Le choc électrique: Exporter, non. Substituer, oui.

Je n’ai jamais été frileux envers les exportations d’électricité québécoise. Si on peut, ici, produire davantage d’énergie propre que ce qu’on consomme, exporter les surplus aux States et engranger un profit, tous mes feux sont au vert.

Le projet de liaison monorail de Pierre Langlois, sur l'emprise actuelle des autoroutes. À l'étude.
Le projet de liaison monorail, sur l'emprise actuelle des autoroutes. À l'étude.

Mais voilà qu’on apprend qu’il n’y aura plus de profit. Plutôt des pertes.

Selon Jean-Thomas Bernard, titulaire de la Chaire en économique de l’énergie électrique de l’Université Laval, la chute du prix de l’énergie aux États-Unis est telle que notre surplus de production énergétique devra être vendu… à un prix moindre que son coût de revient. Autrement dit, à perte !

Pourquoi ? À cause des gaz de schistes. Non, pas les nôtres. Ceux des États-Unis, qui font chuter le prix du gaz naturel, donc de la production électrique dans les centrales thermiques. Une chute de prix qui pourrait durer… 8 à 10 ans !

Ce qui annonce une décennie pendant laquelle les Québécois, par leurs impôts ou par leurs tarifs d’électricité majorés, subventionneront nos exportations aux États-Unis ! On a beau aimer nos voisins, il y a une limite !

Tous les calculs du gouvernement Charest, et d’Hydro, sont déjoués par cette évolution qui n’était, soyons clairs, pas prévisible au moment du déclenchement des grands travaux hydroélectriques il y a plus de cinq ans.

Reste que nous avons un problème sur les bras. Vont bientôt entrer en ligne des barrages, dont celui de la Romaine, qui vont augmenter notre production électrique et… nous endetter!

Il n’y a, à mon humble avis, qu’une solution à ce problème. Plutôt que d’exporter à perte à nos voisins, il est urgent d’accélérer l’électrification des transports au Québec pour utiliser, ici, nos propres kilowatts, et réduire notre consommation de pétrole, donc nos importations.

Et en s’appuyant sur nos forces pour fabriquer, ici, avec nos travailleurs, les véhicules — autobus, tramways, trains légers, etc — électriques qui remplaceront nos buveurs de pétroles.

Parmi d’autres, le projet d’abord développé par Pierre Couture (l’inventeur du moteur-roue) de relier les principales villes du Québec d’un monorail rapide, sur l’emprise actuelle des autoroutes, mérite un examen poussé. Le ministre Sam Haddad a le dossier sur son bureau, ainsi que la note chiffrée produite par l’Institut de recherche en économie contemporaine (ici, pdf).

L’Institut calcule que la construction de la ligne Québec-Montréal coûterait 3 milliards — trois fois moins qu’un TGV — , dont les deux tiers resteraient au Québec. Le calcul de substitution du pétrole n’est cependant pas fait. (Si vous cliquez ici, vous aurez une simulation de ce à quoi cela pourrait ressembler.)

Le gouvernement Charest semblait vouloir prendre le virage de l’électrification sans se presser. Les nouveaux paramètres de l’économie continentale de l’énergie appellent un changement de vitesse. Un changement de grande vitesse.

Les commentaires sont fermés.

C’est pas tellement le gaz de schiste qui fait chuter le prix de l’électricité que la crise économique. Les USA ont un taux de chomage 3 points supérieurs au Québec (lorsqu’on utilise la même méthode de calcul)

Avec la reprise (en 2012?) les prix vont remonter.
En attendant, ce qui urge, c’est Old Harry. Y’a 2 milliards de barils de pétrole qui y dorment. Et mon char roule toujours au pétrole… algérien!
Là où la rue nous annonce un baril bientot à 200$

Je doute un peu que les gaz de shiste puissent réduire le cout de la fabrication mécanique de l’électricité plus bas que notre prix de revient mais si tel est le cas… on garde notre production pour nous et on va de l’avant pour l’électrification de notre système de transport roulant.

Le gouvernement qui me le proposerait aurait assurément mon vote.

Il n’y aurait pas moyen après s,être débarassé de l,industrie du gaz de schiste ici, de former une grosse équipe de lobbyste qui vont aller aux États-Unis convaincre les États d’abandonner l’industrie du gaz et se tourner plutôt vers l’importation d’électricité?

Ya surement moyen de convaincre les populations la bas que l’exploitation de gaz leur coûte au final plus chère (surtout en terme environemental)
que l’électricité du Québec.

Je crois que le Québec devrait devenir la batterie de l’Amérique du Nord et que cela serait réalisable par un lobbying intense et soutenue au États-Unis en utilisant les réseaux sociaux, la réthorique environemental etc.

M. Lysée

Aujourd’hui aux États-Unis l’Agence de la protection de l’environnement et Halliburton ont confirmés que du Diesel fut et est utilisé dans 19 États pour l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Ce qui confirme bel et bien l’insidieuse contamination des résidents près de ces puits.

Alors les effets de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schiste sur le prix des marchés de l’énergie ne pourrons durer.

Alors les problèmes causés à l’environnement et à la Santé Publique de l’exploitation des gaz de schiste freinerons et éventuellement éliminerons cette industrie du marché.

Puisque l’intérêt corporatif prime sur l’environnement et la Santé Publique aux USA, les effets de cette Industrie ne se feront sentir que pour encore environ 20 ou 30 ans.

‎http://www.propublica.org/article/drilling-industry-says-diesel-use-was-legal

Alors effectivement il serait bon de substituer nos exportations par une consommation Québécoise visant à remplacer le pétrole par l’électricité le plus possible.

Une chance qu’au Québec nous avons le Bape.

Harfang des Neiges

Le dirrigeant actuel du Québec, Paul Desmarais, fait dans les énergies fossiles présentement. Hydro-Québec doit perdre de l’argent pour être récupéré par mononc Paul.

Son poulain frisé s’active énergiquement afin de lui livrer notre fleuron québécois sur un plateau d’argent…il a manqué son coup au Nouveau Brunswick mais le grand liquideur est totalement dévoué au service de son généreux donateur…

Le Québec est mis en vente aux enchères. Ils ne savent plus à qui l’offrir pour un plat de lentilles. Mais mononc Paul est plein de…ressources, les chinois s’en viennent avec leurs sabots géants!

Ils ne veulent surtout pas que notre peuple s’approprie son territoire, ses richesses, prenne en charge son développement, sa langue, son économie.

Avant que La Romaine démarre, nous leur disions que c’était un terrible gaspillage, que le Québec ne manquait pas d’énergie. Qu’ont-ils fait? Ils ont choisi de maintenir de le cap, pourquoi?

Parce qu’un n’ami de Jean Charest fait dans le béton et que la construction…c’est payant pour la famille libérale. Nous sommes gouvernés par des imposteurs.

Maintenant, monsieur Lisée, vous nous proposez d’utiliser les surplus énergétiques pour électrifier le transport.

Je considère que c’est une brillante suggestion. Mais j’ai une bien meilleure idée. Demandons la démission de ce gouvernement fantoche, le plus tôt sera le mieux!

Paul Desmarais devrait être exproprié pour la raison qu’il ne paye pas de taxes à Charlevoix. L’injustice a assez duré, dehors les imposteurs!

… accentué du fait que si on ne développe pas notre transport terrestre, qu’il soit de type ferroviaire rapide, lent ou en l’air, on se retrouvera devant l’obligation de redraguer le fleuve… retour aux années soixante en termes de baisse de biodiversité marine et toutes ses répercussions pour le Québec et pour les maritimes. Vivement un débat de société qui laisserait la science s’exprimer sur tous ses sujets. D’ailleurs, le PM a-t-il un conseiller scientifique?

L’idée est séduisante. Toutefois, si on veut qu’elle fasse son chemin, il faut pouvoir contrer le lobbying des perdants.

