Le Palmarès des dictateurs

Non vraiment, ce n’est pas drôle être dictateur par les temps qui courent. Il y a les peuples qui se révoltent, les généraux, ministres et diplomates qui vous désertent.

Et le gagnant est...
Et le gagnant est...

Tout le monde vous critique ! Et voilà que, par dessus tout ça, un blogueur du New York Times, Renard Sexton, décide d’inventer un Palmarès des dictateurs qui vous fait mal paraître aux yeux de vos collègues !

Comment s’y est-il pris ? Pour être mis en nomination, puis accumuler des points, il faut :

* Être en poste depuis 1970;
* S’être maintenu au pouvoir pendant au moins 15 ans;
* Avoir restreint au maximum le processus électoral;
* Avoir bien réprimé l’opposition;
* Avoir extorqué un maximum d’argent public à des fins personnelles;
* Il y a une prime à avoir imposé son joug à un pays plus populeux qu’à une petite nation (C’est là que Duvalier a perdu ses points).

Et le gagnant est:  Mouammar Khadafi, le dictateur libyen, avec 81 points sur une possibilité de 100 !

Voici le reste du palmarès:

1 Muammar al-Qaddafi Libya 81.0
2 Francisco Franco Spain 72.3
3 Hassanal Bolkiah Brunei 69.4
4 Kim Il Sung North Korea 62.6
5 Fahd bin Saud Saudi Arabia 61.2
6 Hafez al-Assad Syria 61.1
7 Fidel Castro Cuba 60.7
8 Saddam Hussein Iraq 59.3
9 Mobutu Sese Seko DR Congo 56.9
10 Hosni Mubarak Egypt 55.3
11 Omar Bongo Gabon 54.7
12 Kim Jong-il North Korea 54.2
13 Suharto Indonesia 54.2
14 Hussein bin Talal Jordan 54.0
15 Nicolae Ceauşescu Romania 53.0
16 Teodoro Obiang Equatorial Guinea 47.4
17 Todor Zhivkov Bulgaria 46.3
18 Gnassingbé Eyadéma Togo 43.9
19 Paul Biya Cameroon 43.3
20 Mswati III Swaziland 43.1
21 Hastings Banda Malawi 41.9
22 Saparmurat Niyazov Turkmenistan 40.5
23 Ahmed Sékou Touré Guinea 40.0
24 José Eduardo dos Santos Angola 39.9
25 Jean-Claude Duvalier Haiti 39.8
26 Ali Khamenei Iran 38.4
27 Augusto Pinochet Chile 36.7
28 Islom Karimov Uzbekistan 33.2
29 Zine Ben Ali Tunisia 31.8
30 Daniel arap Moi Kenya 29.8
31 Than Shwe Myanmar 22.4
32 Robert Mugabe Zimbabwe 20.5
33 Idriss Déby Chad 19.7
34 Omar al Bashir Sudan 17.1
Les commentaires sont fermés.

S’il fallait avoir 60% pour avoir droit au titre, remarquez que seulement 7 d’entre-eux se qualifieraient.
Peut-on appeler dictateur celui qui n’a que 20% de méchanceté en lui … il a tout de même 80% de bonté, non?

Bien triste liste tout de même.

Sur une note plus légère, Daniel Pennac brosse une réflexion pleine de surprises sur la tyrannie et la démocratie dans son « conte » philosophique : « Le dictateur et le hamac ».

Il est curieux qu’un dictateur puisse investir son argent en toute tranquillité au Canada jusqu’au moment ou le gouvernement pourra se maintenir au pouvoir. Mais lorsqu’il quitte ou est chassé du pouvoir, son argent est gelé. Pourtant il était beaucoup plus dangereux, pour son peuple avant qu’après. Quelqu’un de sarcastique pourrait dire qu’un dictateur qui a perdu le pouvoir a aussi perdu le pouvoir de donner des contrats à des compagnies canadiennes.

Super! Et vous savez quoi? Douze pays dans cette liste dont DR Congo, Egypt, Gabon, Romania, Equatorial Guinea, Togo, Bulgaria, Cameroon, Guinea, Haiti, Tunisia et Chad sont membres de la Francophonie! Oh le rayonnement des francophones du monde! Je peux imaginer la fierté que doivent éprouver les grands prêtres de la Francophonie mondiale, dont JfL et Louise Beaudoin.

C’est Harper qui doit être soulagé de ne pas voir son nom sur cette liste …

«En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.»
[Georges Clemenceau]

Bonjour
Je trouve ça plutôt amusant, pas les dictateurs mais le calcul,
Prenons un exemple idiot, Elizabeth II. vue la durée, la fortune et la taille du pays elle aurait sans doute pas mal de points. Pour le progrès social j’avoue ne pas avoir les informations. Le Royaume-uni est une démocratie, une vraie, mais vu les critères notre brave Babeth ne serait pas ridicule. On ne trouve pas non plus ce cher Mao, il est pourtant mort après Franco.
En plus ce mode de calcul évacue toutes les oligarchies, ne pas trouver le PC chinois est un peu étonnant, rien sur la Birmanie non plus.
C’est un jeu rigolo pour trouver les grands méchants du moment mais en gros cela ne sert à rien. Je préfère l’idée d’agence de notation des pays portée par Cohn-Bendit

Est-ce que quelqu’un peut faire le calcul pour Trudeau-Chrétien et le Parti Libéral au Canada?

« Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau »
http://lesintouchables.com/auteur-250-Simard-Francois-Xavier.php
Voir l’essai à la fois psychanalytique, anthropologique et politique au sujet de ce dernier: « Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau » par François-Xavier Simard, éd. Les Intouchables, 2006. ISBN : 2-89549-217-4.

