. «Il parlait avec ses tripes, comme un politicien. Il a adoré ça. Les salles étaient pleines», raconte Léger.

Au début de l’automne 2011, PKP se rend à l’Île-des-Sœurs et frappe à la porte de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau, qui le reçoit dans son salon avec vue sur le fleuve. Il lui parle de son parcours, puis lui demande s’il devrait contribuer au service public. «Je connais la grande culture européenne de Jacques Parizeau, alors nous savions tous les deux que “service public” voulait dire faire de la politique, raconte Péladeau. Il a dit que c’était une bonne idée.»

Pierre Karl Péladeau est toutefois à la tête d’un empire de télécommunications et de médias qui génère un chiffre d’affaires de quatre milliards de dollars par année et compte 16 000 employés. «Avant de quitter, je devais m’assurer d’avoir une équipe solide à la direction de Québecor», dit-il. Il mettra 18 mois pour nommer ses lieutenants aux postes stratégiques.

En mars 2013, il annonce qu’il quitte la direction quotidienne du groupe. Puis il se rend voir la première ministre Pauline Marois, qui lui offre la présidence du C.A. d’Hydro-Québec en avril.

«Je ne connaissais rien là-dedans, il a fallu que je m’informe et que je lise beaucoup», dit-il. À sa grande surprise, il est le seul membre de la direction de la société d’État qui conduit un véhicule électrique, une Chevrolet Volt!

Au Conseil des ministres, où il est invité à discuter d’électrification des transports, il déclare son penchant souverainiste. Certains élus souhaitent que Pauline Marois lui offre de diriger la rédaction du livre blanc sur l’indépendance. D’autres suggèrent de garder ce gros nom du milieu des affaires pour le référendum, où il pourrait être désigné négociateur en chef avec le Canada, comme Lucien Bouchard l’avait été en 1995. «On aurait profité de sa réputation de dur négociateur, sans risquer de faire éclater le PQ parce qu’il est plus à droite que ses membres», raconte un député du parti.

julie-snyder-presse-canadienne
«Je lui ai donné le feu vert, à la condition qu’il se rende à sa thérapie tous les mardis», raconte Julie Snyder. – Photo : Félix O. J. Fournier/Newzulu/La Presse Canadienne

Mais Pauline Marois préfère que PKP fasse le saut dès maintenant. Lorsque Péladeau s’en ouvre à Jean-Marc Léger, en octobre 2013, la réponse ne tarde pas. «Es-tu fou? Tu as une belle carrière, tu as réussi, pourquoi la politique? Ce n’est pas fait pour tout le monde», lui lance le sondeur. Mais son idée est faite. «Quand il est décidé, il ne recule pas», dit Léger.

Le projet est mis sur la glace, lorsqu’il se sépare de Julie Snyder en pleine période des Fêtes. Lorsque Péladeau reparle de faire de la politique, en février 2014, il demande la permission à Julie Snyder, même s’ils sont séparés.

«Je lui ai donné le feu vert à la condition qu’il se rende à sa thérapie tous les mardis, raconte-t-elle. Il a accepté.» En pleine campagne électorale, Pauline Marois l’appellera tous les lundis pour lui rappeler d’être à son rendez-vous du lendemain. Il ne manquera aucune séance. «À 50 ans, ce n’est pas tous les hommes qui ont le courage d’aller en thérapie», dit-elle. (Le couple Snyder-Péladeau se reformera à l’été 2014. Leur mariage est prévu en août prochain.)

*   *   *

Chapitre 2 – L’effet de surprise

«Il faut combattre l’ennemi dans ses plans.»

Le saut en politique de Péladeau crée une onde de choc à travers le pays et déstabilise la campagne électorale québécoise (et le PQ!). Mais le choc n’est nulle part aussi fort que chez les conservateurs, à Ottawa, qui sont convaincus que PKP est l’un des leurs.

En novembre 2006, il donne 1 000 dollars au sénateur conservateur et banquier montréalais Michael Fortier, qui souhaite se faire élire dans Vaudreuil-Soulanges. Trois mois plus tard, il en donne 500 à Perle Bouchard, la candidate à l’investiture du Parti conservateur dans Brome-Missisquoi, en Estrie, la circonscription où le patron de Québecor a son chalet.

Sur la scène provinciale, il donne au Parti libéral de Jean Charest, en 2005, 2007 et 2008 (5 000 dollars au total), à l’ADQ, de Mario Dumont, en 2007 (3 000 dollars), puis au Parti québécois, dirigé par Pauline Marois, en 2010 et 2014 (3 200 dollars en tout).
Pourquoi avoir contribué au financement de tous ces partis? Et pourquoi si tard au PQ? À ces questions, posées à la mi-avril alors que nous roulons sur l’autoroute 10 entre Sherbrooke et Montréal, Pierre Karl Péladeau hausse les épaules: «La démocratie s’incarne dans les partis politiques, ils ont un rôle à jouer. Parfois, ce qui fait la différence, c’est la personne qui te sollicite.»

Fin juillet 2002, Péladeau se rend au camp de pêche Larry’s Gulch, sur la rivière Restigouche, au Nouveau-Brunswick, où le premier ministre conservateur de la province, Bernard Lord, a invité une vingtaine de personnalités à une discrète rencontre de deux jours.

Certaines des plus grandes fortunes du Canada y sont: Paul Desmarais (Power Corporation), les familles Irving et McCain, Randall Oliphant (PDG de la minière Barrick Gold), etc. Brian Mulroney et George Bush père s’y trouvent aussi.

La matinée était réservée à la pêche, l’après-midi aux affaires, se souvient le lobbyiste Fred Doucet. «Je pêchais dans la même chaloupe que Pierre Karl. Et j’ai attrapé un plus gros saumon que lui», dit-il fièrement. Il ajoute que PKP était «très à l’aise». «On présumait tous qu’il était fédéraliste. Il venait d’acquérir les journaux Sun [en 1998] en déclarant que c’était un grand jour pour le Canada! Et il était proche de Mulroney.»

PKP est alors perçu comme un «red tory», un conservateur plus progressiste dans le moule des Mulroney, Joe Clark, Jean Charest ou même Lucien Bouchard à une certaine époque. «Il n’est pas un social-démocrate, c’est certain. Mais ce n’est pas du conservatisme pur. Il est dans une troisième voie, plus au centre», affirme Michel Nadeau, de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques.

Le ministre conservateur Maxime Bernier a été étonné de voir Péladeau au PQ: «Il était en faveur du libre-marché et pas très pro-syndicat.» De plus, PKP avait été membre, en 2011, du C.A. de l’Institut Fraser, le groupe de réflexion de droite le mieux financé au pays.

Maxime Bernier fait la connaissance de Péladeau en 2007, lorsqu’il est ministre de l’Industrie. Québecor cherche alors à convaincre le gouvernement de permettre à de nouveaux acteurs de l’industrie du sans-fil, comme Vidéotron, d’acquérir plus facilement aux enchères des licences de spectre pour déployer son réseau cellulaire et concurrencer les géants Bell, Telus et Rogers (propriétaire de L’actualité).

PKP a un plan. «Faire de la politique à Ottawa, on sait comment ça fonctionne. Il faut cogner à toutes les portes», dit-il. En janvier 2007, il se rend à Ottawa pour un tête-à-tête avec le premier ministre Stephen Harper, dans son bureau de l’édifice Langevin, en face du Parlement.

Quelques mois plus tard, Québecor devient un commanditaire majeur du Centre national des Arts (CNA), situé en face du bureau du premier ministre. Le CNA est l’organisme chouchou de la femme de Stephen Harper, Laureen.

En septembre 2007, Laureen invite des commanditaires du CNA à la résidence du premier ministre. Pierre Karl Péladeau s’y rend avec Julie Snyder et leurs deux enfants. Le couple sera de nouveau invité à souper au 24, Sussex en septembre 2009 — cette fois en privé et sans enfants.

Laureen aime particulièrement l’énergie et la joie de vivre de Julie. Lorsqu’elle accompagne le premier ministre à Montréal, elle l’appelle. Stephen Harper, qui cherche à accentuer ses liens avec des personnalités québécoises, trouve Péladeau «rafraîchissant» et «drôle». «Ils ne sont pas des amis», précise toutefois Luc Lavoie.

Harper offre même un poste de sénatrice à Julie Snyder! La célèbre animatrice refuse. C’est l’entraîneur de hockey Jacques Demers qui acceptera le poste.

[[Tous les deux mois, PKP écrit une longue lettre à Harper sur les politiques de son gouvernement ou pour faire part d’un argument sur les enchères du sans-fil. «Il écrivait lui-même! Je lui disais que c’était inutile, que le PM n’allait probablement pas les lire, mais il me répondait que les écrits restent», raconte Luc Lavoie.]]

À la même époque, Québecor lance une chaîne télévisée populiste de droite, dans la lignée des journaux Sun, que l’entreprise possède déjà au Canada anglais. C’est l’ancien directeur des communications de Stephen Harper, Kory Teneycke, qui prendra la tête de Sun News (la chaîne a fermé en février 2015).

*   *   *

Chapitre 3 – Obéir au doigt et à l’oeil

«Vous devez m’écouter attentivement et m’obéir dans tout ce que je vous commanderai.»

«Vous devez m’écouter attentivement et m’obéir dans tout ce que je vous commanderai. C’est la première et la plus essentielle des lois militaires: gardez-vous bien de l’enfreindre.» — L’art de la guerre, Sun Tzu

«Péladeau, libéraux, même combat!» La trentaine de manifestants massés à l’extérieur du pavillon Jean-Brillant, de l’Université de Montréal, attendent Pierre Karl Péladeau avec leurs pancartes. «Le vent de droite ne passera pas!» scandent-ils en cet après-midi froid du 27 novembre 2014.

À l’intérieur, le député de Saint-Jérôme termine un discours devant une salle de 400 étudiants conquis d’avance, qui ont eu droit à une envolée sur des sujets disparates: ses études à Paris, les droits de scolarité, la pollution en Chine, le canal de Panama, l’héritage de son père, les oléoducs, l’électrification des transports, la convergence à Québecor…

En réponse à la première question, il évente le secret le moins bien gardé de l’automne politique. «Je serai candidat dans la course à la chefferie», dit-il.

En quittant l’amphithéâtre, son attaché de presse, Marc-André de Blois, et son directeur de campagne, Alain Lupien, lui indiquent une porte de côté pour éviter les manifestants. «Non, on passe par là», lance-t-il en fonçant vers la sortie, ses papiers sous le bras, son équipe sur les talons. Une escorte de policiers devra finalement le raccompagner à sa voiture.

«On a droit à la libre circulation dans ce pays, j’ai décidé que je passais par la porte, c’est tout», me dira-t-il plus tard. Pierre Karl Péladeau n’aime pas qu’on lui dicte la marche à suivre… quitte à piler sur certains orteils.

À l’Assemblée nationale, des députés péquistes sont en furie. Ce jour-là, leur parti tente de faire adopter une motion de censure pour renverser le gouvernement, qui a brisé sa promesse de ne pas hausser les tarifs de garderie subventionnée au-delà de l’inflation. Le premier ministre Philippe Couillard étant majoritaire, la motion est vouée à l’échec, mais les députés du PQ sont au poste pour clamer que le gouvernement est en train de «détruire le Québec».

En quelques minutes, l’annonce de Péladeau à l’Université de Montréal monopolise l’espace médiatique, et la motion disparaît des manchettes. «Ça ne faisait pas très joueur d’équipe», lance en privé un député qui n’avait pas encore choisi son camp.

Or, la garde rapprochée de PKP ne savait pas qu’il annoncerait sa candidature à cette date! «Si on l’avait su à l’avance, ça aurait été plus facile, mais il ne voulait pas nous le dire», explique Alain Lupien de sa voix grave, au quartier général de l’équipe Péladeau, rue Saint-Hubert, à Montréal. Depuis la mi-novembre, l’équipe était sur le qui-vive. «Pierre Karl y allait au feeling. J’avais dit à ma gang d’être prête. À chaque discours, je pensais que ça y était!»

Que de stress pour un organisateur de campagne! «Il faut le laisser aller, il est comme ça. On va vivre avec ses qualités et ses défauts, ce n’est pas un politicien comme les autres», dit Alain Lupien, 55 ans, qui a fait la connaissance de PKP lorsque celui-ci a été élu.

Péladeau avoue imposer une loyauté sans faille à ses collaborateurs. «Rien n’est plus important», dit-il. Luc Lavoie l’a souvent constaté lorsqu’il était à ses côtés à Québecor: «Il faut se lever de bonne heure pour le contredire, et être prêt à affronter la tempête.»

