Chantal Hébert : le PQ perd des plumes

Un troisième sondage réalisé après le dernier débat suggère que le PQ perd des plumes aussi bien à la CAQ qu’à QS, pendant que le PLQ conserve sa mise.

Photo: Paul Chiasson/La presse canadienne
Photo: Paul Chiasson/La presse canadienne

PolitiqueUn troisième sondage (en incluant le CROP commandité par la CAQ seulement auprès d’électeurs francophones), réalisé après le débat de jeudi dernier, suggère que le PQ perd des plumes aussi bien à la CAQ qu’à QS pendant que le PLQ conserve sa mise.

Selon Ipsos*,  qui a sondé pour le réseau CTV, le PLQ a pris neuf points d’avance au total sur le PQ — essentiellement parce que ce dernier a perdu des appuis aux tiers partis depuis la dernière fois que le sondeur est allé sur le terrain.

Cela donne : PLQ – 37 % / PQ – 28 % / CAQ – 19 % / QS – 13 %.

Selon Ipsos, PLQ et PQ sont à égalité dans les intentions de vote des francophones (31 %), et la CAQ est à 21 %.

Autre tuile pour le PQ : les électeurs les plus déterminés à aller voter et à maintenir leur choix sont libéraux.

Cela n’est pas vraiment surprenant, dans la mesure où le vote fédéraliste repose sur des fondations bétonnées mais néanmoins trop concentrée pour garantir, à elles seules, une victoire libérale.

Les analystes d’Ipsos suggèrent que le dernier meilleur espoir du PQ de remporter l’élection repose sur les épaules… de François Legault.

Si le chef de la CAQ réussissait à ramener au bercail des votes qui l’ont quitté pour le PLQ, cela aiderait le parti de Pauline Marois à reprendre ou garder le dessus en territoire francophone.

Ce que j’en pense :

1. À voir la tendance, il me semble que Pauline Marois a le pire de deux mondes.

La perspective référendaire a consolidé les appuis du PLQ et détaché de la CAQ des votes fédéralistes perdus par Jean Charest en 2012.

Les efforts du PQ pour mettre la pédale douce sur ses projets référendaires ont incité des électeurs souverainistes ou nationalistes (mais pas nécessairement péquistes) à se sentir plus libres de voter pour Québec solidaire ou encore —et surtout — pour la Coalition avenir Québec.

La conclusion, c’est que, à cinq jours du vote, le contrôle de la destinée électorale du PQ échappe désormais largement à Pauline Marois. Et que la perspective de la Charte de la laïcité semble tomber dans l’oreille de sourds. On pourrait croire, à voir le score élevé de QS dans ce sondage, que le sujet éloigne des électeurs du PQ.

2. Contrairement au scénario de 2012, l’électorat libéral «mou» est plus motivé à voter pour le PLQ. Cela tient probablement aussi bien à la perspective référendaire à laquelle cet électorat est réfractaire qu’au fait que Jean Charest — en pleine crise sociale, et avec l’usure du pouvoir — exerçait un effet repoussoir sur une partie de la clientèle non péquiste.

3. Il faudrait tout un élan pour que la CAQ, malgré sa remontée des derniers jours, réussisse à revenir dans les ligues majeures lundi soir. La campagne, du point de vue médiatique, est sur le point de passer de la phase couverture à celle des bilans.

4. Avec les scores actuels, les quatre chefs ont de bonnes chances d’être élus dans leurs circonscriptions respectives lundi soir.

Si j’avais à donner un ordre de certitude, ce serait 1) Pauline Marois, 2) Françoise David, 3) François Legault et 4) Philippe Couillard.

Chose certaine, il y a eu du mouvement depuis le dernier débat de la campagne, mais pas dans le sens espéré par le PQ. On verra, à la lumière du sondage que prépare Léger Marketing, si la tendance continue à se maintenir d’ici le dernier weekend avant le vote de lundi.

*lien en anglais.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Laisser un commentaire

Les sondages lors des dernières élections en Colombie-Britannique prédisaient un gouvernement NDP majoritaire et on connait les résultats, i.e un parti libéral majoritaire pourtant reconnu comme suspect. Compte-tenu de l’état mal en point de nos démocraties, les gens préfèrent désormais éviter les gouvernements majoritaires en raison de la mauvaise influence des groupes d’intérêt associés au parti gagnant. Ces groupes lobby sont toutefois moins influents dans un gouvernement minoritaire, quitte à aller en élection plus souvent. Je ne serais donc aucunement étonné que plus de gens se rallient au PQ si la tendance se maintient dans les sondages, question d’éviter le cauchemar d’un PLQ majoritaire. Vraiment dommage que le PQ soit entré en élection bien avant terme, et que la démocratie ne se porte vraiment pas mieux. Ma prévision: un PQ minoritaire. Quelle perte de temps que cette élection… Espérons qu’ils auront appris leur leçpn. Pas sûr que le NPD a appris la sienne en Colombie-Britannique.

