Le chiffre qui peut sauver Obama

71%

C’est la proportion d’Américains qui croient que «on n’a pas assez agi pour réglementer les compagnies de Wall Street et l’industrie bancaire», selon le sondage Wall Street Journal/NBC réalisé ces derniers jours. Seulement 22% sont d’avis contraire, donc sont d’accord avec les banques. Il faut dire que le récent témoignage, au Congrès, des principaux banquiers du pays n’a pas aidé leur cause. Notamment lorsque Jamie Diamond, président de JP Morgan, a déclaré «le fait que les prix de l’immobilier n’allaient pas augmenter sans arrêt, cela nous a échappé». C’est tellement incroyable, de la part d’un des maîtres du monde, que je vous le mets en version originale: « Somehow, we just missed, you know, that home prices don’t go up forever. »

Voilà les gens qui refusent aujourd’hui de réintroduire dans le système essentiellement les réglementations que Franklin Roosevelt avait imaginées dans les années trente et qui avaient permis d’éviter des crises financières importantes jusqu’à ce que…. ces réglementations commencent à être démantelées sous Reagan, Bush I, Clinton et Bush II.

Obama a promis de «se battre» sur ce terrain. Au moins, il part avec 71% des Américains de son côté. Un beau cheval de bataille pour les élections de mi-mandat.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Encore des règles.

Pourquoi ne laisse-t-on pas le libre marché sévir pour une fois au lieu de laisser le contrôle à des politiciens à qui on ne confierait pas les clefs d’un dépanneur.

Peut-être aurait-il dû commencer par là, il n’aurait probablement pas perdu sa super-majorité au sénat…

Maintenant il doit prendre « la bête » à bras-le-corps…faire du rattrapage. Décidément, cette présidence est celle de tous les dangers!

Avez-vous remarqué de quelle façon il s’est adressé aux républicains? Son langage corporel, sa façon de les toiser du coin de l’oeil, son sourire quand il se tournait vers eux… à ne pas prendre « au premier degré ». Il me semble que le message était assez clair: « maintenant je sais à qui je m’adresse ».

Hier soir, il leur a dit: « c’est moi, le président », et il leur a déclaré qu’il n’hésiterait pas à utiliser son véto…Le président vient de mettre son pied à terre.

C’est parti, les américains sont en pleine campagne pour les élections de mi-mandat, à suivre…

L’extrème droite capitaliste individualiste ne permettra jamais cela , même Harper ne pourrait pas empècher les banques canadians laveuses d’argents sales d’avoir des succur-sales dans les enfers fiscaux.
Ces banques et ces bourses sales sont les base même des voleurs capitalistes qui permettent aux pays développés de déposséder les pays qui doivent rester sous développés pour que ce capitalisme sauvage soit possible.

La question est mal posée, comme d’habitude. La question n’est pas s’ils ont agi assez mais si ce qui a été fait est approprié.

Pour trouver la réponse, il faut se demander pourquoi il faut se rappeler du visage d’Abraham Lincoln. Y a-t-il un rappel de l’histoire subtilement suggéré?

Des fois, on a la réponse en pleine face…