Le PLC et la Charte des droits : comme les dix commandements

À force de vouloir béatement célébrer la différence, telle une danse autour du totem diversitaire, on a introduit le concept de relativisme moral dans nos institutions et nos lois, de même que dans notre Charte chérie. Résultat : celle-ci ne protège pas nos droits, pas plus qu’elle ne nous traite équitablement, dit le blogueur Frédéric Bastien.

Historic Moment: Then Prime Minister Pierre Trudeau and the Queen sign the 1982 Charter of Rights; w
Photo : Ron Bull/Toronto Star via Getty Images

Le 14 juillet dernier, un député conservateur, Larry Miller, a osé dire tout haut ce que plusieurs au Québec (et certains au Canada anglais) pensent tout bas, à savoir que la Charte des droits et libertés a pour effet «de priver la majorité de certains droits pour protéger la minorité».
Politique

Il n’en fallait pas davantage pour que les libéraux de Justin Trudeau réagissent. Le Parti libéral du Canada (PLC) a lancé une pétition en ligne qui exige que les conservateurs respectent la Charte et qui explique les bienfaits de celle-ci.

Cette prise de position mérite d’être décortiquée.

Incohérence libérale

L’an dernier, à la suite à la parution de mon livre La Bataille de Londres, l’Assemblée nationale a demandé unanimement au gouvernement fédéral que des documents vieux de plus de 30 ans sur le rapatriement constitutionnel soient déclassés.

Faisant cause commune avec Stephen Harper, Justin Trudeau a rejeté du revers de la main cette requête en affirmant qu’il s’agissait de «vieilles chicanes».

La constitution serait donc une ancienne dispute sans importance. Pourtant, lorsque certains conservateurs questionnent les relations entre les minorités et la majorité, ou quand le Québec manifeste le désir de mettre en place un projet de laïcité qui s’opposerait à la Charte des droits, alors soudainement, la question constitutionnelle devient pressante. La Charte des droits et l’interprétation qu’en font les juges fédéraux doit avoir préséance sur toutes autres considérations sociales ou politiques. Point à la ligne.

Au lieu de dire noir une journée et blanc le lendemain, les libéraux devraient faire preuve de cohérence en disant les choses comme ils les voient réellement.

La constitution, dont la Charte est partie intégrante, constitue un enjeu fondamental. D’ailleurs, peut-on concevoir qu’il en soit autrement quand il s’agit du cadre institutionnel du pays ? Le tout est tellement primordial que cela explique, entre autres, pourquoi les rouges ne feront jamais la moindre concession au Québec là-dessus.

Selon eux, les bienfaits de la constitution de 1982 sont très importants. Dans le texte de leur pétition, on peut lire notamment que la Charte «assure que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens sont traités équitablement, point à la ligne». Le droit des minorités «n’est pas un fardeau… bâtissons un pays plus fort en célébrant nos différences».

Être indifférent à la différence

Ces affirmations, assénées comme des vérités révélées, méritent qu’on s’interroge, en commençant par l’idée qu’il faille se réjouir de nos différences.

Prenons l’Inde comme exemple. Un pays qui fait face, entre autres, à une pratique singulière : un niveau très élevé d’avortement quand les futurs parents découvrent que le bébé à naître est une fille. Ce phénomène existe également au Canada dans certaines communautés culturelles.

Doit-on célébrer cette diversité ? Bien sûr que non. L’a priori suivant lequel il faudrait d’emblée se réjouir de la différence est indéfendable au plan philosophique. La bonne posture consiste à être indifférent à la différence. Il faut traiter n’importe quel individu avec la même rationalité et la même humanité, peu importe ses origines ou ses croyances.

À force de vouloir béatement célébrer la différence, telle une danse autour du totem diversitaire, on a introduit le concept de relativisme moral dans nos institutions et nos lois, de même que dans notre Charte chérie. Résultat : celle-ci ne protège pas nos droits, pas plus qu’elle ne nous traite équitablement.

