Le gouvernement Charest à la recherche de solutions

 

Création de Sylvain Rivest.

Laisser un commentaire

La solution passe par un meilleur enseignement du respect de l’état de droit dans les départements de sciences molles des CEGEPs et des universités.

La beauté de la démocratie est que les conflits se règlent en cour quand il y a impasse, et non dans la rue, par la force du poignet, du nombre, de la meute, du plus photogénique, du plus démagogue, du plus manipulateur ou du plus violent. Seule les arguments rationnels sont acceptés en cour. Ainsi tous ont une chance égale parce que nous sommes tous égaux devant la loi. C’est un acquis remarquable dont la moitié de l’humanité ne bénéficie pas encore, et qu’on doit chérir comme la prunelle de ses yeux. Ce qui requiert des générations pour être acquis peut se perdre en une seule si on ne prend garde.

Quand des irréfléchis (dont certains sont anarchistes) refusent l’état de droit et son caractère civilisationnel en n’obéissant pas aux ordres de la cour (les nombreuses injonctions des semaines précédentes) qui ne faisait que rappeler des droits aussi fondamentaux que le droit à l’éducation et le devoir de respecter un contrat dûment signé entre un étudiant qui a payé sa scolarité et une institution d’enseignement, alors il y a crise sérieuse: les fondements des acquis civilisationnels des derniers 300 ans deviennent subitement menacés. Une loi spéciale s’impose, par respect pour la démocratie et notre admirable civilisation qui a largement fait ses preuves philosophiques, scientifiques, sociales et techniques, en Amérique comme en Europe.

La cause immédiate de la loi 78 est le non respect des injonctions. Ce non respect ébranlait les fondements de notre démocratie occidentale. C’est sérieux et intolérable, ça. S’il y avait eu respect des injonctions, il est très probable que la loi 78 n’aurait jamais vu le jour.

En utilisant la justice et, en avant-dernier recours, une loi spéciale, le gouvernement ne méprise nullement les manifestants, mais il méprise les meutocrates: ceux qui se croient au-dessus des lois et qui pensent que leur liberté prime sur celle des autres. C’est un mépris sain et salvateur.

Et Honorable qui aura encore raté ses cours d’épistémologie; les sciences ont toutes leur valeur dans la recherche des connaissances.

Les meutocrates de droite alors…

C’est Chartrand !!! est bonne!(en passant, j’aurais bien aimé qu’il interfère, c’est pas qu’on manque de piquant ces temps-ci mais, je m’ennuie de son style! (soupir))

Monsieur Honorable, peut-être que vous, vous devriez prendre des cours d’histoire; là, vous comprendriez que la démocratie n’a pas été enfantée ni défendue sans douleur. Plusieurs têtes royales ont dû tomber parce que les sans-gênes de différentes époques (comme Desmarais ici au Québec) l’avaient kidnappée pour servir leurs intérêts propres. De plus, quelques cours de droit vous serviraient peut-être à comprendre que ce n’est non pas le droit en tant que tel mais bien l’exercice du droit qui est évolutif. Le status quo n’a jamais mené nulle part; il n’a que retardé l’inévitable.Alors, pour les discours sanctimonoeux sur la loi et l’ordre, on repassera.

Drôle mais probablement non représentatif de la réalité du Cabinet, à mon très humble avis.

Au contraire, ce gouvernement sait très bien ce qu’il veut et même s’il semble improviser dans sa stratégie, c’est non pas qu’il se remet en question, mais plutôt qu’il sous-estimait les étudiants.

« La beauté de la démocratie est que les conflits se règlent en cour quand il y a impasse, et non dans la rue (…) »

La démocratie, ce n’est pas seulement le gouvernement par les juges tel que conçu par Pierre Elliot-Trudeau. C’est aussi la voix du peuple aussi imparfaite soit-elle et c’est aussi la place publique où s’exprime l’opinion du citoyen.

Limiter la démocratie à une cour de justice, en cas d’impasse, c’est une lecture très étroite de la vie publique et de l’interaction entre gouvernant et gouvernés.