Militant au PQ depuis 1973, Alain Lupien a été chef de cabinet de la ministre de l’Immigration, Diane de Courcy, dans le gouvernement Marois. Mais c’est comme organisateur de la campagne à la direction d’André Boisclair, en 2005, qu’il s’est fait remarquer. Avec l’homme d’affaires Louis-Philippe Bourgeois — de la partie cette fois dans l’équipe de PKP —, il avait permis à Boisclair de l’emporter au premier tour contre Pauline Marois.

Dans le camp du député Alexandre Cloutier, on pensait profiter de leur expérience. Dès juillet, Bourgeois et Lupien avaient participé aux réunions d’organisation du plus jeune candidat dans la course. Geneviève Décarie, autrefois directrice de l’organisation au Bloc québécois, était aussi présente. «Les trois trouvaient notre approche bien intéressante», raconte, sourire en coin, Félix-Antoine Michaud, directeur de la campagne de Cloutier et avocat au cabinet Melançon Marceau Grenier et Sciortino.

alex-cloutier
Le 7 septembre, Alexandre Cloutier se rend chez Jacques Parizeau. «Il aime mes idées», dit-il à son directeur de campagne. – Photo : Bouchecl/Wikimedia Commons

Tout l’été, Alexandre Cloutier tient des réunions avec des militants du PQ. L’appartement de Félix-Antoine Michaud, à Montréal, accueille ces séances en groupes de 10 à 15 personnes. Le député de Lac-Saint-Jean consulte aussi les ex-premiers ministres Lucien Bouchard et Bernard Landry. «On n’a pas parlé à Pauline Marois; elle faisait déjà des appels en faveur de Pierre Karl!» dit Michaud.

Le 7 septembre, Cloutier se rend chez Jacques Parizeau. Il lui explique que, s’il se lance, il placerait l’éducation en tête de ses priorités. En fin de journée, il appelle son directeur de campagne.

«Félix, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle, dit-il. La bonne, Parizeau aime mes idées.

— Super! Et la mauvaise?

— Bourgeois, Lupien et Décarie s’en vont avec Pierre Karl. Ils viennent de m’appeler.»

«J’ai fumé trois cigarettes avant que ma frustration passe», rigole Michaud.

«J’aime bien Alexandre, mais c’était clair que si Pierre Karl se lançait, on allait avec lui», m’expliquera Alain Lupien, qui qualifie de «flirt sympathique» sa courte collaboration avec l’équipe Cloutier. «Péladeau incarne la crédibilité économique de la souveraineté. C’est ce qu’on cherche depuis longtemps pour rassurer les Québécois inquiets.»

Le trio de tête de l’équipe Péladeau monte une organisation complète dès septembre. «On a dit à Pierre Karl de prendre son temps, de bien y penser, parce que le PQ, c’est tout un bateau à diriger! Mais d’instinct, il savait que ce ne serait pas facile», raconte Lupien.

*   *   *

Chapitre 4 – La loyauté au général

«Un général se doit d’être impavide pour garder ses secrets, rigoureux pour faire observer l’ordre.»

Pierre Karl Péladeau n’est pas un «self-made-man». Il a hérité d’un empire de l’imprimerie sur lequel le soleil ne se couchait jamais — 160 usines, 60 000 employés sur tous les continents — qui a fait faillite en 2008. Il a toutefois transformé Québecor en profondeur avec l’aide de la Caisse de dépôt et placement lors de l’acquisition de Vidéotron en 2000.

Il est cependant un «self-made-man» sur le plan personnel, soutiennent ceux qui le côtoient depuis des années. Sa jeunesse explique en partie sa personnalité imprévisible et solitaire. Et son exigence de loyauté à toute épreuve. «Il n’a jamais pu compter sur sa famille et en a beaucoup souffert», dit Michel Nadeau, qui connaît le depuis près de 30 ans.

Sa conjointe, Julie Snyder, parle de «carences sociales» sur lesquelles il continue de travailler. «Pierre Karl a peut-être été élevé avec une cuillère d’argent dans la bouche, mais il n’y avait personne pour la tenir», raconte-t-elle.

Le petit Péladeau a huit ans lorsque son père, Pierre, déménage à Sainte-Adèle, dans les Laurentides. Celui-ci se rend au boulot en hélicoptère et passe ses soirées à entretenir ses passions: le travail, la boisson et les femmes. Sa mère, Raymonde Chopin, est souvent hospitalisée pour dépression.

Celui que tout le monde surnomme «Carlosito» — le petit Carl — passe plus de temps avec le chauffeur et ami de son père, Tony Calandrini, qu’avec ses parents. À Québecor, les cadres qui ont vécu cette époque tourmentée de la famille ont une formule aussi tendre que triste: «Carlosito a été élevé par tout le monde.»

Pierre Péladeau décide de confier son fils de huit ans à Marie et Raymond Laframboise, qu’il connaît bien. Le couple a déjà six enfants, cinq garçons, une fille. Carl vivra avec eux, à Cartierville, jusqu’à ce qu’il s’installe en appartement, à 16 ans, près du collège Jean-de-Brébeuf, à Outremont.

«Son père avait plus envie de bâtir un empire qu’une famille», affirme Raymond Laframboise, alerte malgré ses 89 ans. Il me reçoit, avec sa femme, dans leur jolie maison de pierre, à Cartierville.

Là-bas, les enfants font la vaisselle après les repas, tondent le gazon, fendent du bois au chalet… «Ils avaient des valeurs familiales fortes, ça m’a beaucoup aidé à l’âge critique de l’adolescence. On soupait en famille, c’était agréable», raconte Pierre Karl Péladeau.

Le jeune garçon est timide, rougit facilement. «Il avait son jardin secret», dit Marie Laframboise. Elle raconte que les fins de semaine, il faisait du ski de compétition au mont Gabriel avec ses enfants. Lorsqu’il ne montait pas sur le podium, il se fâchait. «Il a toujours voulu gagner, dans tout!» explique-t-elle.

Son besoin de performer dans les sports tient beaucoup à sa relation tendue avec son père, soutient Raymond Laframboise. «Il voulait attirer son attention, l’impressionner. Son père est venu le voir en compétition une fois. Carl était tellement heureux.»

Au milieu des années 1990, alors qu’il dirige les imprimeries de Québecor en Europe, Pierre Karl Péladeau s’achète un condo au pied des pentes de Val d’Isère, dans les Alpes françaises. Il se met à la planche à neige pour descendre plus vite… jusqu’à ce qu’il se brise la jambe gauche en plusieurs endroits. «J’ai attendu 20 minutes dans le froid, sans personne en vue. Je commençais à trouver ça long quand un Allemand est enfin passé par là!» dit-il.

Les 13 vis dans sa jambe ayant mis fin à sa passion pour la planche, il essaie le… parapente! «Je me disais que ça devait être le fun de voler comme un oiseau.» Petit problème: il a le vertige! «J’ai décidé de combattre le feu par le feu. Rien de mieux pour mettre fin à mon vertige. Et j’ai réussi.»

Devant son chalet, sur le petit lac Orford, Pierre Karl Péladeau a installé un parcours de ski nautique au moyen de bouées. En fin de journée, lorsque le plan d’eau devient un miroir, il peut faire ce slalom… pieds nus, comme les professionnels de sport extrême! Ceux qui l’ont vu à l’œuvre ont été estomaqués. «Il pourrait faire partie d’un cirque! Je n’ose pas imaginer la volonté que ça prend pour se rendre à ce niveau», dit Luc Lavoie. Il ne prend plus ce ris que. «J’ai 53 ans, je vieillis! Pour faire du ski nautique sans ski, il faut que le bateau roule à plus de 40 km/h. La débarque est raide en maudit!»

Sa volonté de se surpasser, le jeune Pierre Karl ne l’affichait pas dans ses études, se souvient Joseph Facal, qui a été dans la même classe de secondaire que lui, au collège privé Stanislas, au début des années 1970. «Il était intelligent, mais se servait de son intelligence pour en faire le moins possible», rigole l’ex-ministre péquiste. «Il s’assoyait au fond de la classe avec ses amis et s’amusait.»

À l’école, tout le monde sait qu’il est le fils de Pierre Péladeau, mais il n’en parle jamais. Pas plus que de sa mère, qui s’enlève la vie à 47 ans. Lui en a 14. «Ne me pose jamais de question sur ma mère», dit-il alors à un ami.

Il aborde un peu le sujet aujourd’hui afin de sensibiliser la population au problème de la dépression. «Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire», dit-il.

À un certain moment, Raymonde Chopin fait un séjour à l’Institut Albert-Prévost, à Cartierville. Le jeune Péladeau ira la visiter, cueillant pour elle des fleurs dans le parc en chemin. Ce n’était «pas facile émotivement» de voir sa mère au milieu de ces patients, dit-il. «Quand elle est morte, on ne m’a pas tout de suite dit comment. J’imagine que c’était pour me protéger.»

Cet épisode ne le rapproche pas de son père. Une lacune qu’il tente de corriger avec ses trois enfants: Marie, née en mars 2000 d’un premier mariage, puis Thomas et Romy, nés de son union avec Julie Snyder. «La génération de mon père, ça prenait un coup solide, ça courait la galipote. Les temps changent, la famille est plus importante maintenant», dit-il.

Lorsqu’il était président de Québecor, son bureau ressemblait à un CPE tapissé des dessins de ses enfants, alors que celui de son père n’avait contenu aucune photo des siens. Pourtant, quand il prend les rênes de Québecor, à 37 ans, PKP ferme la garderie au siège social de l’entreprise afin d’économiser. Ce qu’il dit aujourd’hui regretter.

Son entrée au collège Brébeuf marque une rupture. L’ado change le «C» de Carl pour un «K», ajoute «Pierre» devant (ce prénom avait été enregistré à sa naissance, mais il ne l’avait jamais utilisé) et signe de ses nouvelles initiales: PKP. Pourquoi ? Il hausse les épaules. «Par coquetterie, je voulais changer de prénom.»

C’est l’époque où lui et ses amis sont imprégnés des idées de Karl Marx. Il emménage dans un appartement miteux de la rue Saint-Dominique avec Charles Landry, le fils de Roger D., patron de La Presse, grand concurrent du Journal de Montréal. Les deux jeunes distribuent des tracts du Parti communiste ouvrier à… Outremont! Entre deux «clisses», le père Péladeau appelle son fils «le bolchevik».

Pierre Karl refuse l’argent paternel et prend un boulot de plongeur, puis de serveur, chez Big Boy, un comptoir de hamburger du quartier Côte-des-Neiges. Pour fêter ses 18 ans, la famille Péladeau se réunit au chic club privé Saint-Denis. Au milieu du repas, PKP se lève et lance aux invités: «Bande de bourgeois. Je ne veux plus avoir affaire à vous!» Son père se lève à son tour: «Tu seras toujours le bienvenu à la maison.»

Pendant la course à la direction, après un discours à l’Université de Sherbrooke, le 9 avril, un étudiant accoste PKP et l’interroge sur son passé marxiste. «Je ne renie rien, c’était une époque intéressante. Mais ensuite, j’ai été à l’étranger, j’ai étudié et j’ai relativisé tout ça», lui dit-il.

Après un bac en philo à l’UQAM, Péladeau, 21 ans, s’inscrit en maîtrise à l’Université de Paris VIII, réputée à gauche. Le réveil est brutal. Autour de lui, les jeunes sont brillants et possèdent leurs classiques sur le bout des doigts. «Je tirais de la patte. À l’UQAM, on se concentrait sur la critique, alors qu’à Paris, c’étaient les grands penseurs.» Il s’enferme pendant un an et étudie les Kant, Descartes, Hegel…

pierre-peladeau
À l’école, tout le monde sait qu’il est le fils de Pierre Péladeau, mais il n’en parle jamais. – Photo : La Presse Canadienne

Il a 22 ans quand son père débarque à Paris et l’invite à souper chez Maxim’s, un célèbre resto de la capitale. Quelque chose se produit. Péladeau père a déjà affirmé que ce moment a marqué une «réconciliation» entre les deux hommes. PKP dit ne pas y voir autant de signification. Pourtant, il quitte la gauche philosophique et s’inscrit en droit à l’Université Panthéon-Assas Paris II, réputée à droite. «Je ne sais pas trop pourquoi, c’était près de mon appartement», dit-il. Plus jeune, son père avait fait ce cheminement: philo, puis droit.

PKP est parti marxiste du Québec, il y revient résolument capitaliste en 1985.

Il s’inscrit en droit à l’Université de Montréal et entre à Québecor à temps partiel avec le titre ronflant d’adjoint au président. Pierre Péladeau dit à son fils qu’il souhaite faire une acquisition par mois et qu’il fera partie de l’équipe qui y travaille. «Je n’ai pas de MBA, je n’ai pas fait HEC, alors j’ai beaucoup appris ceux qui en faisaient partie», dit-il.

