Justin Trudeau: le dauphin?

D’un bout à l’autre du pays, le fils prodige attire les foules et garnit les caisses du Parti libéral du Canada. Mais quel est son programme politique ?

SES PROMESSES

Photo : Adam Scotti/CC
Photo : Adam Scotti/CC

– Soutenir ceux qui veulent accéder aux études supérieures. Faire passer de 50 % à 70 % le taux de participation postsecondaire. Étudier la création d’un régime enregistré d’épargne-études personnalisé pour que les travailleurs canadiens puissent parfaire leurs compétences.
– Donner plus d’indépendance au directeur parlementaire du budget en lui faisant rendre compte au Parlement.
– Ne pas déposer de projets de loi omnibus.
– Relâcher la ligne du parti. Forcer les députés à voter avec le gouvernement seulement au moment de la mise en œuvre de la plateforme électorale du PLC en 2015, de l’adoption des mesures budgétaires et des projets de loi touchant la Charte canadienne des droits et libertés.
– Ne pas imposer de candidat dans les 338 circonscriptions au prochain scrutin. Toutes les nominations seront ouvertes.

***
ON A DIT DE LUI…
« Peut-être […] qu’on assiste à la première manifestation d’une dynastie », a déclaré l’ex-chef du PLQ Claude Ryan après l’éloge empreint d’émotion que Justin Trudeau
a prononcé aux funérailles de son père, à la basilique Notre-Dame, en octobre 2000.

***

BEAUCOUP D’AMIS!

– À 191 000 abonnés Twitter. Stephen Harper en a 312 000 et Denis Coderre 99 000. Ses sympathisants pourraient voter pour lui à la direction du PLC, puisqu’il n’est pas nécessaire d’être membre du parti pour participer au scrutin.

Photo : J, Wright/PC
Photo : J, Wright/PC

– Remporte un combat de boxe très médiatisé contre le sénateur conservateur Patrick Brazeau (donné favori) à l’occasion d’un gala de bienfaisance contre le cancer, à Ottawa, le 31 mars 2012.

– Seul candidat à faire bouger l’aiguille des sondages. Les sondeurs ne s’entendent toutefois pas sur l’ampleur des changements dans les intentions de vote. Certains placent le PLC premier avec Trudeau comme chef ; d’autres, deuxième, au coude-à-coude avec le NPD.

 

***

IL EST POUR
• L’exploitation des sables bitumineux.
• La transaction qui cédait le contrôle de la société pétrolière canadienne Nexen à des intérêts chinois.
• Une plus forte participation étrangère dans les entreprises de télécommunications.
• Le maintien de la gestion de l’offre dans le secteur agricole (lait, œufs, volaille).
• Un « prix sur le carbone », sans préciser s’il s’agirait d’une taxe ou d’un marché d’échange des crédits.

IL EST CONTRE
• Le pipeline Northern Gateway, qui acheminerait du pétrole albertain vers la Colombie-Britannique pour exportation vers l’Asie.
• Le registre fédéral des armes de chasse. « Le registre des armes d’épaule tel qu’il était fut un échec. La possession d’une arme à feu est une facette importante de l’identité canadienne. »
• Le scrutin proportionnel — mais pour un scrutin préférentiel.
• La fusion ou une collaboration électorale avec le NPD.

***

UNE VIE À PART

Photo L Band photo /Keystone
Photo : Band photo /Keystone

Naissance : 25 décembre 1971.
Parents : Pierre Elliott Trudeau et Margaret Sinclair Trudeau. Est le deuxième enfant au Canada à naître tandis que son père est à la tête du pays. Le premier était Margaret Mary Macdonald, née en 1869, pendant le règne de John A. Macdonald.

Frères : Alexandre (né le 25 décembre 1973) et Michel (décédé en 1998 dans une avalanche en Colombie-Britannique).

Épouse : Sophie Grégoire. Mariage célébré en mai 2005 à Montréal.

T

Enfants : Xavier James (18 octobre 2007) et Ella-Grace (15 février 2009).

Études : DEC du collège Jean-de-Brébeuf, bac ès arts de l’Université McGill et bac en éducation de l’Université de la Colombie-Britannique.

Fortune : À la mort de son père, en 2000, il reçoit un héritage de 1,2 million de dollars.

