Élections: Marois évoque les conséquences d’une défaite du Parti québécois

MONTRÉAL – Alors que le tapis semble lui glisser sous les pieds, Pauline Marois a évoqué mardi les conséquences d’une défaite du Parti québécois aux mains du Parti libéral, le 7 avril.

«Je suis très satisfaite du plan de match que nous avons mis de l’avant. Ce qui m’inquiéterait, par ailleurs, c’est qu’on puisse revenir aux vieilles façons de faire qu’avaient les libéraux», a déclaré la chef péquiste en conférence de presse dans une école de l’arrondissement de Verdun à Montréal.

«Est-ce qu’on veut revenir à ce qu’on a connu sous M. (Jean) Charest, même vision, même équipe, même perspective, même problème d’éthique?», a-t-elle soulevé.

La situation se corse pour Mme Marois et le Parti québécois. Les libéraux ont pris la tête dans les intentions de vote, selon un sondage CROP La Presse réalisé auprès de 1400 internautes, du 12 au 16 mars.

Si des élections avaient eu lieu cette semaine, le Parti libéral du Québec (PLQ) aurait obtenu 39 pour cent des voix _ une hausse de cinq points depuis le mois dernier _ alors que le PQ aurait récolté 36 pour cent du vote _ une baisse de quatre points comparativement à février.

Le Parti québécois conserve l’appui de 43 pour cent des électeurs francophones contre 30 pour cent _ une tendance à la hausse _ pour le PLQ.

La Coalition avenir Québec, de François Legault, est devenue une quantité négligeable avec un maigre 13 pour cent d’appuis, un point de moins que la semaine dernière et seulement trois points de plus que Québec solidaire.

Dans l’espoir de relancer sa campagne, Mme Marois a senti le besoin de braquer le tir sur son rival libéral, faisant état des «affaires» dans lesquelles a été impliqué Philippe Couillard et qui «posent des problèmes en termes d’éthique».

Elle a fait allusion aux liens d’affaires qu’a entretenus il y a quelques années M. Couillard avec Arthur Porter, aujourd’hui accusé de corruption en lien avec la construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Elle a aussi rappelé les circonstances troubles qui ont entouré la décision de M. Couillard de quitter son poste de ministre de la Santé, en 2008, pour joindre le Fonds d’investissement PCP, un fonds spécialisé dans l’établissement de cliniques privées.

«Dans le code d’éthique adopté à l’Assemblée nationale il y a quatre ans, il y a un article qui concerne carrément M. Couillard, on pourrait l’appeler »l’article Philippe Couillard » parce que lorsqu’il a quitté le gouvernement, il a quitté avec un emploi en poche auprès d’employeurs privés dans le domaine de la santé», a déclaré Mme Marois.

La leader péquiste s’est employée à mettre en doute l’intégrité de son adversaire mais a refusé de répondre à une question concernant le «deal», évoqué il y a quelques semaines à la Commission Charbonneau, entre son mari Claude Blanchet et le Fonds de solidarité de la FTQ.

«Le bilan en matière d’éthique de notre gouvernement et de notre formation politique est absolument remarquable», s’est-elle limitée à dire.

En revanche, elle a associé M. Couillard et son équipe de candidats à l’ancien gouvernement Charest, battu en 2012 et discrédité sur le plan de l’éthique.

«Ce sont les mêmes personnes qui sont dans l’équipe de M. Couillard, M. (Sam) Hamad, M. (Pierre) Moreau, ce sont les mêmes qui sont autour de lui. Qu’est-ce qui nous amènerait à croire qu’il aurait fondamentalement changé? Ce matin encore il y a un dossier sur lequel il y a plusieurs questions qui doivent être posées à M. Couillard (au sujet de) son association avec M. Porter», a-t-elle argué.

Au chapitre des engagements électoraux, Mme Marois a promis un coup de barre pour accroître la diplomation des jeunes.

Entourée d’une brochette de candidats, dont Léo Bureau-Blouin, Martine Desjardins et Diane de Courcy, la leader du PQ s’est fixé pour objectif de faire en sorte que deux étudiants sur trois obtiennent leur diplôme dans les temps requis d’ici 2020 et que 80 pour cent l’aient avant l’âge de 20 ans.

