Le «Ministre québécois du bonheur» a raison

Le ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, en a surpris plusieurs en utilisant ce mercredi une terminologie peu fréquente dans ce ministère. Parlant de son prochain budget, il a déclaré:

«La finalité, ce n’est pas d’équilibrer le budget. La finalité, c’est d’être heureux comme peuple, d’avoir une croissance économique et de gagner à court terme, et de gagner à long terme.»

Les incrédules peuvent constater d’eux-mêmes :

Dans son excellent carnet, Mots et maux de la politique, le journaliste Antoine Robitaille raille: «Est-ce une version québécoise de Don’t Worry, be Happy

Ne me comptez pas parmi les rieurs. D’abord parce que j’ai l’impression d’avoir écrit le texte. Oui, oui ! Dans la première de ma série de Lettres au ministre des Finances, la semaine dernière, j’expliquais que le retour à l’équilibre budgétaire était nécessaire, mais pas dans un calendrier qui réduirait la qualité de vie des Québécois à court et long terme. Je me cite:

Car, en fait, l’objectif de l’équilibre budgétaire n’est pas l’objectif réel. Cet équilibre est un moyen pour assurer aux Québécois une bonne qualité de vie.

Notez, je n’ai pas écrit bonheur. J’ai écrit qualité de vie. J’avoue, j’ai manqué d’ambition. Raymond Bachand a corrigé ma copie. Doit-on lui en vouloir ? Jefferson et ses amis, en 1776, ont bien écrit que l’objectif du nouvel État américain serait «la poursuite du bonheur». Pourquoi ce qui est admirable aux États-Unis serait-t-il risible au nord de la frontière ?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

24 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Plein de gens trouve le bonheur en collectionnant les cartes de crédit.

Il semble que ce soit devenu la stratégie du gouvernement Charest.

Dépensons, soyons heureux car, pour citer Keynes, à long terme nous sommes tous mort de toute façon…

C’est quoi le problème quand on fait des suggestions ce n’est pas pour en réclamer le crédit. Autrement on obtient l’effet contraire, les gens refuserons systématiquement toutes vos bonnes suggestions, comme on n’est jamais seul à être arrivé aux mêmes conclusions car tout le monde à les mêmes données des problématiques et arriverons éventuellement aux mêmes solutions c’est le gros bon sens. Comment prédendre en être l’auteur. L’intelligence n’a pas grand chose d’originale on a à peu près tous a réfléchir de la même manière. Ne serait pas bien malain celui qui se prendrait pour un riginal d’intelligence supérieur. Puisque partout dans le monde ou les gens travillent en vase clos, ils arrivent à des résultats similaires essayant ensuite d’en réclmer les droits. Pourtant c’est tout à fait normal, on suis des tendances, des raisonnements semblables ça n’est qu’une question de temps ou les uns mettent en coorélations les différentes variables d’ou découlent des solutions potentielle. Ça arrive souvent à tout le monde qui réfléchissent sur un probléme, d,arriver à des conclusion pour s’appercevoir plus tard que ça à même déjà été publié. Il n’y a rien de mystique là dedans. Les scientifiques ont compris ça depuis un moment et au lieu de travailler chacun de son côté à faire la même chose, de plus en plus on publie au jour le jour le progrés des idées de chacun ce qui inspire les autres et accélère la production connaissances et de solutions en mettant à contribution les idées de chacun. Tant mieux il était temps, les égos ça n’a jamais fait avancer grand chose. Surtout quand les gens sont déjà payé pour réfléchir et faire avancer des débats publics. Il y a un peu des idées de bien du monde dans ça. Il y a de quoi être fier de poser de bonnes questions pour faire réfléchir et avancer les pistes de solutions mais personnes pourrait dire ne pas avoir été influencé des idées avancées par d’autres personnes. C’est l,effort collectif et la coopération qu’il faut adopter quand on parle de développement durable, de réingénérie. Les guerres de clocher à essayer de s’attribuer le crédit des pistes de solutions appartiennent je l’espère à une époque révolue, car de toute évidence ne contribue qu’à l’immobilisme et au ralentissement des projets.

On a pas encore vu le budget, on sait un peu à quoi s’attendre, mais les libéraux ne sont pas dupes, ils modéreront les compressions et les hausses de tarifs.

Je suis d’accord avec Raymond Bachand, équillibrer un budget ne doit pas être la seule finalité des finances, mais bien de répartir les budgets le plus efficacement possible pour donner les services à la population les plus efficients. L’expression « être heureux comme peuple » est inusitée et amusante.

Life, Liberty and the pursuit of Happiness…

Je suis un grand fan du concept. Mais dans la bouche du ministre des finances, j’ai l’impression que le Jeffersonisme est quelque peu déprécié.

La poursuite du bonheur serait-elle que « d’avoir une croissance économique et de gagner à court terme »?

Un débat sur un thème aussi large et important ne devrait-il pas durer plus que 5 heures un après-midi de janvier à Lévis?

Je ne douterai pas de la profondeur des principes de Monsieur le Ministre. Mais je douterai de son ardeur à les défendre.

