Le « contorsionnisme moral » de Mgr Ouellet

Ce n’est pas parce que 94 % des Québécois sont en désaccord avec ses propos sur l’avortement que Mgr Ouellet n’a pas le droit d’y croire, de s’exprimer et de se défendre.

Avortement: Mgr vit-il dans une bulle ?
Avortement: Mgr vit-il dans une bulle ?

Sa position est (était?) claire et cohérente. Puisque, selon la doctrine chrétienne, le foetus est un être humain depuis son apparition, provoquer la mort de ce foetus, pour quelque raison que ce soit, est un «crime», qui fait « une victime ».

La déclaration du 16 mai du Mgr était limpide :

« Prendre la vie de quelqu’un d’autre, c’est toujours un crime moralement. Et c’est un être humain qui est dans le sein maternel. »

Mais voilà, dans sa clarification de ce mercredi, il dit avoir été « très désolé que [ses] propos, déformés ou cités hors contexte » aient pu choquer quelqu’un.

Comme Saint-Pierre affirmant, il y a quelque 2 000 ans, n’avoir jamais rencontré Jésus, Mgr Ouellet recule sur trois points essentiels.

1) Il y a un crime, mais il n’y a pas de criminel

« Je n’ai dit nulle pas que je condamnais la femme qui avait eu recours à l’avortement. […] Je n’ai déclaré aucune femme criminelle parce qu’elle avait subi un avortement. »

Bref, selon Mgr, un avortement, même en cas de viol, est un «crime moral» qui fait une «victime»: un «être humain». Mais la personne qui décide de ce crime, et qui fait cette victime, ne doit ni être «condamnée» ni être considérée comme «criminelle», même moralement. Hum… On s’éloigne de la clarté du droit canonique !

2) Personne ne peut dire si un avortement est approprié

De même, nous avions compris de sa position précédente que l’avortement, quel qu’il soit, est un «crime moral». Il ne faut donc jamais prendre la décision d’y avoir recours. L’objectif même de sa déclaration était de montrer qu’il n’y a pas d’exception à cette règle. Le viol a déjà fait une victime, a-t-il expliqué, il ne faut pas en faire une seconde : le foetus. Il n’était pas seul dans son camp: le Pape, le Vatican étaient derrière lui.

Mais ce mercredi, sa lecture de la réalité a changé. Il n’y a plus une seule personne sur la planète qui puisse juger de la moralité d’un avortement — quel qu’il soit.

«Je sais très bien que la responsabilité ultime de cette décision morale relève de la conscience personnelle qui agit en fonction de divers facteurs, dont l’intention de la personne et les circonstances. Dieu seul est juge de la conscience de chacun et chacune parce que Lui seul peut mesurer tous les éléments de chaque cas.»

C’est fâcheux, car Dieu ne répond pas aux appels et ne peux donner, a priori, une indication claire sur l’opportunité de tel ou tel avortement. Mais le représentant de Dieu sur terre, un certain Benoît, semble avoir une idée claire. D’ailleurs, Mgr, avez vous vérifié avec lui ?

3) 18 000 avortements par an, ça va; 26 000, c’est trop !

Nous pensions avoir compris — car on essaie vraiment de suivre, il ne faut pas croire qu’on soit distrait — que chaque vie était sacrée et que donc chaque avortement était condamnable.

Mais voilà que le Mgr nous apprend que son malaise tient au nombre, «beaucoup trop élevé» d’avortements pratiqués au Québec. Et il donne même un point de comparaison. Écoutons-le:

«Avec une population de 10 millions d’habitants, il y a eu 18 000 avortements en Belgique en 2007, mais 26 546 au Québec pour la même période. C’est pratiquement 10 000 avortements de plus pour une population de 8 millions d’habitants. C’est beaucoup trop et il y a trop d’avortements au pays.»

Déclaration capitale. Vous savez, chers internautes, que j’aime la précision. J’ai donc calculé précisément, pour l’année 2007, le nombre d’avortements par personne en Belgique: 0,00169. Appliqué au Québec, cela nous donnait droit, cette année là, à 13 022 avortements. Donc oui, nous en avons 13 000 de trop. Il faudra évidemment refaire le calcul chaque année, en tirer une tendance, pour faire une prévision, pour ainsi connaître, à l’avance, le niveau acceptable.

Mais nous sommes désormais la seule nation au monde à connaître le quota d’avortement autorisé par son chef de l’Église catholique.

Merci Mgr !

Laisser un commentaire

Ah que des sophismes.

Revois ce qu’il a dit pendant son discours. Lorsqu’il dit que l’avortement est un crime, il parle de la norme morale objective.

On peut bien violer cette norme, sans en autant être coupable ou pleinement coupable.

C’est pour cela qu’il dit qu’il ne juge pas les femmes. Il doit rappeler la norme morale, mais il n’est pas tenu de condamner la femme.

Chaque avortement est un mal. Mais ça ne veut pas dire que chaque femme qui en ait recours est coupable.

En parlant du nombre d’avortements, il ne voulait pas dire qu’il y avait un nombre acceptable d’avortement. Il voulait seulement souligner combien le taux d’avortement chez nous est élevé.

On dirait que tu le lis pour essayer de trouver des failles au lieu d’essayer de comprendre sa pensée.

Il y a trop d’avortements au Québec mais je reste néanmoins convaincu que les femmes doivent conserver le droit de choisir. C’est le GBS. Mais ça, c’est un argument de base en faveur d’une meilleure stratégie de contrôle des naissances!

Est-ce que le prélat de l’Église catholique au Québec est en train de dire la même chose? Il va avoir de la misère avec son boss au Vatican!

Je vous suis pour les points 1 et 2 mais pas pour le 3ième. Je crois que ce que Mr. Ouellet exprime c’est qu’au-delà du moral et religieux, il y a un problème de nombre qui reflète probablement un problème de société. Cela ne contredit pas sa pensée originale mais apporte un nouvel élément.

