Le blitz de la CAQ

Avec un gouvernement minoritaire, tous les partis sont en campagne électorale constante.Photo: G. Hughes/PC

Dès la rentrée parlementaire de mardi, pendant que le gouvernement traînait péniblement son sommet à venir sur l’éducation supérieure comme un boulet, la CAQ en profitait pour occuper le terrain.

Autant à l’Assemblée nationale que dans les médias, les communiqués et les points de presse s’alignant à haute vitesse.

Un véritable blitzkrieg médiatico-politique.

Cette semaine seulement, la CAQ s’est prononcée, entre autres, sur :

– les garderies privées non-subventionnées;

– a exigé que le gouvernement Marois rende publique la liste de tous les contrats donnés pour le projet hydroélectrique de La Romaine;

– a déposé un projet de loi proposant d’étendre le mandat du Vérificateur général aux sociétés dÉtat;

– a clamé avoir obtenu l’engagement du ministre de la Santé à créer des «corridors d’accès prioritaires» dans les urgences;

– s’en est pris à la ministre de l’Éducation pour des hausses possibles de taxes scolaires;

– a proposé la création d’un poste de Commissaire indépendant à l’intégrité politique et administrative nommé par et redevable à l’Assemblée nationale;

– s’en est pris au «manque d’imputabilité» et à la «désuétude» des Agences de santé;

– a remis sévèrement en question la gestion d’Hydro-Québec par son grand patron, Thierry Vandal;

– a promis de présenter pas moins de six nouveaux projets de loi dans les prochaines semaines.

Et enfin, les deux cerises sur le gâteau :

1) En chambre, jeudi matin, François Legault s’est levé pour proposer au gouvernement d’annuler les compressions de 124 millions de dollars imposées aux universités en les compensant par une «révision des crédits d’impôt aux entreprises».

Venant d’un parti aussi proche du milieu des affaires, la suggestion en a étonné plusieurs. Incluant Amir Khadir et Françoise David, lesquels opinaient de la tête pendant que le chef caquiste faisait sa proposition à la période des questions.

Incluant aussi, semble-t-il, le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. À une semaine de son sommet, il réagissait en disant trouver la suggestion du chef caquiste «très intéressante».

Plus étonnante encore était l’utilisation de l’expression «corporate welfare» par M.Legault pour justifier sa proposition:

So, I think that we have to change the climate right now. So, what I suggested is that we reduce a bit the corporate welfare. It was in our platform during the last electoral campaign. We think that we can find  $124 million in the credits given to companies and that it would be more important to stop cutting in our universities.

Étonnante parce que l’expression «corporate welfare» (en français, on dit «entreprises parasites») est plutôt associée à la gauche puisqu’elle fait référence à la montagne de subventions, de réductions d’impôts et d’avantages fiscaux que reçoit le secteur privé, bon an mal an, des gouvernements.

Ces nombreux avantages, ce sont principalement les sociaux-démocrates qui les dénoncent en Occident. Et ce, depuis des décennies.

Un politicien que ne mâchait pas ses mots...

Dans les années 70, le chef du NPD fédéral, David Lewis, dénonçait quant à lui ce qu’il appelait les «corporate welfare bums» (je laisserai la traduction à votre imagination). Il en fit même un livre en 1972.

Une rare exception: en 2004, alos qu’il était dans l’opposition, le chef conservateur Stephen Harper avait lui-même repris l’expression de David Lewis en jurant dur comme fer que s’il prenait le pouvoir, il ne baisserait jamais les impôts des entreprises sans couper en même temps dans les nombreux avantages fiscaux qu’elles reçoivent du fédéral…

Deuxième cerise sur le gâteau :

2) Pas à une suprise près, la CAQ annonçait jeudi qu’elle tiendrait le lendemain un point de presse conjoint – je répète, conjoint -, réunissant François Legault et Amir Khadir de Québec solidaire et un représentant de la Fondation rivières. Sujet:  dénoncer le projet controversé de mini-centrale hydroélectrique de Val-Jalbert que le gouvernement Marois entend pourtant maintenir.

Ouf.

En manque d’attention…

Ce blitzkrieg médiatico-politique de la CAQ s’explique essentiellement par deux facteurs.

1) Le sondage Léger Marketing-Le DevoirThe Gazette du 9 février plaçant la CAQ à 20%, soit une chute de sept points depuis l’élection du 4 septembre. Dans la mesure où ce sondage confirmait une tendance à la baisse déjà amorcée à l’automne.

Pour son chef, François Legault, ces baisses de popularité seraient surtout attribuables à ce qu’il appelle le «manque de notoriété» de la CAQ.