Un matin de 1988, PKP assiste à un cours de commerce de Michel Deschamps, chargé de cours à l’université de Montréal et avocat en cabinet privé. L’après-midi, il se rend à une réunion pour représenter Québecor auprès d’un consortium de banques, car l’entreprise souhaite financer l’achat d’une partie de la multinationale Maxwell Graphics, qui possède 15 imprimeries. Une entente de 510 millions de dollars. Deschamps, qui représente le syndicat bancaire, n’en croit pas ses yeux en voyant son étudiant! «Avez-vous les autorisations pour signer cette entente?», lui demande-t-il simplement.

Pendant des mois, Péladeau négocie la transaction. Il se révèle redoutable, pouvant rester éveillé tard dans la nuit, sans manger. «Quand je négocie, je fais une sieste l’après-midi, pour être en forme le soir, mais Pierre Karl ne dormait jamais. Il a une énergie hors du commun», dit Michel Nadeau, qui était à la Caisse de dépôt à l’époque.

PKP est dans son élément. «On parle souvent de ses études de philo, mais il a été bien plus marqué par ses études de droit. Il aime le légal», affirme Luc Lavoie.

Une vision légaliste de la société qui a influencé les longs et durs lock-out au Journal de Québec et au Journal de Montréal. PKP peut contourner les dispositions antibriseurs de grève en raison de la désuétude du Code du travail, rédigé à une époque où la notion d’établissement ne se conjuguait pas à l’ère d’Internet. «Je lui disais, “arrête de regarder le côté légal, regarde le côté pratique, il faut régler ce conflit”. Le droit ne règle pas tout», raconte Michel Nadeau.

L’aspect légal contribue à son refus de vendre les actions qui lui permettent de contrôler le géant Québecor, même s’il devient chef de l’opposition ou premier ministre du Québec, au risque de provoquer des conflits d’intérêts, puisque l’empire a des ramifications partout: publicité, téléphonie, câble, livres, disques, cinéma, télé… sans compter qu’il contrôle 40 % du poids médiatique de la province.

Il évoque l’héritage de son père et sa volonté de développer l’économie du Québec.

«Pourquoi je vendrais? Ce serait un non-sens», dit-il, avant d’enchaîner sur l’aspect légal. «C’est permis! Si le gouvernement veut changer les lois, qu’il s’essaie», me dit-il, le ton batailleur, en avril. «J’irai en cour et je ferai valoir mes droits.»

Il est conscient que s’il devient premier ministre, il influencera la politique industrielle du Québec, qui, elle, pourrait avoir des effets sur les revenus et profits de Québecor, et donc, sur sa fortune personnelle. «Je ne suis pas inquiet, il y aura des effets sur Québecor, mais aussi sur toute l’économie du Québec», dit-il, sans évoquer la possibilité de se retirer des délibérations d’un éventuel Conseil des ministres en cas de décisions touchant Québecor. Il s’en remet à la population. «Il y aura une sanction du peuple. C’est ça, la démocratie.»

Sa position va lui attirer des problèmes, estime Michel Nadeau, qui considère que la fiducie sans droit de regard n’est pas suffisante pour un mastodonte comme Québecor — surtout si PKP donne la consigne au fiduciaire de ne pas vendre ses actions. «Parce qu’il peut légalement le faire, il estime qu’il n’a pas à bouger, dit Nadeau. Mais en politique l’apparence de conflits d’intérêts, c’est sérieux. Il devra devenir pragmatique.»

Raymond Laframboise se demande comment Péladeau va naviguer dans le monde de compromis qu’est la politique. «Pour lui, la souveraineté n’est pas une fantaisie. Il y croit vraiment. Il va donc y aller intensément. Mais pour combien de temps? Pierre Karl veut des résultats rapides, alors que la politique est souvent une affaire de patience. C’est plus complexe que les affaires.»

*   *   *

Chapitre 5 – Prendre le contrôle du terrain

«À la guerre, tout est affaire de rapidité. On profite de ce que l’autre n’est pas prêt, on surgit à l’improviste.»

Le samedi 4 octobre 2014, Jean-François Lisée entre dans la salle de réception de l’hôtel Delta, à Sherbrooke, avec une certaine appréhension: sera-t-il hué par les 200 bonzes du PQ réunis pour la Conférence nationale des présidentes et présidents (CNPP)?

Le député de Rosemont est en terrain hostile dans son propre parti. La veille, il a été le premier à attaquer dans cette course à la direction naissante. «On fait de la politique ou on est patron de presse, les deux choix sont très légitimes, mais on ne peut pas faire les deux en même temps», avait-il lancé aux journalistes à propos de Pierre Karl Péladeau. Une «bombe à retardement» qui fera obstacle «à la capacité du Parti québécois de prendre le pouvoir».

Il n’y a pas eu de huées, mais la réaction des militants est épidermique. Dans les circonscriptions, le ressac est instantané. «On s’est fait reprocher cette sortie. Ça nous a nui énormément», explique Geneviève Marsan, directrice de la campagne de Jean-François Lisée.

Tout l’automne, des militants refusent de signer le bulletin de mise en candidature du député. Certains insultent même ses bénévoles. «Les sympathisants de Pierre Karl étaient très agressifs, dit Geneviève Marsan. On avait l’impression que le PQ n’était plus un parti de débat.»

Attristé par la réaction des militants, Jean-François Lisée dira plus tard: «Jamais, dans toute ma vie, on ne m’a autant sommé de me taire.»

Aux yeux des militants, surtout les plus âgés, Péladeau n’est pas seulement le meneur, il est le «sauveur», celui qui fait renaître l’espoir d’accéder à l’indépendance. Ses propriétés médiatiques sont perçues comme un atout. «Pour une fois qu’on peut avoir des médias de notre bord», me dira Alain, un militant d’une cinquantaine d’années, au lancement de la campagne de PKP, le 30 novembre.

Mais en ce samedi d’octobre au CNPP, pendant que Lisée gère les contrecoups de sa sortie, les troupes de Martine Ouellet, Bernard Drainville, Alexandre Cloutier et Pierre Céré s’activent afin de recueillir les coordonnées des organisateurs et des présidents de circonscriptions. Car ce sont eux qui détiennent l’information la plus précieuse: les noms des membres du PQ, les seuls qui peuvent signer les bulletins des candidats.

Amasser les 2 000 signatures requises dans au moins 50 circonscriptions de 9 régions s’avère une tâche titanesque sans la liste des membres, que les instances du parti refusent de fournir aux équipes. Or, si la liste officielle est secrète, des listes par régions ou circonscriptions circulent. «Les présidents et les organisateurs locaux ont au moins la liste de leurs membres. On a besoin d’eux», dit Stevens Héroux, directeur de la campagne de Martine Ouellet.

Les candidats prendront des semaines pour amasser les signatures. L’équipe de Péladeau n’a pas ce problème. Devant une carte du Québec épinglée sur le mur du quartier général du candidat, Alain Lupien et Geneviève Décarie montrent les petits points de couleurs qui tapissent les 125 circonscriptions. Chacun représente un de leurs organisateurs. Il y en a 350.

«On a décidé de prendre le contrôle du terrain avant que Pierre Karl annonce sa candidature», raconte Geneviève Décarie. Fin novembre, cette force de frappe permet d’amasser plus de 5 000 signatures en quatre jours!

Lorsque PKP dépose son bulletin à la permanence du parti, le 1er décembre, les autres clans sont soufflés. «C’est rapide! Il y a un peu d’intimidation là-dedans», dit Stéphane Gobeil, directeur de la campagne de Drainville.

Alain Lupien s’en défend: «Ce n’est pas pour intimider les autres candidats, c’est un message aux membres du parti et aux Québécois. On pense déjà à l’après-course. On veut montrer que le PQ n’est pas mort, qu’il peut se mobiliser.»

*   *   *

Chapitre 6 — Le nouvel adversaire

«Lorsque l’adversaire tarde à engager le combat, sans toutefois se retirer, il faut faire preuve de circonspection.»

Le soir du 27 novembre, pendant que la faune médiatique et la classe politique n’en ont que pour l’annonce-surprise de Péladeau faite plus tôt à l’Université de Montréal, 200 militants du PQ sont rassemblés dans un resto-bar de la Plaza Saint-Hubert, à Montréal. Ils sont venu entendre Alexandre Cloutier.

Des étudiants sirotent une bière, des retraités un verre de rouge, des enfants courent parmi les participants, des bénévoles font signer le bulletin de candidature et recueillent des dons.

Micheline, une militante dans la soixantaine, est venue de Laval. «Il est rafraîchissant et marque une rupture avec l’image vieillissante du PQ», me dit-elle.

Sur scène, son discours est différent de ceux que les autres candidats ont l’habitude d’adresser aux militants. Il présente l’éducation comme sa «grande priorité» et ne parle de souveraineté qu’à la fin. Il descend en flamme l’attitude de son gouvernement dans le dossier de la Charte des valeurs. «On doit être le parti de tous les Québécois, sans exclusion. On a un lien de confiance à reconstruire», lance-t-il.

En voyant les militants applaudir longuement un candidat dont le fief est au Lac-Saint-Jean, à plus de 400 km de Montréal, Félix-Antoine Michaud esquisse un sourire. «Il se passe quelque chose», dit-il.

Les autres camps le sentent aussi. Alexandre Cloutier n’apparaissait pas sur l’écran radar des sondeurs à la fin de l’été. Il n’était jamais cité dans le trio de tête de la course: PKP, Lisée et Drainville. Pourtant, il rassemble 200 personnes de tous les âges un soir de semaine dans la métropole, au moment où le favori confirme ses prétentions.

Le clan Drainville est le plus déstabilisé par ce nouvel adversaire. Le député de Marie-Victorin se percevait comme l’opposant naturel de PKP. Il souhaitait une course à deux afin de se rallier les anti-Péladeau.

«On roule dans la gravelle, c’est rough», me dit, début décembre, Stéphane Gobeil, le directeur de campagne de Drainville. «Cloutier a eu un bon départ.»

Certains sondages Léger placent Alexandre Cloutier en deuxième position, au coude-à-coude avec Drainville et Ouellet. «J’échangerais un mois de campagne sur le terrain contre un seul sondage qui nous place clairement deuxième!» lance Gobeil.

Deux semaines plus tôt, le camp Drainville a obtenu les résultats d’un sondage téléphonique qu’il a commandé afin de savoir à quoi ressemble le champ de bataille. Effectué auprès de 801 membres en règle du PQ, c’est le premier à sonder seulement ceux qui auront le droit de vote en mai.

Le titre de l’analyse que Bernard Drainville reçoit le 18 novembre est limpide: «Tous les espoirs sont permis, mais la pente est rude!» En introduction, on lit: «Les résultats des intentions de vote sont similaires à ce qu’on a vu dans les sondages de Léger, soit une forte avance de PKP (52 %), suivi loin derrière par Bernard Drainville (10 %) et Cloutier (9 %), avec Lisée (6 %) et Ouellet (4 %) en queue de peloton. Si le premier tour avait eu lieu la semaine dernière, PKP l’aurait emporté au premier tour, mais par la peau des fesses.» Près de 20 % des péquistes se disent indécis, et 44 % disent qu’ils peuvent encore changer d’idée.

bernard-drainvill
Le clan de Bernard Drainville est le plus déstabilisé par ce nouvel adversaire qu’est Alexandre Cloutier. – Photo : Toma Iczkovits/Newzulu/La Presse Canadienne

La bonne nouvelle: Drainville est le deuxième choix du plus grand nombre de militants (21 %). Il a donc un potentiel de croissance. La mauvaise nouvelle: il partage les mêmes partisans que Péladeau. Il ne pourra donc pas compter sur eux dans un éventuel deuxième tour.

C’est avec ce coup de sonde en tête que l’équipe Drainville décide de relancer la question de la laïcité. Près de 43 % des membres du PQ estiment que le combat livré par Drainville en faveur de la Charte de la laïcité est une bonne raison de voter pour lui (47 % disent le contraire). L’idée de proposer une charte de compromis, une version 2.0, recueille l’appui de 66 % des membres.

«Autant l’utiliser à notre avantage», me dit Stéphane Gobeil. «Il y a une frange au PQ qui n’aime pas ce qu’on a fait de la Charte des valeurs, mais il y a aussi un gros pourcentage qui aime ce qu’a fait Bernard, qui a pris les coups pour le parti.»