La situation de la Commission scolaire de Montréal, entre autres, illustre ce phénomène. En vertu d’une décision de la Cour suprême basée sur la Charte en 1994, cette institution accorde des congés payés supplémentaires aux membres de minorités religieuses. Ce traitement privilégié coûte 164 000 dollars par année et génère quelque 500 demandes annuellement.

Certains ont plus de congés que d’autres suivant leur religion. Cela est clairement une discrimination, même si les bien-pensants la qualifieront sans doute de positive, comme si la ségrégation basée sur la race ou la religion pouvait être une bonne chose. En réalité, cela constitue une attaque directe contre notre droit à l’égalité, puisque nous ne sommes plus égaux devant la loi. Et tout cela en vertu d’une charte qui est censée protéger nos libertés.

Prenons un autre exemple, soit la décision de la Cour suprême de permettre le port du niqab lors d’un témoignage au tribunal. Premier affront à nos droits : l’égalité de tous devant la loi, qui passe de nouveau à la trappe. Certains peuvent témoigner voilés et d’autres pas. Deuxième violation : le droit à un procès juste et équitable, puisqu’un accusé ne peut plus faire valoir une défense pleine et entière quand on témoigne contre lui le visage caché par un voile.

Pour les libéraux fédéraux et autres partisans de la rectitude politique, malgré ces exemples (et bien d’autres que l’on pourrait invoquer), la moindre interrogation sur le fonctionnement de notre régime de droits et libertés relève de l’hérésie. Celui-ci est, en quelque sorte, parfait et fait désormais l’objet d’un culte. Pierre Trudeau l’a instauré, tel Moïse donnant au peuple juif les tables de la loi.

Désormais sacrées, les dispositions de la Charte sont devenues nos dix commandements.

* * *

À propos de Frédéric Bastien

Frédéric Bastien est professeur d’histoire au Collège Dawson et l’auteur de La Bataille de Londres : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel. Il détient un doctorat en histoire et politique internationale de l’Institut des hautes études internationales de Genève.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

17 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Sujet délicat pour plusieurs, voir intouchable…pour un Trudeauiste.

Plusieurs considèrent normale la transformation d’un pays.
Ce qui est vraie.
J’aurais tendance à dire cependant, dans le sens que ceux-ci l’entendre que c’était vraie pour le Québec, pour le Canada, pour me limiter qu’à nos frontières.
C’était vraie alors que le pays était à créer.
Évidemment il y avait à l’arrivé des premiers colons, les sauvages…qui un peu comme les contestataires qui veulent défendre leur partie de pays des envahisseurs, sont dépendamment de quel côté ils se trouvent, des membres de la force de l’ordre, de l’armée ou des extrémistes et des terroristes. Et donc qui étaient donc les vrais sauvages?

Mais en 2014, les résultats sont ce qu’ils sont.
Le Québec comme le Canada doit certainement se façonner et évoluer à l’image de son époque, de ses habitants, de tout ses habitants, les nouveaux y compris, provenant de toutes les parties du monde, dans un espèce de mélange déjà connu de la majorité mais bonifié par ses quelques ingrédients nouveaux.
Cependant, jamais, jamais, jamais, je n’accepterai que ce mélange, au nom de quoi que ce soit, à quelque supposé droit légitimé par des lois que ce soit, intervienne de telle façon qu’il devienne non souhaité et méconnaissable par la majorité et en quelque que sorte forcé de refléter la sauce plus au goût et à l’image de quelque minorité que ce soit.

Vous donnez quelques exemples de ce qui ne devrait pas exister.

J’en rajoute un qui pourrait avoir des conséquences majeures rapidement dans la transformation de l’ouest du pays qui lentement, peut-être pas autant que ça à bien y penser, est celui du visage asiatique d’une partie grandissante dans quelques provinces de l’ouest du pays, au point que la deuxième langue officielle sera certainement chinoise et revendiquée très bientôt. Certaine municipalités au sud de Montréal sont à visage asiatique grandissant aussi.
Le Canada anglophone dont certaines provinces fortement francophones ou majoritairement francophone comme le Québec l’est doit demeurer ainsi à jamais et les nouveaux arrivants doivent choisir leur camp selon les lieux choisis. Aujourd’hui plus que jamais et à l’avenir de préférence en connaissant plus d’une langue en plus de celle de leur famille et de leur ancêtres mais jamais en l’imposant sous quelques prétexte que ce soit et surtout pas pour qu’elle remplace celles existantes. Si non une immigration massive chinoise pourrait créer une province chinoise en quelques décennies, la nouvelle majorité le votant ainsi… Et pourquoi pas une telle demande dans l’ouest en 2070?

