Le nucléaire n’a pas dit son dernier mot

TerraPower: C’est le nom du projet dont Bill Gates, le fondateur de Microsoft multi-zillionnaire, se fait le promoteur. Une autre génération d’énergie nucléaire dont l’intérêt est de se nourrir des déchets nucléaires existants.

Il en a fait l’objet d’une partie de sa présentation à TedTalks, il y a un an (Il faut aller à 13’43 », mais tout est intéressant. Cliquez sur Subtitles pour avoir les sous-titres français):

Voici un extrait de la transcription disponible sur le site de TedTalks:

Le nucléaire présente aussi trois gros problèmes : Le coût, en particulier dans les pays fortement réglementés, est élevé. La question de la sécurité, d’être vraiment sûrs qu’il n y aura pas de problème, que, même en ayant des opérateurs humains, le combustible ne soit pas utilisé pour les armes. Et puis, que faire avec les déchets? Et, bien que le volume ne soit pas pas très important, il pose de nombreux problèmes. Les gens ont besoin de se sentir bien là-dessus. Donc, trois problèmes très difficiles qui pourraient être résolus, et donc, sur lesquels il faudrait travailler.

En fait, Nathan Myhrvold et moi, nous soutenons financièrement une société qui, cela vous étonnera peut-être, a choisi l’approche nucléaire. Il ya quelques innovations dans le nucléaire: modulaire, liquide. Et l’innovation avait vraiment cessé dans cette industrie depuis un certain temps, Alors, l’idée qu’il y ait quelques bonnes idées qui traînent n’est pas surprenant.

L’idée de Terrapower est, qu’au lieu de brûler une partie de l’uranium, ce un pour cent, qui est le U235, on a décidé de brûler les autres 99 %, le U238. C’est une idée un peu folle. En fait, ça faisait longtemps que des gens en parlaient, mais ils n’étaient jamais arrivés à simuler correctement si ça marcherait ou non, alors c’est grâce à l’avènement des super-ordinateurs modernes qu’on a pu effectuer la simulation, et voir que, oui, avec la bonne approche sur les matériaux, il semble que ça peut marcher.

Et, parce que vous brûlez ces 99 pour cent, vous avez énormément amélioré le profil des coûts. Ce que vous brûlez, ce sont les déchets, et vous pouvez utiliser comme combustible tous les surplus de déchets produits par les réacteurs d’aujourd’hui. Ainsi, au lieu de s’en inquiéter à leur sujet, on les utilise. Ça, c’est quelque chose. Ça aspire cet uranium en fonctionnant. C’est un peu comme une bougie. Vous pouvez voir ça comme une bûche, on en a souvent parlé comme du « réacteur à vague d’ondes ». En termes de carburant, ça résout vraiment le problème. J’ai une photo ici d’un lieu dans le Kentucky. Ce sont les « restes », les 99 pour cent, dont on a enlevé toute la partie qu’on brûle actuellement, alors on appelle ça « uranium appauvri ». Cela permettrait d’alimenter les États-Unis pour des centaines d’années.

Des nouvelles fraiches sur le projet, dans l’article du Wall Street Journal du 28 février dernier.

Le site de TerraPower.

Laisser un commentaire

Il faut faire confiance au nucleair, mais pas a n’importe quel projet. Voici le reacteur le plus puissant et le plus securitaire du monde.http://www.youtube.com/watch?v=mPi2kT_RbCI

La compagnie Areva est dirige par Anne Lauvergeon, une de mes CEO prefere elle est tellement intelligente.

M. Gates, bon génie. Sans lui, pas de blogue ici ni de portables ni de cellulaires.

Il devrait normalement nous sortir un autre miracle. Il se donne 20 ans.

Très intéressant !

Merci de nous ouvrir à des avenues différentes de celles que nous envisageons habituellement.

Une source d’énergie aussi extraordinaire ne peut être ignorée. Aussi longtemps que les autres sources d’énergie seront aussi abondantes, les recherches ne seront pas poussées bien loin, mais ça viendra, comme avec les voitures électriques, j’en suis convaincu.