En janvier, Drainville dévoilera sa nouvelle mouture de la Charte et l’utilisera dans ses allocutions, affirmant qu’il a été «testé dans l’adversité», qu’il est «prêt à servir», allusion à l’inexpérience politique de PKP.

Le coup de sonde interne montre aussi que l’ambiance est morose au PQ et que la confiance de réaliser rapidement l’indépendance est faible. Même avec PKP dans le paysage, 57 % des répondants ne souhaitent pas tenir un référendum dans un premier mandat, contre 38 %. Près de 28 % des membres pensent que la souveraineté ne se fera jamais, tandis que 27 % pensent que si elle se réalise, ce sera dans plus de 10 ans.

L’équipe Drainville comprend que la carte maîtresse de Martine Ouellet — promettre un référendum dans un premier mandat du PQ — aura peu d’effet sur la course.

*   *   *

Chapitre 7 – Comprendre ses faiblesses

«Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu.»

Les 500 partisans de Pierre Karl Péladeau sont à la fête en ce dimanche 30 novembre. Le député lance officiellement sa campagne dans le gymnase d’une école de Saint-Jérôme, décoré avec des milliers de petites lumières blanches qui scintillent au plafond et deux écrans géants de part et d’autre de la scène.

Les bénévoles arborent un chandail de hockey bleu où est inscrit, bien en évidence, «PKP 2015», avec un gros numéro 1 au dos. Le slogan de la campagne est affiché partout: «Réussir».

Au fond de la salle, un gaillard de six pieds, André Lafrenet, 55 ans, attend le discours avec impatience. Il n’était plus membre du PQ depuis des années, mais il vient de reprendre sa carte. Il a aimé que PKP brandisse le poing aux dernières élections. «Il n’est pas ici pour son fonds de pension certain! Il n’a rien à gagner, sauf nous amener au pays», dit-il, ajoutant qu’il a un peu de difficulté avec les positions antisyndicales passées de Péladeau, mais qu’il est prêt à passer l’éponge. «C’est quoi le plus important? Les conflits de travail ou la souveraineté? C’est évident.»

Dans la foule, le même message revient en boucle: PKP peut gagner.

«Péladeau fait vibrer une corde émotive très forte chez les péquistes, il donne de l’espoir», affirme le sondeur Jean-Marc Léger. «Ça fait 20 ans qu’au mieux, ils remportent des victoires morales.» Aux deux dernières élections, le PQ n’a pas franchi la barre des 33 % d’appuis. Le dernier triomphe majoritaire remonte à 1998, avec Lucien Bouchard. Un gain refroidi par le fait que le PLQ de Jean Charest avait remporté plus de vote au total que le PQ, fermant la porte à un référendum revanche.

L’ancien premier ministre Bernard Landry monte sur scène fait le «V» de la victoire avec ses doigts. «Le vent se lève, dit-il. Nous sommes des militants de la patrie, et rien ne nous arrêtera dans une course aussi noble.» Landry, un des premiers partisans de Péladeau, ne fournira toutefois pas un sou à la campagne de celui-ci, préférant donner 400 dollars à Martine Ouellet.

Péladeau commence son allocution en parlant de son père, qui serait «très fier» de son choix. «Il a toujours voulu montrer que les Québécois ne sont pas nés pour un petit pain». Sa voix se brise quand il évoque sa mère. La foule l’encourage.

Dans son discours de 55 minutes, il affirme que le plus grand problème du PQ est qu’il ne s’affirme plus clairement comme indépendantiste.

«Les Québécois estiment que notre projet n’est pas clair. Ils ont perdu de vue les raisons. Il faut faire une minutieuse démonstration de ce qu’apporterait le pays.» Il ajoute: «Notre cause avancera sous un étendard qu’elle ne cachera plus jamais. Celui du pays du Québec».

Conscient qu’il ne pourra séduire l’aile gauche du PQ en raison de son passé, il termine la soirée par un retentissant: «Je serai le candidat de la souveraineté» qui vise à rassembler la base du parti.

Au même moment, un texto fait vibrer mon téléphone. «On connaît maintenant le thème des prochaines élections», m’écrit un stratège libéral qui écoute le discours retransmis sur la chaîne LCN.

Mais le PQ ne pourra se contenter de parler d’indépendance, estime Jean-François Lisée, qui a fait le «pari de la franchise» en ciblant une série de problèmes à régler. «La majorité des Québécois, y compris francophones, sont aujourd’hui réfractaires au référendum et à l’indépendance. Les actions de Pierre Karl vont poser un problème politique. Les jeunes nous ont tourné le dos. La diversité québécoise ne se reconnaît pas en nous. Notre attitude dans le débat sur la charte y est pour beaucoup. Notre flirt avec le pétrole de schiste nous a rendus écologiquement incohérents.»

Le député de Rosemont a disséqué les allégeances de l’électorat avec les sondeurs du PQ après la cinglante défaite d’avril 2014. La question nationale ne sera pas suffisante pour attirer les 40 % d’électeurs qui se déclarent souverainistes dans les sondages depuis 1995.

Pourquoi? D’abord, ce chiffre de 40 % inclut les indécis, qui n’ont pas pris position sur le sujet. Ensuite, les sondages du PQ menés par le Groupe de recherche de l’opinion publique révèlent qu’une catégorie d’électeurs est en hausse depuis 20 ans: les centristes.

Les centristes peuvent se déclarer souverainiste ou fédéraliste dans les sondages, mais leur choix électoral ne s’effectue pas en fonction de la question nationale. Ils veulent parler de santé, d’éducation, de finances publiques ou d’économie avant tout. De 21 % en 1995, ce groupe rassemble maintenant près de 30 % de l’électorat.

«Le constat est clair», dit Lisée, qui a évoqué la hausse des centristes dans son récent livre, Le journal de Lisée. «Il n’y a désormais que 28 % de l’électorat qui est mobilisable sur la question de la souveraineté. C’est proche du vote péquiste d’avril 2014, soit 25 %. Il n’y a pas de réservoir de 15 % de souverainistes supplémentaires qui auraient quitté la barque parce que le PQ n’insiste pas suffisamment sur l’indépendance.»

C’est la raison pour laquelle Péladeau, qui incarne l’indépendance, a un avantage dans la course, mais qui se transforme en arme à double tranchant dans la population, estime Jean-Marc Léger. «On l’adore ou on le déteste. Il ne laisse personne indifférent.»

lisee
Le PQ ne pourra se contenter de parler d’indépendance, estime Jean-François Lisée, qui a fait le «pari de la franchise». – Photo : Pierre Roussel/Agence Québec Presse

Le premier sondage Léger qui a testé les intentions de vote avec Péladeau comme potentiel chef du PQ, en novembre 2015, donnait 36 % d’appui au parti souverainiste, contre 30 % aux libéraux de Philippe Couillard. Ce résultat a galvanisé les partisans de Péladeau et confirmé son avance dans la course.

Pourtant, ce taux a fait sourciller les stratèges péquistes d’expérience. Le premier coup de sonde est généralement le meilleur, puisque le futur chef n’a encore pris aucune position qui déplaît à l’électorat. Or, André Boisclair, Pauline Marois et François Legault récoltaient plus de 45 %, avant de revenir en politique à la tête de leur formation.

«Ce n’est pas énorme 36 %», confirme Léger. Or, le PQ a besoin de conquérir de nouveaux territoires pour redevenir une force, pas seulement de motiver les convaincus.

Pierre Céré, qui se décrit à la blague comme «l’autre Pierre de la course» en raison de son manque de notoriété, estime que son parti a besoin d’une «bonne dose d’humilité». Il est inquiet de ce qu’il entend souvent dans les assemblées du PQ: l’idée qu’un changement de chef réglera la majorité des problèmes.

Lors d’un débat à l’Université Laval, le 18 mars, Pierre Céré constate que la salle est, encore une fois, remplie de têtes grises. «Qu’avons-nous fait pour que nos enfants et petits-enfants ne soient pas avec nous? demande-t-il aux 350 militants réunis. Notre jeunesse vit à l’ère de la diversité culturelle. Avec le repli identitaire qui a caractérisé le PQ depuis 2007, ils nous regardent comme un vieux parti. Il faut oser le dire.» La salle répond par un silence embarrassé.

*   *   *

Chapitre 8 – Amasser le trésor de guerre

«Une armée qui a des positions solides est assurée de remporter la victoire.»

Début janvier, le camp Péladeau fait face à un problème imprévu: les militants ne contribuent pas à sa campagne! «Il est riche, alors les gens pensent qu’il n’a pas besoin d’argent», raconte son organisatrice, Geneviève Décarie.

En 2013, Pierre Karl Péladeau, dont les revenus atteignaient 7,43 millions de dollars, arrivait au 53e rang des PDG les mieux payés au Canada. Le magazine Canadian Business évaluait alors sa fortune à 930 millions de dollars.

L’équipe de Péladeau doit expliquer aux militants que le candidat peut contribuer à sa propre campagne à hauteur de 500 dollars, le maximum permis. Quelques cocktails de financement dans le réseau d’affaires de Péladeau à Montréal et Québec viendront garnir les coffres du trésor de guerre à partir de février — les circonscriptions les plus généreuses sont celles, huppées, d’Outremont, Westmount—Saint-Louis, Mont-Royal et Jean-Talon.

L’avance d’Alexandre Cloutier et Bernard Drainville en matière de financement s’effrite rapidement. Péladeau terminera la course avec 276 000 dollars, soit 200 000 de plus qu’Alexandre Cloutier.

Dans le camp de Jean-François Lisée, le problème est ailleurs: la motivation du candidat chancelle. Le mercredi 21 janvier, il revient de France, où il a passé les deux derniers mois auprès de sa femme, Sandrine, qui vient de donner naissance à leur troisième fille, Emma. Il est toutefois resté en contact étroit avec sa directrice de campagne.

Lorsque Geneviève Marsan l’accueille à l’aéroport, vers 15 h, elle lui annonce fièrement que ses 50 bénévoles ont amassé les 2 000 signatures et que les premiers 10 000 dollars exigés par le parti sont en banque. «On est prêt!» dit-elle. La réponse la laisse sans voix: «Maintenant qu’on peut se présenter, on fait quoi?», lance Lisée.

«J’étais abasourdie, confie-t-elle. Jamais il n’avait évoqué un possible retrait de la course, pas une seule fois.»

Elle tente de le dissuader, explique que les vents forts de l’automne s’adoucissent. «Les militants étaient plus réceptifs à notre message, notamment sur l’environnement», dit-elle. Mais le candidat n’a pas ce sentiment. Un ressort s’est cassé en lui. «Il avait l’impression d’avoir le rôle du méchant de service pour le reste de la course et il ne voulait pas», dit Geneviève Marsan.

*   *   *

Chapitre 9 – Étudier le champ de bataille

«Qui ignore la nature du terrain ne pourra faire avancer ses troupes.»

Fin janvier, Pierre Karl Péladeau entame une grande tournée du Québec. Malgré le froid et la neige qui glacent les routes, il se rend en Abitibi, en Gaspésie, sur la Côte-Nord, à Chibougamau… «Il n’a pas fait le tour du Québec comme ministre, alors il doit aller voir les gens chez eux, comprendre ce qu’ils vivent. C’est l’expérience qui rentre», dit son directeur de campagne, Alain Lupien.

Il n’acceptera pas d’être accompagné par un journaliste dans cette tournée. La simple présence de nouveaux collaborateurs dans son équipe l’agace, alors un journaliste…

Péladeau est un solitaire. Il peut faire des heures en voiture sans parler, la radio éteinte, dans sa bulle, sans s’arrêter pour manger. «Gagner sa confiance n’est pas simple», dit Robert, son chauffeur et garde du corps depuis sept ans.

Cette tournée lui permettra d’établir des repères, lui qui, à chaque nouvelle étape de sa carrière, descend sur le terrain pour comprendre dans quoi il vient de s’embarquer.

En France et en Grande-Bretagne, au milieu des années 1990, les pressiers de la division imprimerie de Québecor Europe étaient surpris de voir débarquer le grand patron à l’usine. PKP change alors les lourdes pièces des rotatives, discute avec les ouvriers.

En 2000, lorsque Québecor achète Vidéotron, il grimpe dans des poteaux pour installer le câble avec les techniciens. «Il faut comprendre un peu le métier pour savoir de quoi on parle. Je me faisais dire: “Qu’est-ce qu’il connaît dans le câble et la TV, lui, il ne viendra pas nous dire quoi faire!” Je voulais performer et je n’avais pas 25 ans devant moi», dit-il.