Votre analyse au point 1 est juste. Campagne pitoyable du PQ qui a dérivé à cause d’outsiders
PKP qui a causé un déplacement de votes adéquistes vers le PLQ
La sortie de Janette qui a causé un déplacement de votes péquistes vers QS
Dans les deux cas, l’entourage de Pauline l’a complètement échappé

Le score de QS est impressionnant. Mais faudrait voir à quel endroit il pointe? Ca va donner un comté ou deux de plus à QS mais quel dommage ce vote va-t’il faire ailleurs?

Bien que la campagne m’ait fait passer par une toutes les émotions, je vous rappelle M. Jacktwo un commentaire passé où je vous prévenais que 30 jours de campagne où les québécois verrait à tous les jours Mme Marois les éloigneraient du PQ. Je me flatte le bedaine en me disant que j’avais raison, finalement (si je me fie aux sondages)!

Bonsoir,durant la campagne le parti liberal critique la mauvaise gestion du gouvernement du parti quebecois,ensuite le parti quebecois critique la mauvaise gestion du gouvernement liberal et le tout depuis 1976 ou la dette du Quebec dans des annees prosperes a augmenter,augmenter,et augmenter et nous voila rendu en 2014 alors la validation des critiques de deux vieux partis donne une certification d’une mauvaise gestion et le tout avec le laisser aller de la depriciationde de nos infrastructures de 20 milliards voila le bilan.
Le 7 avril il faut un grand menage pour changer les choses les deux vieux partis ont eu leur chance depuis 1976.
Bonne reflexion.Ecris avec un pointeur lazer alors pas d’accent.

Quelle « perspective référendaire » ? Ah oui, celle inventée par Couillard et les stratèges du PLQ pour faire peur à suffisamment de monde et que le « better crooks than separatists » l’emporte. Y’a pas à dire : à défaut d’avoir de l’éthique, de la morale, ou même quelque souci pour l’avenir de la nation, le PLQ, c’est une formidable machine à amasser du fric et à gagner des élections.

Vous, vous avez dû manquer l’arrivée de M. Péladeau dans la campagne électorale, ou les commentaires de Mme Marois sur le dollars canadien, le passaport et les douanes, le blogue de Jean-François Lisée (ministre péquiste) sur son incapacité à demeurer au Canada quatre ans de plus. La campagne de M. Couillard n’aurait pas raisonné dans l’électorat si des signes péquistes ne l’avaient pas alimenté. Désolé pour vous.!

Ce sondage pour CTV indique aussi que le PQ et le PLQ récolteraient le même pourcentage de votes francophones (31%), la CAQ 21% et QS 14%, j’ai peine à croire qu’autant de mes concitoyens misent sur le PLQ sachant d’où ce parti vient, ce qu’il a fait et comment entre 2003 et 2012, sachant qu’il ne fera jamais rien pour protéger et promouvoir notre langue et notre culture (P.Couillard disait clairement aujourd’hui : le PLQ n’obligera pas les entreprises a charte fédérale oeuvrant au Québec à se conformer à la loi 101), P.Couillard a comme vision pour le Québec de l’amener à signer la constitution fédérale de 1982 qu’aucun premier ministre du Québec n’a voulu.

Si les résultats du vote du 7 avril collent aux prévisions de ce sondage, en particulier pour le vote francophone, ce sera à mon sens le résultat de beaucoup de désinformation tout au long de cette campagne.

Parlant de désinformation, vous devez être un lecteur assidu du Journal de Montréal ou du Journal de Québec où nous avons eu des unes troublantes ces derniers jours d’un point de vue éthique.

Je ne me ferai pas ici l’avocat du diable, si ce n’est que plusieurs internautes vous diront qu’Ipsos penche plutôt du côté du Canada anglophone et qu’ils essayent de noyer le poisson pour déstabiliser la masse d’électeurs déterminés qui en veulent d’un pays, lorsque lundi prochain tous se masseront en très grand nombre vers les urnes.

Quoiqu’il en soit, d’après ce que j’observe et ce que je vois, rien de scientifique dans cela, c’est que le message de Pauline Marois ne lève pas, alors qu’elle a depuis deux jours attrapé une sorte de grippe. Aussi son message a du mal à passer tant au sens propre comme au sens figuré.

