Le chiffre: Ton moulin va super fort

53%

Proportion de toute l’électricité espagnole, consommée le dimanche matin 8 novembre dernier, générée par les éoliennes. C’est la première fois qu’on enregistre une pointe aussi forte d’énergie électrique provenant du vent dans l’histoire de…. ben, dans l’histoire. Pendant les jours précédents, la couverture éolienne avait déjà franchi le cap du 40%. Il s’agit évidemment d’une pointe due à une conjonction de facteurs, la contribution éolienne moyenne en 2008 ayant été de 11,5%, puis de 13% en 2009.

Le pays de Don Quichotte et des moulins à vents a fait bondir de 2 000 à 18 000 mégawatts en dix ans sa production éolienne, se hissant au quatrième rang mondial de production (derrière les USA, l’Allemagne et la Chine, mais au premier rang par habitant. (Par comparaison, le Québec atteindra 4 000 MW en 2015.)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

32 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Considérant la superficie du pays et la densité de la population en Espagne c’est tout un fait d’arme.

L’énergie solaire de l’ensemble des déserts de la planète représenterait cent fois les besoins actuels de la planète.

Le Québec a un potentiel de développement de l’éolien très élevé; dans le golf St-Laurent,à la Baie de James et au centre de son territoire. Plusieurs fois la quantité d’énergie générée par le pétrole de L’Arabie Saoudite chaque année.

Notre gouvernement choisit de laisser au privé le soin d’écoeurer les citoyens avec des emplacements contestables pour installer ses éoliennes; de continuer à investir dans le gouffre financier et la catastrophe environnementale qu’est le nucléaire; de chercher à exploiter nos mini sables bitumineux que sont les gaz de shistes; de favoriser la construction de ports méthaniers; de harnacher nos dernières grandes rivières d’une beauté et d’une richesse spectaculaire qui feraient le bonheur des prochaines générations.

Vivement Éole Québec, et d’abord des investissements massifs dans l’efficacité énergétique et la conservation de l’énergie.

Je ferais remarquer à David que si l’éolien n’était pas commercialement viable, le privé ne s’y intéresserair pas.

Au Québec, il y aura toujours du monde pour dire que les éoliennes font du bruit, sont laides, font mal aux oiseaux, etc…
On n’est pas sortis de l’auberge !

Il faut que le Québec développe au maximum l’énergie éolienne sur son territoire, en complémentarité avec l’énergie hydro-électrique. Et c’est Hydro-Québec qui devrait en être le maître-d’oeuvre sans laisser filer les profits à l’entreprise privée, mais en collaboration bien sûr avec des constructeurs privés de machines éoliennes.

Nous avons déjà en place l’infra-structure du réseau de tranport d’énergie électrique à haute tension d’Hydro-Québec; il s’agit d’y greffer l’énergie du vent. Il y a du vent en abondance dans les régions non habitées près des barrages et des lignes de transport existants, de même que dans les eaux du golfe St-Laurent. C’est de ces côtés qu’il faudrait aller pour implanter les éoliennes plutôt que de défigurer nos villages et nos paysages. Nous avons cette richesse du vent. Pourquoi la laisser en jachère dans les espaces non habités et la brader au secteur privé dans les paysages autour de nos villages?

En confiant maintenant le développement de l’éolien au secteur privé plutôt qu’à Hydro-Québec, on s‘apercevra dans 20 ans que l’on a bradé une mine d’or pour un plat de lentilles.

Imaginez où en serait le Québec si l’énergie hydro-électrique n’avait pas été nationalisée! Les tarifs d’électricité seraient le double de ceux que nous avons présentement, et les milliards de profit d’Hydro-Québec qui nous appartiennent seraient plutôt dans les poches de grosses compagnies privées.

Il faut que le Québec développe au maximum l’énergie éolienne sur son territoire, en complémentarité avec l’énergie hydro-électrique, en respectant la population et les paysages.

Le vent étant une richesse collective, c’est Hydro-Québec qui devrait développer l’énergie éolienne sans laisser filer les profits à l’entreprise privée.