On en revient encore à la stratégie de base du gouvernement Charest: faire le moins de vague possible.

Pour un Huron d’outre Atlantique, ignorant de la politique canadienne, la déclaration est magnifique, on croirait lire un économiste du XVIIIe croyant aux vertus du progrès.
Transformer les Hurons en gais lurons, ce serait déjà beau dans une période manquant d’espoir au moins à court terme. Et si, en France, Monsieur Eric Woerth a un blog, je lui communiquerai bien l’objectif de son collègue canadien. Les échanges font la richesse des Nations alors essayons de nous donner les uns les autres un « sérieux coup de main ».

La finalité n’est pas d’équilibrer le budget , c’est d’être heureux comme peuple !!!!!Malgré tout ce que madame sacoche nous a dit depuis sept ans sur les finances publiques et que le ministre Bachand nous dit a propos de l’augmentation des tarifs d’électricité et de la taxe de ventes , ce gouvernement est devenu JOVIALISTE et se met a dire une chose et son contraire ! Vaut mieux attendre le budget car ce gouvernement dit n’importe quoi et personne ne semble avoir les mains sur le volant ……

Bravo M.Charest. Tous les gens d’affaire, les bonzes des entreprises de construction et leurs partenaires syndicaux sont réunis à la même table.
Parlez leurs d’évasions fiscales de travail au noir et de paradis fiscaux qui coutent entre 2 à 3 milliards de manque à gagner par année au gouvernement du Québec.
Je suis certain qu’en tant que citoyens responsables ceux qui y ont recours renonceront à cacher leur argent au fisc pour permettre à la société québecoise de faire face à ses défis et d’accéder au bonheur comme le souhaite notre suave ministre des Finances Raymond Bachand!

C’est tous ensemble main dans la main que les Québecois, les riches avec les pauvres pourront chanter la fameuse chanson « D’ont worry be happy » à laquelle fair référence le journaliste Robitaille.

En Asie, existe un pays qui pour nom le Boutan.
Le bonheur national brut est l’objectif ultime du pays.
La dernière crise financière laquelle 99% des économistes à la petite semaine n’a pas vu venir et la reprise financière défendue par encore une fois ces derniers, par des commentaires qui varient en passant dans la même journée de l’excitation à la dépression, souligne que le système a atteint ses limites….mais on persiste.

Un exemple….oui bien sur. Tous se rappelleront que depuis quelques années on nous casse les oreilles avec 700,000 travailleurs à remplacer dans les prochaines années justifiant l’immigration qui a besoin d’un moratoire. Non la ministre James poursuit ses objectifs. Pendant ce temps, on veut que les travailleurs demeurent en poste jusqu’à 75 ans…..
Or il n’y a pas seulement le système qui a atteint ses limites. Les hommes et les femmes qui représentent le système ont aussi atteint leurs limites.
Et Bachand le petit bonhomme est davantage dépassé par les événements parce qu’il est un impuissant cherchant une personne ou un groupe qui pourrait lui permettre de venir lui procurer un plan fécond. Pour son bonheur à lui et phoque les autres.

Une fable libérale

Le plan de relance économique du parti libéral, basé sur les infrastructures (comprendre immédiat, construction et graissage de pattes des amis du parti ne travaille pas dans les intérêts de la population. D’une part, le Québec demande toujours une ENQUÊTE PUBLIQUE à cet effet, d’autre part, le parti libéral en a oublié le développement économique et politique DURABLE.

Le Québec maintenant d’autant plus endetté, le parti libéral part à la quête du bonheur… Si l’argent faisait le bonheur, le parti libéral serait tellement heureux!! Mais les Québécois attendent toujours les projets de développement économique les concernant et aussi, que lumière soit faite sur les sommes faramineuses mal investies (contrats aux amis jusqu’à preuve du contraire). Voilà ce qui ferait le VRAI BONHEUR des Québécois!
P.S.: Signez la pétition pour une enquête publique sur le site de l’Assemblée nationale à http://www.assnat.qc.ca

Il était une fois, en 2009, dans un village gaulois, on a attrapé une bande de pillards les deux mains…dans l’sac. Quand on leur a demandé « que se passe-t-il ici?! » ils n’ont rien répondu. Omertà…

Quelques semaines plus tard après les festivités, en 2010, ils chercheraient notre bonheur…

Le bonheur c’est ce qui s’éloigne de moi dès que je me mets à sa recherche.

La question d’ouverture est un peu douteuse, voire sophistique. Parce que c’est admirable au sud de la frontière nous devrions l’admirer? Il me semble qu’il y a plusieurs choses admirable au sud de la frontière que l’on peut critiquer.

La photo…on dirait des représentants de la maison « Urgel Bourgie », ci-gît la démocratie!

«Du pain et des jeux». Ça ne date pas d’hier et ça rend toujours le bon peuple heureux.
Vaut-donc mieux dire une telle énormité que ne rien dire. Il faut donc comprendre que le gouvernement Charest a maintenant les 2 mains sur le volant mais qu’il ne sait pas où aller. (Garnote a raison)
On aura beau avoir un GPS si on ne sait pas où aller, on tourne en rond, on fait dur sur place et on prétend qu’on rend le bon peuple heureux.

