Le PIB a un concurrent: l’Indice Vivre Mieux

On en discute depuis au moins deux décennies. Le Produit intérieur brut, cet instrument primitif utilisé pour comparer les économies mais qui ne dit rien sur l’environnement, la qualité de vie, a désormais un concurrent avalisé par le club des pays riches, l’OCDE.

Il s’agit de l’IVM, l’Indice Vivre Mieux. Les arbitrages utilisés par l’OCDE seront évidemment l’objet de moult critiques. Mais l’outil interactif mis en ligne ce lundi vaut le détour:

 

Cliquez pour accéder au site

La croissance économique pure, rendue par le chiffre de la croissance du PNB, est en ce moment l’étalon-or de la performance comparée de chaque pays. Or on sait cet indicateur sévèrement vicié. Il ne prend en compte aucune des dégradations irréversibles causées par un développement économique aveugle. Un pays qui augmente sa production minière pendant que sa pauvreté extrême augmente aura une bonne note à son PNB, comme celle qui creuse ses inégalités, son décrochage scolaire, sa mortalité infantile, alors même que sa production pétrolière augmente.

L’inventeur du PNB, l’économiste et prix Nobel Simon Smith Kuznets, mettait en 1934 lui-même en garde contre la surutilisation de son indice : « le bien-être d’une nation peut médiocrement être déduite d’une mesure du revenu national ».

Laisser un commentaire

Dans ce nouvel indice, quelle place occuperait le Québec s’il était un pays? Une question qui devrait intéresser monsieur Lisée.

Je ne doute pas que l’instrument est d’une grande qualité en ce qu’il peut donner des informations autrement difficilement accessibles.

Je crois qu’on devra apprendre à l’utiliser et vue sa complexité faudra s’en donner le temps. je compte sur vous M. Lisée pour nous initier à son usage.

«La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.»
[Victor Hugo]

Ca va pas bien en France….
Chaque fois que je vois un palmarès, je checke la France. Elle est toujours loin de la tête.

@passage

Que ferait le Québec? Prenons juste la sécurité. C’est basé sur le taux d’homicide

According to the latest OECD data, the average homicide rate in the OECD is 2.2 murders per 100,000 inhabitants

Ben au Québec, il y a moins de 100 homicides par année, soit 1,2 homicides par 100,000 habitants.
Juste en sécurité, le Québec est donc au top du top.

Mais quoi M. Lisée?

Tous nos suppôts dogmatiques libertariens de services vont déchirer leurs chemises, tel Daniel dans la fosse aux lions, sur l’autel de leur religion de la non-intervention de l’État, de l’État minimal, de la liberté de l’individu seul et unique ne participant à aucune collectivité et à aucun bien commun, cette notion hérétique pour tous ceux qui prônent la richesse personnelle au détriment de sa redistribution sur une base équitable.

L’évolution de cet indice (PIB vers l’IVM) constitue une suite logique de l’indice bohémien développé par l’économiste américain Richard Florida (The Rise of the Creative Class & Who’s Your City), il va plus loin que les simples colonnes de chiffres, car l’être humain a autant besoin d’un sens à sa vie et d’une qualité de vie, que d’un niveau de vie et l’accumulation de biens matériels.

J’ai bien hâte de lire les délires de nos «croyants de la religion de la droite vertueuse» David & François 1 qui vont nous citer la seule référence à laquelle ils s’abreuvent, soit le site propagandiste antagoniste, concernant le présent billet…

Les dogmatistes libertariens vont se rendre malheureux à devoir tenir compte d’autre chose que leurs sélection biaisée de statistiques qui ne veulent rien dire.

Ou disent n’importe quoi.

Des jouisseurs limités à la calculette, quoi !

@passage 15h25

Québec occupe une place que lui envient déjà de très nombreux citoyens américains.

Quoi qu’en disent les habituels farfineux libertariens de statistiques sélectives, mais tordues.

la quasi totalité des indices présentés dépendent de l’économie du pays, et donc de son PIB. Plus le pays est interventionniste, plus il risque d’avoir une économie amputée, et donc des problèmes avec les maisons, les revenus, la santé, etc.

Pour le reste, il me semble que l’IDH était une mesure largement acceptée, non?

Le PIB et l’IVM sont à la vie ce que les cotes boursières sont aux placements financiers : soumis aux pollens, à la température et aux divers aléas des mauvaises fréquentations…

Une société sans solidarité a le même charme que l’Île de Robinson Crusoé !

J’ai hâte au jour où on considérera que la croissance se mesure avec ce type d’indice et pas avec le PIB qui croît avec la guerre et la pollution, donc en détruisant des richesses et du bonheur…

Par contre, pour être efficace, il faudrait s’affranchir de notre dépendance secteur financier, et cela, ce n’est pas demain la veille. En attendant ce type d’indice ne sera malheureusement que divertissant…

Le PIB sert à distingués les cultures inférieures des cultures supérieures. Plutôt pratique de savoir qui produit le plus de biens et services per capita.