Mme Marois a annoncé qu’un gouvernement péquiste mettrait en place une politique nationale de lutte contre le décrochage scolaire.

En outre, le PQ souhaite prévenir les retards scolaires et s’engage à poursuivre l’implantation des maternelles quatre ans en milieux défavorisés, parallèlement au déploiement du réseau des services de garde à contribution réduite.

Le parti s’engage également à mieux appuyer les élèves handicapés, en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage, en poursuivant le déploiement de 600 professionnels dans les écoles.

La caravane péquiste a fait relâche en fin d’avant-midi mardi pour permettre à la chef de reprendre son souffle et de se préparer en prévision du débat de jeudi.

Les commentaires sont fermés.

Je ne crois que c’est à Pauline Marois de décider ce que la population souhaite élire. Elle a lancé les dés et déclencher des élections, alors elle doit se battre tout comme les autres candidats le font. Si elle souhaitait continuer d’être au pouvoir, elle aurait dû terminer son mandat. Elle souligne par ailleurs que 18 mois c’est bien peu pour être jugé sur son bilan, mais elle souhaitait la majorité et a fait le pari que la population les reportera au pouvoir sans trop d’efforts. Le 7 avril le dira.

Bravo Madame Marois.
Il commence être temps qu’elle réplique avec des « vrais affaires ». Et qu’elle continue de le faire et de le refaire.
Monsieur Couillard a répliqué qu’il pourrait s’y mettre lui aussi.
Sauf qu’à ce jeu, à moins d’avoir des lapins inconnus dans son chapeau, il n’a pas beaucoup de chances.
J’aurais d’ailleurs plusieurs bonnes questions pour lui entre autres:
-alors qu’il présente l’équipe du tonnerre en santé, selon lui, 2 des membres de ce trio de médecins: le docteur Bolduc et lui même, tout comme il nous présente aujourd’hui le docteur Barette, le troisième de ce trio, nous ont été présenté comme des candidats vedettes, devant améliorer radicalement et en un temps et trois mouvements le système de santé du Québec. Peut-il nous dire ce qui a amélioré le système de santé de façon significative et aussi vite que promis alors qu’ils étaient ministres de la santé?
-il nous dit qu’il est contre un système à deux vitesses et la privatisation du système de santé du Québec. Pourquoi préconise-t-il alors en collaboration avec ses acolytes la créations de 50 cliniques de santé…privées appartenant à des groupes de médecins…tel que l’a toujours préconiser d’ailleurs le docteur Barette.
-ne voit-il pas de problèmes d’étiques que sous son règne et celui du docteur Bolduc, ils aient négocier des ententes avec le docteur Barette entre autres, permettant aux médecins du Québec de doubler leurs revenus sous une période de 10 ans ? Un ministre de la santé qui est aussi médecin ne devrait-il pas s’abstenir d’intervenir dans des négociations concernant les revenus et les conditions de travail des médecins, ses confrères d’avant et d’après le temps qu’il occupera cette fonction?
-le docteur Barette ne devrait-il pas être exclu d’un processus d’amélioration prétendu du système de santé en passant par la création de cliniques privées, puisqu’il est lui-même propriétaire d’une ou de plusieurs cliniques privées ?

Je m’arrête ici ! Mais j’en aurais plusieurs autres…

Ça sent la panique chez les péquistes.

La grosse balloune de la Marois est en train de lui péter en pleine face. Bien fait pour celle qui a violé SA propre loi sur les élections à date fixe!

AVIS aux fonfons québécois: Avec qui voulez-vous négocier votre prochaine convention collective? Avec PKP qui a été qualifié de l’un des PIRES employeurs au Québec et qui a décrété quatorze (14) lock-outs?

Sinon, vous savez quoi faire…

Est-ce que c’est tout ce que Monsieur Couillard pourrait reprocher en réplique à Madame Marois ?
J’espère que non, pour lui et pour vous !
Et pourtant contrairement à vous, moi j’aimerais en savoir plus…sur quiconque: mon pire ennemi mais aussi mon meilleur ami. Car contrairement à ce que je comprends de vous, je traiterais les erreurs similaires de l’un ou de l’autre de la même façon. Si non plus durement si c’est mon ami qui est fautif, car connaissant mes opinions et principes, s’il m’a tout de même trahi en me cachant ce qu’il aurait dû me dire, il mérite un traitement en conséquence.

