Le Bloc gagne du terrain au Québec

Avec 21% en moyenne dans les sondages, le Bloc québécois semble avoir rattrapé le Parti conservateur dans la province. Si cette hausse récente se confirmait dans les prochaines semaines, cela pourrait empêcher le PCC de réaliser des gains nets au Québec.

Yves-Francois Blanchet (photo : La Presse canadienne)

Les Canadiens se rendront aux urnes dans moins d’un mois déjà. Depuis plusieurs semaines, les intentions de vote au pays ne bougent que marginalement selon les nombreux coups de sonde publiés dans les médias. Les libéraux de Justin Trudeau se trouvent toujours à égalité statistique avec les conservateurs après avoir réduit, au cours de la saison estivale, l’écart qui les séparait du PCC et qui perdurait depuis le début de la saga de SNC-Lavalin l’hiver dernier.

Toutefois, les nombreux sondages publiés depuis le début officiel de cette campagne semblent indiquer que les appuis au Bloc québécois sont en hausse. Certes, nous sommes loin des beaux jours de la Commission Gomery et de la cinquantaine de sièges presque garantis dont jouissait ce parti lors d’une certaine époque.

En effet, depuis 2011, le Bloc est un joueur mineur à Ottawa: 4 sièges contre un gouvernement majoritaire conservateur de 2011 à 2015 et 10 sièges contre un gouvernement majoritaire libéral de 2015 à 2019. Cependant, cette situation pourrait changer: toutes les firmes de sondages canadiennes sur le terrain dans les dix derniers jours ont mesuré une hausse des appuis BQ dans la province. Voici les derniers chiffres:

Nous sommes loin des 12-14% mesurés à l’automne 2018 (alors que le Bloc n’était projeté qu’à une poignée de sièges!). Si Yves-François Blanchet devait continuer de faire progresser les appuis de son parti d’ici le 21 octobre, cela pourrait avoir des conséquences à l’échelle du pays.

Nous ajoutons les sondages de la dernière semaine dans le modèle fédéral Qc125 et nous vous présentons ici la mise à jour du 22 septembre 2019. Tous les sondages fédéraux sont disponibles sur cette page. Évidemment, les chiffres publiés derrière un paywall (?) ne sont pas indiqués dans la liste.

Projection du vote populaire

Voici la projection du vote populaire à l’échelle du pays:
Le Parti conservateur et le Parti libéral sont à égalité statistique en tête de peloton avec 35% et 34% en moyenne respectivement au Canada. Le Nouveau Parti démocratique se trouve loin derrière avec une moyenne d’appuis de seulement 12% des électeurs canadiens. Le Parti vert du Canada a reculé quelque peu depuis le début de la campagne et se trouve juste sous la barre des 10% au pays.

Au Québec, le Parti libéral se trouve toujours en tête des intentions de vote avec près de 37% d’appuis. Il s’agit d’un niveau à peine supérieur aux 35% obtenus au Québec lors de l’élection de 2015:
Avec 21% en moyenne dans les sondages, le Bloc québécois semble avoir rattrapé le Parti conservateur dans la province. Si cette hausse récente du Bloc se confirme dans les prochaines semaines, cela pourrait potentiellement empêcher le PCC de réaliser des gains nets au Québec – les conservateurs devraient alors se contenter de leurs bastions dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches (et en Estrie).

Projection de sièges

La distribution régionale du vote sourit actuellement aux libéraux, car ils sont en avance dans les deux provinces les plus populeuses, soit l’Ontario et le Québec. Avec les chiffres disponibles actuellement, le PLC remporte en moyenne 161 sièges au pays:
Toutefois, comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessus, le Parti conservateur ne se trouve pas loin derrière avec une moyenne de 146 sièges. De plus, les intervalles de confiance (indiqués par les barres colorées) des projections de sièges des deux partis se croisent considérablement – il est donc impossible d’affirmer avec certitude que les libéraux sont présentement les favoris. Quelques points de moins à peine au Québec et en Ontario et le PLC pourrait se trouver au deuxième rang de cette projection.

Au Québec, les libéraux demeurent en tête avec une moyenne de 49 sièges (ils en avaient gagné 40 en 2015 dans la province). La montée récente du Bloc fait grimper sa projection de sièges à une moyenne de 15 – soit une moyenne plus élevée que le NPD dans tout le Canada!
Pour ce qui est du Parti populaire de Maxime Bernier, la circonscription de Beauce demeure un comté pivot entre le chef du PPC et le candidat conservateur.

Probabilités du vainqueur

[À titre de comparaison, Nate Silver, créateur du site de statistique FiveThirtyEight, accordait des probabilités de ~30% à Donald Trump de remporter l’élection américaine de 2016 la veille du jour du vote.]
En considérant les chiffres présentés ci-dessus, le modèle fédéral Qc125 a effectué 250 000 simulations d’élections générales. En compilant les résultats de ces simulations, nous constatons que le PLC remporte le plus grand nombre de sièges dans six simulations sur dix.

Avec les chiffres présentés ci-dessus, nous constatons donc à quel point le PLC et le PCC auront besoin du vote des Québécois le 21 octobre. Sans une forte députation québécoise, ni les libéraux de Justin Trudeau ou les Conservateurs d’Andrew Scheer n’ont de chemin possible vers les 170 sièges requis pour une majorité à la Chambre des Communes. Certes, Stephen Harper avait remporté une majorité sans le Québec en 2011, mais cette élection fut aussi le pire résultat de l’histoire du Parti libéral du Canada. Avec du recul, cette élection semble bien avoir été une anomalie.

La zone payante pour le Bloc québécois se trouve probablement quelque part entre 22% et 25%. Avec de tels appuis, le Bloc pourrait rêver à une vingtaine de sièges au Québec – particulièrement avec des gains potentiels dans la grande région du 450.

Pour des mises à jour quotidienne de la projection fédérale, visitez Qc125.com.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Laisser un commentaire

Pour le Québec, je crois que l’issue la plus rationnelle pour sortir Trudeau du terrain de jeu des grands est de voter pour le Bloc. Ce dernier pourrait détenir la balance du pouvoir à Ottawa et ainsi faire savoir au ROC que nous tenons à gérer notre ¨nation¨ à notre façon et non à la façon post nationaliste de Trudeau. Pour moi, mieux vaut un mauvais parti Conservateur qu’un ¨bon ???¨ parti libéral (excusez mon sarcasme).

Répondre

Avec ce pourcentage au Bloc Quebecois le Quebec fera elire Trudeau aux prochaines elections a coup sur.Le Bloc n’aura aucun pouvoir a Ottawa et Trudeau se permettra encore de defier le commissaire a l’etique ( 3 fois jusqu’a maintenant) et poursuivra ses manigances proche de la corruption.Avec George Soros comme associé a l’immigration de masse et son intention de contester la loi 21 sur la laicité au Quebec, il est a se demander dans quel galere le peuple Quebecois veut naviguer. 62% des Quebecois sont pour la loi 21 sur la laicité et cette meme majorité vont mettre au pouvoir celui qui veut l’invalider.Allooooo.Ya tu quelqu’un qui dort au gaz. Lachez occupation double et suivez la politique juste un mois….un mois .MMe semble que c’est plus important que des niaiseries pareilles.

Répondre