Par exemple, pourquoi le Projet d’un TGV dans le corridor Québec-Montréal-Toronto (avec un détour possible vers Ottawa) ne décolle pas?

Si ce projet venait à décoller, cela aurait un impact dramatique sur le chiffre d’affaire d’Air Canada. Ils vont se battre becs et ongles contre ce projet. Toutefois, cette bataille sera conduite par des lobbyistes de façon souterraine. Il est primordial de ne pas alerter l’opinion publique.

Dans le projet dont vous parlez, M. Lisée, les perdants seraient l’industrie pétrolière et l’industrie automobile. ce sont des poids lourds!

Comme ces industries ont leurs entrées à Ottawa, le lobbying se fera au Fédéral. Sans le financement du Fédéral, aucun projet important ne peut se réaliser dans une province. Ils n’auront donc même pas à se soucier de faire du lobby auprès du gouvernement provincial. En procédant ainsi, leur travail de sape est d’autant plus opaque.

Excusez mon cynisme, mais je commence à en avoir trop vu dans ce plusss beau meilleur pays au monde!

Moi je n’y crois pas. Surtout lorsqu’on m’avance des chiffes de 3 milliards. Je crois qu’il faut ajouter un zéro. franchement! on projete un simple pont entre Montréal et Brossard pour 6 milliards comment voulez vous que ça coute 3 milliards.

La planète de l’économie mondiale est complètement indépendante par rapport aux machines gouvernementales; les états n’ont plus le pouvoir de la réguler sérieusement. Accuser M.Charest et son gouvernement (je ne suis pas un défenseur du PLQ) reviendrais à accuser le Malawi de la propagation du VIH.
Pour le virage électrique au Qc: oui et vivement. À moins de contruire à la verticale, on ne pourra jamais empêcher l’étalement urbain donc autant palier à la pollution en dévellopant des lignes de trains et de métro massivement.

Trop logique votre réflexion M. Lisée. Mais surtout pas assez orientée vers l’enrichissement des petits amis. Bouchard sera payer par des représentants puissants de l’industrie pétrolière. Votre idée heurte de front cette industrie et les grands financiers et grandes banques qui s’attendent encore à faire des profits mirobolants avec les produits pétroliers. Ils ne lâcheront pas le morceau.

Charest et son gouvernement sont trop inféodés à tous ces intérêts financiers. Ils sont trop dépendants d’une pensée néoconservatrice où l’État que pour promouvoir l’enrichissement des grandes entreprises, pas pour favoriser le plus grand bien des citoyens.

Pensez-vous réellement que des personnages comme Desmarais ou PKP vont favoriser l’actualisation, la réalisation d’un tel projet ? J’en doute.

Mais Desjardins pourrait devenir un partenaire intéressant si jamais notre gouvernement achetait achetait l’idée. Mais ça ne sera pas celui-ci.

Mais en attendant, plutôt que de vendre à perte Hydro-Québec pourrait arrêter de vendre et garder son eau. On créerait peut-être une rareté se répercutant sur les coûts. Qui sait !

«Il y a certains chefs qu’on suit d’autant plus aveuglément qu’il faut être aveugle pour les suivre.»
[Gérard de Rohan Chabot]

@ Paul Pieter Kruijmer

M. Kruijmer vos pésez fort su’l cyayon. Si c’est vous qui faites les prévisions et le financement du pont de la 25 vous manquerez pas d’argent en bout de projet.

J’allais écrire une réplique pour contester la première partie du billet, mais je pense que la lecture de ce communiqué de presse très complet d’Hydro-Québec reprend bien les arguments que j’allais aborder.

Pour ce qui est du projet de monorail TrensQuébec, je pense qu’il a un bon potentiel; ce qui manque c’est 150 M$ pour construire une piste d’essai. J’espère qu’on pourra trouver l’argent quelque part.

Quant à la consommation électrique, il faut rappeler que les moteurs électriques sont beaucoup plus efficaces que les moteurs à combustion interne.

Par exemple, le métro de Montréal ne consomme que 0,3 TWh par année, soit 3% de l’énergie qui serait produite à la Romaine ou à Eastmain-1-A-Sarcelle-Rupert… l’équivalent de la consommation de 18 000 clients résidentiels moyens au Québec ou celui de 100 000 iMiEV, ces voitures électriques qu’on teste présentement à Boucherville.

Disons que ce projet serait probablement aussi rassembleur, aussi porteur de fierté que nos grands barrages. Une technologie Québécoise, une ingénierie Québécoise, un mode de transport unique en amérique du nord… sans compter l’emploi que générerait un tel projet.
Pariez que le PLQ ne le fera jamais. Ce parti n’a aucune audace. Il y a aussi l’aspect politique: quand on réalise des choses, on ne peut pas les promettre une 2e fois!
Mieux vaut parler d’un TGV Montréal New-York éventuel peut-être dans le futur, alors que personne ne travaille vraiment dessus.
Ça coûte rien et ça fait rêver.

Je crois plutôt qu’il faille privatiser Hydro-Québec au plus sacrant avant que cette société étatique ne vale plus rien!

Désolé mais pour les gaz de shistes c’est Imperial oil qui est derrière. Et si Hydro était dirigée pour les citoyens nous aurions le vrai moteur roue. Ce qu’il faut faire est de se servir du levier d’hydro pour manufacturer de nouvelles formes d’énergies et de technologies. On a besoin d’une industrie manufacturière et on exportera des moteurs à aimants ou des bidules à l’énergie libre ! Pendant que le monde s’apercoive de plus en plus que la scène politique est pleine de relations publiques au profit des intérêts extérieurs autres que leurs citoyens. Hydro énergies (sss +++) Québec!

Le problème avec le développement de l’électrification des différentes formes de transport ou autres applications est qu’il nous rapproche de la réussite collective, ce qui est mauvais pour le Québec.

Il est préférable de laisser à ceux qui savent ce que les Québécois veulent le soin de nous faire endormir au gaz jusqu’à notre dernier repos.

On n’a pas à s’inquiéter, on n’en a plus pour très longtemps.

La solution canadienne passe par la vision du gouvernement Harper : bientôt, la peine de mort sera remise au goût du jour. Aussi, les exportations d’électricité vers le reste du Canada devraient connaître un Pic si on pouvait les convaincre de revenir à la bonne vieille chaise électrique ! Et on pourrait aller assister les dimanches aux exécutions à Totonto, sur la Grand Place. Vive le progès et la vision conservateurs d’un avenir porteur.