Une démocratie ne peut se passer des gens qui la forme et lui donne vie.

Cher Honorable, j’ai lu ton commentaire et je suis perplexe.
Puisqu’en ce moment 500 juristes marchent pour protester contre la loi 78.
Avez-vous une explication ?

N`enpeche qu`il faudra une intervention particuliere pour eviter que nos festivaliers puissent ressentir autre chose que la honte s`ils doivent renoncer a eux meme en ce moment.
La musique aidant et la sensibilite de certains artistes pourra peut-etre recuperer ce qui restera de dignite chez certains participants mais je ne suis pas certain qu`il sera facile de faire rire jaune.
Andre de Calgary.

« refusent l’état de droit et son caractère civilisationnel en n’obéissant pas aux ordres de la cour »
Bravo pour l’homme de paille … Un de vos sophismes prefere … Et puis pour l’appel a la terreur bravo …

« La cause immédiate de la loi 78 est le non respect des injonctions. Ce non respect ébranlait les fondements de notre démocratie occidentale. »
On dirait une joke tellement le vocable est fort … Que dire alors … de toutes ces derives de ce gouvernement en terme d’ethique, contournement de la loi sur le financement … Si on utilise la meme rhetorique … que dire de la corruption, collusion, gestion des ressources naturelles …. Que dire d’un premier ministre qui a instrumentalise une commission d’enquete et qui avait les deux mains dans le processus de nomination des juges avec des post-it … J’ose a peine ecrire ce que vous pourriez ecrire …

Quelque chose comme fin du genre humain ou destruction totale de toute forme de vie habitant la planete ou que sais-je …

Quelques commentaires sur la loi 78 que l’internaute evoque … Moi ce qui me fascine en regard de la loi 78 c’est a quel point les argument et la rhetorique d’hier n’est plus valide pour les militants liberaux …

(1) Qu’arrive-t-il des tres tres tres longues tirades en commission parlementaire de la ministre Weil concernant le projet de loi 94 qui disait qu’on ne pouvait en aucun cas comparer le droit ici et ailleur car on a les chartes … Maintenant on peut comparer avec la France, la suisse ou les Etats Unis … mais quand vient le temps de matter les etudiants aucun probleme …

(2) Qu’arrive-t-il des tres tres longues tirades de la ministre st pierre qui en commission parlementaire evoquait pour une eventuelle application de la loi 101 a toutes les ecoles … d’eventuelle plainte de l’ONU, la reputation du Quebec et que cette loi pourrait etre eventuellement conteste … Ici on semble meme pas de probleme a voter une loi qui a sa face meme est contestable …

On semble meme utiliser malicieusement la longueur des tribunaux …
Et quand un journaliste dit au ministre dutil que le gouvernement peut demander lui meme un avis plus rapidement il evoque ne pas savoir et ne pas etre avocat …

(3) Habituellement les chartiste liberaux nous ont habitue a des nombreux criteres comme dans le cas du projet de loi 104 … 15 criteres pour definir le parcours authentique … et une approche au cas par cas …

Ici pour les etudiants plus de cas par cas … plus de critere flou … c’est 50 m du terrain, 8h a l’avance … mais quand vient le temps de matter les etudiants no problemo …

(4) Et plus les liberaux ca les inquiete pas quand le ministre dutil dit que la date de perention est pour rendre la loi plus acceptable …

(5) Des chartistes liberaux avec une preoccupation a deux vitesses pour les droits …

Suivez donc comme a votre habitude votre cheuf dans toute sa turpitude …

Je voudrais mettre la citation suivante en réaction au commentaire de « Honorable »

« Si la jeunesse n’a pas toujours raison, la société qui la frappe a toujours tort » François Mitterrand en 1968

@Honorable, je comprends bien votre respect de l’État de droit mais je crois (comme beaucoup de gens semble-t-il) que le devoir moral doit passer avant le devoir légal. Il est bien certain que nous sommes chanceux d’avoir un système judiciaire, mais comme vous le dites vous-même, des droits acquis peuvent être perdus très rapidement. C’est pourquoi il est de notre devoir (par nous j’entends tous les citoyens) de douter et de remettre constamment en question la justesse de nos instutions. La loi est loin d’être incorruptible. Après tout, il n’y a pas si longtemps, les lois interdisaient le marriage entre les gens de races différentes aux USA et le marriage gai est toujours proscrits dans plusieurs états alors que le mariage entre cousins est légal… la leçon: il faut toujours douter.

