Le choix de Ségolène: le trompeur ou la voleuse?

Quel actrice jouera Ségolène Royal dans le film — la tragédie — qui racontera son parcours politique ? Car film il y aura, et une des scènes-clé va se jouer dans les jours qui viennent.

Ségolène, derrière l'armure, dimanche soir

Car celle qui se voyait Présidente de la République, officiant sur un « ordre juste » avec « bravitude » — selon ses termes –, doit maintenant s’abaisser à un choix déchirant.

Elle a le choix entre celui qui l’a trompé ou celle qui l’a volé. Entre son ex et son usurpatrice.

Hollande

François Hollande est en tête, dans la primaire, comme dans les sondages. Il était également en tête dans le couple Royal-Hollande, une union

Aider la victoire de l'un, de l'autre, d'aucun ?

entamée en 1978 et produisant quatre enfants, jusqu’à ce qu’Hollande ait une vie amoureuse ailleurs, à compter de 2005.

Ségolène Royale candidate présidentielle socialiste en 2007 devait composer avec François Hollande secrétaire-général de son parti. Sont-ils ensemble, sont-ils séparés ? C’est la question posée pendant la campagne et à laquelle  Ségolène Royal répondra dès la campagne terminée: «J’ai demandé à François Hollande de quitter le domicile, de vivre son histoire sentimentale de son côté, désormais étalée dans les livres et les journaux…»

Elle en veut aussi à Hollande-Secrétaire-Général d’avoir évoqué sans consultation en début de campagne présidentielle la possibilité d’une hausse d’impôt, immédiatement récusée par la candidate, qui accusera son ex-conjoint d’avoir « plombé » son début de campagne.

Aubry

Battue par Sarkozy au second tour de l’élection de 2007 et récoltant 47% des suffrages, Ségolène Royal espère être à nouveau candidate et décide d’assurer ses arrières en se présentant au poste de secrétaire-général du PS, que son ex-Hollande libère à l’automne 2008.

Martine Aubry est sa principale rivale. Dans un livre extrêmement convainquant, « Hold-up, arnaques et trahisons« , publié l’année suivante, les journalistes Antonin André et Karim Rissouli racontent en détail comment les forces pro-Aubry ont systématiquement bourré les urnes pour ravir à Ségolène Royal une victoire qui, mathématiquement, lui revenait.

Aubry tenait l’importante fédération socialiste du Nord de la France (elle est mairesse de la ville de Lille) et ses hommes savaient quoi faire du vote des militants locaux. Les journalistes racontent:

Leur consigne est claire: ne pas lâcher les résultats du Nord tant que ceux de toute la France ne sont pas remontés. A mesure que les chiffres tombent, ils sont rentrés dans un logiciel qui calcule automatiquement l’écart entre Royal et Aubry et fait varier les résultats « virtuels » du Nord afin qu’ils assurent la victoire à Martine Aubry.

Claude Bartolone [élu socialiste proche d’Aubry], plusieurs semaines après, reconnaîtra d’ailleurs avoir bloqué les résultats du Nord « dans le but de s’assurer que, même si la Guadeloupe et la Martinique votaient à 100% pour Royal, l’avance de Martine ne permettait pas qu’on la rattrape ». En clair: les résultats du Nord sont gelés pour pouvoir être « ajustés » jusqu’au dernier moment afin d’assurer une avance suffisante à Martine Aubry.

À qui les 7% ?

Ségolène Royal ne tient que 7% des voix du premier tour des primaires cette année. Mais ce sont 7% qui comptent.

Va-t-elle appelés ses partisans — qui sont assez loyaux — à appuyer celui qui l’a trompé ou celle qui l’a volé ?

Il y a toujours l’option de ne rien dire. De laisser ses supporters se décider eux-mêmes. Il y a cependant l’ambition. Choisir le vainqueur (probablement Hollande) c’est aussi assurer son avenir de ministre dans un futur gouvernement. Y tient-elle à ce point ?

C’est certain. Le film sera palpitant.

Laisser un commentaire

Bonjour,
Madame Martine Aubry possède de loin beaucoup plus de crédibilité à gauche que Madame Ségolène Royal qui incarnait la gauche caviar tout comme Monsieur François Hollande incarne aujourd’hui cette gauche factice.
Madame Martine Aubry, cette digne fille de Monsieur Jacques Delors possède un fort ascendant sur la gauche traditionnelle qui saura bien se manifester lors du deuxième tour, la table étant mise pour de vrai. Peut importe celui ou celle que Madame Ségolène Royal donnera son appui, celle ci s’est mise les deux pieds dans la bouche aux yeux des socialistes français lorsque celle ci forniqua face à cette sensibilité socialiste avec la droite poutine qu’incarnait le Parti Québécois sous le règne de Monsieur André Boisclair et qui lui valu la sensibilité de Madame Ségolène Royal. Quelle hérésie de voir une leader en principe socialiste qui opinait du bonnet avec la droite poutine qu’incarne depuis le début des années 1980 le Parti Québécois.
En terminant, il est bien évident que les différents groupes ethniques qui composent maintenant la France seront derrière Madame Martine Aubry, ne serait ce pour la bonne raison que celle ci est l’épouse de cet excellent avocat de gauche et défenseur des droits humains dans l’Hexagone qu’est Monsieur Jean louis Brochen, ce célèbre avocat qui défend farouchement les droits des maghrébins en France contre l’intégrisme de certains…….. Bien à vous, John Bull.