On dit que la nature a horreur du vide. Faut croire que le PQ ne l’a pas encore compris. Qu’est-ce qu’attend le PQ pour tirer profit de ce vide notoire où s’enferme le PLQ ? C’est peut-être que le PQ n’a pas grand chose à dire.

Les Québécois(e) auraient peut-être intérêt à regarder du côté de Québec solidaire voir ce qu’ils ont à dire.

Je prèfère la joie intérieure au bonheur extérieur , la foi en mes choix au doute, mon porte-monnaie même vide à ceux des autres, ma femme à l’étrangère , mes enfants aux éprouvettes congelées, mon pays nation au pays des autres, mes Quatre Saisons au Hollyday Inn, la République à la Floride, mon steak au ballooné, la fidèlité à l’infidèlité. le patriotisme à la trahison, mon ami de six pieds Fleur de Lys à ce raccourci etc…

L’argent fait le bonheur. Il faut s’enrichir – et on ne s’enrichit pas en s’endettant.

Encore faut-il vouloir s’enrichir. Warren Buffet est devenu riche parce qu’il en avait l’ambition -en 1947, à 17 ans, il avait déjà amassé 5,000 $ en vendant des journaux – qu’il a reçu une bonne éducation et qu’il a l’intelligence d’écouter et de s’entourer de gens compétents.

Les libertariens ne comprennent rien à l’enrichissement puisqu’ils n’accordent aucune valeur aux compétences. Voter pour le candidat qu’on juge le plus compétent, m’a-t-on dit, c’est prouver qu’on est incapable de gérer sa propre vie. S’ils pouvaient entendre un cheval réciter le discours libertarien, les libertariens voteraient pour un cheval.

Poursuivons donc le bonheur:
I like to be in America!*
O.K. by me in America!
Ev’rything** free in America
For a small fee*** in America!
(West Side Story)

* Le Québec est en America
** Everything comprend naturellement le bonheur
***fee se traduit en québécois par tarif (Hydro, Gaz Métro, SAAQ, tickets de stationnement, etc.)

A navire briser tous vents sont contraires.
Nous attentons toujours une enquête public sur nos moeurs de construction versus le financement de nos partis politiques. En attendant cela, pour moi, tout le reste n’est qu’écran de fumée

On constate facilement l’étroitesse d’esprit des individus prêts à s’accorder le bonheur tata du petit bonhomme.

Un américain philosophe et humoriste maintenant décédé avait quelques réflexions réaliste.(George Carlin)

À propos du « American dream »
« The american dream, you have to be asleep to believe it »

À propos de la société de consommation:
« There is something here….people buy things they don’t need with the money they dont’have…not too bright folks, not too bright »

Le problème c’est que quand vous nous parler de «la bonne qualité de vie» vous ne précisiez pas la qualité de vie de qui au juste?

Le ministre lui y va d’une formule plus inclusive avec son «être heureux comme peuple».

Mais je vous soumets que la réalité des faits démontre plutôt que c’est pas le bonheur du peuple dont il est question ici mais bien du maintient de privilèges, et même d’ajout de privilèges, absolument pas partagés par l’ensemble «du peuple».

Bonjour
Mr.Charest est un imposteur , voyons donc il n’a jamais été libéral de sa vie. Il a accepté de se faire acheter par les libéraux après de longue discutions . Il n’est pas libéral et c’est pourquoi il gère notre Québec en le mettant à genoux , politiquement et financièrement.Les deux mains sur le volant pour nous mener tout droit vers la faillite .
Un jour nous ramasserons les dégats et ce mercenaire sera avec sa gang de millionnaire assis sur une fortune colossal et les deux mains dans le trésor .
Sans être paranoique je crois vraiement qu’il gère le Québec en Canadian.

Hahaha!!! Il a raison, sauf que c’est une belle excuse pour justifier ce qui rend malheureux le peuple.

Nous sommes tannés de la comptabilité créative et des informations fiscales dignes de romans de science fiction.

La vérité pourrait faire mal mais crever l’abcès peut soulager alors que de le laisser grossir davantage empire la souffrance de tous.

Allez! Nous voulons des ministres courageux et intègres! Retournez voir le film « A few good men »!

J’aimerais bien que le PQ incrive le droit à la poursuite du bonheur dans notre future constitution. C’est un des droits les plus fondamentaux qu’aucun État n’a la légitimité morale de bafouer.

Et j’aimerais aussi qu’à la Place d’un CRTC québécois nous n’ayons pas de CRTC du tout. Le projet souverainiste doit en être un de liberté pour les citoyens, pas pour l’État.

C’est trop difficile de couper dans les dépenses inutiles ! 😉 ( les plaisirs immédiats des Québécois )
Raymond Bachand n’exclut pas de hausser la TVQ de 2 points au lieu d’un seul.
Pourtant lors des élections c’était une promesse de ne pas toucher aux taxes ! http://www.youtube.com/watch?v=ZwiM6TcUgX8