Le nouveau NPD

À partir de cet après-midi, le NPD se réunit à Vancouver pour son congrès biennal. Au menu: fêter les 50 ans du parti et sa percée historique du 2 mai dernier, mettre à jour le programme et la constitution du parti pour prendre les allures d’un vrai gouvernement en attente. Ce dernier objectif détermine déjà l’orientation et le ton du travail du caucus depuis la reprise des travaux parlementaires le 3 juin.

Parlant du caucus, il est maintenant à majorité québécois. Cela infléchira-t-il le discours du parti? M. Layton s’en défend. Mais il est clair que l’aile québécoise a encore des croûtes à manger pour peser de tout son poids lors d’un tel congrès. Celui-ci arrive trop tôt après les élections pour que les députés québécois y jouent un rôle déterminant grâce à l’appui d’une délégation nombreuse.

Seulement quatre résolutions venant du Québec seront débattues en plénière, comparativement à neuf que défend ou auxquelles est associée la seule association de circonscription de London-Fanshawe, représentée par la députée Irene Mathyssen. L’association d’Ottawa Centre, une circonscription représentée par le député Paul Dewar, en défend cinq et est associée à deux autres.

Avec l’expérience, les députés québécois pourront eux aussi faire sentir leur influence. Si elle se confirme, on saura alors que le NPD est bel et bien leur parti. À eux aussi.

Laisser un commentaire

Je trouve amusant que vous parliez d’influence de la délégation québécoise à ce congrès dont les assises sont établies depuis cinquante ans.

En effet je serais curieux de savoir comment se comportera par exemple la députée bien connue de Berthier qui avoue bien des choses en entrevue.

C’est sans compter le député Boulerice qui s’est empressé de lâcher ses amis Palestiniens récemment. C’est pas drôle la ligne de parti.

Pour le reste l’aile québécoise a bien des croûtes à manger pour faire sentir son influence. Comme vous le révéliez récemment, elle n’est même pas capable de faire que sa langue domine dans un caucus où les Québécois constituent la majorité…

Tu parles d’une influence!

Influence you say / Influence dites-vous?

Le Canada est un pays au bilinguisme de pacotille / Canada is a phoney bilingual country!

Le respect mutuel des deux solitudes est la clef de voute qui pourra permettre la survie du Canada, mais il faut être deux pour danser le tango…

Intervention pertinente M. Gilles de NDH