Et cela est pour moi non négociable en plus doit s’appliquer à tout les niveaux.

Au Québec, « la » religion de la majorité…même non pratiquée par la majorité est la catholique. Tant qu’à moi, à part dans la vie privée de chacun, pour ceux et celles qui le désirent ainsi, elle pourrait bien complètement disparaître. Mais jamais, jamais, jamais pour qu’elle soit remplacée avec l’aide « des droits » qui ne devraient pas exister, par celle d’une quelconque d’une minorité.

Les droits acquis existants, développés sur des centaines d’années, au fils du temps, par tous ou en leurs noms, ne devraient pas être remplacés par ceux et par des habitudes de tous les coins de la planète. Développés, transformés avec le temps la sauce commune peut-être bonifiée mais pas remplacée.
Le pays ou des parties de pays ne doivent jamais devenir des petits coins de chacun comme s’il était dans son pays d’origine ou pire celui de ces ancêtres, à part dans sa zone privée…, lors de fêtes ou de manifestations (spectacles, conférences, études, etc…) dédiées.

Les lois et les chartes devraient refléter cette philosophie et cette réalité, et défendent à tout crin, à part d’exceptions, d’exceptions véritables, ceux de la majorité…en laissant les croyances de chacun un droit à exercer dans l’espace et le temps de chacun!

Les dix commandements de la Charte canadienne des droits et libertés canadiennes ont fait leur preuve.. L’indice du bonheur au Québec est égal à celui des pays nordiques européens.

Comment convaincre une personne qui se sent heureuse que non! elle n’est pas heureuse, qu’elle est sous le joug des méchants rouges. Vous savez l’enfer rouge dans lequel les décennies de pouvoir libéral les confine.

Le Ciel wow! il est bleu duplessiste, péquiste! Vous vous rappelez le bleu Duplessiste. la belle époque pour l’Élite conservatrice qui gardait le plein contrôle du troupeau, les enfermant dans l’ignorance.. ces esprits pas assez malins pour qu’on les instruise.. La Vérité eux en étaient les dignes détenteurs..

Les Québécois ne sont pas les cons que vous voudriez qu’ils soient.

Le Québec vit dans la liberté, la sécurité, la tolérance qui fait la réputation du Canada, pays recherché par des citoyens du monde entier dont le sort est « autrement à plaindre » que celui de nos éternels chiâleux.. victime un jour, victime toujours, d’éternels persécutés qui suffoquent dans leur trop plein de libertés et qui ne retrouvent l’apaisement que dans qui la doctrine liberticide groulxienne.

Depuis bientôt 50 ans que les séparatistes québécois n’ont d’autres choix que de se tourner vers la démagogie et les contorsions intellectuelles dans leurs campagnes de propagande.. pour défendre l’indéfendable..

.. car les Québecois, » tenus en otage » par ces idéologues « qui s’ennuient », qui trouvent le plafond trop bas pour eux au Québec, ce sont vous les jeunes générations qui êtes instrumentalisées par ces soixante huitards nostalgiques. Honte à eux qui veulent vous couper les ailes en vous forçant à adhérer à leurs chimères.

La véritable haine de soi ce sont eux qui en sont les porteurs.

Madame, vous êtes triste à lire.
Monsieur Bastien fait preuve dans son texte d’une rigueur intellectuelle remarquable, ce qui n’est manifestement pas votre cas.
Je devrais y être habitué mais je suis toujours étonné de lire quelqu’un qui accuse de démagogie et de « contorsions intellectuelles » sans même prendre la peine d’ammener un seul argument.

