Le Canada joue les trouble-fête à Rio+20

Comme si nous n’étions pas assez gênés comme ça du retrait du Canada du Protocole de Kyoto dans les heures qui ont suivi la conclusion de la conférence de Durban, l’an dernier, voilà que le Canada pourrait jouer à nouveau les vilains au sommet Rio+20. Le Canada veut bien que les pays considèrent mettre fin aux subventions au secteur des énergies fossiles, mais s’oppose à l’adoption d’un engagement ferme en faveur de leur élimination progressive. Les subventions fédérales à ce secteur totalisent environ 1,3 milliard $ par année et un ancien ministre conservateur, Jim Prentice, avait déjà recommandé qu’on y mette fin pour se conformer à une décision du G20. En vain. Un texte à lire de Mike De Souza, de Postmedia News.

 

Laisser un commentaire

La droite canadienne où l’intervention de l’État lorsque ça fait son affaire ou celle de certains intérêts personnels de contributeurs du parti unique, à l’idéologie unique, de l’unique gouvernmenet Royal Harper du Dominion de la Couronne de Sa Majesté la Reine de Diamant du Chef du Canada.

La logique voudrait que le Canada joue plus le jeu, si ce n’est que les enjeux dépassent les seuls aspects des changements climatiques et du maintient des énergies fossiles. Pour se libérer des énergies fossiles cela prend une révision de nos modes de vie et bien que j’ai longtemps cru que les évolutions technologiques feraient le reste, il faut considérer et admettre qu’on ne sera pas libéré de ces énergies complètement avant un siècle peut-être.

Tout cela pour dire que ce que fait le gouvernement du Canada actuellement, répond à une ligne politique claire qui est la sienne, laquelle rassure leurs partenaires quand rien dans les faits n’est perdu. Il y aura une fin à cette politique dont le principal défaut n’est pas spécialement lié aux questions de l’environnement, d’autant plus que tout le monde ne parle pas le même langage, quand j’entends parle de développement durable… cela me fait quelquefois bien rire. Les questions fondamentales susceptibles de réunir la population seront tôt ou tard au cœur des débats. Et il faut dès maintenant s’habituer à débattre des vraies choses car rien n’indique qu’il n’y aura pas à terme des sacrifices.

Lorsque la volonté et les énergies (de l’esprit) sont alignées, on peut aller très vite pour progresser.

Le taux de GES produit par ces réunions environnementalistes à travers le monde n’a pas diminué par rapport à 1990, date de référence de l’accord de Kyoto !!!
Les environmentalistes devraient donner l’exemple et faire des video-conférences plutot que de se promener au frais des travailleurs !!!.

Quelle hypocrisie !
Porte-t-il le carré rouge ?

Les plus populaires