Ce médecin conclu que l’hostilité de Trudeau contre la nation Québécoise s’expliquerait par son conflit œdipien et des identifications familiales.

Vu son questionnement identitaire, ce livre pourrait être d’une certaine utilité.
———————————————–
« René Lévesque devait le [Trudeau] qualifier de « notre plus grand criminel de guerre en temps de paix. » » (Jean Dion, Le Devoir, 29 septembre 2000). P.367.
René Lévesque parle de Pierre Elliott Trudeau
http://www.youtube.com/watch?v=tPBj0kloH7M

1. * Être en poste depuis 1970;
Sauf quelques exceptions de 1950 à 2000.

2. S’être maintenu au pouvoir pendant au moins 15 ans;
Pas de problème!!!

3. Avoir restreint au maximum le processus électoral;,etc..
Voir Référendum volé, le coup de la Brinks, etc..

4. Avoir bien réprimé l’opposition;
Livre noir du Canada anglais par Normand Lester (3 tomes)

Neuf oppressions au Canada, dont certains sont reconnus comme génocides, en deux siècles d’histoire commune!!!

Quitte à vous surprendre, Chuck Guitté exprimait la vérité et la perception d’Ottawa, lorsqu’il parlait des commandites, lors de la commission Gomery : « Nous étions en guerre! ».
Quand René Lévesque prit le pouvoir le 15 novembre 1976, Roméo Leblanc était ministre de Trudeau et il avait dit que face aux séparatistes que le Conseil des ministres du Canada devenait un »war room ».
Ottawa et les anglais ont toujours été en guerre contre la nation Québécoise!

1. En 1970, lors de la crise (sic) d’octobre;
2. En 1900-1920, lors de l’élimination des droits des francophones en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, etc.…
3. Entre 1870 et 1930, l’exil de millions de Québécois aux États-Unis (13 millions en 1980);
4. En 1885, lors du massacre des Métis et la pendaison de Louis Riel;
5. En 1837-38, lors des patriotes;
6. En 1800, lors de l’occupation militaire;
7. En 1759, suite à la prise de Québec;
8. En 1755-1763, lors de la déportation des Acadiens.
9. la crise de la conscription en 1917 et 1944 (meurtres, emprisonnements).

5, Avoir extorqué un maximum d’argent public à des fins personnelles;

Voir les commandites, (Malheureusement, la construction du chemin de fer, c’est les conservateur)

6. Il y a une prime à avoir imposé son joug à un pays plus populeux qu’à une petite nation (C’est là que Duvalier a perdu ses points).

30 millions, « Le plus beau pays du monde »

Avoir bien réprimé l’opposition;

Loi sur les mesures de guerre » en 1970 (War Measures Act) de Pierre Elliot-Trudeau et :
• La crise (sic) d’Octobre est la plus grande crise politique de l’histoire contemporaine que le Québec a connue, en octobre 1970.
• L’armée canadienne occupe le Québec.
• Les libertés individuelles sont suspendues.
• On perquisitionne des dizaines de millier de résidences.
• On procède à au moins 457 arrestations de citoyens (le ministre Gérald Godin, la chanteuse Pauline Julien, le syndicaliste Michel Chartrand, etc.).
• Ils sont envoyés en prison incommunicado pendant des mois, sans mandat et sans être accusés de quoi que ce soit.

La crise d’Octobre, comme les Patriotes 1837-38, est la suite de la conquête des Anglais au Plaines d’Abraham en 1759!!!!!

L’absence de Hitler prouve qu’il manque peut-être des indicateurs du genre »Volonté d’exterminer des peuples entiers ».

Nos gauchistes sont à l’honneur: Corée-du-Nord en 4e. place et Cuba de Fidel et d’Amir en 7e.

Bravo les boys…

Bonjour,
En ce qui me concerne, en entendant parler d’un supposé dictateur qui opprime son peuple et le tout monté en épingle par tous les médias interposés, surtout avec l’arrivée des chaînes de nouvelles continues, je me pose de sérieuses questions, surtout si l’information origine de nos voisins les Yankees ! Toujours la même ligne directrice que le supposé dictateur opprime son pays. Car de façon générale, celui que les Américains qualifient de dictateur, c’est bien souvent parce que nos Yankees ne peuvent y mettre leurs gros sabots afin de spolier les richesses naturelles de cet endroit et exploiter à fond la caisse ses habitants.
Finalement et à contrario, se pourrait-il que si les Yankees ne sont surtout pas les bienvenus dans un endroit donné, c’est bien souvent parce que le pseudo dictateur que ces faiseurs de guerre pointent du doigt en le démonisant est bon pour ce pays et sait mieux que quiconque éloigner l’hégémonie et la rapacité américaine….. Avec plaisir, John Bull.

Réponse rapide à Yann,

Il y a quelque chose sur la Birmanie. Le no 31
est le général Than Shwe. On utilise simplement
l’appelation Myanmar plutôt que Birmanie.

Bonne journée.

Quelle fierté et quelle jouissance d’avoir trouvé 12 pays avec une dictature qui font partie de la francophonie.

Il y a 75 états gouvernements dans l’organisation mondiale de la francophonie concernant près d’un milliard de personnes.

Il y asans doute bien du monde qui aime aller voir chez le voisin ce qu’il s’y passe mais qui oublie toujours de balayer devant sa porte.
Beaucoup de dictateurs/trices restent encore anonymes jusqu’au jour où il/elle se fait pointer du doigt.