Je vous ferai remarqué, madame, que les tribunaux n’ont pas eu besoin de la Charte pour condamner les abus de Maurice Duplessis.

Maurice Duplessis (celui qui nous a donné notre si beau drapeau nationalo- québécois avec les emblèmes de la croix religieuse et de la fleur de lys royale) a été « condamné par les tribunaux »???

Lesquels? Quand?

Groulx est mort en 1967, Duplessis en 1959. Arrivée en ville Mam Beaulieu.
Vos commentaires, répétitifs ad nauseam sur les nationalistes québécois, me font tellement penser à Dion et Laprès qu’on dirait que vous les avez enfantés.

Complètement d’accord. D’où vient cette invention, cette fumisterie, de célébrer nos différences… Je suis totalement en désaccord. Si, oui les minorités méritent une protection contre les abus de la majorité, symétriquement le majorité doit avoir les protections requises pour que le progrès et l’avancement de la société dans une direction conforme aux désirs et souhaits de la majorité et avec les valeurs cardinales de notre société. À mon avis la CHARTE et les pouvoirs conférés ainsi à la Court Suprême dévient des objectifs originaux de protéger les minorités des abus et maintenant impulsent des changements directionnels dans la société qui ne sont pas du tout conformes aux vœux de la majorité qui en FIN DE COMPTE PAYE LES COMPTES. Une autre grande ERREUR DE PET, un supposé expert constitutionnel… NONOBSATANT son grand prestige permettez moi d’en douter.

La charte est un antidote pour enrayer les éruptions d’urticaire provoqué chez Trudeau par le Duplessisme et le nationalisme Québécois. Une espèce de réaction de supposément bon père de famille qui donne le droit a tous ses enfants d »être et de laisser être. Une déformation idéologique du »peace and love des années 60 » Le »hippie » parvenu qu’était Trudeau a fait que le Canada devienne une commune ou tous sont libre d’être et de promouvoir leur identité et leur religion non pas d’une façon recueilli et introverti mais de l’implanté dans l’espace public sans regard de discrétion pour ceux qui voudrait vivre dans une société ou ces chimères religieuse serait absente. Cette charte sent a plein nez l’attachement que le parti libéral de l’époque voulait recevoir des minorités canadienne et plus spécialement celles du Québec.Les résultats des élections le prouve. Contrairement a Trudeau qui avait des tendances a une sorte d’intégration socialisme pour le Canada, M.Harper lui a une vision plus réaliste du Canada, Un pays unis par la citoyenneté, mais avec des composantes fondamentales,qui sont reconnus comme étant distinctes dans ce Canada, soit les Autochtones , les Québécois et les descendants Anglophones des 10 provinces Canadiennes qui forment la majorité et qui pour la plupart ont l’appuis des nombreuses minorités qui sont protégés par la charte.D’ailleurs possiblement dans un futur rapproché les deux solitudes minoritaire auront un statut particulier et pourrait garantir a leur minorités vivant sur leur territoires des droits qui respectent leur identités tout en ne brimant pas celui de la majorité.Pour un le Québec devrait donner l’exemple en décidant d’évacuer de l’espace publique ces chimères religieuse en particulier sa persistance a vouloir avoir sur les murs de son enceinte démocratique un individu entrain de se faire torturer.

Pour le parti Libéral et plusieurs Canadiens, la Charte est devenue un véhicule identitaire. On comprend maintenant leurs réactions, ça s’appelle « touches y pas ».

« La culture du débat est parfois plus compliquée ici. Une opposition est parfois vécue plus difficilement, comme une espèce de conflit, alors qu’en France, on est capables de s’engueuler pendant une demi-heure et après, on est les meilleurs amis du monde. » (Roland Lescure, VP caisse de dépôts)… Il a tellement raison!