C’est pas sorcier, le problème c’est eux, la solution, c’est nous.

Vivement des élections!

@ honorable,pour moi vous avez manquer quelques épisodes du téléroman,tout le monde a peu près sauf vous et quelques écartés en sont a la négo,pour une raison bien simple ,pas le choix,c’est dommage pour vous et vos zamis rêveurs et redresseurs de tort en série mais le train est déja en marche et vous etes rester sur le quai ,comme d’habitude.

lire le texte de Michel Clair dans Le Devoir de ce matin.
Comme disait mon vieux père:
» ce monsieur a un bon jugement: il pense comme moi … »

@ hono rable,vous n’avez pas d’objection a ce que je vous appele jean-marc chaput??,notre admirable civilisation??lol j’ai tu manquer quelques chose,vous dites ça plus pour vous convaincre qu’en y croyant réellement,lol

L’esprit cartésien de «honorable» est remarquable, mais il oublie que la France est passé il y a pas si longtemps d’une république à la suivante, poussée par la foule des rues !
Depuis plus de 30 ans on se fait dire que le plus beau est à venir et on nous demande encore plus de nos poches pour avoir moins de services. Les dernières années néo-libérales et conservatrices de droite de Charest on été catastrophique, au point que ce gouvernement actuel est au pouvoir avec 24% du vote possible ! Une ineptie!
Le désintéressement de la population envers la classe politique est pâtant, après qu on aille vu la corruption et les dépenses folles de nos élus avec encore une autre demande d’augmentation des frais qui sera suivi d’une autre sans que le modèle de gestion soit remit en cause… Et les étudiants sont devenu la bougie d’allumage de cette révolte populaire toute Tunisienne, sans trop de casse, souvent provoquée par la police qui pense que montrer sa force brute calmera les esprits…

LA solution va probablement être…une élection le 9 juillet.

La dureté du mental du PLQ Charest, debout devant les étudiants et tout contre la mollesse congénitale du PQ Marois à genoux devant les étudiants et tout, tout, tout.

Voilà comment va être présenté la prochaine élection, par le très honorable M. Charest, qui risque bientôt de souffrir le déshonneur, à la Commission sur la construction dont il ne voulait point.

« La beauté de la démocratie est que les conflits se règlent en cour quand il y a impasse, »

Hallucinant comme commentaire.

Il vous manque quelques notions de « sciences molles » (histoire, science politique, sociologie) pour comprendre à quel point votre remarque est aberrante.

(J’exclus, bien sûr, la plus « molle » des sciences, la pseudo-science par excellence: les « sciences » économiques, dont le champ d’action est terriblement limité et limitatif. De la part d’un détenteur d’une maîtrise en physique, je peux vous certifier qu’il n’y a personne en science pure qui considère l’économie comme une « science »).

Le gouvernement est vraiment fort. Il n’avait plus rien à mettre sur la table car il avait déjà trop donné aux étudiants lors des dernières négociations. Le problème c’est qu’une majorité d’étudiants sont des illettrés en mathématiques (je ne veux insulter personne mais la réalité est qu’ils ne peuvent pas fonctionner sans calculatrice – le calcul mental ou sur papier leur est inconnu) et n’ont pas été capables de visualiser le cadeau que le gouvernement leur donnait, car c’est trop difficile de calculer et de comprendre ce que représentent des mesures « complexes » comme le remboursement proportionnel des prêts. S’ils ne peuvent comprendre, ils pensent que le gouvernement veut les berner. C’est la faute au gouvernement de ne pas avoir reconnu cette faiblesse chez nos étudiants (je crois que maintenant le gouvernement le sait). En plus, le gouvernement a indexé la hausse mais l’a répartie sur 7 ans au lieu de 5. Ça devenait vraiment trop abstrait pour les étudiants qui ont rejeté le tout et demandent des mesures concrète (facile à comprendre) comme une réduction directe et chiffrée de l’augmentation des frais annoncée. Maintenant, le gouvernement a quelque chose de plus concret à mettre sur la table : la loi 78. C’est brillant!