@Alexandre M (11)

«Être en poste depuis 1970»

Lorsqu’on lit que 2 Québécois sur 5 ne savent pas lire, ca ne veut pas dire qu’ils ne savent pas lire. Ca veut juste dire qu’ils ne comprennent pas ce qui est écrit…
Lire un texte, c’est une chose. Le comprendre, c’est autre chose.
A noter que les Québécois ne sont pas pires que les autres.

bien! l’analyse des gouvernements canadiens successifs avec trudeau en tête de liste…
mais on oublie g w bush responsable de la mort de milliers d’innocents en iraq ou ailleurs… (faut dire que quand on est américain et qu’on fait une liste de dictateur…)
mais tout cela prouve que si les gens du pays sont « riches » et qu’on peut les maintenir dans une ignorance heureuse de toute la réalité, on ne sera jamais sur la liste de dictateurs.

petite note quand même: pourquoi quelqu’un se sent-il obligé de mentionner amir khadir dans son texte sur les dictateurs?

@Alexandre M.

Hitler n’a été au pouvoir suprême que pendant 11 ans si je me rappel bien et on précise bien »S’être maintenu au pouvoir pendant au moins 15 ans; »

@ Laurent Desbois #9&10

Dans votre litanie de vos « présupposés » oppressions du « peuple » québécois par la Nation Canadienne, vous omettez la répression dans le sang de la manifestation contre la conscription du 1er avril 1918 à Québec où l’armée canadienne a ouvert le feu sur ses propres citoyens, pour la seule fois de son histoire, et tuée quatre personnes dans la foule et fait plus de 70 blessés.

Bien que je sois d’avis que le RoC méprise les francophones de ce pays et les considèrent comme des citoyens de deuxième ordre, je ne puis partager avec vous cette opinion que les québécois sont « opprimés ou persécutés » par l’État canadien.

Bien que je sois d’avis que les canadiens-anglais ont une haine latente envers les québécois, je ne puis partagé votre point de vue à l’effet que le RoC se considère en guerre contre le Québec.

Bien que je sois également d’avis que le fait que le Québec en demeurant dans l’espace fédératif canadien limite sa capacité à s’épanouir, je ne puis souscrire à votre thèse démagogique d’un « peuple québécois opprimé ».

Si vous regardez à l’extérieur de vos oeillères, que vous sortiez un peu de vos ornières et que vous lisiez un tant sois peu sur l’histoire de véritables peuples opprimés sur la planète au fil de l’histoire, vous verriez que le Canada c’est le « club med » de vos soi-disant pays oppresseurs.

Il y a des limites à véhiculer des aberrations et des facéties de ce genre. Il y a des limites à utiliser des arguments fallacieux pour défendre le droit du Québec à disposer de lui-même!

@John Bull

Il ya autre chose que l’information venant des Z’États.

BBC et Al-Jazeera fournissent une information très professionnelle et font partie de mes références télévisuelles.

Notamment Al-Jazeera, comme l’a reconnu madame Clinton.

Hé ben, j’ai mon voyage!… Seif Al-Islam al-Kadhafi, le fils de Kadhafi qui a promis « des rivières de sang » a obtenu un doctorat de la London School of Economics portant sur la défense de la démocratie: « les régimes qui privent leurs peuples des libertés fondamentales sont « des cibles légitimes pour une intervention » internationale. »

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2011/03/01/docteur-kadhafi-presume

—-

François 1 : « Nos gauchistes sont à l’honneur: Corée-du-Nord en 4e. place et Cuba de Fidel et d’Amir en 7e. »

Ça veut dire que les 32 autres sont des dictatures de droite? Bang! Vous venez de vous tirer dans le pied! Pas trop douloureux?

Christian

@ François 1er

Est-ce que cela veut dire que les autres sont tous des droitistes ? Alors là ça va pas bien pour toi…

En passant des imbéciles et des pourris il y en a dans toutes les idéologies et toutes les mentalités. Il faut faire attention avec des commentaires du genre.

@john boule : pas sous un Kennedy que les sudistes auront assassiné en même temps que sa volonté d’aider, ni sous un Obama qui tente de se défaire d’une droite aux pieds de plomb.

C’est vrai qu’un Beslusconi est semblable à un Quddafi dans le sens où les deux sont délirants. Mais il faut reconnaître que de tuer massivement et sans trop de remords déclasse un Berlusconi qui paraît bien angélique aux côtés d’un champion de la maladie mentale.

Je déteste profusément et totalement les dictatures et les régimes totalitaires. Je n’aimerais pas vivre dans des sociétés qui ressembleraient à celles décrites dans LE MEILLEUR DES MONDES, dans «1984», dans FAHRENHEIT 451. Je n’aimerais pas tellement vivre dans un univers de type kafkaïen («Le procès»).

Mais je ne cesse par ailleurs de me poser une persistante question qui est celle-ci: y a-t-il une marche inéluctable de l’humanité tout entière vers des régimes politiques dont on dirait qu’ils sont basés sur la démocratie, sur «le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple»?

Dans le même sens, y a-t-il une marche inéluctable de l’humanité vers des sociétés basées sur les principes du capitalisme? Francis Fukuyama avait-il raison de penser que nous nous dirigions vers LA FIN DE L’HISTOIRE parce que le communisme avait enfin agonisé et que le néolibéralisme allait enfin triompher mondialement?

Sans prôner la dictature ou le totalitarisme, peut-on accepter que des modèles socio-politiques «valables» existent sans être basés sur «le processus électoral» de type occidental?

Au Venezuela, Hugo Chavez est-il un dictateur? Dans la revue française BOOKS de février 2011, on présente le régime de Chavez (je devrais mettre un accent aigu sur le «a») comme étant lié à ce que les responsables de la revue appellent les DÉMOCRATOPATHIES, comme étant une manifestation des maladies de la démocratie.

Récemment un texte de Louis-Gilles Francoeur (Le Devoir) parlant de la DÉMOCRATIE DÉTOURNÉE a suscité une quantité industrielle de commentaires.