Le prochain gouvernement du Parti Québécois devra renverser la vapeur et faire d’Hydro-Québec ou de sa filiale Éole-Québec le maître d’œuvre du harnachement du vent au Québec.

Par contre il existe des énergies encore moins polluantes que l’éolien ( pollution visuelle et par le bruit ) et que toutes bien entendu les énergies fossiles
1) Le thermique
2) Le solaire
3) La récupération des eaux
4) La roue universelle
5) Les marées
6) La fabrication d’objets à vie et non plus ephémères
7) etc….
Bravo tout de même à l’Espagne c’est mieux que le nucléaire de toute l’Europe

A David;Ce ne sont pas des emplois perdus,mais des emplois a recycler,ce qui veut dire;Remettre en question nos méthodes et faire preuve d’imagination.

@ Pierre Lambert

Comme j’explique dans mon commentaire, le privé s’intéresse à l’éolien uniquement à cause des subventions et du fait que les gouvernement sont prêt à payer un coût astronomique pour cet énergie.

Un autre exemple.

À Austin les clients d’une compagnie d’électricité avait le choix entre payer pour la production conventionnel et la production verte.

La division verte de la compagnie est au bord du gouffre car personne n’est disposé à payer le coût astronomique associé au mode de production vert.

http://www.statesman.com/news/content/news/stories/local/2009/07/12/0712greenchoice.html

La production d’énergie électrique n’a plus de secret. Bien des technologies se sont développées et il est possible depuis déjà 2000 au Québec grâce à l’éolienne domestique d’être autosuffisant. Elle a été racheté par une filiale d’hydro-québec, les électricien du québec sont très peut renseigné et vous dirons que ça coute plus cher et que ce n’est pas très performant, mais demandez leur plus de détails et vous verrez que malgré qu’ils répètent ce disvours ils n’ont à peut^près pas d’informations. Si vous fouillez un peu, vous trouverez qu’une loi à même été adoptée pour vous interdire de revendre ou même donné de l’électricité à quiconque… vous devez obligatoirement vendre vos surplus à hydro-québec pour une fraction du prix que vous les vendra hydro-québec si vous en manquez(attendez des surplus???donc vous branchez quand même$$$). Ça existe et c,est utilisé partout dans le monde particulièrement en Allemagne, vous pouvez obtenir une sudvention de la SCHL pour vous convertir mais les électriciens d’ici sont très rares à pouvoir vous aider… on se demande bien pourquoi???

@David

Et ces mêmes minarchistes, libertariens et adorateurs du privé messianique qui vampirise l’État voudraient bien s’emparer d’Hydro-Québec.

Surtout que c’est une énergie renouvelable.
Au fait quelle énergie utilise-t-on lorsque qu’un bidule comme « spirit » et « opportunity » est dirigé vers la planète Mars.
On nous dit que sur place on utilise l’énergie solaire, mais qu’en est-il ou quelle sorte d’énergie est utilisée pour le voyage de 6 mois?

Vive l’énergie éolienne! Cependant, l’avocat du diable, celui qui conseille Harper, s’inquiète: si certains jours le vent produit 53% de l’électricité consommée et que la contribution éolienne moyenne est de 13% sur une année, alors certains jours et à certaines heures, la contribution éolienne est très très faible et il faut alors que les Espagnols produisent leur électricité autrement.

13% de l’énergie électrique produite par des éoliennes, c’est quand même bien.

Que représentera la part de l’électricité éolienne dans la consommation électrique totale du Québec en 2015? en MWheure.

18000 MW en Espagne, c’est la puissance installée. Mais comme les éoliennes ne tournent pas toutes en même temps à la vitesse maximale, il ne s’agit pas ici de la «production», comme le prétend M.Lisée.

Je ne connais pas le dossier de l’Espagne sinon qu’ils ont la plus grosse centrale solaire.

Un des grands avantage d’Hydro Québec est qu’elle peut stoker l’électricité pour la revendre plus tard au meilleur prix quelque soit sa provenance.

