Le NY Times vs Michel Chartrand

La colère gronde dans quelques recoins du cyberespace contre la nécrologie de Michel Chartrand publiée dans le New York Times dimanche dernier.

chartrand-facebook

Signé Douglas Martin, spécialiste des nécros au Times, le texte présente principalement Chartrand comme un supporter du FLQ. Neuf des 18 paragraphes du texte sont consacrés aux liens Chartrand / FLQ.

Un groupe s’est créé sur Facebook pour exiger des excuses au Times. Il avait plus de 400 membres à midi ce mercredi. Les intéressés sont invités à réagir dans les pages du Times en contribuant aux « Lettres à l’éditeur », et en gardant « un ton poli ».

Laisser un commentaire

Je me demande bien ce qu’il y a de faux dans ce reportage du New York Times. Est-ce que quelqu’un pourrait me l’écrire ici ?

Ce n’est pas une question de fausseté, c’est comme si l’on rédige la chronique nécrologique de Jean Charest et que la moitié de la chronique parle de sa contribution comme chef du parti progressif conservateur du Canada.
Tout est dans la pertinence!

Pour l’article d’un blogue libertarien (le fascisme à la sauce d’aujourd’hui!) le titre approprié devrait plutôt être « Michel Chartrand, jeune fasciste, vieux communiste »…
Évidemment, comme tout bon libertarien, prendre certaines libertés avec les faits et le contexte est de mise!
Le contexte de l’époque (les années 30) étant que pour un jeune très religieux, le fascisme représentait l’avenir au sain du clergé, ayant même la bénédiction du dit clergé!
Même Maurice Duplessis et l’Union National, l’exemple même des politiques prônés par les néo-libéraux d’aujourd’hui pour le dégraissage d’état et le libre marché, supportait Adrien Arcand, chef du parti fasciste, dans ses malheurs!!!

Quatre de prison pour ses opinions, sans aucun mandat ni jugement. Faut que le monde sache ce qu’a été la période Trudeau.
Essayez d’imaginer ça aujourd’hui: 500 personnes arrêtées en pleine nuit, sans le moindre mandat. Des gens à qui on a fait peur au point de simuler un peloton d’exécution.
Ca ne s’est pas produit sous les séparatisssssss. Ca s’est produit dans le Canada du grand Trudeau.
Alors que les Indiens ont eu 2 milliards pour les pensionnats, les 500 Québécois n’ont jamais eu la moindre cenne.

Il n’y a pas de «Conseil de Presse aux États ? Pas question de rester poli avec de tels gens.

Michel Chartrand était un être admirable à bien
des égards. Mais je me suis étonné que dans tous
les articles publiés chez nous, on n’ait pas
rappelé l’appui qu’il avait manifesté au FLQ.

Ni la Presse, ni Le Devoir.

L’article du NYT me donne à penser que ma mémoire
ne m’avait pas trompé.

Que nos journaux n’en ait pas fait mention est
une faute grave.

Si on veut pousser un peu plus loin, Michel Chartrand aurait pu porter un bracelet à la cheville ou mieux encore, attendre toujours son procès à Guantanamo. J’exagère quand même mais à peine.
Au fait, i est alimenté par qui ce Martin( comme le demandait Laurent Dubois?)

Lutte des classes, on ne peux s’attendre a rien d’autre d’une revue appartenant aux dominants, il n’y a qu’eux qui compte. Si tu n’est pas avec nous, tu est contre nous! ils pensent comme ça., le mieux a faire c’est de les ignorer.

Je crois personnellement que le principal interessé s’en « chrisserait » pas mal du NY Times…

@ Laurent Desbois:

« Il est alimenté par qui ce monsieur Matin???? »

Seriez pas un Grand Inquisiteur par hasard pour qui la vérité est secondaire?

Qu’est-ce qui est faux dans l’article de Monsieur Masse (dont les références sont clairement indiquées soit dit en passant…) ou dans celui du New-Yrok Times?