Qu’elle choisisse M. Hollande pour une meilleure chance de devenir ministre. Les histoires de coeur ne doivent pas trop nuire aux ambitions politiques.

Exit Ségolène, la gauche, en fait le centre-gauche a une chance de l’emporter aux présidentielles. Mais, il y a encore le deuxième tour de la primaire. Il faut tenir compte des réalités et spécificités françaises. Là-bas, la gauche, c’est ce qui commence au milieu du centre, vers la gauche extrême. En face, la droite, c’est ce qui commence au milieu du centre, vers la droite extrême. Trois, deux, un % et même une seule voix sont suffisants pour que des électrices et des électeurs d’un bord puissent faire basculer une élection en votant contre leur camp. Sauf stratégie à la Jean-Marie Le Pen donnant des directives à ses troupes pour emmerder Chirac, les bulletins à conquérir sont plutôt situés vers le centre. Quand on veut le pouvoir, ce sont ces votes-là qu’il faut séduire. Ce ne sont pas les extrêmes qui feront la décision. Si la gauche, veut le pouvoir (avec un programme un peu mou sans doute, mais de gauche- Cf François Mitterrand, Rocard ou Lionel Jospin) elle doit amadouer cette frange de l’électorat du centre-droit et de la gauche de la droite. Techniquement, au vu du programme des canditat(e)s, et même si on ne l’aime pas, Hollande est le mieux placé pour aller chercher ces votes. Comme l’extrême gauche et les mélanchonistes (Jean-Luc Mélanchon, à gauche toute du PS) ont certainement aidé Montebourg et peut-être même Aubry au premier tour, on peut s’attendre à ce que le nombre de votant(e)s soit important dimanche prochain, mais cette fois-ci, gonflé par les gens de droite, réfractaires à tout ce qui est la gauche. Ils iront voter Martine Aubry et tenter ainsi de la faire passer en tête. S’ils arrivaient à leur fin, les chances de la gauche pour les présidentielles seraient ramenées près du zéro. Et alors bienvenue M. Juppé qui lui mettra le paquet pour séduire le centre gauche et la droite de la gauche.

L’objectif consiste de battre Sarkozy.

M.Hollande semble le meilleur candidat.

Pour le reste, le navire de la mondialisation échappe volontairement aux politiciens.

Par défaut, dans ce monde de l’égoïsme et de la finance parasite, vaut mieux un président français sobre qu’un président habité par son ressentiment personnel hanté.

La logique du moins pire: Hollande.

Ai résumé l’esprit français dominant.

S.Royal a atteint le sommet de ses aptitudes.

Elle ne pouvait espérer mieux.

Sa tentative de marier gauche et droite a été un essai.

Mitterand, Hollande, DSK, Clinton. Comment ca se fait qu’ici on n’a jamais d’histoires de sexe à se mettre sous la dent?
Enfin, y’ a la vp avec un député de l’Opposition, mais bon, comme ils étaient tous les deux célibataires, on n’a pas eu de scandale. Mais à part ça, rien?

Au choix qu’elle fera on prendra la mesure de l’ambition de Ségolène Royal. Et je crois qu’elle en a à revendre. Mais elle ne sera pas seule à décider. Il y a ses supporters et, bien sûr, François Hollande.

Pourtant ça avait bien commencé mais j’aurais dû me douter qu’avec notre ineffable John Bull ça finirait par quelques piques envers le PQ. À chacun ses obsessions!

Je pense que monsieur Bulle à sa bonne habitude a mal lu la présentation étayée de notre hôte…

Madame Martine Aubry est une voleuse. Et on prétend qu’elle a de la crédibilité…?

Bonjour,
Madame Martine Aubry incarne cette gauche Française pragmatique qui ne verse surtout pas dans le populisme qui plait à la gauche hexagonale. Afin de rallier cette gauche, Madame Martine Aubry n’ira pas s’abaisser à flirter avec la droite nationaliste du centre droit comme fit Madame Ségolène Royal, cette femme grimpé sur des Gucci de la gauche caviar que tous vrais socialistes excrètent. Et Madame Martine Aubry flirtera encore moins avec l’extrême droite nationaliste du Front National sous la férule de Madame Marine Le Pen, quoique celle ci est beaucoup plus modéré que son breton de père. Les Français sont tous des bêtes politiques qui dans leur apprentissage savent pertinemment la différence entre la gauche et la droite.
En conclusion, qui ne se souvient pas de cette cinglante réplique de Feu François Mitterand qui apostropha Madame Louise Beaudoin, laissant celle ci BOUCHE BÉE : Madame Beaudoin, le nationalisme et le socialisme sont aux deux ANTIPODES SUR l’ÉCHIQUIER POLITIQUE ! Et cela est vrai partout sur la Planète Terre…… Au plaisir, John Bull.

Ségolène Royal vient tout juste de donner son appui au trompeur! Au moins, elle de la classe! Elle démontre surtout que la stratégie politique est la meilleure raison, parce que l’essentiel est le meilleur candidat des socialistes pour affronter Nicolas Sarkozy comme l’exprimait le commentaire de Pierre Bouchard.

Les plus populaires