L’idée est géniale. Le trens-quÉbec à la grandeur du québec avec des trajets longue distance pour pouvoir atteindre de grandes vitesses.
Avec des voies express qui pourraient pour les grand-centre et une run de lait qui pourrait être par exemple tremblant-blainville-montréal-longeuil-sherbrook-québec-chicoutimi-baie-comeau-sept-iles et gatineau-quartier10-30-montreal-trois-rivière-québec-rimouski-matane-newrichmond-percé-gaspé.
De ses gares des autobus amphibiens express électrique) jusqu’à des stationnements(comme par exemple sur les terrains d’hydro en borudure de boulevards et rue achalandés) et stations d’autobus et gare. Évidement les accès aux stationnements seront privilégiés pour des communes-auto et transports privés électrique.
Au lieu d’exporter a rabais notre électricité (donc subventionner les us), subventionner nos industries et nos particuliers pour convertir a l’électricité les bâtiments et les transports. Ainsi que l’installation d’éolienne domestiques qui reliées au réseaux d’hydro augmentera sa capacité en achetant les surplus et servira a réduire la demande du réseau public.
Le trens-québec est une voie a privilégié pour développer notre grand territoire, en réduisant le temps de commutation et permettant aux ressources humaines et infrastructures de devenirs accessible a tout les québécois.
On pourra ainsi créer des méga centre hospitaliers(ce qui favorisera l’établissement des gens agés en région pusiqu’il auront accès rapidement aux services de santé spécialisés).
Des mégas universités et centre de recherche, développer de grandes industries automatisées en exploitation et en transformation des ressources partout puisque la distance n’aura plus d’importance.
En visant l’autosuffisance de notre économie, en réduisant les importations et en exportants les surplus a juste prix et pas par obligations, nous pourrons regarder davantage vers le marché canadiens si les américains ne peuvent pas payer. L’ontario a bien besoin de nos surplus d’électricité, possiblement les provinces de l’ouest aussi (leur dollard est le même que le notre). On va développer le grand nord aussi on aura bien besoin d,énergie la aussi.
Si ce gouvernement continue de faire le ménage pour assainir la gouvernance de nos impôts, met de l’avant le développement durable et sait développer notre économie en développant le nos échanges avec le marché canadien (qui sait il y aurait peut-être intérêt a vendre notre trens-québec aux canadiens et aux américains, ils seront acheteur si ce n’est que de pouvoir se relier a notre territoire pour acheter nos produits essayer de nous vendre le leur.
Un développement durable ici qui rend nos régions compétitive en réduisant les couts de transport et rendant accessible notre main d’oeuvre partout au québec.Aimeriez-vous ça vivre au chalet et acheter un condo-hotel a montréal, Québec, Gatineau- Tremblant n’importe ou au Québec en faite puisque ça ne prendra pas de temps pour y accéder.
Rien n’empêche de dévelelopper des trens-québec dans les grands centre urbains. C’est clair que c,est moins cher à installer, a entretenir et a opérer. Il n’y a rien qui l’arrête la circulation, les intenpéries, les animaux qui traverses les voies pas de problèmes, en utilisant notre savoir faire, notre main d’oeuvres, nos matériaux et notre énergie on met a contribution tout ce qu’on a Les voies pourraient être utilisées autant par des coopératives, des privés que par des publiques. Pour les résidents, les biens et les touristes. Facile de rentabiliser des olympiques, des partie d’hockey, de grands spectacles, de grandes infrastruture de santé, de savoir, de recherche, de développement autant que des petites entreprises qui s’attaque au grand marché québécois si on ne se fait pas manger tout rond par les cout de transport et n’est pas coincé avec un manque de ressources humaines car elles sont toutes concentrées dans une seule région.
p.s. Le bâtiment et le transport couvrent a eux seul plus des deux tière de la demande en énergie, le reste c,est l’industrie Alors si pratiquement 100% de nos besoins deviennent comblé par l’électricité et qu’on a ce qu’il faut pour y répondre on s,entend tu que la dépendance envers les autres est réduite considérablement. On développera notre industrie agro alimentaire pour répondre efficacement a notre marché. La richesse c,est de ne pas dépendre des autres.
Nous avons pris place dans la mitsubishi électrique au salon de l’auto et le grand de 6’5 était a l’aise en arrière… très très intéressant… j’aimerais qu’elle soit amphibien, on m’a parlé du couple et j’ai trouvé vraiment super intéressant.
Pour le moment sa limite est son autosuffisance, mais si on a le trens-québec et des autobus électriques qui nous améne encore plus près des stationnements pour la maison j’utiliserais une privé et pour les voyages à l’extérieur j’en louerais une au terminus d’autobus.

Le fédéral va investir vingt et quelques milliards pour acheter des F-35 américains.

Imaginez cet argent servant à amorcer le développement d’un réseau de TGV au Canada. Les retombées au Canada seraient mauditement plus intéressantes que les retombées des F-35.

Il me semble que l’on a pas besoin d’avoir un doctorat en économie pour comprendre une chose si évidente.

Maintenant, essayez de comprendre pourquoi Harper a fait le choix des F-35!

Le gaz naturel comble 10% de nos besoins en énergie au Québec.
L’empressement de John, aidé de Lucien,est bien sur de le vendre au USA,à défaut de l’électricité, sans égard à la détérioration de notre territoire.

En passant la fracturation du schiste sera toujours un coup de dé, on ne connait pas exactement la structure du sol à 2000 mètres de profondeur, il n’y aura jamais de méthode sécuritaire à moins d’utiliser des explosifs comestibles et bon pour la santé.!!!!!!!!!!

Il faut se réapproprié hydro en mettant sur le marché des actions résidents-artisans québec donc exclusives aux résidents du québec uniquement(qui paient des impôts particulier). En faire une entreprise performante en réduisant les investissements a gauche-droite et concentrant ses efforts dans le seul domaine électrique. Séparer gaz métro et en faire une entreprise aussi plus largement propriété des québécois.
Les marchés du québec et de l’ontario se complète assez bien en terme de produits, on auraient avec de bonnes population arrivé a développer considérablement la richesse de chacun en se vendant mutuellement nos surplus. Au lieu de se compétitionner… coopérer davantage.

Encore une preuve que les économistes sont les liseuses de bonne aventure du 21e siècle.

L’offre et la demande. Avant la crise financière le baril de pétrole (énergie fossile) avait atteint un sommet jusque là inégalé (environ 150$/baril).

Là on nous prédit que le coût du gaz naturel va demeurer à ces prix planchers pendant une décennie. Foutaise!

Je fais confiance à l’industrie gazière et pétrolière pour qu’ils finissent par nous escroquer en déclarant des profits faramineux et que les spéculateurs sautent sur n’importe quel occasion pour faire augmenter le coût des énergies fossiles à des points où cette prévision ne tienne plus la route.

L’industrie du gaz et du pétrole sont passer maître pour nous faire passer des vessies pour des lanternes!!!

Tout ce qui est transport en commun devrait être électrifié.

Les automobiles seront électriques. Ça va prendre du jus en quantité et des bornes pour l’alimentation. Qui travaille là-dessus au Québec présentement? L’économie de l’avenir est exactement là. Les emplois durables en quantié et qualité sont là, c’est la nouvelle économie, celle d’aujourd’hui et de l’avenir. Nous devons former des travailleus/euses dans ces secteurs d’activité, investir en masse dans la recherche et le développement de ces technologies.

Des économies immenses en énergie peuvent être réalisées, seulement par une utilisation plus rationelle de l’Hydro-électricité. Chacun/une pourrait y contribuer. Peut-être qu’on ne veut pas apprendre aux gens à moins consommer?

L’électricité est au Québec, ce qu’est le pétrole aux pays arabes. Sans oublier surtout que notre énergie est renouvelable et tellement moins polluante!

Développer de l’énergie verte au Québec devrait être la chose la plus naturelle, puisque nous regorgeons de ressources renouvelables vraiment vertes. L’eau, dont nous sommes loin d’avoir réalisé tout le potentiel énergétique. « Allez voir du côté de l’énergie libre ». Hho…

Le vent ici est permanent, oui il vente continuellement selon l’endroit où nous nous trouvons et le Québec est un très vaste territoire. Des zones côtières, c’est pas ça qui manque au Québec. La géothermie, exploiter cette ressource nous permettrait de réaliser de très grosses économies, oui un plus gros investissement dans l’immédiat mais à moyen-long terme une géniale alternative, non-polluante. Et que dire de l’énergie solaire?! le potentiel est infini. Les hydroliennes, les marées-motrices, les îlots solaires développés en Suisse.

Nous povons utiliser notre eau, nous, les Arabes de l’eau, pour fabriquer de l’énergie « Hho », mettre au point une génératrice d’hydrogène est presque à la portée de tout le monde. Tous les véhicules pourraient carburer à même cette ressource très accessible, chauffer une maison En plus de la biomasse, etc.

Bref, les solutions existent et elles sont là, multiples, adaptables. Je ne suis pas un expert, mais je sais que tout cela est possible. Qu’attendons-nous?