Personnellement je suis ravi de vivre dans une société dans laquelle je jouis, dans une certaine mesure, de la liberté d’expression. Malgré tout je suis incapable de penser que des sociétés qui «fabriquent» des multimilliardaires et des pauvres puissent prétendre qu’elles sont d’authentiques démocraties. La liberté d’expression de PKP est «infiniment» plus grande que la mienne.

Aussi, comment une prétendue démocratie peut-elle appuyer pléthoriquement de nombreux dictateurs? Cela est flagrant lorsque l’on considère les révoltes actuelles dans le monde arable. Et je n’oublie pas Pinochet et tant d’autres.

Aussi, la volonté absolutiste de gagner les prochaines élections est-elle un signe de la bonne santé de la démocratie?

Quand je vois STEPHEN HARPER faire à peu près ce qu’il veut avec 38% du vote populaire, si je ne m’abuse, peut-on parler de démocratie?

Je pourrais continuer longuement mais ma question fondamentale reste:

*****LE «PROGRÈS» DE L’HUMANITÉ» IMPLIQUE-T-IL QUE LA DÉMOCRATIE ÉLECTORALE VA NÉCESSAIREMENT FINIR PAR TRIOMPHER UNIVERSELLEMENT?*****

Je pourrais aussi parler assez longuement des thèses de NOAM CHOMSKY.

JSB, sociologue des médias

@ John Bull

(ironie)
C’est sûr que de tirer au missile anti-char sur sa population n’est pas pour beaucoup dans l’appellation « dictateur » de Khadafi…
(ironie)

Il n’y a pas que de ne pas être à la solde des américains dans l’équation dictatoriale… massacrer son peuple est objectivement la marque de commerce des dictateurs!

@ SensCommunRugueux
« Dans votre litanie de vos “présupposés” oppressions du “peuple” québécois par la Nation Canadienne, vous omettez la répression dans le sang de la manifestation contre la conscription du 1er avril 1918 à Québec où l’armée canadienne a ouvert le feu sur ses propres citoyens, pour la seule fois de son histoire, et tuée quatre personnes dans la foule et fait plus de 70 blessés. »

C’est inclus dans le point 9 de ma litanie, voir ci-dessous. Déjà neuf en en deux siècles d’histoire commune, c’est une bonne moyenne, …. Mais je suis certain que tu pourrais en ajouter d’autres, en enlevant tes œillères!!!

9. la crise de la conscription en 1917 et 1944 (meurtres, emprisonnements).

« Bien que je sois d’avis que le RoC méprise les francophones de ce pays et les considèrent comme des citoyens de deuxième ordre, je ne puis partager avec vous cette opinion que les québécois sont “opprimés ou persécutés” par l’État canadien. »

« Méprise » dis-tu!!! Élimination de leurs droits.. une province après l’autre?, l’extermination des Métis? Le génocide des acadiens (que tu appelles probablement « le grand dérangement »)?

«Jje ne puis partagé votre point de vue à l’effet que le RoC se considère en guerre contre le Québec. »

Pourtant, j’ai cité deux de tes amis fédéralistes : Chuck Guitté et Roméo Leblanc. Je te rappelle que c’est ton ami PET qui a proclamé les mesures de guerre en 1970. Je n’ai pas à enlever mes œillères… je l’ai subit et c’est là que j’ai réalisé que j’étais un « séparatiste »… et je le suis demeuré!!!

« Si vous regardez à l’extérieur de vos œillères »

Je crois que ce conseil te va bien!!!!

P.E.T se qualifie!

1) Une adolescence adulant le fascisme, tel que confirmé récemment dans une émission à grand déploiement de Radio-Canada!

2) Il fut au pouvoir au moins 15 ans du 20 avril 1968 au 30 juin 1984 (il prit de courtes vacances durant l’épisode Joe Clark)…

3) Durant son règne des centaines de personnes furent emprisonnées sans procès à la suite d’une sombre machination (Crise d’Octobre)décrite en détails dans « La Constellation du Lynx ».

4)Il fut même assez habile pour organiser avec son maître espion (« Le Sphinx qui aimait la pipe »)un coup d’état « constitutionnel » allant à l’encontre des droits fondamentaux du Québec que la Cour Suprême qualifia même d’illégitime.

5) Comme tout bon dictateur, un aéroport porte son nom, suite à une initiative de son meilleur élève…

@ Z (# 29):

Si PET, élu, je vous le souligne au cas où vous l’auriez oublié, par une majorité de Québécois (rappellez-vous la Trudeaumanie!!!) se qualifie comme « distateur », que dire des gauchistes comme Staline et Mao?

@ Pollux (# 24) & @ Christian (# 23):

Votre vision du monde en noir (les mauvais) et blanc (les bons) est d’un simplisme désespérant, voire alarmant.¸Vous me rappellez Georges W. Bush et sa répartie: « si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous!!! » Un peu rudimentaire comme raisonnement (résonnement?)…

Pas pour rien que le Québec, dirigé par les gauchiste-interventionistes depuis 50 ans, croupit dans les bas fonds du monde occidental. Heureusement pour tous, il existe toutefois des gens plus évolués pour qui les nuances entre les extrêmes comptent.

Et ça change quoi à ma vie ? C’est du n’importe quoi ce genre d’article ! On classe tout de nos jours. C’est vraiment une perte d’énergie et de temps. Nos intellectuels québécois sont vraiment nuls !

@ Laurent Desbois #28

Oppression : faire violence par abus d’autorité
Persécution : traitement cruel infligé avec acharnement
Extermination : action de faire périr jusqu’au dernier
Génocide : destruction méthodique d’un groupe

Voilà les mots que vous utilisez pour qualifier l’attitude du gouvernement canadien à l’égard des québécois en particulier et des canadiens-français en général.