(A noter la distinction importante entre Mr. et Mgr. Il est peut-être votre seigneur, mais il n’est certainement pas le mien.)

Son Éminence le Cardinal Ouellet n’est pas dans son rôle quand il propose qu’un débat sur l’avortement ait lieu au Québec et partout au Canada (n’est-il pas le Primat de l’Église au Canada), car dans sa nature et dans son rôle l’Église ne débat pas, elle enseigne.

Si le Cardinal Ouellet réclame un débat, ce ne peut être que pour inviter les citoyens à écouter son enseignement. La seule marge de manoeuvre que possède celui qui détient la vérité serait celle de prendre le temps et les moyens nécessaires pour amener lentement et/ou indirectement ceux qui l’écoutent à partager sa vérité.

Mais il n’est pas dans son rôle non plus quand il réclame un débat que la presque totalité des représentants que les citoyens ont élus, a compris et admis qu’il n’y a pas lieu d’ouvrir un débat ou de proposer des lois sur cette question.

Rien n’empêche le Cardinal de poursuivre et de multiplier ses interventions, dans le domaine qui est le sien, pour exposer ses convictions, mais le débat politique a déjà eu lieu, et les conclusions semblent tenir encore aux yeux des canadiens. Il n’y a pas lieu de légiférer sur cette question.

Pour une fois que le Cardinal fait des nuances et affirme (ce qu’aucun catholique ne saurait nier pas même le pape) la liberté de conscience, il est dommage que J.F. Lisée le ramène à l’esprit de géométrie.

Je pense savoir que les belges pratiquent aussi
l’euthanasie,aura-t-on doit a un quota d’euthanasie?en plus de notre quota d’avortement.

Ne vaudrait-il pas mieux laisser ce cardinal tenir ses propos rétrogrades et de l’ignorer médiatiquement. Oui, ses propos choquent mais en faire un débat de société lui donne une tribune pour recruter d’autres supporteurs à sa cause et à encourager les groupes pro-vie.

Les media pourraient rapporter la nouvelle mais prendre la ligne éditoriale de ne pas en faire un débat stérile de société. Lorsque Mgr Ouellet n’aura plus que ses ouailles à convaincre, ils vont se marginaliser et disparaitre.

Mais ce qui me choque le plus, plua encore que ls popos du cardinal, ce sont les subventions du ministère aux écoles à vocation religieuse et aux groupes religieux. Les valeurs de notre société sont laïques et ouvertes. Il est temps d’arrêter de subventionner toute forme de prosélytisme religieux. Sinon, nous alllons prendre le virage de la droite religieuse américaine et instaurer des gouvernements dirigés par des visionnaires.

Mgr Ouellet de par sa façon d’agir et de ré-agir nous démontre que sa motivation est que l’on parle de lui. Il est complètement incoérant dans ses propos. L’avortement est le moyens qu’il a choisi pour arriver à ses fins. Cela ne vous rapelle pas l’époque du cardinal Léger (kid codak).
Mgr Ouellet, vous nuisez à votre église plus que vous lui aidez.

Ces louvoiements spirituels et moraux témoignent d’un mépris à l’endroit des femmes et des institutions québécoises. Notre primat aura flairé l’occasion (la dernière on le souhaite) de ramener son obcession en s’appuyant sur la tendance conservatrice du gouvernement Harper.

Il faudra faire preuve de la plus grande vigilence à l’endroit des fossoyeurs des acquis sociaux qui ne démordent jamais, ni ne dérogent de leur idéologie.

De remarquables oubliés, l’assemblée des Évêques brillait par son absence lors de la dernière sortie du Cardinal. Signe qu’il serait marginalisé au sein de sa propre Église.

Au sein d’un État laïque il y a place pour la discussion, mais non pour les influences indues sur des questions réglées légalement et socialement.

Je trouve que c’est un peu facile de verser dans l’ironie au sujet du Cardinal.

Personnellement, étant en situation de le faire, j’ai dans le passé déjà aidé une jeune femme à trouver une issue à une grossesse non désirée. Je n’étais pas directement impliqué dans son état soyons clairs. Néanmoins je l’ai aidée et je le referais.

Cela dit j’étais et je reste troublé, mal à l’aise devant l’avortement. Je ne pense pas qu’une femme décide d’avorter en criant Youppi! Ce n’est pas un party l’avortement. Ce n’est pas un sport. C’est une décision déchirante. C’est un geste grave qui ne se prend pas à la légère.

Mais évidemment si nous aimons vraiment nos femmes, il me semble que nous devons être capables de les soutenir en toutes circonstances et en particulier lorsque leur évaluation de leur propre situation les conduit à faire ce choix crucial.

Quant au Cardinal Ouellette, c’est certain qu’il n’apparait pas comme un héros pour la majorité de la population.

Mais s’attendre à ce qu’il appuie l’avortement, c’est ignorer sa position hiérarchique dans l’Institution qu’il représente, avec son histoire, son éducation et tout son vécu au sein de l’Église Catholique.

C’est comme si on s’attendait à ce que Jean Chrétien s’écrie vive l’Indépendance du Québec et qu’on soit déçu de ce qu’il dise le contraire.

Je crois néanmoins que le sujet et le débat sur l’avortement est inévitable. Il est loin d’être terminé et il comporte des aspects qu’il serait malsain de nier ou de réduire à un manichéisme qui ne règle rien.

Qu’il s’agisse d’avortement ou d’un autre problème de société, j’aime bien cette citation du pape Benoît XVI.