Mais voilà, les multinationales du complexe narco-pétro-militaro-industriel mènent la danse des trilliards, dans desmarais d’énergies fossiles. Le vieux régime archaïque qui ne veut pas s’éteindre, brûlant tout sur son passage!

Nous perdons temps et « énergies » à débattre de solutions totalement absurdes, hasardeuses, non-rentables, dommageables. Pendant que les alternatives vraiment durables et « éco-logiques » s’offrent à nous. Pourquoi cela?

Nous devons cesser de tolérer cette intolérable hégémonie planétaire. Ce n’est plus le temps de relativiser, c’est le temps d’exiger, sinon, la terre deviendra un endroit de plus en plus hostile, où « le petit nombre » restant, en sera réduit à la survie, sur une planète devenue infernale.

Les États-Unis ont besoin de grands travaux pour relancer l’emploi. Obama a des projets de TGV dans ses tiroirs. Le rêve, pour nous Québécois qui avons l’électricité, et surtout pour nous Montréalais qui représentons une masse critique de population, avec une économie tertiarisée, ce serait un TGV Montréal-New York en priorité, et idéalement aussi Montréal-Toronto. Le momentum est là. Mais cela ne se fera pas. En partie parce que le Congrès a déjà ligoté Obama, mais surtout parce que la chose est de compétence fédérale. Verrait-on un gouvernement fédéral (à plus forte raison celui en place) avantager le Québec ? Car Montréal redeviendrait une plaque tournante et pourrait enfin envisager un essor considérable, au lieu du déclin actuel.

« comment voulez vous que ça coute 3 milliards »
Peut-etre parce qu’il s’agit d’une simple structure modulaire metalique, il n’y a pas de Mafia du Beton qui nous saigne a blanc, et la simplicite rendra plus difficile pour la pegre du cartel de genies conseilles de nous four-voyer? Et c’est aussi pourquoi un gouvernement anti-democratique vendu et corrompu risque de ne pas amorcer ce projet (en plus des lobbys contre).

Comment utiliser notre électricité. voilà….
Pour ceux qui ne savent pas, notre Hydro-Québec a réussi à inventer un moteur électrique qui se situe dans les roues d’une automobile donc aussi d’un train et autres véhicules. À ce moteur roue il y a aussi une génératrice qui produit de l’électricité. Au moment où se tient le salon de l’auto de Montréal Monsieur Vandal est entrain de nous voller en vendant à une entreprise étrangère notre héritage. Donc, une possibilité d’enrichir l’ensemble des Québécois et Québécoises de tout âge, Plus de pollution, plus d’essence à bruler, et Surtout redisons le encore plus de richesse pour chaque citoyen québécois.

Mais, il semble que nous soyons en train de nous faire voler bien raide.

Il y a déjà un an et demi que notre moteur roue électrique est utilisé en France, sur les autos de ses postiers. Personne dans le public ne le savait, tout se fait en cachette.

Télé-Journal: Radio-Canada semaine du 7 oct. 2007

Le 18 novembre dernier dans le journal de Montréal nous apprenons que le président de notre société a déclaré :

‘’Que la voiture électrique rechargeable s’en vient et vite’’.

Monsieur Thierry Vandal a informé au cour du 4 ième somment Québec New York de l’avancé de la thecnologie. Pourquoi informer les magnats de la finance de New York avant de nous informer? Veut t’il ou cherche t’il à vendre notre bien le plus précieux, notre richesse collective?

Nous devons faire en sorte que notre société Hydro-Québec crée la coopérative du moteur roue Québec pour que chacun, des membres de notre nation, profite des retombées économiques de cette percée scientifique extraordinaire.

N’oublions pas que nos grands-pères ont payé l’instruction des ingénieurs par le biais des communautés religieuses. C’est avec les »’trente sous »’ QU’ILS DONAIENT À LA MESSE que l’église à financé la création et le fonctionnement des universités du Québec. C’est la famille et la communauté qui ont influencé ces jeunes à devenir ingénieurs. Des professeurs ont consacré toute leur vie à instruire ces jeunes et encore aujourd’hui grâce à nos taxes et impôts que les CGEP et Universités fonctionnent.

On nous a caché le fait que notre moteur roue était à l’essai et quand, on nous annoncera que notre moteur roue a été vendu, à une multinationale. là, nous n’aurons plus un mot à dire, mais plus encore aucun profil.

Oui, il faut créer la

»COOP DU MOTEUR ROUE ÉLECTRIQUE QUÉBEC »’

@ lagentefeminine :
» mettant sur le marché des actions »
NON! Hydro devrait appartenir A PART EGALE A TOUS LES QUEBECOIS! Point. Pas a une fraction qui pourra s’accaparer des actions, puis augmenter les tarifs et piger dans nos poches. Le Royaume Unis a privatise leur energie et les tarif ont explosé, ils sont maintenant pris avec une (fausse) concurence comme celle de nos petrolieres qui nous saignent, ils ont le choix du Logo de la compangie qui va leur vider les poches.
Ont devrait plutot avoir 1 vote par Quebecois pour elire le president au 4 ans, au lieu de voir des nominations a la sauce amis du pouvoir/Power Corporation et se retrouver devant des aberations comme un lobyiste du Gas a la tete de notre compangie d’electricité qui pousse des centrale thermique qu’on a pas de besoin.

Mme Gevrey, l’heure est au développement du Québec. On est des millions originaires des régions a supporter des trajets interminables des banlieus jusqu’à Montréal matin et soir, des ponts, des nids de poules, des déneigements qui coutent des millions a chaque petites chutes de neige. On doit développer le québec et inciter les immigrants a s’établir et s’intégrer pour contribuer au développement de tout le Québec. Montréal doit se relier au québec avant de se relier aux états. Notre avenir est ici, si vous croyez que le votre est là-bas. Allez-y vivez là-bas et restez-y vous serez malheureusement moins riche que si vous serviez le marché Québécois et Canadiens, c,est votre choix. Notre argent, nos efforts on va les investir a développer le Québec et non permettre a une poigné de Montréalais d’aller faire des affaires a New-York.

Bonjour,

je suis curieuse : pourquoi vous et monsieur Bernard ne tenez-vous pas compte de l’arrivée probable d’un marché du carbone ? À ce moment-là, le gaz naturel pourrait s’avérer moins avantageux que l’électricité, non ? Vous ne croyez pas à l’imminence de l’implantation d’un tel mécanismes ?

15 François 1 :
février 4, 2011 à 6:05

Je crois plutôt qu’il faille privatiser Hydro-Québec au plus sacrant avant que cette société étatique ne vale plus rien!
– – – – – – – – – – – – – – – – – –

Si elle est pour ne rien plus valoir, qui est assez stupide pour vouloir l’acheter ?

Ça serait-y que les libertariens sont incapables de planification financière qui dépasse trois mois ?

Une autre vessie…

Une bonne raison pour développer une industrie du gaz de schiste, non?

Il y a du schiste en abondance, partout sur la planète, et les méthodes d’extraction par fracturation hydraulique horizontale rendent ce développement profitable, de même que l’augmentation du prix du pétrole, et la sécurité de l’approvisionnement rend l’exploitation du schiste désirable.

Le Québec ne voudra pas se retrouver seul sur ce continent avec une seule, ou une principale, source d’énergie qui couterait beaucoup plus chère que celle de ses concurrents. Cela rendrait toutes les fabrications québécoises dispendieuses à exporter.

@lagentfeminine (#22)
Si vous désirez investir, le projet de TrensQuébec a besoin d’une infusion de capital; Hydro-Québec n’en a pas vraiment besoin compte tenu de son ratio de capitalisation très élevé pour ce type d’entreprise (37% capital, 63% dette). Et compte tenu de sa nature publique à 100%, un influx de capital privé ne la rendrait pas plus québécoise.