Alors si je suis votre raisonnement, que j’achète vos arguments et que je partage votre point de vue, je devrais considérer que l’histoire des canadiens-français et des québécois peut se comparer à celle des afro-américains (esclavagisme, asservissement, ségrégation) ou à celle des Arméniens (assassinat systématique de plus de deux cent mille personnes par les autorités Turques).

Si je partage votre opinion, je pourrais faire un parallèle avec la quête du peuple juif à son auto-détermination (esclavagisme dans l’Égypte antique, ostracisme du moyen-âge au XXe siècle, shoah)? Au destin du peuple Palestinien (blocus, camps de réfugiés)? Et plus récemment, à l’accession à l’indépendance par le peuple du Timor-Oriental (des centaines de milliers de morts exécutés par les autorités Indonésiennes pour un peuple moins nombreux que les québécois), au sort réservé aux Tutsis par les Hutus au Rwanda et au lot des Fours et des Masalits au Darfour?

Si je vous suis bien, je pourrais assimiler Pierre-Elliot Trudeau à Augusto Pinochet, Chuck Guité à Heinrich Müller, Roméo Leblanc à Lavrenti Pavlovitch Beria, la GRC à la Gestapo, le SRCS à la Stasi ou au KGB et l’armée canadienne aux escadrons de la mort?

Si les québécois ont refusé à deux reprises, coup sur coup, leur accession à la souveraineté, ce n’est assurément pas parce qu’ils ont été traité de la manière que vous décrivez.

Bien que je convienne que l’État fédéral ait usé de subterfuges pour influencer le vote lors de ces deux référendums, je n’adhère pas à la thèse assassine de Jacques Parizeau à l’effet que la défaite référendaire soit attribuable à l’argent et au vote ethnique. Pour ma part, la défaite est attribuable au simple manque de solidarité entre les francophones catholiques « dit de souche ». Si l’adhésion à la thèse souverainiste était aussi grande que dans les ex-pays ayant formé l’union soviétique et que ce groupe de francophones catholiques « dit de souche » formait un bloc aussi monolithique que dans ces États qui ont acquis leurs indépendances avec des résultats à nous faire rougir de honte (Lettonie 73,7%, Lituanie 90% et Estonie 66,9%, pour ne nommer que ceux là), la majorité claire à une question claire aurait été acquise.

Si les souverainistes sont inaptes à vendre l’idée à la vaste majorité de ces francophones catholiques « dit de souche », c’est que ceux-ci ne doivent pas se considérer comme aussi tyrannisés et martyrisés que vous?

Soyez donc sérieux dans vos élucubrations et ajoutez un peu de rigueur à vos analyses?

Sans rancune.

@youlle
…ironie…
Vous allez devoir corriger votre chiffre sur le nombre de pays membres de la Francophonie, car, au dernier sommet du Commonwealth tenu à Trinité et Tobaggo, où on y accueillait un nouveau pays africain ayant choisi le régime scolaire anglophone, notre révérend Harper n’a pas cru bon de corriger lorsque le Canada y a été présenté comme un pays « anglophone ». Sinon qu’on me corrige.

@anchois pommier, votre 9 mars, 5h16

Votre commentaire plus que désobligeant sur Amir Kadir sent le poisson. Les Gaulois n’en veulent pas de votre poisson.

« P.E.T se qualifie! » (Z)

Surtout que comme bien des dictateurs il à été placé à la tête du pays par un financier.

Le gouvernement fantoche Trudeau au service de la finance comme celui de l’Afghanistan.

@ SensCommunRugueux

Quand on interdit d’enseigner le français dans les écoles, ne venez pas nous dire que se sont des grands alliés.

Le Canada est en guerre contre le Québec. Il ne peut plus l’être contre les francophones du roc ils ont disparus.

Vous devez savoir ce que c’est une guerre froide qui chauffe de temps en temps.

@SensCommunRugueux no. 33

« Génocide : destruction méthodique d’un groupe
Voilà les mots que vous utilisez pour qualifier l’attitude du gouvernement canadien à l’égard des québécois en particulier et des canadiens-français en général. »

J’ai utilisé la définition de génocide des Nations Unis, par rapport aux Acadiens :
Destruction délibérée et systématique de l’ensemble ou d’une partie d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux.

« Après que douze mille d’entre eux eussent été brutalement déportés par le pouvoir colonial britannique. Séparation des familles, incendie des maisons, des fermes et des églises, exil forcé vers les États-Unis et ailleurs, et hélas, mort de près la moitié d’entre eux. »

Tout un dérangement !!!!!

Le juriste et premier ministre Bernard Landry appelle cela un « crime contre l’humanité ».

http://www.vigile.net/Salut-Salam-Shalom

Moi, j’appelle cela un génocide !!!
Le même qualificatif s’applique aussi à mes ancêtres métis et aux Beothuks!

Les Beothuks étaient des habitants indigènes de l’île de Terre-Neuve avant le contact européen aux 15ème et 16ème siècles; ils sont maintenant éteints.
Voir Assiniwi, Bernard, « La saga des Béothuks ». Babel, LEMÉAC, 1996. ISBN 2-7609-2018-6

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9othuks
http://en.wikipedia.org/wiki/Beothuk

« Alors si je suis votre raisonnement, que j’achète vos arguments et que je partage votre point de vue, je devrais considérer que l’histoire des canadiens-français et des québécois peut se comparer à celle des afro-américains (esclavagisme, asservissement, ségrégation) »

Effectivement, je vois un lien entre le mouvement souverainiste au Québec et l’émancipation des noirs, aux États-Unis et en Afrique du Sud. Personnellement, Nelson Mandela et Martin Luther King m’ont beaucoup inspiré durant les années ’60.