S’il est légitime de saluer la mémoire de ceux qui comme Michel Chartrand ont contribué à nos luttes sociales ou politiques, la plus grande prudence s’impose devant le discours de ceux qui cherchent à en faire des idoles. Rappelons que l’histoire et la mémoire sont des modes différents d’évocation du passé. Dans bien des cas leurs conclusions sont différentes et parfois elles s’opposent totalement. La mémoire peut se permettre de souligner des moments forts de la vie d’un individu qui s’est illustré par le rôle qu’il a joué dans sa vie sociale et politique, mais en même temps de taire ce qui pourrait nuire à l image que certains vaudraient retenir. Or, tant que l’histoire, qui elle procède autrement, en pratiquant un maximum de rigueur de d’objectivité, n’aura pas fait toute la lumière sur les faits réels, mais aussi sur la controverse semée par certaines de leurs actions, la règle de la réserve s’impose. Claude Poulin Québec

Faudrait bien connaître celui qui aurait pu renseigner à ce point le journaliste du NY Times.
Encore de l’eau au moulin pour la haine des canadiens-anglais à notre endroit et qui n’est qu’un tissu de calomnies qui trahit la mémoire d’un de nos plus grands démocrates et ami.
Il semble bien que notre survie en tant que peuple continuera d’être quotidienne. Pour paraphraser Churchill, « We might loose a few battles but in the end, we shall win this War! »

Monsieur Martin,
Je ne sais pas à quelle abreuvoir vous vous alimentez, mais nous ne semblons pas faire la même lecture de l’actualité!!!!

Longueuil salue la mémoire de Michel Chartrand
http://www.fm1033.ca/actualites/-/pub/1Yi1/content/214342-longueuil-salue-la-memoire-de-michel-chartrand;jsessionid=073B029B52876D4AB3E1A9726018DEE7?redirect=%2Factualites%2F-%2Fpub%2F8u5T%2Fcontent%2F214624-hommages-a-denis-vincent%3Fredirect%3D%252F
Et voila monsieur Martin au delà de 1000 terroristes à Longueuil, y inclus des députés et ministres des principaux partie de Québec et Canada!!! Mdr!!!
http://lecourrierdusud.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=138446&id=840
C’est avec tristesse que la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a appris le décès le 12 avril dernier, du syndicaliste Michel Chartrand.
http://www.longueuil.ca/vw/asp/gabarits/gabarit_popup_comm.asp?ID_MESSAGE=29871&ID_ARROND_COMM=0
En effet, le conseil municipal a adopté une résolution afin de mandater la Direction de l’urbanisme de faire des suggestions de désignation commémorative pour rappeler la mémoire de ce dernier.

L’article du New York Times reflète une compréhension bien américaine de l’histoire du Québec. Des opinions telles que « Their aim was to exploit French Canadian feelings that the English had never given Quebec a fair shake » à propos du FLQ laissent entendre que le journaliste a une idéologie, concernant la crise d’octobre, qui met dans le même paquet les partisans de la souveraineté. Il est probablement un de ceux qui croit que séparatiste = terroriste.

Le choix de la photo le dépeignant comme un hystérique enragé dans l’article du NYT est un choix éditorial.

Qu’il ait été un supporteur de l’idéal du FLQ n’a rien de scandalisant. Avant la dérive de l’assassinat de Pierre Laporte, le FLQ jouissait d’un grand capital de sympathie auprès de la population.
Le fameux manifeste télédiffusé, qui demande une relecture, hormis son vocabulaire peu radiophonique, faisait une critique de l’ordre établi qui frappait sur le bon clou, ce que Chartrand a longtemps fait avec beaucoup d’éloquence mais sans fomenter l’anarchie.

L’article du NYT était, en effet, une belle occasion de casser du sucre sur le mouvement souverainiste.

Pour un tenant de la droite, la prédation du système capitaliste est « buiseness as usual » et la critique à son endroit est perçue comme hérésie. Alors pour l’objectivité on repassera. Ce n’est pas étonnant qu’un nombre restreint de commentaires ici témoignent d’un aveuglement complet face à la réalité nuancée de l’évolution historique. On appelle ce travers de l’esprit qui tient à ne retenir que les éléments qui confirment notre position idéologique : l’ignorance.

Michel Chartrand est un héros national.

« je crois en la démocratie: le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Je crois à l’égalité de toutes les femmes et de tous les hommes, parce que je crois en la justice, parce que je crois en la liberté à conquérir quotidiennement. Je crois que chacune et chacun doit être en mesure de participer aux décisions et d’assurer des responsabilités à son niveau.»

– Michel Chartrand

Michel Chartrand,

tu n’es pas mort, mais pour toujours vivant dans le coeur de tes enfants et petits-enfants. Ton souvenir inspirant, gravé à jamais dans notre mémoire de militants résistants. Au-delà du temps, je me souviens de ton courage de titan!