à cet égard le québec est très paresseux. Et ne mérite pas plus que 20% des sièges à Ottawa.

Quand on perds on discrédite la mesure.

Quel étalon de mesure proposez vous? Le taux de suicide? Québec encore et toujours premier.

PIB encore et toujours dernier en dépit de sa frontière américaine et des échanges d’un milliard par jour.

Le « better life index » est très subjectif car il fait appel à des valeurs trop personnelles pour être mesuré de façon scientifique.

Par contre, les indices purement économiques. EUX, font abstraction du subjectif et ce sont ceux reconnus mondialement au grand dam de M. Lisée d’ailleurs d’où ses recherches intensives pour tenter de déterrer sans relâche des mesures plus ou moins reconnues qui dépeignent le Québec sur un meilleur jour qu’il ne l’est en réalité…

Comme l’écrivait « respectable », lorsque l’on ne figure pas bien dans un tableau, on change le tableau et le tourest joué…

Je suis assuré que les Grecs, les Irlandais, les Espagnols, les Islandais, etc. devaient s’estimer « heureux » AVANT leur débâcle économique!!!

Le tour du Québec approche!!!

Parlant de productivité, on sait que les entreprises québécoises n’ont pas saisi l’occasion du réinvestissement au moment où c’est favorable : lorsque les taux d’intérêt sont bas et le dollar Canadien fort…

Ce ne sont pas les travailleurs du québec qui sont improductifs, ce sont les fuites dans la corruption et dans le laisser faire entreprenerial que se trouve le mal.

Encore des « respectable et autres François 1 » dans le champ droit à attendre la balle de la souveraineté. Comme viser le noir et rater le blanc. Des vaseux bredouillant leur cathéchisme anti syndical et anti nationalisme.

Effectivement, ce nouveau indice est biaisé comme les indices d’intelligences (I.Q.)…
Il faudrait basé l’indice de bonheur sur le taux de morts prématurées (morts violentes, suicides, accidents, maladies et morts reliés au système de santé, morts d’accident domestique, etc…).
Ce nouveau nouvel indice ne serait pas relié à la culture ou à l’économie, ou pas trop directement: on sait bien que l’argent ne fait pas le bonheur, mais en manquer pour attirer le malheur…

Je remarque que le Canada est dans la boite de vitesse du pays en première position, l’Australie. Par rapport à ce pays, notre point faible est la gouvernance. Question de transparence ? Confiance dans le gouvernement ? Taux de participation aux élections ?

Ou mode de scrutin. En Australie, c’est le mode majoritaire mais à deux tours. Harper devrait-il imiter l’Australie ou repenser le Canada selon un mode de scrutin cher à Jacques Parizeau, proportionnel avec une deuxième chambre régionale ?

Allez bon Jack et favoris de la chance, au travail ! Faites que le Canada mérite dans les meilleurs délais la première position des pays à l’Indice Vivre Mieux.

Journalistes et assimilables dépités du 2 mai, laissez tomber Sherbrooke.

Pour recentrer la conversation sur l’indice, allez sur le tableau des fleurs ci-haut puis sélectionnez la fleur d’un pays (au hasard la Canada) puis plus bas sélectionnez un pays de la liste «compare to». Les donnée de chacun apparaissent, très visuel et facile d’utilisation.

@ Dupe (# 13):

Vous avez raison: le « modèle québécois » où l’État est omniprésent et tentaculaire avec ses politiciens véreux et ses fonctionnaires indolents qui se partagent des privilèges monayables favorise grandement la corruption; d’ailleurs, le Québec est effectivement l’endroit le plus corrompu en Amérique-du-Nord.

Bravo pour l’admettre…

@François1

Je ne veux en rien vous offencer,mais vous semblez détester tout ce que la nation québecoise représente, vous n’avez qu’amour pour le dieu dollar. Vous ne pensez jamais à votre prochain mis à part pour le traîter de paresseux.

Tout ce qui est Social n’est pas communisme comme tout ce qui est capitaliste n’est pas sauvage.

Il existe des compromis entre un enrichissement personnel extrême et une sûr-utilisation de l’état. Comme un petit garçon n’est pas toujours habillé de bleu, parfois le vert est de mise.

M.Turcotte

Et François 1 de jouer du Machiavel apprenti !

Vous confondez modèle québécois et libéraux…

Toujours dans le champ droit. À quand une analyse non biaisée par votre aveuglement ? Êtes-vous incapable d’objectivité ?