Philip Girard, (auteur du livre très éclairant « Bora Laskin): L’objectif de M. Bastien est clair: miner la légitimité du processus constitutionnel de 1982 et de la Charte canadienne des droits et liberté. Sa version de la Bataille de Londres, quoique divertissante par moments, est au bout du compte tellement déséquilibrée qu’elle s’effondre sous son propre poids. »

Voilà ma perception des raccourcis intellectuels empruntés par les néo-réactionnaires conservateurs…

Un autre exemple: Pauline Marois qui se moquait de Bloomberg en ces mots « C’est la théorie du bonhomme 7 heures », formule reprise par PKP pour qualifier le débat de la péréquation…

Ce débat de la péréquation que tente de débroussailler « objectivement » « pour nous » Pierre Fortin.. une vision plus jovialiste que réaliste..

Quand Frédérik Bastien se dit surpris de voir que l’accès à des documents vieux de plus de 30 ans ne soit toujours pas permis, je l’inviterais à pousser ses recherches pour nous dans les archives françaises qui pourraient nous éclairer sur la mort mystérieuse d’un felquiste en
France ..

Il se rendra compte que ces informations sont gardées sous scellées pour 50 ans..

Alors pour les leçons sur la transparence d’un camp par rapport à l’autre, on repassera..

Madame, vous êtes libre de faire des attaques ad hominem sur Frédéric (avec un c) Bastien, mais faites-le en commentaire principal. J’ai rien à cirer de vos commentaires touffus qui ne visent qu’à dénigrer Frédéric Bastien et qui n’ont rien à voir avec mon commentaire.

P.S.1 Frédéric Bastien a déjà répliqué aux attaques de Philip Girard dans une lettre au Devoir, à la fin, il mentionne ceci : « Mon livre révèle ces faits qui ébranlent soudainement les laskiniens, dont M. Girard fait partie. Et devant cette vérité qui les bouleverse, il tente de défendre l’indéfendable. »

P.S.2 Le felquiste que vous évoquez, c’est sans doute Mario Bachand, un gars que j’ai connu quand j’étais enfant et lui adolescent, il habitait sur une rue voisine et le souvenir que je retiens de lui, pas très bon, c’est qu’il s’amusait, lui et son voisin, à nous effrayer par toute sorte de moyens dont celui de nous lancer des snelles avec une fronde.

Mais n’est-on pas au Canada, au Québec?
C’est pas en France à ce que je sache.
Quoi qui se fasse ailleurs ou encore ici, ne peut-on pas le remettre en question?
Aussi dans sa pertinence actuelle ou future?

Et puis PET le père ou encore le jeunot, c’est clair aussi pour moi, ses positions, leurs positions hier ou aujourd’hui ne me conviennent pas!
Les francophones ne sont pas au canada une minorité comme les autres, même en 2014 et il ne faudra jamais accepter qu’elle le devienne.
Le Québec dans le canada ne pourra que perdre de l’influence.
À choisir d’avoir le poids de 22% en descendant dans 100% de canadiens, ou devenir 100% dans mon pays, la question est facile à régler!

PET pourra toujours allez parler sa langue bilingue ailleurs aussitôt que ça lui plaira!
Et qui d’autres?
On ne peut pas et on ne doit pas empêcher quiconque de chercher plus de bonheur!

Ce n’est pas à la remise en question du Canada que les fédéralistes s’opposent. Le Canada et le Québec ont évolué et continueront d’évoluer.

Ce sont les dogmes que l’on refuse.. Les dix commandements, les tables de la loi de Moïse, l’hérésie, tous ces termes dévoilent un caractère religieux qui rend suspects les porteurs de la cause indépendantiste.

Qui plus est cette cause est clairement élitiste..

Le jour où les Québécois se sentiront menacés de disparition ils réagiront avec leur libre arbitre et non sous la pression de certains qui se prétendent la Vérité…

Les deux visions existent et elles sont tout autant valables. Et jusqu’à maintenant ceux qui croient encore en la démocratie sur ce blogue devraient respecter la volonté clairement exprimée par la majorité..

En septembre prochain nous serons témoins d’un véritable exercice démocratique en Écosse..

Ils se sont entendus avec le gouvernement central pour une question claire et un calendrier… qui plus est tous les citoyens de quelques races, religions que ce soit sont reconnus écossais. Pas question de « de souche » divisif..