Il a fait de même pour les langues. À Paris, alors qu’il dirige Québecor Europe, il s’inscrit au Goethe Institut pour apprendre les rudiments de l’allemand. Sa première femme, Isabelle Hervet, fille d’un riche banquier français, est allemande du côté de sa mère et il veut pouvoir converser avec sa famille de Francfort. Il étudiera aussi l’espagnol et séjournera à Florence pendant quelques mois pour se familiariser avec l’italien.

Il épouse Isabelle Hervet lors d’une cérémonie officiée par nul autre que Nicolas Sarkozy! À l’époque, le futur président est maire de Neuilly-sur-Seine, en banlieue de Paris. C’est là que le couple Péladeau-Hervet a son appartement — que PKP possède encore.

C’est son ami Bertrand P. Ménard qui conduit le couple à la salle de réception dans une petite berline Renaud. «Pierre Karl n’a jamais aimé les voitures de luxe», dit-il. Le contraste est saisissant lorsqu’il se gare devant Le Cercle de l’union interalliée, un des plus chics clubs privés de Paris. «C’était un mariage très vieille France, bon ton et bon genre, dit Ménard. J’ai appris à la fin du repas que j’avais une comtesse à ma table!»

Une fois l’orchestre parti, en fin de soirée, Péladeau et ses amis font résonner leurs succès de jeunesse dans la chaîne stéréo de la salle aux lustres de cristal. «On a dansé. C’est probablement la seule fois de l’histoire que les Rolling Stones ont joué entre les murs de l’Interalliée!» rigole Ménard.

Péladeau a toujours entretenu ce côté «bad boy», raconte Luc Lavoie. «Il aime l’humour irrévérencieux. Il aime quand ça grince des dents un peu.»

Le 22 avril 2011, Jour de la Terre, lorsque le provocateur Ezra Levant ouvre son émission à Sun News en coupant un sapin à la scie mécanique, Péladeau s’amuse comme un fou devant la télé dans son bureau. «Il appelait ses collaborateurs pour leur dire de regarder Levant habillé en bûcheron décapitant un arbre. Il trouvait ça très drôle», raconte un cadre.

Au début des années 2000, à un souper chez l’ex-premier ministre Brian Mulroney à Westmount, les invités attendent le couple Péladeau-Snyder depuis plus d’une heure. «Il est encore en retard», s’exclame Jacqueline Desmarais, présente avec son mari, Paul Desmarais, ainsi que Jean Charest, alors chef de l’opposition, et des cadres de la direction de la Caisse de dépôt et placement.

Le couple arrive vers 19 h 30, lui avec la cravate en berne, la chemise un peu froissée sortie de son pantalon, elle avec les cheveux décoiffés… Les Desmarais se tortillent sur leur chaise en les voyant arriver… «Il a fait exprès pour les provoquer, raconte un invité. Pierre Karl a toujours trouvé que le domaine Sagard était une insulte au peuple, un clinquant qui lui lève le cœur.»

*   *   *

Chapitre 10 – Enrôler des alliés

«Qui ignore les objectifs stratégiques des autres princes ne peut conclure d’alliance.»

Dans le stationnement du Sheraton Laval, Alexandre Cloutier sautille sur place afin de se réchauffer en ce matin du 7 février. Il attend Véronique Hivon pour entrer à ses côtés au Conseil national du PQ, qui regroupe près de 500 militants.

Deux jours plus tôt, le ralliement à sa campagne de la populaire députée de Joliette a fait grand bruit, même si PKP et Drainville ont déjà plus d’appuis dans le caucus. «Les mots “Véronique Hivon” ont été les plus utilisés sur les réseaux sociaux ce jour-là, le buzz est bon», raconte Jean Briand, le directeur des communications de Cloutier.

Lorsque Véronique Hivon rejoint Cloutier dans le stationnement, un militant montréalais d’une cinquantaine d’années s’approche et s’adresse à elle. «Je veux juste vous serrer la main. Vous remercier», dit-il, en évoquant la bataille politique qu’elle a menée pour l’aide médicale à mourir. «Puis-je vous présenter Alexandre Cloutier?» demande-t-elle en se tournant vers le candidat, heureux du magnétisme de sa recrue.

L’entrée en scène d’Hivon, puis du doyen de l’Assemblée nationale, le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron — élu sans interruption depuis 37 ans — donnera une formidable poussée au clan Cloutier.

Les équipes jouent des coudes pour convaincre les six députés encore non alignés qu’on surnomme «les Suisses» en raison de leur neutralité. La veille du Conseil national, lors du long débat parlementaire sur le projet de loi 10 en matière de santé — adopté sous le bâillon dans la nuit —, Sylvain Gaudreault, une prise de choix en raison de son expérience et de son ascendant dans le parti, a vu défiler à son bureau de l’Assemblée nationale tous les candidats au leadership. «Il aurait pu donner un numéro à chacun et leur dire de se mettre en ligne!» lance un député qui s’amusait du va-et-vient. Le député de Jonquière se ralliera finalement à Drainville pour son parti pris environnemental, puis à PKP à la fin de la course.

Avant de rencontrer les journalistes dans le hall du Sheraton Laval, l’équipe Cloutier fait une petite réunion pour éviter les dérapages. «Je dis quoi sur la controverse de Rouyn-Noranda?» demande Cloutier. Ce matin-là, La Presse relatait l’esclandre provoqué par Pierre Karl Péladeau au Festival de musique émergente d’Abitibi-Témiscamingue, lorsqu’il a crié «en français svp!» au groupe québécois Groenland, connu pour sa musique en anglais. «Rien, ce n’est pas ta controverse», suggère Véronique Hivon. Cloutier acquiesce.

À 23 h 30, le 29 janvier, Alain Lupien avait reçu un appel de son organisateur local le prévenant que le cri du cœur de Péladeau, mal reçu par des spectateurs, pourrait faire les manchettes et occulter la bonne journée sur le terrain. «Il nous donne du travail», rigole Lupien quand j’évoque l’incident. «Mais il a cette qualité d’être spontané. Il va apprendre à doser.»

La réunion de l’équipe Cloutier porte ensuite sur la disparité dans le traitement d’un nouveau sondage paru le matin. Avec le même coup de sonde Léger, Le Devoir titre «PKP perd des plumes», son appui chez les sympathisants péquistes étant passé de 68 % à 63 % en deux mois. Le Journal de Montréal a choisi de ne pas mettre en évidence cette donnée, illustrant sa manchette par des photos de Péladeau et du premier ministre Philippe Couillard, sous le titre: «Nez à nez» — le PQ et le PLQ obtiennent chacun 32 % des intentions de vote.

«Québecor est outrageusement favorable à PKP, comme s’il était déjà chef de l’opposition!» tonne Ludovic Soucisse, un des conseillers de Cloutier. Là encore, on décide qu’un «pas de commentaire» sera préférable si les journalistes abordent le sujet. «On se concentre sur ce qu’on a à offrir. C’est la stratégie depuis le début», dit Jean Briand.

Après un court point de presse, Alexandre Cloutier grimpe à son quartier général temporaire, établi dans la chambre de Briand. Le chaos règne dans la pièce. Trois portables sont ouverts sur une table, des boîtes de brochures sont dispersées par terre, et une dizaine de bénévoles, assis sur le lit, reçoivent les instructions d’une organisatrice. Elle leur remet une pochette contenant les positions de Cloutier sur une foule de sujets. Leur mission, une fois de retour dans leur région, sera de recruter des membres. «On profite du Conseil national pour les former», dit Cloutier.

Dans le camp Péladeau, la bénévole la plus importante se trouve aussi être son arme de destruction massive: Julie Snyder.

L’animatrice aime la politique. Le 27 mars, pendant que Péladeau était enfermé avec son équipe pour préparer le deuxième débat des candidats qui aurait lieu deux jours plus tard, elle n’a pas hésité à participer à la grande opération «adhésion» de la campagne de son conjoint. Des dizaines de bénévoles se sont dispersés près des stations du métro de Montréal pour recruter des membres — le clan Péladeau affirme avoir vendu plus de 10 000 cartes pendant la course, plus que tous les autres candidats réunis.

«C’est Julie qui en a vendu le plus!» raconte Marc-André de Blois, attaché de presse de Péladeau. Dans les dépanneurs, salons de coiffure et autres petits commerces près du métro Beaubien, elle est reçue avec chaleur, comme un membre de la famille.

Son capital de sympathie auprès du grand public, bâti depuis ses débuts à l’émission L’enfer c’est nous autres, dans les années 1990, puis entretenu avec Star académie et Le banquier, est une arme politique redoutable. «Les fédéralistes ont bien plus peur du couple Snyder-Péladeau que du PQ!» affirme Alain Lupien.

Julie Snyder est également l’allié secrète des conseillers de Péladeau. Elle peut raisonner son conjoint, l’inciter à changer d’attitude ou de tactique, ce que peu de gens réussissent. Un soir de mars à la maison, après un nouvel accrochage de PKP avec les journalistes, elle serre son conjoint dans ses bras et lui glisse à l’oreille: «Il faut que tu acceptes ça, parce que ça vient avec le métier. Sinon, tu vas être malheureux.» Pierre Karl Péladeau lui dit simplement: «Tu as raison.» Les points de presse seront désormais moins orageux.

Si Péladeau devient moins impétueux avec le temps, c’est beaucoup grâce à Julie Snyder, soutient Michel Nadeau. «Elle a un sens social qui fait défaut à Pierre Karl. Elle l’inspire, le propulse», dit-il.

*   *   *

Chapitre 11 – Épuiser l’adversaire

«Plongez l’adversaire dans d’inextricables épreuves et prolongez son épuisement en vous tenant à distance.»

«Il y a des jours où j’ai du fun, et des jours, pas du tout». Au volant de son petit VUS Mazda, sans adjoint avec lui, Bernard Drainville parle à cœur ouvert en ce dimanche 22 février. «Je déteste perdre», lâche-t-il, le regard fixé sur la route qui nous mène de Laval — où un débat informel a opposé les candidats en matinée — à Chambly, où il doit rencontrer des militants dans un pub.

La campagne est épuisante. Péladeau évite de se mouiller sur plusieurs enjeux. Ça irrite le député de Marie-Victorin, qui se présente toujours bien préparé aux assemblées et débats. «PKP n’a pas besoin de préciser ses pensées, car les appuis sont là, dit-il. Et il a des appuis parce qu’il ne précise pas ses pensées! Il a le meilleur des deux mondes. Quand tu prends des positions, tu risques de créer du mécontentement.»

martine-ouellet
«On présente des idées, et tout ce que les journalistes font, c’est de nous poser des questions sur Pierre Karl», dit Martine Ouellet. – Photo : Francis Vachon

L’attention journalistique dont bénéficie PKP exaspère également le clan de Martine Ouellet. «On élabore du contenu, on présente des idées, et tout ce que les journalistes font, c’est nous poser des questions sur Pierre Karl! C’est frustrant», dit celle-ci.

Bernard Drainville voudrait brasser la cage, affronter Péladeau, mais le sort que les militants ont réservé à Lisée hante la course. «J’ai vu le prix qu’a payé Jean-François. Si tu y vas sur le plan personnel, le parti ne va pas en sortir vivant», dit-il.

L’appui de certains collègues à PKP a eu l’effet d’un coup de poignard pour lui. «Quand un député, un ami, vient te voir et te dit qu’il te voyait comme successeur de Pauline parce que tu es bon, mais qu’il va appuyer Pierre Karl parce qu’on a plus de chance de gagner les élections, ça fait mal au cœur en maudit. Qu’est-ce que tu réponds à ça?»

Drainville a dû revoir son discours sur le référendum pendant l’automne, lui qui avait d’abord promis de ne pas en tenir un dans un premier mandat au gouvernement. Des militants lui ont dit de laisser une porte ouverte.

«Ils veulent garder l’espoir qu’on en tienne un si l’occasion se présente. Je comprends, alors j’ai dit qu’on allait réévaluer la situation à six mois des élections de 2018. Mais il faudra être clair. On fait un référendum ou on n’en fait pas. C’est ça qui nous a coulé la dernière fois», dit-il.

Début mars, Martine Ouellet, elle, déborde d’énergie. Stevens Héroux est passé la chercher à Longueuil, à 5 h 45. Direction Sherbrooke, où la radio de Radio-Canada l’attend pour une entrevue à 7 h 40.

Malgré l’avance de PKP, elle se dit encouragée par son sondage interne. Le nombre d’indécis est en hausse, ce qui pourrait provoquer un deuxième tour de scrutin le 15 mai, dit-elle, ajoutant que le recrutement est faible. Une mauvaise nouvelle pour le parti, mais relativement bonne dans le contexte de la course: le PQ aura deux fois moins de membres en règle au vote (71 800) que lors de la course qui a couronné André Boisclair en 2005. «S’il y avait une vague de nouveaux membres en faveur de PKP, elle aurait déjà eu lieu», dit Martine Ouellet.