Pourquoi toute cette haine et ce mépris ? D’où cela vous vient-il ?

Pas si « à côté de la coche » que ça ! L’indice IMV est en effet corrélé avec le GDP, on peut donc dire qu’ils vont de pair en général, mais si on suit le lien vers la figure qui montre cette corrélation, on voit quand même des écarts importants qui montrent que ces deux indices mesurent quand même deux choses distinctes.

Dans certains cas les écarts sont importants, par exemple la Grèce et la Nouvelle-Zélande ont à peu près le même GDP, mais l’Indice Mieux Vivre de la Grèce est nettement plus bas. De l’autre côté, la Grèce et la Pologne ont à peu près le même degré de Mieux Vivre, même si le GDP en Pologne est bien plus faible que celui de la Grèce.

Le PIB est relatif.

Il y a 9 types dans un bar donc le salaire moyen est de $30 000. Bill Gates entre dans le bar, le salaire moyen vient de passer de $30 000 à plus $300 millions!

N’empêche que malgré une augmentation du « salaire » moyen de 10 000% dans le bar, la vente de la bière
n’aura qu’augmenté tout au plus de 10 à 15%!

@zenobias

Ce que je comprends du graphique, c’est que les canadiens ont la meilleure vie, et ce, malgré un pouvoir d’achat qui ce situe au 10ième rang!

Les dénigreurs de l’État québécois ne sont que trop heureux de salir et rapetissser le Québec.
Malgré les masochistes dépendantistes qui s’acharnent à rapetisser et discréditer le Québec, le Québec demeure un des endroits au monde où il fait le mieux vivre.
Le vrai indice social est l’ INDICE DE BIEN-ÊTRE qui tient compte de tous les facteurs de la vie.


Le Québec a un si bon système et un si bon indice de bonheur que les immigrants veulent y venir à la pochetée. Plusieurs de ces derniers ne veulent cependant pas s’intégrer à la tribu majoritaire québécoise en continuant ici de pratiquer les rites tribaux de leur pays d’origine, et en s’associant plutôt à la tribu anglophone du Québec. Autrement dit profiter de tous les avantages en contribuant le moins possible au groupe majoritaire (pour le moment) francophone.

D’autre part, nous sommes privilégiés au Québec d’avoir quatre saisons. J’aime cette variété de climat.

Oui, le Québec est un beau pays. Mais il faut l’assumer tel qu’il est.

J’en ai ras-le-bol des râleux: il fait trop froid, il fait trop chaud, c’est sale le printemps, il pleut trop l’automne, …

J’aime bien cet extrait du texte de « The Economist » qui est fait sur mesure pour JF Lisée:

« Money may not buy you happiness. But it can buy a strong correlation with a fancy new index that aims to put a number on contentment. »

» le Québec demeure un des endroits au monde où il fait le mieux vivre »

pour ceux qui aiment se faire siphonner jusqu’à 53% de leur revenu imposable, rouler dans des nids de tyranosaure, payer toute sorte de taxes, devoir supporter des médias qui penchent (presque) tous du même bord…

« 
Le Québec a un si bon système »

qu’il est maintenant la 5e juridiction la plus endettée de la planète selon la méthode de l’OCDE

@lemoutongris

Effectivement, les grands médias penchent tous à droite, c’est dans la nature des choses, ils vivent de la publicité!
Ça ne s’améliore pas avec la centralisation des nouvelles et de la ligne éditoriale, on ne peut que souhaiter un certain sens de l’éthique.

Pour la dette, il faut relativiser. D’abord, c’est une dette brute, une dette d’hypothèque , c’est différent d’une dette de carte de crédit. De plus, plus de 50% de notre dette ont se la doit à nous même…

Ayant séjourné dans plusieurs pays, et en ayant visité presque la moitié des pays dans le monde, je réaffirme que ” le Québec demeure un des endroits au monde où il fait le mieux vivre”.

Ceux que le Québec tuent n’ont seulement qu’à aller voir ailleurs.


« Effectivement, les grands médias penchent tous à droite »

ou on n’a pas la même définition de droite (qui n’aime pas l’intervention de l’État), ou on ne vit pas sur la même planète

. D’abord, c’est une dette brute, une dette d’hypothèque , c’est différent d’une dette de carte de crédit. De plus, plus de 50% de notre dette ont se la doit à nous mêm »

une dette, c’t’une dette. peu importe comment on la regarde, le Québec est hyper endetté

@ Raymond Saint-Arnaud, État du Québec (# 27):

Vous avez bien raison et tant que le Québec demeurera confortablement lové à l’intérieur de notre beau et grand pays, le Canada, il occupera la deuxième « plus meilleure » place où vivre dans le monde!!!

Merci encore de votre puissant témoignage Raymond.