« Toutefois, il ne paraît pas inutile de souligner qu’elle (l’Église) possède, en tant qu’institution, un droit à s’exprimer publiquement. Elle le partage avec tous les individus et toutes les institutions pour livrer son avis sur les questions d’intérêt commun. L’Église respecte la liberté pour tous de penser autrement qu’elle ; elle aimerait aussi que soit respecté son droit d’expression. »

Benoît XVI, 24 avril 2010, recevant l’ambassadeur de Belgique

il y a crime s il y a viol d abord…ensuite il y a le médecin qui devient criminel…les victimes dont le futur enfant qui aurait pu naître et aussi la jeune fille ou femme qu on a manipulé par des arguments non-chrétien ou non-moraux…hélas pour celles qui n ont eu de support chrétien et ou moral pour mettre à terme…celles-là ont déjà à porter leur croix de l erreur commise tant qu à celles qui le décident bien volontairement d elles-même…c est comme tant pis pour elles car elles ne savent pas ce qu elles ont manqué(e)s…et il est comme impossible de considérer ces personnes comme des gens qui ont du coeur et du courage dans la vie…pour l avenir…vaut mieux prévenir que guérir et souhaiter tous les supports humains (et divin) nécessaire pour savoir mettre à terme et donner un coeur à ces enfants qui ont droit à la vie puisque la vie leur est donnée…qu on cesse donc d attaquer les gens de foi…et n est-ce dont pas d une petite minoré canadienne dont il s agit et qu on met tant d ardeur…à rabattre les gens de bonne volonté…soyons pas frusté de pas gagner l avortement légal car nous y gagnons d une vie humaine!!

1,000 couples chaque année dépensent 15 à 20k pour aller adopter un enfant à l’autre bout du monde.
Si on matchait ces parents avec des jeunes filles enceintes? Si, en retour d’une retribution, on encourageait la jeune fille à porter son enfant à terme et à le « vendre » aux parents qui veulent désespérément un enfant?

Le pouvoir déséquilibre les gens.
Prenons le cas de Johnny Boy: plus il exerce le pouvoir plus il ment, plus il protège la corruption et donc on ne dit pas que c’est un criminel mais des crimes ont été commis et il n’a rien fait, il a fait avorter l’enquête en la refusant.

Tant qu’au primat e, son pouvoir lui permet de dire une chose et son contraire et la politesse ne permet pas de dire que lui et l’organisation qu’il représente contrôle le cerveau des croyants sur des mythes.

St-Pierre pas l’apôtre, mais la ministre a réaffirmé que ce sont les femmes qui décident et le primat a dit que ce sont les hommes qui forcent les femmes à avorter.

Dans le fond ce que S-Pierre dit c’est que les hommes n’ont pas droit au chapitre…alors c’est un problème de femmes « C’est la femme qui décide »….cela représente bien la fin du dernier siècle et le début du nouveau. Bon vu que ce sont les femmes qui décident….à quand une marche sur la Grande-Allée avec le slogan « Ce sont les femme qui décident ».

Merci de nous faire un peu rigoler de toute cette histoire sans queue ni tête. 🙂

Y’a deux solutions à l’avortement, pour être en règle avec l’Église:

1-Se rétracter sur son lit de mort (ou avant mais, ça demande trop de Je-vous-salut-Marie après s’être accusé).
2-L’achat d’indulgence.

Vos préjugés vous rattrape, Mgr Ouellet sait que le bateau doit faire un 180 degré pour changer cette mentalité de mort. Mais dans sa sagesse il sait que ça ne sera pas facile, commencer par la moitié c’est un bon début, mais de la a dire qu’il a fixé un cota c’est fou comme vous avez l’esprit tordu. Vous savez que nous avons un gros problème de natalité et vous tirez sur celui qui propose des solutions. Car pour le moment c’est le seul qui en propose. Vous M. Lisée après avoir calculé les propos de M. Ouellet, qu’elle est votre équation pour que ce drame qu’est l’avortement diminue?

Merci M. Lisée d’avoir mis en évidence le contorsionnisme moral de Mgr Ouellet.
Est-ce un homme éclairé ? Quel est son but ?
Pour un homme d’Église et d’expérience comme lui, son incapacité à défendre la position du Vatican m’étonne beaucoup.
J’espère qu’il vous lira et qu’il donnera suite à sa pensée.

Le véritable »désordre moral » ce sont les prêtres, curés et évèques qui s’adonnent à la pédophilie ou les religieux qui se font complices des fraudes de certains gouvernements, comme le scandale des orphelins de Duplessis ou le scandale des accidentés de Jean CHAREST.

Jean GODBOUT
Victime d’un crime d’État

Le cardinal Ouellet nous a remis à nous Québécois notre droit à la Dissidence, c’est le plus beau cadeau aux Québécois depuis la Révolution Tranquille.
Je suis un non pratiquant, contre la fermeture des cliniques d’avortement, contre l’avortement, à cause de l’appauvrissement matériel qu’il apporte dans la société. Et cet appauvrissement est maintenant en accélération. Vous voyez, ce n’est même pas moral, c’est très terre-à-terre, matériel.
Merci, cardinal Ouellet!

Marc Ouellet souhaite diminuer le nombre d’avortements. C’est très bien. Nous sommes tous pour la vertu, et dans un monde idéal, personne n’aurait recours à cette pratique.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans un monde idéal. Malheureusement, Marc Ouellet ne vit pas dans le monde réel.

La meilleure façon de réduire les avortements, c’est de prévenir plutôt que de guérir, comme le dit l’expression consacrée. Une éducation sexuelle adéquate et l’utilisation de la contraception permettraient une diminution des grossesses non désirées, et donc de l’avortement, tout en diminuant la transmission de maladies transmises sexuellement.

Ah oui, c’est vrai… Marc Ouellet et son club sélect de vieux hommes en soutanes sont contre la contraception… En Afrique, ils préfèrent voir le VIH se répandre à la vitesse grand V, plutôt que de promouvoir l’utilisation du condom. Ils envoient donc les gens à la mort tout en souhaitant diminuer les avortements… cherchez l’erreur…

Alors ce bon vieux reliquat du passé, né probablement 100 ans trop tard, devrait s’occuper de ses propres problèmes, plutôt que de faire la morale aux femmes en détresse.

La sémantique de M. Lisée

Vous êtes habituellement plus facile à suivre. J’ai écouté attentivement la conférence de presse du Cardinal. Je ne trouve aucune contradiction entre ses propos d’hier et ce qu’il a dit auparavant. De plus, vous faites de l’information sélective entretenez la confusion. Je m’explique.

