Le mur, pomme de discorde entre l’Inde et le Myanmar

L’information serait presque passée inaperçue… d’autant qu’elle ne concerne qu’une infime portion des frontières indiennes (10 km), quelques kilomètres le long de la Birmanie, à Moreh… ce qui, au prorata du kilométrage de murs frontaliers qu’a réalisé l’Inde le long de sa frontière avec le Pakistan, puis avec le Bangladesh, demeure dérisoire.

Pourtant cette histoire rapportée par le Hindu Times raconte la vie quotidienne de ceux qui vivent au pied du mur : la séparation, l’exclusion, la ségrégation. Et l’enclavement. Ou, en l’espèce l’exclavement (pour utiliser un barbarisme). Car les murs créent en effet des exclaves, où les citoyens d’un pays sont de facto rejetés de l’autre côté. C’est ici le cas du village de Ukhrul, Choro qui pourrait se retrouver côté birman, au grand dam de sa population et des officiels qui se mobilisent activement depuis une dizaine de jours pour éviter que le règlement d’un vieux différend frontalier ne se fasse à leurs dépends.

Le territoire de Manipur (#15) est au cœur de la controverse :

 

Élisabeth Vallet

Professeure associée au département de géographie de l’UQAM et directrice de recherches à la Chaire @RDandurand @UQAM

Suivez-la @geopolitics2020

Les 17 et 18 octobre 2013 se tiendra à l’UQAM un colloque international intitulé « Frontières, murs et sécurité« .

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie