Mélanie Joly, Trudeau et les souverainistes

On aura beau dire, mais les élections municipales à Montréal, ce n’est vraiment pas facile pour les souverainistes.

Photo: Denis Beaumont/Presse canadienne
Photo: Denis Beaumont/Presse canadienne

Il y a quelques jours de cela, je posais la question: pourquoi pas Mélanie Joly?

Suite à la publication de ce billet, bien des souverainistes m’ont répondu qu’ils ne pouvaient pas voter pour une candidate ayant participé à la campagne de Justin Trudeau à la direction du Parti libéral du Canada. Cette semaine, la candidate a reçu l’appui d’Alexandre Trudeau. Elle est peinturée Trudeau au carré, si je puis dire.

En même temps, son directeur de campagne se nomme François Leblanc, l’ancien chef de cabinet de Gilles Duceppe, avec lequel j’ai travaillé pendant une dizaine d’années. On peut lire une entrevue qu’il a donnée ici. On y apprend que c’est Lucien Bouchard, mentor de Mme Joly, qui lui aurait recommandé François Leblanc. Voilà donc notre candidate bloquiste au carré.

On aura beau dire, mais les élections municipales à Montréal, ce n’est vraiment pas facile pour les souverainistes. D’un côté, vous avez Denis Coderre, tatoué libéral et fédéraliste de choc au Québec pendant deux décennies. De l’autre, vous avez Marcel Côté, conseiller du Parti libéral pendant trois décennies, qui s’est associé à Louise Harel pour former un duo des plus improbables. Il y a bien Richard Bergeron et Projet Montréal, mais leur précipitation à rejeter la Charte des valeurs a été très décevante.

Car il faut bien le souligner: l’appui le plus fort envers la Charte des valeurs du gouvernement Marois, c’est à Montréal qu’on le trouve, le Montréal francophone. Dans ce sondage de Léger, on voit très clairement que les électeurs francophones des candidats à la mairie de Montréal sont très majoritairement favorables au projet porté par Bernard Drainville et encore plus massivement à l’interdiction du port des signes religieux dans la fonction publique:

Capture d’écran 2013-10-25 à 11.13.14

Mais c’est aussi à Montréal que l’opposition à la Charte est la plus forte, dans le Montréal anglophone pour être plus précis. Or, pour espérer l’emporter, faire élire ses candidats et devenir maire de Montréal, impossible de faire l’impasse sur le vote anglophone. C’est très certainement ce qui explique l’empressement qu’ont eu tous les candidats ayant une chance raisonnable de l’emporter à jeter leur fiel sur le projet de Charte.

À cet égard, le champion toutes catégories est sans doute Denis Coderre, qui va jusqu’à promettre de contester devant les tribunaux une loi qu’il n’a même pas encore vu. Brent Tyler, sors de ce corps!

(Et soi-dit en passant, je n’ai rien contre Denis Coderre, personnellement. On se connaît un peu et ayant ferraillé l’un contre l’autre pendant plus de 10 ans – moi dans l’ombre, lui dans la lumière – une forme de respect s’est installée entre nous. C’est souvent comme ça en politique. Les adversaires coriaces, on en vient à les respecter.)

De son côté, Mélanie Joly a d’abord elle aussi menacé de contester la charte, puis elle affirmé qu’elle laisserait le Conseil municipal voter à ce sujet, ce qui ne laisse évidemment aucun doute sur le résultat. Une de ses candidates, Lorraine Pagé, s’est quand même prononcée en faveur de la Charte des valeurs du gouvernement Marois. On peut lire un entretien qu’elle a eue avec Marie-Claude Lortie, ici.

Il y a bien sûr Michel Brûlé, un souverainiste assumé qui ne s’est pas gêné pour appuyer la Charte, ni le caractère francophone de Montréal. Pour un électeur souverainiste, il y a là un vote sans ambiguïté, sans cas de conscience. Mais comme M. Brûlé n’a aucune chance de devenir maire de Montréal, ça ressemble à un vote perdu.

Une autre possibilité pour les souverainistes montréalais qui voudraient se donner bonne conscience, consiste à annuler son vote ou de ne pas aller voter du tout. Ce serait le pire des choix. Les souverainistes montréalais doivent peser sur l’élection municipale en faisant sentir leur poids.

Et la réalité, c’est que pour la mairie, l’élection se joue entre Denis Coderre et Mélanie Joly.

D’un point de vue souverainiste et pour reprendre une expression anglaise, le choix prend la forme du less evil, le choix le moins pire.

Comme souverainiste, ce qu’on peut souhaiter de mieux à Montréal, c’est un nouveau départ, un nouveau souffle, un vent de fraîcheur qui viendrait balayer les fortes odeurs de corruption qui flottent sur la ville depuis tant d’années. Et à cet égard, le seul choix possible, c’est Mélanie Joly.

Je suis un citoyen de Québec, je n’ai pas le droit de vote à Montréal et on pourrait me dire de me mêler de mes affaires. Or, même si je n’ai pas le privilège de voter, c’est de mes affaires, justement.

Après tout Montréal, c’est la seule Métropole de mon seul vrai pays, le Québec.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« ce qu’on peut souhaiter de mieux à Montréal, c’est un nouveau départ, un nouveau souffle, un vent de fraîcheur qui viendrait balayer les fortes odeurs de corruption qui flottent sur la ville depuis tant d’années. Et à cet égard, le seul choix possible, c’est Mélanie Joly »

Parfaitement d’accord avec vous là dessus M Gobeil. Et ça ne se limite pas aux seuls souverainistes.

Merci de rappeler que c’est dans le Montréal francophone qu’on trouve le plus fort support de la charte. Ca contredit tout le mythe qu’on nous sert depuis le début de cette histoire à savoir que Montréal est coupé du reste du Québec. Que le Québec profond est raciste (lire anti-charte) parce qu’il n’est pas en contact avec les immigrants et que si il était en contact, comme à Montréal,il ne serait pas raciste (lire anti-charte).

Foutaise. Foutaise. Et foutaise encore une fois. C’est à Montréal qu’est le gros du problème et les Montréalais francophones connaissent mieux que quiconque le problème.

Maintenant, les sondages sont contaminés par le fait que les minorités anglophones et allophones sont tellement anti-péquistes que même lorsque le PQ propose quelque chose de sensé (comme la Charte), ils opposent un NO WAY systématique. Pathétique

Un montréalais indépendantiste votera Michel Brûlé sans illusions tout en votant pour les maires d’arrondissements et conseillers les moins canadianisants: ceux des partis de Bergeron et Côté-Harel. Les partis de Coderre et Joly sont évidemment rouges libéraux complets.

L’absence de fusion des partis d’Harel et Bergeron contribue au résultat à venir et au manque d’intérêt de milliers et plus de résidents de Montréal. La question souverainiste est d’importance mais pas seulement en vue de Montréal métropole dégradée. C’est une équipe Harel et Bergeron qui aurait du se constituer avec la capacité d’attirer une M.Joly en capacité d’apprentissage ou de d’autres.

En attendant Montréal n’a guère d’avenir…Vivement Québec la capitale nationale malgré ses citoyens de banlieue contaminés par la radio poubelle! Hélas totalement.

Le plus gros problème de Montréal c’est justement que la politique y est dominé par les dépendentistes. Ces dépendentistes s’inscrivent dans une dynamique partitionistes qui est nuisible tant pour Montréal que pour le Québec, par conte, est à l’avantage du canada.