Le Parti conservateur et son mur

Le Parti conservateur du Canada est-il voué à un renouvellement de bail sur les banquettes de l’opposition ?

Photo : Daphné Caron

Collé à la barre des 30 % dans les intentions de vote depuis l’arrivée à sa tête d’Erin O’Toole il y a un an, le Parti conservateur du Canada est-il voué à un renouvellement de bail sur les banquettes de l’opposition ?

Se pourrait-il que le principal véhicule fédéral de la droite canadienne se dirige directement non pas vers le pouvoir à Ottawa, mais plutôt vers un nouveau schisme, du genre de celui qui a fait, pendant une décennie, le bonheur électoral de Jean Chrétien ?

À première vue, le portrait n’a rien d’encourageant.

Le parti sécessionniste albertain et le Parti populaire de Maxime Bernier menacent de gruger du terrain aux conservateurs au prochain scrutin.

À l’échelle pancanadienne, leur poids respectif est négligeable. Mais on disait la même chose du Parti réformiste à ses débuts. Dans des circonscriptions où la lutte est serrée, il pourrait suffire d’une mouche du coche pour faire déraper le carrosse du PCC.

En même temps, de plus en plus de Red Tories, ces conservateurs qui s’identifient au courant progressiste du parti, trouvent difficile de cohabiter avec l’aile trumpiste de la formation. Au Canada, les admirateurs de l’ancien président américain et des valeurs qu’il véhiculait adhèrent, presque exclusivement, au Parti conservateur.

En Alberta, au Manitoba et en Ontario, la pandémie a transformé les hommes forts du mouvement conservateur en géants aux pieds d’argile. Si des élections avaient eu lieu cet été dans ces trois provinces, Jason Kenney, Brian Pallister et même Doug Ford auraient eu fort à faire pour ne pas passer à la trappe. Ils sont devenus autant de boulets que devra traîner leur chef fédéral au cours d’une future campagne électorale.

De tous les chefs fédéraux, y compris Justin Trudeau, le leader conservateur est celui qui suscite le moins l’engouement de l’électorat. Au sein même du Parti conservateur, Erin O’Toole fait moins consensus que son prédécesseur Andrew Scheer, qui était lui-même loin de faire l’unanimité.

Le statut de mal-aimé d’Erin O’Toole ne tient pas uniquement aux déboires de ses alliés, mais l’impopularité ambiante des gouvernements conservateurs dans ces provinces n’y est pas complètement étrangère.

***

À première vue, rien de tout cela n’augure des lendemains ensoleillés pour les troupes conservatrices.  

Et pourtant.

S’il y a une leçon que les rédacteurs de nécrologies politiques ont apprise à leurs dépens au fil du temps, c’est que les vieux partis ont la vie dure au Canada.

L’arrivée au pouvoir de Stephen Harper, chef improbable issu de l’aile réformiste du mouvement conservateur, dans la foulée de la réunification du parti, avait fait la preuve en 2006 qu’en politique, il ne faut jamais dire jamais.

Le succès de François Legault confirme que, même au Québec, l’idée d’un électorat allergique d’emblée aux valeurs de droite ne tient pas la route.

L’ascension de Justin Trudeau, de la troisième à la première place en 2015, l’a encore rappelé.

Dans un cas comme dans l’autre, ces formations et leurs leaders respectifs étaient donnés perdants en début de campagne.

Aux dernières élections fédérales, le Nouveau Parti démocratique de Jagmeet Singh a réussi de peine et de misère à sauver quelques meubles, surtout à l’extérieur du Québec. À la même époque, le règne néo-démocrate en Alberta a pris fin après un seul mandat.

Moins de deux ans plus tard, voilà que les astres s’alignent différemment. Les néo-démocrates sont en bonne posture dans les intentions de vote provinciales partout à l’ouest du Québec, exception faite de la Saskatchewan.

Les ailes provinciales et fédérale du NPD ne sont pas des vases communicants. N’empêche, la performance du parti de Jagmeet Singh dans les sondages pancanadiens lui permet d’espérer réaliser des gains au prochain scrutin. Il est à noter qu’il jouit d’une cote d’approbation supérieure à celle de ses rivaux.