Depuis que je vous lis Francois 1, si je vous ai bien compris (phrase célèbre au Québec), vous et vos acolytes qui appuyez le parti libéral, vous êtes pour la corruption et les retours d’ascenseurs aux ti-zamis et le reste du genre ?
En profitez-vous personnellement ?
Ou un de vos proches en a-t-il profité et en profitera-t-il au retour de Jean Charest, oh pardon, avec des Couillard, des Bolduc et des Barette au pouvoir, trois richissimes médecins qui en ont mis en peu de temps beaucoup dans les poches de leurs semblables ?
C’est curieux ce double discours.
D’un côté de la bouche, Couillards et ses adeptes, disent vouloir couper dans les services, augmenter les frais, et dans le même genre pour tout ce qui concerne la classe moyenne et les moins nantis sous prétexte que le Québec n’a pas les moyens.
De l’autre côté de la bouche, sans gêne, ils disent ne rien vouloir changer ou même bonifier les revenus aux mieux nantis comme ils l’ont fait avec les médecins en doublant leurs revenus sur 10 ans, sous prétexte d’avoir des gens de qualité et compétents.
Pas un mot sur les abris fiscaux qui nous fait perdre des milliards en revenus légitimes à chaque année.
Mais ça se comprend !
En effet, ils s’accoquinent avec des banquiers à qui ils donneront les ficelles de la bourse de tous les Québécois s’ils sont élus.
Hors les banquiers canadiens facilitent les détournements de 7 milliards par année et plus vers les abris fiscaux, « légalement » ou non.
J’étais déjà au courant et je n’y ai rien appris, mais Alain Denault à l’émission de « Tout le monde en parle » de dimanche dernier nous en a appris abondamment sur ce sujet et a démontré comment. Il n’est pas le seul. Et aussi entre autres, que le Canada et le Québec sont parmi les pays et peut-être le principal pays qui a permis la création de ceux qui sont devenus des abris fiscaux. Mieux, le Canada a fait changer et adopter des lois en plus de signer des ententes avec ses pays pour faciliter « légalement » des transferts d’argent et des déclarations d’affaires faites au Canada dans ses pays. Il vient de publier un livre sur ce sujet: « Paradis fiscaux: la filière canadienne ».

Pour terminer je répète: en profitez-vous personnellement de l’élection de Jean Charest, oh pardon, de Philippe Couillard et de son équipe?
Par un emploi, par des contrats, par une augmentation de revenus, en déclarant vos revenus ou en transférant une partie dans les paradis fiscaux ?
Et quoi d’autres ?
Ou encore un proche peut-être?
Comment ?

Pa-thé-ti-que!!!

Pas un mot sur le « deal » entre votre Marois, son mari et la mafia syndicale???

La vérité c’est qu’aujourd’hui la nation québécoise en a marre de se faire prendre pour des tarés par les péquistes qui, soit dit en passant, en sont réduits à sortir Drainville et sa charte de la honte des boules à mites pour tenter de se sortir du piège à cons dans lequel les a plongés LEUR cheffe elle-même en recrutant le PIRE employeur du Québec.

Depuis que les péquistes sont au pouvoir, nous traversons l’une des PIRES périodes économiques de notre histoire et ce n’est pas la charte de la honte qui arrangera les choses.

VOUS avez voulu cette élection en violant VOTRE propre loi? Subissez-en les conséquences.

