Le CanaDa Vinci Code

Le 24 mai 2006, à 7 heures 28 a.m., l’horloge de la Tour du Parlement à Ottawa s’est miraculeusement arrêtée.

Panne à 7h28 Coïncidence ? Je ne pense pas !
Panne à 7h28. Coïncidence? Je ne pense pas!

Aux informations, on a annoncé qu’il faudrait 72 heures pour compléter la réparation. 7 – 2 – 8. Vous me suivez ? Non ?

On lit pourtant à Psaulmes, 72:8 :

Il dominera d’une mer à l’autre, Et du fleuve aux extrémités de la terre.

C’est l’origine de la devise du Canada, et une des pièces du puzzle de l’extraordinaire montée de la droite religieuse canadienne. J’y reviens. Mais laissez moi continuer mon histoire canado-sainte :

Réunis à Londres dans les étapes finales de la rédaction de l’acte de fondation — le British North America Act — les pères de la confédération ne savaient pas, en décembre 1866, comment appeler le nouveau pays. John A Macdonald voulait l’appeler un « Royaume », car le chef d’État serait le souverain britannique. Mais les Britanniques n’étaient pas chauds à partager le vocable.

Cliquez pour agrandir.
Cliquez pour agrandir.

C’est le très dévot premier ministre du Nouveau-Brunswick, Samuel Leonard Tilley, qui a nommé le Canada. Enfin, pas lui, mais Dieu, à travers lui. Car ayant laissé tomber sa Bible, le livre Saint s’est ouvert sur la page du Psaulme 72:8. En anglais: « He shall have Dominion also from sea to sea from the River to the ends of the Earth ».

Le Canada devint un Dominion, sa devise D’un océan à l’autre. La rivière est bien sûr le Saint-Laurent et les extrémités de la terre, le grand nord canadien. Dieu avait tout prévu.

Pourquoi Dieu a arrêté l’horloge

L’inscription fut ciselée dans la pierre de la tour du Parlement, aussi appelée Tour de la Paix, au dessus d’une des fenêtres (en anglais, cependant). Et le 24 mai 2006, le jour de la fête de Victoria, Dieu nous envoya un signal.

Il n’était pas de bonne humeur. De toute évidence, en ayant décrit et nommé le pays, Dieu a pour le Canada un dessein spécifique, notamment dans les événements qui doivent conduire le monde à la fin des temps, l’Armageddon ou l’Apocalypse, qui est plus proche que vous ne le pensez.

Or, l’année précédente, le Canada avait tourné le dos à Dieu en légalisant le mariage gai. Un événement fondateur pour ce que décrit la journaliste Marci Macdonald dans son fascinant ouvrage (dont je puise toute la science de ce billet) The Armageddon Factor – The Rise of Christian Nationalism in Canada.

Marci et moi étions correspondants à Washington en 1985, au moment où la droite religieuse américaine commençait son ascension dans les rangs du Parti Républicain. Alors, sous Ronald Reagan, cette droite représentait une force réelle, mais non dominante. Il a fallu attendre 15 ans, et l’élection de George W Bush, lui même born-again, pour qu’elle soit une force déterminante au sein du parti et de l’administration.

Une force émergente et organisée, au Canada

Dans son ouvrage, Marci démontre avec efficacité comment la droite religieuse canadienne en est, aujourd’hui, à l’étape où elle était aux États-Unis en 1985. Comment elle a ses entrées au Parti conservateur, son champion avec Stockwell Day, l’oreille de Stephen Harper.

La théorie du Canada comme pays prédestiné à jouer un rôle pour préparer le retour du Christ sur terre peut sembler loufoque — et au moins divertissante. Mais il n’y a rien de loufoque dans l’effort patient, organisé, intense d’un mouvement qui forme une nouvelle génération d’activistes, de juristes, de politologues et d’assistants législatifs dévoués à la cause et qui les place rapidement, grâce au bras bienveillant du gouvernement Harper, dans des postes de responsabilité.

marciLa cause, quelle cause ? Celle d’un pays chrétien, où l’éducation et les services sociaux reviendraient sous la coupe d’une église radicalisée à la sauce évangélique américaine, où les homosexuels retrouveraient le placard et les laïcs (et les chrétiens de gauche) seraient marginalisés.

Une convergence de tous les religieux conservateurs

Les juifs et les autres non chrétiens ? Les premiers sont des alliés essentiels, car Israël doit jouer un rôle central pour la conflagration qui précédera le retour du Christ. Les Sikhs, Indous et autres ont en commun avec la droite chrétienne des vues conservatrices sur un grand nombre de sujets, et les Conservateurs ont systématiquement courtisé tous les religieux conservateurs, pour retirer leurs voix aux Libéraux… avec un énorme succès. (Les musulmans sont à la fois courtisés et stigmatisés dans la vision apocalyptique actuelle. Ils sont socialement conservateurs, mais le président iranien Ahmadihejad est le nouvel Antéchrist.)

De 2004 à 2008, les Libéraux fédéraux ont perdu 19 % du vote ethnique au profit des Conservateurs, un énorme changement. De plus, pour la première fois, l’essentiel du vote catholique a voté conservateur. Et on voit avec quelle ardeur ils courtisent le vote juif. (Voir à ce sujet l’excellente analyse Anatomy of a Liberal Defeat, par Elisabeth Gidengill de McGill et mes collègues André Blais et Patrick Fournier de l’UdeM.)

The Armageddon Factor n’affirme pas que Stephen Harper est une marionnette de la droite religieuse. L’ouvrage explique comment Harper, au départ rétif, est graduellement devenu conscient de l’importance des « théo-cons » (les théo-conservateurs) dans sa base et dans sa stratégie électorale.

En lisant l’ouvrage, on comprend mieux les tensions et les centres de gravité qui modulent les politiques du gouvernement canadien actuel. Et on assiste à l’établissement d’une infrastructure théo-conservatrice qui vise à consolider, pérenniser, puis étendre cette influence sur les leviers du pouvoir.

A lire, absolument.

Ici, une entrevue, en anglais, avec Marci Macdonald. Allez surtout à 3:25 pour une présentation des principaux acteurs dans la droite religieuse au pays.


(Demain sur le blogue:
l’impact des théo-conservateurs sur les juges)




Laisser un commentaire

Tant qu’à se brancher sur la religion, citons la Vierge lors d’une apparition, à Fatima si je ne me trompe : «Pauvre Canada !».

En tout cas, pauvres Canadiens. On n’est pas sorti du bois…

Nos amis de droites diraient que ce réci n’est qu’un cénario imaginaire.
Cependant cela colle trop bien à la réalité actuel de ce qui ce trame non plus en coulisse mais ouvertement. Nous n’avons quà observer le comportement de nos députés conservateurs du québec. Complètement endoctrinés, oubliant même qui ils doivent réprésenter.
Espérons que nous ne laisserons pas continuer ces obscurcistes mener leurs oeuvres.
Merci Madame Marci ainsi que vous même de nous informer.

Une horloge s’arrête et on s’emballe. La vérité, je vous le dis (comme dirais le prophète) est impénétrable.

Restons sérieux. Mais restons réalistes. Que les religieux s’occupent de la politique n’est pas une surprise. Le danger, c’est qu’ils continuent à le faire durant une période de désaffectation généralisée. Nous voyons (de nos jours) émerger les radicaux religieux lorsque la population devient cynique envers la politique.

C’est l’échec de la démocratie. De un, les partis ne sont plus au service de la population mais au service de leur clientèle; de deux, l’influence que le peuple a sur les partis est court-circuitée par les lobbys de tout acabit; de trois, le désintérêt politique des citoyens est devenu un objectif plutôt qu’un problème; quatre: les partis politiques sont des entitées profesionnelles qui n’ont rien à voir avec les ambitions de la population. Elles s’occupent de leur survie, leur réélection, leur portefeuille et leur gloire.

Voilà où nous en sommes. Sachant que la politique québécoise est noyautée par la question constitutionnelle, réglons-la au plus vite. Par la sécession ou par la réintégration du Québec dans le Canada. Parce que pendant ce temps, tous les citoyens se font avoir par tous les radicaux avec un agenda qui n’ont pas, justement, la question constitutionnelle en tête.

Merci M. Lisée pour cette information «éclairante».

Sincèrement, ça donne froid dans le dos de constater cette montée religieuse qui se fait si subtilement. Comme quoi la lutte n’est jamais terminée. En parlant de lutte, je ne me reconnais pas du tout dans cette vision du Canada. Je sens que je n’ai plus rien à voir avec ces gens. N’est-ce pas là une autre bonne raison de se dissocier du Canada et de proclamer l’indépendance du Québec? Ça ne vole pas haut actuellement au Québec n’ont plus mais au moins, on pourrait concentrer nos énergies à surveiller qu’un seul gouvernement.

Québec, réveille-toi!
Christian Lachapelle

Les êtres humains, dans leur faiblesse et leur incapacité intellectuelle pour comprendre l’Univers et les lois qui le régissent, ont inventé Dieu pour faire face à ce qu’ils ne comprennent pas, à ce qu’ils ne peuvent appréhender.

Les progrès de la science dans tous les domaines nous amènent de plus en plus près de l’ultime connaissance des secrets expliquant la nature et le fonctionnement de l’Univers. Ce faisant, le rôle historique attribué à l’une ou l’autre divinité inventée par l’homme se rétrécit proportionnellement.

