[Chantal Hébert] Le débat des chefs : un match nul ?

Pauline Marois n’a pas vraiment eu le débat dont elle aurait eu besoin sur deux autres fronts qui auraient dû l’avantager : l’éthique et la Charte des valeurs.

Photo: Ryan Remiorz/La presse canadienne
Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne

PolitiqueSi Pauline Marois avait besoin, comme le suggèrent les sondages, de mettre à profit le débat de jeudi soir pour freiner l’élan que la perspective d’un possible troisième référendum a donné au PLQ depuis le début de la campagne, les manchettes qu’ont inspiré les échanges suggèrent qu’elle n’a pas réussi.

Ce ne sont pas des titres comme celui du Journal de Montréal — qui rapporte ce matin que la chef péquiste a maintenu le «flou» sur ses intentions référendaires — qui sont particulièrement susceptibles de convaincre les deux tiers des Québécois croyant, dur comme fer, qu’il y aura inévitablement un référendum à l’ordre du jour d’un gouvernement péquiste majoritaire de changer d’idée.

D’autre part, Pauline Marois n’a pas vraiment eu le débat dont elle aurait eu besoin sur deux autres fronts qui auraient dû l’avantager.

1- L’éthique : En voyant le temps consacré aux questions d’éthique englouti par le sujet de la volonté de Pierre Karl Péladeau de conserver ses actions dans l’empire Québecor s’il devient ministre, bien des partisans du Parti québécois ont dû être tentés d’éteindre la télévision pour aller se mettre la tête sous l’oreiller.

Pauline Marois a fini par passer ce qui aurait dû être un temps fort de son duel avec Philippe Couillard sur la sellette au sujet de PKP. Au total, ce fut un mauvais quart d’heure pour le PQ.

2- La Charte : la décision de ne faire aucune concession à ses vis-à-vis de l’opposition pour mieux se présenter à l’électorat comme seul garant de l’instauration d’une charte des valeurs a finalement été moins payante pour le PQ que prévu, jeudi soir. Encore à l’unanimité, les trois adversaires de Pauline Marois ont démontré combien il aurait été facile pour le gouvernement sortant de trouver un terrain d’entente consensuel sur un projet de Charte avec une majorité de l’Assemblée nationale.

Tout cela pour dire qu’au total, il est sans doute prématuré de classer l’exercice de jeudi comme un match nul.

S’il s’avérait que le débat n’a pas changé le cours actuel de la campagne qui, faut-il le rappeler, est favorable au PLQ, il faudrait conclure :

a) que Mme Marois aurait raté une de ses dernières meilleures chances de lever l’hypothèse référendaire qui plombe ses chances de conserver le pouvoir le mois prochain ;

b) que Françoise David aurait réussi à garder sa mise envers et contre les appels du PQ à un ralliement des forces souverainistes sous sa bannière ;

c) que François Legault n’aurait pas réussi à transformer un duel PLQ/PQ à l’issue duquel la CAQ risque d’être saignée à blanc le 7 avril en lutte à trois ;

d) que personne ne pourrait plus écarter l’hypothèse — jugée bien improbable en début de campagne — d’une victoire libérale le 7 avril.

Il faudra attendre quelques jours pour tirer un trait définitif sur ce débat qui, d’autre part, ne passera pas à l’histoire.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Laisser un commentaire

L’animation (modération ?) d’Anne-Marie Dussault est inadéquate. C’est son rôle que de s’assurer que chacun puisse prendre la parole sans être obligé de couper les autres pour le faire. Comme Dussault a un parti pris évident pour Pauline Marois, elle lui laissait la parole presqu’à volonté alors que Couillard et Legault devaient parler par-dessus elle s’ils voulaient avoir la chance d’être entendus. Il en a résulté une cacophonie désagréable.

Anne-Marie Dussault est une piètre animatrice incapable de comprendre son rôle. QUI a pris la décision de la nommer à ce poste? Couillard a bien fait de remettre les pendules à l’heure lors d’une présentation tendancieuse. Dussault en avait la mâchoire décrochée. lol

non seulement Mme Marois fut la seule qu’elle n,a pas interrompue, elle a accordé 5 minutes de plus à Mme Marois au total. C’est du jamais vu dans un débat et devrait exclure mme Dussault à tout jamais de ce rôle

La stratégie de Marois est simple. De un, passer sa charte pour chasser les allophones du Québec et se donner une plus grande marge de manœuvre pour la question référendaire. De deux, avec PKP dans le décor, se servir des médias comme principaux outils de propagande et de promotion référendaire. Le problème est qu’économiquement, le Québec ne peut pas devenir un pays à cause de sa dette, de son piètre rendement économique et la précarité des ses programmes comme la santé et l’éducation.