Mgr Ouellet considère toujours que c’est un crime « moral » que de tuer un foetus, mais ne condamne pas la femme qui recourt à l’avortement. Vous affirmez que c’est contraire au droit canonique, alors que ce dernier n’a aucune valeur juridique contrairement au droit criminel.

Le cardinal a dit que la responsabilibité ultime de recourir à l’avortement relevait de la conscience personnelle; contrairement à ce que vous affirmez, il n’a jamais dit que personne ne peut juger de la moralité d’un avortement.

Vous laissez croire que le seul malaise du cardinal était qu’il y avait trop d’avortements au Québec comparativement à la Belgique. Vous omettez de dire que pour le cardinal, un seul avortement est toujours de trop. Vous omettez de dire qu’en Belgique, l’avortement n’est plus permis après 24 semaines de grossesse; cela explique qu’il y a moins d’avortement dans ce pays qu’ici. L’Église n’approuve aucun quota d’avortement. Notre pays est le seul pays au monde où il n’y a aucune limite à l’avortement, peu importe le stade de la grossesse.

Enfin, dans votre précipitation à condamner les prétendues contradictions du cardinal, vous ne vous prononcez pas sur le fait qu’un foetus est un être humain en devenir et qu’il devrait à ce titre avoir des droits, ne seraient-ce que « moraux ». Un débat a été lancé et c’est tant mieux.

Je ne suis pas d’accord avec Ouellet, mais vos arguments me semblent bien de mauvaise foi, avec de tels raisonnements, ça doit être difficile d’avoir une discussion franche. vous jouez avec les mots en oubliant l’intention et le principe derrière les opinions de l’autre……. Autrement dit quand on n’est pas d’accord avec vous, vous chercher « des poux » pour démolir l' »adversaire »..

De toute façon, comme le disait quelqu’un dernièrement, cette personne ne vaut pas la peine qu’on perde notre temps à lui donner de l’importance en tentant de combattre ses idées rétrogrades.

Ces ecclésiastiques faux-jetons le sont tout autant que leur église … qui fut un vecteur essentiel du rabaissement des femmes depuis l’Antiquité … où elles avaient un statut proche de l’égalité !… Notre « modernité », pour la condition féminine, ne fut qu’une longue descente aux Enfers !… Jusqu’à un passé récent, où la barre s’est un peu redressée … trop, manifestement, au goût de certains personnages qui veulent continuer à disposer du corps des femmes selon leur bon plaisir : au début du XX° siècle, « terrasser » une femme était dans le langage courant !… Aujourd’hui, cela s’appelle du viol et cela peut envoyer l’auteur à 20 ans de cabane ( agrémentée de quelques « bonnes » dérouillées ) !…

C’est à cet endroit que se trouvent les victimes, nulle part ailleurs : les foetus ne sont PAS des victimes , sinon il faudrait considérer toutes les fausses couches comme des actes criminels !… La femme … ou plutôt l’organisme prend la décision d’éliminer la nouvelle « pousse » et il le fait sans se préoccuper des lois sociales : il ne sait pas ce que c’est et il le saurait, cela ne changerait RIEN à sa décision !… Les Droits ne commencent qu’à la naissance !… Avant, le POUVOIR de vie et de mort de l’organisme compte SEUL !… Et la femme qui PERD son bébé, c’est ELLE qu’il faut réconforter !… La Religion ne fait partie du cercle des consolateurs !… La reine Catherine d’Aragon, fut-elle une criminelle ?…. Ses fausses couches à répétition , ses enfants mâles morts-nés ont pesé dans la balance qui ont amené Henri VIII à « inventer » le divorce et l’église anglicane !…

L’absurdité même de telles situations auraient dû démontrer que seule la santé importe et qu’elles sont définitivement en dehors des lois de l’Humanité !… Fait symptomatiques : nos religions n’ont jamais pu proposer une « destinée » quelconque pour tous les êtres qui précisément n’arrivent pas à la naissance !!!…

Pourquoi compliquer ce qui est simple et limpide?…
Porter un enfant DOIT être un geste d’amour.
Une femme qui porte le fruit d’un viol est une femme DÉMOLIE et les implications d’une telle gestation pour celle-ci peuvent être effrayantes.
Une femme qui a été violée n’a pas à subir le calvaire de la gestation du germe de son violeur.
Faut être cruel etou psychologiquement ignare pour affirmer le contraire.
Point.

Il y a plus de 25 ans ma compagne se retrouva enceinte malgré des conditions médicales très négatives tant pour elle-même que pour l’éventuel enfant. La décision d’avorter fut prise ensemble, elle et moi. J’ai tellement pleuré. J’ai considéré que cette décision ne devrait pas appartenir à un être humain. Mais mes convictions areligieuses m’obligeaient à prendre mes responsabilités et l’avortement fut pratiquée. Je n’ai jamais regretté cette décision. J’ai regretté d’avoir été placé devant cette décision à prendre.

Jamais je n’aurais accepté de subir des pressions de quiconque, surtout pas de moralisateurs religieux qui défendent des principes ésotériques comme Raël défend les siens.

Mgr Ouellet est un représentant de tout ceux qui se croient obligés, pour le salut de leur âme, d’imposer, directement ou indirectement leur vision du monde.

Ne soyons pas dupes. Les précisions qu’il apporte maintenant à ses propos s’insèrent dans un processus politique où la stratégie l’oblige à faire croire à un hypocrite recul.

Le monde se porterait et se serait historiquement porté beaucoup mieux si les talibans religieux de toutes confessions n’existaient pas.

Le célèbre auteur avait totalement raison quand il affirmait que la religion est «l’opium du peuple». La religion n’apparait nécessaire qu’à ceux qui n’ont pas la force d’affronter seuls l’existence.

@Marc Tremblay

Vous faites ce que vous reprochez à Lisée. Quant à moi les commentaires de Lisée sont clairs et sensés.