Or, si ce «manque» est peu probable dans les faits – rappelons que la CAQ caracolait au sommet des sondages dès l’annonce même de l’idée lancée en 2011 par M. Legault et Charles Sirois -, les sondages étant ce qu’ils sont aujourd’hui, le chef caquiste n’a d’autre choix que de tenter d’occuper un maximum de terrain.

2) L’arrivée, dès la mi-mars, d’un nouveau chef au Parti libéral. Dans ce contexte, pour le chef caquiste, dont le parti ne forme que la deuxième opposition, occuper le plus possible l’actualité politique devient d’autant plus un impératif incontournable.

Il semble même déterminé à le faire en jouant autant à la droite de l’échiquier, qu’au centre et même, du moins pour ce qui est de sa rhétorique, un tantinet au centre-gauche lorsque nécessaire.

Comme s’il essayait, ce faisant, de sortir la CAQ de son créneau adéquiste. Identifié clairement à la droite, ce créneau étant nettement moins profitable électoralement…

La boussole électorale déboussolée des libéraux

Or, cette hyperactivité des caquistes semble tomber royalement sur les nerfs des libéraux toujours en attente d’un nouveau chef. D’autant qu’en occupant autant le terrain, François Legault risque de créer la perception que c’est lui, le «vrai» chef de l’opposition officielle…

Au point où ce jeudi, réagissant à la suggestion de la CAQ de faire payer les compressions des universités par les entreprises, le député libéral Gerry Sklavounos s’est valu une volée de moqueries sur les réseaux sociaux lorsqu’il a dénoncé «les balbutiements d’une nouvelle coalition de gauche formée de la Coalition avenir Québec, de Québec solidaire et du Parti québécois».

Oui, oui. Vous avez bien lu. Une coalition de gauche CAQ-QS-PQ. Comme quoi, il y en a qui aiment vraiment se prendre tôt dans l’année pour s’assurer d’une place de choix au prochain Bye Bye…

Bon. Absurde ou surréaliste comme déclaration, le choix est le vôtre.

Mais absurde ou surréaliste, une telle sortie trahit surtout un agacement chez les libéraux de voir la CAQ s’attirer autant d’attention. Qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Au début janvier, j’écrivais ici que l’arrivée du successeur de Jean Charest modifierait considérablement la dynamique à l’Assemblée nationale.

En voyant la CAQ multiplier les sorties et les propositions dès la rentrée parlementaire, force est de constater que l’effet combiné des sondages et de cette arrivée annoncée pour le 17 mars commence déjà amplement à la modifier…

Restera à voir si ce nouveau chef libéral sera Philippe Couillard ou Raymond Bachand – député d’Outremont.

Si c’est Philippe Couillard, n’étant pas élu, il s’en trouverait alors privé de l’occasion de pouvoir croiser le fer directement à l’Assemblée nationale avec M. Legault et la première ministre Marois.

À moins, bien sûr, que Raymond Bachand ne décide à ce moment-là de quitter la politique. Et ce, même s’il jure aujourd’hui qu’il ne démissionnerait pas tout de suite, mais qu’il prendrait une «décision familiale» avant la prochaine élection.

Auquel cas, si jamais il venait quand même à quitter plus tôt, M. Couillard pourrait alors se présenter dans Outremont – un comté libéral pas mal sûr…

***

Laisser un commentaire

Au sujet des crédits d’impôts, c’est entièrement vrai que c’est dans le programme. M. Legault a souvent questionné le besoin d’avoir pour 4 milliards de dollars de crédits d’impôts.

Tiré du programme:

« La fiscalité des entreprises est complexe et multiforme et comprend une série d’exemptions, de possibilités de reports, d’amortissement d’actifs, de déductions de dépenses, de même qu’une foule de crédits d’impôt. Ceux-ci, au nombre de 95, et dont le montant s’élève à 4 milliards de dollars, incluent entre autres les crédits d’impôt pour la recherche et le développement.

La Coalition estime toutefois qu’il faut réévaluer l’efficacité de ces mesures et réallouer les sommes économisées afin de bonifier les incitatifs fiscaux pour les entreprises qui investissent en technologie. »

Me Legault, lorsque vous dites,

Or, cette hyperactivité des caquistes semble tomber royalement sur les nerfs des libéraux toujours en attente d’un nouveau chef. D’autant qu’en occupant autant le terrain, François Legault risque de créer la perception que c’est lui, le «vrai» chef de l’opposition officielle

Moi, je suis à vous lire et je me bidonne!!!
C’est la folie furieuse, je n’ai pas d’autres mots pour exprimer ce cirque.

On ne parle pas de vision, on lance à qui mieux mieux pour s’arracher les votes pour arriver au pouvoir. Tous les moyens sont bons. Surtout lorsque l’on parle de QS et la CAQ.

Le parti qui a une vision pour le Québec et qui l’a démontré c’est bel et bien le parti libéral.