Un Québec séparé devient du jour au lendemain un pays du tiers monde qui tombera rapidement sous l’influence des capitaux américains (d’ailleurs, c’est déjà commencé). Essentiellement, Marois désire à tout prix se sortir du Canada et de son influence pour tomber par la suite sous l’influence beaucoup plus néfaste de nos voisins du sud. Elle est prêt à tout pour démolir la constitution canadienne à des fins totalement irrationnelles et irréfléchies. Je dirais même qu’elle est prête à vendre son âme au diable dans le seul but de satisfaire ses aspirations obsessives. Le 7 avril 2014, les Québécois ont la chance de tuer dans l’œuf les aspirations séparatistes du gouvernement actuel en votant pour un parti capable d’adresser les vrais défis économiques et sociaux. L’idéologie d’une séparation n’a plus sa place dans un contexte de convergence économique mondial.

@Anmianme

Comment le PQ va s’y prendre pour chasser 1,2 million d’Allophones avant le référendum?
Va-t-il falloir noliser toute la flotte d’Air Transat, jour et nuit?

Le plus exemple de démagogie que j’ai lu ici depuis très longtemps, lire ça dans un journal anglophone qui ne se gêne pas pour faire du « Québec bashing » je comprendrais, mais ici ! À moins que ce soit une pure traduction d’un commentaires de un de ces journaux là !

Tel que lu ce matin:

« Couillard a dominé à mon avis. Grâce à des attentes peu élevées sans doute (je parle pour moi), mais aussi grâce à une Marois trop formatée et mise en scène. Les trois autres avaient l’air naturels alors que Marois essayait vraiment trop de créer le mood par sa gestuelle exagérée – on sentait trop la figure imposée. Je rencontrais agréablement David, Couillard et Legault, alors que je subissais Marois.

Est-ce que les adversaires de Marois avaient été conseillés aussi intensivement à cet égard? Peut-être… Ils ont tous trois néanmoins nettement mieux tiré leur épingle du jeu. »

J’appuie ce commentaire à 90%!!!

Hey! C’est de moi, ça…

Oui, à mon avis, Marois avait l’air empêtrée dans une gestuelle mal apprise pour une mauvaise pièce de théâtre amateur. Chacun à sa façon, les trois autres étaient plus authentiques. J’avais l’impression de les rencontrer tels qu’ils sont, alors que Marois surjouait.

Pas la 1re fois que je remarque ce côté mis en scène de Marois. Je pense ici notamment aux apparitions de Charest et de Marois au spécial de fin d’année d’Infoman (ou à Infoman en général), où Charest a toujours eu l’air d’un humoriste né, jovial et sympathique, pendant que Marois avait l’air crispée sans bons sens, tant par sa gestuelle que par son discours guindé, teinté d’hypercorrection et suintant l’insécurité. Charest était à comme un poisson dans l’eau alors que Marois semblait vivre la chose comme une épreuve intenable.

Couillard n’incarne pas précisément la chaleur humaine, mais il me semble s’assumer sur ce plan, et je ne lui demande pas d’être une figure affective de remplacement, mais juste un bon premier ministre, rationnel et décidé. J’aime mieux Legault, cela dit, mais ça n’arrivera juste pas. En fait, je m’apprête même à voter Manon Massé (QS) de mon côté dans le fol espoir de sortir Breton et le PQ de Ste-Marie/St-Jacques. Zéro affinité avec QS quant à moi, mais je n’en avais pas non plus avec le NPD quand j’ai voté pour Laverdière afin de sortir Duceppe et le Bloc de Laurier/Ste-Marie en 2011 (j’avais la chance d’avoir Laverdière comme poteau, ce qui me donnait tout de même un poteau de luxe avec une feuille de route impressionnante).

Ca fait des mois que Couillard et David nous culpabilisent avec la charte. A les écouter, des milliers de pauvres femmes voilées vont être congédiées par la Charte qui divisent les Québécois, martèlent-ils sans cesse

Hier, Mme Marois a bouché Couillard en lui disant que la seule femme qui avait perdu son emploi était Fatima Houda-Pépin.
Couillard est resté bouche bée, incapable de lui dire que Maria Mourani avait subi le même sort, de l’autre coté.

