Le Parti démocrate vert?

Dans cet exercice de politique-fiction, Philippe J. Fournier explore ce à quoi ressemblerait le paysage politique canadien advenant une fusion entre le NPD et le Parti vert. 

Photo : La Presse canadienne

À six mois des prochaines élections fédérales, le Nouveau parti démocratique (NPD) fédéral et le Parti vert du Canada (PVC) sont projetés à des moyennes de 24 et 4 sièges respectivement. Qu’arriverait-il s’ils décidaient d’unir leurs forces? Voici un exercice intéressant de politique-fiction.

Certes, une telle fusion sur la scène fédérale chavirerait sans doute les intentions de vote au pays. Néanmoins, comme le NPD et le PVC semblent avoir plus en commun que chacun aimerait l’admettre, il ne serait pas déraisonnable de penser qu’une telle coalition puisse éventuellement voir le jour.

***

En 2003, après plus d’une décennie sur les bancs de l’opposition à la Chambre des communes, les (défunts) Parti progressiste conservateur et Alliance canadienne ont décidé de joindre leurs forces afin de renverser les libéraux, qui étaient au pouvoir depuis 1993. La fusion des deux partis ne fut pas une réussite instantanée: lors de l’élection fédérale de 2004, le nouveau Parti conservateur du Canada (PCC) avait récolté 800 000 votes de moins que les totaux combinés des partis lors de l’élection précédente. Néanmoins, il ne fait plus de doute que la fusion des forces conservatrices ait été un succès: le PCC a par la suite remporté trois élections consécutives, avant d’être défait en 2015.

Au Québec, après avoir remporté 41 sièges à l’Assemblée nationale lors de l’élection québécoise de 2007, l’Action démocratique du Québec (ADQ) a été décimée lors de l’élection suivante, ne récoltant que 7 sièges en décembre 2008. Néanmoins, l’ADQ avait tout de même recueilli plus d’un demi-million de votes en 2008. Ce parti ne pouvait pas donc être simplement ignoré par la classe politique québécoise. Peu après la création de la Coalition avenir Québec (CAQ) à la fin de 2011, l’ADQ a officiellement fusionné avec la CAQ. Six ans après la fusion de l’ADQ et de la CAQ, François Legault a remporté 74 sièges en 2018, soit une victoire majoritaire à l’Assemblée nationale.

Dans l’ouest canadien, le chef du Parti conservateur uni Jason Kenney sera assermenté comme premier ministre de l’Alberta sous peu. Sa victoire convaincante du 16 avril dernier n’aurait pas eu lieu s’il n’avait pas d’abord unifié les partis à la droite de l’échiquier politique de la province. En 2015, le NPD albertain de Rachel Notley avait remporté une victoire majoritaire avec 41% des suffrages, mais le Parti progressiste conservateur (PPC) et le Wildrose Party avaient récolté ensemble 52% des voix (28% pour le PPC, 24% pour le Wildrose). La division de la droite avait pavé le chemin de la victoire pour Mme Notley.

Projection du vote populaire

Dans cet exercice de politique-fiction, appelons ce parti fictif, issu d’une fusion entre le NPD et le PVC, le Parti démocrate vert.

Je le répète: il s’agit d’un un simple exercice ne servant qu’à nourrir notre curiosité.

Regardons les chiffres.

Selon les données actuelles, voici la projection du vote populaire de cette séance de politique-fiction:



[Ces chiffres sont basés sur la projection fédérale Qc125 du 21 avril 2017.]

Le Parti démocrate vert (PDV) obtiendrait près de 27% d’appui au Canada (les intervalles de confiance de 95% s’étendent d’environ 23% à 31%). Un tel appui placerait le PDV en troisième place derrière les conservateurs et les libéraux, mais la course au sommet serait certes bien plus serrée.

Comment ces appuis se traduiraient-ils en termes de sièges?

Projection de sièges

Selon les données disponibles, le Parti démocrate vert récolterait une moyenne de 59 sièges, soit plus du double de la projection actuelle combinée du NPD et du PVC. Ni le Parti conservateur, ni le Parti libéral ne se situerait au-delà du seuil de 170 sièges pour une majorité à la Chambre des communes.

En fait, avec les chiffres ci-dessus, plus de 80% des simulations effectuées par le modèle se concluent sans un parti en position majoritaire et, dans chacun de ces cas, les démocrates verts obtiennent la balance du pouvoir.

Considérez la figure suivante. Il s’agit de la densité de probabilités de la projection de sièges du PDV (plus la colonne est élevée, plus le résultat est probable):


La moyenne de la projection est de 58,6 sièges, mais une récolte de 70 ou même 80 sièges ne serait pas hors de portée. Évidemment, plus le total de sièges du PDV est grand, plus la probabilité d’un gouvernement majoritaire, qu’il soit libéral ou conservateur, diminue.

Au Québec

Ceux et celles qui suivent l’évolution des intentions de vote et les projections de sièges au Québec ne seront pas surpris d’apprendre que le NPD est sur le point d’imploser au Québec. Après la récolte fulgurante de 59 sièges en 2011 et les 16 sièges remportés en 2015, le NPD fédéral pourrait être rayé de la carte en octobre prochain, avec l’exception d’Alexandre Boulerice dans Rosemont-La-Petite-Patrie (RLPP).