Je vous souligne le livre « Nègres blancs d’Amérique » de Pierre Vallière.

http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/1986.html

Lors d’un récent voyage en Afrique du Sud, j’ai eu la chance de discuter avec de jeunes Sud- Africains. Ils étaient très fiers de me parler de leur nouveau pays et en plus, ils m’ont beaucoup appris au sujet de leur combat et de leur histoire. J’ai été très surpris avec les similitudes avec le parcourt des Québécois. Ils ont bien apprécié l’expression « Nègre Blanc! ». J’ai été flatté qu’ils fassent le lien avec Johnny Clegg… qu’ils ont affectueusement nommé le « Zulu blanc »!

C’est un pays fascinant à cause de sa complexité. J’ai beaucoup appris et j’ai eu beaucoup de plaisir à leur expliquer qu’il y avait 7 millions de « Nègres Blancs » au Québec!

Lors de ma récente visite au Musée de Martin Luther King à Atlanta GA, j’ai eu la même discussion avec les guides noirs. Encore une fois, ils étaient surpris de l’apprendre, mais ils étaient très flattés qu’ils ont pu nous servir d’exemple
———————————–
« Speak White »

Ce poème a été écrit en 1967 par Michèle Lalonde. Il est loin de ne parler que du Québec. Il parle du Vietnam, des Juifs, des noirs américains, de l’exploitation en général.

http://www.onf.ca/film/Speak_White/

Le 12 octobre 1889, au cours des débats à la Chambre des communes, Henri Bourassa se fait huer par des députés anglophones. Quand il tente de s’expliquer en français, il se fait crier : « Speak White ! ». En octobre 1899, il démissionne comme député de Labelle pour marquer sa dissidence à l’égard de la politique du premier ministre d’alors, Wilfrid Laurier, qui appuyait la participation du Canada à la Guerre des Boers en Afrique du Sud. Il fut réélu par acclamation comme député indépendant dans une élection partielle, en janvier 1900.

« L’histoire de la Confédération canadienne, c’est la série lamentable de nos déchéances et de nos défaites par la fausse conciliation. » Henri Bourassa

@ onbo

« …Harper n’a pas cru bon de corriger lorsque le Canada y a été présenté comme un pays “anglophone”. »

Y devait être fier Harper, le Canada anglophone et que dire de la fierté de nos Élvis Grattons, oui, le Canada Anglophône pour se sentir moins inférieur.

@ SensCommunRugueux

« Soyez donc sérieux dans vos élucubrations et ajoutez un peu de rigueur à vos analyses? » (SensCommunRugueux)

Oppression:
« L’oppression est le mauvais traitement systématique d’un groupe social avec le soutien des structures de la société oppressive. » (Wiki)

Avoir passé une loi pour interdire le Français dans les écoles est de l’oppression.

Avoir tiré sur le peuple est aussi de l’oppression qui peut être qualifié de persécution selon la définition:

« Une persécution est un type d’oppression consistant à appliquer à une personne ou un groupe de personnes des mesures ou des traitements injustes, violents ou cruels pour des raisons d’ordre idéologiques, politiques, religieux ou encore raciaux. »

Il en est de même pour les événements d’octobre 1970. Les gens se sentaient très menacés par des armes. Les gens avaient peur de la police parce qu’ils savaient qu’ils pouvaient se faire embarquer sans raison.

Ça aussi c’est de l’oppression et emprisonner les gens sans raison et sans qu’ils sachent pourquoi et avec des menaces, c’est violent, très violent et c’est en plus de la persécution.

C’est ça que Trudeau, pion placé à la tête du gouv par la finance, a fait a fait avec ses acolytes dessein de mâter les Québécois.

On pourrait en écrire des pages.

Vous savez SensCommunRugueux, on dirait que les fédéralistes sont aveugles ou ne veulent pas voir. C’est fort les émotions et les sentiments très très fort.

@ François 1er

Ton commentaire n’a aucun sens. Premièrement si mon commentaire est simpliste c’est que le tient l’était aussi car ma logique ironique découlait de ton raisonnement. Deuxièmement, mon deuxième paragraphe nuançait bien mes propos à savoir qu’il y a des gens intelligents ou stupides dans les idéologies de gauche ou de droite. Comparer mon commentaire à une citation de Bush était inutile et n’avait rien à voir avec ce que j’avais écrit.

En passant je suis assez honnête intellectuellement pour reconnaitre un bon politicien de droite (genre Joseph Facal)parce qu’il faut savoir ce réjouir lorsqu’il y en a des compétents. À lire tes propos sur ce blogue la nuance est rarement à l’intérieur de ceux-ci.

@ Youlle & Laurent Desbois

Avec des raisonnements qui relève plus du sophisme et du délire que du sens commun, je comprend les « immigrants, néo-québécois, membres des communautés ethniques au autres euphémismes du même acabit émanant de nos bien pensants féru de rectitude politique » pour désigner ceux que Jacques Parizeau appellent affectueusement « Eux » en opposition au « Nous » à craindre l’idée d’un Québec souverain et à avoir une méfiance à l’égard des souverainistes.

Vous soutenez que les canadiens-anglais (je n’ai pas de verbes plus fort pour accoler à vos fumisteries de génocide et d’oppression que: haïr ou détester) les québécois en particulier et les canadiens-français en général, mais force est de constater que vous leurs rendez bien.

Si vous aspirez à une adhésion pouvant former une majorité claire à une question claire, vous devriez changer de registre et réorienter votre discours misérabiliste vers un discours d’ouverture et démontrant tous les avantages que le Québec aurait à rapatrier tous ses pouvoirs et à déterminer par lui-même son propre destin.