La vision du parti libéral est celle de tout faire pour affaiblir le Québec, de manière à le rendre tellement amorphe jusqua éteindre la moindre velléité de se prendre en main. Cela a presque fonctionner mais les Québécois ragaillardis par les scandales qui nous ont mené à la commission Charbonneau entre autres. Et bien cela nous mène à des tractations des plus insolites.

Je pense que nous n’avons pas tout vu.

Bah, vous savez, il y a fort à parier que M. Legault changera d’avis sur une partie ou la totalité de ces points dans les prochaine heures/les prochains jours/les prochaines semaines/les prochains mois.

La coalition libérale -péquiste serait-elle la nouvelle voie vers laquelle le Québec s’engage. En fait la CAQ est formé d’anciens libéraux(ADQ) et d’anciens péquistes. Ils n’ont peu-être pas la faveur des sondages en ce moment , mais il ne faut pas oublier le fait que les québécois sont surprenant a certain moments de leur histoire. Les québécois sont habituellement preneur quand il s’agit des nouveaux partis, contrairement aux autres provinces( en particulier l’Alberta. Je ne sais pas si c’est à cause de la tradition des »peddlers » de porte en porte ou des prêcheurs du dimanche.
Les québécois sont des »essayeux » en politique (Créditistes, Adéquistes, Caquistes, Péquistes, RIN,QS, Conservateurs, UN,Libéraux. Libéraux- conservateurs (L’ère de Jean Charest).
La CAQ on essaye tu ça avant l’indépendance!

@ Sophie (# 4):

« il y a fort à parier que M. Legault changera d’avis sur une partie ou la totalité de ces points dans les prochaine heures/les prochains jours/les prochaines semaines/les prochains mois. » (sic)

Ouin…

Commence à sérieusement ressembler au P.Q. celui-là!

Legault tente de s’éloigner de la franche adéquiste de sa coalition a cause des sondages mais Legault fait un adéquiste de lui dans rôle de la plus grande Girouette du Québec , rôle que son prédécesseur Mario Dumont détenait il n’y a pas si longtemps .

Les trois partis politiques les plus importants du Québec semblent être atteint du même virus ,le POUVOIR a tout prix et au yable les convictions . Pauline Marois alors dans l’opposition qui se tassa a droite dans la saga de l’amphithéâtre de Québec et qui plus tard se promènera dans les rues avec le carré rouge et quelques marxistes-léninistes en tapant de la casserole . Les trois menteurs compulsifs qui se dispute le trône du PLQ en essayant de faire oublier les années médiocres du régime mafieux de Charest alors que deux d’entre en étaient partie prenante . Et finalement la plus grande girouette moderne du Québec , François Legault , un ancien caribou devenu le plus grand Canuk du Québec . Un opportuniste gigantesque entouré de ses semblables !

Pauvre Québec !

@Réjean Asselin, ce n’est pas nouveau que la CAQ tente de s’éloigner des plus « durs » de l’ADQ. J’étais au congrès de la CAQ l’an dernier, et les plus « purs et durs », autant de la droite que de la gauche, étaient en très petite minorité. Si quelqu’un proposait de quoi dans le genre de couper les subventions aux artistes (oui, quelqu’un a vraiment proposé ça), la proposition était rejetée par la très grande (95% et plus) majorité.

La CAQ est vraiment une coalition d’anciens péquistes et adéquistes (et quelques libéraux) modérés. Et nous somme plusieurs, dont moi, qui n’ont jamais milité dans d’autres partis dans le passé.

Tant mieux si Richard Martineau et Eric Duhaime ne nous supportent plus, car ces deux-là ne sont pas représentatifs de la majorité des membres de la CAQ. Pour les fans de Martineau et Duhaime, il y a le PCQ…

@François 1:

Jamais prétendu que le PQ était mieux. Effectivement ils ont « viré leur capot de bord » sur plusieurs sujets. En fait je les trouve bien décevant.

Cependant, chez Legault ça en devient pratiquement caricatural. Il a même refusé d’appuyer le PQ sur des questions qui faisaient partie de son programme.

« Gerry Sklavounos »

C’etait lui qui en commission parlementaire sur le projet de loi (defunt ) 94 avaient dit a une personne venu parler de laicite en quoi cela lui faisait mal au yeux de voir un symbole religieux …

Ce qui est bien sur le niveau intellectuel que devrait visait un representant du peuple surtout en regard d’une question si complexe.

Des fois je me demande a quel point meme ceux qui suivent la politique et les journalistes ecoutent les commissions parlementaires.

Bonjour,

Bien sûr, dans une pauvre Québec aussi mélangé sur le plan politique, n’importe quel hurluberlu qui se présente avec de soit disant idées novatrices en épousant les idées d’un groupuscule devient dans cet endroit, dans cette province « d’aveugles politiques un Roi borgne.