Quant à Ouellet ses dernières sorties ne sont diversions et écrans de fumée pour que la population cesse de parler des scandales qui sont en train de torpiller le peu respect que l’Église catholique avait encore. Qu’il s’occupe de ses propres poubelles et qu’il cesse de s’occuper de la vie des autres. La société ne s’en portera que mieux.

Il y a beaucoup d’avortements au Québec en partie parce qu’il est difficile pour les femmes des Maritimes de se faire avorter chez elles, alors elles viennent ici. L’IPÉ n’a aucune clinique mais paie pour des avortements hors-province.

@Stephan Gauvin

Mentalité de mort ? Comment un représentant d’une organisation qui au cours des siècles a été responsable de millions d’assassinats peut parler de mentalité de mort ? Qu’elle indécence. Comment Mgr Ouellet sait-il « que le bateau doit faire un 180 degré pour changer cette mentalité de mort» ?

Est-il de ceux et celles qui entendent la voix de Dieu, la nuit, dans leur sommeil ? Quand vous parlez de sa sagesse moi je n’y vois qu’un délire s’appuyant sur une superstition structurée qu’on nomme religion.

===============
@Gilles de NDH

Si on ne s’immisçait pas dans la vie des autres, peut-être que le débat sur l’avortement serait simplement inexistant. Il est inadmissible que le religieux fasse des pressions sur le politique pour obliger une toute une population à vivre selon des principes religieux spécifiques. La religion c’est comme le sexe : ça se vit dans l’intimité.

Je vous explique, M. Lisée, la position de Mgr Ouellet. J’imagine fort bien Mgr Ouellet vous répondre ceci:

« C’est un crime moral que de se soumettre à une procédure d’avortement. La femme qui commet ou accepte cet acte pourrait donc subir la punition qu’entraine ce crime: une pénitence, possiblement une excommunication. Il faudrait consulter le droit canonique pour connaitre la punition usuelle.

Mais il ne faut pas oublier que l’Eglise est charitable. Cela lui arrive d’ailleurs assez fréquemment envers les prêtres pédophiles. Parfois le criminel est tout simplement pardonné, ou non condamné. Par exemple le pape Jean-Paul II a pardonné, sans même le condamner, Mehmet Ali Agca, qui lui avait pourtant logé 4 balles dans le corps.

Hitler n’a pas été excommunié, ce qui vous en dit long sur la charité qui peut parfois animer l’Eglise.

Mais à un moment donné, l’Eglise pourrait se mettre à sévir et cesser de systématiquement pardonner à ceux qui commettent ces crimes moraux. D’où la mention du nombre d’avortements au Québec et de sa comparaison avec la Belgique. A 18 000 avortements, l’Eglise est prête à pardonner tous ces criminels moraux; a 26 000, l’Eglise se demande si elle ne devrait pas avoir le pardon moins facile envers ces criminelles. »

Jean-François Lisée,
de toute façon, vous ne trouverez jamais au Québec un journaliste ou un politicien qui soit contre ou mi-contre l’avortement, en partie, si minime soit-il.
Vous gagnez sur toute la ligne la guerre des médias.
Seul, au Québec, le cardinal Ouellet pouvait émettre une opinion contraire à tout cet arsenal,
mais les journalistes ne veulent pas qu’il s’exprime sur le sujet, juste vous, les journalistes! Pour moi, ça été une vraie révélation et la fureur avec laquelle les journalistes ont contre-attaqué est aussi très étonnante. Êtes-vous allés voir dans quel état les médecins-avorteurs sont suite à l’opinion du cardinal Ouellet? Ça devait pleurer dans les cliniques d’avortements, un coup d’aspirateur et wop $1000./avortement. Ostie de beau sideline!
C’est dommage que les journalistes aient perdu leur sens critique de notre réalité sociale et politique,plus possible d’éclairer notre libre-arbitre. On peut dire aujourd’hui que l »affaire Ouellet » a dévoré la crédibilité des journalistes pas à peu près.
Je suis écoeuré de payer pour des abus du système de santé, alors que les femmes utilisent l’avortement comme moyen de contraception à volonté, alors qu’il existe une panoplie de moyens de contraception. Vous ne trouvez pas, Jean-François Lisée qu’il y a une forme d’injustice sociale envers la classe moyenne qui se fait laver??????L’État n’a aucun espèce de respect pour les argents qu’il puisent dans les poches des travailleurs. Yolande James a aussi accès à la Voûte avec une ponction de $30 millions alors qu’il existe déjà plein de programmes. Les journalistes sont d’accord avec la déresponsabilisation du gouvernement face aux travailleurs qui doivent assurer leur survie et maintenant payer pour vider le ventre de la madame de son foetus car elle n’a pas eu le temps de s’acheter un climatiseur et être engrossie durant l’été, il fait chaud!
Sur quelle planète vous vivez les journalistes?
Je suggère un moyen aux journalistes pour réduire l’avortement parmi les québécoises francophones de souche: On pourrait profiter du prochain film « Les amours imaginaires » et informer les québécois sur la bi-sexualité et le plaisir que ça procure d’avoir accès aux 2 sexes en même temps!! Et la stimulation anale entre personnes de sexe masculin au Québec a aussi un avenir très prometteur. Vous avez du pain sur la planche, les journalistes!

Prenons l’exemple d’une méthode d’aide à la procréation.

Quand on fait la fécondation in-vitro, on prépare plusieurs embryons, pour maximiser les chances de succès, parce-que pour une seule fécondantion en laboratoire les risques d’échecs sont trop minces.

Ces embryons (une dizaine) sont cultivés puis les plus sains sont implantés (1 parfois plus)

La question est: Puisque la vie commence à la fécondation et que tous les embryons ne sont pas implantés…

… les futurs parents utilisant, et le presonnel médical oeuvrant à la fécondation in-vitro sont ils des criminels meutrier d’enfants à naitre?

On appelle ca un catch 22 en anglais.

Je souhaite un bon débat sur ce sujet aux orthoxes de ce monde.