Je crois que la montée de la droite religieuse et du «talibanisme» mondial est essentiellement le dernier combat pour maintenir l’idée de Dieu présente dans nos sociétés humaines. Je prévois même que bientôt ces apôtres de la religiosité entreprendront des campagnes contre la science qui sera présentée comme blasphématoire en ce qu’elle fait de moins en moins de place à l’idée de Dieu comme explication au fonctionnement de l’Univers.

Beaucoup de personnes sont affligées d’acrophobie c’est à dire la peur du vide. Certaines sont sévèrement atteintes, d’autres moins. La même affection se présente également au niveau intellectuel et spirituel. Je me rends de plus en plus compte que les acrophobes intellectuels et spirituels ont d’autant plus tendance à utiliser la religion comme garde-fou qu’ils sont plus sévèrement atteints.

Ceux et celles de la droite religieuse tel Harper et compagnie me semble sévèrement atteint d’acrophobie intellectuelle et spirituelle.

Une colonie anglaise tournée vers une romance politique de choc.
Un avenir superbe.
C’est la reine qui doit être contente.

A remarquer les années ’80 ont vu la convergence de l’extrême-droite religieuse et du mouvement néo-libéral (Reagan, papa Bush). Les deux mouvements s’appuient l’un sur l’autre et se nourrissent mutuellement: les politiques néo-libérales créent une forte incertitude économique, appauvrissent la classe moyenne et poussent les pauvres vers la misère, provoquent des conflits internationaux, déstabilisent les gouvernements, réduisent les contrôles démocratiques, etc. Tous des facteurs qui créent de l’incertitude, de l’angoisse et ce qui s’en suit. Cette angoisse renforce le mouvement extrémiste religieux qui apparaît comme certains comme la voie de salut dans une société qui s’effrite. En retour, la montée du mouvement extrémiste religieux renforce la droite néo-libérale qui peut pousser plus loin ses politiques dévastatrices.
C’est ce que les spécialistes du marketing appellent la synergie.

Très intéressant et préoccupant ! On peut se demander maintenant où est la majorité que les gouvernements démocratiques doivent supposément servir ?

@J-Félix Chénier – En démocratie la majorité gouverne mais le gouvernement sert tous les citoyens. Dans une démocratie on doit respecter la dissension et les droits de la (et des) minorité(s). Si l’on respecte pas la dissension,on bascule inévitablement vers la dictature.

Dans ma région torontoise il y a un poste de télé chrétienne qui diffuse des émissions sur le culte chrétien, évidemment, mais aussi des émissions sur l’Islam, le Judaisme, etc. Mais surtout, ce poste diffuse une émission d’affaire publiques dont l’hôte est Michael Coren – très populaire, vaste auditoire, et très conservateur.

http://www.michaelcoren.com/columns.html

bonjour, bien sûr qu il a été écrit que les homosexuels sont débénis…tout comme il a été écrit que Jésus-Christ était venu pour les juifs et les non-juifs…qu on soit de n importe quelle religion….l essence même de la vie est dans la chrétienneté (juif ou non)…et qu on ait demandé le dominion…c est bien mais de savoir que des deux cultures…c est la guerre c est à régler et à finir dans la Paix et paix…Il y a aussi la bataille sur l avortement qui remet en question la moralité d un peuple…si on a à être un canada qu il soit uni, dans la paix mais on a pas à devenir anglais pour autant…parce que c est pas nous qui avons choisi ce pays, le canada mais bien nos ancêtres qui ne savaient pas que cela deviendrait le canada surtout anglais…le canada ne serait-il pas supposé d être à la France?

Remarquez que si l’on se fit à l’histoire et à la persécution du Christ par l’état, le prochain Christ risque bien d’être québécois!!!!

Pour ceux que ça préoccupe et intéresse, le livre de Gilles Keppel intitulé «La revanche de Dieu» demeure une référence fouillée et détaillée sur la montée du radicalisme religieux au sein des trois grandes religions monothéistes : le Christianisme, L’Islamisme et le Judaïsme.

C’est une analyse moins immédiate et moins rattachée à l’actualité politique que celle de madame MacDonald que cite Jean-François, mais je garantis des sueurs froides aux lecteurs de ce livre.

On se retrouve ici à des années lumières de l’évolution de la société québecoise en voie
de sécularisation complète.

Loin de moi de vouloir jouer à l’apprenti-sorcier
mais en tant que citoyen québecois souverainiste
républicain, je me demande si, en bout de ligne, la meilleure chose qui pourrait arriver au Québec
serait un gouvernement fédéral conservateur majoritaire qui tenterais alors d’imposer son
agenda religieux biblique aux ROC et au Québec.