De plus, la bisbille au sein du Parti vert n’a rien pour déplaire au NPD, surtout en Colombie-Britannique, où les uns ont tendance à piétiner les platebandes des autres.

Tout cela a de quoi faire aussi l’affaire du Parti conservateur. Parce qu’un point de plus pour les néo-démocrates égale généralement un point de moins pour les libéraux de Justin Trudeau. Et plus les électeurs qui se situent à la gauche du PCC sont divisés, meilleures sont les chances de ce dernier de l’emporter.

Car même si le courant conservateur au Canada n’est pas dominant, il est vigoureux. Le succès de François Legault confirme que, même au Québec, l’idée d’un électorat allergique d’emblée aux valeurs de droite ne tient pas la route.

La forte présence des conservateurs dans les officines du pouvoir provincial au Canada n’est pas non plus le résultat d’un accident de parcours.  

***

Pour certains conservateurs, l’enlisement du parti dans les intentions de vote tient surtout au leadership d’Erin O’Toole. Il y a une large part d’aveuglement volontaire dans ce raisonnement.

Quand Justin Trudeau a été élu en remplacement de Stephen Harper, c’est en partie parce qu’aux yeux d’un électorat en quête de changement, il avait les qualités des défauts de son rival conservateur.

En 2015, une pluralité d’électeurs étaient las du style rabat-joie de Stephen Harper et de son penchant prononcé pour la politique de la terre brûlée.

À l’époque, l’ancien leader du NPD Thomas Mulcair a souffert de la perception selon laquelle l’élire premier ministre se résumerait à échanger un chef agressif contre un autre.

Six ans plus tard, le côté givré de Justin Trudeau séduit nettement moins. L’époque où le style du premier ministre en mettait plein la vue est plus ou moins révolue. La sobriété a repris ses droits.

Sous cet angle, le profil d’Erin O’Toole, un chef qu’on ne pourrait pas accuser de pécher par excès de flamboyance, pourrait finir par être dans l’air du temps. 

Comme l’avait fait remarquer l’ancien premier ministre de l’Ontario William Davis alors que l’opposition — au début des années 1980 — lui reprochait de manquer de panache, il est parfois payant d’être terne. C’est d’autant plus vrai quand on s’adresse à un électorat fatigué des effets de toge sans lendemain.

***

À tout prendre, le vrai frein à une remontée du PCC dans les intentions de vote tient bien davantage à l’illusion dont se bercent une majorité de ses membres et plusieurs de ses députés qu’il est possible de faire campagne au Canada en 2021 comme si on était encore en 2011.

L’idée selon laquelle les conservateurs peuvent espérer jouer gagnant — comme ils l’avaient fait sous Stephen Harper — en continuant à traiter la question des changements climatiques comme un sujet secondaire est profondément enracinée au sein de la formation.

M. O’Toole a pu le constater quand une majorité de délégués au plus récent congrès d’orientation du parti, le printemps dernier, ont refusé de convenir du sérieux de la question du climat. Sur ce sujet, les conservateurs sont les artisans de leurs propres déboires. Ils se heurtent à un mur qu’ils ont eux-mêmes construit.

À force de prêcher contre la tarification du carbone en la présentant comme une abomination, à force de mettre en opposition prospérité économique et lutte contre les changements climatiques, les ténors conservateurs fédéraux se sont peinturés dans un coin. 

D’ailleurs, si Erin O’Toole récolte des scores aussi médiocres, c’est notamment parce qu’il a de la peinture sur ses chaussures. Ses efforts pour infléchir son parti sur la tarification du carbone lui ont coûté l’approbation des nombreux militants conservateurs qui en sont venus à traiter la rhétorique caricaturale de leur formation comme parole d’évangile.

À cela, il faut encore ajouter l’influence démesurée de la droite religieuse dans les rangs non seulement du Parti conservateur au sens large, mais également de son caucus parlementaire.

Le mot « démesuré » s’impose, parce que la forte présence des conservateurs sociaux parmi les députés du parti est à l’inverse du peu d’adhésion que suscitent leurs convictions sur l’avortement, les droits des personnes LGBTQ ou encore l’aide médicale à mourir parmi l’électorat.