J’attends la prochaine manifestation pro-vie contre la fécondation in-vitro avec impatience.

@ honorable

Comment l’Église peut-elle sévir ? A-t-elle dans sa boîte à gris-gris ou à superstitions des potions magiques pour rendre fous ceux qu’elle désapprouve?

Ho lala ! Je commence à avoir peur. Vite un exorciste …

L’abbé Gravel a été obligé de choisir entre la prêtrise et la politique. Que fait Ouellet actuellement, sinon de la politique ? Le vatican devrait le rappeler à l’ordre. Qu’il prêche contre l’avortement devant ses ouailles, c’est très bien, mais qu’il envahisse la place publique avec son histoire d’ouvrir le débat sur l’avortement et qu’il exige que l’état subventionne les groupes pro-vie, cela commence à bien faire.

Le vatican a été on ne peut plus clair, un prêtre ne peut faire de politique, je présume que cela vaut, quelle que soit la couleur de sa soutane. Alors si Ouellet veut se lancer en politique, qu’il défroque, sinon qu’il se contente de prêcher ce qu’il considère comme la bonne nouvelle dans les églises du Québec et qu’il nous fiche la paix.

@carlo o’neil

Vous êtes tanné de payer pour des avortements ? Eh bien moi, je suis tannée de payer pour la guerre en Afghanistan qui elle tue des hommes, des femmes et des enfants bien vivants. Je suis écoeurée aussi de payer un milliard pour la « sécurité » du G8 et du G20, alors qu’il ne s’agit que d’acheter des votes ontariens en faveur du despote national qui se cherche une majorité. Je suis tannée de payer pour subventionner les pétrolières qui sont riches à craquer, je suis tannée de payer pour un tas de saloperies que je désapprouve moralement tout comme vous désapprouvez l’avortement. Alors faites comme moi, résignez-vous, car si vous ne voulez plus payer pour les avortements, je ne voudrai plus payer pour cette sale guerre qui nous coûte 20 milliards par année.

Chaque femme vit entre 35 et 40 ans de fertilité. C’est beaucoup d’années et beaucoup de choses peuvent arriver durant cette vie fertile: naissances, fausses-couches, avortements (ou interruptions non volontaires ou volontaires de grossesse), mois d’attente désespérée de tomber enceinte, parfois décision d’adopter un enfant et parfois désir ne ne pas en avoir du tout! La contraception marche bien mais pas toujours, n’est pas toujours accessible en toute occasion… Qu’on laisse donc les femmes vivre elles-mêmes ces années et faire leurs choix en paix et en tout respect de leur intégrité physique et de leur liberté. Non, le débat n’est pas réouvert, il n’y a jamais eu de débat, seulement une lutte fondamentale des femmes pour le respect de leur intégrité et de leur liberté.

Jean-François Lisée il faut que je te le dise!

En cherchant sur Google des commentaires avec les mots suivants «fœtus douleur; période prénatale) j’ai trouvé beaucoup de choses éveillant mon attention.

Nous pouvons lire que le fœtus a des réactions à beaucoup de choses concernant la douleur. Malgré la controverse qui existe concernant ce sujet allez lire les différents arguments en faveurs et contre la douleur ressentie par le fœtus. Ce sont des arguments qui font réfléchir. Tapez sur Google «la douleur du fœtus».

Dans la période prénatale nous trouvons plusieurs constatations concernant le développement précoce des divers sens du fœtus. Tapez sur Google les mots «le goût et le fœtus» et vous découvrirez que le fœtus n’est pas insensible dans son développement.

TÉMOIGNAGE

Je suis né en 1939 et je suis le dernier enfant d’une famille de 15. J’ai appris de mes sœurs qu’à ma naissance l’accouchement avait été pénible et que ma mère et l’enfant ont passé près de mourir. À cette époque il n’était pas question pour des parents ou des médecins de songer à l’avortement pour sauver la mère. Je veux dire «Merci, de tout mon cœur, maman et papa pour la vie. Merci au Dr Millette de Ste-Adèle qui a manifesté sa compétence pour aider cet accouchement difficile.» «Maman, tu as pris le risque de mourir pour me donner un cadeau des plus précieux : La vie». «Maman, à ma naissance tu a risqué de mourir et je suis heureux de constater que ta vie ne s’est terminée qu’à l’âge de 89 ans.»

Jacques Beauséjour, député du Parti Québécois d’Iberville (1976-1985)

Un être n’est considéré vivant qu’a partir du moment ou il sait au minimum respirer par lui même, c’est a dire après 24 a 26 semaines, avant cela il est en gestation et intrinsèquement un prolongement de sa mère..
La preuve est que jamais on a fait une cérémonie de funérailles pour un foetus mort né, il n’est donc encore personne même pour l’église.

17mephistau :

« Y’a deux solutions à l’avortement, pour être en règle avec l’Église:

1-Se rétracter sur son lit de mort (ou avant mais, ça demande trop de Je-vous-salut-Marie après s’être accusé).
2-L’achat d’indulgence. »(17mephistau)

Les indulgence. J’avais complètement oublié depuis le temps.

Il y avait ou il y a les indulgences plénières.

C’est plus cher mais sa efface tout.

Pauvre Cardinal Ouellet, il a craqué sous la pression. En tant qu’athé je ne partage invidemment pas son point de vue catholique, mais mon espris mathématique appréci qu’un système soit cohérent. Comme vous le dites M. Lisée sa première déclaration était cohérente avec les dogmes de son église mais là la trouille l’a fait glissé dans l’incohérence.

cette citation du pape Benoît XVI.

« …(l’Église) possède, en tant qu’institution, un droit à s’exprimer publiquement. Elle le partage avec tous les individus et toutes les institutions pour livrer son avis sur les questions d’intérêt commun. L’Église respecte la liberté pour tous de penser autrement qu’elle ; elle aimerait aussi que soit respecté son droit d’expression. »

Où sont les Libertariens quand on a besoin d’eux?!?