En effet, depuis le départ de Tom Mulcair et de l’élection de Jagmeet Singh à la chefferie du NPD, les sondages nous indiquent que le support néo-démocrate s’est effondré au Québec. Le dernier sondage fédéral de Léger en mars dernier n’accordait que 11% au NPD dans la province. Le plus récent tracking hebdomadaire de la firme Nanos mesurerait 15% et un sondage Ipsos/Global News publié vendredi, 14%. Nous sommes donc bien loin du 43% de Jack Layton ou du 25% de Tom Mulcair.

Toutefois, cette chute du NDP au Québec coïncide avec une montée modeste, mais significative, du Parti vert du Canada. En combinant les chiffres, voici la projection de sièges au Québec:

Les démocrates verts seraient ainsi compétitifs dans une douzaine de circonscriptions québécoises. Sur l’Île de Montréal, les démocrates verts pourraient défendre les circonscriptions que le NPD détient déjà (soit RLPP, Laurier-Sainte-Marie et Hochelaga), mais aussi potentiellement reprendre Outremont aux mains des Libéraux.

De plus, le PDV serait favori dans Berthier-Maskinongé (la circonscription de Ruth-Ellen Brosseau) et Beloeil-Chambly (Matthew Dubé).

Une carte interactive de cette projection fictive est disponible sur cette page.

En conclusion

Comme les partis aux appuis modestes ont généralement la vie dure dans notre mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour, ce n’est qu’en créant des coalitions que ces mouvements politiques peuvent espérer s’approcher du pouvoir (ou même le remporter).

Nous avons d’ailleurs des exemples concrets et récents de fusions de partis politiques au Canada qui ont éventuellement porté fruits: le Parti conservateur du canada, la Coalition avenir Québec et le Parti conservateur uni de l’Alberta.

En plus de leurs plateformes progressistes respectives (qui, soulignons-le, ne contiennent que peu ou pas de divergences profondes), le NPD fédéral et le Parti vert du Canada ont tous deux une promesse électorale commune: la réforme du mode de scrutin. Toutefois, pour changer le système, ils doivent d’abord trouver une façon de se donner les moyens d’y parvenir. Peut-être qu’en unissant leurs forces, les électeurs verts et néo-démocrates pourraient enfin parvenir à cette fin, car ni les libéraux, ni les conservateurs ne semblent intéressés à plonger dans le dossier épineux de la réforme électorale.

Dans la même catégorie
3 commentaires
Laisser un commentaire

Ce que nous constatons, c’est que les partis conventionnels tardent à s’engager dans une politique qui soit socialement équitable qui favorise le développement d’une économie respectueuse de l’environnement.

Cette année encore avec les inondations que nous connaissons. Nous ne pouvons qu’observer combien il est pressant d’agir pour adapter le mode de vie, revisiter nos modèles de développements à fin de rendre la vie soutenable pour tout un chacun.

Cette « fiction-politique » démontre qu’il devient nécessaire de réunir pour le mieux, des citoyennes et les citoyens responsables qui en dehors des clivages politiques gauche-droite souhaitent s’impliquer dans la société civile pour s’engager concrètement dans cette transformation du paysage.

Il est temps de cesser de mettre en opposition constante la promotion de l’économie contre celle de l’écologie. Sous prétexte que l’une crée des jobs tandis que l’autre pas ; lorsqu’aucune économie ne saurait être florissante si elle manque de ressources ou se trouve dans l’incapacité d’en tirer parti.

Au Canada nous avons la chance de bénéficier d’un grand nombre de ressources. Il est temps de faire en sorte qu’elles soient employées à bon escient avec parcimonie.

En sorte que ce qui relève encore de la fiction sera peut-être bientôt la représentation concrète d’une manière de faire de la politique autrement dans laquelle d’ailleurs pourraient s’impliquer au plus grand bonheur de tout un chacun : encore un plus grand nombre de gens.

Un vote a une valeur utile. Il faut donc tenir compte de cette utilité pour pouvoir finalement gouverner.

Répondre

Premièrement il n’ y aura pas de fusion entre le parti vert et le NPD !
Deuxièmement, il ne reste que très peu de temps à ces 2 partis pour consommer leur mariage et convaincre les électeurs de se joindre à ce nouveau couple avec un programme gauchiste plein de dépenses !! Les électeurs ne sont pas dupes et ils constatent les dépenses faramineuses de nos libéraux ! Un c, est assez, deux c’ est trop !

Répondre

Il est ironique de constater que si Trudeau n’avait pas jeté à la poubelle sa promesse d’un sytème électoral avec la proportionnelle, il aurait très probablement gagné la prochaine élection. Avec le système actuel, il est dorénavant très probable que ce seront les conservateurs (unis) qui seront majoritaires avec 40% des votes.

Les égos sont trop forts pour penser à une fusion NPD-Verts. D’ailleurs le NPD a des politiques aux antipodes des Verts: allez voir ce qui se passe maintenant en CB où le NPD gouverne avec un appui sporadique des Verts. La province se lance dans l’exploitation du gaz naturel liquéfié et la construction d’un gazoduc à travers les Rocheuses et la Chaîne côtière pour l’acheminer de l’est de la province vers la côte à Kitimat pour exportation vers l’Asie… Ce n’est pas tout, l’agence publique de vente des concessions forestières est en train de dilapider les dernières forêts anciennes de l’île de Vancouver à une vitesse jamais vue… et les Verts se taisent.

Faut pas se le cacher, le virage environnemental du NPD est de la poudre aux yeux et ce parti demeure le parti des syndicats et des jobs: l’environnement ne viendra jamais mettre des bâtons dans les roues du développement et des emplois dans ce parti et le mariage avec les Verts est impossible selon moi.

Répondre