« Qui sème le vent, récolte la tempête ». Continuer donc à semer la haine et vous récoltez la guerre que semblez tant la souhaiter.

Ne vous y tromper pas, j’ai travaillé pour le camp du Oui en 1980 car je n’avais pas encore l’âge de voter et j’ai voté Oui en 1995, mais le genre de discours que vous portez et l’intervention de Jacques Parizeau indigne d’un chef d’État me dégoute et j’ai tendance à accorder du crédit à ceux qui craignent le dérapage dans un Québec souverain.

Quand avez vous vu au Canada des fontaines (abreuvoirs pour les incultes) et des sièges dans les transports en commun uniquement réservés aux « speak white kinda persons »?

« I rest my case »

@ SensCommunRugueux

On n’accepte pas les faits.

On nie.

On interprète.

On fait dire aux mots ce qui fait notre affaire.

Une fois déboutonné, on fait un discourt de peurs et d’accusations fédéraliste traditionnel.

Vous savez SensCommunRugueux, se genre d’énoncé sans fondement j’ai commencé à l’entendre avant que vous soyez né.

J’ai l’habitude.

PS Il y a un ans et demi le oui passait à un peut moins de 50%.

@ SensCommunRugueux

« Quand avez vous vu au Canada des fontaines (abreuvoirs pour les incultes) et des sièges dans les transports en commun uniquement réservés aux “speak white kinda persons”?

Voyez-vous SensCommunRugueux vous détournez les question.

Il a été question d’oppression et vous en avez eu la preuve. Chasser un peuple de ses terres et s’en approprier pour en laisser mourir plus de la moitié, c’est juste un accrochage, une petite tricherie je suppose.

Vous parlez d’inculte.

Lisez-donc « Derrière l’État Desmarais:Power » surtout au début. Juste 200 pages et vous verrez que l’oppression envers les francophones a bel et bien existé.

PS Vous aurez beau penser, mais je ne suis pas du genre à fabuler et ni à croire. Je ne crois jamais personne.

@ SensCommunRugueux

Vous devez certainement savoir que dans les grands magasins de Montréal, dans les années 40-50 un employé francophone n’avait pas le droit de s’adresser en français à un client francophone au risque de perdre son emploi.

Speek white!

@ Youlle

Je ne conteste pas les faits. Un fait c’est identifiable, vérifiable et indéniable.

C’est plutôt l’analyse que vous en faites qui constitue de la distorsion. C’est le discours haineux qui sous-tend votre texte que je conteste.

Vous écrivez: « Vous savez SensCommunRugueux, on dirait que les fédéralistes sont aveugles ou ne veulent pas voir. C’est fort les émotions et les sentiments très très fort. »

Sans vouloir faire de la psychologie à cinq sous, j’aurais tendance à vous dire que ce ne sont pas des sentiments que vous vivez, mais plutôt des ressentiments que vous éprouvez. Et que ça déteint dans votre analyse de ces mêmes faits.

@ SensCommunRugueux
« Quand avez vous vu au Canada des fontaines (abreuvoirs pour les incultes) et des sièges dans les transports en commun uniquement réservés aux “speak white kinda persons”? »
Ils sont des « cadavres encore chauds ».

Comme le disait l’écrivain Yves Beauchemin, ils sont des « cadavres encore chauds ». À cet état… le mieux qu’ils puissent espérer, même des indépendantistes … ce sont les soins palliatifs!!!!! Cette situation est très bien décrite, province par province, dans le livre suivant : « Les héritiers de lord durham » publié par la fédération des francophones hors Québec en avril 1977. D’ailleurs, la situation est tellement bien décrite, que la seule copie, que j’ai pu trouver pour consultation seulement à cause de sa valeur historique, est à la Bibliothèque Nationale….. du Québec!!!!

Il ne faut pas oublier que le bilinguisme à la Trudeau n’a qu’un objectif… l’anglicisation du Québec, pour finir la salle job du Lord Durham!

Les seules endroits, où il y a toujours un peut de pouls, sont les zones limitrophes au Québec, c’est-à-dire à l’ouest de la rivière Outaouais et au sud de la baie des chaleurs! Ils auront un choix à faire, suite à notre indépendance… demeurer « Canadian » ou revenir au Québec! Plusieurs ont déjà fait ce choix… j’en fais parti!

« au Nord de l’Ontario (Sudbury, North Bay etc) il y a des communautés francophones qui vivent leur francophonies sans s’assimiler outre-mesure » me diras-tu. . Oublies cela mon ami… je pourrais vous en parler longuement. Le glas s’est mis à sonner avec la fermeture du Collège du Sacré-Cœur et le départ des jésuites Québécois, dans les années ’60. Sauf les exceptions, qui confirment la règle… tous les enfants de mes quarante oncles et tantes sont…. assimilés ou en bonne voie de l’être!!!!

Comme le diraient vos petits amis: « the proof is in the pudding ».

Laurent Desbois
ex-franco-Ontarien,
fier Québécois depuis quarante ans
et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!

@ Laurent Desbois

Cher M. Desbois,

Concernant l’assimilation des canadiens-français hors Québec et du Nouveau-Brunswick, j’abonde dans votre sens et vous parlez à un converti.

J’ai moi-même vécu au Canada et j’ai été à même de constater que les francophones hors Québec constituent plus une « extinct society » qu’une « distinct society ».

Le Canada est la meilleure garantie de l’extinction du français en Amérique. Pour les incrédules, vous n’avez qu’à aller tirer l’oreille dans les cours d’écoles des soi-disant écoles francophones dans l’ouest canadien et vous serez à même de constater que les jeunes francophones se parlent entre eux en anglais. Lorsque des francophones développent le réflexe de se parler entre eux dans une langue tierce c’est le premier clou planté dans le cercueil de l’assimilation.