Réponse à Honorable
Hélas! En 2012, peu de gens partagent ce point de vue tout à fait logique et rationnel, le seul qui pourrait régler la crise.
La loi 78 : une loi semblable existe dans d’autres pays et même dans certaines villes canadiennes; pourquoi ne peut-on, au Québec, accepter cette loi?
L’appel au défi de la loi permet un rassemblement populaire dans une société de solitudes, pourquoi ne pas choisir une autre cause pour se rassembler?
Une cause plus urgente, moins nombriliste.

L’effet Lisée (son support global pour les boycotteurs et son attitude globale anti-gouvernement dans ce dossiers) se fait sentir.

En effet, les boycotteurs contribuent à “l’anglicisation” des Québécois: 1609 applicatons de plus à Concordia cette année. “Grâce” aux boycotteurs supportés par tant de journalistes francophones, quiconque hésitait entre l’université francophone ou anglophone hésite beaucoup moins. S’il préfère obtenir ses diplômes à temps et sans interruption, son choix est maintenant clair: fréquenter McGill, Concordia, Bishop’s ou l’université d’Ottawa.

Autre avantage: il sera entouré d’une plus grande proportion de confères/consoeurs qui aiment étudier.

Quand on aime étudier, on ne boycotterait pas ses cours pour tout l’or du monde. Quand on n’aime pas étudier, on les boycotte pour $325 par année…

Comme le Canada anglais valorise plus l’éducation que le Québécois francophone, vous ne verrez pas des étudiant canadiens anglais boycotter leurs cours pendant des mois.

L’excellent Henry Aubin (B.A., Harvard) de The Gazette: http://www.montrealgazette.com/opinion/costly+repercussions+protest/6694021/story.html

@Gilles A: les « 500 » juristes ont donné leur itinéraire à la police plus de 8 heures à l’avance. Ils ont respecté la loi 78 dans son intégralité. De plus, moins de 30 % d’entre eux portaient le carré rouge, sans doute à l’image du 70 % des étudiants qui n’ont pas boycotté leurs cours.

Dans une démocratie, on a le droit de demander des changements à une loi (d’ailleurs, la plupart des gens qui modifient les lois sont des juristes…), mais on n’a pas le droit de biser la loi.

En somme, je ne comprends pas ce que vous ne comprenez pas, et je m’étonne de votre étonnement.

La palme du gag de 15h15 revient à notre ami honorable.

Ainsi lorsqu’il nous écrit : «La beauté de la démocratie est que les conflits se règlent en cour…». Dans le blogue précédent il nous rappelait comment Abraham Lincoln avait réglé son conflit. Il avait sans doute des arguments canons !

«Seule les arguments rationnels sont acceptés en cour.» Là c’est le Barreau au complet qui se bidonne.(Pensez à l’affaire Valerie Fabrikant).

«Ainsi tous ont une chance égale parce que nous sommes tous égaux devant la loi.» Oui mais à la condition de ne pas être au salaire minimum. Parlez en à Claude Robinson !

«Quand des irréfléchis (dont certains sont anarchistes) refusent l’état de droit et son caractère civilisationnel [sic]» Notre petit allemand à moustache défendait aussi le caractère civilisé de son état de droit.