*   *   *

Chapitre 12 – Doser l’offensive

«Triompher au combat et mériter les applaudissements de la foule, ce n’est pas l’art suprême.»

Alexandre Cloutier arrive à son nouveau local de campagne, à Montréal, vers 8 h 30, les yeux rougis par la fatigue. La veille, le 5 mars, il a enregistré l’émission Tout le monde en parle. Le souper avec les invités et les animateurs s’est achevé à 2 h 30 du matin. «Je pense que Guy A. Lepage aurait voulu un peu de controverse pour pimenter la course, mais on ne peut pas aller là contre PKP», raconte Félix-Antoine Michaud, qui était présent à l’enregistrement.

Le petit local sur la rue Saint-Dominique, coin Saint-Laurent, n’a rien du quartier général de l’équipe Péladeau. Un plancher en ciment, des tables et des chaises en plastique louées. Quelques minutes après l’arrivée de Cloutier, un technicien de Vidéotron vient installer le téléphone et Internet — ce qui déclenche quelques blagues sur «l’espionnage» de Péladeau, que le technicien ne semble pas comprendre.

Pas le temps de se reposer: la préparation du premier débat de la course, le 11 mars à Trois-Rivières, ne peut attendre. L’équipe passe en revue son fonctionnement. La direction du PQ a fourni les grands thèmes, mais pas les questions. Cloutier dirige la discussion. «Comment je peux me démarquer avec un meneur que je ne peux pas attaquer de front?» demande-t-il. Et s’adressant à son conseiller Ludovic Soucisse, il dit: «Je veux que tu visionnes les primaires entre Hillary Clinton et Barack Obama. Comment Obama a fait pour gagner, même si elle était en avance et très appréciée des démocrates?»

Soucisse reviendra avec la réponse quelques jours plus tard. «Obama était parfois dur, mais jamais personnel. Il associait Clinton à la vieille politique, alors que lui se voulait inspirant. Et il parlait de ce qu’il allait faire une fois à la présidence, pour que les gens l’imaginent dans ce rôle», raconte Ludovic.

Cloutier aime ce qu’il entend. «On est sur la bonne voie. On parle de ce qu’on va faire, pas de ce que PKP veut faire», dit-il. Le premier débat sera préparé en conséquence.

L’équipe convient qu’il est inutile de batailler bec et ongles sur l’économie avec le meneur, même s’il a proposé peu d’idées concrètes. «Il incarne l’économie, il n’a pas besoin de dire quoi que ce soit», affirme Félix-Antoine Michaud.

Chacun tente de prévoir les échanges avec les candidats. «Martine n’a aucune faiblesse particulière», dit Cloutier. «Et si on l’attaque, on va braquer l’aile gauche du parti contre nous, alors qu’on en a besoin», dit Soucisse. «On va y aller mollo», convient Cloutier.

L’ancien député et acteur Pierre Curzi donnera un coup de main à Alexandre Cloutier pour peaufiner ses discours: rythme, respiration, intonation. Dans le camp Péladeau, ce type d’aide n’a pas été retenu. «Pierre Karl n’en veut pas pour l’instant», dit Alain Lupien, début mars.

pierre-cere
Pierre Céré lance une salve au sujet du recours aux paradis fiscaux par Québecor du temps où PKP dirigeait l’entreprise. – Photo : Toma Iczkovits/Newzulu/La Presse Canadienne

La veille du premier débat, l’équipe Cloutier se réunit de nouveau. Véronique Hivon s’ajoute au groupe, ainsi que Pierre Boileau, organisateur de Jacques Parizeau au début des années 1990. «Tu dois rester positif, être inspirant», lui recommande Hivon.

Le lendemain, un peu avant le débat, Cloutier arpente une salle de classe au cégep de Trois-Rivières. Il répète ses discours d’ouverture et de clôture. «Je n’ai jamais été aussi nerveux. J’ai pratiqué 1 000 fois!», dit-il en se dirigeant vers l’amphithéâtre où attendent plus de 700 militants.

L’exercice est crucial pour toutes les équipes. «Si on veut ébranler Péladeau et réduire son avance, il faut le faire dans les deux premiers débats, pendant que l’attention des médias et des militants est la plus forte», explique Stevens Héroux, directeur de la campagne de Martine Ouellet.

Pierre Karl Péladeau recevra une salve de Pierre Céré sur l’utilisation des paradis fiscaux par Québecor du temps où il dirigeait l’entreprise. La veille, en dévoilant sa plateforme économique, PKP avait promis de s’attaquer à l’évasion fiscale.

Largement conquise à Péladeau, l’audience réagit par des huées bien senties. Le meneur esquive. «Je ne suis plus à Québecor. Je pense que c’est complètement hors sujet», réplique-t-il à Céré.

Cette réponse ne satisfait pas Alain Deneault, auteur de Paradis fiscaux: La filière canadienne (Écosociété), qui relate dans son livre que Québecor World avait des filiales au Panama, au Luxembourg et au Delaware jusqu’en 2008, alors que Québecor Média a une entité à la Barbade. (Québecor soutient n’avoir jamais fait d’évasion fiscale).

Le spécialiste des paradis fiscaux estime que «ça frise l’insulte à l’intelligence» que de prétendre que l’entreprise y brasse des affaires banales. Dans une lettre au Devoir, il écrit, cinglant: «Combien de temps tentera-t-on de nous faire croire qu’on se rend à un bordel pour y lire la Bible?»

À la fin du débat, Péladeau est toujours debout, même s’il a essuyé les tirs groupés de ses adversaires. «C’était une grande étape pour lui, il n’a pas l’expérience des autres», affirme Alain Lupien, heureux.

Dans la classe qui accueille le camp Cloutier après le débat, l’ambiance est à la fête. La performance du candidat devrait lui permettre de poursuivre sur sa lancée. «Ce soir, tu as montré que tu n’es pas juste cute!» lance l’acteur Vincent Graton, qui s’est joint à l’équipe

*   *   *

Chapitre 13 – Le coup de grâce

«Qui connaît l’autre et se connaît, en cent combats ne sera point défait.»

Réunis dans une salle privée du restaurant Le Cercle, à Québec, Pierre Céré et sa garde rapprochée soupent en discutant du troisième débat qui aura lieu dans deux heures, au théâtre L’Impérial. Céré n’a commandé que du pain et quelques fromages. «Je suis trop nerveux pour manger, dit-il. C’est un sport extrême, la politique. On n’a pas droit à l’erreur.»

Puis, tandis qu’ils se rendent à L’Impérial, je reçois un courriel de l’équipe Ouellet. Stevens Héroux a reçu ses plus récents résultats de sondage interne. «PKP domine. Drainville est loin derrière. Il va jouer le tout pour le tout.»

Dès l’ouverture du débat, Bernard Drainville attaque directement Pierre Karl Péladeau. Il lui demande de préciser sa démarche vers un référendum afin qu’«aucun membre du PQ ne signe un chèque en blanc au prochain chef». Il met en garde contre la «tentation de se raccrocher à cette idée de l’homme providentiel». «C’est un mirage», lance-t-il aux 600 militants, qui montrent leur mécontentement à chacune des phrases assassines.

Deux jours plus tard, le 18 avril, l’équipe Drainville reçoit de nouveaux chiffres. Un désastre. Le nombre d’indécis a chuté à moins de 10 %, l’avance de PKP s’est solidifiée à près de 60 %. Drainville est troisième et la possibilité d’un deuxième tour s’est envolée.

Le débat de Québec n’y est toutefois pour rien. «On obtient toujours les chiffres environ une semaine après la fin du sondage; le débat de Québec n’avait donc pas pu jouer encore», explique Stéphane Gobeil, son directeur de campagne.

Ce que Drainville a sous les yeux, c’est l’état de la course après le débat de Sherbrooke, le 29 mars. Même s’il n’avait provoqué aucune étincelle entre les candidats, tout a basculé.

Péladeau avait terminé ce débat avec quelques phrases humbles prononcées sur le ton de la confidence. «Je ne croyais pas que la vie publique pouvait être aussi exigeante. Je le vois bien depuis que je suis député de Saint-Jérôme.»

Une contrition qui a porté. «Il a montré aux militants qu’il a entendu leur crainte. Il leur a rappelé qu’il est une recrue en politique, qu’il est authentique et qu’il veut apprendre. Les chiffres ont tout de suite bougé», dit Gobeil.

Quelques jours plus tôt, le clan Péladeau avait embauché le consultant Steve Flanagan, expert en relations publiques et en gestion de crise — connu pour ses interventions en tant que porte-parole d’Hydro-Québec pendant la crise du verglas. Est-il à l’origine de ce coup d’éclat? «C’est un travail d’équipe, je ne prendrai pas le crédit», dit-il.

Les deux semaines avant le débat de Sherbrooke avaient été pénibles. Les jeunes présents à Force Jeunesse, le 14 mars à HEC Montréal, avaient ri de Péladeau, qui avait prononcé un discours brouillon et décousu.

Le 18 mars, au débat de l’Université Laval, PKP avait créé un malaise en affirmant que le PQ devait réaliser la souveraineté avant que les immigrants soient trop nombreux. «On n’aura pas 25 ans devant nous. Avec la démographie, avec l’immigration, on perd une circonscription chaque année.» Il s’excusera le lendemain en disant que ces paroles ne reflètent pas sa pensée.

Quand PKP a prononcé ses mots, Alain Lupien a sursauté. «Depuis [les déclarations de] Parizeau en 1995, c’est un sujet délicat au PQ. Mais Pierre Karl n’a pas cet historique, il voulait dire ce qu’il ressent, mais il n’a pas mesuré l’impact. C’était une erreur», dit-il.

Le candidat admet finalement qu’il est hors de sa zone de confort en politique, qu’il ne maîtrise pas l’environnement comme à Québecor et qu’il a besoin de son équipe. «Il s’est passé quelque chose en lui. Il a compris qu’il doit nous faire confiance», dit Lupien.

Depuis le débat de Sherbrooke, c’est un PKP plus calme qui prononce des discours. «Comme si une partie de la pression venait de tomber», dit Lupien.

Avant chacun des discours, Flanagan rappelle à Pierre Karl Péladeau qu’il doit se mettre «en mode séduction»: «Les gens veulent t’aimer, aide-les.»

«Le politicien Péladeau n’est pas un produit fini et il ne le sera pas avant plusieurs mois, ou même des années», me dit Steve Flanagan, qui ne compte pas rester à ses côtés après sa victoire.

Lorsqu’il ouvre son local électoral à Montréal, le 19 avril, Bernard Drainville pense déjà tout abandonner. Son discours aux militants sonne d’ailleurs comme un bilan de campagne.

Le choix est simple: quitter ou jouer encore plus dur contre PKP afin de renverser la tendance. «On se serait magané comme parti», dit Stéphane Gobeil. Il ajoute: «On faisait la course pour gagner, alors se battre avec Alexandre pour la deuxième place n’était pas motivant.»

Drainville repousse d’abord l’idée de se rallier à Péladeau. Mais le 21 avril, à force de parler avec son équipe et les députés qui l’appuient, il se range à l’idée de se joindre dès maintenant au camp du futur chef afin de commencer à panser les plaies de la course.

Le lendemain, les deux candidats se rencontrent. Ils discutent de certaines positions prises durant la course, notamment en environnement et sur l’échéancier référendaire. Il ne s’agit pas de négociations. «On n’est pas les “king maker”. Péladeau va gagner, avec ou sans nous, alors on n’est pas en position d’exiger grand-chose», dit Gobeil.

*   *   *

Chapitre 14 – La victoire

«Jamais guerre prolongée ne profita à aucun pays.»

«Je vais y aller à vélo», lance Pierre Karl Péladeau. Au bout du fil, Alain Lupien est furieux. Ayant encore en tête l’attentat contre Pauline Marois en septembre 2012, il a embauché une douzaine d’agents pour surveiller les portes du Théâtre National, rue Sainte-Catherine. «Tu ne peux pas faire ça! Ce sera un casse-tête pour la sécurité. Tu dois arriver en auto», réplique-t-il. «Arrête de me fatiguer avec ça!» tranche PKP avant de raccrocher.

Le samedi 9 mai, le candidat arrive à vélo à son dernier grand rassemblement de campagne, en complet gris, lunettes de soleil sur le nez et cheveux au vent. En le voyant, Alain Lupien pense au choc que PKP vivra dans moins d’une semaine, lorsqu’il deviendra chef de l’opposition officielle. «Les agents de la Sûreté du Québec vont le suivre partout. Il a beau avoir la tête dure, il devra les écouter!» me dit-il en riant.