Et le RoC ne s’en cache même pas, statistique Canada publient les chiffres concernant les taux d’assimilation dans les différentes régions du Canada.

Toutefois, même si le RoC a indiqué aux québécois la porte de sortie du pacte constitutionnel canadien à deux reprises à l’intérieur d’une décennie (5 novembre 1981 et 23 juin 1990), force est d’admettre que les québécois, eux, ne veulent pas d’un État souverain, membre du concert des Nations, libre et capable d’assumer son destin et son développement (ils l’ont rejeté à deux reprises 20 mai 1980 et 30 octobre 1995).

Les québécois se sont donc condamnés eux mêmes à orchestrer leur survit dans un cadre constitutionnel qui leur a été imposé et avec lequel ils doivent conjuguer. Nul n’est besoin de se positionner en victime et de se mortifier, mais plutôt de se redresser les manches et de légiférer afin que le français soit et demeure la langue officielle du Québec et que le français soit et demeure la langue commune dans l’espace public au Québec.

Pour ce qui se produit à l’extérieur de ses frontières, le Québec ne peut que demeurer un spectateur de l’extinction progressive de la culture francophone et de la folklorisation du fait français au Canada.

@ SensCommunRugueux

Ho si vous avez contesté et vous avez utilisé un discourt évasif et fédéraliste pour le faire. Vous avez fait exactement ce que j’ai mentionné au #42.

Maintenant vous dites que vous ne vous ne contestez pas les faits, c’est-à-dire ceux que j’ai décris et qui sont vérifiables bien sûr et selon vos dires.

Pour les ressentiments dont vous affabulez, dites-vous que je ne ressens que peu de sentiment ou d’émotions depuis longtemps face à l’histoire de mes ancêtres.

Mais, ce que j’ai écrit est dans l’histoire, ce sont des faits, c’est celle qu’on nous a cachée et qui est aujourd’hui la continuité de cette dernière et probablement garante de celle de l’avenir.

Voyez-vous SensCommunRugueux, J’ai passé presque toute ma vie en affaires. J’ai appris à me méfier dès mon enfance et j’ai surtout appris qu‘un voleur vole et volera probablement encore, qu’un abuseur abusera probablement encore et que donc que celui qui selon votre aveu a opprimé le peuple du Québec pendant des centaines d’années continuera de le faire encore.

Ce n’est pas une analyse sentimentale, mais plutôt une analyse bien froide et même plate de FAITS très évidents.

Comme Québécois SensCommunRugueux, vous défendez le fédéralisme et c’est votre droit, mais aucun fédéraliste depuis 45 ans n’a été capable de m’expliquer l’avantage de l’être et c’est la raison pour laquelle j’ai cessé de l’être.

@ SensCommunRugueux

« Toutefois, même si le RoC a indiqué aux québécois la porte de sortie du pacte constitutionnel canadien à deux reprises à l’intérieur d’une décennie (5 novembre 1981 et 23 juin 1990), force est d’admettre que les québécois, eux, ne veulent pas d’un État souverain, membre du concert des Nations, libre et capable d’assumer son destin et son développement…” »

Le Canada depuis Ottawa à investit des millions pour ne pas dire des milliards pour retenir le Québec dans ce pays dysfonctionnel depuis qu’il existe.

Donc il ne reste qu’à faire comprendre aux Québécois qu’il faille sortir de ce pays de guêpier emplâtré et sclérosé plutôt que de l’excuser.

@ Youlle

« Donc il ne reste qu’à faire comprendre aux Québécois qu’il faille sortir de ce pays de guêpier emplâtré et sclérosé plutôt que de l’excuser. »

En ce qui me concerne, ce n’est assurément pas avec une rhétorique empreinte de propagande haineuse comme la vôtre que nous allons atteindre cet objectif!!!

@ SensCommunRugueux

« En ce qui me concerne, ce n’est assurément pas avec une rhétorique empreinte de propagande haineuse comme la vôtre que nous allons atteindre cet objectif!!! »

Je n’ai fait que relever des faits historiques que vous avez contesté. Je n’ai fait aucune propagande, donc certainement pas haineuse.

Donc en résumé, SensCommunRugueux, les fédéralistes pour défendre leurs positions comme on peut le constater peuvent dire n’importe quoi de la déformation au mensonge, puisqu’ils sont incapables d’expliquer pourquoi ils le sont.

Mais vous SensCommunRugueux, êtes-vous capable de nous dire pourquoi vous êtes fédéraliste? Autrement dit, quels sont les avantages d’être fédéraliste ou de demeurer au sein du fédéral canadien.

Soyez le premier à répondre quelque chose de sensé.

Finalement vous voyez bien où peut mener la dictature de l’opprimant : La division.

@ Youlle

Je n’ai pas à essayer de vous convaincre des avantages que le Québec pourrait avoir à demeurer membre de la fédération canadienne, parce que je n’en vois aucun.

Si vous comprenez le français écrit, vous relirez chacun de mes commentaires à la présente rubrique. Vous serez à même de constater que je suis en faveur d’un Québec souverain membre du concert des Nations et que je considère qu’il n’y a aucun bénéfice à laisser mes descendants se faire assimiler dans un Canada unilingue uni.

Toutefois, je pense que les francophones catholiques « dit de souche », sont dans leur ensemble, trop pleutre pour voter massivement pour l’émancipation de leur province en un État indépendant.

Si vous êtes capable d’introspection, vous relirez également vos commentaires et vous pourrez déceler le fond de haine viscérale que vous entretenez à l’égard des canadiens-anglais!

Les plus populaires