Sur ces sujets, Erin O’Toole rame à contre-courant de sa formation. En cela, ses prises de position s’alignent davantage sur celles de son caucus du Québec que sur celles de la majorité de ses députés.

Car au sein du PCC, le Québec — malgré sa faible représentation — fait figure de contrepoids. La présence de députés québécois solides est sans doute la meilleure police d’assurance du parti contre une dérive généralisée vers le conservatisme social et un retour en règle à ses racines réformistes.

Mais ce ne sont pas les faits d’armes de leurs collègues sur des sujets comme la culture, l’avortement ou les droits de la communauté LGBTQ qui vont aider les Alain Rayes, Gérard Deltell et autres à se faire réélire au prochain scrutin. Surtout que le Québec est plus que jamais dans la ligne de mire non seulement du Bloc québécois, mais également du Parti libéral.

De Joe Clark à Stephen Harper en passant par Brian Mulroney et Jean Charest, le Parti conservateur fédéral s’est taillé la réputation d’être davantage ouvert aux revendications constitutionnelles et identitaires du Québec que ses rivaux libéraux. Erin O’Toole s’inscrit dans cette filiation.

Sauf que la souplesse de Justin Trudeau sur ce front le démarque de ses prédécesseurs… et l’aide à couper l’herbe sous le pied des conservateurs au Québec.

***

Au Canada, l’alternance au pouvoir est dans l’ordre des choses. 

Aucun gouvernement — fédéral ou provincial — n’échappe à l’usure du temps et à la corrosion qui en résulte.

Ceci expliquant cela, la durée de vie au pouvoir d’un parti au Canada dépasse rarement 10 ans.

Si le passé est garant de l’avenir, le Parti conservateur va se réinstaller au volant à Ottawa un jour ou l’autre. En espérant que, d’ici là, la formation aura cessé de confondre pare-brise et rétroviseur.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Le problème avec les sondages c’est que ceux qui ont tendance à voter conservateur ne répondent pas aux sondages ou mentent car ils sont embarrassés de voter pour ce parti mais ils ne le sont pas dans l’isoloir. On est rendu avec des libéraux qui sont pires que les conservateurs pour dilapider l’argent des contribuables en faveur des pétrolières et gazières. C’est rendu tellement élevé que ça dépasse la péréquation! Jason Kenny peut bien pester contre la péréquation mais il risque de cracher dans sa soupe car c’est l’argent des Canadiens y compris des Québécois qui finance cette générosité envers les industries fossiles dans le but de créer de la richesse et des emplois dans les provinces pétrolières comme surtout l’Alberta.

Le mérite d’O’Toole c’est de ne pas nous mentir en pleine face, contrairement au fils de PET qui promet mer et monde et qui délivre à peu près rien sinon du pareil au même que les conservateurs. Alors, en désespoir de cause, il y a bien des gens qui ont voté libéral et qui pourraient décider de ne pas voter étant complètement désabusés de la petite politique de ce parti anachronique. Si ça arrive, les conservateurs ont de bonnes chances de gagner la prochaine élection.

Répondre

Votre point de vue est à l’image de vos analyses qui sont très souvent empiriques, et c’est fort agréable de vous lire. Merci

Répondre

Actuellement, nous évoluons dans une espèce de suspens, à un moment où tout le monde parle d’élections, qu’officiellement personne n’en veut et qu’en même temps tout le monde s’y dit être prêt. Lorsque (ce qui est rare), c’est un peu la Santé publique qui pourrait déterminer la date du « coup d’envoi » dépendamment des effets du variant Delta sous contrôle ou alors bien pas….

S’il ne faut jamais jurer de rien, il n’est pas impossible (et probable) que cette variante politique « covidienne » s’invite dans la prochaine campagne électorale. Et à qui sera-t-elle bénéfique ?

Sur un autre front, la question du contrôle des finances publiques risque ces prochaines années d’être aux avants postes. La Covid a coûté chère aux finances canadiennes et ce n’est pas fini. Les besoins d’investissements dans presque tous les domaines sont criants puisqu’ils ont été négligés tous gouvernements confondus depuis plus de trente ans.