Victoire Marois

si vous définissez victoire comme la rétention du vote des caribous vous avez raison, mais si cela devait inclure de convaincre les indécis, impensable.

Il y a de quoi se sentir coupable quand on s’est impunément cru le droit de brimer les droits de ses concitoyens au nom de simples malaises diffus et non documentés.

« Ce ne sont pas des titres comme celui du Journal de Montréal — qui rapporte ce matin que la chef péquiste a maintenu le «flou» sur ses intentions référendaires — qui sont particulièrement susceptibles de convaincre les deux tiers des Québécois croyant, dur comme fer, qu’il y aura inévitablement un référendum à l’ordre du jour d’un gouvernement péquiste majoritaire de changer d’idée. »
« …les deux tiers des Québécois croyant, dur comme fer… » Voilà ce qui m’agace le plus dans votre texte et qui est en plus d’être excessif est assez partisan.
À part ceux qui sont anti-péquistes sans réserves et nuances, il n’y a personne de sérieux et connaissant un tant soit peu qui pourra gober ça.
Je vous l’ai déjà écrit, si vous voulez orienter la population, présentez-vous donc !
L’idée de l’indépendance vous horripile ?
Combattez là sur le tapis politique Madame Hébert.

Je précise d’avantage que c’est le « dur comme fer » qui me dérange véritablement. Et c’est ça que je trouve excessif.

Tant qu’aux sondages, sur lesquelles est basé le deux tiers, je n’y accorde pas beaucoup d’importance. Parce que les réponses sont plus que jamais trop précises et ne laissent aucune liberté à l’interprétation individuelle.
Hors on voudrait que l’on mesure l’opinion des gens comme on calibre une balance. Ce n’est pas pourtant pas du tout pareil !
Une balance est calibrée à un point précis et non de 1 à 10, plus ou moins calibrée ou plus ou moins non calibrée.
Et donc, contrairement à une balance dont la calibration est précise et convenue, le choix de réponses à la question posée peut ne pas me convenir du tout…mais si je répond au sondage et avant de passer à la question suivante ou avant de clore le sondage, je me dois d’y répondre.
Je suis un être humain avec un libre-arbitre, avec des idées qui souvent me sont propres surtout lorsque l’on va dans les détails et je je ne suis pas une balance !
Quoi que mon signe astrologique l’est.
Mais j’accorde à l’astrologie plus ou moins ce que j’accorde aux sondages…d’opinions…si on nous laisse pas le choix de NOS opinions, mais que le choix d’opinions du sondeur !

Pôvre vous ça fait des années que tous les sondages démontrent clairement que plus de 60 % des Québécois sont totalement contre la tenue d’un autre référendum. Changez le »dur comme fer » de Mme Hébert pour totalement ne change pas la donne.,

Ce n’est pas ce que souligne le propos ici.
Ne pas vouloir un référendum et croire que le PQ fera un référendum s’il est majoritaire est 2 choses différentes.
Pauvre vous apprenez à comprendre ce que vous lisez !
Totalement étant synonyme me ferait réagir dans la même mesure.
Pauvre vous !

Match nul dites vous ? Je n’ai pas du tout eu la même perception.

Je vous concède que Mme Marois aurait pu mettre P.Couillard dans les cordes beaucoup plus solidement qu’elle l’a fait durant le thème sur l’éthique, j’imagine qu’elle n’a pas cru bon le faire parce que c’est tellement évident que le PLQ en a pas d’éthique si on se base sur ce que les Commissions Bastarache d’abord puis Charbonneau nous en apprend, c’est de notoriété public, elle n’avait pas besoin d’insister, les québécois ont déjà compris.

Quant à la Charte c’est vrai que le PQ aurait pu niveler par le bas et aller avec les autres partis au plus petit commun dénominateur qui aurait arrangé énormément le PLQ en particulier et sa clientèle captive, mais le PQ est convaincu qu’il faut aller plus loin dans l’intérêt à long terme des québécois (de tous les québécois) et il sait qu’une majorait.é de québécois pensent la même chose; ce n’était donc pas nécessaire pour Mme Marois d’insister d’avantage qu’elle là fait, et vous l’avez remarqué M.Couillard a encaisser un méchant coup de la part de Mme Marois en tentant de l’attaquer là-dessus. Mme Marois l’a dit, la version finale de cette charte viendra après consultations auprès des québécois.