C’est d’ailleurs l’avantage de l’achat des installations du Nouveau Brunswick.

@ Raymond Campagna

Par définition, un minarchiste/libertarien ne peut pas vampiriser l’État.

C’est comme si tu disais qu’un végétarien mange du steak.

Tu mélange le corporatisme avec le capitalisme.

Il faut noter tout de même que cette portion de production éolienne à 53% de la consommation provient surtout du fait de la faible consommation du dimanche matin, ou la demande industrielle est nulle… Ajoutez aussi que l’Espagne subit une récession autrement plus importante que la nôtre !

En proportion de la population la puissance du parc éolien Espagnole est de 385 watts par personne aux heures de condition de vent idéales . Celle du Québec seras en 2015, si notre population est stable, de 510 watts par personne. Bien sûr en 2015 l’Espagne aura probablement un parc éolien encore plus important. On risque aussi de ne pas voir se développer ici l’ensemble des 4,000 mégawatts projetés simplement parce que les coûts d’installation ont explosés et que les prix payé par Hydro, selon les contrats, ne couvrent les frais d’exploitation. Devrait on s’inquiéter de ne pas gagner le concours «du pays avec le plus plus d’éolien»?

Au-delà de l’image puriste de cette course aux éoliennes, quelle sont les motivations au juste des pays qui sont en tête de liste de ces installations de moulins a vent? Un bref regard sur leurs sources d’énergie pour produire l’électricité est assez éclairant. Les États-Unis et l’Allemagne utilisaient en 2006 le charbon pour plus de 50% de leur production. La Chine c’est encore pire, toujours le charbon mais dans l’ordre de 80%, et en complète explosion!
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/USELEC.pdf
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/DEELEC.pdf
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/CNELEC.pdf

L’Espagne elle a des sources aux couleurs arc-en-ciel, si je peux dire, elles sont très variées. Le charbon y compte aussi pour une part importante mais est en baisse, c’est le gaz et les renouvelables qui prennent la relève pour les nouveaux besoins. Au total leurs sources fossiles sont tout de même a hauteur de quelques 80% (l’uranium fait partie des énergies fossiles non renouvelables).
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/ESELEC.pdf

Quel est le portait ici?
Rien semblable. Même pour le Canada dans son entier. La grosse part, plus de 50%, est en renouvelable hydraulique. Il n’y a pas

Il faut noter tout de même que cette portion de production éolienne à 53% de la consommation provient surtout du fait de la faible consommation du dimanche matin, ou la demande industrielle est nulle… Ajoutez aussi que l’Espagne subit une récession autrement plus importante que la nôtre !

En proportion de la population la puissance du parc éolien Espagnole est de 385 watts par personne aux heures de condition de vent idéales . Celle du Québec seras en 2015, si notre population est stable, de 510 watts par personne. Bien sûr en 2015 l’Espagne aura probablement un parc éolien encore plus important. On risque aussi de ne pas voir se développer ici l’ensemble des 4,000 mégawatts projetés simplement parce que les coûts d’installation ont explosés et que les prix payé par Hydro, selon les contrats, ne couvrent les frais d’exploitation. Devrait on s’inquiéter de ne pas gagner le concours «du pays avec le plus plus d’éolien»?

Au-delà de l’image puriste de cette course aux éoliennes, quelle sont les motivations au juste des pays qui sont en tête de liste de ces installations de moulins a vent? Un bref regard sur leurs sources d’énergie pour produire l’électricité est assez éclairant. Les États-Unis et l’Allemagne utilisaient en 2006 le charbon pour plus de 50% de leur production et ~25% de nucléaire. La Chine c’est encore pire, toujours le charbon mais dans l’ordre de 80%, et en complète explosion!