Alors certainement, il est encore trop tôt pour prévoir ce que sera le scrutin au soir de lundi prochain, si ce n’est que la perspective de la formation d’un gouvernement majoritaire du PQ me semble de plus en plus difficile à atteindre.

Tandis que le retour à un gouvernement minoritaire risquerait toujours — d’après ma compréhension des évènements -, d’être explosif. Je ne vois pas comment le PQ qui se plaignait que le Parlement était devenu ingouvernable, va le trouver tout-à-coup « très » gouvernable, alors que la loi 60 n’est toujours pas votée, lorsque l’adoption du budget est toujours en suspens.

Si madame Marois arrive à mettre tout le monde d’accord à la tête d’un second gouvernement minoritaire, à moins de former une coalition, eh bien il faudrait estimer qu’elle est vraiment l’as des as de la politique.

Je n’ai jamais sous-estimé madame Marois, c’est une personnalité forte, elle l’a démontré déjà quelquefois. Je ne voudrais toutefois pas prendre pour acquis advenant une victoire minoritaire, qu’elle puisse sortir indemne de la grogne qui risquerait de s’élever contre elle, tant dans les assemblées que dans l’opinion publique.

Tandis qu’une défaite dans la dignité, laissera sans doute des regrets, fera couler quelques larmes de sympathie, mais aura politiquement l’avantage de faire renaitre l’espoir dans chacun des camps, tout en laissant le soin à d’autres de se faire valoir dans le temps.

Pour faire usage d’un mot savant, je dirais que tout cela revient à la praxis comme la définissait l’écrivain et théoricien de la politique Antonio Gramsci. En d’autres mots : la pratique humaine (nos actions) dépend intrinsèquement des processus socio-historiques objectifs dont l’action comme telle fait elle-même partie.

Quelqu’un a remarqué que le PQ est au même niveau que du temps de André Boisclair?

Leur grosse balloune est en train de leur péter en pleine face et ils l’ont amplement mérité!

Ce qui me fascine le plus, c’est qu’il reste encore 28% de dindes qui pensent voter pour le PQ alors qu’il existe deux (2) autres partis politiques NATIONALISTES qui promettent CLAIREMENT un référendum durant un premier mandat: QS et ON. Et en plus, ils sont de gauche!

Le PQ, lui, niaise avec le puck depuis des lustres et en plus, il recrute PKP, un DRETTISTE, le PIRE employeur au Québec…

Allez les comprendre ces égarés péquistes…

Quelqu’un peut-il m’expliquer leur incohérence???

Voyons Franc (sans cédille) ois1 l’érudit que vous êtes connaissez la réponse. Ne soyez aussi modeste. La réponse est d’ailleurs dans votre premier paragraphe. Qu’attendez-vous donc de plus de 28% de dindes ?
Hi ! Ha !
D’ailleurs y vient du lac Saint-Jean.
Ben oui, la plus grosse dinde du Québec jamais vu avant !
Ben oui le futur premier ministre.
Ben oui, savez là là, le plus grand amis du docteur Porter !

Le PLQ ne gagnera pas grâce à son programme mais grâce aux journalistes de la Presse et de Radio Canada. La campagne de peur que c’est 2 institutions ont menées est désolante. C’est est trop pour ne pas voir claire. La commission Chabonneau n’a pas fini ses travaux et redonner confiance aux PLQ ça sent le complot de toute évidence.
J’ai lu Vincent M. en début de semaine et j’ai ai été sidéré. Il a du passer la fin de semaine d’avant à ruminer sur ce qui ferait le plus mal au PQ et il a écrit ce papier pour enfoncer davantage le clou. Je trouve que la campagne a été malhonnête à bien des égards. On préfère donner foi à un partie qui vend nos ressources aux étrangers. Le plan Nord plutôt que le Nord pour tous. Jean Lessard et Robert Bourassa doivent se retourner dans leurs tombes. Maître chez nous est un slogan qu’on semble avoir oublié, dommage. Ce slogan devrait être permanent autant que » Je me souviens ».

Pour compléter votre théorie du complot, sur votre point que » La commission Chabonneau n’a pas fini ses travaux… » et vous savez pourquoi elle n’a pas fini ses travaux? Parce que le Parti Québecois a déclenché lui-même des élections alors que l’Assemblée Nationale avait voté à l’UNANIMITÉ une loi pour des élections à date fixe. Si le PQ cherche des coupables à son échec possible, qu’il se regarde dans le miroire!

