Le cabinet fantôme de Jack Layton

Le chef du NPD, Jack Layton, a dévoilé son cabinet fantôme jeudi matin. Fait intéressant, on y trouve 40 % de femmes, comme dans son caucus.

En revanche – inexpérience oblige? – les élus québécois n’ont décroché que 43% des postes de porte-parole alors qu’ils forment près de 60 % du caucus.

Autre effet pourrait-on dire de cette fameuse vague  orange québécoise: la nomination de Thomas Mulcair au poste de leader parlementaire, ce qui veut dire qu’il sera en charge de la stratégie de l’opposition aux Communes et, en partie, de l’encadrement des députés. Or, si quelqu’un connaît la nouvelle fournée de néo-démocrates, c’est lui.

On note que des recrues feront face à certains poids lourds du gouvernement Harper. C’est le cas de Don Davies, de Vancouver, qui affrontera le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, et de Tyrone Benskin, de Montréal, qui aura le ministre du Patrimoine, James Moore, comme vis-à-vis. M. Benskin sera toutefois appuyé d’un vétéran du caucus, expert des questions de droit d’auteur, l’Ontarien Charlie Angus. M. Angus fait aussi partie de l’équipe qui tiendra tête au président du Conseil du trésor, Tony Clement.

Laisser un commentaire

Personnellement je suis très à l’aise avec le fait que malgré que les députés provenant de la province de Québec forment 60% du caucus mais 40% du cabinet fantôme.

Je me réjouis également du fait que près de la moitié de son cabinet fantôme soit composé de la gente féminine.

Pour le moment, je vois tout ça d’un bon oeil et je trouve que l’opposition officielle de sa Majesté la Reine du chef du Canada a un air de fraîcheur et jouit d’une belle opportunité pour dépoussiérer l’institution.

Il me vient un épouvantable « jeu de mots », je vous le livre : fantôme ou fantoche ? Une de ces formes de gouvernements dépourvus de toute consistance aucune tel que si tôt mentionné, le voici sitôt oublié. Je déplore malencontreusement que l’excellente députée de Berthier-Maskinongé ne figure pas parmi les heureux élus de ce Cabinet, elle aurait par sa seule présence contribuée à développer notre sentiment d’appartenance québécoise à cette superbe sociale démocratie orangiste qui illumine les couleurs d’un ciel qui aujourd’hui en a bien besoin.

Je croix que je vais finalement concentrer mes facultés mnémoniques d’abord sur le cabinet Harper qui est là pour vrai, car je dois reconnaître qu’il y a un certain nombre de ministres et de sous-ministres que je n’ai pas encore pris le soin de clairement identifier. Mais je ne suis pas trop inquiet, j’ai jusqu’en 2015 pour être correct, je pense être capable d’y arriver. Et comme je vois par les temps qui courent un avenir radieux pour toutes les formes de conservatismes (pas seulement pour le Canada), je pourrais même dans le pire des cas, me reprendre après 2015. Les vagues déferlent tandis que les choses bien fondées sont faites pour rester. N’en déplaise à quelques uns.

Le NPD en 2011, a démontré pour moi une incapacité de se former sur des bases solides. Qui plus est, l’histoire prouve que la droite peut quelquefois faire plus pour les petits citoyens, qu’une gauche forgée par l’opportunisme.

À fin de ne pas paraître ce que je ne suis pas. Je tiens à préciser que mon obédience fait de moi un socialiste, j’ai voté à quelques reprises NPD, incluant en 2011, non par conviction, mais faute de mieux. Comme on apprend toujours de ses erreurs, j’apprends que je ne répèterait pas un quatrième fois ce genre de lapsus, le Québec et le Canada valent à mon humble avis beaucoup mieux que cela !

Ce que je trouve particulièrement amusant, c’est le fait qu’avant les élections les partis fédéraliste ne cessaient de dire qu’il fallait voter pour eux parce que le Bloc ne prendrait pas le pouvoir et qu’il était condamné à une perpétuelle opposition stérile.

Pourtant aujourd’hui Smiling Jack et Mulcair promettent la lune. Or ils avaient plus de pouvoir devant un gouvernement minoritaire que maintenant devant un Herper confortablement majoritaire qui fera tout ce qu’il veut. Et Smiling Jack n’y pourra strictement rien.

Quant à son caucus, je me demande combien de députés Québécois seront encore dans la course aux prochaines élections. Et combien survivront au choc culturel qui les attends.

il faut laisser la chance au NPD de faire ses preuves; Mr. Layton est aussi surpris que nous du résultat, il doit s’orgarniser. Je me rejouis du changement

Les plus populaires