Par ailleurs, HQ n’a plus d’intérêt financier dans Gaz Métro depuis quelques années. Le distributeur de gaz est à ce jour contrôlé par Trencap (Caisse de dépôt et placement) et Enbridge. Voir la structure du capital de GM.

@Daniel Charette (#24)
Les piles à combustible n’ont pas grand intérêt pour les applications fixes au Québec puisque pour produire de l’hydrogène on doit convertir de l’électricité primaire et mettre en place un réseau de production et de distribution; à ce compte là, aussi bien utiliser l’électricité comme tel. Tout au plus, mon petit doigt me dit que l’hydrogène sera limitée à des applications mobiles bien particulières.

@ François 1

Votre aveuglement légendaire et/ou votre agenda caché vous empêchent de comprendre que Hydro-Québec c’est une grosse machine à imprimer des $$$

Et cela, malgré que la Société soit mal administrée (selon la Droite)et avec les tarifs les plus bas de l’Amérique. $ 3 milliards de profit net en 2009.

Pas pour rien que plusieurs ont un immense intérêt à vouloir la privatiser… faut seulement ne pas la payer trop cher n’est-ce pas François?

@DJS je n’ai pas de problème avec ça, sauf qu’on doit je pense donner le choix d,avoir ou refuser les parts en tant que citoyens, car avoir des parts veut dire aussi des obligations. J’en prendrai certainement mais pour être légal je crois qu’il faut offrir le choix. Comme devrait l’être l,adhésion aux syndicats, etc. Parcontre si on choisi d,avoir des parts ont peut participer aux profits, à l’assemblée générale ou on vote les budgets et dépenses. On ne veut pas que ça tourne en communisme on veut laisser le libre choix. Mais il y aura nécessairement des tarifs membres et non-membres. Ce qui n’empêche pas le gouvernement a même les impots d,avoir des parts maximum 15% et peut-être des entreprises d’ici pourraient peut-être chosir un statut de membre ou non-membre pour avoir accès a des tarifs spéciaux aussi.
Que pensez-vous de l’idée d’offrir l’utilisation des infrastructures aux entreprises moyennant un cout évidement pour transporter des biens ou offrir des services comme un casino (ça on va laissez ça au gouvernement) mais des cabines spectacles, spas, bars, tabagies, netcafés, salle de réunion, salle de jeu vidéo, galerie d’art, clinique dentaire, clinique externe, nettoyeur de vêtements, salon de coiffure etc,etc Il pourrait y avoir pleins de services offerts par des coop, des entreprises privés et même le gouvernement en tout cas les touristes en auraient pleins la vue et ça serait facile a rentabiliser.
Une des clés du succès c,est l,accès donc en ayant des stationnements payants aux gares, des transports express gratuits qui nous aménent jusqu’à des gares d,autobus, de train et des stationnements dans des secteurs moins achalendés que les gares et les voies d,accès d,autoroutes en facilitant l,accès on est assuré du succès. Des voitures électriques sous un mode commun-auto diminuerais considérablement le nombre de véhicule a acheter et le nombre sur la route. Car chaque fois qu’on se tappe un aller et un retour pour reconduire les membres de la famille a leurs activités on couperait pratiquement de moitié le nombre de voiture sur la route.

@Loraine King… si tout le monde le fait, faites le dont même si on sait que ça n,est pas bon pour l’environnement autant dans l’exploitation que dans l’utilisation. Et après quoi? Après nous le déluge? Vous n’avez pas d,enfants, n’avez rien a faire des conditions dans laquel nous laisserons notre trerrioire pour les générations qui vont suivrent. Un cancer du poumon avec ça? Vous en avez pas assez de respirer de la cochomerie qu’on soit en auto, ou en transport en commun quand on passe 2 heures coincé dans le traffic a respirer de la merde on s,empoissonne. Sans compter notre temps, il passent vite, on en manque on aimerait tu ça faire autre chose de notre vie que de se faire insulter par des gens exapéré dans la circulation qui en on tellement plein le casque qui sont rendu sur les pillules pour les nerfs, celles pour dormir et bien celle pour manger, parce qu’on a plus le temps de le faire dans nos horaire de fous. Si la vie vous intéresse. La vie vous appelez ça une vie.

On est pas des suiveux on peut bien décider comme exploiter efficacement notre territoire. Compte tenu de notre climat, de son étandu, des richesses et de la diversité du territoire On vit comme si on avait un manoir et au lieu de l’habiter on restait dans le sous-sol. En bout de ligne ça ne coutera pas plus cher et c,est nous qui va profiter de nos ressources plutot de les laisser a rabais pour les voisins.

Nous n’aurons jamais trop d’énergie renouvelable, c’est pratiquement le seul avantage comparatif de la province dont la démographie est en déclin et le niveau de compétence non concurrentiel avec celui de l’Ontario ou de la Nouvelle Angleterre. L’électrification des chemins de fer est une bonne idée; on devrait aussi favoriser le substitution des centrales au charbon de l’Ontario, grâce a une politique énergétique canadienne qui encadre TOUTES les ressources énergétiques du pays.Les provinces sont trop faibles et incompétentes pour avoir une vue d’ensemble. Où donc est passé Marc Lalonde?

Il faut développer une industrie énergétique diversifée. Les brevets sont dans le grand public. Il existe des tas de technologies, du moteur roue, des tgv qui utilisent l’énergie anti-gravité pour la vitesse, ils lèvent à peine mais cela permet la vitesse ! L’énergie libre de tesla peut faire fonctionner votre maison, une communauté ou un simple lampe. Il ne s’agit que de manufacturer. Les moteurs à aimants sophistiqués ont été produits au Japon et vendus aux Indes. Et le reste ! Il faut éviter les monopoles. Et c’est une équipe qu’il faut élire, une équipe qui rend des comptes mensuellement ! Nous avons les ingénieurs, la tehnologie, le financement. Il faut simplement se réapproprier nos biens ! En cessant de croire toute les balivernes !

Un T.G.V. Montréal-New-York, ça c’est un projet d’envergure pour le Québec! Un marché extraordinaire de quelques dizaines de millions de personnes, de bonnes bouchées dans la grosse pomme…

Je rêve à un T.G.V. qui reliera Montréal-Québec, Bas-du-Fleuve, Québec-Montréal. Nous pourrions aller régulièrement à Québec, ville classée au patrimoine mondial, rencontrer les gens de Québec et des environs, manifester sur la colline parlementaire, voir jouer les Nordiques, ce qui serait génial!…(c’est mon équipe)

Québec-Montréal ne serait plus seulement une série télévisée, mais une réalité! Je pense que ce serait un formidable stimulant pour notre développement, tout un enrichissement car Montréal et Québec pourraient se stimuler mutuellement, pour le plus grand bénéfice de notre collectivité.

Quand est-ce qu’on commence?

Montréal-New-York ce serait une véritable révolution pour le Québec. Oui, une révolution qui nous coûterait cher, mais nous assisterions à une véritable explosion de notre industrie touristique entre autres. À long terme, cela transformerait notre société et je crois que ce pourrait être pour le mieux.

Je sais que je rêve, mais je suis persuadé que notre dévelopement doit aller dans ces directions.

Nous aurions aussi à travailler très fort pour relier les autres régions entre elles, de façon stratégique et électrique…

Nous sommes capables!

J’ai eu, à un moment donné, le devoir de me penché sur ce projet hydroélectrique et ma conclusion à l’époque était qu’il avait trop d’incertitude quant aux profits (à cause de sources d’énergie alternatif qui aurait pu devenir plus compétitifs…) et qu’il aurait fallu attendre avant de construire ces barrages (et ça à partir des sources d’information publique). Bref, les marges me semblaient trop minces. Mais maintenant que les dés sont lancés, il faut corriger le tir.

