L’avenir souverainiste de PKP

Maintenant qu’il n’est plus chef du PQ, Pierre Karl Péladeau pourrait financer directement l’Institut de recherche sur la souveraineté.

(Photo: G. Hughes/La Presse Canadienne)
(Photo: G. Hughes/La Presse Canadienne)

«Bienvenue dans la maison de nos enfants !» Dans les beaux jours de sa vie de couple avec Péladeau, Julie Snyder accueillait souvent ses invités avec cette boutade dans leur grande demeure d’Outremont. Les murs étaient tapissés des dessins de Thomas et de Romy, en plus des jouets qui jonchaient le sol de la salle à manger et du salon. Aujourd’hui, alors que le couple est en instance de divorce, c’est toujours la maison des enfants. Les ex-conjoints se partagent la garde sur place, quittant l’endroit à tour de rôle.

Exergue PKPLa tension sur la garde des enfants était vive depuis plusieurs semaines. L’horaire d’un chef politique étant difficile à concilier avec une présence régulière auprès de jeunes enfants, la perspective que PKP ne puisse profiter d’une garde partagée a été sérieusement évoquée. «Il a “freaké”. Il a eu peur de perdre la garde de ses enfants», affirme un ami de Péladeau.

Avant même la diffusion de l’entrevue avec Julie Snyder à l’émission Tout le monde en parle, sa décision était prise. Le lundi, dans une conférence téléphonique avec ses députés, 15 minutes avant l’annonce de sa démission, il n’a prononcé que quelques phrases : «J’ai eu une enfance difficile, un père absent ; je veux réussir ma famille», leur a-t-il dit.

Pierre Karl Péladeau envisage de consacrer les prochaines semaines à la médiation familiale en cours avec Julie Snyder, avant de prendre une décision sur son avenir professionnel. Il a promis de rester un militant péquiste. «Je pense qu’il pourrait être utile le temps venu, mais ce n’est pas à nous de lui dire quoi faire», affirme le président du PQ, Raymond Archambault.

Certains de ses proches le voient retourner à la barre de Québecor, mais il pourrait aussi consacrer une partie de son énergie à la naissance de son Institut de recherche sur l’autodétermination des peuples et les indépendances nationales (IRAI).

«Ça lui donne beaucoup plus de liberté pour nous aider, nous soutenir et, qui sait, même venir y tra­vailler», déclare le président de l’IRAI et ancien député Daniel Turp, qui s’est entretenu avec Péladeau après sa démission. «Il croit que l’Institut a toujours sa raison d’être et qu’il mérite de prendre de l’élan.»

Les premiers travaux de l’IRAI, cet automne, porteront sur les questions économiques, affirme Turp, et Péladeau pourrait y participer, dit-il. «Je ne serais pas du tout surpris que ce soit cette dimension qui l’intéresse.»

Graphique PKPMaintenant qu’il n’est plus chef du PQ, Péladeau pourrait financer directement l’IRAI, sans susciter la méfiance du Directeur général des élections. «Toutes ces questions d’assujettissement à la loi électorale ne sont plus des enjeux. C’est un citoyen qui a le droit de faire des dons», dit Turp, qui confirme avoir déjà reçu un prêt de Péladeau pour lancer les activités de l’Institut, sans toutefois en dévoiler la somme. Les dons de PKP pourraient donc servir à rembourser son propre prêt ! dit Daniel Turp. «On a en lui quel­qu’un de très généreux, qui croit beaucoup en cet organisme.»

Le député Jean-François Lisée estime que cette voie est prometteuse. «Pierre Karl peut, avec l’Institut, rester une voix forte et contribuer comme nul autre militant auparavant à faire avancer notre grand projet. Il pourrait ainsi devenir le père de famille, non élu, le plus influent de notre histoire politique», dit-il.

En coulisse, les dirigeants du parti évoquent une forte présence de PKP advenant un référendum sur la souveraineté, avec un possible titre de négociateur en chef avec le Canada anglais. D’autres souhaitent qu’il s’implique bien avant, en prononçant des discours ou en s’attaquant à la rédaction d’un livre blanc sur l’indépendance. «On doit profiter de sa crédibilité économique», dit un stratège péquiste.

(NOTE: Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau indiquent qu’il n’y a pas eu de rencontre entre eux le samedi soir 30 avril, contrairement à ce que des sources dans l’entourage de l’ex-chef péquiste avaient affirmé à L’actualité tel qu’indiqué dans une précédente version de ce texte.)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

20 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Avenir » et « souverainiste » dans la même phrase? Faut l’faire…

Vous n’avez vraiment pas grand chose à dire ,mais si ça vous fait du bien vous pouvez toujours ironiser ,vous êtes sans doute de ceux qui marche à genoux ,moi je préfère marcher debout.

Le fait de ne pas être d’accord avec les séparatistes ne fait pas de moi un rampant. Plutôt le contraire.

Ça fait plus de 50 ans que les séparatistes essaient par tous le moyens aussi détournés et obliques les uns que les autres à faire voter oui à un peuple qui ne veut rien savoir de leur chimère et ils n’ont toujours pas réussi.

Pire, leur actuelle course à la chefferie met en évidence ce paradoxe. Il y a 4 candidats et un(e) SEULE a le courage de mettre de l’avant l’article UN (1) de la constitution péquiste. Imaginez…on créée un parti politique dans les années ’60 pour se séparer du Canada, on enchase comme ARTICLE PREMIER cette pierre angulaire de notre politique et hop…on fait tout pour le faire oublier par la population. Même les questions référendaires étaient des modèles de confusion et d’obscurantisme.

Je suis fédéraliste, je marche DEBOUT et je m’oppose et je m’opposerai toujours à cette lamentable mascarade qu’est devenu le Parti québécois.