J’ai fait erreur sur les chiffres: à la place de 7 milliards, c’est $150,000,000,000.00 qui chaque année, au Canada, partent d’une façon ou d’une autre dans 7 pays reconnus comme étant des paradis fiscaux. Le Canada étant le principal fondateur et constructeur de ses paradis fiscaux, plus spécialement depuis 1956 en mettant en place les dispositions nécessaires en Barbade. Et malgré que les compagnies déjà paient moins de 14 % d’impôts alors qu’ils en payaient le double il y a moins de vingt ans, Couillard et Cie, Legault y compris, nous disent que ses mêmes compagnies sont trop taxées au Québec et accablés de charges fiscales alors que 80 % de leurs chiffres d’affaires sont transférés offshore dans des sièges sociaux bidons et qui ne sont donc pas déclarés ici. Hors 14% de 20% de leurs chiffres d’affaires réels est encore trop ? Et on a pas abordé toutes les subventions et les crédits d’impôts dont ils bénéficient encore !
Combien avez-vous transféré de milliers ou de millions de dollars dans les paradis fiscaux Francois 1 ?
Et vos proches Francois 1?
Et vos amis Francois 1?
Et un grand nombre de ceux qui appuis sans limite les politiques du parti libéral Francois 1 ?
Et du très grand politicien: Sam Hamad qui nous a affirmé aujourd’hui qu’il ne voulait pas de contrainte de l’état comme de se faire dire à quelle date mettre ses pneus d’hiver ? Hors cette mesure a été adoptée sous le règne de Jean « très conservateur et très fédéraliste »Charest !

Tout ce qu’ils (Couillard, Bolduc, Barette, les libéraux, Legault, les caquistes et qui d’autres) pourraient ajouter et que vous pourriez ajouter pour discréditer le parti québécois et Madame Marois restera que de la petite bière accompagné de peanutts de marque sans nom à comparer avec ce dont je souligne et je n’ai pas fini. En voulez-vous d’autres ? Vous en aurez d’autres !
En temps et lieu Francois 1 .

« Hors 14% de 20% de leurs chiffres d’affaires réels est encore trop ? »
En fait c’est 14% du 20% du chiffre d’affaires réels qui sera déclaré, moins toutes les déductions admises faites.
Il ne faut oublier, quant plus, nombre de déductions faites par les compagnies sont de fausses déductions: comme une épouse sur la liste de paye mais qui n’a jamais fait une seconde de travail pour la compagnie ou encore, une automobile servant à la famille mais dont toutes les dépenses sont sur le compte de la compagnie, pour ne nommer que cela !
Et vous, faites-vous ce genre de déclarations fiscales Francois 1 ?

Mais c’est pire que la panique dans votre camp.

Ça sent la déroute, voire l’épouvante, le sauve-qui-peut.

C’est vrai que lorsque l’on se présente devant l’électorat avec les mains vides et le passé trouble et rempli de contradictions et d’incohérence et qu’en plus, l’on fait subir au peuple une dépense de plusieurs centaines de millions de $ juste pour satisfaire l’ego déjà surdimensionné de quelques plantons, il est parfaitement normal de se faire montrer la sortie.

Mme Marois a tous les réflexes,depuis ces dernières 48 heures, d’un chef de train (première-minister) qui sent que sa locomotive (son agenda politique) ne tiens plus aux rails, que le pont qui s’approche (le débat des chefs) n’a pas de gardes-fou et que son train risque de s’abîmer dans le fonds du prochain ravin (le srcutin du 7 avril).

Suggestion à Madame Marois: commencez à travailler sur votre cabinet fantôme.

Vous ai-je déjà demandé Francois1: avez-vous déjà envoyé de l’argent dans les paradis fiscaux ? Combien ?

avril 8, 2014 à 9:10

Chère madame Marois
Les membres de votre équipe auraient du vous avertir et vous dire que jouer avec des arguments,des émotions et sentiments religieux…généralement on se brûle. Vous avez creusé votre propre tombe politique et celle du Parti Québécois vous même, avec l aide de votre étudiant du secondaire monsieur Bernard Drainville. En même temps le gouvernement du Canada vient de donner une gifle a la France en pleine face. Vous devriez remercier madame Djamila Benhabib, madame la députée du Parti Liberal Houda Pepin et bien d autres sympathisants. Au lieu d écouter vos amis en France, vous auriez du demander conseils de Madame Merkel en Allemagne. Votre sympathie pour les immigrants de toutes races et religions est arrivée trop tard. De toute façon en ce qui concerne les maghrébins du Québec rien ne va changer pour eux, malgré la victoire du Parti Liberal. lls continueront a souffrir du chômage et de la discrimination en français..Beaucoup de maghrebins ne veulent pas comprendre que leur porte de sortie est la langue anglaise….Bonne retraite madame Marois et installez vous en Floride, ou alors sur la cote d azur chez vos cousins francais, pour jouir des bons moments de la vie.