Effectivement, la solution de l’électrification des transports publique est une bonne idée. Je vois dans les commentaires qu’il y a du monde qui pense qu’un marché de charbon nuirait à la rentabilité de cette option mais je pense que c’est faut. Il y a deux sources principales des émissions carboniques : le transport et l’industrie. Et il y a deux options du marché pour réduire ces émissions : taxer les émissions directement ou établir un marché de permis. Je ne suis pas expert, mais il me semble que les taxes font plus de sens pour le transport tandis qu’un marché de permis fait plus de sens pour les industries.

Établir un marché de permis pour les transports me semble trop compliqué. Les émissions des transports doivent être estimées tandis que c’est simple de mesurer les émissions venant des usines. Donc, les consommateurs pollueurs seront motivés par l’allégement de leur fardeau fiscal tandis que les industries seront motivées par les profits.

Alors, les transports électrifiés donneraient aux consommateurs une bonne option encore plus écologique pour réduire leur dépendance sur l’automobile. Pour moi, le transport en commun à Montréal comble l’énorme majorité de mes besoins de transport pour, maintenant, 72.75$. Ce n’est pas cher en comparaison avec une auto. Imaginer si on avait, essentiellement, un métro entre Québec est Montréal. Ça serait magnifique !

@LoraineKing

La question que l’on doit se poser c’est comment l’industrie des gaz de schiste réussira à réduire ses coûts de production au cours des prochaines années.

À l’heure actuelle, le prix du gaz, sous les 5$/mpc, et le fait que la technologie soit peu maîtrisée (d’où les nombreux incidents) rend la rentabilité du forage horizontal un peu aléatoire.

Par ailleurs, les coûts de revient du gaz de schiste vont certainement monter un peu partout au cours des prochaines années. Certes, il y aura les économies d’échelle et les gains de productivité, mais en contrepartie les règles environnementales passées sous Bush fils vont être renforcées et les gouvernements seront plus gourmands.

Donc, je n’ai pas crainte de voir le Québec perdre son avantage comparatif sur le plan de l’énergie. Je n’ai pas encore entendu parler de la construction d’une fonderie d’aluminium dans la banlieue de Boston 🙂

Bonsoir,
Dans ce cas ci, nous devrions peut être nous souvenir de cette phrase lapidaire lancée par ce brillant Monsieur Pierre Elliot Trudeau à l’endroit de Monsieur Robert Bourassa qui avait pris le virage NATIONALISTE en voulant se démarquer des Grands Frères d’Ottawa en le traitant de Ti-Pit, mangeux de hot dog ! En l’apostrophant ainsi, Monsieur Pierre Elliot Trudeau, cet anti-américain notoire et fier ami de Cuba disait dans une métaphore : Tu as vendu ton âme tout comme les nationalistes québécois aux Yankees. Donc, mangeux de hot dog, va ! En se souvenant de cette proximité des nationalistes québécois envers les Yankees et ce, contre le reste des méchants Canadiens….. En faisant cette pirouette pro-américaine, Monsieur Robert Bourassa essayaient d’être aussi pro-américain que nos amis les péquistes de l’époque. Un autre résultat de ce triste spectacle des PORTEURS D’EAU….. Au plaisir, John Bull.

@Daniel Charette
Mon expérience en affaire m’a appris qu’un marché est non seulement un créno de gens qui ont besoin d’un produit qu’on peut leur livré mais qu’il doit aussi avoir la capacité de le payer pour être rentable.
Actuellement je vois beaucoup plus de canadiens capable de s’offrir nos produits a juste prix (sans qu’on ait a maintenir un dollard bas pour qu’ils puissent les acheter et qui ne vont pas nous contraidre politiquement a leur donner en bas du prix coutant).
Le marché canadien est sans contredit le meilleure endroit ou vendre nos ressources transformées. Car contrairement a ce que pense Rod, le coût de l’énergie compte dans le produit final. Les salaires des chinois vont finir par monter et l’énergie va leur couter assez cher qu’ils vont perdre dans la compétitivité.
Alors si on est assez brillant pour développer nos cerveau, fexploiter et transformer nos ressources en utilisant l’automatisation et la robotisation pour augmenter la productivité et baisser les dépenses d’exploitation en étant autonome en energie comme en main d’oeuvre (en étant accessible de partout au québec) y compris le grand-nord. Il n’y a pas de meilleure position sur l’échiquier mondial que le canada. Si on est assez responsable pour établir des partenariats et des accords dans la fédération en laissant les guerres intestines qui nous ont fait faire du sur place pendant tant d,années. Ces richesses n’ont pas poussé hier. Pourquoi on est encore au même point c’est qu’on laisse les étrangers et le gouvernement tout prendre en main. Il faut que la population s’implique. On a besoin de tout le monde. Il faut faire accrocher les décrocheurs, cesser de tuer les projets porteurs en les reportant aux calandes grecs et mettre les politiques en place pour demeurer PROPRIÉTAIRE mais aussi EXPLOITANT de nos ressources. les coopératives sont une excellente façon de conserver nos droits tout en réduisant au normes réalistes leurs administrations.
Il faut mettre l’épaule a la roue et la faire tourner. On peut arrêter de prendre les voisins comme modèle leur système a échoué. Développer des coopératives mais aussi laisser l’entreprise privé se développer que ce soit en éducation, en santé, en transport, en énergie, en communication. Faire en sorte que nos coop soient plus performante que le privé.
De tout temps le développement ça doit nécessairement passer par le réseau de transport.
Il ne faut plus laisser les étrangers acquérir nos terres, pêcher notre poisson, nous empêcher de controler les phoques qui dillapident nos ressources. On peut faire plus en diminuant notre dépendance envers les autres en assurant notre prospérité. La richesse c,est de ne rien devoir a personne et d’être autonome (eau, nourriture, énergie, santé, éducation).
Conniassez-vous les tours agricoles. On peut à l’intérieur de bâtiments produire tout nos fruits et légumes, avoir des bassins pour élevage des poissons, des crustacées. Pourquoi c’est hors de portée a cause des couts énergétique avec la récupération et le traitement des eaux de pluies l’utilisation de l,Énergie solaire, éolien, hydroélectrique dans des bâtiments durables c’est possible ici. Ça c’est peut importe les conditions climatiques. Avec le trensquébec pour faciliter le transport de la main d’oeuvre et le transport des produits c’est pas la place qui manque pour le faire.
http://www.energies-nouvelles.net/site-les-tours-agricoles-batiment-passif-autosuffisant-575.html
Sommes nous des bâtisseurs, des artisans capable de construire et développer notre société ou on va encore attendre en regardant les autres le faire a notre place.

L’idée d’électrification des transport est une idée fabulause et porteuse d’accroissement économique en plus de profiter de nos propres ressouces naturelles internes au Québec.

Je suis plus que positif de l’utilité de ces projets d’envergures. Le problème provient encore de la politique. Le moteur-roue a été développé en 1984, le Québec était en avance mondialement mais les lobbies du pétrole à l’aide des gouvernements ont totalement détruit ce projet.

À voir les Libéraux diriger le Québec, je ne crois pas qu’ils aient assez d’envergure et de vision pour développer le Québec dans ce sens. Un pot de vin qui sent le pétrôle est beaucoup plus puissant que tout ces belles idées prometteuses.

C’est trite de l’avouer mais le Québec ne peut avancer avec les leaders que l’on a pour l’instant. Passons le balais à la prochaine élection et on pourra avancer par la suite.

L’utilisation des ressources naturelles renouvelables, l’eau, le soleil, le vent est certes la voie d’avenir.Comme le montre Daniel Charette (commentaire 24) tout ça est à portée de la main, de notre main.

Pour y parvenir, il faut uncertain nombre de conditions de base, primordiales :

adopter une perspective de développement qui sorte de la vision passéiste dans laquelle on baigne ; avoir un gouvernement pour lequel l’avenir du québec prime sur l’avenir des petits copains. Et surtout, avoir un premier ministre qui a le Québec tatoué sur le coeur.