Quatre jours plus tard, l’opération pour faire sortie le vote démarre. Le général PKP dispose de près de 150 bénévoles partout au Québec qui appellent les partisans ralliés à son camp dans les dernières semaines afin qu’ils votent par Internet ou téléphone. L’objectif: faire mieux que les 53,7 % obtenus par André Boisclair en 2005.

Alain Lupien a obtenu un coup de main inattendu. Deux semaines auparavant, le clan Cloutier a rendu public un sondage interne qui plaçait celui-ci non loin de Péladeau dans la course. «Ça aide à sortir mon vote, je dis à mes supporters qu’il faut travailler fort. Le pire ennemi du meneur, c’est que son monde oublie de voter ou arrête de travailler en pensant que c’est déjà gagné», raconte-t-il.

Martine Ouellet n’a pas apprécié la fuite du sondage de l’équipe Cloutier. «J’ai découvert dans cette course que les rumeurs ont plus d’impact que je pensais», me dit-elle quelques heures avant l’annonce des résultats, le vendredi 15 mai, au Centre des congrès de Québec. Elle donne en exemple ce «ragot» voulant qu’elle abandonnerait le PQ pour Québec solidaire advenant une défaite, ce qu’elle a dû démentir dans les dernières semaines. «Il n’a jamais été question de ça.»

Plus tôt, dans l’après-midi, les lieutenants de Pierre Karl Péladeau avaient tenté de joindre leur candidat, sans succès. Pendant des heures, il n’a pas répondu à son cellulaire. La dernière entrevue prévue avec L’actualité est annulée. «Il est dans sa bulle», dit Steve Flanagan.

Alexandre Cloutier arrive vers 18 h 15. Dans la salle du Centre des congrès qui sert de quartier général à son équipe, l’ambiance est détendue. «Je l’ai fait, c’est terminé. Il y a un sentiment de sérénité, d’accomplissement, peu importe les résultats», dit-il.

Félix-Antoine Michaud a les yeux rivés sur l’écran de son ordinateur. Il reçoit ses derniers rapports de pointage. Le vote des 71 800 membres s’est terminé à 17 h. «C’est bon, 86 % de ceux qu’on avait identifié comme nos supporters ont voté», dit-il en prenant des notes sur un bout de papier. Il risque une prédiction: 27 %. «Ce ne sera pas assez pour un deuxième tour.»

Puis Alexandre Cloutier termine ses discours et prépare le point de presse avec ses proches collaborateurs. «Si je termine troisième, loin derrière, j’ai combien de temps pour peser sur le bouton panique et changer mon discours?» demande-t-il. «Ce serait une catastrophe, mes chiffres n’indiquent pas ça», dit Michaud.

Son équipe discute du geste qu’il doit faire lorsque Péladeau sera déclaré vainqueur. Le candidat les interrompt. «Je n’aurai rien à faire, il va venir vers moi et lever mon bras. C’est le privilège du gagnant. Il va voir le deuxième et expose son trophée. Je suis le panache sur son hood de char et il va vouloir le montrer. Avec la bonne campagne qu’on a faite, je commence à être un beau panache!»

Ses collaborateurs sourient. Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, s’inscrit en faux. «Les gens ne verront pas un panache, ils vont voir le prochain chef du PQ, l’avenir du parti. Sois fier à côté de lui, sois souriant.»

Pierre Karl Péladeau sera le seul candidat à faire son entrée devant les caméras, accompagné de sa famille, une dizaine de minutes à peine avant le début de la soirée. Julie Snyder avait hâte à la fin de la course, qui a été longue. «Ce sera une autre étape de notre vie, moins intense. C’était un rythme inhumain. Mes enfants vont retrouver leur père», dit-elle.

L’adaptation de la famille à cette nouvelle vie n’est pas encore achevée, admet Snyder. «Il y a quelque chose de violent en politique qu’on ne soupçonne pas avant de le vivre. Il y a la pression des militants, des adversaires, des médias. Ça te rentre dedans physiquement. Il y a un inconfort constant.»

L’équipe de Péladeau a alors déjà convenu que celui-ci fera une partie de son discours en anglais, ce qui est rare dans les instances du Parti québécois — André Boisclair l’avait fait en 2005, et Parizeau en 1989 — afin d’envoyer le signal d’un chef qui aspire à devenir premier ministre. «On veut projeter l’image d’un homme d’action, qui se met au travail tout de suite», dit Alain Lupien.

Vers 21 h 30, la direction du PQ annonce que 72,9 % des membres ont voté. Pierre Karl Péladeau a obtenu 57,6 % des voix, Alexandre Cloutier, 29,2 % et Martine Ouellet, 13,2 %. Une nette victoire dès le premier tour.

Est-il le chef de la dernière chance pour le PQ? «C’est peut-être exagéré, mais c’est un moment important, affirme l’ex-premier ministre Bernard Landry. On n’a plus de place à l’erreur.»

Alain Lupien estime qu’il serait «injuste» de définir Péladeau comme celui qui relancera le PQ ou l’enterrera. «Tout ne s’arrête pas avec notre génération. Certains peuples ont pris plus de 100 ans avant d’obtenir leur indépendance», dit-il.

Conscient que le chemin vers les prochaines élections sera parsemé d’embûches, Pierre Karl Péladeau cite le poète Gaston Miron dans son discours de victoire: «Nous sommes arrivés à ce qui commence.»

.     .     .

* Toutes les citations sont tirées de L’art de la guerre, de Sun Tzu.

[brightcove id=’4221170677001′ width=’800′ height=’450′]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

21 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Tellement intéressant de vous lire! Je ne connais pas beaucoup PKP et j’ai trouvé instructif d’en apprendre d’avantage sur la vie de cet homme qui jouera un rôle important dans l’avenir politique du Québec quoiqu’en pense certains, d’après les commentaires que j’ai lu! Quelque soit notre allégeance politique il faut avouer que cet homme a accompli de grandes choses et qu’il a un « je ne sais quoi » qui attire la curiosité. Rien de ce qui a été « dévoilé » à son sujet ne fait en sorte que je puisse douter de son intégrité et de son réel désir de faire du Québec un endroit meilleur où vivre. Ce n’est certainement pas les quelques révélations au sujet de « possibles » évasions fiscales qui vont me rendre frileuses…Que celui ou celle qui n’a pas, un jour, pensé ou procédé à un quelconque manège fiscal pour épargner des sous se lève!!! On veut un personnage politique parfait en tout point mais qui d’entre nous est parfait? Qui d’entre nous n’a pas un squelette dans son placard ou du moins un secret honteux? A force d’exiger la perfection de nos politiciens nous les chassons les uns après les autres et un jour il ne nous restera que des gens insipides, sans envergure et sans couleur. PKP a de la couleur, il a de l’envergure et il a un désir profond de changer le Québec et de l’amener ailleurs, moi j’ai envie d’aller voir ce « ailleurs » parce que ce que je vois du Québec de maintenant me déplait, me déçoit et surtout me fait peur! Pour le première fois de ma vie j’ai de la crainte face à l’avenir du Québec; nos écoles sont en décrépitude, nos enfants ne savent plus écrire, ni parler correctement, ils n’ont pas de motivation à apprendre et quand ils en ont ils n’ont pas les ressources financières pour accéder au plus hauts niveaux, notre système de santé s’effondre et est réformé à chaque nouveau gouvernement qui se pointe avec pour grand résultats des baisses constantes dans les services essentiels à plusieurs de nos citoyens, sans parler de notre culture qui se fait malmener, de notre langue qui se perd peu à peu dans cette immense « diversité » au nom duquel il est permis, via les « droit de la personne », de nous enlever, morceau par morceau, notre identité et nos valeurs. Je ne sais plus ce que c’est être un Québécois parce qu’un Québécois se doit d’accepter le monde entier chez lui et non seulement de cohabiter avec celui-ci mais d’accepter ses us et coutumes même si souvent elles vont à l’encontre même de ce qu’est un Québécois. Voilà ce que devient le Québec inclusif!!! Franchement, je ne me retrouve plus dans tout cela et j’espère en vain, élection après élection de voir du changement et une lueur d’espoir face à l’avenir des mes enfants et petits-enfants, Je suis une Québécoise, née au Québec et je voudrais y vivre encore longtemps mais je m’y sens de moins en moins chez moi, de moins en moins comprises et défendues par des politiciens qui ne me ressemblent pas du tout et qui ne partagent pas mes points de vues non plus, Combien de fois devant ma télé ou mon ordi me suis-je indignée, révoltée, désespérée ou mise en colère par un acte, une parole ou une action politique? Souvent, trop souvent et de plus en plus. PKP est-il celui que j’attend? Je ne sais pas. Vais-je lui donner une chance? Bien sur, qu’est-ce que j’ai à y perdre après tout? Est-ce que ça peut être pire que maintenant? Et qu’est ce qui peut être pire en fait? Qu’il fasse la séparation du Québec? Et après? On se séparera de quoi au juste? De la péréquation? De l’armée Canadienne? Du bras si compréhensif et réconfortant du Canada? Est-ce que ça me ferait peur? Oui, un peu parce que c’est de l’inconnu mais qui n’ose rien n’a rien de mieux jamais! PKP n’est qu’un homme bien sur mais non, il n’est pas comme les autres…il a réussi dans la vie, il sait gérer des gens et il sait comment faire de l’argent! N’Est-ce pas ce dont à besoin le Québec? Ce n’est pas un parti que j’adopte, c’est un homme en qui je place ma confiance, pour le moment.

Je fais partie de cette génération qui ne saurait pas écrire et je peux affirmer que les gens de mon âge ont une vision beaucoup nuancé que le scénario quasi apocalyptique que vous présentez.

On ne voit certainement pas l’avenir avec des lunettes roses et nous sommes conscients que nous avons à apprendre. Par contre il y a une chose qu’on a maîtrisé, c’est l’art d’utiliser des paragraphes.

« Par contre il y a une chose qu’on a maîtrisé, c’est l’art d’utiliser des paragraphes. »
Désolé Simon-Pierre Lussier mais je ne peux me taire sur cette fausseté.
Rares ont été les « jeunes » que j’ai connu et aussi que j’ai eus à diriger, peu importe leurs compétences et leur emploi, qui étaient meilleur que leurs aînés en ce qui concerne la langue parlée, la langue écrite et ce qui leur étaient le plus utile: les mathématiques simples et de base. Je rajouterai qu’ils n’étaient pas meilleurs malgré plus d’années d’études, mêmes les diplômés.
Cherchez un peu et vous trouverez…
Même au niveau universitaire, même pour des professeurs en devenir et donc qui devraient bien maîtriser la communication adéquate et sans faute, pire même pour des professeurs de français, la méconnaissance de la langue française est depuis plusieurs années un problème!
p.s.: Des rapports, des explications, des conseils d’utilisations et quoi d’autre, de plusieurs pages, tout d’un trait, sans paragraphes, très souvent sans aucune ponctuation ont été majoritaire, peu importe l’âge et les années d’instructions.

« Que celui ou celle qui n’a pas, un jour, pensé ou procédé à un quelconque manège fiscal pour épargner des sous se lève!!! »
Je me lève! Je n’ai jamais fait de manège pour « tricher » d’une quelconque façon. Bien que je pense que de faire comme « tout le monde », ou presque, car j’espère et j’imagine ne pas être le seul, mais que nous sommes cependant une minorité, m’aurait probablement bien servi dans maintes occasions.
« On veut un personnage politique parfait en tout point mais qui d’entre nous est parfait? »
Personne n’est parfait madame.
Mais tout comme, je, me, moi, pense qu’un juge par exemple qui commettrait le même acte criminel que moi devrait à cause de sa profession et de son statut, devrait être au-dessus de tout soupçon, et à cause de cela, devrait avoir une sentence encore plus sévère et exemplaire, je crois donc, que celui qui devrait être le premier ministre de mon pays, devrait-être « beaucoup plus parfait » que n’importe quel quidam!

«Il épouse Isabelle Hervet lors d’une cérémonie officiée par nul autre que Nicolas Sarkozy»
Le grand ami de Desmarais! Incroyable

Y’a du stock là-dedans! Même Jean-François Lisée va apprendre des choses….

Jacques Parizeau, fédéraliste jusque là, devient indépendantiste en 1967 et le demeurera jusqu’à la fin de sa vie, c’est en préparant sur le train le menant de Montréal à Banff une conférence sur le futur de la fédération qu’il doit donner à Banff qu’il réalise que le partenariat politique Québec-Canada (le Québec dans la fédération) est impossible, parce que pour bien fonctionner le Canada a besoin de centraliser fortement ses pouvoirs et que le Québec lui pour bien performer avait besoin d’un fort niveau de décentralisation des pouvoirs d’Ottawa. Le Québec du début des années 1960 avait réclamé et obtenu beaucoup dans ce sens là et pour Parizeau ça ne pouvait que continuer dans l’avenir d’où sa conclusion.