«…ordres de la cour …qui ne faisait que rappeler des droits aussi fondamentaux que le droit à l’éducation » Dans la charte canadienne l’éducation n’est pas un droit fondamental. Dans la charte québecoise le droit à l’éducation s’arrête au secondaire. (cf loi instruction publique).

«…le devoir de respecter un contrat dûment signé entre un étudiant qui a payé sa scolarité et une institution d’enseignement » Il ne faut quand même pas charrier. Un formulaire d’inscription n’est pas un contrat notarié.

« les fondements des acquis civilisationnels [sic] des derniers 300 ans deviennent subitement menacés.» L’éducation, un acquis « civilisationnel » depuis 300 ans ? L’instruction est devenu obligatoire et gratuite seulement en 1943. L’université Laval, première université francophone au pays fut fondée en 1852.

Cher honorable, continuez vous m’amusez. 🙂

@ honorable: je commente rarement les entrées de blogues. Je trouve qu’on y polarise trop le débat et que les mots dépassent probablement la pensée de ceux qui les écrivent. Ce qui me fascine, par contre, est l’absence du doute dans vos écrits. Remarquez bien, vous n’êtes pas le seul, mais vous ressortez du groupe du fait que vous êtes minoritaire dans votre idéologie. Vous sentez sans doute le besoin de vous affirmer davantage. Vous êtes sans aucun doute brillant et tout aussi fier d’être Québécois que les plus fiers d’entre nous. Ça me ferais grand bien si je pouvais sentir un tout petit peu votre humanité et votre recherche de vérité. Je vous laisse cependant libre de continuer à écrire ce que vous écrivez.

honorable me fait penser à un ancien membre d’un forum politique, qui se distinguait à peu près de la même manière.

c’était un étudiant en droit, aussi il se gargarisait de ses premières notions dans le domaine.

Vive Trudeau, vive le fédéralisme, vive le Canada, alouette!

libéral convaincu mais pas convaincant.

il loge encore à la même enseigne, si je pense que c’est le même… 😉

C’est vrai que le débat est difficile et que les tenants d’une idéologie s’enferme dans leur pattern, d’où la polarisation qui est fort regrettable.

Mais dans la situation actuelle, quand les gens sortent dans la rue avec des casseroles, en tant que dirigeant, si j’en étais un, je commencerais à me poser des questions.

En l’occurence, je trouve étonnant que M. Charest garde encore son air satisfait.

honorable :
mai 28, 2012 à 17:58
«La beauté de la démocratie est que les conflits se règlent en cour quand il y a impasse, et non dans la rue, par la force du poignet, du nombre, de la meute, du plus photogénique, du plus démagogue, du plus manipulateur ou du plus violent. Quand des irréfléchis refusent l’état de droit »
Ce que j’ai compris, c’est que pour vous, toutes les manifestants ne sont que des voyous. (Incluant les juristes puisqu’ils manifestent CONTRE la loi 78)
«La cause immédiate de la loi 78 est le non respect des injonctions. Ce non respect ébranlait les fondements de notre démocratie occidentale. C’est sérieux et intolérable, ça.»
«S’il y avait eu respect des injonctions, il est très probable que la loi 78 n’aurait jamais vu le jour.»
La loi 78 va beaucoup plus loin que le simple respect des injonctions.

Si le non-respect des injonctions vous suffit pour faire cette loi MATRAQUE, on est plus près d’une autocratie que d’une démocratie.

Démocratie (nom féminin)
Gouvernement où le peuple exerce la souveraineté.

Autocratie (nom féminin)
Gouvernement d’un souverain absolu. (Jean Charest)

Souverain,e (adjectif et nom commun)
Personne qui détient le pouvoir politique. (Jean Charest)

« Quand on aime étudier, on ne boycotterait pas ses cours pour tout l’or du monde. Quand on n’aime pas étudier, on les boycotte pour $325 par année… »

Si c’est pas un jugement de valeur, je me demande bien c’est quoi.

Et si on applique cette règle loufoque aux groupes linguistiques, sans distinction, là on sombre dans quelque chose de bien misérable, juridiquement ou non… 😉