Pour le moment on est pogné avec John James Charest, qui a encore malheureusement deux longues années devant lui pour faire le maximum de dégâts… Et empêcher le vrai développement du Québec, pour le Québec, par les Québécois.

Le prix a l’exportation n’est pas rentable pour l’instant si l’on vend l’électricité des nouvelles installations hydro électrique, mais pas si l’on vend celle que l’on a déjà en production. Bien sûr ce n’est pas une bonne idée de vendre notre électricité patrimoniale, sauf si nous en consommons moins nous-mêmes. Et la chose peut être possible simplement en migrant du chauffage résidentiel électrique vers l’utilisation gaz qui a une meilleure efficacité au chauffage qu’a la production d’électricité. Évidement il faut que nos voisins attachent une importance au coté renouvelables de nos sources d’énergie et soient prêt a payer pour ses qualités. Ce travail d’appréciation est en cour.

L’autre avenue possible c’est de faire comme la Norvège, vendre le service de régulation de nos barrages a nos voisins qui eux implantent des sources intermittentes comme l’éolienne. Du coup on n’a pas à supporter les coûts élevés de ces éoliennes, pas plus que de leur présence dans le décor, mais on a un bon prix de vente de notre électricité livrable instantanément sur demande.

Bien sûr l’électrification du transport est aussi une très bonne idée. Ce qui l’est moins c’est de conditionné cette électrification a une exclusivité pour nos travailleurs et entreprises par une fermeture des marchés extérieur. Des marchés captifs c’est utile que pour faire des otages…

Pour ce qui est des recherche de Pierre Couture on peut certes saluer ses travaux mais surement pas prétendre qu’il a inventé le moteur roue dont les premiers dates de près de 100 ans…

Les États-Unis du bon président barack Obama vont produire du gaz de shale?

Pas possible…

Si c’est bon pour Barack, c’est aussi bon pour le Québec.

Nous devons absolument réduire notre consommation d’énergies fossiles.

Il n’y a pas d’urgence présentement, pour l’extraction de gaz de shale. Un moratoire s’impose afin de procéder à des études exhaustives
des impacts environnementaux. Le gaz sera encore là, dans notre sous-sol, d’ici quelques années. En attendant, il prend de la valeur…

Il y a aussi la question des redevances qui est à revoir, notre juste part!

Nous devons exiger une mise-à-jour sans plus tarder, de la loi sur les mines, dans le cadre d’une commission parlementaire. La loi actuelle remonte à l’époque du « far-west », nous sommes maintenant au vingt-et-unième sciècle. Paraîttrait même que nous vivons dans un régime démocratique…

La ligue nationale d’improvisation libérale a encore essyé de nous passer un sapin. Même aujourd’hui, ils maintiennent le cap, pas de moratoire. Puisque ça n’a pas passé de cette façon, ils s’y prennent autrement, maintenant doucereux, mielleux. Ils cherchent à se mettre au vert…

Ils attendent que le BAPE leur ponde enfin un rapport favorable, une « commission Bastarache » du gaz de shale. Après, ils vont y aller en catimini, en espérant garder le pouvoir et puis ça repartirait de plus belle.

Pendant ce temps, une quantité de projets structurants, respectueux des écosystèmes, restent en plan.

Pourquoi le Québec produit-il de l’énergie à perte?

Pourquoi des centaines de millions de l’argent des contribuables payés à une centrale au gaz appartenant à un « privé » à Bécancour, pour NE PAS produire d’énergie!?

Pourquoi des dizaines de milliards de dollars de pertes à la caisse de dépôts des travailleurs/euses du Québec?

Au moment où le grand liquideur de nos ressources déclare qu’il fera de l’économie la priorité de son gouvernement, j’ai envie de crier « Charest aux arrêts ».

En plus de votre constat, M. Lisée, on a une centrale au gaz toute neuve à Bécancour qui ne sert pas et qui nous coûte 180 million$ par année, des beaux dollars qu’on envoie charitablement à ceux qui en n’ont pas besoin en AlbertOIL, un beau cadeau »Caillé ». Même notre aluminium n’est plus compétitif.

L’énergie propre et renouvelable n’a plus la faveur. Quel renversement !!

M. Lisée, vous avez totalement raison, l’idée d’utiliser les surplus à notre avantage ici est la bonne sauf que le train-rapide-québécois correspond à une goutte d’eau, ou à quelques chaudières et, ne pourrait être en fonction avant 8-10 ans alors, c’est l’impasse.

Le Québec a été trop plongé dans les dettes par notre « blond-frisé » qui pense tout savoir et se prend pour un »english », cela à un très mauvais temps puisque les conjonctures sont défavorables à l’économie du Québec.

Je ne vois qu’un espoir, celui de catastrophes à répétition dans l’exploitation des gaz de schiste, forçant le gouvernement américain à légiférer et à induire une augmentation substantielle du coût de production, le rendant réaliste, c.-à-d., incluant des frais pour la dépollution, pour la décontamination, pour l’indemnisation juste et sans délais des propriétaires fonciers et enfin, incluant les coûts reliés au carbone relâché dans l’atmosphère. Wow !! Toute une commande, là, au temps où la Chambre des Représentants est entre les mains des « oilers-shalers » Republican. Désespoir !!

Seuls les transports peuvent servir à réduire l’impact de ces circonstances, cela supposant une importante ferveur pour l’auto électrique qui coûte plus chère à l’achat (subventionnée par l’État, effet négatif), qui n’est pas encore disponible en grand nombre et, qui est fabriquée ailleurs donc, pas d’impact significatif avant 5 à 10 ans sur la consommation d’électricité.

Reste-t-il une issue ? Oui ! La Souveraineté du Québec nous permettrait d’avoir tous les outils pour gérer à notre avantage cette conjoncture défavorable dans le cadnada des néolibéraux-charettiers et conservateur-reformists.

Citation : no 49 »Pour ce qui est des recherche de Pierre Couture on peut certes saluer ses travaux mais surement pas prétendre qu’il a inventé le moteur roue dont les premiers dates de près de 100 ans. »

C’est affirmation est erronée.

Le concept du moteur-roue de Pierre Couture est différent et unique, sans oublier ses avancés brevetées concernant la génératrice et le moteur électrique eux-mêmes, les rendant plus performants.

Ce qui est bon pour nos voisins du sud, ne l’est pas nécessairement pour l’État québécois.

Un exemple: Leurs innombrables prisons sont remplies à craquer!

On pourrait créer une entité territoriale, avec le nombre de leurs détenus/es. Toute une île, peuplée de pirates-naufragés du néolibéralisme galopant.

À ce chapitre cependant, le système américain inspire grandement les aspirants-dictateurs fossilisants qui occupent le parlement d’Ottawa, en salivant à la perspective d’une majorité.

Ca prendrait de généreux contributeurs au parti Libéral de contructeurs de pilônes… là ça bougerait…

En créant un programme incitatif pour changer de syteme de chauffage résidentiel et industriel a l’électricité et en subventionnant l’installation d’éolienne domestique pour acheter leur surplus,… en donnant un incitatif pour l’achat de voiture électrique et autobus électrique nous ferons volte face en un rien de temps. Hydro ontario donnait des housses pour chauffe-eau pour réduire la consommation.
Vous avez raison qu’on doivent réduire la consommation et mettre fin au gaspillage. En chargeant un taux de base ridiculement bas pour une consommation minimale par foyer selon le nombre de personnes au recensement et non selon la superficie et en chargeant beaucoup plus cher pour les extras. les gens qui sont serré le seront moins en rationalisant leur consommation et les dilapideurs de ressources vont payer le gros prix. Non je ne garde pas de lumières de noel allumées toute la nuits et dès le 2 janvier c,est terminé. Du gaspillage même si on peut payer la facture, ça ne devrait pas exister. Je ne comprend pas que l’hiver des gens surchauffent pour avoir le loisir de se promener en culoote courte a longeur d’année dans la maison même quand il fait moins trente dehors. Il y a un travail d’éducation et de conscientisation a faire. C’est quasiment un crime contre l’humanité considérant la crise de l’énergie qui commence a sévir a la grandeur de la planète.