Pierre Elliott Trudeau, le père de Justin. On voit ce dernier avec ses jeunes frères, Michel et Alexandre, puis avec sa femme, Sophie Grégoire, et ses enfants, Ella-Grace et Xavier James.

J
Photo : M. Beauregard/PC

PAYÉ POUR PARLER !
Depuis 2006 : Conférencier invité (en 2006, il touche 290 000 dollars pour ses discours, et en 2007, 462 000 dollars).
2008 : Élu député de la circonscription de Papineau. Aux Communes, agit comme critique du PLC en matière de jeunesse, d’éducation postsecondaire, de sport amateur, de multiculturalisme, et critique adjoint en matière de citoyenneté et d’immigration.
Octobre 2012 : Se lance dans la course à la direction du PLC. Directeur de campagne : Gerald Butts, ancien bras droit de l’ex-premier ministre de l’Ontario Dalton McGuinty. En 2006, avait appuyé dans cette course Gerard Kennedy, puis Stéphane Dion.
Mi-novembre : Demande les conseils de Mitch Stewart, directeur de la campagne de Barack Obama dans les États clés. But : bâtir une campagne sur le modèle de celle du candidat démocrate en 2008, en attirant les électeurs désabusés, en recourant aux réseaux sociaux ainsi qu’aux petits dons en guise de financement.

***

JUSTIN TRUDEAU ET LE QUÉBEC
• Contre le renforcement
de la loi 101.

• Contre la reconnaissance de la nation québécoise (votée aux Communes en 2006).

• La majorité claire à un référendum sur la souveraineté devrait se situer à 66 %.

***

DANS SON SILLAGE…

Photo : F. Chartrand/PC
Photo : F. Chartrand/PC

JOYCE MURRAY, 58 ANS
Députée de Vancouver Quadra depuis 2006. Née en Afrique du Sud, a grandi en Colombie-Britannique. A été présidente de Brinkman & Associates Reforestation (500 employés). MBA de l’Université Simon-Fraser sur les changements climatiques en 2012. Ministre de l’Environnement dans le gouvernement provincial de 2001 à 2004. En faveur d’une alliance PLC-NPD-Parti vert pour déloger les conservateurs.

 

 

Photo : A. Wyld
Photo : A. Wyld

MARTHA HALL FINDLAY, 53 ANS
Avocate. Députée de Toronto-Willowdale de 2008 à 2011. Se présente au centre droit du PLC, avec des idées controversées, comme l’abolition de la gestion de l’offre en agriculture (volaille, œufs, lait). Veut rebâtir le parti dans l’ouest du pays.

 

 

 

Photo : Vadim Daniel
Photo : Vadim Daniel

MARTIN CAUCHON, 52 ANS
Avocat, spécialiste des relations commerciales avec la Chine et l’Asie-Pacifique chez Heenan Blaikie à Montréal. Député d’Outremont de 1993 à 2003. Seul ancien ministre fédéral dans la course (Revenu national et Justice). Architecte de la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe. A repris en main la gestion du registre des armes d’épaule.

Les commentaires sont fermés.

Pourquoi un programme politique qui n’est presque jamais appliqué ou qui apporte autant d’inconvénients que d’avantages ?

J’ai suivi avec intérêt cette course au leadership qui depuis longtemps n’a pas suscité une telle attention médiatique. Je vous écoute chers experts et je me dis: Depuis le temps qu’on dit qu’il faut attirer une nouvelle génération, faire de la politique autrement (eux n’ont pas la même approche) laissons-lui le temps de se faire élire de un, puis on verra ensuite. Vous serez sans doute nombreux à surveiller ses moindres gestes et paroles tout en scurtant ses positions face au PLC et NPD. Ben Mulroney pourrait très bien faire le saut, un jour, on ne sait jamais. Au Québec, on avait Claude Béchard, hélas! il est parti trop vite.

«Faire passer de 50 % à 70 % le taux de participation postsecondaire.»

On manque plein de monde dans les métiers. Camionneurs, plombiers, électriciens, menuisiers, débosseurs, bricleurs, etc…

Trudeau connait rien. On a pas besoin plus de monde à l`université ou au Cegep. Même qu`on en a trop. On devrait fermer des programmes et contingenter. Je veux rien savoir de Trudeau. Et non plus du NPD. Je vais continuer à voter conservateur.

Les plus populaires