Le Canada est-il aussi divisé qu’on le prétend ?

En 1993, Jean Chrétien devenait premier ministre du Canada et Lucien Bouchard, chef de l’opposition officielle à Ottawa. Les libéraux fédéraux reprenaient le pouvoir grâce à une majorité de sièges venant principalement de l’Ontario, du grand Montréal et des provinces de l’Atlantique… Cela vous semble-t-il familier ?

L'ancien premier ministre Jean Chrétien répond à une question du chef du Bloc québécois de l'époque, Lucien Bouchard, à la Chambre des communes, à Ottawa. Photo : Archives La Presse canadienne

Maintes fois depuis l’élection fédérale du 21 octobre dernier ai-je lu et entendu que « le pays n’a jamais été aussi divisé » ou que « les fractures du Canada n’ont jamais été aussi évidentes ». Et cela me tracasse pour plusieurs raisons.

Premièrement, est-ce si anormal dans des démocraties que différentes régions aient des tendances électorales opposées ? Le Wyoming et le Massachusetts se trouvent dans le même pays, tout comme le Texas et New York. Il en est de même pour Paris et le Pas-de-Calais, où le Front national (aujourd’hui Rassemblement national) de Marine Le Pen a obtenu, respectivement, ses plus bas et plus hauts résultats aux dernières législatives françaises. Et, plus localement, que dire de Montréal et du reste du Québec ?

Ensuite, ces divisions sont-elles vraiment à des niveaux inégalés dans l’histoire du pays ? Que disent les chiffres à ce sujet ?

Peut-être vaut-il la peine, en guise de comparaison, de regarder seulement quelques années en arrière.

L’année est 1993. Le Canadien de Montréal gagnait la Coupe Stanley pour la dernière fois sur la glace du Forum (et probablement pour la dernière fois de mon vivant, mais ça c’est une autre histoire), j’écoutais en boucle le premier CD de Daniel Bélanger (les insomniaques s’amusent, mais moi, ma bohème s’use…), La Liste de Schindler remportait l’Oscar du meilleur film et Bill Clinton était assermenté comme 42e président des États-Unis.

Puis, lors de l’élection fédérale du 25 octobre, Jean Chrétien devenait premier ministre du Canada et Lucien Bouchard, chef de l’opposition officielle à Ottawa.

Avec du recul, nous comprenons aujourd’hui que les plaques tectoniques politiques du pays venaient d’être dramatiquement secouées. Le Parti progressiste conservateur du Canada, après presque une décennie au pouvoir à Ottawa, fut complètement décimé en remportant seulement deux sièges d’un océan à l’autre. Au Québec, le Bloc québécois — à sa première élection générale — récolte un peu plus de 49 % des suffrages et 56 des 75 sièges de la province. D’ailleurs, le nombre de votes obtenus par le Bloc lors de cette élection, soit 1,85 million, est encore aujourd’hui un record pour des élections fédérales au Québec. Le record absolu de votes pour un parti lors d’une élection au Québec demeure les 1,91 million de votes obtenus par le Parti libéral du Québec de Robert Bourassa en 1985.

En Alberta, le Parti réformiste de Preston Manning récoltait 52 % des voix et remportait 22 des 26 sièges albertains, après n’avoir recueilli que 15 % et aucun siège en 1988. De plus, « le Reform » recueillait aussi une majorité de sièges et une pluralité des suffrages en Colombie-Britannique.

Bref, en 1993, les libéraux fédéraux reprenaient le pouvoir grâce à une majorité de sièges venant principalement de l’Ontario, du grand Montréal et des provinces de l’Atlantique… Ceci vous semble-t-il familier ?

L’Ouest était en colère contre Ottawa et, deux ans après cette élection, 49,4 % des électeurs québécois votaient de faveur de la souveraineté du Québec lors du référendum de 1995.

Le pays était alors fracturé. La confédération n’est jamais passée aussi proche de l’éclatement.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Après les dernières élections fédérales, deux sondages ont été conduits par les firmes Abacus et Ipsos Canada afin de tâter le pouls des électeurs sur les divisions actuelles au pays. Selon Ipsos, un électeur albertain sur trois croit que sa province se porterait mieux si elle se séparait du Canada. Il en est de même pour 27 % des Saskatchewanais et 26 % des Québécois (au Manitoba, cette proportion chute à 11 % seulement).

Les chiffres d’Abacus sur les appuis à la séparation de l’Alberta sont généralement similaires à ceux d’Ipsos. Selon Abacus, qui était sur le terrain deux semaines après Ipsos, 25 % des Albertains voteraient pour la séparation du Canada, une proportion concentrée davantage chez les électeurs conservateurs. Néanmoins, rappelons que le Parti indépendantiste albertain n’a obtenu que 0,7 % des suffrages lors de l’élection provinciale d’avril 2019. Il est certes facile d’appuyer un mouvement séparatiste en répondant à un sondage, mais un tel mouvement ne peut prendre son envol que lorsqu’il commence à récolter de réels bulletins de vote dans des urnes. Les bottines doivent suivre les babines, comme on dit.

Qu’en est-il du Québec ? Dans un papier d’Alec Castonguay publié la semaine dernière, les chiffres d’un récent sondage Léger indiquaient que les appuis à la souveraineté du Québec sont à leur plus bas niveau depuis des décennies. En effet, seulement 25 % des répondants souhaitent que le Québec devienne un pays souverain. Cette proportion chute à un maigre 22 % chez les 18-34 ans.

Les divisions actuelles au pays se comparent-elles donc à celles mesurées lors des sempiternels mélodrames constitutionnels des années 1980 et 1990 ? Des « gens fâchés » sur les médias sociaux font certes tout en leur pouvoir pour amplifier cette impression, mais, en réalité, les données racontent une tout autre histoire.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Laisser un commentaire

Les libéraux sont fort quand le pays est diviser. Quand les libéraux ont eu le pouvoir durant 12 ans le pays était très diviser avec le reform party et le Bloc. Si il y as un autre parti dans l’ouest comme plusieurs le désire les libéraux vont être au pouvoir pour très longtemps. Le reform party l’as vue alors il se sont associé avec le parti progressif conservateur pour crée le partit conservateur. Si vous regarder l’histoire se n’est pas la mêmes équipe des progressif conservateur qui dirige le partit conservateur. ( exemple membre du partie Réformiste: Stephen Harper, Andrew Sheers,….) Les libéraux doivent espérer un autre partit dans l’Ouest pour pouvoir régner longtemps. Un autre partit dans l’Ouest enlevé des comté au conservateur et se nouveaux partit vas jamais être au pouvoir p.c.q. ce partie vas seulement être pour l’Ouest Canadien comme le Bloc qui est pour le Québec seulement. Souvenez vous de l’élection 1993 seulement 2 député progressif conservateur qui ont gagné leur élection au Canada entier. L’idée principal pour les Libéraux est diviser pour régner.

Répondre