Vous confondez deux chose : une option politique et un parti politique.
Vous vous dites fédéraliste, parfait.
Votre fédéralisme est-il invariablement rataché au parti Libéral ?
Parce que mascarade pour mascarade, le parti Libéral actuel en est une grande.

Des ministres de l’éducation qui a tour de rôle ne voient l’importances des livres dans les écoles, le suivant qui jugeait irresponsable d’investire en éducation.
Un ministre de la santé auquel on reconnait des techniques de débat copiant Trump.
Un nouveau ministre des transport qui ne semble pas intéressé à contrôler les dépenses.
Et un premier ministre, bien soucieux surtout de son image et qui change d’idées comme une girouette bien lubrifié.

Malgré ça, le fédéralisme est une option défendable ( avec des changements ).
Quand j’entends parler de fédéralisme: j’écoute, je compare, j’y réfléchis.
Je fais la même chose avec l’option souverainiste.
Je me fait une opinion sans mépriser une ou l’autre des options.

« Avec des changements…! »

À moins de 30% dans les derniers sondages, les séparatistes qui « veulent du changement » sont un peu isolés non?

Je suis parfaitement à l’aise avec le fédéralisme actuel (statu quo) et je suis assuré que 70% des Québécois sont du même avis.

Notre pays, Le Canada actuel fait l’envie de toute la planète et vouloir à tout prix changer une combinaison gagnante est très risqué. Le mieux est l’ennemi du bien.

Mais je m’en voudrais de tenter de vous empêcher de soulever l’enthousiasme des Québécois en leur parlant de changements constitutionnels. Allez-y gaiement Pierre. Je suis sûr que vous réussirez à emballer la province…

Malgré tous les défauts que vous attribuez au Parti Libéral du Québec (certains sont vrais, d’autres inventés de toute pièce…) , ce dernier trône toujours en tête dans les sondages. Des explications?

Il ne sont plus 4 candidat , un autre que personne connaît s’ est ajouté ce matin !! Eh oui 5 candidats c’ est rigolo n’ est-ce pas ? Bon nos péquistes croient sincèrement convaincre la population des électeurs car ce sont eux qui votent ; de faire un virage à 180 degré et de s’ enligner vers un référendum !! Je suis septique pas un peu mais pas mal septique !!

Que faites-vous des mascarades de trudeau fils à Ottawa ? Même les pays du G7 s’ interrogent sur sa façon de gerer l’ économie! Au Québec au moins notre cote a augmentée !

Fédéraliste jusqu’à accepter la malhonnêteté, la fraude électorale, les mensonges en chambre à coeur de jour…vous avez le coeur fort!

J’ai confiance que PKP n’a pas dit son dernier mots , maintenant il peut faire ce qu’il veut ,il est libre de travailler pour faire du Quebec un pays ne lâchez pas ,on a besoin de vous.

J’ai confiance en PKP, il a beaucoup d’expérience en finance et il en fera profiter aux autres en coulisse. Il n’aura pas à rendre des comptes à l’assemblée Nationale sur ses avoirs. Un livre blanc devrait être présenté au plus vite.
Il faut convaincre toute la population que ce sera viable sans laisser trop de plaies.
Il faut se débarrasser des libéraux.

Vous êtes envieux et jaloux, vous préférez je suppose la gestion des liberaux ,.ouvrez les yeux et laissez donc parler votre bon sens ..

Bien d’accord avec vous. PKP lors de sa présentation de presse et son poing en l’air, ensuite sa prestation à titre de Chef à l’opposition officielle dont le passage a été houleux, je me suis fait la même réflexion. Ce n’est pas un rôle qui ne lui convient pas mais de travailler à promouvoir la souveraineté via son institut, c’est parfait pour lui, aucun compte à rendre à personne, un horaire en fonction de ses priorités familiales et professionnelles, on ne peut que demander mieux. Il n’est pas homme à faire de la politique surtout après avoir regardé la première émission de Fièvre Politique, j’y ai vu des hommes et des femmes déchirés par la culpabilité. Je crois que 4 jours à l’assemblée nationale serait suffisant ainsi les députés pourraient au moins avoir un peu plus de répit. Certaines activités du weekend pourraient être confiés à un proche collaborateur, est-on prêt?

Ce n’est pas à vous de décider ce qu’il doit être ,,il a le courage d’agir ,ce que beaucoup ne font pas ,il a les moyen d’une vie aise et tranquille ,mais il veut agir ,que pouvez vous dire de plus .il a le coeur à la bonne place,contrairement à ceux qui ne veulent que s’enrichir .il faut lui faire confiance.

Il reste à savoir si PKP va comprendre les économistes de son Institut. Il faudrait qu’ il les chisisse lui-même.

Moi je suis un Federaliste.

Et j’ai vraiment hate d’avoir un autre referendum, juste pour voir les separatistes brailler a la television encore une fois…

Si je vous comprends bien, ce n’est pas ce pourquoi il y aurait un référendum qui vous intéresse mais plutôt de faire pleurer les séparatistes. Je respecte votre motivation mais vous me pardonnerez de ne pas la partager.

Heureusement, le camp des fédéralistes compte des gens avec des motivations plus profondes sur l’avenir du Québec et avec qui l’on peut débattre et échanger des idées.

Vous êtes dignes des liberaux , votre méchanceté le prouve , merci de rester avec eux ,moi des gens comme vous j’en veut pas . Merci de ne pas être des nôtres.

En ce qui me concerne PKP est un looser et n’ a pas grande crédibilité dans la population ! Donc ce qu’ il fera ou ne fera pas , je m’ en balance carrément ! Ce n’ est pas lui qui va faire la différence tout simplement!!!

Un autre jaloux de PKP ,restez dans votre carcan d’envieux si vous y êtes bien