Les prochaines administrations toutes marques de commerces confondues auront fort à faire pour équilibrer les dépenses, éviter que nous ne frappions un mur, aller de l’avant dans une politique audacieuse en matière de changements climatiques.

Si madame Hébert persiste à croire qu’une taxe sur le carbone est progressiste et que cela est largement suffisant pour mettre la crise environnementale derrière nous. Eh bien je crois qu’elle se trompe. La taxe sur le carbone n’est pas un enjeu électoral, l’enjeu c’est plutôt le coût réel de la vie et les poussées inflationnistes qui fragilisent toutes les classes sociales. Peut-on parler, parler, parler et parler et faire du surplace indéfiniment ?

Alors qu’aucun des chefs n’est encore monté dans les « Starting Blocks », il me semble assez difficile de savoir quel dossard est le plus susceptible d’arriver premier. Bien sûr les chances de médailles sont grandes pour chacun(e) des participants.

Comme le disait si bien le baron Pierre de Coubertin (le père de l’Olympisme moderne) dans son esthétisme guerrier : l’essentiel n’est justement pas de participer, mais bel et bien de vaincre. La bataille fait déjà rage alors qu’elle n’a officiellement toujours pas commencé.

Répondre

Toujours un bonheur de lire Madame Hébert.

J’ajouterais : les conservateurs du pays et de tout l’Occident n’ont pas de pare-prise, mais uniquement un rétro-viseur. Il est là leur problème structurel.

Et encore : ils ont les yeux fixés sur le Moyen Âge chrétien, non sur l’âge des Lumières qui fonda la modernité et nos États démocratiques. Certes, ils en célèbrent la liberté mais ils sont incapables d’aller plus loin. Ils refusent la pente naturelle et logique de ces Lumières.

«Les Lumières (à l’école, l’ont-ils appris ? ) est un mouvement créateur (durant trois siècles) d’une sublime panoplie de conquêtes humaines : la sécularisation des institutions et des modes de vie et de pensée, le rationalisme, l’hédonisme, le féminisme, le libéralisme, enfin, la science moderne arbitre ou guide des décisions publiques. Notre pays les assume et les vit dans un débat permanent. Il ressemble souvent à un bazar ou à un pub où les vertus civiques les plus amènes et les plus pertinentes à chaque débat sont requises pour maintenir l’harmonie citoyenne. En revanche, couper le prépuce d’un enfant qu’on mutile ou exciser une femme relèvent de crédos obsolètes, voire barbares dont les Cours doivent, avec autant de délicatesse qu’il se peut, leur montrer la porte ou la poubelle.»

…c’était un extrait de mon ouvrage en composition intitulé :

«La Cour suprême canadienne interpellée :
Analyse de philosophie juridique du jugement Blanchard sur la loi 21 de la laïcité ».

Le juge québécois Blanchard est un gros conservateur, laquais indéfectible des juges de la Cour suprême dont il flatte les plus indigentes décisions sur la liberté de religion par lesquelles des femmes sont battues comme des chiennes dans le silence de foyers. Mon pauvre Canada !

Répondre

Madame Hébert, c’est toujours agréable de vous lire. Par contre, je suis en désaccord avec vous sur un point fondamental.

Si François Legault a été élu premier ministre du Québec, ce n’est pas parce qu’il se situe à droite de l’échiquier politique comme vous l’insinuez, mais bien parce qu’il est nationaliste sans être indépendantiste. Ce positionnement semble plaire à l’électorat québécois, en grande partie lassé par les années de « canadianisation » des ex-premiers ministres Charest et Couillard (PLQ)

En outre, si la CAQ avait été à droite, elle n’aurait pas adopté autant de mesures interventionnistes depuis le début de la pandémie et elle considérerait le Parti conservateur du Québec et son nouveau chef Éric Duhaime (qui, eux, semblent bien campés à droite) comme une menace à sa réélection.

Répondre

Je me demandais justement quels étaient les critères sur lesquels se basait madame Hébert pour considérer la CAQ comme ayant des valeurs de droite (voir la phrase suivante: « Le succès de François Legault confirme que, même au Québec, l’idée d’un électorat allergique d’emblée aux valeurs de droite ne tient pas la route. »