Monseigneur Ouellet devrait parler des mérites de la contraception s’il est si choqué par les taux d’avortement.

Toutes les réponses sont en nous, à l’intérieur de nous, pas en-dehors mais en-dedans. Le rôle du guide ou du maître, qui peut évidemment être une femme ou un homme, consiste à nous accompagner dans la plus extraordinaire aventure qu’il nous soit possible de vivre: le voyage intérieur.

« Connais-toi toi-même. » Juger est une erreur, la clé réside dans la connaissance qui nous ouvre les portes de la conscience. C’est une formidable odyssée, laquelle nous conduit à l’extérieur de notre prison intérieure, vers la Liberté. Tout est en-dehors comme en-dedans certes, mais je dirais que ça part de l’intérieur.

Nous avons tendance à chercher à l’extérieur, ce qui est à l’intérieur de nous et lorsque nous expérimentons notre réalité intérieure, nous prenons conscience que nous n’avons besoin de rien pour « être bien ». Bien sûr, ce n’est pas ce que la publicité nous annonce, mais ça c’est pour faire tourner les rouages de « l’économie d’abord! »

Dans le bien et le mal, nous nous enferrons. En cherchant le chemin de la vérité nous trouvons la plénitude de notre être.

Les libertariens et autres penseurs libres auraient-ils mieux à faire que d’écouter les élucubrations passéistes d’un groupe qui aura mis 500 ans à reconnaître que la terre tourne ?

Ma mère disait en pensant aux curés : ils peuvent commencer par nettoyer leur soue avant de faire la morale aux autres. Elle avait un bon sens paysan.

Rien ne sert d’en vouloir au représentant de l’église de Rome. La plus grave erreur de l’église consiste à avoir choisi le pouvoir « du monde » en délaissant celui de l’Esprit.

L’église est associée au pouvoir. Pendant qu’elle bénit les armées, elle condamne l’avortement! L’église est devenue « signe de contradiction. » Ce qui engendre la confusion. C’est un signe des temps…

L’église, parce qu’elle sent le pouvoir lui échapper, se colle sur le pouvoir. Au Québec, elle s’est presque toujours rangée du côté du pouvoir, même celui qui nous persécute. Disons que Ouellette n’est pas Roméro. Harper et Ouellette ont besoin l’un de l’autre présentement, faut les comprendre!…

Pendant ce temps, notre temps, j’entends le Maître Jésus nous dire: » n’ayez pas peur, Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps. » J’ai été baptisé dans l’Esprit, Celui qui m’enseigne de l’intérieur. Dieu est Amour et nous sommes tous frères.

M. Ouellet voulait surtout continuer de profiter de la tribune qui lui est offerte.

L’Église, comme toutes les religions, est complètement réfractaires aux femmes dans leurs instances de pouvoir et contre l’homosexualité, entre autres. On n’accepterait plus jamais des positions aussi radicales d’aucun groupe, d’aucune personne mais on se permet de l’accepter pour les religions. Incroyable!!!

Heureusement, que les Québécoises et les Québécois s’opposent à l’Église. Cette position n’est pas autant anticléricale qu’une affirmation très forte de ne plus s’en laisser imposer par des gens qui visent surtout à contrôler « le peuple », notamment les femmes. Le patriarcat clérical est patent d’une misogynie manifeste.

M. Ouellet n’a pas à s’insurger dans la sexualité des femmes. Les femmes sont capables de décider pour elles-mêmes: c’est leur corps, c’est leur choix et c’est leur vie. La condescendance avec laquelle il dicte sa morale n’est plus de mise.

L’avortement est un acte médical qui se décide avant tout entre les femmes et des professionnels de la santé. Et le conjoint lorsque c’est possible. L’avortement est un droit acquis des femmes. Les avortements tardifs sont extrêmement rares et aucune femme n’avorte par pur plaisir. Par ailleurs une éducation sexuelle plus prononcée serait extrêmement souhaitable.

Il serait intéressant que M. Ouellet mette autant d’énergie à accueillir les femmes aux postes de pouvoir de sa religion, à respecter les femmes, comme les homosexuel-l-es et surtout les victimes de viol, particulièrement en cessant de protéger les agresseurs et les pédophiles (notamment ceux de son Église).

Et d’ailleurs moi et plusieurs personnes nous nous sommes fait un devoir de lui rappeler à cette adresse :
[email protected]

Trouve qui respecte la vie au Québec et tu pourras savoir de quels nationalités seront constitués les citoyens du Québec dans 20, 40, 60 ans ( Islamistes, juifs, Évangéliques protestants, Jéhovah etc)

nommez-moi une manière plus humaine de vivre que la chrétienneté (qui n est pas une religion, soit dit en passant) ….plus morale, plus vraie, les hommes acceptent l avortement parce qu ils ne peuvent ou veulent accepter leur responsabilité de père…si l avortement n existait pas …y aurait pas de bébé mort avant même de venir au monde…femmes soyez…debout…et sachez assumer votre destinée de mere, si cas était ou serait…l avortement c est immoral tout comme l assistance aux suicides, médical ou pas…ces gestes ne sont pas de Dieu ni de la Nature qui saurait bien arrangée les choses!!! Je ne sais qui a inventé ou créé l avortement c était sûrement un chercheur non-croyant…si on lui avait demandé d aller se suicider lui-même parce que sa mere ne l aimait plus, l aurait-il fait…l avortement c est semblable que de dire à l enfant en devenir en soi: je ne peux pas t aimer, ni les gens qui m entourent alors je vais permettre de mettre fin à tes jours!!! A réfléchir!!!

La vie avant tout

L’enfant à protéger

Il ne faut pas commettre l’erreur de rejeter un principe fondamental, le respect de la vie, à cause des maladresses d’un discours du messager.

Demandez à tous ceux qui devaient être avortés s’ils préféreraient avoir été élimininés, la réponse sera unanime. Personne ne désire qu’on abrège ses jours. Il faut défendre le droit à l’existence du petit enfant grandissant dans le ventre de sa mère.