Le constat de Jacques Parizeau en 1967 est toujours valable en 2015 et le Québec a même d’avantage de raisons aujourd’hui de cesser ce partenariat politique malsain avec la fédération canadienne. Au Québec il ne reste plus qu’un parti politique officiellement fédéraliste (le PLQ) les autres sont indépendantistes (.. la CAQ se dit neutre, mais son chef est un indépendantiste dans l’âme ).

On peut bien questionner la stratégie que PKP adoptera pour convaincre les québécois de se dire OUI au prochain référendum, mais ce que nous devrions questionner c’est la position et les stratégies des chefs des autres parties politiques indépendantistes en vue des prochaines élections de 2018, en principe s’ils sont tous indépendantistes, ils savent tous que d’essayer de faire progresser le Québec dans la fédération c’est comme d’essayer de résoudre la quadrature du cercle… que c’est impossible… que de faire son indépendance doit être la priorité du Québec, toute autre chose n’est que pertes de temps et prise de risques de plus en plus grands pour le Québec.

PKP lui est déterminé, sa priorité est la bonne pour le mieux être du Québec, si les autres chefs de partis sont le moindrement sérieux ils devraient faire front commun et développer / convenir d’une stratégie qui évitera la division du vote indépendantiste parce que cette division des votes ne fait que favoriser la réélection du PLQ qui s’accroche à la fédération (au statu quo), la pire option pour le Québec.

PKP est le bon homme et il donne clairement ses couleurs, les autres chefs politiques seront-ils aussi courageux et honnêtes face à ceux qui les appuient, à mon sens c’est leur devoir de faire savoir à leurs électeurs que le fédéralisme est une option vouée l’échec pour le Québec.

C’est très rafraichissant de rencontrer dans votre récit un nouvel espoir pour le peule Québécois. Après le petit gaspésien complexé, le disciple de Duplessis, le lord , le faux frère, le »fauné », l’inconsciente, le peuple peu espérer un avenir sans complexes. PKP est de la trempe de Parizeau, un homme déterminé, franc, intrépide,Il doit simplement faire le ménage des peureux , des »taponneux » au sein du parti qui vont essayer de diluer son message, lui donner des jambettes. Le peuple du Québec va accéder à son indépendance cela est certain et irréversible sinon ce sera la louisianisation .Finis l’ère des frileux, comme Monsieur, PKP dit la vérité et le peuple apprécie ce nouveau politicien qui parle leur langage,

Une majorité de Québécois ont appréciés la déclaration de Monsieur après le référendum de 1995 concernant les ethnies et l’argent contrairement aux journalistes,éditorialistes, qui ont joués les vierges offensées, se sont ces pseudo intellos qui faussent la réalité quand 94 % des ethnies ont voté non. Posons -nous la question, qui sont les racistes?Malgré que vous ne partagez pas notre rêve d’indépendance ne vous inquiété pas, étant un peuple conciliant et avenant vos droits et privilèges comme minorité seront toujours préservés, contrairement aux minorités des autres provinces qui auront à subir des représailles.

J’espère que PKP n’aura pas dans ses jambes comme M.Parizeau l’a subit, un nouveau »faux frère » ainsi qu’une garde rapproché à la François Lisée.

Vraiment, comparer M. P.K.P. à M.Parizeau vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère et j’espère que vous n’êtes pas sérieux avec votre affirmation.Vous pouvez y penser et y croire mais ce n’est l’homme de la situation.Vous dites que les gens apprécient l’homme en passant ça ne parait pas beaucoup dans les sondages.Ses gaffes qu’il est obligé de corriger le lendemain nous prouvent qu’il dit n’importe quoi. C’est mon opinion et je la partage.

Vous pouvez critiquer ou ne pas aimer PKP, c’est votre droit, ce que je dis c’est comme Parizeau il n’a pas froid aux yeux en ce qui concerne l’indépendance contrairement è tous les autres »branleux » qui se sont succédés à la tête du PQ. Un fait indéniable l’indépendance du Québec se fera avec la majorité francophone votant oui. Cela ne veux pas dire que la majorité francophone est raciste, ce sont les ethnies qui ne veulent pas voir la majorité francophone accéder à l’indépendance. Si PKP ne peu pas convaincre la majorité francophone, l’indépendance n’aura été qu’un rêve. La différence entre Parizeau et PKP c’est que PKP peu enlever un gang blanc à certain moment, de plus celui-ci n’est aucunement de la ligné des politiciens qui agissent seulement en parole et non jamais été confronté avec les vraies réalités du système économique comme acteur principal dans le système.

Quelle est la vision de P.K.P. ? Motus, et bouche cousue. Tout un leader !

Je ne vois pas pourquoi toute cette glorification d’affaires entourant PK Péladeau. Deux ans après le décès de son père, il étend les affaires de Québecor en 1999 dans une fusion avec World Color Press en 2005 pour l’étendre une seconde fois en Europe en 2006 pour enfin demander la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers de compagnies au Canada en 2007 et vendre ses actifs européens en 2008 au Groupe Hombergh/De Pundert, un holding situé en Allemagne.

C’est la même chose avec Québecor Média dont la Caisse de dépôt en détenait 24% en 2012 mais a dû augmenter sa participation en 2013 de 505$ millions en débenture sous forme de prêt non garantie remboursable en 2018.

Il a du vendre toutes ses publications régionales au Québec et Ontario à Transcontinental Média et Sun Média en 2014.

Les revenus bruts de Québecor sont en chute libre depuis 5 ans, passant de 4.4$ à 3.7$ milliards alors que ses revenus nets pour la même période passe de 200$ millions à un déficit de 30$ millions. Ses dettes à long terme ont augmenté de 3.8$ à 5.8$ milliards pendant que son équité passe de 1.4$ milliard à 520$ millions durant la même période.

L’équité ne représentait que 15% de l’actif en 2011 alors qu’elle ne représentait plus que 5.5% en 2014.

La surenchère de 10% du titre en 2014 a perdu 4.7% depuis le début de février et demeure en chute libre. Les analystes suivant le cours de Québecor avaient un consensus mitigé pour “achat” en 2014 se sont résolu à maintenir le titre sous un fort consensus de “hold” en début d’année 2015 et devraient selon les études préliminaires diminuer l’espérance du titre à “vendre” après les résultats du 30 juin 2015 sous toutes réserves de conserver le titre à 32$ alors qu’il était hier à 30.52$. Nous serons fixés sur ce point d’ici le 15 août prochain.

La vente des magasins Archambeault en mai dernier fait croire à de nombreux analystes financiers que Québecor est sur une lancé de vente de feu de plusieurs de ses filiales pour diminuer sa dette astronomique. Ce fut le cas avec Nurun en 2014.

C’est très bien de vouloir augmenter ses actifs mais tout comme le gouvernement du Québec c’est par la hausse des dettes qu’il y parvient. Au moins le gouvernement du Québec augmente ses actifs pendant que Québecor a augmenté sa dette de 2$ milliards pour une augmentation de son actif de seulement 380$ millions.

Les dépenses faramineuses causées par l’attente d’une concession de la Ligue Nationale de Hockey gruge les profits sans oublier que dans presque tous les cas, une nouvelle équipe n’est pas garante du succès et dans la très grande majorité des cas une nouvelle équipe exige une moyenne de 8 ans pour former une équipe viable et performante.

Si Québecor maintien ce scénario, nous devons nous attendre à un désastre à moyen ou long terme.

PKP a récemment énoncé la possibilité de vendre Québecor à des intérêts étrangers puisque personne au Québec ne voudra émettre un chèque de 5$ milliards au Québec. Vidéotron fut acheté pour 4.9$ milliards en 2001. Voir http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/05/26/vente-de-ses-actifs-pkp-evoque-le-demenagement-de-quebecor_n_7445832.html

Vidéotron est une véritable vache à lait mais n’oublions pas que depuis qu’elle est devenue la propriété de Québecor, aucun développement technologique puisque le service internet commuté fut introduit en 1995 et Illico en 1999 alors sous le contrôle du fondateur et propriétaire de Vidéotron, monsieur André Chagnon. Seul la téléphonie mobile sous le chapeau de Rogers fut introduite par Québecor au sein du groupe Vidéotron en 2010, un retard de 15 ans sur Bell, Rogers et Shaw.

Est-ce vraiment la personne que nous voulons pour diriger la province ? Si l’on se fie à ses expériences en terme d’homme d’affaires il faudrait ne pas oublier que son père le précédait et que depuis, il a essuyé plusieurs revers, faute de vision et d’expérience.

Un nouveau boufon, sans nez rouge cette foi !

D’ accord avec vous Wentworth Roger, dans le monde des affaires PKP ne fait pas tourné les têtes tant que ça! Même selon plusieurs , il n’ est pas un aussi bon administrateur qu’ on le pense! Et si l’ on se penche sur les bilans des dernières années, il y a de points d’ interrogations!!!

Il y a a aussi sa conjointe Julie Snyder dans le décor qui semble vouloir prendre beaucoup de place! M. Castonguay votre long résumé des articles déja parus dans les journaux durant la lutte a la chefferie du PQ ne m’ a pas du tout convaincu de ss capacité a gérer un parti et en plus a gérer une province temporairement pour l’ a séparée de son pays ! Non PKP est surévalué par la clique!!

« Est-ce vraiment la personne que nous voulons pour diriger la province »

LA PROVINCE.

Par ce terme on voit bien que vous êtes fédéraliste.

Alors voulez-vous l’affirmer que vous êtes fédéraliste? On saurait bien mieux à quoi s’attendre en vous lisant.

De plus, les affaires n’ont rien à voir avec la politique. On l’a bien vu avec Paul Martin et Legault; échec total.

Les politiciens font de la politique pour convainque. Ce sont les hauts fonctionnaires qui gèrent les pays.

La province de Québec oui! Le Canada est formé de 10 provinces et de 3 territoires! En t’ é cas , ce sont les dernières nouvelles! En passant je ne suis pas un provincialiste mais je suis québecois ( je demeure dans la province de Québec ) mais je suis Canadien car j’ ai un passeport canadien! même chose pour un Normand qui vit en Normandie mais qui est Français car la Normandie est une région de la France! E4st-ce que ça répond a votre question. Salutations!

Alec Castonguay doit être bien rémunéré par la famille Quebecor pour écrire de telle histoires politiquement romantiques sur PKP. C’est même pire que dans le temps qu’il travaillait pour Le Devoir à Ottawa et nous relatait les mensonges de Dimitri Soudas. Le people Québécois n’est pas si cave, monsieur.

Article très étoffé, très éclairant. Y a le début d’un livre ici. *Petite correction, la voiture nuptiale en France n’était pas une «Renaud berline» mai bien une Renault berline.

PKP ne fera pas une guerre , ce serait plutôt une escarmouche! Il ne ressemble pas du tout a un sauveur avec sa fourche et son mousquet ça va prendre plus qu’ une Julie pour pour faire sortir la ferveur séparatiste des 40 % ( forcé) de vrais québecois qu’ on on aime a les appeler dans la clique pour faire du Québec un pays FRANÇAIS!

Pas FRANÇAIS, mais francophone!
Un pays francophone, mais tout de même pays avant tout dont la langue majoritaire est le français.
Mais nous ne voulons pas quitter le Canada pour appartenir à la France!

Merci pour ce merveilleux reportage M. Castonguay. Totalement captivant! J’admire tous les candidats qui ont fait la course, mais avec M. Péladeau je ressens l’émotion souverainiste que je ne ressentais plus depuis plusieurs années. Maintenant que vous nous avez fait connaître son parcours, je comprends pourquoi je l’admire tant! J’espère que PKP ne tombera pas dans le moule de la langue de bois. Il doit rester lui-même, garder et préserver sa personnalité rafraîchissante, clamer haut et fort sa passion pour le Québec et les Québécois, avec sincérité, sans calcul politique (en espérant que les Québécois apprécieront !!!!). J’ai adoré lire qu’il avait discuté avec M. Parizeau… Étant souverainiste depuis la première heure, grâce en partie à de grands hommes et à de grandes femmes que j’ai admirés, je souhaite que les grands et grandes d’aujourd’hui des partis souverainistes s’atablent avec le chef et créent un projet rassembleur, et SURTOUT qu’ils l’expliquent sous tous ses angles, sincèrement et clairement partout au Québec. Même aux États-Unis, s’il le faut. Il y a tant à dire et à faire! Merci.