Les partisans de P.Couillard aiment véhiculer l’idée qu’il a l’allure d’un chef d’État, si on oublie 1 minute sa stature, il n’avait pas l’air de ça hier, durant des grands bouts il était plutôt terne manquait d’arguments, a réessayé d’interpréter à son avantage les données sur l’emploi de 2013 alors que la façon standard de le faire prouve le contraire de qu’il avance, il a essayé la tactique de Jean Charest avec Bernard Landry lors du débat de 2003 en lançant quelque chose comme » il y a 1 heure ou 2 M.Lisée a dit.. » pas chanceux Mme Marois n’a pas mordu, il s’est essayé autrement » Avez vous lu, probablement pas, le rapport du spécialiste XYZ.. sur », il a osé jouer au bonhomme sept heures.

P.Couillard était crédible cependant lorsqu’il a réaffirmé sa volonté d’ouvrir d’avantage les services de Santé au privé. Il l’était beaucoup moins lorsqu’il avancait sans pouvoir nous en convaincre que le PLQ et ses solutions (les mêmes vieilles que celles du gouv Charest) redresseraient l’économie du Québec; pour P.Couillard et ses cheerleader la stratégie est simpliste : « répétons, répétons la même chose, même si pas en mesure de le défendre, en espérant que l’électeur finira par gober ça ».

C’est sans oublier l’insistance de P.Couillard (aidé de F.Legault) à continuellement brandir le référendum et des arguments de peur en assaisonnement en espérant faire diversion.

Mme Marois a été beaucoup plus convaincante et dynamique que M.Couillard tout au long du débat.

C’est déconcertant juste de penser que des québécois peuvent encore faire confiance au PLQ, le même que celui qui les a floué systématiquement et mur-à-mur de 2003 à 2012 qui revient avec les mêmes plans de match, les mêmes candidats, avec un chef qui a clôné l’allure et les façons de faire de J.J Charest et qui ne peut que s’améliorer dans ce sens là avec le temps en pratiquant les façons de faire Charest. C’est tout simplement désolant.

Vous étiez déjà un convaincu à sa cause. Mme marois n’a pas convaincu les indécis, les mous ni les QS de voter pour elle juste pour avoir une charte radicale.

Bien dit Claude,

Il y a vraiment une constatation que je dois m’imposer et qui me renverse: Il existe vraiment PLUSIEURS RÉALITÉS… La lecture que je faisais du débat ( qui ressemble à la vôtre ) et que je croyais assez juste évidemment, ne ressemblait pas à celle de la majorité des premiers intervenants médiatiques, ce matin !!!

Parce que je ne crois pas avoir le monopole de l’intelligence, je me suis questionné : comment autant de gens pouvaient avoir vu une autre réalité très différente de la mienne? Plus tard, sur d’autres canaux, j’ai retrouvé des positions plus ressemblantes.. Mais cela ne règle rien!

Ce qui provoque la question: Est-ce que la partisannerie ou une idéologie peut, à ce point, influencer mon jugement? Comment pourrait-il devenir, à ce point, aveugle ?

Comment des gens peuvent-ils encore prétendre, HONNÊTEMENT, que ce ne soit pas évident que, compte tenu des sondages clairs indiquant que les 2/3 des Québécois ne veulent pas pas de référendum, Mme Marois ne veuille pas, non plus, tenir de référendum….??? QUE CE NE PEUT PAS être à l’avantage de son Parti de le faire !!! Pas pour un maudit bon bout de temps. ( Legault aussi l’a dit !!!! 10 ans pour sa part)

Est-ce que quelq’un peut vraiment croire que la volonté de la population puisse à ce point changer à l’intérieur d’un seul mandat ?????

Pourtant une majorité d’analyste criait, ce matin et sans aucune retenue, que c’était une campagne référendaire….. Que le débat l’avait prouvé …. ( Lapierre s’en tremoussait les fesses sur sa chaise.)

Est-ce nous vivons sur la même planète ? RESTE-T-IL une once de VÉRITÉ et de DÉCENCE chez nos politiciens??? Après on se plaint que les citoyens deviennent cyniques ou désabusés……

Pour écouter des PERROQUETS, une campagne de 30 jours, c’est BEAUCOUP TROP LONG…..