– La seule différence entre un embryon de 3 semaines et un bébé de 6 mois, entre un adolescent et un vieillard en est une de stade de développement. C’est la même personne qui a enclenché son processus de croissance lors de la conception. Ce ne sont là que différentes versions de la même personne.

– La vie est un processus continu une fois lancé: on ne peut être mort pendant une certaine période et devenir vivant au bout de x mois. Ou bien on est vivant, ou bien on ne l’est pas; il n’y a pas d’entre-deux.

– Les unicellulaires ne sont formés que d’une seule cellule mais ils sont tout aussi vivants que vous et moi! Ce ne sont pas des cailloux inanimés ni de la matière inerte. De même pour l’embryon en croissance qui n’est pas qu’un amas de cellules. Le bébé de 3 mois dans les bras de sa mère est celui-là même qui était dans le ventre à 3 jours de la conception.

– L’ovule fécondée contient 100% du même bagage génétique que le bébé naissant ou le vieillard de 100 ans qu’il sera un jour. L’être vivant une fois crée n’a jamais été autre chose que lui-même, quelque soit son âge.

– L’enfant dans le corps de la mère n’est pas le corps de la mère. C’est un être tout à fait distinct. On ne liquide pas quelqu’un parce qu’on ne veut pas le voir.

L’adoption, solution à l’avortement:

Lorsqu’on pense à toutes les petites Camille, Florence et Rosalie qui grandissent dans le ventre de leur mère, n’est-il pas désolant que certaines femmes les privent de leur avenir sur cette terre en mettant fin à leur croissance?

La solution pratique est simple: que les enfants non désirés soient confiés à l’adoption à leur naissance. Les parents adopteurs paient actuellement entre 10 000 $ et 25 000 $ pour avoir un enfant à l’adoption internationale. Ces sommes pourraient être remises aux femmes enceintes en compension financière pour le travail effectué. Ainsi, tout le monde sera gagnant, à commencer par les petis enfants qui n’ont pas demandé à être éliminés si tôt et à qui on refuse une vie merveilleuse.

Ne retirons pas la vie aux enfants sans défense qui voudraient bien pouvoir en profiter comme vous et moi.

Réjean Labrie, de Québec.

Le commandement est simple: Tu ne tueras point!
ça ne pouvait pas être plus simple comme règle!

Pas étonnant que le monde chiale et se trouve mille manières de détourner la loi!
Dieu leur a toujours reproché de ne l’avoir presque jamais respectée!
Du temps de Moise à Jésus.

L’homme orgueilleux doit tout contrôler, il va même jusqu’à vouloir contrôler le message de Dieu!
Il va remettre en doute son authenticité, voir le ridiculiser et le travestir pour plaire à ses amis.

Étrange qu’il n’y ait pas la crainte de se dire: Et si c’était vrai, vais-je risquer de me mettre Dieu à dos.

Voilà ou se situe la limite entre un être orgueilleux et prétentieux qui exige de tout contrôler. Qui préfèrera suivre les faux prophètes, ceux qui prophètisent ce que le peuple veut entendre.

Et de l’autre coté de la ligne: Un être sage et patient qui fait confiance à Dieu et à ses prophètes!

Les propos des médias et de presque tous les animateurs contre Mgr Ouellet sont une vraie honte pour toute la nation Québecoise .
Ces propos vont des pires insultes aux diffamations contre l’Église Catholique.
Et le pire est cette haine contre ceux et celles qui refusent de laisser la Nation Québecoise s’éliminer aux mains des avorteurs donc qui refusent de tuer .
Et à peu près aucun espace médiatique pour les alternatives que proposent ceux qui respectent la vie
Il faudrait une bonne analyse de ces évènements médiaqtiques apeurants pour comprendre comment nos médias peuvent museler tous ceux et celles qui défendent la vie

Saviez-vous que le nombre d’enfants qu’on empêche de venir au monde chaque année au Québec est équivalent à la population entière de la capitale de la Beauce, Saint-Georges, ou de la population de villes comme Val-d’Or, Alma, Boisbriand ou Sept-Îles? Peut-on se mettre à rayer de la carte l’une de ces villes année après année et trouver cela normal, moderne et civilisé?

300 000 bébés depuis 10 ans, cela représente la population totale de la capitale nationale du Québec (avant les fusions avec les banlieues). Imaginez un instant la ville de Québec entièrement désertée et vidée de ses habitants. Une bombe atomique ne ferait pas pire. Mathématiquement parlant, l’équivalent de l’hécatombe de Nagasaki se répète chaque année ici-même et personne ne trouve à redire à la chose.

En tant que nationalistes, pouvons-nous rester indifférents à l’idée de supprimer une ville entière du Québec chaque année? Ce chiffre astronomique de 29 000 est plus gros que la population de toutes les villes et villages du Québec sauf 33.

Et, qui plus est, ce chiffre correspond démographiquement parlant au nombre précis de personnes requises, c’est-à-dire le seuil de remplacement, pour que la population québécoise se maintienne et se renouvelle sans le besoin de recourir à l’immigration.

Il serait temps de réfléchir sur la question et de proposer des alternatives afin de conserver tous les enfants québécois que nous créons. Une politique nataliste doit favoriser les naissances, par l’inverse.

Réjean Labrie,de Québec.

Si la vie est si précieuse, peu importe son stade de développement, la masturbation est-elle un crime si elle empêche une copulation et un enfant à naître?

Le choix du célibat ou de la vocation religieuse et l’abstinence le sont-ils autant?

Toutes ces femmes qui ont le potentiel d’avoir 20 enfants et qui n’en ont que 2 le seraient-elles aussi?

L’espèce humaine est responsable de la 6e extinction des espèces vivantes par sa propre explosion démographique. Comme une population de lemmings qui s’auto-régule dépassé un certain nombre, on trouve le moyen de faire des purges génocidaires d’enfants et d’adultes régulièrement, et il s’en trouve pour en promouvoir la croissance infinie dans un monde fini.

Ils ont le respect de la vie mal placé.