Le collègue québécois de Persichilli

Une intéressante nomination devrait avoir lieu incessamment au bureau du premier ministre Stephen Harper, nous apprend la Presse ce matin. L’ancien député progressiste-conservateur et ex-patron du Bureau du Québec à Ottawa, André Bachand deviendrait le conseiller de M. Harper pour le Québec, prenant ainsi la relève de Dimitri Soudas. Connu pour ses penchants nationalistes, M. Bachand avait refusé de joindre le nouveau Parti conservateur à ses débuts. Il y est revenu plus tard et a eu droit à un nomination diplomatique en 2009, M. Harper le nommant représentant du Canada à l’UNESCO. (Il serait intéressant de savoir ce qu’il pense des opinions de son futur collègue Angelo Persichilli sur le Québec.) En divisant la tâche de M. Soudas entre MM. Bachand et Persichili, M. Harper tend à confirmer que le second concentrera toute son attention sur les communautés ethniques de Toronto et aura peu à dire sur le Québec. C’est à espérer, à tout le moins. À suivre.

 

Laisser un commentaire

La meilleure preuve qu’un unilingue au Canada ne vaut que pour une demie personne, c’est que ça va prendre deux individus pour en remplacer un seul!

C’est censé valoir dans les deux directions!

Mais alors, pourquoi excuse-t-on toujours les canadiens anglais de refuser d’apprendre autre chose que leur langue maternelle et pourquoi reproche-t-on toujours aux québécois de ne pas assez maîtriser la langue de Shakespeare?

Que tous les francophones de ce pays s’oublient et s’assimilent à la majorité anglophone et il n’y aura plus trop de francophones à Ottawa!

Quand on en entend parler certains, les francophones sont comme une maladie honteuse dans ce pays.

Pis tant qu’à y être prenons donc de l’avance, assimilons nous tous au mandarin, car la prochaine super puissance mondiale sera l’Empire du milieu… et ça s’en vient plus rapidement que l’on peut le croire…

Cette nomination ne résuit en rien l’affront fait au Québec par Harper chef de nos républicains du nord. La nomination de Bachand n’effacera pas ce que Persichilli a écrit sur nous où il y affichait son profond mépris et son ignorance crasse envers le Québec. Mais c’est pas grave. Les Québecquois ne ne sont plus capables de s’indigner. Ils dorment au gas.

N’est-ce pas pure merveille que de relever que monsieur André Bachand se soit déclaré être mal à l’aise avec certaines positions de monsieur Harper, puisqu’il accepte manifestement avec joie les nominations, tant à l’UNESCO, que désormais dans le saint des saints au cabinet du premier ministre ?

Manifestement, puisque nous devons croire le protagoniste, le Parti Conservateur et le PM ont changé depuis quatre ans. C’est vrai ! Tout à fait vrai ! Le Parti est désormais majoritaire, au pouvoir et parfaitement en selle pour y rester. Certaines « mauvaises langues » prétendent que pour réussir dans la vie, il faut être opportuniste, que cette qualité n’est pas étrangère aux politiciens.

L’expérience a toujours montré qu’un bon chien se doit de ne jamais mordre la main qui vous nourrit. Autrement on dira que vous avez la rage ! Peut importe que le maître soit bon ou mauvais. Qu’il soit juste ou injuste. Qu’il dise vrai ou bien qu’il mente. Quand on est un vieux loup de la steppe comme cela a été mon cas (dans une autre vie). On comprend quelquefois difficilement quels sont les réels tenants et autres aboutissants de ce qu’on appelle : la civilisation.

L’essentiel n’est-il pas après tout de « Parler Blanc » peu importe la langue officielle ?

@ Gilles Gagnon (# 2):

Oh-là…on se calme.

Bien sûr que Persichilli a écrit des énormités sur les francophones et sur les Québécois mais il n’avait pas tort à 100%: les Québécois sont effectivement des chiâleux chroniques et ils vivent économiquement aux dépends des autres canadiens.