Salutations cordiales

Pis qu’est-ce qu’on fait si ça fait un « blue screen »? On reboot la planète? Ce projet est un Titanic 😉

La fusion thermonucléaire contrôlée a beaucoup plus de chance de produire des réacteurs commerciaux que le nouveau type de réacteur à fission nucléaire que suggère Bill Gates.

Dans les deux cas, on est toutefois LOIN d’avoir un produit commercial à vendre qui fournit de l’électricité…

Les prochains 20 ans appartiendront aux états qui ne dépendent pas des hydrocarbures pour leur approvisionnement en énergie. Et il n’y a pas beaucoup d’alternatives aux hydrocarbures qui soient viables en terme d’énergie NETTE produite.

Il faut être réaliste, le désastre nucléraire de Fukushima au Japon (qui ne fait que commencer) vient à toutes fins pratiques de fermer la porte aux réacteurs nucléaires à fission.

Si Bill Gates n’est pas capable d’intéresser personne pour entreprendre le design et la construction d’un nouveau type de réacteur à fission expérimental, tel qu’il le décrit dans son vidéo, alors il peut toujours continuer de parler mais ça ne changera pas beaucoup de choses.

Ça m’a tout l’air que plusieurs petits mini réacteurs nucléaires sont en voie d’être réalisés ou bien réalisé.

Bill Gate est en partenariat avec Tocshiba. Tout cela semble très sérieux.

Moi, ce qui m’a fasciné dernièrement, c’est la décision du Parti québécois de démolir Gentilly 2 s’ils sont élus… (ils ont été au pouvoir 20 ans mais ils n’en ont JAMAIS parlé!).

Comme résolution bassement électoraliste et populiste, on ne peut faire mieux! Tenter de faire du millage politique sur les malheurs des japonnais…

Les profs gauchistes de l’UQUAM pourraient s’en servir comme modèle…

Bill Gates est un lunatique, A la conférence de Cancun, il a fait la promotion de la philosophie Malthusienne de réduction de la population.

Les sources « vertes », comme l’éolien et le solaire, ne sont pas rentables, ça coûte plus de 10 fois plus cher produire de l’électricité de cette façon qu’avec le nucléaire ou l’hydroélectricité. Seriez-vous prêts a avoir un compte d’hydro multiplié par 10?

Je remarque que les cours de gaz naturels se portent très bien ce matin. On dit que c’est plus sécuritaire que le nucléaire. J’ai déjà été témoin, dans ma tendre enfance, de l’explosition d’une maison suite à une fuite de gaz naturel. C’était très spectaculaire !

Les problèmes reliés au nucléaire sont peu nombreux. Mais quand problème il y a, cela peut dégénérer en catastrophe. C’est pour cela que l’on doit prendre des mesures excessives, qui dépassent les calculs normals, pour protéger les installations.

Je ne peux tout simplement pas ignorer le congédiement par Harper de Linda Keen quant on parle de sécurité des installations nucléaires. Elle voulait améliorer Chalk River pour mieux protéger l’installation des secousses seismiques, possibles dans cette région. Mais le gouvernement a préféré prendre un risque calculé, et congédier Madame Keen.

Enfin, on espère que le tordu qui l’a congédié se fera bientôt montrer la porte.

Le nucléaire repose sur un malentendu fondamental : dans les années 60, il était « entendu » ( et en fait concevable) que l’évolution de la technologie nucléaire permettait d’espérer que la fusion thermonucléaire contrôlée serait réalisée vers l’An 2000 et donc, l’industrie serait en mesure alors de récupérer tous les déchets de son activité rétroactive !… Plusieurs « alertes » dans les années 80 et 90 avaient renforcé cet espoir … vite déçu !… Maintenant, il est reporté aux années 2050 !… Quoique, selon l’astrophysicien Jean-Pierre Petit, la solution serait plutôt à chercher du côté de la « Z-Machine », expérimentée aux laboratoires Sandia à Los Alamos !…

Quant au projet de Bill Gates, il s’agit de la filière à uranium naturel développé par la France et soutenue ( avec acharnement ! ) par le général de Gaulle … jusqu’à son revirement soudain : deux mois avant son départ du pouvoir, en mars 1971, il l’abandonne, ferme les unités de recherche et achète les centrales sous licence US !… Les atomistes responsables du projet n’en sont jamais revenus !…