L’Espagne elle a des sources aux couleurs arc-en-ciel, si je peux dire, elles sont très variées. Le charbon y compte aussi pour une part importante mais est en baisse, c’est le gaz et les renouvelables qui prennent la relève pour les nouveaux besoins. Au total leurs sources fossiles sont tout de même a hauteur de quelques 80% (l’uranium fait partie des énergies fossiles non renouvelables).
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/ESELEC.pdf

Suite de mon précédant commantaire.

Quel est le portait ici?

Rien de semblable. Même pour le Canada dans son entier.

La grosse part, plus de 50%, est en renouvelable hydraulique. Il n’y a pas de graphique spécifique pour le Québec mais il est tout près de celui de la Norvège… Une presque totalité d’énergie renouvelable, hydraulique a plus de 95%, comme source de production électrique.
http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/NOELEC.pdf

Dans un tel contexte, quelqu’un peut expliquer il est ou notre intérêt pour l’éolien ici au Québec? Particulièrement quand on prend en compte la fiabilité plus qu’aléatoire de cet approvisionnement, et de son prix très élever.

Tout les pays qui poussent sur cette source d’énergie sont pris avec des sources d’énergies a consommation de matières fossile qu’ils doivent se procurer au prix du marché…

Jean Yves Arès, notre électricité, c’est notre pétrole. Plus on en produit, mieux on se portera. On n’en aura jamais trop à revendre avec nos 50 millions de voisins dans le Nord-Est Américains.

Je suis pour la construction de nouveaux barrages et pour la construction de parcs d’éoliennes. On peut devenir un des moteurs du plan d’Obama de réduction d’émissions. Et l’électricité qu’on exporte est encore plus payante pour nous que celle qu’on consomme pour nos propres besoins.

Le Québec = Arabie-Saoudite de l’énergie renouvelable. On a la clientèle, juste besoin de hausser l’offre!

C’est bien l’argent de l’état qu’on utilise pour sécuriser l’approvisionnement en pétrole conventionnel – de Roosevelt et Ibn Saud, en passant par la doctrine Carter et son renforcement par Reagan, la guerre du Golfe, etc., jusqu’à nos jours.

Le privé s’intéresse à l’éolien, au pétrole provenant du fond des mers, au geothermique, à l’eau, aux marées, de même qu’aux sables bitumineux, etc…

@David

Si vous connaissiez votre grammaire française, vous n’auriez pas compris de travers.

En effet, le sujet du verbe «vampirise» est le nom «privé», et ce sont «les minarchistes et les libertariens» qui sont sujet de la locution verbale «voudraient s’emparer.»

«Par définition, un minarchiste/libertarien ne peut pas vampiriser l’État.» >David

Par définition, un chrétien ne peut pas commettre le mal.

Un autre aspect:

Le Québec n’a jamais reçu un sou du fédéral pour développer l’énergie hydro-électrique au Québec, alors que les riches compagnies pétrolières de l’Alberta ont reçu, et continuent de recevoir, des centaines de millions de dollars d’Ottawa chaque année pour tirer du pétrole des sables bitumineux.

Et l’Ontario n’est pas en reste, le fédéral y ayant dépensé dans le dernier demi-siècle des milliards de dollars pour la filière énergétique nucléaire concentrée dans cette province.

Quand est-ce que le fédéral va subventionner le Québec pour les éoliennes? L’Ontario l’a été pour l’énergie atomique, l’Ouest et Terre-Neuve pour le pétrole, mais rien pour l’Hydro-Québec.

En tant que Québécois nous envoyons la moitié de leurs impôts à Ottawa, alors il faut exiger notre part des subventions fédérales dans le secteur de l’énergie.

Correction (nos impôts et non leurs impôts):

En tant que Québécois nous envoyons la moitié de nos impôts à Ottawa, alors il faut exiger notre part des subventions fédérales dans le secteur de l’énergie.

Rép. à Jean-Yves Arès
Notre électricité est en effet en presque totalité de l’hydro-électricité. Le problème, c’est que le gouvernement actuel, les syndicats, le milieu des affaires et même le monde médiatique
font malgré tout la promotion de l’exploitation des énergies fossiles ou non-renouvelables:uranium pour le nucléaire(100 tonnes de déchets radioactifs par année entreposées à Gentilly),gaz de schistes(très polluants et menaçant nos nappes phréatiques), ports méthaniers, espoirs ¨mirobolants¨ d’exploitation de pétrole dans le golfe.