Électrifier ce qui peut l’être, oui. Augmenter la consommation d’électricité ici, oui. Remplacer le pétrole dans la mesure du possible,oui.

Mais aussi, stopper les constructions de nouvelles centrales éoliennes quand c’est possible. Québec a commandé un nombre invraisemblable d’éoliennes qui vont toutes coûter les yeux de la tête en subventions et dégrèvements de toutes sortes et qui vont produire de l’électricité inutilisable.

Stoppons cette folie quand il est encore temps et protégeons NOS Appalaches, NOTRE Massif du Sud, NOTRE Montérégie.

Envoyons le même message à Mr Charest et son gouvernement : BAS LES PALES!

Cessons de financer en pure perte le complexe éolico-industriel.

Pourquoi serions-nous obligés de vendre notre électricité à perte aux américains? Pourquoi le prix doit-il changer parce qu’ils produisent du gaz? Dans l’immédiat, ne pouvons-nous pas trouver d’autres marchés comme l’Ontario ou l’ouest canadien? En attendant de l’utiliser pour le transport électrifié… Avons-nous vraiment négocié des tarifs qui puissent baisser? Ce serait extrêmement insultants pour nous, consommateurs québecois, qui payons cette ressource de plus en plus chère, et laquelle fut développée à même nos taxes et impôts.

@ lagentefeminine

Je suis parfaitement d’accord a taxer fortement tout ce qui est surplus ou gaspillage d’électricité pour les logements.

Une maison de 3 000 pieds carrés pour 2 personne est un grand gaspillage.

L’électricité d’Hydro appartient aux Québécois, au peuple c’est lui qui a tout financé et payé.

IL À LE DROIT DE LA GÉRER À SA FAÇON, sa lui appartient.

2 déductions

Il faut cesser l’exploration des gaz de schiste au Québec puisque le prix qu’on peut en tirer ne vaut pas les désavantages pour les habitants des régions concernées.

Il faut réduire notre consommation de pétrole, notamment dans les transports. Il faut stopper l’étalement urbain.

le trens québec est une excellente solution pour le transport en commun. Sans compter que la diminution de pollution aura probablement un impact sur le cancer du poumon.
http://dsol-smed.phac-aspc.gc.ca/dsol-smed/cancer/m_prov-fra.phtml?minx=-2593089&miny=-697455&maxx=3420404&maxy=3840000&CAUSE=733&AGEGROUP=0&YEAR=am&SEX=3&DATATYPE=r&reClassifyMap=Carte+mise+%E0+jour&ecumenes=on
Pour ce qui est de la voiture électrique, le chinois s’en viennent alors il va falloir se grouiller si on veut être dans la course.
http://reflexiondurable.blogspot.com/2009/04/voiture-electrique-la-chine-se-prepare.html
C’est pour quand un projet pilote?
Une suggestion 50km
Boisbriand (640-15)-MétroMontmorency-MétroCôteVertu-AeroportDorval-Quartier10-30… a partir de ça on pourra continuer vers l’est et le nord mais ça sera bien utile pour régler une panoplie de problèmes.

« Il y a aussi la question des redevances qui est à revoir, notre juste part! »

Juste notre part?????????

DES REDEVANCES DE COLONISÉS.

Pourquoi ne pas simplement nous contenter de TOUT et ABSOLUMENT TOUT POUR NOUS? APRÈS TOUT C’EST À NOUS.

Présentement TOUT ce que nous aurons si rien ne change, c’est RIEN et moins que RIEN.

APRÈS TOUT C’EST À NOUS.

Je ne vois pas pourquoi nous donnerions le moindre sous aux voisins pour ce que nous sommes capables de récolter nous même chez-nous.

Pour l’instant pour les gaz de schale c’est de les laisser dans le trou pour notre meilleur profit.

Admin : modérez vos majuscules, svp.

Pourquoi le privé ?

Je n’ai rien contre les entreprises privées. Celles qui partent de l’idée d’un homme, qui investissent, prennent des risques et réalisent un projet qui fera vivre des travailleurs et rapportera des impôts au gouvernement.

Mais ici, il s’agit d’exploiter (retenez bien ce mot) une richesse qui appartient à tous les Québécois. Le risque est minime. Parlons plutôt du risque de faire fortune qui lui est très grand. Pourquoi notre gouvernement bazarde-t-il notre bien à des entrepreneurs privés ?

Je pense que Hydro-Québec est la mieux placée pour s’occuper de projet.

1- Hydro-Québec a une bonne réputation et voir ses camions sur ou près de son terrain n’a jamais insécurisé personne.

2- Tous les profits d’Hydro restent au Québec, ne profitant qu’aux Québécois.

3- Même si Hydro payent trop ses employés et même si sa gestion est déficiente et en-dessous de ce que pourrait produire l’entreprise privée, il reste que Hydro fait vivre des Québécois et retourne tous ses profits à notre trésor commun.

Les compagnies privées comme Talisman, une fois qu’ils auront installé la tuyauterie, que va-t-il arriver ? Une fois que tout sera en place et que le gaz (et les profits) couleront d’eux-mêmes, que va-t-il se passer ?

Ils retourneront chez eux (Alberta, USA) et se contenteront de récolter les profits. N’est-ce pas la quintessence de l’exploitation ? Le Québec est-il une république de bananes ?

Hydro paye ses employés trop chers ? Peut-être. Si vraiment ça vous pose un problème alors votez pour l’attribution de permis à Talisman et Co. Avec eux vous êtes certains que les Québécois employés par eux seront rémunérés au minimum car il y a quelque part des actionnaires qui attendent et exigent de gros profits. Dans le cas qui nous occupe, ces actionnaires ne sont pas nécessairement hors Québec. Il y en a probablement qui sont près (même très près) du gouvernement du Québec.

Le monde des affaires veut notre bien…

et je vous prédis qu’avec tout les harpergeois et les normangeois (les pètes de vaches plus polluants que le gaz de schiste) un jour ils vont y arriver par subterfuge et mensonges.

On a qu’a voir aller les groupes de pressions qui se cachent derrière des patronymes qui font penser que ce sont de grands penseurs

L’INSTITUT fraser
l’INSTITUT économique de Montréal.

Ils sont tapies et attendent de sortir les crocs pour démembrés des institutions comme hydro-Québec.

Il faut se rappeler pourquoi Hydro-Québec a été créé.

Parce que le Québec se fessait voler par toutes ces compagnies du genre: Montréal Power and heat corporation.

Et on essaie de nous ramener au point de départ, pour engraisser des conseils d’administrations, actionnaires et patrons

Ils nous prennent vraiment pour des cons

J-Frs écrit: »les calculs du gouvernement Charest, et d’Hydro, sont déjoués par cette évolution [pcq gaz de schiste] qui n’était, soyons clairs, pas prévisible au moment du déclenchement des grands travaux hydroélectriques il y a plus de cinq ans. »

Je ne suis pas certain de cela… »Les réserves de gaz naturelles ont augmenté de 35 % entre 2006 et 2008 en raison principalement du développement des shale gas (Mouawad, Jad : Estimate places natural gas reserves 35% higher [archive], The New York Times (17 June 2009).

Le problème c’est que la planif. stratégique lorsqu’elle existe dans l’Administration publique du QC (incluant HQ) ne fait pas le poids face aux plans de développement poussés par tous ceux qui sont ‘pesants’ comme on disait ds le ‘Temps d’une Paix’…

J’aimerais bien comprendre comment le Québec aurait pu être CONTRAINT de vendre à perte son électricité. Quel sorte de contrat aurait permis ça?