Le « clash » de société serait alors énorme et favoriserait grandement l’option souverainiste
au Québec.

Les « fédéralistes nationalistes mous » québecois
n’auraient alors d’autre choix que de changer de camp.

En d’autres temps, nous parlerions d’une
« condition gagnante ».

J’ai d’ailleurs toujours dit que si un jour la souveraineté du Québec se réaliserait, ce sera suite à une action multi-parti politique de
toutes allégeances, le Québec ayant été alors poussé au pied du mur par le ROC !!!

Guy LeVasseur
Rimouski

La montée de la droite religieuse aux États-Unis et l’expérience en accélération au Canada ressemblent aux tactiques utilisées par la droite économique néolibérale pour déterminer les politiques publiques sociales et économiques avec les conséquences désastreuses que l’on sait notamment sur le taux de pauvreté et les écarts de revenus entre les personnes et les écarts entre les régions aux États-unis. Sans procéder à des équivalences simplistes il convient toutefois de ne pas négliger ces liens entre droite religieuse voire extrémiste à plusieurs égards et droite économique voire néolibérale à l’extrême.

Georges W. Bush (fils) a été l’héritier direct de cette insèrement droite religieuse et du néo-libéralisme. Tout le monde portait aux nues le stratège politique qui avait presqu’obligé Bush à faire campagne dans les « belts states ». Regardez où cela a mené. Tant et aussi longtemps que l’Église sera présente comme force politique, peu importe le pays, il y aura toujours une droite forte, organisée et certaine de son bon droit.
Il s’agit d’être vigilant, même si la vigilance exige discipline et engagement. Il s’agit aussi d’aller voter et de prendre ses responsabilités civiles.
La droite, peu importe soit-elle, attend juste le moment précis et stratégique de reprendre tout l’espace public laîc.

L’histoire étant garante de l’avenir, il faut se souvenir des excès de l’État lorsque l’Église avait une influence prépondérante. La révolution française a voulu mettre fin à cette hégémonie de l’Église et de la royauté et le sang a coulé et cela a causé des turbulences pour au moins une génération.

Lorsque la droite religieuse canadienne sera réellement au pouvoir avec les Conservateurs majoritaires, on peut s’attendre à des changements profonds et, surtout, à des dizaines d’années de politiques extrémistes. Alors, pour se débarrasser d’eux, ne restera-t-il que la révolution? Si on ne veut pas en arriver là, il faut nécessairement se débarrasser des Conservateurs – faudra voter ABC comme on dit en anglais – Anything But Conservative!

Les socialistes me font bien rire avec leurs dénonciations des théo-cons.

Pourquoi ?

Parce que les idéologies théo-cons et socialiste reposent sur exactement la même prémisse !

Ces 2 groupes considèrent que les gens sont stupides, qu’ils sont incapables de décider pour eux-mêmes et de vivre leur vie comme bon leur semble.

Par conséquent, ces 2 groupes estiment qu’il est légitime d’intervenir dans la vie des gens (leur dire comment vivre) au nom du bien commun.

Les idéologies théo-cons et socialiste sont tous les 2 moralisatrices et liberticides.

Théo-conservateurs et socialistes: même combat.

Ce cher David me fait toujours rire avec ses commentaires qui illustrent à merveille la défense Chewbacca.

Alors si, comme le dit David, les théo-cons et les socialistes c’est du pareil au même, pour ne pas être en reste dans les amalgames ridicules, je lui répond ceci: Bakounine et David Friedman même combat! Après tout, les deux veulent l’abolition de l’État!

David

Les socialistes sont un bel épouvantail. Ils sont loins du pouvoir alors que les drettistes sociaux y sont de pleins pieds. Belle tentative de dévier le débat des vrais enjeux.

@ ClaudeB

Peut importe qui est au pouvoir, les socialistes (comme c’est le cas au Québec) ou la droite sociale, ces 2 idéologies veulent la même chose: contrôler nos vies.

Seul les libertariens ont une pensée politique cohérente.

AU CIEL COMME SUR TERRE 😉

Un américain sur 5 pense que le soleil orbite autour de la terre ! NO JOKE 😉 http://www.rustylime.com/show_article.php?id=562

D’après-vous, sont-ils de droite ou de gauche 😉

Encore une fois… 18% des américains croient que le soleil tourne autour de la terre ! http://current.com/1r3fi4c

Au Canada et au Québec, c’est combien ?

Note : Cette notion a été discartée au 17ième siècle.

RESUMÉ EXÉCUTIF
Toute notre culture est organisée autour de richissimes exploitants qui gardent les pauvres dans la misère, sans éducation et impuissants.