Le jour où les indépendantistes du Québec s’inspireront de l’approche écossaise, ce jour-là seulement les chances d’atteindre le 50 + 1 s’installeront… Sinon, continuez de pelleter des nuages..

Ce n’est pas à la remise en question du Canada que les séparatistes s’opposent. Le Canada et le Québec ont évolué et continueront d’évoluer.

Ce sont les dogmes que l’on refuse.. Les dix commandements, les tables de la loi de Moïse, l’hérésie, tous ces termes dévoilent un caractère religieux qui rend suspects les porteurs de la cause fédéraliste.

Qui plus est cette cause, ce fédéraliste sans questionnement est clairement élitiste.

Le jour où les Québécois se sentiront menacés de disparition ils réagiront avec leur libre arbitre et non sous la pression de certains qui se prétendent la Vérité…comme les PET et les Hélène Beaulieu de ce monde.

Les deux visions existent et elles sont tout autant valables. Et jusqu’à maintenant ceux qui croient encore en la démocratie sur ce blogue devraient respecter la volonté clairement exprimée par la majorité..et donc le total de ceux qui n’ont pas voté pour les libéraux et pour le fédéraliste additionné à ceux qui ne sont pas présentés aux urnes aux dernières élections québécoises d’avril 2014, ce qui représente ensemble largement plus que 60% des Québécois et des Québécoises.

En septembre prochain nous serons témoins d’un véritable exercice démocratique en Écosse..

Ils se sont entendus avec le gouvernement central pour une question claire et un calendrier… qui plus est tous les citoyens de quelques races, religions que ce soit sont reconnus écossais. Pas question de « de souche » divisif..

Le jour où les fédéralistes du Québec et du Canada s’inspireront de l’approche écossaise, ce jour-là seulement les chances d’atteindre le 50 + 1 s’installeront… Sinon, continuez de pelleter des nuages de peurs et de mensonges cher et chère fédéralistes!

p.s.: comme quoi n’importe qui peut dire et/ou écrire n’importe quoi!
souriez chère fédéraliste et watchez ce que vous dites car l’heure est proche que les ténèbres fédéralistes au Québec seront remplacés par la venue du Québécois nouveau, créatif à faire peur le plus créatif des fédéralistes canadiens, entraînant avec la lui la vague séparatiste qui construira la première pierre du pays du Québec.

Texte hautement inspiré par madame Hélène Beaulieu du début jusqu’à la fin, la conclusion dans le ps, plus précisément de son affirmation: » Les dix commandements, les tables de la loi de Moïse, « .
Alléluia mes frères et soeurs.
Il est recommandé maintenant de faire une petite prière!

Sir Decelles, vous me voyez flattée de voir que mon texte de demie-lettrée (évangile selon St-Mathieu BC) ait pu servir d’inspiration à un esprit aussi éclairé que le vôtre

Comment ne pas être séduit par les propos de votre réaction chère madame?
Même si tous les deux savons que nos louanges ne correspondent pas à nos sentiments les plus profonds, telle Lafontaine dans « Le renard et le corbeau ». Cependant rassurez-vous car je ne chercherai pas à faire tomber votre fromage.
Malgré ce que j’en dis, je suis fort aise et amusé de votre réaction qui tranche admirablement avec celles que l’on rencontre trop souvent.
Cela prouve qu’il n’y a pas que des poltrons sur les blogues, quoi que trop nombreux!
C’est peut-être que sur ce point, l’ex-vice-Reine et moi nous nous rejoignons. C’est-à-dire, ce qu’elle en penserait certainement et j’extrapole un peu comme ceci: que le peuple si admiratif soit-il, ne devrait pas avoir le loisir d’étendre
son torrent de mots pollués à sa guise et aux mêmes endroits que l’élite! (Évidemment c’était une blague…de ma part!)

Merci à Pierre-Elliot Trudeau pour cette Charte à laquelle le Québec a fait appel à plusieurs reprises et qui sers de garde-fou contre les illuminés séparatistes.