Le parti de la colère

La tentative avortée d’Hydro-Québec de mettre la main sur Énergie NB a eu une conséquence inattendue : la création d’un nouveau parti politique au Nouveau-Brunswick.

Le parti de la colère
Photo : Darren Calabrese/PC

L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, dirigée par Kris Austin, pasteur de 31 ans, se pose en défenseure du peu­ple contre les excès du gouvernement.

Après des mois de négociations secrètes entre les deux sociétés d’État, l’achat d’Énergie NB avait été présenté aux Néo-Brunswickois comme un fait accompli par leur premier ministre, Shawn Graham. Cela avait soulevé une telle grogne populaire que la transaction projetée a dû être annulée en mars dernier.

Kris Austin mise sur le mécontentement des électeurs pour faire le plein de votes. Parmi ses chevaux de bataille : le vote libre des députés, qui permettrait à ceux-ci de défendre les intérêts de leurs électeurs avant ceux du parti. Mais à deux semaines des élections, tout indique que c’est raté. Les son­dages lui accordent à peine 1 % des intentions de vote.

Au printemps, les sondages ne donnaient pas cher de la peau de Shawn Graham non plus. Ce dernier a toutefois effectué un retour, tant et si bien que conservateurs et libéraux étaient au coude-à-coude dans la dernière ligne droite de la campagne. Résultats le 27 septembre.