Déterminée …oups! DÉSESPÉRÉE ma chère Marlene…c’est Pauline qui a déclanché les élections pour ne pas avoir è répondre en commission parlementaire avec son mari sur le »deal ». Bye

Pôvre vous. Ce n’est ni La Presse ni Radio Canada qui a déclenché des élections pour nulle autre raison que de se donner une majorité alors qu’elle venait de faire voter une loi à cors et à cris sur la tenue des élections à date fixe.. Mme Marois aura à assumer toute seule la responsabilité du résultat. Mais en fidèle péquiste, on ne peut jamais s’attribuer de blâme pour une défaite alors qu’il existe autant d’autres à blâmer.

Marlène je comprends ce que vous voulez signifier…

Mais ce qu’il y a de plus fascinant, c’est qu’il n’existe MÊME pas de complot…. Avec un complot, nous aurions la chance de le dénoncer et de le démanteler.

C’est plus grâve que cela, c’est un glissement des mentalités vers une suprémacie de la liberté individuelle au détriment d’une liberté collective.C’est la conviction que les citoyens n’ont que des droits et aucune responsabilité. Des citoyens qui ne doivent rien à personne et qui considèrent qu’une société ne se compose que d’une somme d’ « intérêts personnels ».

Une société ou la liberté de l’Autre DOIT commencer ou la mienne finit…. Si vous y voyez une allusion à l’ENFANT-ROI… Bingo!!!

Une telle fragmentation de la population ne peut qu’être que formidablement utile à la propagation d’une idéologie consumateuriste et à l’affaiblissement de la notion d’État démocratique. Un gouvernement qui devient alors, de moins en moins capable de jouer son rôle de protecteur de l’ensemble des citoyens contre les efforts de l’Industrie à s’approprier les ressources d’un territoire… Bienvenue dans la Mondialisation des marchés dont les « bienfaits » ont frappés de plein fouet plusieurs pays ( même les USA) !!!!!

Regardez le sort de la classe moyenne au USA qui a pratiquement disparue suite à la dernière crise financiére. Bien sûr, ici, au Canada et au Québec, nous faisons partis de la classe aisée supérieur et il est de BON TON de tenter de l’afficher en propageant la bonne nouvelle néo libéale et notre image « progressive » de citoyen du monde….. ( 🙂

Il est quand même étonnant de constater que le PQ en soit rendu là avec une longueur d’avance lors du déclenchement des élections. Eux qui ont démonisés le PLQ au point d’entendre les lieutenants affirmer qu’ils ne pouvaient concevoir que quelqu’un sur la planète Québec puisse faire un X au PLQ, puisse imaginer qu’un jour se retourne contre eux. Finalement, madame Marois très mauvais stratège a favorisé l’avance du PLQ. L’art de gâcher une avance, le PQ l’a l’affaire. Baser une élection sur les appuis à une Charte et l’arrivée de PKP, c’est bien mal connaître son Québec. Lorsque celle-ci affirme avoir été présente lors de la tragédie du Lac Mégantic, n’importe quel premier ministre se serait comporté de la même façon. Le PQ n’a pas le NOUS inclusif, il a le NOUS sélectif.

Sans le vote anglophone, ethnique, les communicateurs « tour de pise », les appuis et l’argent aussi extérieur du Québec, il y a très longtemps que le parti libéral du Québec n’existerait plus ! C’est tout. Voilà. Le monsieur l’a dit. Le monsieur il est content ! Et vous ?

La victoire de Madame Marois est aussi incertaine que ses positions:
Référendum, pas vraiment, à moins que… Livre blanc sur la souveraineté: sans doute, au moment où…Port du voile: mise à pied, après une période transitoire d’un nombre d’années qu’il reste à préciser … Identité québécoise: inclusive, sauf pour …. Corruption: transparence absolue, mais motus et bouche cousue… Rigueur économique: le budget sera déposé un jour prochain…
Madame Marois est vraiment déterminée!

Il ne devrait y avoir aucun sondage dans les trente jours précédent une élection , d’autant plus que ceux ci s’avèrent souvent faux , déconnecte la population des enjeux de la campagne et polarize les radicaux de chaque coté

JL, êtes-vous en train de suggérer que les médias ne devraient pas commander de sondages et ainsi alimenter LA NOUVELLE, leur pain et leur beurre ??? OnnnnnH. De plus, un sondage on le publie ou pas… Il parait que l’on pourrait même le façonner si il y existait des gens sans éthique…. une chance que cela n’existe pas ( 😉

2.4 millions de Qcois éligibles (sur 5.6) s’abstiendront-ils de voter encore une fois? Je doute que les sondages aient la moindre idée. Pas sûr non plus à propos des commentateurs politiques. Garbage in, garbage out?

Les plus populaires