Tout cela se fait alors que nous sommes en situation de surplus d’électricité et que nous n’avons pas besoin de ces sources d’énergie polluantes. Le monde entier prend conscience que nous devons faire autrement et nous sommes une des rares sociétés développées à pouvoir se le permettre sans que cela change quoi que ce soit à notre mode de vie, grace à notre hydro-électricité.
Abandonnons donc toutes ces formes d’énergie fossile et non renouvelable, et si nous voulons malgré tout encore plus d’énergie pour l’exportation, alors allons y au maximum pour l’éolien, le solaire et la géothermie.

Et prenons conscience que nous sommes une des rares sociétés qui puisse facilement et rapidement devenir énergétiquement indépendante.
Et par conséquent éminemment souveraine.

@ Joel Cuerrier, produire d’électricité à partir du vent coûte beaucoup plus cher que les prix que l’on peut vendre. Même en Europe, ou l’électricité se vend bien plus cher qu’ici, l’éolien est une source d’énergie qui vit a partir de subventions ou de surtaxes sur les autres sources. Autrement dit, faire de l’éolien ici c’est s’appauvrir de façon générale. Surtout quand l’on voit les prix des nouveaux blocs d’électricité que le gouvernement Charest nous a engagés à fournir aux alumineries, genre au tiers du prix de production éolien…

Jetez un œil sur les prix pratiqués en Europe. Les prix sont affichés pour des mégawatts au lieu de kilowatts. Il faut diviser ces prix par 1,000 pour les comparer aux nôtres.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/statisti/pdf/hanprix2.pdf

La moyenne pour consommation domestique est .12 euro. Plus de .15 taxes incluses. Au taux de change actuel de 1.6 on parle .24$cdn versus les quelques 8.5 cennes que l’on paye ici.
Même qu’un pays comme le Danemark surtaxe son électricité au point de dépasser un prix de plus .40$ le k/h en notre monnaie.
C’est juste 5 fois le prix pratiqué ici !!!

Je veux bien que utilise au mieux nos ressources, mais ne serait-il pas plus simple d’offrir des services de régulation de volume d’énergie a nos voisins a partir de nos réservoirs qui eux sont capable de stocker cette énergie et de la relâcher a l’heure désirée. Ainsi on laisse a ceux qui ont des problèmes de consommation d’énergie fossiles le soin de payer eux même la facture éolienne et nous on leur offre un service de régulation de puissance sans avoir à s’encombrer ces méga monuments, n’y a les payer.

Et excusez moi pour mon « commantaire-mentaire » plus haut…

Au fond, toutes nos sources d’énergie coûtent cher: nos barrages se paient sur des décennies, il faut gérér le nucléaire sur des siècles, le pétrole nous étouffe sur toute la planète…

Nos véritables alternatives sont la modération de notre consommation, la recherche en efficacité énergétique, la conservation de l’énergie qu’on produit, et l’investissement dans les formes d’énergie le moins polluantes. Celles-ci sont déjà concurrentielles ou le seront dans les quelques années à venir. Causant moins d’impacts négatifs sur l’environnement et sur la santé des hommes, ce sont des sommes astronomiques qu’on ne peut porter à leur coût de revient, ce qu’on devrait pourtant faire avec les sources d’énergie non-renouvelables et archi-polluantes(mais qu’on ne fait pas).

@ Yvon Fleurent

passer en mode solaire, il faudrait convertir 1 millions de toiture avec des panneaux solaires tous les jours jusqu’en l’an 2050.

http://www.newsweek.com/id/189293

@ Raymond Campagna

Par définition un libertariens ne veut pas s’emparer de l’État, il veut réduire la taille de l’État.

Autrement, aussi bien dire que les végétariens sont des carnivores.