Ayant certains aspects de la CAQ qui s’apparentent de très près au rapport Allaire de l’après Meech et Charlottetown . Un virage nationaliste qui crampe fortement à droite comme si encore une fois, le parti de Monsieur François Legault voulait devenir « plusse nationaliste » que dans les temps béni de Feu Maurice Duplessis.

Mais où est la pauvre Cause Nationale dans tout ce charivari ? Ce qui donnerait une chance aux analphabètes légers d’isoler dans une « aire protégée » nos amis de la gang des péquistes. Au moins, en faisant un tel tri, cela aiderait à la compréhension de ce magma d’invraisemblances. En tous cas, nous n’avons plus les péquistes qu’on avait car ceux ci, exceptés de petites stepettes dans un congrès avec de « fugaces saluts au drapeau » derrière un rideau pour consommation interne à Drummondville seulement par exemple.

En conclusion, que les nationalistes québécois se lèvent et parlent de la Cause pour se situer dans l’air ambiant. Au moins le tri sera plus facile en isolant la bande de péquistes. Afin de savoir où est le « toc ». Car pour l’instant, rien ne semble plus choquer un nationaliste québécois que de se faire parler de la Cause. Tout comme si nous voulions agousser un péquiste… Au plaisir, John Bull.

Re: # 12

Nonobstant le sujet en question, il est tout à fait remarquable encore une fois de constater la haine de l’auteur du commentaire # 12 pour tout ce qui est « québécois ». Cette haine idéologique devient encore plus virulente s’il est est question des souverainistes. Ses commentaires abscons ne sont que prétextes pour déverser son fiel sur la place publique.
Quelle tristesse!

«La pensée idéologique est toujours contre quelqu’un. Elle est toujours un instrument de violence. Elle en est imprégnée, empoisonnée.»
[Francesco Alberoni]

Des fois je me dis que Gerry Sklavounos est au PLQ ce que Maxime Bernier est aux Conservateurs d’Ottawa.

«Il y a plusieurs façons d’être con, mais le con choisit toujours la pire.»
[Frédéric Dard]

Il devient de plus en plus évident que la culture politique de la CAQ est très mince. Pour peu qu’on gratte sa surface elle disparait.

J’ai bien l’impression que Legault commence à s’en rendre compte. Alors plus ou moins consciemment il fait des emprunts. Comme il est, sur l’échiquier politique québécois pas mal à droite, ses emprunts il ne peut que les faire soit au centre, soit plus à gauche.

«La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.»
[Françoise Sagan]

Sur un point très précis: Gerry Sklavounos…

Est-ce qu’il y a encore quelqu’un qui le prend au sérieux ce député? Déjà que ces déclarations à l’emporte-pièce depuis le printemps dernier, entre autres sur Twitter, avaient démontré à quel point il est déconnecté de la réalité, faut croire qu’il reste fidèle à lui-même…

@ Denis Drouin (# 15):

Bien sûr que la culture politique de la CAQ est mince: le chef est un ex-péquiste et tout comme eux, il « flashe » à droite et tourne à gauche…

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre.

@ François 1

Parlant de l’arbre, oserez-vous un jour nous dire à quelles racines vous puisez ? Quelle sève y coule-t-il ? Vous nous abreuvez continuellement de votre fiel putride envers tout ce qui est souverainiste mais jamais vous nous dites où sont vos allégeances. En avez-vous honte ? En avez-vous seulement des allégeances, vous qui aimez bien vous voir comme un pauvre libertarien? Est-ce uniquement la nature parasitaire de la plupart des fédéralistes québécois qui vous alimente et qui expliquerait votre haine viscérale envers les souverainistes?

«Être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles.» Georges Bernanos

Si ça continue comme ça, la CAQ va bientôt DÉPASSER le sinistre Parti québécois:

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201302/20/01-4623770-linsatisfaction-en-hausse-pauline-marois-en-baisse.php

EXTRAIT:

« 60 % des gens estiment que le Québec «va dans la mauvaise direction» – c’est 10 points de plus qu’il y a un mois. Désormais, 58 % des répondants se déclarent insatisfaits du «gouvernement du Québec», ce qui représente six points de plus que dans l’enquête mensuelle de janvier. »

Et après 6 mois seulement…

Imaginez 4 ans!

M. François 1, il y a 60 % de fédéralistes au Québec, 27,5 % de souverainistes et 12,5 % de séparatistes.

Il est normal que les 60 % de fédéralistes ne soient pas satisfaits du PQ, parti qui veut leur enlever le Canada…éventuellement. Ils reviennent doucement au PLQ et à la CAQ…normal.